Skip to main content

Full text of "Patrologia Orientalis (Volume 4)"

See other formats


This binding with the 6 fascicules of the fourth volume of the Patrologia Orientalis 
has been realized by and for the Patrologia's Group in Y ahoo. 


Specially 1 like to thanks Pilipos for share with us the information about the 
place where the fascicules has been published in the GoogleBooks project. 


Please, note the books has not vigent copyright, 
but Googlebooks has the whole credit for this digitazion. 


Greg, Pilipos & the Patrologia Group. 
http://groups.yahoo.com/group/patrologia 
Dec. 18 - 2008. 


DO NOT REMOVE THIS NOTE. 


file:///C|/Respaldos/PO%204%20VOL.txt[17/03/2009 11:27:45 p.m.] 


Google 


This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 


It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book 15 in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 


Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book°s long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 


Usage guidelines 


Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work 15 expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 


We also ask that you: 


+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 


+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google’s system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 


+ Maintain attribution The Google “watermark” you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove 1t. 


+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book 15 allowed. Please do not assume that a book°s appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement lability can be quite severe. 


About Google Book Search 


Google’s mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 


ahttp://books;dooglea..fomn/ 


᾽ » e vo o e 4 CI 
è 5» 8 ΓΙ 
x "a 
. veene . ΞΕ. Ù 
ea vena è 
εὖ 
"a υ na * . " è “ΓΙ 
"e Ù 
. ΒΕ. . LI ΒΒ. 
‘4 ΜΙ nta 
è 
è (e "-"Ἤ 
ἢ è è Π 
Ἐδι LI LI è i D 
LI è I 
Li o [1 . Φ 
. seat ® e Ù δι 
Φ 
ὃ ‘ 
δὲ + . ΒΕ Ù "è 
LI è é 
Ù 
» % MR) w è "n Re LI 
»" 8 
᾿ . 
" è Ù wo | Ù ‘ 
[ è 
LI 9 
᾽ ΒΕ δε" » e ΒΕ. 
"e è δ ὃ è è 
Φ Φ “-5η“ςο.᾽ορλ΄ so °o e al 
a ἢ è ΕΑ. 
LI ® È . © s © °° 
è 5 δ. è 
ει 
"“π»᾽ vece è è “6 ® 
se Ù 5 
. 
ἜΘΕΙ % è ® è 
v ἃ ‘ ͵ Φ è δε 
Li 
. ᾿ “ε e geo o we e 
. Ν ì a ©“ 
᾿ 
i Ὁ, Γ᾽ 
è “Ύ.Ύ è è Ἐπ we è 
a‘ . 
> won LI 
5 -. , neo o o e 
è 
} 4. ‘ 
è sega Ù " . 
è ᾿ è 
] " δι 
. ‘ + ne we 8 
. 
Φ . ᾿ -. ε 
Γ De è Γ e e é Ù 
o °° 
we 
] w © [ ΒΕ ΒΒ. 
Γ è s °° . ugo a 5 
"i “νυ 
nea . » è 
CI è peo ae e è a δὺυ è 
ΒΕ. 
. . vw ‘ pra e 
"8 ἥν πεν . ᾽ Γ 
b e 
. , Φ "vo è 
e °° Wed "oa 
. ue » 
è 
Ù ΒΕ ΞΕ. Β΄ 6 ® 
ὸ + a ‘ 
. ne a a % ® 
Re di 
‘ . . 
"n° 
UTC a were . Wade 
o ° è LI ha 
PI DO ‘ 
Li e eno. Ù ΒΕ. page 
, ᾽ Li o ° 
. ΕΣ. 
o °° Φ Φ (e ΕΒ. è [ 
᾿Ρ nana ᾿ ΕῈ ν 
. 
. υ Ù PO . ego εὲ Γ 
. è è δ. ‘ a Ta 
e 
pece 
: * ueege " è » oe ne Ro° 
ne "è x 5 
5 ᾽ DI vane, w * 
δι % reggono δ. se 6 ΒΕΒΕΕ.Ε 
a tate ὟΝ. 
. "= . 
ΕΣ puegseege LI . 
: ® è ΕΗ ΒΕ. αἂ ΒΒ 
hi ato oo ᾿ x 
° (o ® ° * 
ΒΥΕΝΕ Φ e 8 (I 
Va “è A PU. 
. . Li 
᾿ 4 è ΒΕ. δε δ" è n 
e o 
. ᾿ 
δου ἘΝ o eo ° è è è 
è i 
. . 
ΞΕ. Φ ᾽ ᾿ ® ἘΝ. ε 
ve o " Ra "e oo C] po 
᾿ ® 
2 Μ᾽, LÌ ΒΕ 
. ΒΟ δ΄ Rea è È è ἜΣ. 
᾿ 
j wa cta o è * n° 
wa 55 . “ε é ea 
1 "Ρ [ ". Φ pe 0 
è 0 , sa "»ΡΟ 
. 


® 
® 
a * 
è 

ΞΕ. . 

Ù 
Ù . 

‘ 

. Φ 

è 

‘ 

. è 
o oe 
nea 
nane 
(i a 
we 
ἘΝ. 
we 
“π᾿, 

. è 

è 
n — 

ΒΕ. 

è 

δε ‘ 

è 

we 

5μ5ΓἈ 

o è 

"we 

“Ἐ ᾿ 

LI 

o ce ᾿ 

è 

Γ1 9 
Φ 

Φ ε , 
DI 
poco 
è 
e © è [ 

ΒΕ 
νύ 
δὲ. 

΄ιε 

We 
è 

. 

ΒΥ. 

è 

PR) 

ΡΥ . 

ΒΥ 

se Φ 

ΕΕ è 

»Ρρ Φ 
. Ù 
è Ù 
we è 
δε 

Ù D 

è 
e co 

᾿ 

Φ 
9 

δε "wa 

i 


Ù 
o © 
Li 
"n° 
9 
5. 
᾽ 
δ. 
ΒΕ. 
δε 
’ 
"we 
we 
we 
" 
® è 
. 
. è 
δὲ 
ì 
n * 


"e è 
"a . 
‘ 

o * 

. 

Φ 
Li 
ΕῚ 
"n ᾿ 
04 
. Φ 
* 

. 

1 
. 

n 
we 
. LI 
. 
We è 
. 


d È LÌ sa ᾿ 
a Φ 8 ΒΒΥΣ 8 LA) 
ἍΤΕ ἢ vr wa εύυ Ν ue anta (enna, 
᾿ “5ν 
I . Pata ra co ne vi e bi bla 
ve ‘ è sa 
‘ x * we 2. 
Γ i e 
è (1 ve 0 o . . Wa Φ nad ἜΜ 
. è * 5 hd _ συ ᾿ 


. 
. we # . (RR e è unreg a [PN 
. we ‘ uao vetecneo 8 ΒΕΕΕ ΒΕ ἝΒΕΕΣΝ. ΕΗ Με 
è 9 9 . Va e è νυν 
"We . ῇ ῃ a 020009 
εν . ve . ᾿ i < “ ΡΥ ΒΕΕΕΕῚ AO 
ΕΗ ΒΕ ε ᾿ Weta δ © ste ta λει 
A . el” . . - 
Wa PA PERU e OE 
“τ ει . re ario vate, , 
ΘΕ. è δὲ ΞΕ. ὃ CI wa ae a Le ri, ea 
® ® O © ® © © ὃ © È ® © 

è o ue ao 
ΕΗ Na ΒΕ ἃ e. e è @ eg os neue ΦΕΕΕΙΒΕ n 
satToo ἐ ἘΕΕΕΕΕ ati "4 LE? sè κὰδ" "ALI ESE 
Pal” . . ' . n'e ee” Γ Φ 

ἘΩ͂ VASI TE 
e ea v * . ult è dla ata ae 
" % è vo 7% vate wuaR e e È . διε." ἃ ΝΣ 
e ΚΝ ‘ n'e e : A ᾶ 
Pa” | Tap 
. ve ᾿ ue oa a "E ua ate 
ἜΝ A ἃ ἢ . Φ ὃ. wu 0a ste n e tanto. 
® e Ve n è ® Ψ ν e 
" 
Φ 
‘ ΒΕ. Ε. ᾽ ΒΕ. . ὄἔ 
ἜἊΒΕΥ a è Ὁ Rea . eee were 
A "e e Φ Wed - 
ra i bal 
. ἽΝ. ‘ "“ε ΒΕ ΓῚ o e è ΒΒΕΕΕ 
la e u* ει e n'e è aes 
" © Γ ® e © 
o Ψ - 
ΕΣ “5ε ΒΕ. ΒΕ . ΓῚ “ει i 
ὃ ὃ è RULE Le 9° a Ve 4 Ped hl 
. e è v è ® o è ù 
A ΝΥ . ὦ 
Φ πεῖν ve ᾿ ει (RN wire a 
Ù ® i, [A LE . 
‘ w illeon "o ει Wa" @ LI è 5 ad 
® ® © e 5366 a 
Tr ὝΥν νῦν 
vegas "è we e va A (Re o ea ware 
ande . . ΕῚ "a di va * ve tito a Ser 
® vere e oo . 

MR aZAAR "0 
δὲ Εν . "e 4 . δε "è (NR (Wegreceno ae too 
Vado La Cad a ev | i A "e DI Wu. 
. ® 9 (MD e. AR Up Db n 

ἃ ἢ Ù aggnregga 
ἃ ὃ Ἔα ὅν δ. PI 8.6 ΕΗ ugo s Feeesseegsnoe 
Led 4 Na FR a ΔΝ εν ΗἾ 

Φ O 9 © ® ᾿ x " 
. “. va Na ΘΒΕΕΕΗ ᾿ na se 
νυν εν Va aa "ua e vee ne εν νυν CALL A δε li 
5 È va ne Favu<Uuun eau o è 
e © 
° * CI A 
ΜΕ δ. node è vee oa work x ᾿ 
6 ® © ° è LI x 
CO ‘ [RO "a "i Με ae 
® © ® e ® DI © » 9 o 
Νὰ Ca n La. "ratti 
we * va Ta a | ‘atua rd “εεεε 
͵ PI # vga. 9 ΓΝ, 
A “è ® 
Ù a δ 
δ. 5 . è --.π. * uo pae se sPesoeoaoo 
A UTO C) . ΓῚ Γ e ava da 
: ’ we nr ue Pa 
® v °° 
* e ὃ ε ΒΕΕΕἊΕ ea è . 8 Li 
: e PA Ὕ 
[ Ù 
è pD. è 
Γ ΒΕΒΕΕΕ ΒΒ. "5ε ΝΒ 
A A A vede ει i δε ΠΕ 
A . 
è O 
4 . . ° è. .Φ si ©» è è. 
v è 
. ΒΕ pe . CI o δ᾿ è LIT 
Ἤν ve 
"wa 
x . è . ΒΕ. 
n ‘ ἝΝ ἃ è ne woeuReeo e 
Ù è RO 
è 
. Ù δὲ δυ “ν᾽ Γ were 
we ἢ . o è v re gene "n , 
᾿ 
DI 
Φ Φ ‘ ù ΕΘΗ Ν᾿ "e gear 
negate 8 » 
o . 4 
ΕΣ Φ .° 
n'e , ara to νυ "e εν a 
 ᾿ . 5" 4 
. . ® 
᾿ . . 
. è peoeeoegaege Φ . CI o LAI . 
4 
Ne . 
Ἢ Βα ἜΝ. e @ δι -“6υ ΝΕ goa 
. . ἢ 
Ù è 
. ἘΣ a @ . 
ve urge na ΒΕ ® ΞΕ. ΝΕΕΕΒ κα LA 
è v n Va Ù ᾿ 9 
. “ n 
‘ we ve é ware wa 
vate , UT. "4 ν 
i ἢ . 
PN 9 ἃ ὃ ὃ ὰ è δε: were 
è ει ᾿ 
Φ 4 ® CI e © 
wuededTeo e ᾽ ἬΝ αν. uan 
. è « Ye navate 
᾿ ue 
ai ue 5" ΔῈ 
ΒΕ: uwuegdetce vene oe wenn 
. eee 
ἂ 
1 
"e Ἢ . voto 
na . διε ἃ . * a w eve "aa 
b ve ἢ 
ει a Re . 
ΒΕ. nuoce . ὃ "n . DI ‘ Φ sea 
. ® vee e 
è DI Φ a Ù 
δ. δ. 
A . e ΒΕΕΕΕΕΒῈΕ 
ne vo ὃ ἡ w ed * "© ΓΔ"... 
9 ° ᾽ : . 
è ° ®“ 
5 vano 
ΕΝ . ᾽ we Ἵ Ρ ἍΜ". 
. Ὁ Pa 
° 9 i 
ΜΒ. è (Re eee LI . ΒΕ. 
9 . "} νυ 
ὁ è 
ΒΕ: ooo 5»ο 
aaa (NR . è è . ἽΝ. "a 
. Pe” . 5 ® 
I 4 Με Γ 4 
ἭἝΜΕΗΝ "ἀν, Ù stat oo . d'a Φ 
. A ἢ . . 
è è è 
4 neonata sean LL e 
ee aa 0° ἃ ἃ ἃ ἃ ἢ ΓΝ ΜΕ. " 4 va 


Digitized by Google 


ONT DÉJA PARU: 


Tome I. — Gr. in-8° (format de Migne), x et 706 pages. Prix net : 43 fr. 


I. Le Livre des mystères du ciel et de la terre (éthiopien et francais), par 
J. Prrrucnon et I. Guini, 6 fr. 50. — Il et IV. History of the Patriarchs of the 
coptic Church of Alexandria (arabe et anglais), par B. Everrs, 7 fr., et 
8 fr.35.— III. Le Synaxaire arabe jacobite (arabe et [rancais), par René Basser, 
10 fr. — V. Le Synaxaire éthiopien (éthiopien et francais), par I. Guip:, 11 fr. 20. 

Ce volume a coùté seulement 26 fr. 95 (port en sus) aux souscripteurs. : 


Tome II, 690 pages. Prix net: 41 fr. 


I. Vie de Sévère par Zacharie le Scholastique (syriaque et francais), 
par M.-A. Kucexgn. 7 fr. — II. Les Évangiles des douze apétres et de 
saint Barthélemy (copte et francais), par le D" E. RevitLour, 5 fr. — 

. III. Vie de Sévère par Jean, supérieur du monastère de Beith Aph- 

. thonia, suivie d'un recueil de fragments historiques syriaques, grecs, lalins et 
arabes relatifs ἃ Sévère, par M.-A. KucEnEr,, 11 fr. 90. — IV. Les versions 
grecques des Actes des martyrs persans sous Sapor II (grec et latin), 
par Il. DeLeHavE, S.J., Bollandiste, 9 fr. 50. — V. Le Livre de Job (éthio- 
pien et francais), par E. Perkina, 7 fr. 70. 6 

Ce volume a οοὐϊό seulement 25 fr. 90 (port en sus; aux souscripteurs. 


Towx IV, 728 pages. Prix net : 45 fr. 


I. Les Homélies de Sévère d'Antioche (syriaque et francais), fasc. 1, par Ru- 
bens Duvac, 5 fr. 70. — II. Les pluò anciens monuments du Christia- 
nisme écrits sur ROBYEUS (textes grecs avec traduction et commentaires, 

lanches), parle ἢ" C. WksseLy, 7 fr. 90. — III. Histoire nestorienne inédite 
(ohirominuò de Séert) (arabe et francais), par Με Appai Scagr, avec le concours de 
J. Périgr, fasc. 1, 6 fr. 20. — IV. La cause de la fondation des écoles, 
par Man Banzapssassa ‘Arpava, évéque dellalwan(syriaque et francais), par Μετ Appai 
Screr, 5 fr. 50. — V. Histoire de saint PacOme et de 5. Jean-Baptiste et 
Miracle de 85. Michel ἃ Colosses, texte grec avec une traduction francaise οὐ 
latine, traduction francaise de la Vie syriaque de 5. Pacéòme, analyse des trois ma- 
nuscrits palimpsestes, deux planches, par F. Nau, avec le concours de J. Bousquer, 
10 fr. 25. — VI. The Life of Severus, patriarch of Antioch, by Athana- 
sius (éthiopien et anglais), par E.-J. Goopspegp, with the remains οἱ the coptic 
version by W. E. Crux, 9 fr. 50. 

Ce volume a coùté 28 fr. 30 (port en sus) aux souscripteurs. 


Toxe III. — Fasc. 1. — Recueil de monographies. — I. Les histoires d'Ahou- . 
demmeh et de Marouta, primats jacobites de Tagrit et de l'Orient (vi*-vn* 
siècles), suivies du traité d'Ahoudemmeh sur l'homme, texte syriaque inédit, traduc- 
tion francaise par EF. Nav. Prix : 7 fr. 15; franco, 7 fr. 65 (pour les eouscripteurs :. 
4 fr. 50; franco, 5 fr.). | 


Fasc. 2. — Réfutation de Sa'îd Ibn Batriq (Su fyoniua ) par Sévère 
Ibn-al-Moqaffa ‘, évéque d'Aschmounain, texte arabe, traduction francaise 
par P. Cnénui, prétre maronite. Prix: 7 fr. 40; franco, 7 fr. 95 (pour les souscrip- 
teurs: 4 fr. 65; franco, 5 fr. 20). 


Fasc. 3. — Le Synaxaire arabe jacobite. — II. Les mois de Hatour 
et de Kihak, par René Basset. Prix : 18 fr. 05; franco, 19 fr. (pour les souscrip- 
teurs : 11 fr. 40; franco, 12 fr. 35). 


Towg IV. — Fasc. 6. — The Life of Severus; patriarch of Antioch, by 
Athanasius, texte éthiopien inédit, traduction anglaise par EÉ.-J. Goopsprep. 
Prix: 9 fr. 50. franco, 10 fr. 20 (pour les souscripteurs : 6 fr. ; franco, 6 fr. 70). 


VONT PARAITRE: 


Toxg III. — Fasc. 4. — Sergis d’Aberga, texte éthiopien incdit, traduction fran- 
gaise par S. Gnénaut. 


(Voir la suite à la page 3 de la cauverture.) 


PATROLOGIA ORIENTALIS 


TOMUS QUARTUS 


R. GRAFFIN — F. ΝΑΙ 


PATROLOGIA ORIENTALIS 


TOMUS QUARTUS 


Cm) 


I. — RUBENS DUVAL. 
Les « HOMILIAE CATHEDRALES » DE SÉVERE D'AN- 
TtIOcHE (Moméles LII ἃ LVII, 
II. — C. WESSELY. 
‘Les PLus anciens MONUMENTS DU CHRISTIANISME 
EÉCRITS SUR PAPYRUS. 
ΠῚ. — M® ADDAÎ SCHER er J. PÉRIER. 
HISTOIRE NESTORIENNE (CHRONIQUE DE SÉERT) 
(f"° partie, fasc. 1). 
IV. — M” ADDAI SCHER. l 
La Cause pe LA Fonpation DES σοι ΕΒ (éerit de 
Mar Hadbsabba ‘Arbaia, évèque de Halwan). 
V. — F. NAÙ et J. BOUSQUET. 
HistoirE DE S. PAcOME ET DE S. JEAN-BAPTISTE, 
MiracLe ΡῈ S. MicHEL A CoLosses. 
VI. — F.-J. GOODSPEED et W. E. CRUM. 
Tune LIFE OF SEVERUS PATRIARCH OF ANTIOCH, BY 
ATHANASIUS (OF ANTIOCH). 


“ἴω 


ΠῚ 


Eu Less Ss Li 


RI 


{ uo po 


LIBRAIRIE DE PARIS 
FIRMIN-DIDOT ET C:* IMPRIMEURS-EDITEURS 


56, RUE JACOB, PARIS 
1908 


LES HOMILIAE CATHEDRALES 


DE 


SÉVÈRE D’ANTIOCHE 


TRADUCTION SYRIAQUE DE JACQUES D'EÉDESSE 


(HOMÉLIES LII-LVII) 


Digitized by Google 


LES HOMILIAE CATHEDRALES 


DE 


SEVERE D’ANTIOCHE 


TRADUCTION SYRIAQUE DE JACQUES D’EDESSE 


PUBLIEE ET TRADUITE 


R. DUVAL 


Professeur au Collège de France 


c_@—_————_—m_mm@usÉ@mÉÉ@mt @m 


HOMELIES LII-LVII 


PERMIS D’IMPRIMER 


Paris, le 20 juillet 1906. 


G. LEFEBVRE, 
vic. gén. 


Tous droits réservés. 


AVERTISSEMENT 


Les Monuliae cathedrales que Sévère composa pendant qu'il était 
patriarche d’Antioche (512-518), ne se sont pas conservées en grec, 
mais elles nous sont parvenues dans deux traductions syriaques. La 
plus ancienne de ces traductions est due probablement ἃ Paul, évèque 
de Callinice, quì vivait dans la première moitié du vi* siècle; la seconde 
a pour auteur le célèbre évaque d’Edesse, Jacques, qui l’acheva en 701. 
Ces traductions témoignent de l’autorité dont jouissaient chez les Sy- 
riens jacobites les /Zomiliae cathedrales, qui sortent complètement du 
genre de l’homélie syriaque et rappellent d'une manière frappante l’élo- 
quence sacrée des Peres grecs. 

Le présent fascicule de la Patrologia orientalis renferme six de ces 
homélies (homélies LI-Lvi1) d’après la traduction de Jacques d’Édesse 
conservée dans le manuscrit 144 du Vatican et le manuscrit 12159 du 
British Museum. L’homélie LII, qui traite des Macchabées, a déjà été 
éditée d’après le manuscrit du British Museum par MM. Bensly et Barnes 
dans The fourth Book of Maccabees, Cambridge, 1895; les six autres 
sont inédites. Le manuscrit de Londres, daté de 868, est très exact; il est 
décrit dans le catalogue des manuscrits syriaques du British Museum 
par \right, p. 534 et suiv. Le manuscrit du Vatican, plus ancien, 
est également excellent et ne présente pas, dans ses parties lisibles, de 
variantes notables; malheureusement, il était du nombre des manus- 
crits qui, par un déplorable accident, furent précipités au fond du Nil 
pendant leur transport du couvent de Scété au Vatican; la majeure 
partie des pages est effacée et illisible. 


6 AVERTISSEMENT. [6] 


Jacques d'Edesse a divisé d’une manière méthodique les phrases 
de sa traduction au moyen des points d’interponction. On sait par ses 
travaux sur la massore et la grammaire syriaque tout l’intérét qu'il 
attachait ἃ ces matières. Mais les deux manuscrits que nous avons 
consultés, ne sont pas toujours d'accord en pareil cas; de notre còté, 
nous ne sommes pas sir d’avoir reproduit ces points avec toute l’exac- 
titude désirable. 

Nous remercions particulièrement M. Brooks d’avoir bien voulu 
collationner sur le manuscrit les mots peu lisibles sur les reproductions 
que Μη Graffin nous avait remises. 


RuBeENs DUVAL. 


lazaso da 


porse oòiohali Jom: Njso Lindo LidJ; codes 
DA μη)» «Ὁ 613 μὸν esitò ih [tits Juliano 1 Ja Nosoy uk 
Ἢ ΠῚ LO κλυὰϑ Jogo land 30590 Jufcasoo Jas, JAN JA ua 
drag «οὐδ 00 faudo 
ati 230 πο pan Jet] odo Nlp cl str οἷν Nov 
:βόμ μᾶς hdi elio 16 Au lino z30 faco JI) Jona, τὰ pid 


1. Valican n° 111 (= V) J&ses. — 2. British Museum Add. 12159 (= L) lis. 


HOMELIE LII 


SUR LES MACCHABEES'. 


Le panégyrique des jeunes Macchabées fournira, semble-t-il, ἃ cause de 
la splendeur de leurs combats, d'abondantes matières de dissertations ἃ ceux 
qui en traiteront. Mais, comme il surpasse toute imagination de l’esprit, il 
montrera la faiblesse et la pauvreté de ceux qui feront l’éloge, et combien, 
avec de grands moyens, ils demeureront au-dessous de la vérité. 

Un peintre qui verrait un objet étrange et en dehors des conditions ordi- 
naires, possédant par sa nature une beauté infinie, et qui chercherait à rendre 


1. Comp. The fourth Book of Maccabees and Kindred Documents, BensLy et Barnes, Cambridge, 
1895; texte, p. 1; traduction, p. XXVII. 


® fol. 99 


r® il 


* fol. 


di) 


ro ἢ. 


8 SEVERE D'ANTIOCHE. 


ΕΣ SERA di. Loi —? bp δῤεδη μα.» ὐο J} das Ri Ma 
+ ]ota3 cò [μϑολὺ Lis (sic) μος, Lod Jlassso] 
50} e dj Jissr fudzazaz: od yuel κ᾿ gie ϑἱ Sasa fuso 


Ἰομαθα Sus Jlpijo JAazanda Jlatssado :)Autu0; ἡ Naso lopadsd i 


Jiso1 yel: in panda egosio gia pepdo) dd pat LILY pass AS 


sootlasi xd0 079 Losopd pord er oi + Jas ca GAL μὸςς 


+]iu5; oso 2] paso idasso hip 
inps JAujzùa JAscao zo [μον Li bass ταν" adi pag «δι 


JASu lopaza da JLAdo 00 19 000 par 009 0a ὦ Lap iii 


fo ipa 0oedopso sota εἴα; Jlodutaso lasts 13 0 


«οι so sLeosasasy ol aSbo JlojAss Su Lis JuaSooo. eg 
Irrid lo J:ansso Νηρ > Μμ5ρ5» GA [οἱ sokesor cessa] 
slias «οοιροὶ ὁμδἑν uòi5 5 Sf 15, 


cet objet par des couleurs, peindrait sans doute une image parfaitement belle 
et convenable qui ressemblerait au modéèle sì splendide et séduisant, mais 
qui serait inférieure ἃ son sujet parce que l'art ne peut reproduire exactement 
la beauté naturelle. 

Nous aussi, lorsque par les artifices de la parole, pour ainsi dire, nous 
voudrons peindre la beauté (εὐπρέπεια) * spirituelle et l’ardeur juvénile et cou- 
rageuse pour la religion (εὑσέδεια) des sept jeunes gens, nous dirons assuré- 
ment de belles choses, de très belles choses, mais c'est le propre du sujet 
que ces choses soient fort éloignées de la grandeur des exploits, qu'elles 
s'écartent aussi et soient au-dessous de la nature méme. 

Nous apprenons seulement que les sept jeunes gens, au sortir de l’en- 
fance, s'avangant par la porte de la jeunesse, étaient comme les degrés d'une 
échelle, ἃ peu de différence d'Age les uns des autres. Mais ces jeunes gens 


- -Sie_ _— _ 


i “Πα 


è. πὰ ——@— 1 "παν 


souffrirent tous la méme mort pour la religion en subissant des supplices de 
différentes espèces. Avant eux, ce fut Eléazar, un vieillard et un prétre, qui 


enseignait les souffrances pour la vertu plutòt que la Loi'. Après οὐχ, ce fit 
leur mère, d'un age avancé, qui elle aussi, parce qu'elle supportait héroique- 
ment les, supplices de ses enfants, résista à ses sentiments de mère. 


1. Comp. II Macec., chap. rv, 18 et suiv. 


i 


[9] HOMELIE LII. 9 
Jil ΟΝ ΟΜ ΟΣ 

ΕΑ ἈΚ ship eg nt i Dl ΤΟΝ 
μᾶς λον él ÎLasd00] 300 fazioni add) ndo ds sò μόδλοασα, 
ITA - ed 3 008 ein pH AIA crasad Juychaso 
«les fut do irmndod0i do nootda Lins ΕΞ. ἼΒΜΕΥΥΥ 
ind μα ἊΣ AD lot fam: cant Jo alato 


>JAoi Jo Sao uo] glad 230 
has ile: vor pu yoo Jia ilo) Jai nr Nos 
«το οὐ Loasafz τᾶς id Jo Ai do rip Πα Δ} do 
adi «9} Ja ho sluso vis) od Loasass «ὑμῶν xò fo 
«λϑοδο fradid 30, δι Jldy fica der κϑομβοΐο fasi cd cad; 
ii 5 Mago er dia iloo ὁμδοὶ "Ὁ, Ἀγ dò Yao 30) ui 0001 
[161 La 30,310 Jluoja assi μοδ ἃ, :fesasas vo ASS A9311 Aso CIC 
had Jody TA Li ἀλλο μόν AD Lopez Jan 
GAS) μα Jago L00 Gib Yao 307 di Anci 15 las 


Qui, enl’apprenant, ne serait pas frappé d’admiration? Quelle Ame ne serait 
pas stupéfaite? Quelle accumulation d'expressions appropriées ἃ ces exploits 
pourrait les élever ἃ leur hauteur? Certes par des éloges procédant de l’ima- 
gination et de cet art qui promet un style solennel, ils restent à terre. Ils 
volent vers le ciel; ils s'élèvent par leurs propres ailes et non pas par des 
ailes artificielles et étrangères. Vers Dieu, qui a institué le combat pour la 
religion, ils s'écrient avec le prophète : « Auprès de toi est notre louange dans 
la grande Eglise'. » 

En mentionnant l’Eglise, j'ài tiré do l’athlétisme de ces vaillants con- 
fesseurs un sens plus divin et mystérieux. Il me semble que ce sont des 
modéles : le vieillard Eléazar est le type de la Loi qui a vieilli dans l’Ecri- 
ture; les jeunes gens qui ont recu les instructions du vieillard et de leur 
mère sont l'image de l’Eglise qui a rassemblé les peuples; qui autrefois était 
sans enfants, mais eut ensuite une nombreuse postérité; qui, elle aussì, s'ins- 
truisit d’abord et apprit de la Loi ces enseignements élémentaires qui sont 
pour ainsi dire le premier alphabet de la religion; elle, au sujet de laquelle 
la prophétesse Anne dit : « La stérile a enfanté βαρ" », lorsque cette Eglise 
qui autrefois avait beaucoup de fils fut affaiblie. 


1. Ps. χχι, 36, — 2. I Sam., ti, 5; dans les Septante : ὅτι στείρα ἕτεχεν ἑπτά. 


10 SÉVERE D'ANTIOCHE. (10) 


᾿ fol. ὃν 05 flo so, ost sskficad : rd add soit) pasa 4” 
ida do 19 JI] τοι θαυ JI Jin ρων Jpubso, où 9) Sh 
III ZOO td dp Jr οὐν pro Ill JAirziazaz riore 
Jazz a: li shrsso Jin xd Jroha iflopad cairo 

+Jlabas Jlso 
JAooy “da μμ5 lasso [ομὰ sù uoasandl vu dò foot Yao 
Ja: sJuoo lo}. covo Jlasoi ciel PIO Pag μοι ,l: :JAsòi poso 
Joili da 1° add ii ant tr 10 ASI QI 
\Qdipso καρ ϑολῦ ;{ Nas 29h Juan] :19}as δι ἊΣ reddnto 000) 
aaa paro Lia Odio ANI 1005} 1 ani: votato 
fila lpdD paso’ ,ο sha Lobo jssl) dt ide 15) las 
+ ootlazòzto od 
Ledox Jay Jlohazoo da 11,45 hopucdo 13 cosa get ἴοι fato 
DO00 χαοϑδρίο inurefin 1043 ΩΣ passi Loo fonts, ipo diasso 
Liuj 000 ner ria vai dayo laxtuaso μος ϑοὶ xd ©! 


1. V. ΠΝ LETT 


Li fol, ΠῚ] 


ΤῊ * Mais comment a-t-on représenté ἃ vos yeux ce stade de la vertu, que n'a 


pas assombri méme ce temps qui s'efforee de détruire les anciens prin- 
cipes? Si ce n'est que, chanté par tous, il fait résonner aux oreilles des nou- 
veautés qu'on n’aurait pas encore goùtées. Les mets exquis du repas, l'An- 
cien Testament les offre dans le cycle des années, et le Nouveau les donne ἢ 
avec amour sans qu'on s'en rassasie. 

En téte, Antiochus le tyran, le cruel par excellence, était assis sur un 
lieu élevé, C'est le propre en effet de la vanité et de la pauvreté d'esprit de 
faire croire ἃ ceux qui en souffrent qu'il est dur pour eux de se tenir sur la 
terre elle-mòme avec les autres hommes. Ils ont ἃ coeur de s'élever en l'aiîr, 
de monter et de marcher sur la pointe de leurs pieds', de lever le front et 
de s'exhausser le plus possible, semblables aux cèdres du Liban dont parle 
le Livre divin? en flétrissant leur stérilité et leur orgueil. 

Autour de lui étaient rangées de nombreuses troupes de soldats et de 
porteurs de lances, ceints de leurs armes, qui pouvaient inspirer de la 1 
crainte aux spectateurs. En avant étaient placés divers instruments de toute 


i. Μοὶ à mot : sur l'extrémité de leurs ongles. — 2. Ps, XXXVI, 35, 


0 


[11] HOMELIE LII. 1 


gdo nuoto :|γᾶϑϑο Jo ἀϑομδο er Βῶμ sfociò yamso, laduzaso 
«αὔρα fido fido Jlaso, :Jlasonz 15 wi sootdo dp] fico 
pol cool no PRO) YI Lupo dl nafo AN Jrgzi>0 20001 
odi fio] vo dd 000 χαοροο dado dabaso has οἱ lis vas 
ὁ] κου ‘Jas, 

xd Lay fior cd ip βββογο lena ΙΝ βὰν 1 Jo pad 
lis sordi 7 Jo did soft) fd 001 oa] 
Jroro jar Jp fitto 2300 lr 57) do Nash [οοι 
Joy had «ἐν μορὰ μὲς, a foot paio Levasasy Jing vit ida 
Soy lea - Jo, odlasmo:izazto .Jlasosad dà οἱ fo) foasasd 
Aia ucollad ado fosjo of foot οολδοὶ paz dai Lod .Joo: passo 
Joe amso fpoidlo LAY liadoad 000 as lio Κη} Sf Nasa 
vollas=asazo 300 fa do dll JI) 
OO dd rado 0001 quei 5 lo ii e) da Anso 


1. Sic L; Add. 14599, those Lasaa 19 corrigé en olamsass las par BENsLY, The fourth Book of 
Haccabees, Ὁ. ®», note; V. illisible. 


espèce de supplices qui représentaient les différents genres de chAtiments. 
Certains d’entre eux, extraordinalres, ne servalent qu'à titre d’épreuve. Mais 
tous également menagaient d'une mort amère et violente. Par des lacérations 
les plus subtiles, si l'on peut dire ainsi, ils déchiraient en méme temps la 
chair οἱ l’Ame. Peu à peu ils détachaient celle-ci du lien de leur union intime. 

Au premier rang s’avangait le prétre Éléazar dont la vieillesse se tra- 
hissait ἃ ses cheveux blancs, mais qui était jeune d’esprit. On lui demandait 
de manger de la chair des sacrifices paiens et de la chair de porc, et de re- 
noncer au culte pur de la Loi. Le tyran croyait en effet que, s'il triomphait 
de lui, il vaincrait aussi la Loi et le sacerdoce, dont la ruine serait la con- 
séquence de la défaite du vieillard. C’étaient ces institutions qu'il attaquait, 
ct non pas en réalité les personnes. * Il pensait aussi que les jeunes gens et 
les disciples suivraient sans résistance leur maître. Mais il fut décu dans son 
espoir et dans ses illusions. 

Éléazar se rajeunit dans son corps vieilli et affaibli contre les dures 
calamités. Il fortifia les jeunes gens, eux qui étaient d’un corps ardent et 
vigoureux. Il prouva que la Loi était spirituelle, que le sacerdoce était su- 


* fol. 99 
γ᾽ a- 


* fol. 99 
vo a. 


12 | SEVERE D'ANTIOCHE. ur 
Joy «οἱ 9 Ji Judas flags οἱ - luaoassdà cho fis 
Jsopd aS40 «ida sf 109°) Οἱ Ads cd sco Al Joao 
è eda do fio οἱ sano 
jbl da foo »αῶο 19 «οαϑαλυ 00 foot ὡοοδοὶ jar Jeez 
lion>y Jhasor gior di JASiasiro do .. [οοι af Las) μοὶ dig gel, 
:65 Joor 2°? Jlantsso Jo Joor fio Lins, fisaa 45 -.Joo Lenaso Jiepar 
«ΘΟ, Joot dedi pz οἱ «Jas δ δ... JAdaslro Jp SÒ 
Napo φὶ Jazz 45 Jo yruzdo οἱ 615 15 15 pd] 45 υϑιδολῖος di 
ass fo pie σον) olio Yad 3 οἱ; : 5 e Al :J001 
lot Jp] Jan ὀιοδ.σλο λοδς 235850 
dra asd fuisaaso /0 10008 opa! JAisd quod 15 ner nueoîd 
TANN Jiors οἱ οοοι eta d00 0000 quatezj30 Jpnasl 13 100005 pae? fojpu 
Apo fas cd 000 κοὐκ, flo; as0, κοι, +] loiao Das 50 
fun szsAso Jo οἷν Na fisuhuaso Jo shusisAso Ἡ 00 Joe oro! HI 
μοοϑο otra) Alea ni δὶ Di Lead pu f00 al | 
lonziz 230 pa? μοὶ «οὐ μοδα, .Joidy vato] ]Asoias0o n JA 


blime et élevé, en montrant qu’ils possèdent une espérance mystique pour la- 
quelle on doit souffrir, et qu'ils n’existent pas seulement en apparence et par 
écrit. | | 

Antiochus était très occupé (πολὺς ἦν) à rire d'ÉEléazar comme de quelqu’un 
qui souffrait inutilement et dédaignait le mets très délicieux de chair de porc. Il : 
appelait ce mets un bienfait de la nature, et il considérait comme une sottise 
de préférer la mort ἃ un mets. Mais il tempérait ses menaces en riant de cet 
homme et cn méme temps en cherchant ἃ l’effrayer. Parfois il montrait ἃ 
son égard de la pitié et de la compassion; il disait : cet homme est courbé et 
affaissé par la faiblesse et le faix de la vieillesse. | " 

Les mémes sentiments étaient partagés par les serviteurs, les porteurs de 
lances qui entouraient en armes É/fazar et protégeaient ainsi le roi. De tous 
cétés ils entouraient en bon ordre le vieillard comme une tour de vertu. Mais 
celui-ci était pour eux inaccessible, complètement inexpugnable et invincible. 
Il disait : « Notre Loi, ὁ Antiochus, est la vraie loi; elle est l'oeuvre et le don ti 
de Dieu, et non pas la doctrine d'un homme. Est-ce que tu -n’as pas entendu 


0 


. 
=! 


[13] HOMELIE LII. 13 
δα. 3) cdi 3007 disso + Junaso Nisso Auf vas | ὁ] 
fs NAS etto, [26 ὦ» out Noe luo 2307 Jus010 Joao 
Sa fu Sisde liti οὐ Joo sso, κι οὶ 230, odi N sso 
a x dé ἴωοοι ito Ν 6.6.5.) da Jody Jo;3 voor dd LI 


antiado 000 χιϑϑμ.θλὸ dd a sd rad 230 ls 
μοι 4365 + Jujojl laN co ny «ΟΣ sid JA 5 Ἐ5} 


Joss JASasfsoy flastunso κὸν Auf 230 dò (μοϑ hay] hassarb 
3A 9094 Jizo ASSI Jazz Jas Ὁ ladosio μεν μοὶ 
cus οἱ Nasa pus) Moti ossnzad pis Jos” fusti edo 
i μον, .oasas; fasass oso οἱ οἱ fold :fi0asAs χω: 
μ...55 ομϑαδ Π]1αἱ.λλαϑὺ ᾿μοΐν γοἱ cd adi ἸΌΣ " par 
e? fra las ἢ} Tolo JA od Al 1004510 κα 
:Nahbad Aus οἱ prtadad οἱ edo ir κοι ot i ao 
το. ida da pad dai do ilevadas o yaoi) 


5 Q00Dai foot QRL et pei fili οἱ +.Jz01 As dio 


μωοραν αδόο Ὁ 49 iron ft Ai in κα δι 


parler de Moîse, de son jedne de quarante jours, de la splendeur et %e la 
purification qu'il en a tirées, du sommet du mont Sinaî, du nuage, de Celui 
qui lui faisait là des révélations, des Tables gravées par le doigt de Dieu, 
lesquelles étaient doublement écrites, ἃ l’intérieur et à l’extérieur? A ceux qui 
étaient très grossiers, ces Tables montraient la face extérieure de l’écriture, 
mais à ceux qui les contemplaient avec sagacité, elles indiquaient les profon- 
deurs mystiques de l’esprit. De là nous est venue la répulsion pour les mets 
de chair de porc, laquelle nous instruit et nous enseigne à contenir la passion 
de la gourmandise, à ne pas rechercher les choses délicieuses * et à observer 
ainsi la continence. Je respecte donc, ou le fondateur de la Loi qui est Dieu, 
ou l’esprit de la Loi. Aux animaux privés de raison, il est permis de se servir, 
comme tu le dis, de l’abondance du don de la nature et de jouir des voluptés 
sans frein. Mais ἃ l'homme doué de raison, il n’est pas permis de faire ni de 
manger tout ce qui est possible; il a recu une loi qui lui interdit certaines 
choses et qui lui en permet d'autres. C'est pourquoi nous appelons des brutes 
les barbares, eux qui se mettent tout sous la dent en obéissant ἃ la nature 


* fol. 99 
v° b. 


* fol. 99 
vo b. 


ilpuo) podtasoo Johsso μᾶς 55 Aut Jizd Loops μὸν fila 30 


14 SÉVERE D'ANTIOCHE. n 
ist) gdo gufo Jara: JAudili uso dò pediòt iris 
dar ΕΥ̓ ΝΟ ἡ puo fido ootehu/; ad Jiodo 30, | "οἱ 


Jolaaso Ji ΙδΝδϑαλδο lado . JA Ds di dif fast Ἰωὰς ql - 
Lul ai .Jlasoo lassir pas! οἱ penso] Ἂς λϑο til κοῦ Luso olio 


Ιοομ JliAsos fohaso fusa dadi :fuòo pd od oss layaasso 
A nda ifipao Jhasdianso xs00 Lis: od fors}o 230 μὲ lovs sad 
xatao siopod 49 «οἱ δι λλο asosazady κουδι gut κα flop dd 
uefa JASsany βαθὺν dla 00d Au 00049 furl india 
NOIOSI] Qi al sJpoyAso Jhda sia da JAgrno Jia οἱ 
Ddr rada lid A ada Jude μὴ. palo indi) da 
ze JAs0r esci Lod as Aufizto (sic) Aula ded sJajoano 
: μοῦ) tw οὐ. Say Joao As οἱ emilio So Jul | ἜΝ. se 
Day où fs01y Jen 230 Jul Lji pazzie Li Nasty Juli sl 
Jordy folasso J οὐι fast o13 JAussr uòiò paso, od ili Aus i 
AI 7A four μδοἱ τς JA fl) zopdo Jaohus +5 Loro 


et non pas ἃ la Loi, Tel est l'esprit de la Loi, pour m’abstenir de parler des 
sens sublimes et surtout inexprimables. 

« Mais je dois encore m'adresser ἃ l’impiété ct ἃ l'obéissance qui n'est pas 
conforme aux mystères. Que dirai-je au sujet de l’extérieur ou de la dignité 
du Grand Prétre? J'ai peur de la tunique qui descend jusqu'aux pieds et qui 3 
est tissée avec des couleurs variées et différentes. Elle montre que le Grand. 
Prétre doit étre revétu de tout l'ensemble varié des vertus. J'ai honte devant le 
pectoral des jugements, le symbole de la vérité, que devaient porter sur la 
poitrine ceux qui ont regu le sacerdoce, en entrant dans le Saint des Saints, 
pour acquérir la raison intellectuelle qui est conduite par la parole plutòt que 
par la colère et les passions ennemies, pour pouvoir juger comme il faut, pour 
recevoir comme dans un miroir les révélations d’en haut et les directions et 
les transmettre aux initiés avec exactitude et vérité. Je suis confus devant la 
Cidaris, c’est-à-dire la tiare qui couronne la téte du prétre en signe qu'il s'est 
fortifié contre les passions, Je tremble devant la bandelette d’or sur le front, i 
sanctifiée par le nom de Dieu qu'elle porte seul gravé en lettres qu'on ne pro- 
nonce pas. Elle illumine le visage du prétre qu'elle conduit et auquel elle 


igiized by (Cn gle 


15 


15 


[15] HOMELIE LII. 15 
ὩΣ da 9 μονα. δ.» folle ornato [οὁμο :fs0154 


Lu n? μοὶ luo] hewasa yada/ μοὶ. ἈΠ druido dr + fol. 100 


Jsopd: cdi suda foonad vaio) has! -4oyy! JiSdao JI JAdiaskso 
AR nt ὁμκ.οα» lan] δ ndo SS A sl) Masa fd 
da liv οἱ davo fincos 

gel μιραωοα δια. ϑὺ 100 dh gt ida Ji 49 1) cm 
faasazso css pò Jpmnd00 ingl [οοι 3 Jia + do] μα. οὔλ.5 
+00] gato JAY 000 dò J30}> lieto sit LO sj! 
1 Jena .000 reudò ALS LoL 0008 rad lito Jlantzas 
#Joo Jy'i οδος Aura 5 -,000 ramaaso 

SS da lady Loto voriiad varo μδαλ9 9 fato e) 00! 
Mido ifoor poso Jhsopso Jlorts +. Jocr gii orso Îlascheso yes 

βως java θῇ Jas; οἱ δυο TASSO Spanò ον μοὶ pò 
ΘΔ... μα. ;ho ΝΕ dh] Og fis dol 90 .[οοι YA rs 
fol, JAcsoag fiSYS3 Lod «Ja Jody JAuinaso JLsio ifsas 
δ Jaszo {1δι5}1ὸ 


enseigne que lui seul verra Dieu. Lorsque je suis plongé dans ces pensées 
et dans beaucoup d’autres, pourquoi trahirais-je la loi de mes pères? Pourquoi 


* serais-je vaincu par un mets privé de raison? Pourquoi souillerais-je ma * fol. 100 


bouche qui jusqu’à une telle vieillesse est restée pure? Tu connais par là, ὁ 
Antiochus, l’état de mon Ame; prends donc maintenant une épreuve de mon 
COrps. » 

Frappé, comme par des aiguillons, par ces paroles qui étaient pleines de 
philosophie, Antiochus donna l’ordre de lacérer le vieillard par des tortures. 
Aussitét les serviteurs porteurs de lances, ces cruels, se mirent ἃ frapper du 
poing, ἃ multiplier les blessures. Par des coups de fouet ils le lacéraient, 
attaquant ses flancs et déchirant sa chair au point que son sang coulait abon- 
damment. 

Le vieillard, fixant ses yeux sur le ciel et courant avec empressement vers 
la voie céleste, soufflait et suait violemment. A la fin, sans avoir été contraint 
ἃ exprimer une parole de faiblesse et de lacheté, il fut livré ἃ l’ardeur du feu. 
Alors, lorsque le reste de son corps fut consumé, et après la prière pour le 
peuple et les dernières paroles de l’agonisant adressées ἃ Dieu, il s’envola vers 
les bienheureuses demeures des anges et des saints Pères. 


16 SEVERE D’ANTIOCIIE. [16] 
μόδον asl adato luito Lat, lasopo 19 indot n LS 
e, ab u0 :manz tel Aa puo AJ I; Jrorso :fua Ns sà 
Sy }90 GAS] tnt) ih fu classe nzat :)Aaoisas Jloszso 
1A fn lip godo TALIA χὰ βυοθθ cio Aa 
μι pas ad And; did Ἰοὺ ὁ οἱ ada cis da gono Ἀν. 
ὁ} κα Judd Modi pò JI] ««ἀκδοδ ΐο diasda eddoo 
Jhuliso Jiaprad οϑοαο; Leaf gel :NiÒY: V0OdO puma Do 
Ιοοι nol Jia as Slashdot lat hip] «ὐόρδν 0012 [ οι 
MatSupd0y dr JA {ΠῚ lo fas fisco: di o, [τοι rasa 
Jp+3j0 JSN οὐδ Lied ict li Mot Matsantzo 
Ινϑωω Aly :Joo Lai fil) lado μας, add οὐἱ JA lopez; 
* fol. 100 roi dt ]loiiaso È ΧΟ 9 osi cossa llatadod0r coi 
AI μας :JADI: 9 did font cicala [οὶ ratto void dr 9] 


Les jeunes gens, conformément aux instructions des prétres, accueillirent 
les combats du maître et les méditèrent avec beaucoup de diligence et d’em- 
pressement. Ils connurent mieux que les enseignements de la Loi l'endu- 
rance du vieillard dans les souffrances, et ils la préchèrent avec ardeur. 
Ils la conservèrent dans leur mémoire avec une exactitude remarquablement ; 
vive, sans aucune faute ni oubli. La science qu'ils recurent, ce n'est pas prin- 
cipalement par la langue qu'ils l’enseignèrent et la transmirent, mais par un 
courage ἃ la hauteur des supplices. 

Chacun de ces jeunes gens fut amené en public suivant le rang de sa taille. 
Le tyran croyait, par un chAtiment imposé ἃ l'aîné, changer les autres en les 1 
effrayant. Lequel ne faillirait pas en effet par peur, en voyant les chairs de ses 
frères cruellement déchirées et mises en pièces? Mais tel ne fut pas le résultat. 
Au contraire, cette idée de frapper par la peur excita ces vaillants guerriers 
armés de la piété (εὐσέδειχ) ἃ montrer un courage encore plus grand. L’aîné des 
frères songeait que c’était un devoir pour lui d’imiter son maitre. Le second κυ 

* fol. 100 pensait que, outre * le vertueux exemple de son mattre, celui de son frère lui 
PP. imposaitaussi une obligation. Le troisième s'’efforgait de surpasser ceux qui 
l’avaient précédé dans le combat et d'étre un exemple d'héroisme pour ceux 


[17 HOMELIE 161]. 17 


Jlojztz! ΙΝ... Joossso :} ars αδλοὶ] asoro9 asi ©) (05 Jooi 
No :hashsAso /7]=> 000% rasloAaso Jipid er sootdo μι... «Οὐδ᾽ 
Οἱ JI :Joor AA qndo 09 AA Îlosopens ad oduso fe 
ΙΝ... vo Jioano δ] Pro? ag DÌ οὐι chutja οὐδ᾽ .δι.-5 
da dor αν Jp yodo ᾿βαλίοοο .οὐδιϑ [1.}} cò foot ucoh.l 
n? ᾿ϑ-όι «hurt fuit Lod otti adi090 uao Yao ho 
«οδμκοἱ» |] 000 pd 0% mt lat pd 25 
di Lab et 000 quer Sd0 +,000 queta? Quit 00 QOORLSO fuel 
I PI sullo caso JASass vò DO A 10008 qurdatu9 e, Jp 
hott rt Adi last ft ORI 00m ο.5 Am υδι 

è [iasaso Jazgoli JENS ISO Jrîao 
:}γαων MALA γα, [καὶ «ΟΣ [οοἱ fto i soin fp) do 
.]οοἱ κω", ©l Joao 615 99 GI AA 30 u008 piso Jia lisca + 
«naso gdo Jo dhaso ἰϑ Jada Lasono :111:9, Jago xe με ἱ 
lamsi ca) vas) Lord Alias; ipa) ον, ans 45 μοὶ 


qui restaient. Tous s’étaient associés les uns avec les autres dans les luttes et 
les combats. Chacun d’eux ne combattait pas seulement pour son propre 
martyre, mais aussi pour le martyre d’un autre. Celui qui s’était avancé 
le premier était une colonne animée pour celui qui suivait, et un symbole nou- 
veau de courage qui subitement avait été écrit et placé devant lui, suffisant 
pour l’entraîner vers un zèle égal. Les derniers, en entrant dans le stade, 
éprouvaient l’athlétisme de leurs frères encore plus que ceux qui souffraient. 
Ils se préparaient ἃ l’épreuve imminente, craignant non pas de suivre les 
traces de leurs devanciers, mais de ne pas montrer dans leur corps leur qualité 
de frères et la méme énergie d’endurance dans les tortures variées produites 
par les instruments du supplice. 

L’un était allongé sur une roue qui disloquait ses articulations en l’en- 
traînant dans la rotation de son cercle, pendant que des charbons ardents, 
placés au-dessous, le bràlalent en méme temps. Un autre était dépouillé de sa 
peau par des crampons de fer, comme on dépouille un mouton. Un autre, ἃ 
l’ordre qu'on donnait de lui couper la langue, tirait de lui-méme la langue et 


la tendait pour qu'elle [ἀξ coupée, montrant par là que si quelque chose de 
PATR. OR. — T. IV. 2 


18 SEVERE D'ANTIOCHE. [18 


also iucoi iii fasano: doi 230 Jondo als Joi Jamdò ,9 
>> I «J001 vesto had pd slo μρϑ κί μοὼ οἱ IA κέ. Jos 
:haszo paso, Ji ἐπ lady Ads ὁ [οἱ url ooo pu dI 
L50330 i: Voet κοι. 5.5 [καθὸ ft Jp pui Jr 
CON Quae’) «Of do dll css) ono dany last Ji 
reed JO pad edi And ὁμλο titan »οἱ Mira τὰς 
* fol. 100 Jc geo * J1SL23 «Johor Gib! Alfio Mojito ups e aid 
ΚΒ Jprad] fuso fuit ato it da i Jos 
#100207 Ji [οομ Jan) Johns Naso lasso Yao 
μαοὶ :|μὴ|ο LAS tt clan Mateo ἰοοι um] [το pl 
100 ho] [ον ypolg fundo puo) μὲ 360 pur dog di 95 ἢ: 
eJizso JI asi Jpihcoy :μὅδιοὶ lady JAangio pur δι Πα Δ 
JAN st fasi lit do) LE Luo dar ast pag 1459) 
pt Jaulzasod sfoAdiso μι δ. 5250 Ἀὶ indio μας pe di ida 
Jia; JasSrasso fiuto) [δὰ Na ida μμ5 cis > 5 : Ji cs 


caché ἃ l’intérieur était réclamé pour le supplice, il le donnerait aussi, s’il dé- 
pendait de sa volonté de le produire. En effet, chacun d’eux avait grand 
souci de mettre en évidence, en face des nouveaux genres de peines, un em- 
pressement encore plus nouveau ἃ étre éprouvé dans tous ses membres ἃ la 
fois et ἃ supporter vaillamment de nombreuses épreuves avant que son Ame : 
ne se séparàt de son corps. Ils estimaient que c'est souvent le propre: des 
animaux d’étre abattus dans un seul massacre, tandis χα ὰ ceux qui se dis- 
tinguent par leur énergie il convient surtout de porter sur leur corps de 
* fol. 100 nombreuses marques * de courage, de marcher ensemble vers le glaive des 
‘®adversaires, et de répandre leur sang aussi bien pour leur ennemi que pour " 
leur parent. 

Telle était la puissance des jeunes gens, ces vaillants héros, que je ne 
m’attarderai pas ἃ faire le récit des actes de chacun d'’eux. Telle était 
l’ardeur, la mieux préparée pour combattre, de ces confesseurs invincibles. 
De méme que les ouvriers qui enchassent dans une couronne d'or des pierres " 
précieuses et extraordinaires, ne prennent pas des pierres d’une seule couleur, 
mais de couleurs diverses et variées, pour en faire jaillir un seul éclat; 
ainsi ces jeunes gens s’élancaient avec joie vers ces inventions de supplice 


[19] HOMELIE LII. 19 
: δὶ cito biégho Jlosonas JLM rd 10008 au prosa 0008 nejata 
oAuahaso ccv hosò [paso Lolasr pl 
μος JhSs lado santa fot he) asc dò Ja ,5 
tr flash ol Jia 49 1001 ida] fdt fel OS add αὐοι 
οὐι AS Lojaday faohslo μας! Na lo Jaja Ade Joao :}οοὶ 
159 10/09 Jujcasso fagiano Ιοοι Jutuso :Ji0}4 οι oso du ri 
hdd e fia] :|οοι par9 olaà yoaol onol) ia dod οἱ» Ju 
naar: ἴσοι ate pu οἱ sato Jp ὀμλυϊο Ala ft ag el 
Juno Jato uotan9ily Sas) a οἱ As vota these 9 οἱ Loa 
Stab] 01 1400 vendo co x) οἷν Lo fas LAI c1usilo Φασὶ 
“οἱ ἱ Liza fassa lado Asso hiial lab fil asd οἱ» ila 
Loc lo}aAsvo Nopdo fd ,5 soci Loc: Jrosmzo JD} lojnaa Juiosto 
Jr] γϑο «Ohaiz 230 io o Sass vl fsad99 Loco: flavio Lauyò00 
Jsatno cas Loc lsanaso Jpuslo :100 Jrad fenudI) Sodo pds vas 


étranges et variées en ornant de diverses manières la couronne du martyre 
par des combats aussi variés que les pierres précieuses. 

Lorsque six de ces frères eurent achevé leur course et, par leur course, 
furent arrivés à la couronne de l’appel céleste', le septième restait le dernier. 
Il était surexcité par les six martyres précédents et plein d’ardeur pour com- 
battre et lutter pour la religion. Le tyran qui en avait peur cherchait à l’affai- 
blir par des caresses et des promesses. Voyant que le jeune homme méprisait 
ses offres, il ordonna qu'on amenat près de lui sa mère, dont il aurait pitié ἃ 
cause de son Age et parce qu'elle avait perdu ses fils. Il pensait aussi que celle- 
ci pourrait par sa présence, et à plus forte raison par sa parole, attendrir, flé- 
chir et ramener ἃ la nature l’athlète. Il échappait ἃ cet insensé que c'était elle 
qui avait aussi oint les autres frères pour le martyre et les avait envoyés au 
ciel. Et méme, près d’cux, ἃ l’instar d'un général ferme et vaillant des guer- 
riers de la religion, elle les exhortait, allant de l’un ἃ l’autre, regardant et 
craignant qu’un de ses fils ne faiblît et ne chancelat. De chacun d’eux elle 
faisait un héros et en méme temps elle établissait avec eux un pacte pour le 
supplice, dans l’espérance qu'elle périrait par le feu ou qu'elle serait coupée 


1. Cf. Philip., ur, 14. 


* fol. 100 
γο Ὁ. 


* fol. 100 
v* b. 


20 SÉVERE D'ANTIOCHE. r20 
nda βοῶ τῷ fol laszono JamsAso10 :L00 Jacso Ἰν- 70 Jotti 
Lasjso vocdas;' da 19 él JAanthazio adds dirvaso Bui 
è ]unaso 025 pel Isopd το Jia voli ade ui soa 
| «100 fabiAsò οἱ Aiuto No Alto Naso dd da 
δ ALÒ_| 53 Giitay Jiaxj où «1 load Loc fio οἷο Lot falsi 
soir SI ΙΝ ΙΔ. Leida [Sata μοι)» Ato xi 


Lissonso 30 falflly fiasf odo tohudiào II) Aasgil dior rado 


sed Liupido Luizo Jill Las! I) ASS 30 luo) où Jas 
had] suora las Lug lato fraz i uciasoni Ε.Δ5 
od Jasad :fo0 [μμοιΐγ od gl 30 dtt add Alt οὐδ μμο 
Joh Jia] vo vtsofiitzo «adasad foor scri iaso Lidudi gel "με 
«δ. δι zdo Alano uifhal 30 foco sedie cla) 000 radiato; «Ο-ὰ 
Ji do pd adr] μας dit 2307 od el ngi; 
Auf 50 Aus jan astro Jil 300 edito 0008 adito où 
ΙΝ μας da euolilo «hd vohal Joo Loy yi οἱ 


ὁ ii | 


comme un arbre, lorsque ces branches sorties de sa souche seraient tranchées. 
Bref, elle proférait ces paroles * de saint Paul : « Mes fils, que j'enfanterai de 
nouveau jusqu'à ce que le Christ soit formé en vous'. » 

C'est en secret et non pas visiblement qu'elle pensait, exhortait et agissait 
ainsi. Lorsqu’elle se fut approchée publiquement du plus jeune de ses fils con- 
formément ἃ l’ordre du tyran, elle jeta en hébreu une courte parole non seule- 
ment dans les oreilles de son fils, mais aussi dans son esprit. Ce n’était pas 
pour se cacher des serviteurs qu'elle parla dans sa langue paternelle, mais 
pour rappeler ἃ l'athlète les premiers Pères et leura anciennes victoires, et le 
pousser à un zèle égal. Elle enflamma et fit bouillir extrémement le coeur du 
jeune homme qui, dans son ravissement, s'empressait d’absorber cette mort 
amère comme du vin doux. « Détachez-moi des liens, » criait-il ἃ ceux qui 
se tenaient auprès de lui. Promptement délié par eux, qui croyaient par 
erreur qu'il était revenu de ses sentiments belliqueux, il s'élanca et plongea 
dans un des chaudrons placés devant lui sur un feu flambant. Plus tét qu'il 
ne le pensait, il réalisa son désir et rejoignit la troupe céleste de ses frères. 


1. Gal., 1v, 19. 


i 


wi 


Ner+ 


— 


[: 


4! 


O! 


[21] HOMÉLIE 11]. 21 
a οὐ] 3077 }Δ..3.5 930 :loo μον 00] :ssol fuor 9.5. 
Au 4-9 diaisd Asa dd ud Judo ASD) drrto, Liz! fosso 
JAsaso adi sillo vas ἡμῶν μοὶ «ον 1157309 0009 004 
Loa Jiorso τἴοοι Jisotiso zia fdanse di Jlipso μϑοι ad JA Di 
etto Jess fio ross J:01 ὸ el Jorn μι λον. cd 
&lumazoy ol>b Lopaso 


osso saliti it Juscio :[1ὅμδοί δὶ dA SIA 


Jo :hLuso lia tir Jlasaioso Lad al nido ΣΝ dh asl 
Jisor poté pay eda Arisa Sa di Jr 0 ita 
οὐν +, luna do adr τ, polo Ἀν κοὐ κοι ino 8.5] 
ft Jr JA}, lau δὶ < .JAuuo1s fsoll δὶ Nidubarzo wwadass 
Mirri Jp iN Jp AL Spr shin Nata δὶ 
Sa lab μδο Jako Jalso Vado puro :) - dda id io 
1909, πω Jlamuylso 30 radio load ati di idoli 


ta a of dvi ho] γον Jo δμι5. 45 5 pay SS 


Après celui-ci, sa mère fit preuve de courage. Elle qui avait été éprouvée 
par de pareilles douleurs, qui avait été couronnée par les sept martyres de ses 
fils, elle aussi se ceignit de la couronne de ses fils, en montrant par les faits 
eux-mémes de quelle racine avaient germé et crù ces vaillantes pousses. Le 
chandelier orné de sept lampes n’éclairait pas le Tabernacle autant qu'elle, par 
les sept lampadaires doués de raison de ses fils, faisait étinceler l’Eglise du 
Christ. 

Ecoutez cela, 6 Mères, et élevez vos fils de la méme manière. Laissez-les 
aller ἃ l’église et encouragez-les ἃ recevoir les enseignements des prétres. Ne 
les faltes pas étouffer par les préoccupations mondaines. « Ce qui est visible 
n’a qu'un temps, mais ce qui est invisible est éternel, » s'écrie le Christ en par- 
lant par la bouche de saint Paul'. Oh! la mère sainte. Oh! l’Ame virile dans 
un corps de femme. Oh! l’accord des frères qui nous ont montré une méme 
éducation, une méme vertu, une méme endurance pour la méme espérance, la 
méme mort honorable. A ce sujet que nous diront * donc ceux qui tirent l'ho- 
roscope d’après le mouvement des planètes? Ce n’est pas sans doute à la méme 
heure comme dans la méme station du zodiaque, c'est-à-dire dans la mesure 


1. II Cor., iv, 18. 


* fol. 101 
r° a, 


* fol. 101 
r° a. 


22 SÉVERE D'ANTIOCHE. 


shuisoy Shard xl JLalo sos al la . *Jjoay lr Yao 
odi fac JI] + conda oo Jo δὶ Jlosssi Spar Jazz JAusò 
0A 2 0060 pu 140035 foot voto) pu 3 AD} adito LÌ 09 pel 
#99 dd) Jloyo0; da 
asi Ji zoo «fol, ads JAusasas ud Jlorido 30 13 dA I 
NOUS ag 19) «lusso zoo riu οἱ «ago avoro οὐ ο᾽ν, 
où Jicuy Jiol) 30 sflifaso Jie csi Jia Dal οἱ τ Δ, 
pod Jpis cul) luz 49 «upiol) Jlaz/z faz κϑοο «das i 
δι }Dajo/ las ἡ μου LD ιϑοδι ALII GLI Ju.) :}1δ}} I 
foto ro dia at n μα into Κλ ὩΣ, 
1008 Ja diraaro dLusvo/1 ον :)Asc0v0 ud adbaiolo ΡΥ 
«Ὁ :]1οο poi 51. Na O xo [οι :fsass Jlaatoso, Jlojozo. 
κΎΟΣ fi Jia 5 lora dad cas ada) fui i ario 
Paste irilo n cera id dd cale air σώμα 
uasdi hico 000% xd) | Jiso + Aonspallo Liozhfo Asso fuso Jo 


d'un seul point, que leur mère les mit au monde. Ce n'est pas non plus, comme , 
disent les sots Manichéens, parce que tous avaient en soi une grande partie 
d’un seul pouvoir. Mais la pensée dominante était une pensée pieuse (εὐσεδής), 
qui était une en eux; c'était la méme couronne du martyre qui les invitait. | 
Ces martyrs, en tirant leur zéle de la doctrine de la Loi, précédèrent dans 
leur course les confesseurs de l’Evangile, de méme que saint Jean-Baptiste 
précéda le Christ. Auparavant aussi les trois jeunes gens et Daniel, l'homme , 
aux nobles aspirations, furent sauvés du four ardent à Babylone et de la | 
fosse aux lions, et ils apparurent aux Barbares comme des étres vénérables 
ἃ cause des miracles et destinés ἃ ramener les Israéglites ἃ cette Jérusalem 
qui est située sur terre. Les jeunes Macchabées, précédant la venue du 
Christ, la résurrection, la Jérusalem spirituelle, dont l'artisan et le ceréa- 
teur est Dieu', l'annoncee du Royaume des cieux qui était déjà proche, 
partirent du stade des combats vers le ciel, en instituant les premiers et en 
nous enseignant l’espoir de la vie future ἃ laquelle ils nous préparaient. 
Sì ce fait n'avait pas précédé, conduit et dirigé par la Providence, que n’au-. 
raient pas dit ces Juifs aveugles en voyant mourir dans les supplices des 


1, Hébr., xL., 10, 


to 


[23] HOMELIE LIII. 23 
zati fis 00 Au JI JAsanor Luzi Jia lado 1000 κι δ ϑὸ 
had 06 Jos] Asanizo Ια 5. ἃ» insionl/ ni οι ἢ... È 

Pro dda ΧΟ Ναβαλ did [το 


INSLo ge 9 lisolso 


èLf.Lonaii “a ford. 20 DALL]: Ασομ [ἢ 9 ]lauso has οἱ [ἰδ Na 


Massa asd οἱ fusa dA DAS O pha0 Pro poss sul } 
dadò ᾿ pro μα. ἐν asi μοὶ aos δι aero) fas vos 
poro orso ἽΝ pod ASPIDA 49) iso) iradilià) AID do 


hommes qui confessaient le Christ? Ces Juifs qui n'ont pas d’yeux pour 
contempler le victorieux espoir de la résurrection, par les rayons duquel 
nous avons été éelairés grace ἃ la bonté et ἃ la charité (φιλανθρωπία) de Celui 
ui nous y convie, A lui la gloire éternelle, amen! 


HOMELIE LIII 


SUR LA CORRECTION, C EST-A-DIRE LA CALAMITÉ QUI, RAPPORTE-T-0ON, 


FUT ENVOYEE PAR DIEU A ALEXANDRIE, 


Qu'on ne pense pas que les prétres ou ceux auxquels a été confiée la 
direction du peuple peuvent sans danger se taire. Qu'on ne s’imagine pas 
non plus qu'ils font une faveur quelconque * aux auditeurs lorsqu’ils paraissent 
en public pour parler et enseigner. C'est un devoir qu’ils remplissent en 
agissant aînsi, un devoir qui, non rempli, cause une angoisse extréme ἃ ceux 


* fol. 101 
r° Db, 


* fol. 101 
r° ἢ, 


gle 


2 SEVERE D'ANTIOCHE. (24] 


SJ mit Tr dr paz i ao 


OÙ paz DÌ nada se radar Je adi da ΠΝ λό Ji μα, 
rl Jod fuso τοδὶ 1OCANI sid 006 FADO μδμ 13536/ fusi 


osa οἷο 109) pda Aus Lian] . yadaio/: dada di δι Jo 
pel +. 45 AU Jo fasju pur Jiooanzo fuso paò dò lsopass 
δες, οἱ το Νλο Jo dor addi μόμα ἀφ Aulo Jas, 
Jada poro fuscos;kS as JI Ομ di ἘΝ «Ὁ “με ραϑ οἱ 
:yadajo/: ada JI Ημαθ ad λο μας soa Aranda 
sup JAssassad saudio edo 1) dd sal redatta, 0sÙs> lisa] 
+ Jlodo 30) où iilad spal Jaay lado + cdadlo paal ας οἱ /I/ 
Ji} ivato Jo As δ 6. ΟἿ. ..} τοι. el di JASs0 iso 
5} οἱ μὲ Jipell οἱ; μϑοὶ No] vucors Ji usi τμὶ ks; Jo 


sfido 20 
JASi JA ia gzofiso ford 230 Judi daleope Lady n? dA 


qui s'y soustraient. Le prophète Amos dit : « Prétres, écoutez et rendez 
témoignage ἃ la maison de Jacob, dit le Seigneur, Dieu le Tout-Puissant'. » 
Isaie nous donne le méme commandement : « Consolez, consolez mon peuple, 
dit Dieu; prétrès, parlez au coeur de Jérusalem®. » Il faut done, en premier 
lieu, que le prétre possède par la purification une ouie très fine pour pouvoir 
saisir promptement les révélations envoyées par Dieu, soit les menaces, soit 
les commandements, Il doit, en second lieu, rendre témoignage au peuple 
et parler, non pas en tremblant, mais avec une certaine liberté légitime οἱ 
sage; non pas d'une manière simple, mais « au eour de Jérusalem », afin 
que la parole touche les auditeurs, qu'elle ne réjouisse pas seulement l'ouîe, 
mais qu'aussi elle passe et entre ἃ l’intérieur, et qu'elle envoie vers l'àme le 
bénéfice des explications, 

C'est pour une parole de ce genre que saint Paul écrivait aux Corin- 
thiens® : « Mais dans l’Eglise je veux prononcer cinq paroles par mon es- 
prit, afin d’enseigner aussi les autres, plutòt que dix mille paroles par la 
langue. » 

Les paroles dites par Dieu au prophète Ézéchiel' inspirent une grande 


1. Amos, ΠΙ, 13 (Septante). — 2, Isaie, xt, 1-2 (Septante), — 3, I Cor., xrv, 10, -- 4. Voir ci-aprés, p. 27. 
Digitized by NIXIO LI 


| 
ὃ 


d 


GI 


10 


[25] HOMELIE LITI. 25 
ALpozio Ji asd Ὅλο radi μα. ut «δι da Aso 
SÒ Au] vaso μοὶ γ»υἱ» Aleotti pueidoo «pat Jo idiot 
SS50 τοὺ pas Alarzuo faro cs ilo palo) ud Nus οἱ +0 
gel Juoy Jo Jisj> volto 0 :Aattmasso JAntnasisv0 οοδ οἱ id 
Ss οἱ Slots iu «οομλοίο dii QQ) ii ford μου 
Jing Jopeily oso [sanoi Lazaspo yulo gadopo ya lesa) laz05 


c.Jiky JAiito riparo ddlady Aus uit Ἢ Aus οἱ eden οἱ μὰ οἱ. 


NODI fico I imm Ano 25 ao 11,9), Jia] «Jossohuazo oo, 
olo AJ valo Aliazono 5 "108 dado oo, A 5 οἱ οὐι fans lov 
pat ooo Joss load shsax © μμ οι» > Ao Jil Std I 
Nlojaxco cid LAN 300 cd fi 301 lado Lele Ans οἱ fo, Lady γε ὶ 
βο JA | 7° suonata οἱ Pa fissi «οὐ. «θοῦ 20059 
ΙΝ cadol Ια gaudio radio fis od [|οοἱ Al ΙΝ ὁ 


«2 da .] μὰ ΜΠ ΨΥ «δ SA 9 + Joot }36/ 1008 Jia 


crainte ἃ ceux qui sont ἃ la téte du peuple, méme ἃ ceux qui montrent de 
l’insensibilité. Elles terrifient et prouvent clairement quel est le danger du 
silence, surtout pour celui ἃ qui a été confiée la fonction de Grand-Prétre. 
Celui-ci est appelé sentinelle (σκοπός), ou parce qu'il agit et veille pour le 
peuple qu'il recherche avec sollicitude, et tout ceil le scrute et l’examine lors- 
qu'il dirige ἃ temps et ἃ contre-temps, suivant la loi apostolique', le troupeau 
soumis à son autorité; ou parce qu'il est placé devant nous comme un modéle 
et un emblème de la rectitude de la vie; on peut dire aussi un σημεῖον, c’est- 
à-dire une cible vers laquelle les archers tirent une flèche. Le but (ὁ σκοπός) 
est ainsi appelé parce que ceux qui tendent l’arc fixent leurs regards vers le 
signe ou le but, * lorsque, au jugé et en visant bien, ils veulent y envoyer une 
flèche. De la méme manière aussi, le peuple doit regarder vers le prétre 
comme vers le but ou le signe, et diriger toutes ses actions sur sa conduite 
et sa parole. Ainsi saint Paul, dont l’ceil de sa pensée ne se détournait pas ni 


s ne ségarait, mais regardait seulement vers les choses célestes, dit : « J'ou- 


8116 ce qui est derrière moi et je tends vers ce qui est devant moi. Je regarde 


1. Cf. II Tim., iv, 2. — 2. Philip., 111, 13-14. 


* fol. 101 
v°a. 


* fol. 101 
Ya. 


Tala 


26 SEVERE D'ANTIOCHE. [26) 
has μὴ δι ὦ Νκο οἱ hooy La μὲ ifuo hi uisohso nopadi 
slo Sab Ao, JSs 

Aa do rudi Jil el οἱ + ford ρον adds -? Jro 
Jil poso JAoos “da οἱ Jias ay ost :ho0, cosassat Au Spad 
μομὸι syasò perso +] e 010 if Arzo «yoko JAoss; 
ΘΟ ΝΥΝ el ar Jo 
AL sJhedosor fora ausasaà δώ fiordo do dia 2h, 
μα foto + Jjuo oidas Li yau/0 (θοὸν Jay vado - Jisor fusti so 
solo huoo, {1} .Jiag: ia «Ὁ» ria δὲ fuioho 1}}} ro 
Jiagi lay Do prioni fuio) 30 Jia Aa Jhudo «idolo Jadatd 
Masi lo -. fica Sa las rl Sa boo, Sdylo οὶ μι] ΙΝ50.5 slo 
solo foo, Jos odor voto gii lay foto «Jo uotaizà 
Irpo Sa oo poko Luooo nol Jul «- Jfooro olo Latoa'N 
+1] Jh pas j36/0 [ἢ ,9 004: βου ὼς Προ dasipho 


vers le but (c’est-A-dire le signe); je cours vers la couronne de l’appel supé- 
rieur de Dieu. » | 

Il appelle sentinelle (σκοπός) surtout le prétre, suivant cette pensée quil 
est d'usage de nommer sentinelle (σκοπός) celui qui se tient sur un mur ou 
sur un autre lieu élevé, qui fixe ses yeux attentivement et regarde au loin, 
et qui fait connaître le premier l'irruption et l’approche de l'ennemi ou de 
quelque autre chose inconnue qui doit arriver bientòt. On peut trouver cette 
expression (oxords) dans le Livre des Rois où elle est déerite d'une manière 
évidente : « L'enfant sentinelle (τὸ παιδάριον ὁ σχοπὸς) monta et leva les yeux; 
il vit qu'une nombreuse troupe s'avangait sur la route de Suraim, du còté de 
la montagne. La sentinelle vint en informer le roi et elle lui dit : « J'ai vu 
« des hommes sur la route de Suraim, du còté de la montagne '. » Et dans un 
autre endroit’: « La sentinelle (ὁ σκοπὸς) alla sur le toit des portes vers le 
mur; elle leva les yeux et elle vit un homme qui courait seul en face d’elle. 
La sentinelle eria et le fit savoir au roi. » Et encore dans un autre endroit* : 
« Et la sentinelle (ὁ σκοπὸς) se tenait sur la tour de lezra'el; elle vit la poussière 
de la troupe d’Iéhu qui s'avangait, et elle dit : « Je vois une troupe. » 


1. II Sam., xmi, 34 (Septante, II Rois, ΧΠῚ, 34), — 2. Ibid., xviti, 24. — 3. Il Rois, ΙΧ, 17 (Seplante, 
IV Rois, 1x, 17). 
VERA IAC . è x (CY O) | lC° 
"πε DY 5, Lo, A ne 


} 


ἃς. 


ii 


«dl 


sani 


[27] HOMELIE LIIIL 27 
Joi zonzo JA50r day xl 194 +. badi ouporsad Sf 08) x) Jos 
fior Ss . Liojioo Jloiaduens udisso τ so, Jrvo da poko 
rasati μεθ eso do Sd JhoAsor μοι lslaso da DIL sl pay 
«Ὁ luka LSopor0 sfiopuAso ΔΝ, 3070 ϑομο fa399 Asi μὰ... 
bias οἱ lispaoso gl fila fois οἱ cl) bia Lao; 
MAS Ξορρο dIAI γόον innepzìont lano Lat οἱ x aagizo; 
Da IAS O ad one AI olor SDA’ pedane rio "ot 
"μδόΐγ gal ρου CASA paz [τοι Nd colata Jia pay 
+ ]asoo odi Los cd casso 
ΜΒ δα 9 asd τομῶν οἱ if zoro 199 "65. οἷν γ9 cd er io 
Sl} γοὶ «.Jlo sio Ινδοὺ pasa [αβϑα do af Alu pro Adro 
fama scan JAusoda ui Jlonzs fiamséio lima, vò JAssassas 
Lil gelio:fAS fa) apo asia dalropu csidaòd dd Sl κο; 
DAL tar | da perdi κοι 1146 paio αν hasj> yasso 


ἘΞ 


De méme, le directeur du peuple qui, en se tenant sur la tour des vertus 
comme sur un lieu élevé, est exhaussé en fait et en théorie et, pour cette 
raison, est placé sur un siège au-dessus de tous les autres, doit posséder un 
eil intellectuel, pur et pergant, éclairé d’en haut et qui le premier apergoive 
de loin les calamités imminentes, ou l’irruption des démons comme des en- 
nemis, ou les embuùches cachées, ou les filets dissimulés du Malin, afin d'en 
avertir le premier, de préparer, de conduire et de diriger les événements 
*qui doiìvent en surgir, en dehors des malheurs qui frapperont le peuple. + fot. 101 
C'est pourquoi l'Écriture sainte le nomme surtout sentinelle (σχοπός), comme“ " 
to je l'ai dit. 

Ensuite l'Ecriture demande an prétre que, après avoir vu le premier, il 
en témoigne au peuple librement, publiquement, plus clairement encore que 
la trompette aux sons joyeux et ἃ la grande voix, afin qu'il touche l’ouie dure 
et fermée par la méchanceté du monde. ll est bon qu'il entende aussi la pa- 
role d'Ezéchiel et qu'il sache quelle doit étre sa crainte, et quel est le chati- 
ment fixé et réservé aux prétres qui ne préchent pas ainsi. Cette parole est 
celle-ci' : « La parole du Seigneur vint ἃ moi en disant : « O homme, parle 
«aux fils de ton peuple, et tu leur diras : Terre sur laquelle je porterai le 
© glaive! Que le peuple de la terre prenne un homme d’eux et qu’ils l’établis- 


ST 


-- 
-: 


I 1, Eaéch., xxxn1, 1-7, 


"ἢ 


ana 


28 SÉVERE D'ANTIOCHE. [28] 


ΞΘ Ο 159 puo Jo J3i/+ fas ΣῊ + for Sad JA" ud lil ocra 
sasso 5] a μὴν fp 001 pas 0 hood MOD opto 
Jljlo :501:s Jo μον μος ssaa; od, assago sardi sasso Las 


Jo, Jo κου 3 ]οομ. ὁμοῦ Nd oL30I «.uotansdizlo fu votata 
utpD Had fol Niso Juoto Loos usiada oso .50171/ Ἡ raszaa 
Ji Jsaso +. basd αν Jo Liza fas Jo : 1}. hop μὰ x Jooso 
Janasas JI N iso dò Lol ». fa as roouso al lsja JLL 90 τῆζυ 
ΝΘ 10079 Srl 230 1649 ΚΣ od Anal) ay 
DIA 300 No ρου δὰ 5 «l ‘dig ἔλθοι Sio dA »ϑ 
Juso -.uot for) voto.) fan οἱ κἰϑὶ νον» Jess [προ sadaò μοὶ 
sas stò dò 9007) faro sit JI Jia ur ddr pad 
I JT ia daro κλαϑορο JI Jpahd ui panda nr dd inten) 
riapre ilo Rio epoca rg ra ΘΔΕΩΝ 
Jp Jo vopdo latita] ταν fio ΡΝ JI fia S DAI 


« sent pour eux en sentinelle (εἰς σχοπόν). Si la sentinelle voit le glaive venir 
« sur la terre, qu'elle sonne de la corne et informe le peuple. Si celui qui 
« entend, entend le son de la corne et ne prend pas garde, le glaive vien- 
« dra l’atteindre; son sang sera sur sa téte; parce que, en entendant le son 
« dela corne, il n'a pas pris garde, son sang sera sur lui. Celui qui aura pris 
« garde sauvera son Ame. Quant ἃ la sentinelle (ὁ σχοπός), en voyant venir le 
« glaive, si elle ne sonne pas de la corne et ne prévient pas le peuple, et si 
« le peuple ne prend pas garde, lorsque le glaive viendra prendre leur Ame, 
« celle-cì aura été prise ἃ cause de son injustice (ἀνομία), et le sang, je le 
« réclamerai de la main de la sentinelle. » 

En vue de ces menaces — si une sentinelle qui se tait sans prévenir πὶ 
avertir, ne périrait-il qu'une seule ame, est coupable du sang de celle-ci — 
que ferons-nous? Ou plutòt quelle cruelle douleur ne subirons-nous pas, 
nous qui avons été établis ἃ la téte du peuple? Non seulement nous ne pré- 
venons pas de ce qui arrivera, mais aussi nous avons une langue insensible 
pour les douleurs posées devant nos pieds et visibles à nos yeux, pour 
des douleurs étranges et extraordinaires, qui n’existaient pas méme dans le 
temps passé et dont aucune mention ne nous a été transmise par l’histoire 


| "a f > (N αι“ (N 
Digitized by \yO0Q le 
3 : O 


10 


(4a) 


[29] HOMELIE 1111]. 29 


Βα, Jondo fusol βοὶ «000 ad voor odi fuojo Joel: dop 
lo SD voro etc fio οἷο pz «τ ded ipa JA 
shasido liu οἱ -.}105}} Οἱ JAiupso οἱ το ero DI «ὐδιθ 
οἱ -.Jiaaso 1 Jifivas οἱ μοδαϑϑ οἱ fu rado his α...51}} 
Mo :}οῖοι 307 ἱμα-οοῦοὶ Lopatomzo pros Lido οἱ -.} 5: Πυθα 
Joss forio οἱ οὐ »ΔἽ] AJoso LS Juosioli οἱ... Jlomnas 
casal Lia faida οἱ Jlasor fatrio ugo Jisamso cda 
nt] μδλο JI liuasso |...9. .5) οἹ 
μο. opto da AdJanio fi150 μ᾽ aaa ilo e Sika 
.5 οἱ JI india JI Jp μοι fat fsopà - zogdo JA 2099 οἱ /Aupso, 
μέρα DS radi ΚΟ" dI doriljab Laasor dar ἊΣ 
Anal 30 gl) godo Jo Auto luosas: hisuaso Lio +. hasasas, 
Ju pudr i A Spinto mt pd i ad II 
ado L.A] Jo I [ το. Jil Jos zasso Jlojorgzso Jlantas 


ancienne. Nous avons connu en effet, à une époque peu lointaine et aussi 
dans les temps anciens, ᾿ des villes, des régions, des communautés, des na- 
tions, qui ont payé la faute des pécheurs et ont souffert cruellement d’épidé- 
mies, de pluies continuelles, du fléau de la gréle, de la dévastation des sau- 
terelles, de la disette qui a entraîné le manque des vivres nécessaires. Elles 
ont éprouvé une maladie pernicieuse et la perte de beaucoup d’hommes qui 
en sont morts, ou elles ont été livrées en captivité aux ennemis, ou elles 
ont été frappées d'’ulcères et d’abcès incurables. ° 

Οὐ} ait été permis aux démons barbares de s'armer ainsi en masse 
contre tout le peuple d’une ville ou d'une région, c'est une terrible nouvelle 
dont nous n'avions pas encore entendu parler. Lorsque' je parcourais ces 
malédictions prononcées par Moise contre ceux qui transgressent les com- 
mandements de la Loi et que je lisais les différentes espèces de fléaux, je 
n'ai rien trouvé de pareil. Mais peut-étre citera-t-on cette parole de Moise!: 
« Le Seigneur te frappera de démence, de cécité et de dérangement d'’es- 
prit. » Mais ceci n'est qu’une partie et non pas l’image complete du fléau 
qui est arrivé maintenant. Il y a en effet dans la calamité méme de la dé- 


19 Deut., xXVIII, 28. 


* fol. 102 
r° a. 


* fol. 102 
ro a. 


30 SÉVÉRE D'ANTIOCHE. 39 


certi DI καλοὶ χα, dit e) fiordo Asili lat yga οἱ Jana 
dò dt cdi δ. αλλ), Jlolo didaddiso JAdSusas Ja del 
Ho 069 Jr eso aaa aarsio fasiio αλλ pay 
0) 00 3 DI usò Jihay Jhaspasso Nd cera 9 00010 NO IROI 
dd Jia JA inerte putti AI κοὐ di ie 
do sit] Ja vii Hona o ad -luasiao ur cuor inoand 
Ot fat tinti YO JA Aulo Artt nti «Ὁ 
eda δ. 20 JI +09) "οἷ. .fuzaso } 1ASS0 da 230 Nodi 
μιν Jos Lido uil χορὸ frsbl μὸν JAS0 Lasa uso 
Ji fsorsaso :/1Sazolo JAoi07 Ja do δον μι Jliusato » 
Jlaspamso 20 pd et A 1 01 ne? libano + fu sioso 
e. Jr [Asporto tto Asilo 
* fol. 102 eri i tg dI e inte No dé Selo 


r° b. 


da gel) Misa paz [το Diso indole popo uso: audio wr ἢ 
J_15019 Joojzz da Ν᾿.» © JAJsò «gl Sio Jairo {δικοί | 


mence et du dérangement d’esprit. Mais il ΒῪ ajoute encore de ces choses 
que la parole ne peut exprimer et que l’ouîe ne peut croire. Que des hom- 
mes deélirent, se jettent à terre, arrachent et déchirent leur chair sans le sen- 
tir et deviennent enragés par l'opération de ces démons qui les oppriment, 

cela mérite que nous l’écrivions. Mais qu'ile s'imaginent qu’ils brùlent et ἃ 
qu’ils rendent éteints des charbons ardents, des χαρδώνια, c'est un fait en de- 
hors de la rage démoniaque et en dehors de l’ordre naturel, et nous ne pou 
vons soumettre ἃ la parole cette douleur qui est au-dessus de la parole. A 
cela nous devons rattacher, parmi les malédictions de Moîse, cette prédic- 

tion qui dit' : « Le Seigneur rendra étranges (παραδοξάσει) tes fléaux et les " 
fliéaux de ta postérité, des fléaux grands et prodigieux, et des maladies 
malignes et certaines. » C'est le propre en effet des prodiges d’arriver en 
dehors de l’attente. et de la pensée universelle et commune, d’échapper ὰ la 
portée de l’esprit, d'étonner parce qu'ils se produisent et de n’étre crus 

* fol. 102 qu'après qu'ils sont arrivés. On n'y croirait pas * avant qu’ils n’aient eu lieu. ! 
Pon C'est pourquoi Moiîse appelle prodigieux et certains de pareils fléaux. Après 
ces menaces si terribles, il en introduit une autre qui est encore de beau- 


1, Deut. xxvit, 59. 


--- 


[31] HOMELIE ΠπΠ1|.ὄ 31 


τοδὶ Juotiaz 3.50 <del Jolaziazi uéi dl red 
xd Luo JA «fuor μοα θαυ fohas fato Jr fù] Jlauso Nos 


*y-dar bora 

s00 τόνδ βου. Aa lido) 100 famo, uso xdò ud 
5 +ferolAs0o Κρ xd rasoli da dò ifliiail Jato Las) 000; 
dd fincnis: rada zip) :fupdanos 005 Lao xs hiso gdo 
Μὲ rit perdo Niso Jlo «4 r/r SLA pas cisl) | ον 
1 Gudo ins ΝΣ κοῦδι ..5}}}) ΤΣ gaudio [οι das «οἰ 
uil poso fina 19 10008 xe>rioro leader od foasas νοΐ do 55 
è fonts, Jr 100% radio Aaa aso Jo :Lupaso 0001 otel 
1000 etto ἢ sot do «οοἷν asa Jlasad τας 99 pds cdi 
fio bio μους μι ϑομν od x aero fasasas ir dio 
sot laarso [καθὸ s000 agi 19 Μ᾽ pod pop "δ 
faz paso day δι τόδ io pay Sir cod Joo atasò 
5. EE dt et [16.2.30 30 iedgi reti loco da zio 


coup plus terrible : « Et toute maladie, dit-il', et tout fléau qui ne sont pas 
éerits dans le Livre de la Loi, le Seigneur les amènera sur toi jusqu’à ce qu'il 
tait détruit. » 
La calamité qui a été prédite d'une manière commune et générale, ἃ sa- 
5 woir quil arrivera des espèces de fléaux prodigieux, fait certainement partie, 
il faut le reconnaître, des calamités qui ont été dites pour nous. Pourquoi 
done maintenant a-t-on vu en réalité de ces fléaux qui dans les épreuves anté- 
rieures ne furent pas connus, autant que je sache? Ce n'est pour rien autre 
quà cause de la prédiction qui avait été faite. Les Anciens des temps loin- 
lW taîns et ceux qui, après eux, observaient la Loi de Moise, alors que les hom- 
mes étaient en quelque sorte des enfants et des étres serviles et n'étaient pas 
préparés ἃ la erainte du supplice futur et éternel, ceux-là ne pouvaient éviter 
ile pécher. C'est pour cette raison que la Loi et surtout le Législateur ne les 
menacèrent pas de la Géhenne et du feu éternel. Mais, dès qu'ils avaient 
®» péché, aussitòt après leur péché le Législateur les punissait. C'est en effet le 
propre des enfants et des esclaves de rire des chàtiments éloignés, Ils crai- 
guent, au contraire, les coups suspendus au-dessus de leur téte et se corri- 


I, beut., xxvi, 61, 


“ 


* fol. 102 
v° n. 


* fol, 102 
v° a. 


32 SÉVERE D'ANTIOCHE. 


dt τόδ AD 9 funi aa dj oops do Ad 
νι Jia dio Sto aa L5/} volonta boro Sh 
Soil saio bor 3 shuisdi volo RESTANO γεὶ inmagol3 
nt paz J 001 pò) I3 Lavor ,9 waras οἱ Joiai «βου  Jlauaaso 


«δ. fui λαϑλοα θυ μοῦ oss JIl AS sol Joss luo 3 


:hasz yAmmd0 doi 001 dl Judo τόοοι daro 9 Yet dI ta 
ΜΝ 5 μόϊ Ν λον auzasat A Jo edo nd [3Ν5 DI paò 


utili cda 5.5 10001 nefisò Jihas cdi JASus lodo ΙΝ sasa dt 


ol Mopzò 000% rastdi9 100 000 rodi [536-ὁ do) rado JAsja 
avo Jhuupal Jieusas οἱ :[5οὰ..} Dv Di asd Ljoo o su) 
πολ} μ᾿. Joss Lis uil 3 τόμϑοὶ uadas οἱ; Aus ud 1000 
may ooo ail) fia] μμ JI .]οοἱ As μα. lady rado 
:horssas fun Jo) ni fsilo μον, foa, ped ASSO Naso 
ili hassl «ἀρ JLol 1000 guri βοᾶν ga0o rana uil Lada! 


gent. C'est encore le propre des enfants αι ἃ la menace seule de leur père ils 
se contiennent et prennent peur. C'est pour cela que, pour les disciples de 
l’Evangile, comme pour des gens parfaits et des fils, la correction se fait seu- 
lement par Ja menace. Aussi saint Paul, éerivant aux Romains, disait*: « Car 
vous n'avez pas regu l’esprit de la servitude de nouveau pour craindre, mais 
vous avez recu l’esprit de l’adoption. » Ceux qui autrefois commettaient des 
péchés étaient aussitòt frappés de chàtiments. On trouve le fait constaté his- 
toriquement dans tout le Livre inspiré par Dieu. Lorsqu’ils oubliaient le 
service de Dieu et l'observance des préceptes de la * Loi pour se tourner vers 
le culte des démons, sur l’heure ils devenaient les esclaves des autres mem- 
bres de la tribu qui étaient leurs proches voisins, ou de quelqu'un des bar- 
bares qui étaient en dehors des frontières; ou ils étaient corrigés par d'autres 
peines. C'est ce qu'enseigne aussi saint Paul en mentionnant quelques An- 
ciens de la manière suivante dans l'Epître aux Corinthiens? : « Ne nous pros- 
tituons pas comme se sont prostitués quelques-uns d'entre eux, et il en tomba 
dans un seul jour vingt-quatre (sic)* mille, Ne tentons pas non plus le Christ 
comme quelques-uns l’ont tenté, et ils périrent par les serpents. Ne murmu- 


J. Rom., viti, 16, — 2. I Cor,, x, 8-11, — ἃ, CI, Nomb., ΧΧΥ, 9, 


ui Ὁ 


δὰ ὦ cioe Lie — "  *© 


n e δα pe er 


[38] HOMELIE LIII. | 33 
30/109 da JANIS so fisc fis do palo Qi OLIO 
Dov οὐἱ Laos yamsoco Jr Jsp Jon Al voro }ο 
ὁ] 
:..5} Joor Quackhaso 15 dado dada lia; al) A Nos 
no dor AA μμᾶ9 yadaa /l10 ped: cd hasas dijidor de 
QLso por βω: aadzas atso :}35/) Jada] och) Joris Lo00ì valudg 
Jiaso :lasol J 1001dt paz fado τοῖο add οὐὐ Jil) addii 
RADI idr tolo ddt gir dindor κι |A pdl | 0009 
QI fior logo ino) pd fis lascanai doi odi is 
edi JA Jos [οὶ Db pz fio sha 19 edi ων 9 
Jo Gi Al Alady οὐν sol? edi Nod δος fo sl 
poro da anto Jlo ilaasAs0o isadsizo κ 5) daso AJ poso 
μος fiato irta Sa fin γοὶ πα αν 1...5}} Ἰὰς 


gl Ἰκχοοοι gni 15 οἱ; δ οὶ A] τς J00) wi) od pò Jpròo 


rons pas non plus comme quelques-uns d’entre eux murmurèrent, et ils pé- 
rirent par l’exterminateur. » Ainsi, pour les raisons qui ont été énoncées, il 
n’y avait pas d’intervalle entre les péchés et les chatiments dus aux péchés. 
Mais, peu ἃ peu au fur et ἃ mesure que le temps s’allongeait, les Pro- 
phétes indiquaient par leurs propres paroles les peines du supplice futur et 
éternel..Isaîe en témoigne, lui qui dit' : « Qui vous annoncera le feu qui 
bràle? Qui vous annoncera le lieu éternel? » Et aussi? : « Car leur ver ne 
mourra pas, et leur feu ne s’éteindra pas. » Lorsque nous, qui avons cru ἃ 
l’Evangile, nous faisions ce qui nous valait l’adoption, par la menace de la 
Géhenne, c’est-à-dire du feu qui ne s’éteint pas — (on appelle Géhenne 
cette flamme, ἃ ce qu'il me semble, parce qu'elle existe par droit de nais- 
Β8η06 et sans diminution; en tout temps elle est rajeunie et elle flambe; 
elle n'a pas besoin pour nourrir son ardeur de ce qui est nécessaire au feu 
matériel et visible) — nous refrénions les grands et affreux instincts du . 
péché, et rien de semblable ne nous arrivait tout d'un coup et subitement. 
Parfois aussi lorsque nous péchions, il se passait ce qui se passa pour les 
1. Is., XXXIII, 14. > 2. Ibid., LXVI, 24. — 3. Comme il est remarqué dans une note, l’auleur ex- 


plique γέεννα par γενεά. 
PATR. OR. — T. IV. 3 


34 SEVERE D'ANTIOCHE. (3. β 
Lupoaso hojs yul ima viseanze cs μϑα gel ΝΑ. δε. Lul 
:ββαδο dito att Ji y—l : 300p0 da hill mus Jato 

+ 0008 ha Jlasoy JlA où, 

* fol. 102 -«“ἂ- ᾿χαλα9 io go SY dl panda Dad κα ο Aso 

«Ὁ adi eda lira LA Asd Quo adj) μόν καθὸ iu 
quat 0A JI pelo iti pad don propria da sfera 
gel sfida odo :-βομς SA σοὶ οἱ sost ipa) Jloiafo 
IL Jada Jlofato 9 paso ya) Loy Jlsoso vaio μοι fsadas 
DAY pi AJ po Mo pid dol n Jas 
[3.59 Jo «Ὁ. μιδωοιλδο 5 οι Azores Lan d false : inte 
μοι «βόδι μα. μη lix? adi \fopas0) AA Jia Jia 
lino] Shel i] δὲ Jias99 ALA pas Jia) +00 usar 
Masops dio ade Ja asd [γι idiot Rara Jia Jy01 fem Li 50 | 


Anciens : le déluge aux jours de Noé; les éclairs enflammants et les fou- 
dres qui fondirent sur Sodome; aux jours de Moiîse, les serpents dont les 
morsures étaient mortelles. 
* fo. 102 Mais quandilarriva que, commettant chaque jour * de très graves péchés 
“et surpassant les Anciens par une perversité contraire ἃ la Loi, nous rimes ' 
de la menace des peines futures, nous n’en tinmes aucun compte, nous consi- 
déràmes comme une sottise le nom méme de la Géhenne, et que nous tour- 
nàmes en dérision la chose elle-méme comme ne méritant aucune créance, 
pendant que chacun de nous disait : « Moi, je jouirai de ce monde qui est 
proche et de courte durée, j'en viendrai par toutes les voluptés et les perver- ! 
sités ἃ brùler éternellement dans le feu; il me plaft de saisir les plaisirs qui 
sont visibles; quant aux fables de l’avenir invisible, je n'y songe pas », — 
alors, c'est alors que /e Seigneur nous montre les commencements de la 
fiamme ἃ laquelle nous ne croyons pas et qui ne s’éteint pas. 1] fait sortir 
d’une manière prodigieuse des charbons ardents des corps humains des dé- ‘ 
moniaques qui sont torturés de cette manière, afin de faire savoir manifeste- 
ment qu’avec le feu final est apparenté et de méme genre le feu qui tortura 
ceux-ci et auquel ces ignorants ne croient également pas. « Allez loin de 


-ἴ 


[35] HIOMELIE LIII. 35 


2 IDA vii fiat LA δὶ τοὶ iso a ad ay fusasoliso ἢ 


suariolizzto Jio Doll Lanfso ui 
dd 09 6 fot pag Ὁ λλλο ciipàò Aes] Asi go n μοὶ οἱ 

ID poi peg Jlorzdo pad ilepal 061 Asca, JAuljso diet) Ε53} 
Ra dee pe a ὑδὰ 
2 ya Jiro Ato Jr dor Ἀ1..55}} Lan] + usa n, 
Of rt 9 NA artard Slo tiglio pad pu do 
nd A frodaazo Lordo fas Ad da fi do di 
DA οἱ a air dpr fat + og Sr Sio Lian go οἱ» duo 
μι-οοἱ fot fury att ASA) ii κοὐ oi lo sz fines 
Jo AxS0 1555 yield ipso fo gel κϑὸ dd κακοὶ 
κα! οὐ μα οο . 0020 nd eo ΙΝ...» Jsp 
Ha ὁωδΝΐ (sic) JIAIA Jlatmaso cid Ji] Jota lasosoAdo 


I -οοδ.ἱ [μ..» :3 Jasjò sus, : Juasl9 pa Di Di JlSudso ALI 


As οἱ Jlanttoro :659 vdérllo σοοι N [μας χω Ι] τω] 


moi, dit-i1', 6 Maudits, vers le feu éternel qui est préparé pour le diable οἱ 
ses anges. » 

Il agit ainsi par un grand amour pour l’humanité. En effet, comme le der- 
nier jour arrive déjà près de la porte, par des corrections très claires et ma- 
nifestes et par des calamités très douloureuses, il nous rappelle ce qui arri- 
vera, non pas par des paroles, mais par des faits, afin que nous ne tombions 
pas dans des maux inévitables et sans fin. Tout cela, il le fait et l’acquiert, et 
il est méme contraint d’infliger des supplices, préoccupé qu'il est de nous ar- 
racher ἃ des maux auxquels on ne peut se soustraire et pour lesquels il n'y a 
pas de fin. Car, dès le commencement, ila employé la menace dans ce but, pour 
effrayer plutòt que pour éprouver la menace. Et ceci qu'on a entendu dire : 
que ceux qui souffrent de cette maladie étrange bélent comme des brebis οἱ 
des chèvres, aboient comme des chiens, produisent par leur bouche d’autres 
cris d'animaux, se repaissent de paille, d'herbe et de nourritures propres ἃ 
d'autres animaux, ceci est une juste correction de notre sottise. En effet comme 
"il est éerit? : « L'homme, étant dans les honneurs, n'a pas compris; il a été 
comparé aux bétes privées de raison et leur a été assimilé. » Et, comme nous 


1. Matth., xxv, 41. — 2. Ps. xLvIi, 13 οἱ 21 (Septante). 


* fol. 103 
r° a. 


36 SÉVERE D'ANTIOCHE. 


ii Al Hots zioo lr Jo] ap AIA vò JAjado μα... 


Ar usi JASso jofoadi il το Ὁ venasò AS JI πὸ Kisa 
+ ado yi fboas ya; iaspò 
ro )anolu iaia: gladio Lot Lauy OLIO pd do gal Sasa ἢ 
Lior pag od ast lor J gia petti do δ, 3 ALan 
Jisanti usi "] ul Îlo dò arto tpdalaso Ji " Jhon, Îlo 
sad 0 004 JA flat fAsado lisa ἃς » :ilasò sf 
Jia fazio JA Jo 4 A poso Ata lana fas où wr dal 
χαὶ γον perdo Jlisor zio ἢ ira Jpand] yz Shi z8 
«pad Jlattaszsato lupoaudo :}18}} rupi don Jtt 
e, μωνλο Aulo ago Al nio 0 Jo rada Au fiAoaso 
dò dio ul Aia xd υδι 19 peso lita; | ud pag 
hil 230 Auf sso az fuso Jlasssr er diaz zamso Janas 
hail gol “As gia Μὶ SAI 407 fas pel gela so) sd pool 


1, L Sie, lite bla. — 9, |&uaaxgsas: V illisible. 


n’avons pas méme une sensation de la propriété ou de la qualité animale qui 
est dans notre esprit, il nous reprend par des paroles inintelligibles, en 
s'écriant comme s'il citait une parole de l’Écriture' : « Ta bouche te repren- 
dra et non pas mol. » 

Ne nous posons donc pas très méchamment comme des gens qui restent 
en dehors de cette maladie, alors que, plus qu'eux, nous souffrons du manque 
de raison. Celui qui émet le cri d’un animal privé de raison ne nuit ἃ per- 
sonne; au contraire, Il est utile en éveillant la pitié et la tristesse chez ceux 
qui l’entendent. Mais toi, qui possèdes une àme d’animal insensée et privée de 
raison, qui as revétu en méme temps en toi-méme les passions de nombreu- 
ses bétes et qui es aussi varié (πολύμορφος) que les phénomènes appelés signes, 
à cause de tes défauts et de ton iniquité envers tes proches tu es seulement 
hai et tu n'esjamais pris en pitié. Et c'est très juste. En effet on prend pitié 
de ce qui est involontaire, mais on hait ce qui est fait avec intention. Cela 
indique le chatiment, ceci la méchanceté. En quoi diffères-tu du lion, dis-moi, 
lorsque, comme dit le prophète David * : «Tu es embusqué en cachette comme 


i. Gf. Luc, xIx. 22, — 2. Ps. Ix, 80, Septante (hébr, x, 9). 


i 


a ‘ /Hz”o aa) 


lt δὲ 


- > “9 dee 


ΓΝ 


ψαιῶν 
ii 


[37] .  HOMELIE LIII. 37. 


gel pel dò 19 cd Alì spl tl κοὐ fido n 
Joy χοΐ Jas] ας, gl «ὦ, LAS] :Ε5}} gel et Βομ :μὴ] 
οοοι Jas di vj paz fasi Lao ul 29 Ιβω dI paro 
Auf οὐδοῦ Jane fio pal xt N βου, shadoil καὶ Nyso τοὶ 


Jas; 3500 »ἙἘῚπ nr Βα hat οἱ Aa gr Al jan ili gl 


asoird 0) luaaso has Jp JOIA odi dot 4 JI ul 
Sd 7 βιϑο sj liano du poso Sla ad ἴον SA50 τίου 
No * fislo Do) foot Jidari οἷν Auf Jason od L00 dre) JAAsag 
ndo οἱ τοὶ οἱ» fuso »»οἱ -.JASaskro i pad cri vito Litas 
QI pd 104, 10001 radio Aullafio ail pianto 3 ΒΕ 
è 00 ansol με, Pol μι.» 
Arasso 22) «λ9. Lodo [πο βαωὴ δὶ oso - das dò ah 
Jorjs00 Noiane so I Sdfsò ife! fo dg fe 00 ri 
SA rd Ὁ CEY dI Na nio (LAN NE ds fusto μοϑαο . Ao 
Jota χα Jo nepolide κο fit «ὦ. gi it pel 


un lion dans sa tanière; tu es embusqué pour ravir le pauvre, pour ravir le 
pauvre en l’entraînant »? Comment doit-on surtout t'appeler, lorsque tu es 
ravisseur comme le lion, cruel comme le loup, irascible comme le chameau, 
vorace comme l’ours, ardent pour les femelles comme le cheval — « Ils devin- 
rent des chevaux ardents pour les femelles », dit Jérémie en parlant d'indivi- 
dus‘, — frappant des cornes comme le taureau, t’allongeant pour ruer comme 
l’Ane, sautant sottement comme le bouc, rusé et fourbe comme le renard? 
Quand une séule Ame souffre de tout cela, peut-elle encore étre appelée une 
Ame? N’est-elle pas plutòt un démon dur et cruel? Eh quoi! N'était-elle pas 
bienheureuse l’Ame de celui qui devait manger de l’herbe * et de la paille et ne 
pas:se nourrir comme les hommes ses semblables ?? De méme aussi un certain 
prophète a dit * en flétrissant des individus qui s’exposalent au meurtre : « 115 
disent : « Immolez des hommes, car les veaux ont manqué. » 

Ayons donc honte et corrigeons-nous, ὁ mes amis et mes frères, et regar- 


5 dons vers notre Ame, bien que tardivement. Recherchons par la douleur ma- 


nifeste et certaine des autres et surtout par l’opération et la correction divines 
les maladies secrètes de nous-mémes. Et nous, pleurons sur nous-mémes, car, 


1. Jér., v, 8. — 2. Cf. Daniel, τιν, 29, Septante. — 3. Osée, xtrr, 2, Septante. 


* fol. 103 
1° ἢ. 


* fol. 103 
r° Ὁ. 


38 SÉVERE D'ANTIOCHE. [38 


A Jsodasso sas μοι soddi da “οι rel fuso Jojo Ga 
AA 0 οἱ τ λαλλο ay οἱ «fi sò Loi οοἱ μέ]. ..} "ΔΒ. cd 
μοὶ asp οι sfondi JA λαὸ ul ooo do ui 
ped 19 +. ethadarto N Las pol) dl pd Jlass] Ascanio :} κωοἱ 


1A af NU dint el paso] Dio μα μὰ] 


Ma fe ife βαϑαλο Lita Jar sid sarò Ja οἱ Jar fa 
Lori: δι do pl Ldas porci vie] Day LL Adro Jara 
AD dad tg nante o e 00% fo Aulo 5 cal 
χα 9 λυ 29. .-Joo: oAaso; fpshd cod diana Jato Jiaso; 130062] 
e rina pt A] Anto 1531) -.Jo0: antsAzo santo fAsafo cui 
Au] Jorhso ver Auf -.)lashso Jsiot we) fact fimo Naso o ida 
par zdò yuel ifasnò 055 add sit sl pasa vii οὶ 2 JI 

AGISI adi ᾿χχϑόι olo da Jlojadno τς 9] mail] af κοῦ 


pour avoir commis de très graves fautes, nous serons destinés aux supplices 
futurs et éternels dus aux grands péchés. Que nous soyons corrigés dans ce 
monde qui est proche et qui a une fin, c'est un grand avantage pour ceux qui 
ont péché. Car, soit en totalité, 801} 8 partie, ils seront déliés de leurs péchés 
selon la juste mesure de Dieu, lui qui par justice autant que par amour pour 
l'humanité pèse ἃ chacun ce qui est dù. Ecoute-le lorsqu'il dit par l’intermé- 
diaire du prophète Isaîe au sujet de Jérusalem' : « Consolez-la parce que son 
humiliation a été complète. Sa faute lui a été remise parce qu'elle a recu dela 
main du Seigneur le double de ses péchés. » C'est pour cette raison quil 
ajoute la consolation ἃ la rémission et au pardon de la faute, parce qu'elle a 
recu le double des peines dues ἃ ses péchés, lorsque les Babyloniens l’eurent 
torturée misérablement plus que de raison. Notre-Seigneur aussi, dans 1 Ἐ- 
vangile, introduit Abraham qui répond dans le Schéol au riche qui brùlait et 
sollicitait qu'on calmAt sa langue par une seule goutte? : « Souviens-toi que, 
toì, tu as recu tes biens pendant ta vie, et Lazare de méme ses maux. Mainte- 
nant ici il est consolé, mais toi, tu es affligé. » 

Qu'on ne s’imagine pas non plus que ceux qui ont été frappés d’une dou- 
leur ont été corrigés parce qu'ils avaient péché plus que nous. Dans des cas 
tels que ceux-ci, Dieu commence d’abord par ceux qui notoirement sont près 


1. Is., xL, 1. — 2. Luc, xvI, 25. 


ona 


--- 


HOMELIE LITI. 


ad fisso Jia ἰ «κοι do pel od o JlasyoAasas: 
a do «οὐι L'ollso Lod dfaopaò i36/) Jon] oprassdà 
J Jo O AS0UO Jhipas αὐλοὶ « yadajoll cuodauti 000 

10 ΜΌΝ liu MOLTO ωοιᾶλ5» .3 Sf μὰ du Japaso Aus" 
ΠΕΙῸ ΝΠ Δαθαν da , har 
Mica. + Jasopo Jrrno où usofa 0) ded ida 
alfa ὁ io aggis! Also ἘΝ «l «Joy Aia xo PENETRA 


oi x o? sf Joy dol) ret A DALOLDO Is GSO 
adopt AI 009 da fluo Jo 


ea 
2? Jaducst fasasso parso Jet υοιοδ ἱ Las] ya pag 19 
30 ifus0 ον fpfaud cd JA sò Jp] dI dad JiAhs01 ud 
0 Jo cd side ida asd spioico Alaassoo 19 


de lui lutòt que par les autres. On peut entendre Dieu qui dit dans Ezéchiel 


aux anges 3 des supplices qui étaient sur le point de TAVAgOI Jérusalem': « En- 


trez dan: sla ville, détruisez et n ‘ayez pas de pitié; * commencez par mon sanc- 
a ire. » Et lorsque les fils d'’Aaron offrirent un feu étranger et qu 'ils furent 
nsur Ἰ és pour cette raison, il dit * : « Dans mes proches je serai sanctifié et 
vant toute l'assemblée j je serai loué. » Saint Pierre, le premier chef des 
“ sar a ΜᾺ aussi d'accord avec cela* : « Il est temps de commencer le 
jugement par la maison de Dieu. » Si c'est par nous d'abord, quelle sera la fin 
de de conx prgn. ne croient pas ἃ l’Evangile de Dieu? David chante aussi ' 
i Dieu et terrible pour tous ceux qui sont autour de lui. » 
8 Sach ant cela, prévenons la colère par la pénitence; arrétons-la lorsqu’elle 
s'éten ndr: x sur le chemin et approchera. N’oublions pas que nous sommes 
omme 10 è des justes et que nous ne inéritons pas de souffrir comme ceux qui 
ti souffert. Dieu qui aime l'humanité, qui est sage et qui attend le 
tou d ere: la vertu, ne dirige pas sur nous tous en méme temps la 
ui frappe; mais il s'approche différemment et d'une manière variée de 


ΙΧ q πὲ αἱ pèchent. Ceux-ci, il les frappe et leur rend service en leur remet- 


1, χω 318,346. —2. Τόν, x, 3. — ἃ. 1* Ép. de saint Pierre, ιν, 17. — 4. Ps. Lxxxvu, 8, Septante. 


ἕ Digitized by Google 


* fol, 103 
v° A, 


40 SEVERE D'ANTIOCHE. (1) 
0 parlò οἱ SI ds Jia οἱ :yadaa Jo ed perdi odi fantshi 
οἱ 1 uazso ano aaso fpals Jlauso RO e) Jo Maio μὰ, 
ocd yadaso suoli) rocdasso Sa μοὶ du Jan 30 βου 
Ds | ipy od sad οἱ at οἱ :}1..}.5.9) fp] printed 
Lost att do e] Av γο..5) fia] pollo Nas Ho Jlasd, 
«οι +0 Ja tp Pila fuso ford Nlopad adi, od οὐ 
adi οὐἱ Aso fard Anso |) An Ah hard vee μὰς 
βω} spl κοῦ IL Looas Joy Nuiso Lod metis ΚΝ} cd Aus Jo 
3 fto Jas ape 0090 μος rutto | 009 a Lou sl dyago 
ed [μῶν ϑλ Jo DI μα Judo 336/1111) cd Jam asl poroso 
* fo. 103 Jla0s113 lasts Du pass De) SÒ i SGD cupo shoasa μ᾽ 
| cuoriatas Jlanmlo 

lady «Sy μη. sJisad Ask ph iso jrofl) [λοι e da 
δον PRI gd dA dd AO 150 pel paddy adi | 


tant totalement le supplice futur et éternel, ou en faisant ce supplice très 
léger. Ceux-là, il les corrige, les fait rougir de honte etles convertit par les 
chàtiments des autres; ou, si par cet exemple ils ne sont pas terrifiés et ne 
se repentent pas de leur malice, il les livre aux derniers supplices de la jus- 
tice, soit maintenant, soit dans le monde ἃ venir. Ne regardons done ps: : 
seulement vers les temps anciens. Si nous ne pensons pas ἃ l’avenir, nous 
tomberons dans de sottes pensées et nous dirons comme un prophète l'a 
écrit dans un endroit': « Vain est celui qui sert Dieu. Quel profit avons 
nous ἃ observer ses observances? » Alors, mais alors nous verrons clai- 
rement? « entre le juste et entre le pervers; entre celui qui sert Dieu et ce- 1 
lui qui ne le sert pas. C'est pourquoi voici que le jour vient qui bràle comme 
un four; et il les flambera; et tous les étrangers et tous ceux qui prati- 
quent l’injustice deviendront un roseau; et le jour qui vient les bràlera, dit 
* fol. 103 le Seigneur Omnipotent. Et il ne restera d'’eux ni racine ni rameau. * Et pour 
vb vous qui craignez mon nom se lèvera le soleil de la justice, et la guérison es! | 
dans ses ailes ».' | 
Maintenant, j'ai rapporté ces paroles avec un grand soin (φιλοπονία), afin 
que nous sachions regarder vers les choses du monde futur et que nous ne 


1. Malachie, 111, 14. — 2.*/bid., 111, 18; 1v, 1-2. 


HOMELIE LIII, Te I 
Lats: pelo Jsoo paso, ud alasianto :/idy alasaà I 
cv lat e οοι fusy las Losa eflu asd edo 
iano i 
Merradiant ipso :huiohs votasorod violi | μευ a 

D Jydo oojulor asd sfusiisam 00 Auf paz 00 Dal 
| ΠΡ ito Had JAoazo «]οῖδα κτλ JALAs0y odi Jhysd 
PET e. Jo! fio ya fo] sotanmzaso 
Pomand 3380 SA Jada 49 pag dò odas Jo 

"agg ro Jiéaoy filo 1 cuor το! opdap iaia 
3 Daf! lito Aiopzzo Gsudo τοῦ asi 19 κο 
3 a oi] Led pool -.000 rehadio Alanis uda do 
Aido Ssofo sims suda fsoifo luomo 30 Jia uotada 
> OL passo rfzo 230 Jhyoi pag riad 00add faro 
ss do serio Jaaso ad Ndr fias) κοθοιὶ vammso baro 


5 pas seulement par ce qui est proche la justice de Dieu et sa rétri- 


ben qui reparti et donne ce qu'il faut ἃ chacun des pécheurs dans un 
rdre « convenable. Il est bien temps maintenant que nous voyions ἃ nous oc- 
oper. comment, en donnant satisfaction ἃ Dieu pour nos péchés, nous ne 
neontreri srons pas en chemin cette douleur arrivée ἃ autrui, laquelle, sì nous 
cherchi ons à plaire à autrui, viendrait aussi sur nous. Il est, il est en effet 
des 1 Db: 5 πη 6 s, au moyen desquels on peut arréter et interrompre la colère qui 
vient de D Dieu. Pour l’instant, c'est la prière, c'est qu'à l'aide des supplica- 
ions nous implorions et nous célébrions Dieu de concert avec les prétres 
font fumer l’encens suivant la loi et élèvent l’hostie. Saint Paul, en éeri- 
reux, dit ': « On doit élever en tout temps le sacrifice de louange - 
Dieu, PestA-dice le fruit des lèvres qui confessent son nom. » Lorsque les 
sr: raélitos parlant ἃ Μοῖβο et murmurant des blasphèmes, tombaient tout 
‘un couf eni masse et mouraient, Moise dit ἃ Aaron? : « Prends l’encensoir, 
i οἱ ἃ meto-y du 1 feu de l’autel; jette dessus de l’encens, porte-le promptement 
ur cn et expie pour eux, car la colère est sortie du Seigneur et elle 


sommene à étruire le peuple. Aaron le prit, comme avait dit Moise, et il 
couru ut vers s la communauté. Déjà la destruction avait commencé dans le 


n 


1] 
I — 2. Nombr., xvr, 46-18, 
- i 


iù 
Digitized by Cosi 


᾿ β 


42 SEVERE D'ANTIOCHE, è [42] 
paso foas da rmentuo μου ussilo sad hlasat ciù foot viaso | 
+Jlaso Dallo 1000 rasi 10/610 0008 radandér ast io 
ya JA pros ao da 49 Loss 5 :|ϑοι viiar οὐν Jizordi soll Ia 
jo xl Jo, ASpasd 109) 3) Napo 2) asotiimsaA o τ. 5 ρα 9 
Jiuor Jody: oi) fon θα 5ὅ 5. οἱ; fare er fauno sla i 
10150 +. pendono fiato pal idr Ja pal pa tl lui lasancaso 
GEA ia Jlaxzs lil οἱ x) la » Ho: Jiasolo Ναβαυ msi fact Naso 
ἊΣ 1 δὴ. ga JI] lp al gido Lpd votato iva καλὴ] 
μὶ] 1655 οὧὐ.ϑῦ 9. οΝο .|..5. bi Dax 1a pianti οἱ: δι 
ne τροο ee addi ΔΗ da μδι9 κὰν το μὲ ‘lado spa 1 
hf Jp dd pad 0A) adito ed] foods ad eri 
‘haz Joan «οι ihojaz χαλκοῦ; fio af ad sfiasaaso pag Aaa 
avo il, x AO Padpdo ida ad rd Al [οὶ af o di 
ho Stop ooo Quiz arduo 000 ad a JuStò :fo01 01) 
Jas] sans Jisar Asa Aura ria ὉΠ ον Di Apia Μὲ Jada i 
das liasas fil omai 


1, Jin margine è posero. 


peuple. Il jeta de l’encens et expia pour le peuple; et il se tint entre ceux 
qui étaient morts et ceux qui vivaient, et la destruetion s'arréta. » 
La colère qui avait commencé, vous voyez que le prétre l’arréta en entrant 

et en se tenant au milieu avec de l’encens, et qu'on doit s'empresser d'offrir 

en tout temps la priére comme le fruit des lèvres. On sait d’abord que l'en- ἃ 

cens est le type de la prière pure et de la bonne odeur (εὐωδίχ). « Ma prière 

est pure, dit-1l, comme l’encens devant toi. » Usons done maintenant de la 
ὁ fol. 10 prière avec ardeur et constamment. * Ne soyons pas satisfaits lorsqu'il nous 
'* sera arrivé de prier une ou deux fois, et ne rejetons pas la chose loin de nous 
comme superflue. Mais prions avec des larmes en fléchissant le genou ἃ terre. + 
Supplions; implorons. Je suis honteux et je me voile la face lorsque nous, 
prétres, nous sommes prosternés ἃ terre et nous prions, et lorsque je vous 
vois debout au milieu du peuple et la bouche ouverte. Le diacre erie pour 
tous également de plier le genou. Méme dans le cas contraire : sì, pour ainsi 
dire, il ne criait pas pour tous, vous devriez cependant vous ineliner pen- 1 
dant que les prétres se lèvent et tendent pour vous les mains vers le ciel. 
Mais prions tous ensemble; agenouillons-nous ensemble; frappons avec soin 
(φιλοπονία), afin que Dieu ouvre ἃ tous la porte du pardon. 


HOMELIE LIMI. 43 


ilanzopad sori od :Jpzojdi venslò fluoro [5 ὦ μμωὶ οἱ Al 
29 las «oo μὲ 36) Lino Say Jlasaszad Jody γα Jp! 
Sl δωοὶ - la woaras οἱ Pag Jada μα. ραν, d Ab da 
Jlasolassaro wr JAord CdS SO din ida μᾶς dada 
4 MISCLA Sf Ji Jo pata fior eda eli ant ἢ 
dit οὐν Jp SO Id 300 1 ipupazad Jo gdr Jas 
hi fascono μα lan; zordo Jr3ord ada, fo pars ir 
Slo τοι fas day ed yo data fact Lia) aL 
Mamavisas gdo gdo DAI I oo san Jia Ndso [οοι 
pia da fusi Lizzo fool pas ὅσο day ρα.» yidaro ws 
force do παρα shida δο foi od Jaco . PASTE «οὶ. 
- èJlausso Lorjas Na La 
Ta Jsoro Jia? bor Jr Jiuors Jada JI) ϑίοδν ων μὲ τοδὶ υδι 
απ δ. diasou J iu soul rado bada fd pad od 
3 ηἴοοι Jauhso Jo oro JAuudgo linsafio 5 Sf 35 for pay ot 


Il ya encore un autre remède qui guérit et contient la colère, et qu'il faut 
«en méme temps méler avec la prière; je veux dire la pitié pour les nécessitenx, 
par laquelle nous faisons participer les pauvres à nos biens. Saint Paul la fait 
suivre anssi lorsqu'il ajoute ces paroles ἃ celles qui ont été rapportées plus 
haut ': « N'oubliez pas la bienfaisance et la mise en commun; des sacrifices 
de ce genre plaisent à Dieu. » Cette vertu, le prophète Daniel la conseillait 
aussi au roi Nebucadnezar lorsqu'il eut prévu par une sage interprétation des 
songes que la vie de celui-ci serait transformée suivant les habitudes des 
carnassiers et la manière de vivre des bestiaux, comme nous apprenons 
v maintenant que c'est le fait de ceux qui sont frappés de cette maladie-ci. Il 
dit?» : « C'est pourquoi, ὁ roi, que mon conseil te plaise; rachète tes péchés 
par des aumònes et tes injustices par la pitié pour les pauvres; peut-étre y 
Lia de la longanimité pour tes fautes. » Il faut done y joindre ce grand 
remède, très puissant et utile pour toutes les maladies et les maux. 
de dis ceci: Nous devons participer sans cesse au sacrifice sans sang du 
corps et du sang du Christ, lequel enlève le péché du monde, à la seule con- 
litton que nous ne détournions pas la gràce. Ce sang fut montré autrefois 
aussi par une figure et une image, quand l’'agneau était immolé pour la 


“ i, Hébr., xiti, 16. — 2. Daniel, rv, 24, Seplante. 


* fol. 1 
το b. 


* fol. 104 
r° Db. 


δῇ SEVERE D'ANTIOCHE. “hh; 


Sao” ihaaso 30 foot puro od famo vl Joot nf "νοὶ è 


Jiaass uAsol :|00 mutsorso [5.3] 30 po do hpazo Aus οἱ JA 
Naso Nilo [552 «το ]οοι rg fata 10001 ramdalizo Lipo 
Lor fs05 vutdr da ie οἱ «Joor mangi :Î008 naso, [9 
μιλ.5..»ο ed μοο. ‘odi n) ol DD κα, Lusso fr 
do Lara d00 ina] pensai odi Addo Jola lid 990 :u00; 
“«ϑϑ νυ οὧμ μία...» Mati " lino DÒ ito pd gii 
eJluag οἱ JI sli oAso J panda ci fuiszazo sà Joh foco 
Nasa Ad tit ego OÙ [0] i hsoo, δ᾽ καἰ AJ 
δ. μοὶ οὐ 300 smi μοι Ans [μωροῦ do Spdiso :}.8...5 usi 
μομο Juojdo Koll omar: «330 ose lunsdas :μλαδὺ Jada Joh 

è ol eda ἈΝ. Lipuolo Ji mefo Jia Lul 


Pàque que Moîse avait prescrite, * et quand on en enduisait les seuils ou les 
montants de chaque porte; alors que les premiers-nés des Égyptiens étaient 
frappés, il écartait des enfants d’Israel l’exterminateur qui ne touchait è 
aucune maison enduite. Nous aussi, enduisons du sang divin les portes spi: 
rituelles de notre maison, c’est-à-dire nos bouches. Ainsi nous échapperons 
à l’exterminateur et, en mangeant le corps de Dieu et du Verbe qui s'est fait 
chair et en emplissant de sainteté notre intérieur, nous rejetterons et chas- 
serons de nous toute passion déraisonnable et bestiale; nous serons pour 
les démons belliqueux non seulement indomptables, mais aussi redoutables, 
surtout sì nous ajoutons le jeùne, cette arme très utile et excellente contre 
les esprits malins; nous nous sauverons de la colère aussi bien présente que 
future; et nous mériterons le royaume des cieux par Jésus-Christ Notre-Sei- 
gneur, auquel reviennent avec le Père et le Saint-Esprit la gloire, l’houneur 
et la puissance éternelle'. Amen! 


1. Cf. Ép. de saint Jude, 25. 


bolo Co lisolso 


Prassi coro roi. ροῦν 230 jaù fp ndo) p/pùf Lio La) pp fiad Jara fis x39f 0) Lod 
pago lapo 1}. giSlohaso ἰοὺ Ah|ensazm:o saro; cò |hy oi; Lab :jlassl; jpasa 


of profeti cd Al Jr o 30 Jaca 19 ld Ji pod sol * 
lata: udi 230 ad Judo Jo JAsupo Jo Jhòd reot3r καλοὶ 
nti Lives Jo {-αἴωοοὶ Jioans Jpko Jplo ai ,5 :f;aAs0 
ID 3 Luaza cat sor asd Je oo operi Jp fu] .ὀδο 
santo, [τοὶ οι Naso if μὲ porro χϑῃβ «οἱ hl Jaco 9 
10 dadi x dO So ih furioso [νον Lod ff ssormAaso Jiay xd cd xlo 
Kai it fas so Jro flip liuaa, od μὲ 1 Jorazol flusso 


HOMELIE LIV 


A CEUX QUI, APRES LA PRIÉRE, VONT AU THÉATRE. IL EST CONTRAIRE A LA LOI DE 
VOIR CES SPECTACLES. NOUS DEVONS PREVENIR PAR LES O0EUVRES DE LA PENITENCE 
LA NÉCESSITÉ DU COURROUX QUI A ÉTÉ ÉTABLI, ET PARTICIPER SOUVENT AUX 

5 MYSTÈÉRES SAINTS ET ADORÉS, | ; 


De nouveau je me suis avancé, alors que je manque de toute capacité 

pour parler ou enseigner quoi que ce soit d'’utile; alors que je suis obscurci 
parle nuage des soucis matériels, dans lesquels est lige cette Eglise sainte 
et immatérielle d'une manière inconvenable; alors que des personnes la 

10 chargent successivement de fardeaux étrangers et non sacerdotaux. Com- 
ment les troubles extérieurs ne porteraient-ils pas préjudice aux religieux 
de l’intérienr? C'est contraint et conduit de force par cette nécessité pré- 
sente, et comme quelqu’un qui brilerait dans le feu, que je suis poussé ἃ 
cela, et non volontairement. Qu'y a-t-il d'étonnant si moi qui fais sortir 
li de moi-méme des uleères nombreux et incalculables, j'ai subi cette douleur 
sans pouvoir me taire? Lorsque le prophète Jérémie, qui dès le sein de sa 


| 


* fol. 104 
v° a. 


46 SÉVERE D’ANTIOCHE. [46] 
ομδοΐ» |009 dr odi :has05/ lr οΝλδοὶ sohasati Dl vmanaso Îlo [οἱ 
Na Aso fo ptt Da asd [οι Jp 49 sapas0) ἡ Jo01 sodi 
passo, aNo Joao Irgyooro :5D Jo fo, No Ομ [οοι able —_Sa 
αὐ pd ifoor volge: οὖν Jiyoi xs0 Jo dadi sol Jiolso *SafAvsos οἱ 


ilo Aso NN sasato iodio po Ιοοι ohi aso wolo δα νὰ: 


ud loca Naso μοὶ] Jhasoydo JhasSasszaS .Joo p36/ οἱ Jsodsso 
-hu}309 cmas casal Ji, Liselo sca, odo Joy ;So [TA μμο; οἰ. 


LooSAaso, Jpg Jia xl is lasso fooo δα Na dios) fo. 


dopansd μὲ teso Jo adorgo Loizjz00 
190 Jet di δ, fa) Ἰοομς οἰγλὸΐν »οἱ uso vò vale 
«Οὐόὰῦ pd ad οὐι μα. Φὶ λα ira od lasso ca 
ud als sl fuadoil γοὶ cel crd Jhpssl Ιλ. Narva, 
odi spal Jil Οἱ 35) φρο do zio forrdo μουν Judo, aldo loa 


| Jil Jijlo «Sy Jos Na Sool Jlo μέλον cisaa crsata) Jp Lys! 


* fol. 104 
v° a. 


ον. 3 οἱ haSosagso μοδὰ [5]. δ. ἅν, paroli Jlia gf 


mère avait été * consacré, voyait que son peuple riait surtout de ce qu'il lui 
avait dit, loin d’en étre attristé, et s'en moquait sans en éprouver du cha- 
grin ni de l’affliction, qu'il ne tremblait pas non plus devant le courroux 
dont il était menacé, alors le prophète songeait à se taire; mais il s’en- 


Ain 


flamma et bràla dans son coeur, et fut forcé de parler. C'est pourquoi il ᾿ 


disait' : « J'appellerai l’impiété et la misère parce que la parole du Sei- 
gneur a été pour moi un outrage et une dérision toute la journée. Et j'ai 
dit : Je ne nommerai pas le nom du Seigneur et je ne parlerai pas de son 
nom. Et il fut dans mon coeur comme un feu brùlant- qui flambait et se 
pressait dans mes os, et je ne puis le supporter. » 

Il suffit donc, ainsi que je l’ai dit, que le lien de ma langue soit faible, 
que cette tempéte des événements mondains arrive seulement, ainsi que le 
trouble extérieur de ceux qui combattent la parole orthodoxe. Si alors je 
pense, comme Jérémie, que pour moi aussi la parole du Seigneur a été un 
outrage et une dérision, je dirai nécessairement, moi aussi comme lui : « Jai 
dit : Je ne nommerai pas le nom du Seigneur et je ne parlerai pas de son 
nom. » Je prierai pour qu'une porte de prison soit mise sur mes lèvres et que 


1. Jér., xx, 8 αἱ 9. 


φ- 
LU: 


[47] HOMÉELIE LIV. 47 


Miro Dado ono dé Lily sedi 6A] μον fis, faz fono rag 
eJ000 uil der Janasso sro 15] Jo lato Ardas 
Op9 xd0 δι Jos Nd .}1α....ἅὕ dI ) ziol 130 Ain 
ΙΒ. ὁμλοο LI ti do ded Lojans polso gelo santo 
crassohascA οἱ 
ὦ Al pagli aao lago ver addho e sob 
ama od Jac lado «Sy [L μος fot Any μων Lod Adsl 
SY «ομζΙ!ο otro fan Sn fn i 1 8.9 
Aaa JI Jlpdor «δὲ fast 19 χγϑοο {|ἅ.5.5 adi Dl) 170 Μὲ Mi 
uocdasài Auf esala J Lul Asl αἱ Îasono do asd lid olo 
Ἢ ὩΣ βμδϑο «οδλδὶ αὧλο» ομη..5) NOT retta DASO "" ΤΌΝ μλωασδ, 
«οἱ Yo Jiang Jiohado aslohal μ5ο) ciiohadi of das ἢ 
nl JI «οἱ μᾶς, Jiso ὑμῶν paro fg μον cdl Ahi fort 
+e ilol fuso 1015 as solo Joss 230 futmo pay : Jsas 


je sois contraint ἃ un silence complet, sinon le rire et la dérision manifeste 
pour les paroles du Seigneur ne feront pas que je ne préche avant peu des 
prières universelles dans l’Eglise, des larmes, la confession des péchés, le 
jeùne, et, pour parler simplement, la correction effectuée par la pénitence, 
à cause de ce fléau déjà menagant qui, pour ainsi dire, est proche et sus- 
pendu au-dessus de notre téte; il est terrible à entendre, 

Vous donc, ou plutét beaucoup d’entre vous, car je ne dois pas vous 
accuser tous, vous irez au spectacle de l’hippodrome et ἃ ce temple du 
rire ou, pour le nommer d’un nom peut-étre plus propre, de l’ardeur de 
la prostitution, ἃ ce théàtre de toute luxure. Mais tu diras que tu n’as 
pas manqué aux prières ni aux assemblées dans l’église, et que tu as pris 
part de la méme manière aux spectacles. Cependant n’as-tu pas entendu 
S. Paul qui écrit aux Corinthiens' : * « Vous ne pouvez pas boire la coupe 
de Notre-Seigneur et la coupe des démons. Vous ne pouvez pas prendre 
place ἃ la table de Notre-Seigneur et ἃ la table des démons. » Un sage ne 
dit-il pas très bien? : « Un qui construit et un qui démolit, à quoi cela 
servira-t-il de plus qu'à prendre de la peine? Celui qui prend un bain et 
se lave ἃ cause d’un mort οἱ qui touche ensuite ἃ celui-ci, quel profit 


1. I Cor., x, 21. — 2. Ecclésiastique, xxx1 (xxxIv), 27-31, Seplante. 


* fol. 104 
vo b. 


* fol. 104 
v°” 


18 SEVERE D'ANTIOCHE. [48]. 


NCSISÙ ΠΣ OJ 13 QI Sy solo Lucio da dr Juau}> fuso 
Jiohas indio Jlodusj ed00 κριοῦ lesasas nidi pd gdo pag 
> apt DAD uao dro also rus [μα 5. 50 
dl Jasa 2301 peli? dor iso fuois ΕΞ 9 οὶ poro updtoso 
Loasas xd pad οὔμϑ e) lips ifrasis Jastofso dol Pag DA 
usi 

νοὶ ado fio Spa μοῦ» μὰς ly di ia) pioli sé Jhadata Jpalo 
po dar τς, dd Aubopo Lazio yà Lio) foi οἱ Jamila yaù .u.0 
tu 9 009 NI edo foca cid κῶδι Ji 30 pd ia do 
κοὐ οι} odi τ’! nen |) has, οὐι LS 0 Opa Ὅν 3 fpttol 3 γοὶ doo 


Mic ad uao so cd n? “..-5α.. ἀ}}} ., aisi so αν, 
lidi dA JJ seni lunslo ΕΘΗ οὐι Junaso τ’ amati 


ni Lai sol Qotjt usò La κ. μι... ] init Aus xE > 
is 001 Aso fursd09 vò Horad Lady Aso) noi x} Do Akoasass 


tirera-t-il1 de son bain? De méme un homme qui jedne pour ses péchés 
et qui va ensuite commettre les mèmes fautes. » C'est le fait de ceux qui 
agissent ainsi contrairement ἃ la loi et sont pleins de perversité. Ils s'ima- 
ginent prendre part à la Table et à la Coupe, manger et boire et faire ce qui 
leur plaît. Le Livre sacerdotal témoigne au sujet de tels gens en disant' : 
« Ils mangent une nourriture d'impiété et s’enivrent d’un vin illicite. » 

Et quelle perversité y a-t-il, dira-t-on, ἃ regarder une course de che- 
vaux? Une grande et non pas une quelconque. Je te répondrai librement, 
ὃ un tell Premi&rement : tout spectacle est nécessairement consacré ἃ un 


des dieux qui portent un faux nom (ψευδώνυμος), et donné en son hommneur : . 


A Neptune, le spectacle des chevaux; ἃ Mercure, le spectacle des lutteurs 
qui combattent seuls; à Artémis, celui des lutteurs qui combattent avec les 
animaux; ἃ Bacchus, les représentations (σκηνή) théatrales. Comment plairait 
à Dieu ce qui fait la Joie et le plaisir des démons? Comment courrions- 


nous vers ces spectacles auxquels nous avons légalement renoncé lorsque ! 


nous étions inserits pour le service du Christ, que nous souscrivions à des 
actes d’obéissance envers lui, et que nous étions préparés ἃ mériter le 


1, Prov., iv, 17. 


4A ___B 


[Ὁ] HOMELIE LIV. 19 


Lidaso Jiado/) otlatuzo uo) paz da Luocjso Lod cd 
Là abi sul pro ao LAI «ΟἹ bili Loto 1793 da :101Srfd 
Jrggso MY dp Hou Lod Ἀ] rado κοι in [5.5 ναοὶ 
Mazt e0d iti τοῖς pat) |30 Odi ed pad dl pad οὐδὸν οἷν. 
fur zoo frasaso udid τ ομϑο Jp DI pag οἱ Add J da 
Pg fusa ams Jo ων καθ, cado iJrorzs Jlsòl Πα. è ol. 105 
Ajido Îlond did essi 9: μα sfasiisd iso Jody 
INQMDI 0A (οἱ » lispaso Naasatio ihuiol; JAuyzzo ados 
δι αϑαϑ Ν ροῦν, od βϑμαϑ 00 voto fiducasoo Lipso e) 
® Asa Au] οἱ τοδὶ sali fon Niasaso μῆλο Ibid pass od οὶ; Aus 
fo io fiho ad 42 SAS od γοῦν Anto το ον, Ju 
Lauoi Se fol [οἷ᾽ τι fayasso 4 bio 15 :/!;9 30 υοιᾶθ᾽ you 
agio Lusas :flasoo 5 MAS Sf κοὐ ro ila do 1 
&Jizad voto] x Lido La 30 As}, fond 
ah faszioy f:soadd fiano vo AA Ahosto rado: dio 


baptéme divin et salutaire. Ces spectacles sont en effet les pompes de Satan 
et le culte de ses fétes auxquelles nous avons renoncé. Deuxièmement : 
alors méme qu'on dirait : « Les représentations ne sont pas données en 
l'honneur des démons, mais pour notre plaisir. » Mais nous irriterons le 
î Uréateur sì nous usons des animaux privés de raison d'une manière con- 
| trarre ἃ ses commandements, Chacun d'eux a été créé pour remplir un 
 besoin quelconque de la vie du monde, * et non pour un agrément excessif + fol. 105 
et inutile. Le cheval a été donné aux hommes pour que, montés sur cet" * 
animal. ils accomplissent rapidement leurs courses et sortent contre les 
Ww guerriers qui viennent ἃ eux. Il est pour eux un secours et un auxiliaire 
dans le combat contre les ennemis. C'est aussi ce que dit Celui « qui parlait 
ἃ Job du milieu de la tempéte et des nuages' » : « O toi, as-tu posé la 
puissance dans le cheval et as-tu revétu son cou de crainte?.... Marchant 
ἃ la rencontre de la flèche, il rit et ne se détourne pas du fer..... Lorsque 
la trompette donne le signal, il dit : Bravo, bravo! De loin il sent le com- 
bat. » Il est éerit de méme dans les Proverbes®* : « Le cheval est prét 
pour le jour du combat, c'est le secours de la part de Dieu. » 
C'est pourquoi cet animal a été introduit pour servir ἃ la vie de l’homme, 


ξ- 


1. Ch Job, xxxyit, 1. — 2. Job, χχχιχ, 19-25. — 3. Prov., ΧΧΙ, 31. 
PATR. OR. — Τὶ 1V. h 


* fol, 105 
Γ" Db. 


TO 


50 SÉVÈRE D'ANTIOCHE. [50] 
Sasa JAasjs00 τὸς Al γΉ.3.39 xeno froas --ϑ ooo fia] 
JAuo, JASacsas 290 0a vani Jhetu Joluso svas' fAavjso 
JSAo xd adoso Jy'i fuso paz ad sf ol Auf Jp JhutiuAsos 
sasso {Ποῦ λο Jlassju δα yanso Ly hors 45: Jisasdys Μὲ Lod 
Sa foods iunarhas μολὼν, Jpadols pay “È «otel Ji "9 pass 
Joot Nasado pg pd ife Lil Joao Lod sod] οἷν. agio fil 
OI Enel eduollia esi κϑοδν 1077 di so Aia 
ay 3 JA γϑοδνδο dasor asso, foot dò) asl ad! 
Jada ed00 Adro ΚΔ ao Sb ] costo oo .J50;5 Sp uso 
Jusasas ιϑἱ οἱ :μὶ Nido da leso gal Jody SJ Ji, 
ipirdor Jiol yoadal JI inauio faasoy cò paz hesasass .j36/ rada ad 
Lipoas j>olz σόν diuAul Nasa hot od ad do fil da soda 
ai Jos Leowsasas AD «γόγϑου Jiol padal J 99) od θα. οὐι 
do pz Jason [ον Ὁ λα5 fil dor ᾿μοοϑω ἰομαθα Nas 


1. Lin margine : oulazad. 


et non pas pour que tu l’abimes en lui faisant faire sept tours du cirque, 
en faisant sortir chars contre chars, en écrasant ses pieds par la vitesse 
des roues, nì que tu te réjouisses et applaudisses ἃ une chute misérable 
et déplorable. Ce n'est pas là ce que te prescrit et t'enseigne le Livre 
divin, mais le contraire, Lorsque tu agis ainsi, il éerit pour toi les mots de 
cruauté et d’iniquité en disant' : « Le juste a pitié de la vie de ses bes- 
tiaux, mais les entrailles des impies sont sans miséricorde. » Ce que dit le 
sage saint Paul* : « Est-ce que Dieu a souci des boeufs? » vise un autre 
sens. En effet, en parlant aux Corinthiens, il disait qu'il faut « que ceux 
qui préchent l’Evangile vivent de l’Evangile* ». « Qui fait jamais la guerre 
ἃ ses propres frais? (Qui plante une vigne et ne mange pas de ses fruits? 
(Qui pait un troupeau et ne mange pas du lait du troupeau? Est-ce que je 
dis cela comme un homme? Qu la loi ne le dit-elle pas aussi? Dans la loi 
de Moise il est éerit : « Ne mets pas un frein au boeuf qui foule le grain. Est- 
« ce que Dieu a souci des boeufs'? » Voilà done ce qu'a dit ce commande- 
ment légal qui ordonne de ne pas mettre un frein au boeuf qui foule le 
grain : Dieu a fait la loi non pas parce qu'il avait souci de l’'équité {εὐνομία) 


1. Prov., ΧΙΙ, 10. — 2. I Cor., ΙΧ, 9. — 3. /bid., ix, 14, — 4. /bid., 1x, 7-9. 


Digitized by 3 00g le 
= 


=! 1 Odi +, Aido JA Na fas ol a] fuso » pda | 


[51] HOMELIE LIV. 51 
nopàds) di lab :}5}}5. amolio asadoA, .J,01 Lot ὁμδοΐ ita 
II :+0359 Jas e 329 2050 fue0j5 lab ado Ala p N00 


«9.3, dI do ir «οὐδ dA] far) adv pos 30 xd 
οἱ 1336] 9 dio JAsò οἱ rory Aus dii asili οἱ ll 
Jaco ag Nioo ASA) pg Adro él oa do zo Sd 
+Nasfio aloAhas οὐδ Ja “Ya ipipdor odio AS} 15)5) οὐ ch ὁ 
Sao op 0930 slot o dio zopdo do day Aus doo 

iyppol pag AT o a ao οἱ fo 10 yel Y@zd0 quid 
: 13opdbp 08 Juas aledi psòl ifinsy lojara 30 Jon Dad Au δύο 
Na day δῶ DI Day wo οἷ» pad μβαλα i) οἱ ol JI 
βοωῦ coso da Jasj5y Βοωῦ ship) οἱ ὦν SAD Ὁ Jade 
re ha0 Yozdo yopdor As Nodo cd paz οἱ paro do da Lido οἱ 
teo 42 Φἱ [οἱ No .JASaslosabo Jionn:i fosti zio 18.5.5) 
A Jooy Jason pu Jil κοι» cuts di 109) λων ἢ 
SA sha Jla:90 Jody JA} Ad JA Jiazgllo rude > 


*due aux boeufs. Qu’y a-t-il donc d’odieux ἃ ce que ceux-ci soient entravés 
et retenus sur l’aire afin qu’ils fassent leur service avec soin et ne s’occu- 
pent pas de leur ventre en temps inopportun? Mais, par ce commande- 
ment, il nous enseigne qu'il est juste que ceux qui travaillent soient nourris 
du produit de leur peine. C'est pourquoi il ajoute ensuite ': « Ou parle-t-il 
absolument pour nous? Car c'est pour nous que cela a été écrit, puisque 
celui qui laboure doit labourer avec espoir, et celui qui foule doit fouler 
avec l’espoir de prendre sa part de nourriture. » 

Que Dieu a soin de tout, s’occupe de tout et aime tout en tant que Dieu, 
c'est chose connue et bien évidente. « Tu ouvres ta main et tu remplis tout 
animal de bonne volonté (εὐδοκία) », lui dit le prophète des Psaumes?. Mais 
un sage dit aussi? : « Comme tu peux tout, tu es miséricordieux pour tous. » 
Un autre écrit aussi * : « La pitié de l'homme est sur son prochain; la pitié 
de Dieu est sur toute chair. » Ce n'est pas une raison, parce que quel- 
ques espèces d’animaux ont été données aux hommes pour étre tuées et 
mangées, pour que, durant leur vie, nous ne devions pas nous servir d’elles 
avec miséricorde, nous n’ayons pas pitié d’elles, et que, pour un amuse- 


1. I Cor., ΙΧ, 10. — 2. Ps. cxLIv, 16. — 3. La Sagesse, xI, 24. — 4. Ecclésiastique, XvIII, 13. 


* fol. 105 
ro b. 


* fol. 105 
v° a. 


* fol. 105 
γ" ἃ. 


52 SÉVERE D'ANTIOCHE. [52] 


κϑαδι te κ-οοΐο also roto fasi; Jlasado Jisazo Jlasd, Add 
κϑϑαϑὶ; μϑοἱ }36/ μιδουῦδο paz 0004 ita nadal Joy Jlasasonso, 
+00 fusanspzo 
Ju; hojaso faléS avo nerorio βιοῦν di Jhja Gia) ner JAsshas 
Liuso ssi Sa JLYS9 lait Luson uit Mosso isole gesù 
Jhiaxy δι JAscao δ ρας ruevpiolizo, ada liv gizo uoasas /l10 
Jojso és Las nutazo Jon votatpz ji to ruiasoso .JAaso 
do Πα... ut ἰοοι GA] da do Jiputdor Slo 1 dd Jp Saro 
Jo fuso, hd) spaliso pay 01959 30) 0 quooi ai 6159 
lashol, filo oo) dasot nad ifan's uo Ji 1 où fhocjso 
Luoazio JAsuvo fsars Jlataso fasholo Lordo fusi fasi da 
gel Ji ndo dò καθ με ανο Jljtso Jos visi losjoo -5}}5; 
to) fuor Juplur zoopiso fas pal usioh/) οι ca lo :]kxaas: 
lusso να Ὁ] Ποὺ Lod οἱ op οἱ spl οἱ bo paz οἱ 9 


ment et un plaisir diabolique, nous fassions un commerce vain et nuisible 
de l’épuisement, de la fatigue et de la mort des chevaux, Et de qui 
s'agit-il? De nous qui devons imiter Dieu : « Soyez miséricordieux, dit-il!, 
comme votre Père est miséricordieux. » 

Diabolique est le spectacle des chevaux, c'est ce dont témoignent les 
ruses et les moyens astucieux qui y sont pratiqués, cette émulation qui res- 
semble ἃ de l'enchantement, ces meurtres affreux, cruels et illégaux des 
fourbes qui se montrent audacieux contre un Age jeune et faible (?). Ces 
spectacles (?) peuvent grandement courroucer Dieu; ils méritent de nom- 
breux éelats de tonnerre et des éclairs flambants. Alors méme que le diver- 
tissement serait exempt de pareilles choses, nous en jugerions par ses fruits. 
« C'est ἃ ses fruits * qu'on connaît l’arbre*. » Tel est le décret du Christ, 
Dieu et sauveur, qui ne ment pas*. Or quels sont les fruits de ces combats 
de chevaux? Des querelles, des blasphèmes, des luttes, la confusion des 
gens, des clameurs, des attaques à coups de pierres, des guerres entre con- 
citoyens, des meurtres, des incendies. Combien de fois tombe souvent dans 
un de ces péchés le plus pur des spectateurs? Qu il crie, ou il se querelle, 
ou il blasphème, ou il se laisse emporter ἃ la colère et ἃ l’outrage, Et quel 


1. Luc, VI, 36. — 2, Matth., ΧΕΙ, 33, — ἃ, CL Til, 1, 2. 


e Google 


Ai 


" 


HOMELIE LIV. 53 
«Ja I Jlasjasiso [59] lansono udito) day fas yamso cai 
coso Jao δον Jooy fhisoy u'oty 

Jo pr Al JA δὲ A ir ra Ao 
ro fiaszazio γον ρον [δ ihujdo ner τοὶ Jaja] doi dò 
ΟΡ. dio coda Jero ‘ala 
hrgdos GA Jiasarzo ooo: Ausopo Jo chel zoro μοὶ γχοἱν 
Ji okay biso μας 04309 ford jaòl Luas cd το Lada] pas lo 
Aa sforzo AJ pas oe Ls0}5 .Jioo1y Jrazo «uo. Dolo ls 
Fao rat fuso Aso JI} :}! αν.) avo lana Jo ner pad fr pad 
| #0 Japan Au 30 

Fg ha 109 da μὸ such) iù doro DA dI τ) fuso 
e JA ripe) 3 ford cd yolo [sio Lbido dalope paò Lia) 
Sg iaasadi toy Ἀν Sio sprona epy J μα 
| Jasafy sof hashso ad vitso 0% Jojo μουν Ji da 
li god nt umadas uanfivo fab lanzo yaro flanzoAaso / Yad Lia 


chaàtiment en résulte-t-il? On détourne et on s’aliène Dieu. Y a-t-il une peine 
plus dure? 

Maintenant écoute au sujet de la clameur qu'on estime étre moindre que 
les autres choses : « Le Seigneur a dit' : La clameur de Sodome et de Go- 
morre s'est acerue vers moi et leurs péchés sont très grands. » Cela suflit 
pour montrer ce qu'est la clameur, C'est d’abord l'accusation de Sodome et 
de Gomorre. Le Seigneur dit encore par l’intermédiaire du prophète Isaîe * : 
« Car la vigne du Seigneur Sabaoth est la maison d’Israél, et les hommes 
de Juda sont la vigne plantée récemment, la chérie. J'ai attendu qu'elle fit 
ce qui est juste; elle a fait l’illégalité, non pas la justice, mais la clameur. » 
Eh quoi! La clameur est sujette ἃ l’accusation. 

_ La querelle est-elle chose louable? Nullement. Vois comment Dieu, par 
l'intermédiaire du prophète Ezéchiel, la place parmi les grands sujets de 
blame, lorsqu'il dit* : « Les Israélites ne voudront pas t'écouter, car ils ne 
4 veulent pas m'écouter, parce que toute la maison d'’Israél se compose de 
querelleurs et de durs de coeur. » Tu te demanderas pourquoi la querelle 
est rangée avec la désobéissance et la dureté de coeur. Saint Paul place en- 


ἘΞ Gen,, xvim, 20. — 2. Is., v, 7. — 3, Ezéch., ni, 7. 


CV 


δή SÉVERE D'ANTIOCHE. [5 


sfropo fap Sg vtr de] il 30 Alano odi 
noch) 0.3: od for, ἕο luo «δδαϑλὶ Jo :ϑοῖ πῶς do I 
* fol. 105 asili Josazo Asso" :Jhygio Jisamo Jlo}.} 30 Ga :[10oîas fisco 
9)1 Δ.» Sio yad senno 
fhazo dar poidoy μοὶ τὰν ed) fasi) Jijpu Lod Dusar [βοὰν 
rd ES luz 3 do 1] gel nia ΔΚ 195 lasso 
bada; Las 4: da dd da oss: Jo] i retto le 
Jia la οἱ γα.» JASso Led οἱ :JAsio La οἱ ile 20 
Ao A οἱ "5. .00.5 οἱ ad [μὰ «ἱ }] ἀήτας καθ " 
τιν pel «do τβμξραϑοο eoudo) βμξαδμθο di Lf Jato ata pe 
6 Jul }asdo «lisjd00 ook] poro i: «pdblo hs nd 
sà Lso$a 3 JA Vo δι Hopo} da As οἱ Jlafansio I 
35 ΒΝ δα Aa οἱ JArt005) iti Jljad0yo -«Ἀϑλλο μος» 
Minas JAg Gdo Jlojasdo εββουυ ὁβο μιν dd io ει κοῦ id 
suol, fuso Molo Jixo 50 lioans dh jaso nioaago .ὁ.5 dot Ji! 


semble tous ces vices comme étant de nature ἃ affliger et irriter le Saint- 
Esprit. En effet il écrit ainsi' : « N’affligez pas l’Esprit-Saint de Dieu, dans 
lequel vous avez été signés pour le jour du salut. Toute amertume et cour- 
* fol. 105. roux et colère * et clameur et blasphème soient enlevés de vous avec toute 
vb. méchanceté. » 
Pourquoi donc allons-nous au spectacle de l’hippodrome? C'est pour que 
tous ces vices bouillonnent ἃ l’instar d’un mauvais courant dans un lac, et 
non pour que, restant plutét en repos, nous priions Dieu de nous pardonner 
lorsque, occupés des affaires du monde, nous sommes entraînés contre 
notre volonté ἃ une clameur, ἃ une parole de blasphème ou ἃ la colère. Mais, * 
s'il vous plaît, examinons les théAtres, ces lieux de spectacles, et voyons 
s'ils ne sont pas nuisibles et pernicieux, et non, comme on le pense et le 
dit, amusants et réjouissants. Je laisse de còté l’orchestre (δρχήστρα), c'est- 
à-dire la danse en groupes et exubérante qui effémine les corps virils, et ces 
chants érotiques ou amoureux qui enseignent la mollesse, dissolvent la vi- : 
gueur de l’Ame, dans laquelle ils insèrent et déposent la rage de toutes les 
vilaines passions, l’enlacant et l’ensevelissant sous le fardeau et l’ivresse 
des voluptés. Que dirons-nous des spectateurs des mimes, ces gens du 


1. Éphés., Iv, 30-31. 


Sal 


[55] HOMELIE LIV. 55 
fs d ad Jil Atto dott «οὐδὲ οδασ ον gir «δι da 
EDO Κρ 49 τῶν dina lio] Jordi gdo Jhysido 
JAusAss οὐδ.» laopas I ad : Jo i dargy οὐδ ashasor [Δ,}5᾽ 
tit οἷ; Ans 0 δ, οἱ Jprd oto] 00419 ft i 
o TAO do 7A pd ADDII ml οὐι Joy altro vol 
ca] Lison odi Naso 180 pei Jia μμο Ad 0 ftt 
| : Jairo Sheba] JALirr Au rt Ji ida] Arno n addro 
Ὁ οἱ LAI pzir0o Lusso AJja poor Sad SLA οι 
&r0iljo yÒ Joor νου) fast: qui DIGA eda dd 
«Jhoiao ui fado οὐ ipod fior vir Lesisd yaris) fas] 
τον 9A so lr! sosorno -μᾶ5 frusAvo Alay * Jiaay Jlaolasdo * fol. 106 
SIA βαλ. Spe «,ὐόι 3.5 loss dal ipa? N | 
Ada0 Jlopazr dg fine JA 1 Jato ed forio 
è Jlasaso opa Si 50) odi rd ner naddfo i fpalzo 
ὁι 3 pda Jing I Sei] νῶο «ὃ Jo nol .*Jusso δὶ loro 


ridicule? Est-ce que nous n’excitons pas le courroux et la colère de Dieu 
lorsque nous rions en voyant frapper le visage d’un homme que Dieu a 
créé, dans la face duquel Dieu a insufflé le souffle de la vie pour qu'il fùt 
respecté méme des anges, et qu'a honoré aussi le Verbe de Dieu qui s’est 
fait homme pour nous, lorsqu’il est ressuscité d’entre les morts et a soufflé 
sur les Apòtres en disant' : « Recevez l’Esprit-Saint. » Un visage qui a 
été honoré ἃ ce point, bien plus qui a ét6 doublement célébré, ne penses-tu 
pas que c’est un sujet de terreur et d’effroi méme pour les troupes célestes, 
lorsqu'il est outrageusement frappé et tourné en ridicule? Ensuite, dis-moi, 
ris-tu de choses sur lesquelles tu dois pleurer et te lamenter? 

Où placerai-je cette couche pure, cette union honorable qui devient un su- 
jet de plaisanterie? Et la chaste communauté qui, * comme une adultère, est » foi. 106 
triturée par la dérision? Et les membres du corps qui sont mis ἃ nu, eux par" * 
qui se procréent les enfants, par qui se conserve la transmission de notre 
race? Et la partie naturelle dont on ne doit pas parler, qui est ridiculisée 
d'une manière honteuse et odieuse? Et surtout ce mystère plein de pudeur 
et de chasteté? 

Respecte, ὁ homme, — ne respecterais-tu pas autre chose, — ta forme qui 


1. Jean, xx, 22. 


56 SEVERE D'ANTIOCHE. [56] 
dt IA μόν sir 307 Jada ade ἴοι» Lf so AS, 
pò dloAha] JAScA >» VI? ld PET Jordy ads chio 
Jr Aia zo My μον (οὐδ) 1449) «Οἱ giro gd Al μι 
fo) SÒ Jiang 1 "2 lire] «οὶ οἱ iso 00454 Lia 


Al pais fi J pino τ cuslizoo Auf [515 :Auidzso pda : 


AYAS I yopzo doo Auf Jp lasos 49 οἱ χὰ viso noce; 
iz oe Na AG A eta lire Los :}οὐ Au palo 
5) μα 9 sui] DS Au panivo Jiary las:z yasaso Jlasado 
Al 45; LA) ον, :uotaepoli 
lata Joao oct linasaz Auf Jia οι κοὐ 5 Joy ἤρου 99 
4 Al lio Jlaziaso Ja:90 faagò Asl rafAo0o Auf Ahhh 
Grad la] ld) Jul SLÙL pid 9 [πα dla lol cdi Jas 
Jiso Jo fiuza ast Liijup [μη μέυ pttli οὐ Auf sons 
pih Jin Maso Asso Jiang ardir fato, odi luo 


Dalai 


è]poasso μωροῦ lasts, Jay lazors Auf JeozAso ‘ 


1. L in margine : gx 


a été créée par Dieu. Respecte la seconde création divine, pour laquelle le 
Verbe de Dieu, en prenant un corps de la Vierge, s'est associé ἃ toi. Pour- 
quoi rire de toi-méme, comme ceux qui, dans la folie et sans aucun sentiment, 
déchirent ou mangent leur propre chair? Pourquoi donc, lorsqu'un adultère 
est commis contre toi d'une manière outrageante, pleures-tu et gémis-tu, et 
penses-tu que ta vie n’est plus une vie? T'affliges-tu en voyant le soleil, et 
crois-tu que tout est sens dessus dessous? Ecris-tu contre l’adultère une 
sentence de condamnation è la prison? Déclares-tu que la mort est une faible 
peine pour lui? Combien de fois voudrais-tu faire périr le pécheur ? 

Lorsque tu vois des représentations perverses de ce genre dans ce thé4- 
tre odieux du jeu, tu éclates de rire, tu te répands en effusions et tu appelles 
joie et divertissement ce spectacle déplorable. De quels yeux regarderas-tu 
ta femme lorsque tu rentreras ἃ la maison? Comment exigeras-tu d’elle la chas- 
teté, toi le spectateur de l'impudicité de ces spectacles affreux, inconvenants 
et immoraux, toi qui as amassé une quantité de milliers de passions et qui 
nourris dans ton esprit les images des vices comme un feu qui couve et brùle 
dans les bois? 


de + 


ai 
CS 


[57] HOMELIE LIV. 57 
LS Jii00 suuio Lusia] Ap ci heasso Jo td] pal lusso 
Ji da dd uao Jo A] fa] :)00% pre) paz A μὰ 
ΨΥ Auoo Ji ep Lita! -Jiiso 3) 
AJitosaro mesto, et Do gd Loy So ri Πα 5 αὐ Loc 
Dil oso Jlojasuo Îy as) vvass .lfofò vopaò Alsamadaiso 
δ. Laa'm Jl jay οἱ ili ΕἸΣΙ «οἱ Ι Dad ΛΔ " fol. 108 
:μὅμωο Ao too e.) bio ΝΟΣ so Juo}> asso 
odi οἱ» do ioollad dint Alida AI adito rntgidoo 
a] Juoono kai Jo Jp: day soli μᾶ5». gp vol, 
5...» ἃ», [μϑαλ Ὁ. Aa Jo Δ... odo ἰὼ 19 οιδι 5 
oi Ἀν Jp Afp Asolo Jroso JD 
Jh&0y Lando ILDN JA uso, fiano yul μοι το οὐδϑο Alitosanso 
a dO τοι libro χϑο yird AI dt 00 TANI peliò 
IA po Hats iù if] ᾿ βόας ao Δ ὦ, Ansa 


1. L saplllo sic. 


« Que faire, dit-il, voici que le théAtre des jeux est ouvert et m’appelle au 
spectacle! » Mais, s’il était fermé, y aurait-il besoin de ces paroles, ὁ mon bon? 
Comment verrais-tu ce qui n'est pas exécuté? Ce serait une grace de la néces- 
sité et non de ta volonté. Comme il est ouvert, passe devant en courant, avec 
fermeté et philosophie. Laisse sans les visiter les acteurs qui sont là tout 
préts. Fais voir que tout cela est futile et sans utilité. Car fl ne suffit pas pour * fol. 106 
l’excuse de ceux qui sont captés, que l’on prépare et dispose le théatre, que" 
l'on attire et trompe ceux qui y prennent place avidement. Celui qui dérobe 
des habits pourrait dire aussi que, ayant vu des habits et de l’or, il a été 
tenté dans son esprit et a été trompé. Celui qui regarde avec un esprit de for- 
nication sans se tenir sur ses gardes, s'excusera sur la beauté des femmes. 

Par là peut-il surtout étre considéré comme non coupable? 

Mais on n'ignore pas que celui qui s’éloigne avec fermeté des tentations 
qui sont ἃ sa portée, méritera, parce qu'il pratique la vertu, la couronne et 
les récompenses de la victoire. Fuis donc de toutes tes forces les spectacles, la 
suffocation des Ames, l’abîme de Satan, la ruse parée, la ruse plaisante (εὐ- 
πρόσωπος), le dommage qu'on subit insensiblement, la ruine facile, évidente et 


_ 


58 SEVERE D'ANTIOCHE. [58] 


Lupol 0 :} Πὰς γλο JI) lia zaso 30 : (θοῦ 9 liaa Jlaragico κϑὸ 
χϑοιὶ Jo Lod δ κακὸ [τοὶ dad ul To rupi Jo lamuilo cd Al, 
do gia lu γχϑοιὶ τον, Auf af JIA δὲ ΙΝ) 93 NI very 
«οὐ JASfadzo : Jo de fidi dI da yo] JA Juio! 
Sopdo uhrdo soho Jp do fiato Ja JA] da lil 
godi suola his) Jiso; μοι Juziasr ascao fido alcjiazzi :uotasono 
asd fio lo ifposao volto fuso, puis 06 hu Aud où 
ptt J cato yo: da do hi κα λϑο χω, Jo Asa} 

rotte μόνον» yoko μὸν pa rent) κε pool J Lod Juoias i 
ist Aia o οἱ vopisAso » o/s0 Jam pa ον. A fis Loj0 
Jlasan 85 SA tl | er «Jp Sia 044 vò load yPÎÀ 
ganoad το] μα» xd9 wvo}do ja , 00 po flo} Aus οἱ Jas 
μὰ Προ Asd de Lpd pd paso Ἂς φῦ iluoit leso 

* fol. 106 Πα πὰς roLussojs Jilo mao 090 ada Au quod γϑο ρου θα 
GAD 30 pur οι aos foot δια ΩΝ, 30 Juso. (sic) gas) or 


certaine. Si quelqu’un εν entraîne, entraîne-le en sens contraire ἃ l'église en 
lui disant cette parole de l’Ecriture' : « Détourne ton pied de la mauvaise 
voie, Les voies de la droite, Dieu les connaît, mais les’ voies tortueuses 
sont celles de la gauche. » Montre-lui très au long par la parole la différence 
de ces deux voies. Montre la fin de chacune d’elles. Tourne en risée et blàme 5 
devant lui l’état passager et le peu de durée de ce divertissement fugitif. 
Effraie-le, dépeins-tui le futur tribunal du Christ. Amène-le ἃ l’espérance de la 
bienheureuse vie infinie qui est préparée pour les justes. Enferme-le de tous 
còtés. Ne manque pas son salut. Ne perds pas la proie, Si tu vois qu'il résiste 
trop fortement dans la lutte, qu'il s’efforce de triompher dans le mal et que, τ 
soit par la ruse, soit par la violence, il cherche ἃ t'entraîner vers le vice, alors 
ale recours ἃ une juste colère, rejette une amitié ou une compagnie mauvaise, 
empresse-toi de fuir le méchant. Souviens-toi du Législateur spirituel qui t’or- 
donne et te commande de te facher et non de pécher, Ainsi Phinées se mit en 
colère et, lorsqu'il eut frappé et percé de sa lance ceux qui commettaient la 


* fol. 106 fornication, * le fléau cessa (?) ἡ. Ainsi Moise, le plus doux et le plus humble des 
γ a. 


i 


hommes, s'irrita contre ceux qui transgressaient les lois de Dieu, alors qwil 


l, Prov., IV, 27, — 2. CI. Nomb., xxv, 7-8. 


[59] HOMELIE LIV. 59 


Lumsa 000 «οὐδ΄, esi ava [λ΄ ϑοο funi f00 οἱ fainis 
2 Auanasso fo pirnteado Afari ον οι AA io 19 Jody 
Astron Ar di ato γιαϑίο de Air esci pg 19 
Sa 59 μα. Lu,300 :μοαϑον poko cè soda aduyli) ALjd ps00 
: La ped oo assiAsso foci vanaso NOLI Ji] Na da, vos) 
ato fico Ji καὶ μοὶ οὐ ada II 20) cd Jhzoip ἢ} 
Nansd 0 ina Jo lino 
Alora ς, ιϑαοδ edo fabio dò Jippor ag 107) 
SD I OI χορ ppt ie pedi 00 sasso 
fecit Lai oi Ji ai il a) E at 
2 J}39Aso 55 ao lano 5 {lato PN ῃΙα......ο Si 
!Πωδ δα. ὁμλοὶ paz Joi eu feno do Ad ca] lo 
- ritiro ro vanti Jlopaiy Lady μαι] Sy μοι» 
μοῦδω Su δι gie rio Ann Jlondi Nava foro do 
ὁ} 5.2. οὗν uciasd fo :Joîdy 


supportait doucement et humblement ses injures personnelles. Lorsque la 
famille de Dathan et d’Abiram et la réunion de la famille de Coré ' se soulevè- 
rent contre lui par jalousie et d'une manière outrageante, le législateur et chef 
du peuple tomba ἃ terre sur sa face devant eux, et il exhortait et suppliait 
les insulteurs de ne pas s’exposer ἃ la colère d’en haut. Comme ils demeu- 
raient désobéissants et orgueilleux, ἃ la fin il les envoya en enfer. 

Nous devons subir et supporter humblement et philosophiquement les in- 
jures et les injustices qui nous sont faites, mais celles qui sont dirigées contre 
Dieu et fomentées contre sa gloire, nous devons nous tenir en éveil contre 
elles avec colère et le plus durement possible. C'est pourquoi un prophète a 
dit : « Que l'homme doux devienne belliqueux. νυ L’humilité et la douceur qui 
sont inintelligentes et n’ont pas de raison d’étre, sont le propre des moutons 
et non des hommes raisonnables. C'est pourquoi l’irascibilité se trouve dans 
notre Ame, afin qu'elle nous exhorte et nous excite au courage, que nous nous 
en servions contre la mollesse des passions, et que nous combattions avec elle 
pour les lois de Dieu et aussi pour la vérité. 


1. Cf. Nomb., xvi, 24 et suiv. 


- 


* fol. 106 
ve Db. 


* fol, 106 
y® b, 


60 SÉVERE D'ANTIOCHE. [60] 


Jhyo paupo xd) di Jlatslizo ia 30 δῦ τὶ sla I 
Sao solo Lliy Ji Sri «ασιμοὶν Aa 3 sla lata 
JA κϑὸ ela 0] asa μὲ isso Ji 307 κοοῦ5 
coretta JAY Jlojarzo, flo hd pa da JA pado 
a Naso Lujoks [οἷν od «ρόδα zio ad Jil μοι Jhyoi 230 Juzal 
pojpioma Sy ud JAyso xo Jlolo :J1/6 i yi δ] Jo laN 
Shafasar fia) :}} ὃ Lojo 9 pedi ed das JI :0D cause 
Aso Jr As el op9 do [οἱ JI] orlo Jidll puo cd uòn 
dA ni day Sossio Jlads:o franz: Jin οἷο Jide viso 
luaszj dor 2300 band 230, JAiofraz rando inte Jlokuso Lady 
oa 0 JI ΤΌΣ, e | perdoo ao καρ, μευ 
è Jlixaso νον" κω, Nas Jodll 
χὰ ilo fans flash SA AJusy .} οι fossi Naso Se 
ir ot Jizl Hr par > dat da Jil ϑἱ hg DI sd0pdII ud 
paso ff da dad cl) ad ima sul ad; xd 


Mais je ne sais pas pourquoi, après le sermon que je vous ai préché aupa- 
ravant dans l’église, alors que je m'attendais ἃ vous voir faire de bonnes ceu- 
vres, je vous parle encore des moyens d'éviter le mal. Je reviens ἃ parler du 
vice et de la vertu, parce que nous avons besoin de pratiquer beaucoup les 
bonnes ceuvres pour échapper à cette colère qui est suspendue au-dessus de 
nous, qui est en route maintenant vers d’autres villes. * Elle ne s'est pas encore 
éloignée de la ville d'Alexandrie, dont elle continue de dévorer les gens sains, 
croissant et se propageant, au point que les habitants ferment non seulement 
les théAtres, mais aussi les cabarets, les maisons des marchands de vins, les 


boutiques de viandes crues et cuites et de comestibles de toute sorte offrant. 


quelque agrément, et dans leur deuil ne se nourrissent que de pain et de lé- 
gumes secs; ils ne font rien autre que de supplier Dieu tous les jours par 
d’ardentes prières. 

Saisissons donc cette nécessité pour montrer volontairement de la péni- 
tence et obtenir, outre le bénéfice d’éviter la colère, la récompense due en 
pareil cas. Ce n'est pas, en effet, sans en ètre récompensé qu'on songe de son 
propre mouvement : Si de telles calamités nous survenalent, que ne vou- 
drions-nous pas faire pour y échapper? Avant qu'elles ne surviennent, vivons 


“ge I I -“-( (CY ( Ϊ C 
(ΠῚ ΘΓ 1 Y , ΒΒ » Ὁ, è 


tI 


dI HOMÉLIE LIV. δι 
Ret po eda pai Pe part ea 
la a Jp Jrot Jloyidasz οὖν pag al ife ALsazdaso 
po fido flauto Jordy nel fooy fuisaso fata Yaaso 
SN fonsas ]roagzzro 

» ÎJlausaso fsfas μοι auassat A fano Jasoilo; ALA. Jrotdo 
- Hol ops Jp riso du Laos asili foady :zatdaio) pil) 
Lil Saidio μὲ AL 45 fior so θαι! Jy Aus δὲ ΠΝ αν ΙΝ 
vasjrò JLo lasj> isadas Ludar ci faziado vida (So a Asato 
Ho flag lasso paga Aa aday μ5ὶ DAL pr: 
1 Jom rile nezendo dd fifar JAuIfs0o folud τως fliasao Sd Al 
Joy JADS 4 μοι voto) 1 fuso et dI to Juoid "βοῦν pda 
shah) κω pato AD Dt elit ta Lido polo paz fp 
per Jhiogu pouf Ludo, fusaiso Ju οὐδοῦ JAjssor Jo feat 
topa Du NOJÙI xo : o DS Py 9] ΩΣ lira δι follso 
iniue niro fai fascisti 25 fior No ifliagu Lod ana hallo 


avee vigilance (φιλοπονία) et philosophiquement. Si, par cette correction et par 

la crainte, nous ne nous convertissons pas, manquerons-nous d’étre des sots 

et des étrangers pòur Dieu, d’étre livrés ἃ une ruine complète, et de tomber 
| dans la fosse profonde? 

On peut trouver ainsi évidente la parole écrite par Jérémie' : « Par la 
douleur et la verge sois instruite, ὁ Jérusalem, afin que mon ame ne s’éloigne 
pas de toi, et que je ne fasse pas de toi une terre inculte qui ne soit pas 
habitée. » Aussi est-ce terrifié et tremblant que je me suis arrété ἃ ces 
paroles, et j'ai prononcé ἃ pleine voix cc verset de l’Apòtre saint Paul? : 
« Pendant qu'il en est temps encore, faisons le bien. » Nous avons grand 
besoîn de beaucoup de prévoyance. Nous attendons le choc impétueux des 
démons contre nous. Fortifions-nous par le mur du secours divin. Quel est 
ce mur? La erainte de Dieu. « L’ange du Seigneur campera autour de ceux 
qui le craignent, et il les sauvera”. » Considére que la garde d’un seul ange 
lì autour de toi prend la place et la force de tout un camp d’armée et de l’en- 
semble des soldats. Et aussi ἃ chacun * de ceux qui craignent le Seigneur est 
 attaché un ange pour sa garde. C'est pourquoi, en parlant d'hommes chastes, 


1. Jérém., wi, 8, — 2, Galat., vi, 10, — 3. Ps. xxxiN (xxx1v), 8. 


* fol, 107 
ra. 


* fol. 107 
ra, 


62 SÉVERE D'ANTIOCHE. 162 


ya | 0cpfe 45 hudson idol gdr Jojo 
Jhg oil Na wul Sy Jlaspaaso 230 pad vinsicio do stato 
Led ada (esc cod quisiso Jo cor peo 19) davo Za Jero 
Jotasol fisoo .ωοιολ οἱ cs lallso 000 pel «οἱ Asgoly ir ὴῆΈωιοη͵ο 
JAsjiso sodo Jliadu βα Judo dò pe dai οἱ viso Jai 
«οι edo pi db eta "ὶ ομ limo do paz δὲ casto ir 
οιϑο 9 χἘ goao fasano «ον Lollsoy μας ad μὲ τοδὶ Jia 
μας fi] Joe ft sl pr dò pel ad ass od ..3}" 
Leal οἱ (᾿ς Jo oh) Joao Jr; 065 aid A Jocy fJeozs 
lassd /9059 Lor Johad 00 Jpad 47 μωμδο | οὐι "μηδ. 
ysopd χϑο JI sopra [μαϑοὶγ di pel dadi uéi Jody οδαλαὰ 
Ao 1 ol J“ojiso Nas0t Κὰρ γε da gd Laos 3044 O unto 
ad io lira Day cò sd Moda Noja μοι Jet pls 
@Iiazo Jen Jliagu ya 
00 ell perdo; odi μίμοοα. 008 [ϑοϑ) is e) gdo Ji 


nous disons : ton ange. Dans les Actes des Apòtres', lorsque Pierre, arrété 
et mis en prison par Hérode, eut, contre l’attente de tous, frappé à la porte 
d'une maison, les gens qui étaient è l'intérieur, perplexes et incrédules, 
dirent ἃ la jeune fille qui l’annongait : C'est son ange. Et qu’y a-t-il là d'é- 
tonnant, quand chaque petit enfant a son ange gardien déterminé et dis- ; 
tinct? Le Seigneur dit dans l’Évangile® : « Voyez, ne méprisez pas un de 
ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient en tout temps 
la face de mon Père qui est dans les cieux. » Non pas comme si l’on voyait la 
face de Dieu. Comment donc aurait une face celui qui n’a ni forme ni corps? 
Ou comment verrait-on l’'étre invisible? Mais c'est l'habitude de la Sainte; 
Ecriture d’appeler face l'action que Dieu fait pour nous. Ainsi le Psalmiste 
a dit* : « Ne détourne pas ta face de moi »; et* : « Eclaire ta face sur ton 
serviteur. » Les anges voient donc, c’est-à-dire considèrent quelles sont l’ac- 
tion et la sollicitude de Dieu pour les petits enfants, et ils les gardent en 
veillant avec soin et vigilance. υ 
Comprenez-vous, ὁ femmes, quel tort vous causez ἃ ces petits enfants, 
quand vous les envoyez au théAtre? Vous dépouillez ces étres que vous aimez 


1. Actes des Apòtres, chap. x11. — 2. Mattb., xvIri, 10, — 3. Ps. xxvI, 9. — 4. Ps. xxx, 17. 


HOMÉELIE LIV. 63 


Niro τ 411 dà od AU paso, Aso :fiady και μον 


Mime asa o dd χα σατο, II pag ΘΟ, τοὶ 
Sasa rod Livon La fai 00 Au) id Liagiro JAusllso 
Ji dad Sasa da .}Πδρμοὶ; δὶ A/ ul e JA [35 
:)Aooaso lm, δὰ 5 τὰ gas Jia ΕΞ. ad ro] LE do 
39 AA ὀμεοθς Du κοὐ Jura pro 1 Εϑ ρου Jliagud μοι 
rt ay Pic roca lago Jil 
indod [allso ne aso rd da ida Sis adi μεν cr 
«99:5 Al} fasllso JAS Ladi odi sel +5 inootpdor "μοὶ No οἱ JIl 


"5... vasiAso ha 230 1). Jhaslaa xs00 μὲ ug di paoli ul 
gas foca fa δ fata Ἡ >: Pag SÙ δὶ .3 φοοαθ pag D 
odi Jiohad μὲ ssjtofiso Jas eli οἱ in) Jr Sio Yao JA ao d9/ 
A peli ud Au) pasaso SAS LA μοὶ Jrotdo ./10}.01) Yad Jas 


* JI Jy Jlanso Ji οὐἱ fumioh> yamtsllo :yoadas sas (591) fd 


du secours et de la garde angéliques, et vous les préparez à subir le 
dommage du Malin. On definirait cela le fait d’ennemies, plutòt que de 
mères! Courons done tous ἃ l’église, jeunes et vieillards, hommes et fem- 
mes, gens de toute espèce et de toute taille. Rendons ainsi non troublée la 


3 garde des anges autour de nous, surtout en participant aux saints mystères, 
par la puissance desquels nous serons oints et nous serons fortifiés. Alors 


près de nous demeureront les anges non seulement à cause * de notre propre 
garde, mais aussi par honneur pour leur Maître; et ils seront fermes et per- 
sévérants pour nos dmes et nos corps qui seront comme des habitations 
angéliques dans lesquelles demeure le Roi. Que personne ne. me dise : Je 
crains la communion des mystères et je m'en écarte. Saint Paul en effet 
m'arréte lorsqu'il dit' : « Celui qui mange et boit d'une manière indigne, 
mange et boit la condamnation pour lui-méme. » C'est pour cette raison que, 
une fois on deux par an, je m'approche de la table redoutable avec circons- 
pection. Et c'est cela, dis-moi, que tu regardes comme un empéchement, 
parce que l'Apòtre te dit : Tu te purifieras chaque jour et tu jouiras de cette 
nourriture immortelle dont tu ne dois manger ni boire d'une manière indigne. 


1, I Cor., xi, 29. 


* fol. 107 
r° b. 


* fol. 107 
r" ἢ, 


θά SEVERE D'ANTIOCHE. Γ 


Aoc: pò Βα load 59 ὦἱ ad paz Jlofo ΜΔ dasll Ala 
1 pda pad fado Jiants JAumal varo Asa gp dali 
μα pd Afp JI] puo γὰρ LANE Ap I SA iù 
lrn 15 paz Jiolo Jas yacasli Au) Sis ]9, gol 490% Nasi οἱ 
Jura iS pa yi Ὁ] NÉ ἰ5μβο Au yopo Auf jo )δ.α5 «οἱ. 
Ιοοι Al .} « ndo sasloAssaà Aul 15} > Ju sod: sea Ata 
lho Lar 111} 19) τοῦθ vol e? Jisand,> qsasand JAD130 ὦ 
odi Auf ssjioiso addio Alan JI pe δ Ji lego lesa 
ἘΜ ΘΔ i sio Aaa! ΤῊΝ 
io Jide do aid gelo da gelo ttt agio ho 
J.010l lado Jia do ASAalo Aamo 3) lr 19 3 Al ivato 
dot ott Auf pu Jago Mo Jago yado Auf ila fig 
A Joe 5 ο fp μοὶ 134 μοὶ οὐι «soa osi Ji iso Aul Lan 
CySy Jproddo Aud oto pad JI] NSA οὁ 
had spor Ai]: οἱ .Ludas0 pel anszAsid al ds ον} 


1. Sall (sic.) 


| 
Si l'on te rappelait lorsque tu dois te rendre auprès d'un roi, que tu dois 
faire ton entrée d'une manière convenable, avec une tenue et une démarche 
modestes, nous ne dirions pas qu'on t'a écarté ainsi de la demeure des rois, 
mais qu'on t'a plutét encouragé ἃ y entrer et ἃ y jouir de l’honneur en te 
présentant d'une manière convenable. Et encore, lorsque tu t'approches une . 
fois par an, tu ne te purifies pas ἃ l’avance pour toute l'année d’une manitre 
digne par ce jour, dans lequel tu veux t'approcher. S'il n’en est pas ainsi, ta 
subtilité a-t-elle quelque raison d’étre? C'est tout le contraire. Lorsque tu as 
entassé l’impureté de plusieurs mois et un grand amas de péchés, c’est plutòt 
d'une manière très indigne que tu t’approches. Celui qui s’approche conti- ' 
nuellement, sait qu'il est tout préparé pour se présenter devant le Roi, le 
saluer et le recevoir ἃ l’intérieur; de toutes ses forces et de tout son pouvoir, 
il évite de nombreux péchés. Mais toi, après avoir fixé une fois pour t’abste- 
nir ensuite, tu envisages un long délai et, avec assurance et sans crainte, 
tu fais tout ce qui te plait jusqu'à ce que vienne ce jour dans lequel il ny 5 
aurait pas méme une entrée pour le Roi qui trouverait fermée ton hebi- 
tation. 

Nous devons donc nous purifier le plus possible et nous approcher cons- 


" 


HOMELIE LIV. 65 
"ποι Sfso di Μὲ fiesso" σοὶ JAsid Judi cia Jason οἱ "1010 
fianf fono] NS ur pò Sid ÎAÒ LA dI) 
Jrot JA5rr AU] sp J οἱ Lady ott pit Alias 
loci fsauzto fsor pasr fAuazas di JAasasAoz fo : δον JIro JA - 
5 fuso «ada i isol fuasceso 9-3 fo0as pu Na 49 ihdsharo 
SuAal ug 13 sto edo Jr Jet «Jsp Jooila huaul los isjotso 
sl ilo LopoAso Jody hrs μίαλο lory gel «ὁ μοοϑω »-l 
(Gao AJuisocolisso ihasspzo fsaday JAsody Jlimò «er edo) 
«foot fas'sAso Jlasaso/g JA Θ᾽. Au υδι «boot fussAss Ali sasso 
Jas? οὐόι go asa κὶ too fuo:toAso vas fio Auusoli δι Nudo 
oa fantso fiusziso J auto foòp A polso pad Jas 23 
μα... dato A Jlataso] vor Saas id fusa Aso + fas 
Da τ, ot cd dala od avo 00 Jlojiarso ἢ}. Lopo 
fois plinto gd Jladadso JI foro Auf Jpiu Jasor Nd fotos 
ti ὁμοᾶδαδ edo χα rate de Lio 
vit JA loha uo 15% pig Luo] YI paò Nas 15 


tamment du Pur. Le soleil est * visible aux yeux sains, mais ce n'est pas une * ρα ἄγε. 
raison pour que ceux qui ont une vue faible dédaignent de se soigner pour 
étre privés complètement de l'éclat des rayons. Ne sais-tu pas que ce 
sacrifice spirituel et non sanglant se retrouve dans le service légal qui était 

| accompli autrefois au moyen du sang, lorsque, chaque jour matin et soir, 

il était offert en expiation? Par là on doit savoir qu'il n'y a qu'un seul et 
méme sacrifice qui, suivant la Loi, était offert le matin et au commencement 

dle la connaissance de Dieu, et qui, suivant l’Évangile, était immolé pour la 

fin des jours du monde et le soir, d'une manière spirituelle et plus complète. 

Ce sacrifice était appelé aussi sacrifice perpétuel, parce qu'il était offert per- 
pétuellement et sans interruption. Si donc tous te ressemblaient, ἃ toi qui ne 

te présentes qu'une seule fois dans l'année, le sacrifice demeurerait un sa- 
erifice non sacrifiable, la perpétuité de l’immolation serait interrompue, 

l'expiation cesserait, l’autel serait sans service. Quel serait celui qui pren- 

% drait le péché du monde qui a besoin en tout temps de purification? Tu vois 

en combien d'insanités nous tomberions, si nous obéissions ἃ nos décisions 

intimes, et non pas à la Loi. 

En nous occupant de faire de bonnes ceuvres par tous les moyens, parti- 

PATR. OR. — T. IV. 5 


Ε- 
N (1) 


* fol. 107 
vo b. 


66 SÉVERE D'ANTIOCHE. [66 
-.Jron Juolohaso Ji Joo Jisasoso serba) J sir pag Hifi pr 
ἢ} 00m) di do i βοὶ; μαοὶ μῇῷ δι fio Jug ἕπῃ οἱ 
de LAS00 κα κα Od dirti ltd dl Pa Soto οἱ 

è ol add SA Jhaassl cds Ao 


Lasauo cid 9 lisolso 


+]ha.z0 ll po ata nso μοοῖος, 59 ha. zo Îipd 008; jooy pi 3 «fa0ha fifar fs οἱ «Pasi 


ΠΣ... las μῶν; ninfe pie dad Au Jil 2309 od Lease x 

dl «ὐὐρ Jo ÎJljo vazanso μόδας [.59) dar Ἀν 
ANSE e A e pp 
Say od faradas 0,0 pag ϑ| δὶ 30430 45 μον; Jia] A pl 


cipons donc au sacrifice vivifiant. Car il n’est pas possible que quelquuw 
croie et n’y participe pas, s'il veut vivre de la vraie vie, comme il ne peu 
vivre sans respirer d’air. C'est pour cela aussi que nous, qui avons cru das 
le Christ, nous vivons, nous nous agitons et nous existons par lui'.A lui lì 
gloire éternelle. Amen! 


HOMELIE LV 


Λόγος συνταχτιχός Οὐ PAROLES D'ADIEU, LORSQU'IL SE PRÉPARAIT A PARTIR POU 
VISITER LES SAINTES EGLISES DES CAMPAGNES ET DES VILLES ET LES SAI 
MONASTERES, 


Soucieux de suivre la loi qui nous vient des Pères, nous partirons demal 
pour visiter les églises saintes des campagnes et des villes et les monastére: 
sacerdotaux des ascètes qui.se consacrent ἃ la vie monastique. Dieu dirige” 
notre marche suivant sa parole que David a rapportée dans les Psaumes*. 


1. Cf. Rom., vi, 8; xiv, 8. — 2. PS. xxxIx (sL), 3. 


HOMÉLIE LV. 67 
aio Asso dò pd Jide μοι flard cid pol ὄφῃ μοὶ Lio) 
᾿μοωλαδι. cd Al μαϑαν Jpoaso do Lidi Joou Jilfor vò JAudizadi 
tt Laos Ad Al Joo jaas [οοι hs Prg fis] sfuso 
nd ΕΜ; 1085 οἱ JI} :}1διϑὶν foi pando di ife Jp 
ἢ JAS> 38 οἷν. Joot Νωὶ Safazoa Juasp paz io reniuso Joi 30 
Jhasazsto Luspzor Jlatunizso Jam: lr od Jisanzoo Aus μια 
Jhussz50 wr Jo pisbso sfrad ada dor Lig 00 tI 49 1/01 
Sd Al Safe Î10 Jo ide 19 :J001 Joi fAsjasoo Ji ida 
δια... ᾿Νδοᾶ, 03 dans]! Nfasra 39: fuso fuso Load x) 
to rs Jo γεοδϑοο shin lia do Aso) Joa Nylo 
diasas ifhazaso JAiso dA uoidas dale Joa «ἦτο ». Laopsaso 
Del Joa Jo cir Jo votoA.] —blo sJhossjd foot vorot.l ἜΝ 
μον, fuso pél μ.90 Safar) 

ausastil/; asd δι :Jla1s} Aso, Aus οἱ Jloiaro Lo sali wet harl 
οὐι [539 μὲ o Jo ff μον, μοὶ :Jo pad vò yaasad 
lau Lod vsaras jsof fuji ᾿Νδοᾶ, «οὐ ho 30 .Jiso vascaszo, 


Car la loi veut * que celui qui, ἃ quelque époque que ce soit, occupe ce siège 
apostolique, visite, en quittant la ville, le troupeau du diocèse. J'estime que 
cette loi est convenable. Comment en effet ne serait-elle pas convenable, elle 
qui est ancienne et en méme temps honorée, qui s'appuie non seulement sur 
les décisions des Pères mais aussi sur les paroles du Livre inspiré par Dieu? 
Il est éerit que le prophète Samuel menait ἃ Ramatha la vie ascétique, y avait 
sa demeure habituelle, faisait le service de l’autel et y exergait le ministère 
sacerdotal. Lorsqu'il faisait des sacrifices pour le peuple, il circulait et se ren- 
dait dans les lieux célèbres et saints, visitant et jugeant Israél. Le Livre sa- 
cerdotal a ces paroles' : « Samuel jugea Israél tous les jours de sa vie. Et il 
voyageait constamment chaque année, il circulait ἃ Béthel, ἃ Galgala et ἃ 
Mispa, et il jugeait Israél dans tous ces lieux saints. Son retour avait lieu ἃ 
Ramatha; là était sa deméure, et il jugeait là Israél, et il construisit là un 
autel au Seigneur. » 

Cette coutume de visiter et de circuler qui sied à ceux auxquels a été con- 
fiée la direction du peuple, ne manquait pas non plus aux Apòtres. Il est éerit 
dans les Actes des Apòtres® : « Après quelques jours, Paul dit ἃ Barnabé : 


I. TSam., vuo, 15-17 (Septante, I Rois, vi, 15-17). — 2. Actes des Apòlres, xv, 36. 


* fol, 107 
vo ἢ, 


Ὁ fol. 108 
re a. 


* fol. 108 
r° a. 


68 SEVERE D'ANTIOCHE. [5 
Ιδο ti rp doro Jo das [52} fanno Nasa ka 
000] Ja Ad lo das dò cd, 00 AL Jul Li 
Lal κοὐ Aa το. 30 Aut) for Jago fido ado Li 
Jo Anali aday Jiafd eso 49 81 yang di Οἱ i 
nl θὰ μὲ studio Usi adr οἱ -.14) shoe μ5, Nd 
JA A Jp deo hl dotti "9 Fa fo godo dadi 
uocdas for AS 'Luazado/1 Lady del κῶνοι» adi Ji?) di 
lub Jisas iano fsh 0001 : ν3 κ᾿ οἱ e? κ᾿» «Jo τοδὶ Jasa 
JA dra] Jp fat] Alto lado edo L90095 Ly 
hl pag Apro οι 55) uotdro io Jaar sol caiso Jay 
δ; od luz; odi oa msotò μοῦ οἱ Ji 99 LI) Gpasol μὴ 
Lod 0,3 κὺρ Jar ad Auca [5}5. ».kbil Sa soir Al) Jiasr μοὶ di 
fropatso Ji 19 Aut Aumasto: ud JADS Οἱ aids οὰ ile 
}οῖομο «sam aadysit ope " Jlrgzto Laser Jisò) Jena fo ἰα 
È pag | 
Pig " ἀν. dir λον οὐ Jota μας, dò Ato 


1. laoerzall (sic.) 


Retournons-nous-en et visitons les Frères dans toute ville où nous avons a 
noncé la parole du Seigneur, (pour voir) comment ils se trouvent. » Ona dij 
montré que ce voyage est légal et nécessaire, et non pas superflu et 0iseus. 
Mais vous, dans quel état pensez-vous que je me trouverai lorsque je cesseri 
pour un peu de temps de me méler avec vous les amis de Dieu? Ou de quelle 
paroles me servirai-je si je prolonge un peu trop mon absence et me prive de 
votre vue sacerdotale? N’est-ce pas de ces paroles que saint Paul écrivai 
aux Thessaloniciens en disant' : « Nous, ὁ nos Frères, “ qui avons été fait or 
phelin de vous pour un moment, de vue et non de coeur, nous étions surto! 
sollicité par un vif désir de voir votre visage. » Qui admirerait comme il cor 
vient la puissance de ces paroles? Au milieu d’elles je suis saisi d’étonnemet! 
lorsque j'y vois mélée cette charité que le Christ a enflammée, lui qui dit: 
« Je suis venu jeter le feu sur la terre et je voudrais qu'il bràlat déjà. » Ces 
au sujet de cette charité que la fiancée du Cantique des Cantiques qui #50 
bolisait ἃ l’avance l’Eglise, dit* : « Beaucoup d’eau ne pourra éteindre lì 
charité et les fleuves ne l’emporteront pas. » 


1. I Thessal., 11, 17. — 2. Luc, x, 49.-- 3. Cant., vili, 7 


[nei 


69] HOMELIE LV. 69 


il pe I ἀμο Aeg μ5)2 dò Jisasy Josh, -Jucosae μὲ τοὶ 
fra. arts Leh L90059 Ji eaido κ λα" δῇ] 3 ol «1λ.9}} 2 
2 6 Al fiasy flag + Jai Lo: oh] Lol hr dd οἷν .] ὦ, 
3a mt odo ri Tp ii] Tio n ddr 
J}.0 [oh .uscdas foot pal |3l) 19059 pag 19 τ. χεθόι μαϑ δὰ. Joiolo 
-.043 A [ον Al Jp] A tati 707 bs; 2 AÒ 001 
—? SN [Ιοοι οβο . (Sl γ"ὶ dò uso hi 459 do fool uéido 
Pt Οἱ pig 201 citt pd J Hat fo οἱ AJ 
-. Jo od Au AJiuasso Jo Ausamdbo J e [05..2155 fanc;o pas 
JIl 1043 jr] do) 49 do anti JAidolo asi Lod cda j30 
egli Joss, glo oosido Aulo All 9 A QaIdo deh all ug 59 
ul οὐ ὦ... Jlomslizoo Jac ed Jo famo lito 


© GAI gdo] toy 
ls siasso .5 Jada do pound +, al) Jac pasi uoolr e) veli) 


En premier lieu, cet abandon qui est très court — je ne dis pas : ce voyage 
— il l’appelle un orphelinage qui a eu lieu pour un moment. Car il n'a pas 
dit : Lorsque nous nous fàmes séparé, ou lorsque nous nous fàmes éloigné 
de vous, mais : Lorsque nous avons été fait orphelin de vous, montrant par 
là que la charité était comme l’amour filial et paternel, et qu'elle possède la 
puissance de la nature; bien plus, que chez beaucoup elle est encore plus at- 
tachante que celle-ci. Mais icì encore il revient ἃ l’ordre naturel; prenant en 
effet la figure d’un père, saint Paul s’appelait un orphelin et donnait ἃ enten- 
dre qu'il possédait en lui les deux amours en méme temps : l'amour paternel 
et l'amour filial, aimant comme un père qui souffrait dans son amour, et 
comme un enfant qui ne peut supporter l’orphelinage. Un père en effet pourrait 
peut-étre supporter la séparation des enfants, mais un fils n’a ni la philoso- 
phie ni la force d'agir ainsì; aussitét il se laisse aller aux larmes et aux san- 
glots. Il ne dit pas seulement: Lorsque nous avons été fait orphelin; mais : 
Lorsque nous avons été fait beaucoup orphelin de vous. Alors qu'il avait 
été enlevé et arraché à eux et que, comme par la nécessité, il avait été en- 
traîné violemment, il montrait cela par une addition et une extension de la 
locution dont il se servait : Nous avons été fait beaucoup orphelin de vous. 

En second lieu, il a ajouté qu'il a été séparé de vue seulement et non de 
o coeur, indiquant qu'il circulait encore parmi eux en pensée, et se consolait 


(pr 


* fol, 108 
r" b, 


* fol. 108 
re Db. 


70 SÉVERE D'ANTIOCHE. 170]. 


xd’ μος ἊΣ :Joot fasAss horse -. 00 [οι grad Asia τϑ 
:Joot 6] οὶ Aus Prado * iodiAazoo foot par JApza eolie 
xe Treo sfizio JA ada 19079 Thy gara) At 
Jazz JA or ito iii); io Afp uéio .Jio0d oa] da 
Jotys οὐι γοἰο sd οὖν di nido Ιοοι obAass Py AD ἢ 
ὌΧ ΝδοΣ. 4A μῶδϑδος- AJipalAoso Jo JAoasso νῷ asfuisso Quaio 
xd xelo οἱ5 od Joa AI hurssadj od watas : uso xdò rada 
«Ὁ » ων Ju Jaco : 58.) fu: foor masso fot fs liasso 
Jisasz Jlautjssato +06 JAsi οἰδοῦ δι δον bb 3 fis bl / LI hl 
lune βου οδν] .3 [το τ. vadis μὲ do fato e τ 
ΘΟ custa Îo 
0 101) ilocazsty fas go ilo pae ite ig asia 
tendo fianco, Jiot Juio] Jistuo fido) votasposasi aa‘) vos do 
uocrasy sol /lsi> 19 101%] Jliazjy Jhasorssor μὲ 13 read 
foto δὶ nerdo +. fuso Ao fami lady da Jil stulizo τ 


ainsi, Il brùlait et était enflammé par la perte de leur vue corporelle, * c'est 
pourquoi il disait : Nous étions surtout sollicité par un vif désir de voir votre 
visage. Dans lequel de ces mots dois-je classer le sens? Dans « surtout »? 
Dans « Nous étions sollicité »? Dans « par un vif désir »? Tous ces mots 
me montrent que l’ami était enflammé comme quelqu’un qui serait anxieux, è 
empressé et avide de voir sans mesure et sans restriction celui qu'il aime. 
Tel était Paul qui possédait en lui le Christ et qui, comme d'une source 
d’amour divin, répandait des flots de paroles et de sens divins et enflammés. 
Lorsque, moi le petit, je vois l'image de sa grande vertu et l’abondance de 
votre beauté spirituelle, je suis frappé dans mon àme ἃ cause de vous, alors Ιν 


que je suis un ami honteux et inutile et que je suis entraîné loin de vous de 
force et non volontairement. Mais, comme nous avons été rachetés pour un 
prix, et pour un prix très grand, par le sang du Christ ‘, il faut absolument 
que nous suivions les commandements du Maiître et que nous emplissions la 
voie tracée devant nous. 1: 
Je veux vous adresser une courte exhortation en me servant de nouveau 
des paroles que saint Paul écrivit aux Philippiens * : « Done, mes amis, comme 


1, GI. 1 Cor., vi, 20. —2. Philipp., 11, 12. 


(©) 


ων 


[71] HOMELIE LV. 71 


- 9a du Jada gel Sd iosa] SA lil da 
oa Julio [Δ ΘΙ Mostro δ. gl μοι οἱ JI 
βλοασ. :fiazojs0r δι Aasastb δ c1oall ue 2 Juciao io 
"=D Jas τ ya μοι JACA + JArss05 Jas Mg PAN 
JA ss 2) lil τ μοι da doi ida μοι do 
cfu I Lot frode pag dò Jo 109) dA NI dall 
I ie] +. 1301 ftt di reso; a Lsoyò sid Jo 
uarda Joi] Jisasco JAuoctudo lady ine Ad) end 015 dd 
«lupo iS Cd δ doro | 3 μορο. radi yansolio 
pro Lizlaso JI μιαύαοδο Jz7/Ad ,5 +00 vie rd e 
014 bl 

IR) SI fas odori) 53 udolo DI Jo Los Aeon Afiadol 
Jody; asgl J asd ads lag pad da lady canal) Jo) 
addi fr lp il lasor> + dl 0001 Jiags Jo 59 
Jody μέγα dò ell nda 49 Μὶ A ptt J 25 JJ; 


vous avez obéi en tout temps, non seulement en ma présence, mais mainte- 
nant beaucoup plus en mon absence, travaillez à votre salut avec crainte et 
effroi. » Souvenez-vous de moi pour les offices des psaumes aux séances noc- 
turnes, pour les prières du soir, à cause de cette colère qui était descendue sur 
nous, pour ces supplications accomplies ἃ cet égard, que nous cràmes devoir 
faire pendant tout ce mois, deux fois par semaine. Il nous a fallu pendant tout 
ce temps-là supporter cette fatigue, jusqu’à ce que nous eussions appris que 
nos frères, qui étaient travaillés par ce mal, étaient délivrés de ce terrible 
fiéau. J'’avais craint de vous causer de l’angoisse et des charges, et de vous 
imposer un fardeau sans que vous satisfassiez au commandement, vous qui 
aviez montré votre volonté en appelant de la joie les théatres et les divertisse- 
ments inutiles. 


* fol. 108 


* Allez ἃ l’église d’une manière constante et suivie. Là, étendant vos mains, * fol. 108 


suppliez Dieu de vous diriger vers toute bonne ceuvre et de vous aider. Ne 
dormez pas de peur que, pendant que vous ne seriez pas sur vos gardes, les 
démons, ἃ l’instar de certains barbares, ne s’élancent sur vous. Qu’ils ne 
voient pas que vous n’étes pas fortifiés et que vous étes privés du secours de 
Dieu. Ils ont une vue perspicace, vigilante, attentive, meurtrière, « car 118. ne 
s'endormiront pas sans faire du mal; le sommeil est écarté de leurs yeux et ils 


v° a. 


72 SÉVERE D'ANTIOCHE. HOMELIE LV, [72] 
MAGI pg JAM Apt ANI stra Ada AA 
odi ἘΞ τοδὶ naso; Jo a ooizo fra fosso Jens opa J ul 
Jlanspzo Auisasozo asd 0/ οὐρα. dado γον dI dò + fasoro 
Judo i aritad An da Au) asi Lai ford 13 if; 
Say fica favo o) td μιαροῦ fis lasso faszo 1/53 
o dari 190 we? lo ϑὶ ne] eng Id 2 havi fazio 
Jo 00 hood do nnt i lo CERCO e 
Masio JI N is070 + Ars isa aid JE τῶ «9 ϑο 
+ et hora lado : AS} Do HA ΠΝ λο Jlo 

ao Juoio f30 [πὶ JlashadAor JD 1 oitt inte κλιϑαύθιϑοο 
Jiodall Jusjohso JI Kluuy foo fArad Lisitico Jo LASI fica spal 
οὐδ Sat Jay Locat + ans ruota da daso Ν᾿ σαὶ filato 
+e dad puolo Jaslo Νὰ σαὶ hs 


ne dorment pas », dit ce Livre sacerdotal'. De tous còtés fortifiez-vous done 
par la foi et la pureté de la chair, en faisant le signe de la croix sur votre 
front et en revétissant la puissance des saints mystères comme une cuirasse 
spirituelle. Par une abondante miséricorde pour les nécessiteux vous vous 
attirerez la miséricorde d’en haut. Et nous aussi, éloignés de vous, nous vous 
alderons, en sollicitant ces hommes qui ont quitté le monde et qui sont près 
de Dieu, pour qu'ils étendent leurs prières pour vous, des prières pures et 
rapides que ne retardent ni la matérialité ni la distraction et qui volent vers 
le ciel. 


Nous croyons qu'il y a un seul Dieu dans la Trinité : le Père, le Fils et le τὺ 


Saint-Esprit. Qu'il soit comme un mur triple et inexpugnable pour la ville, 
terrible et invincible pour Satan et les démons. Faisons monter par-dessus 
tout la louange au sauveur de nos Ames, auquel appartiennent la gloire, 
l’honneur et le pouvoir pour l’éternité ἢ, Amen! 


1. Prov., 1v, 16. — 2. Cf. Ep. de saint Jude, 25, 


\Nao lag lisoso 


orde IBdja Yo 5»: μλ9 ομίαδ 00 ψῇ ἐμοί! δ... 759} lazione [azar 1oosaiof ao iviatade ouijro a 
«ὯΔ 1} Îlimd Jyand00 fidojto 00, asi) jo fai yd0 μήθ οο 


"dolo dI fed 20 gdo etto fiat so loi odi faasor Ass! 

ed 5] 33541 Jo Loeasay vello yado δα Jibaso JI, δα, * ol. 108 
Jp AS da edi opa ALS 45 Au epc + Lasasass 

Sa baco huoi dh Lio }} odi Joy ur aspri Edo Jody 
Juod foro da οἱ fior Nido sehr μου» So A μας ho 
Juusso 009 dI 000 κοὐδὲ ve? κα. 30 pado] JO χϑὸ tdi 

τ ρον, prolo [sazio μου ciddl vr bro iu Ja αϑϑὸ vedra 
ao ὁ Apo edo Ji] 146, μὲ asd for fuscjò μὲ «ἡ» αἱ 
«Lise: «οί» ja0f Joor ASS [γ01 οὶ 19 x hood :fordy Jlasdso 

SD A} gepdo Jil «Ji Ju] asd Jody βκ5.» μἱν ver ali n jzo τοὶ 


HOMELIE LVI 


SUR SON ARRIVÉE A KINNESRIN ET SA RECEPTION PAR LES FIDÈÉLES DE LA VILLE. 
LE COMMENCEMENT SEUL DE CETTE HOMÉLIE AVAIT ÉTÉ PRONONCÉ, LORSQU ELLE 
FUT INTERROMPUE A CAUSE D'UNE QUESTION D'AFFAIRE MUNICIPALE ET D'UN TU- 
MULTE, ET ELLE FUT REPRISE SUBITEMENT A LA FIN. 


Quand Moise le Grand fut monté ἃ la montagne du Sinai, alors qu'il fut entré 
au milieu du nuage, qu'il fut resté quarante jours * sans prendre de nourriture * fol. 109 
et qu'il fut avec le Législateur, il devint initié aux mystères de la loi. Alors ui 
il descendit, portant dans ses mains ces bienheureuses tables qui avaient été 
| écrites par le doigt de Dieu'. Le doigt de Dieu incorporel, c'est le Saint- 
Esprit. Tout ce que Dieu écrit, est écrit par l’Esprit. C'est pourquoi tout livre 
divin est dit inspiré par Dieu. Lorsque les Pharisiens disaient de notre 
Sauveur le Christ qu'il chassait les démons par Beelzeboub, Matthieu. dit 
quil leur répondit et leur dit*: « Si je chasse les démons par l’Esprit de Dieu, 


1. Cf. Ex., xxxI, 18; δαί. rx, 10. — 2. Matth., xII, 28. 


* fol. 109 
r° a. 


* fol. 108 
r° a. 


74 SÉVERE D’ANTIOCHE. ni 


Ὡῳωδο» 5.0] add, «οὐόι μρωο we Jah οἱ Jody cllazizo adi 
ande ada 00 Asd lead par κοι {1730}. Loans » 
NI39309AD. aid aio paddòr cd 10001 οὐοι! μοῦ» lispoAv0 4 leso 
hims4300 Jpaò gel andò hac, Aus id as [το dA] Jona bp 


[0.5 »»ἱ ne? βμκααδο .J181) udod σοῦ 5 lasso; ch [οοἱ Al Jada : 
“o tavolo faro οἱ.» ωοοδοΐ fiad3:0 οὖν oto] οὐ... farti ῷ 


po 9, ftp Joi Gt e] 49 4 foot tds pid “Οἱ ha 
Joofzo uedio asl ad cda fail do Jiad μίαλϑ οἷ; cd adi 
Jr 30 JASSO può 1501 κι λοι quit dl) di fi JAAR a 
rado do Id turco [οοἱ [Δ Δ ο οἱ» odi luo paso -[5ἱ κοὐ giò 
e οἱ pag il Φὶ Na foci usò» 15 001 βαΐαρο :|οοἱ futdo ῥ'ὶ 
dor iso fra] μια oh] celo] οἱ κα, radi d00 ie 
| | è guotabl) 
hs djs :laaso oct adj oo zio luoi Loro, μον dusa 49° 


c'est que le royaume de Dieu est proche de vous »; Luc, écrivant la méme 
chose, dit que Notre-Seigneur dit aux blasphémateurs‘: « Si je chasse les 
démons par le doigt de Dieu, c'est que le royaume de Dieu est proche de 
vous. » Lorsque aussi les magiciens et les sorciers de Pharaon cherchaient, 
comme il est écrit ?, ἃ faire les prodiges qui avaient été accomplis par la main 
de Moise et qu’ils furent vaincus, stupéfaits de la puissance invincible de 
l’Esprit qui opérait ces prodiges : « C'est l’oeuvre du doigt de Dieu », s'écriè- 
rent-ils?. Ce que Moise fit comme serviteur et ministre, c'était l’oeuvre de la 
gràce qui opérait par ses mains ces miracles. Mais le Christ, l’Esprit lui 
appartenait en propre en tant que Fils, il était dans sa nature et de méme 
essence. C'est pourquoi il souffla sur ses disciples en disant‘: « Recevez le 
Saint-Esprit. » C'est lui qui au commencement forma l'homme de la poussière 
de la terre et souffla sur sa face le souffle de vie. Tout ce qui fut, c'est le Père 
qui le fit par le Verbe et le Fils et par l’Esprit qui y prit part et couvait au- 
dessus des eaux qu'il frappait, et par lui il donnait l’étre à tous. Par lui nous 
aussi nous vivons, nous nous agitons et nous existons*. Il est celui qui main- 
tient l’état de ce qui existe. 

" Lorsqu'il portait les tables qui avaient été écrites par cet Esprit, Moise, 


1. Luc, ΧΙ, 20. — 2. Ex., vir, 18. — 3. Zbid., vii, 19. — 4. Jean, xx, 22. — 5. Cf. la fin del'He 
mélie LIV. 


τ 


--᾿ 


--« 
rari 


. 
| 


[75] i HOMÉLIE LVI. 75 
sei fans! ada ced pat dino sio ἘΔΡ Lia βοῶν tt 
Jhon SAI ii nd pò pa para clans N, Jioly Jasooy 
«Οὐδ 0) 351 Ji e AA da δ, ul la rÒ 120059 
Quolll 15 ner 393 inuoir asdid cd Jordi Loasas volo read ug 
Jo Av Losasad οὗν ,5 Jaja Ludo οὶ af do da 
Li γὰ Nilo :fiagd ulad am Jsaso Jos sas 33 Aulsono JI! 
οἴββονω Gsd qauoli sAaAay dai poiso Las solar da 
999, fun lil yÒS Samo I «μοοι ἃ Ada 3? i 2 
Jisò μι Na ϑολοίο Jia ad vaso Nasino SA la zan 
JASao Loc: fagaso J:01 49 cLialy gdr JAnisono Sud da Joc1 Al? da 
001 quota) pad lui Da οδιαςς pd sr 30 ip 30 lb 
IS Lio μοᾶδαδ δον χϑὸ tl Lp yadoto As fior da Ji 
+120530 fado] 061 wet Ilia +, fund OS dò Yip edo ho 
λυμυμἱ ὦ sj JA pr il ian fa A doti 


voyant que le peuple était devenu insensé, injurieux et coupable, qu'il s'était 
fait, au lieu de la gloire de Dieu, une image d'un boeuf mangeant de l’herbe 
— c'est ainsi que le Livre raille d'une belle manière leur faute! — il jeta ces 
tables écrites par Dieu et les brisa. Dieu en effet établit la loi pour ceux qui 
sont éveillés et non pour ceux qui sont ivres. Mais, lorsqu’ils se furent re- 
pentis de leur péché, il écrivit de nouveau dans d'autres tables la méme loi. 
D'abord cependant Moise entendit ces paroles: « Monte vers moi ἃ la mon- 
tagne et je te donnerai ces tables de pierre, la loi et les commandements que 
j'ai écrits, tu en feras leur loi. » 

Après le péché, il ne parla pas ainsi, mais * : « Taille-toi deux tables de 
pierre semblables aux premières; monte vers moi ἃ la montagne et j'écrirai 
sur les tables les paroles qui étaient sur les premières tables que tu as bri- 
sées. » Cette parole montre par un symbole que lorsque Dieu eut créé l'homme 
au commencement et qu’ensuite il l’eut recréé de nouveau par le nouveau 
baptéme de l’enfant, il écrivit sur les tables de son coeur qui étaient pures, 
qu'il avait créées et renouvelées ensuite, ses propres lois : d'abord la loi na- 
turelle, et ἃ la fin la loi évangélique et spirituelle. Si quelqu’un brise par le 


1. Voir Ex., xxx. — 2. Zbid., xxtv, 12. — 3. Ibid., xxx1%, 1. 


* fol, 109 
re Db, 


* fol, 109 
re D. 


T_TC<=”»”=re == 
» νυ 


76 SÉVERE D'ANTIOCHE. [76] 
Ji Jlanimi c.so "yy τ Jlazal pò SD 0% λα οὐ. 9. Db 
JAo, Jlofarzao 

Loasaidy us) II} dsl οἱ Sfhal JI .Jis00 Ng fida οὐ Nasa] 
Jooy fuo;> vaaso fil «οἱμιρ ἐν fard sir dò sella 5. DA od 
RAS. 8 49 > mp pila edito ASA AE 
6A :fisolsad οἷν. :3 οἷν τὸ. JI Au «κοὐκ lord μα νο }....ν...30} 
do x dò ὡς οὶ 07) asa spasad pitt huoza [σοι edi 
J fio odi ᾿ οὐδδι ..556..5 A35 19 He) ΚΑ .;30)L/ 099 xd 
3009 μὶ sp patta andy fd iso da fluido /I7 + AS 
hl 

Ια. foAhas ὁμμαδὶ Ἀν ed dio dot uo ito 
oto) Aus od Jo varuio fisauoo μοι ἰὼ Jho DI Il ad 
xalo tiny Tnt his; lo}. dt νυ» fano cla JAN Jo 
Ah vr Je lado Aolupuli οἱ ciséli di Auf LAS zoo cd 


péché ces tables du coeur, il n'est plus digne du méme livre écrit par le doigt 
de Dieu, si ce n'est lorsque lui-méme se taille pour lui ces tables au moyen 
du repentir, en effagant en lui l'horreur du péché par des ceuvres pures. 

Si done le Roi et Maitre universel n'a pas refusé et repoussé, mais ἃ 
daigné donner de nouveau et une seconde fois sa loi au peuple qui l’avatt 
irrité, quelle excuse aurions-nous, nous qui sommes poussière et cendre, 
comme il est éerit', si, ἃ vous les brebis aimées du Christ qui respirez le 
zèle divin, nous n’adressions pas le méme discours qui mit fin au trouble de 
quelques-uns? Je dois donc répéter les paroles qui ont été déjà dites, Pour 
Vous, piuoi le méme discours que vous entendrez. Je sais parfaitement bien 
que ce * n'est pas dans des tables non taillées, mais dans les tables purifiées 
de votre coeur que je le déposerai. 

Beaucoup de raisons m’engagent ἃ ne pas traverser en silence votre ville, 
mais ἃ faire entendre ma voix dans cette assemblée fidèle et aimant Dieu, 
qui est l’Eglise du Dieu vivant, et ἃ montrer seulement la bonne volonté de 
ma propre pensée, quoique je n’aie ἃ dire rien de puissant ni quì soit parti- 
culièrement utile, Une raison beaucoup plus que toute autre m'encourage, 


1, Gen., xviti, 27. 


i 


LI 


τ 


{1 HOMELIE LVI. 77 
Jisit 36 Liulsso .Jiadiso fsorthasso ud [fado oa so af 
«Ὁ had .loa Lyso as :goilo poorol NCTENE LI fas «ὃ δῶ οἱ; 
"τα... 5 ὡς 0}γοὲ flap it τῇ οι At κοῦ Je γον sil vo 
ad slo oalopiao Jls'aso οἱ JI :fuaso Jhpail Jhanaso Ahisly 
} fida Jsy hose) foca, isjasso Jlisa Jli> Lasopso :.5) Jas ul 
fscas otas ad das fusa) θα θα δον di ρας futss ué 
Shea JAsonsi JESI Sl 10) cora] Alorslo τόμλα dla) 
AA 009 τκα.5.5....9 esatta flop o ocio do xd 
ausor μᾶς» [γθαδὸ Jlionor pelo au) ord asd Jlansor ra>Jalsso 
i Ja flag Ad del Sasa liso uootiorli Judy also 
Auf svasjl voojo yad dufaisss lady udi asa κυ » Judas 
lo fuuasat Jiol id 5 od può ife JOLNI ofpò fato dal 
μμνΐο μμωὶ do if faz οἷν 19 omo Jo cd 9 cd ila Jody 
ih «Ὁ sfuso, ας] uorazòta ΚΒ; Luoadasy AQ γοὶ 
δ UO yy οὐ ife δὶ AU rid] pl Adv] Jr 


| 


m'enflamme et m'éveille. Mais la pensée se refuserait ἃ avancer et ἃ accourir 
sans l’organe de la langue, si c'était possible. La langue précède la pensée. 
(Quelle est done cette raison? C'est que cette église non seulement confesse 
sans fausseté la foi orthodoxe, mais accepte aussi le danger de souffrir pour 
elle sì l'occasion se présente, et que, comme une vraie fille, elle sauve l'image 
 maternelle de l’Eglise apostolique qui a été construite ἃ Antioche. Comment 
donc ne la saluerais-je pas de toute ma voix et ne l'embrasserais-]e pas pater- 
nellement? Elle est chère aussi aux pères qui perfectionnent dans la vertu et 
_ aîment ardemment ceux de leurs fils qui conservent particulièrement l'image 
% de ceux qui les ont engendrés, qui leur ressemblent par la forme et la beauté 
de leur physionomie et qui possèdent le caractère de leurs pères. Quel est 
done le caractère de l’Eglise apostolique établie ἃ Antioche? Elle crie ἃ 
Emmanuel avec saint Pierre! : « Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant » ; elle 
confesse un seul et méme Christ et fils du Dieu vivant, le méme Dieu et le 
Ὁ méme homme véritable, et non pas un et un autre, comme les Chalcédoniens 
l'ont divisé d'une manière perverse en une double nature après l’union inex- 
primable. Saint Pierre en effet n'a pas dit : Tu es le Christ dans lequel se 


4. Matth., xvi, 16. 


* fol. 109 
va. 


* fol. 109 
vo a. 


78 SEVERE D'ANTIOCHE. [18 


nd try lara] A μα μμεὶν fido ho 061 JA ας. 
pla dio 45 Ju Joy choo pu) Junsdo, οἱ JI «κ, ἷϑὶ cd 
odi Joiacmi funaso (san pag dò odi tl] 16.50.5 d1950 ua da 
Aso] Juaso cjall pu psi «00 μα οἱ Joy venda! AS 


Guoch.) Lost | 50 Jo 
fast perlo μοι Ιλ... »»ἱ .})ο 9 οὐι μμκμδδα foot vasoltvo τ 
pe? do μοῦ κα) vd Jlaangtdo lito Ἰωδαέ, Jad ipado 50 
di No ciudad μοὶ tuoi motto pò) vado γ»»κ»ο lodi Jadal 


sad odi Asd nato hijdao asd Aus odo ᾿ς Lojam 
A 1 voi? ui No :unò ὡοσλο AJ: A9 00 δὶ μος luo 
ria: cordraaz pad 30) od gelo ..}}.} da μοι Joao JLuool; 
di No JI] :...5 Joot οολοὶ }}} dò gel id Jia JLl lia laso,s 


sro I II μοῦ asso [3] è nad ἜΝ «Ὁ fado dò intriso , 


trouve le Fils du Dieu vivant, de sorte que l’on comprenne un autre dans un 
autre, comme le veulent ceux qui le divisent. Mais il a confessé : Tu es le 
Christ et le Fils du Dieu vivant, * en se servant du mot « tu es » dans son 
sens général et ordinaire. Quant au nom du Christ, c'est celui qui convient ἃ 
l’abnégation faite pour nous et il est humain. ἢ fut appelé Christ lorsqu’il fut 
devenu homme sans avoir éprouvé de changement, sans avoir éloigné de lui 
sa nature divine et sans qu'il eùt besoin de le faire. 

Il a été oint pour nous par l’huile mystique (?) comme le principe de notre 
race et le second Adam, et pour nous envoyer l’adoptton de fils et la gràce qui 
s'opère par l'Esprit. Ces choses avaient été prédites par le prophète Isaîe qui 
dit pour leur temps' : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, ἃ cause duquel il 
m'a oint. » Il montre évidemment par ces paroles que le Christ a pris sur lui 
pour nous l’humilité et l’abaissement de l’abnégation, et le nom et l’eeuvre. 
Il dit en effet « l’Esprit », lequel est en moi par nature, parce qu'il est de 
méme essence et divinité. Il est venu sur moi, comme s'il était venu de l’exté- 
rieur et s'était posé. par les flots du Jourdain comme une colombe, non pas 
comme 8᾽1] n’était pas en moi, mais parce que « il m’a oint ». Pourquoi done 


1. Isaie, LXI, 1. 


ω- 


Ἐπὶ 


(79) HOMELIE LVI. 79 


ον Loss οὐν ον, hier sig do fusi do Lodi fina as 
ὀιϑομλοὶ fear Nido rado fisnizo vuoi psasl }) 
Jo JASsadio suoi) Jedi 119 Lu Joy Jr odi Aus wr Luas 
yo ΜΙ μοὶ μὰς ὸ e [5] io Aol bidd poro dall cd 
fe 90 οὐ. faida cado foca 00 foo: pod pad μιας ον, lip 
Jay 190,9 307 χὶ dle] dd οἱ pag ul Jiado] co yard 
Joss μον» ουδὲ font) hire] μα... 0Ù19 600) JI dl] Ai οἱ 5 
μι...» joullo 1009 Alfio pb cò massi 3g 12 + Jolasso Jo 
lens 30 ad Lod dat00 fusi pad 001 Jlccîdy Ji sano ausili 
lia οι 300 .5ὶ fit dò Ji cura) dad 230) cÙ JI -[30,0 
Just pali] Au] sad Jai dò Judo Jo [μοι 30 lisa fior 
Jin Jlasdavso djs [soio fama Adv οι la od Jo 3 ἡ odi 
Moss] 2300 Ao Jesi 30 Aldo ἃ αὐτὶ do pur od Dad οι 


a-t-il voulu et accepté d’étre oint? Si ce n'est pour nous qui étions privés de 
l’Esprit, ἃ cause de ce décret ancien de Dieu qui avait dit': « Mon Esprit 
n’habitera pas dans ces hommes parce qu’ils sont chair. » 


L'appellation de « fils du Dieu vivant » convient ἃ Dieu, et au Verbe. 


convient celle de « qui a été engendré avant les mondes divinement du 
Père ». Car 5] avait dit : Tu es le fils de Dieu, on comprendrait peut- 
étre cette appellation d'une manière générale et non comme propre ἃ lui et 
lui appartenant particulièrement. Elle est dite en effet d’Israél comme repré- 
sentant la personne de Dieu : « Mon fils premier-né, Israél*. » Mais il ajouta 
« vivant » pour montrer qu'elle est propre et spéciale, et non pas par- 
tagée. Lorsque saint Pierre l’eut considéré en pleine clarté, qu'il fut illuminé 
dans la vue de son esprit par la beauté si splendide de la divinité et qu'il 
eut recu une vision non pas de la chair et du sang, mais une vision d’en 
haut*, il trouva qu'il était la vie de la Vie, du Père, et la vraie lumière de 
3 la vraie Lumière. Émerveillé et plein de l’Esprit, il s’écria* : « Tu es le 
Christ, * le fils du Dieu vivant », qui s'est fait humblc pour moi et qui est 
élevé à cause de la sublimité de la nature d’en haut; qui est un de deux 
sans confusion, ἃ savoir de la divinité et de l’humanité, dans une seule per- 
sonne et une seule hypostase; tel il est et 1] est connu. Une doit étre 


1 Gen., vi, 3. — 2. Ex., Iv, 22. — 3. Cf. Mallh., xvi, 17. — 4. Malth., xvI, 16; voir ci-dessus, p. 77. 


* fol. 1 
v° b. 


* fol. 109 
v° Db. 


80 SÉVERE D'ANTIOCHE. ‘80; 


A κοῦ hac & Jaar Jicozo ponas0o JAN [ino Alici 


JA uovo ci 
ad Via Joel: j90 pa μμλ Jhsoks Jaco N90 Jr 
Lojas0 Jlist [1γ9} gel Jp [τον opa ὧἱ Ano flurdt Jutpda 


Ada Jo di μὲ naso : (sic) ASA μὲ fasti 220 sh. 


ὁμδοὶν N 01 pal9 do dò χογϑο οἱ isa οἱ Jsolas do Aud spl 
nf κοι faz edo dd μαήλλο Jisasby Jo «yoaso Jljo JAaxyo 
Jhunaduo o Jiro βοα "5 Maggi ao nr asc fu) lasoro ΕΓ 95 
5..." 64 fuso] Jlash5 loassd did (asso, sol Jo .Loaloli 
él :JA001 Îlojansoo Janis er 1adso μαι lato das 
sula Ao ol Loy »»ἱ δλώΐμω οι Nido shit: Ια ολ" «ὦ μὶ 
Aa 300 "5 μοὶ pi ins) A Tipo, IL O ad 150 
piani Jota pass wdi Jojo 49 [γοι dio .ib00ta) lojnan ς 
μα gel μη μὰ. JI fans A] J pd iluantso Jaar 


confessée la nature du Verbe et de celui qui s'est incarné dans une chair 
de méme essence que la nétre, qui possède une àme douée de raison. 

Cette belle confession orthodoxe qui se trouve naturellement dans la 
personne de la mère des églises orientales, je vois qu'elle brille aussì dans 


"---- 


la physionomie de cette église comme dans une véritable fille. Et lorsque : 


Jexamine avec soin, je la trouve telle que dit l'Apòtre' : « Il n'y a en elle 
ni souillure, ni ride, ni quoi que ce soit de semblable; mais elle est sainte et 
sans tache . » Elle n’est pas d'une beauté empruntée au fard dont on s’en- 
duit la figure comme font les prostituéges, c’est-A-dire de l’imagination 


instable, athée et‘réveuse d’Eutychès. Elle n’altère pas non plus sa beauté + 


(εὐπρέπεια) maternelle par l’obscurité du culte de l'homme nestorien, encore 
moins par la turpitude et l’horreur judaique, je veux dire par la dualité 
des natures. C'est pourquoi elle est accourue avec joie vers moi comme vers 
un père; elle est venue à ma rencontre, se portant en foule hors des portes 
de la ville, ayant confiance que je n’avais rien changé à la beauté familiale. 
Aussi, montrant par ses ceuvres une vertu digne de la foi, alors que je ne 
suis pas un prophète, mais un pécheur et un homme faible, m'a-t-elle 
accueilli comme un prophète, s’attendant ἃ recevoir le salaire du prophète, 


1. Éphés., v, 27. 


Can] 
& 


[81] HOMELIE LVI. 81 


nego) Aula Hg odi Nuiso laasr fil ρόδον. luomo 49 λα 
asd μϑοίο en βοῦς iz] βοῦς fono 5 Sasso od :olo 
ua 2) corso foco: dialokso 55. 000 reads dada Lo Yao xd0, 
Ji τ» nie οἱ Aus [οὶ Doo ifepa δὲ gdo su] fina τ οι 
.μοι μὰ «αὐλοὶ 00} μεραϑ yl 6 gladjd Jo! 
cut ada AS μμ Νὰ οὶ Jaar: Aus sso 
Μ᾽ 459 A Ns Apro paz Au) - gato 5 has lusso 
Jura οὖν pel gg add AD Jo Lollso laso,ò των De 
suite lena cuoio done AQ Jo :foor AL Jo da 5 
δὶ [οοἱ A 
sJlasaemsas ὡοοδοΐ 45 Jusiiso volto 31. da 15 οἱ funasod οὗ. 
150 + Jade Sd ΠΟ LAY A ΤῸ 
μμ ceto «,ἸΔοὶ solo οι fit pes μοὶ Anso Poiano 
ad μὲ sò du fade ipso) 01 Joao ed dy bada 
0009 5... [δὰ γ"ὶ μοὶ. I odi «οὐ μὶ ada δ. μὰ 


ἃ cause de Celui qui a promis sans mensonge οἱ ἃ dit' : « Celui qui accueille 
un prophète au nom de prophète recevra le salaire du prophète. » Comme 
ceux qui autrefois saluaient Samuel en l’accueillant, elle aussi s'est écriée : 
Paix est ta venue, ὁ voyant! C'est pourquoi nous aussi, en lui payant des 
paroles évangéliques selon le commandement de notre Sauveur, nous 
disons : Paix à cette demeure! Et comme elle est la demeure de celui qui 
en est digne, que notre paix vienne sur elle particulièrement, et qu’elle reste 
stable, sans changer. Elle s'est manifestée en vérité * parce qu'elle m’a regu, 
moi qui ne suis rien, comme un ange de Dieu, bien plus comme le Christ 
méme lorsqu’il était assis sur un Anon, et elle n'a pas méprisé ni repoussé, 
comme dit saint Paul en écrivant aux Galates?. 

Le Christ aussi qui se tient ἃ la porte, elle le nourrit alors qu'il est 
dans le besoin; elle le fait entrer sous le toit alors qu'il est étranger; lors- 
qu'il est nu, elle l'habille; lorsqu’il est opprimé par la maladie ou dans une 
prison, elle le visite. C'est pourquoi nous disons encore : Que notre paix 
vienne sur elle par la gràce de Celui qui a dit* : « Je vous donne ma paix, 
je vous laisse ma paix. » En l’entourant de cette paix comme d'un mur 


1. Matth., x, 41. — 2. Gal., iv, 14. — 3. Jean, xiv, 27. 
PATR. OR. — T. IV. 6 


* fol. 110 
r* a. 


* fol. 110 


ro a 


82 SÉVERE D'ANTIOCHE. HOMELIE LVI. [82] 
:) 0 S2'/ frame cds > δὰ, Jiaso :-3 10h} lia ao "νυ τὸ 
οἷν fio Jo : jazz 1005 δ Aus οἱ venato lio so dio 
!!α..5,5 hab] fool. Jisaduo Jli} sso :i01lo o ohi SS iluasd 
Jong Jota Jia dad Jholo —? jasol :]hpasl Jlausaot 
Jusoasy scans χβδαρο [οἱ 30) Joss Jasoif La 345 dt ila pel | 
"of ad cda prolio ila fior Jin pelo JArcudo [δαυλὸ el 
od Ja; .):3:D μοι sad Au γαθομ id de dÒ do sol 
Jiouazal fo odi odi JAY nuoto; (sco fusas nr vasi Joss 
Sede daddi Lpuolo 


puissant, qu'il la garde de tout dommage; qu'il la sauve de la haine du 
Calomniateur; et qu'il montre qu'elle a été appelée par les faits mémes 
Chalcis, c’est-à-dire d’airain; que cette appellation n'est pas mensongère 
parce qu'elle brille et resplendit. Qu'elle soit fortifibe et puissante par la 
pureté de la foi orthodoxe. Qu'elle rejette et repousse la rouille de la per- ἃ 
versité hérétique. Lorsque je lui dirai ce que Dieu a dit autrefois au prophète 
Jérémie' : « Voici que je tai établie aujourd’hui comme une ville forte et 
comme un mur puissant d’airain », que tout le peuple réponde : Amen, amen! 
Et qu'en échange ce peuple me donne ἃ son tour, comme viatique, ses prières 
sacerdotales. Qu'il fasse monter la gloire au dispensateur de tous les biens, 
auquel appartiennent la gloire et le pouvoir pour toujours ἢ. Amen! 


ΕΣ 


1. Jérémie, 1, 18. — 3, Cf, Ép. de S. Jude, 25, et la fin de l'homélie LV. 


by GO ogle 


βϑδο τ a 6 lisolso 


ao jo) cd! bf ergo faspò ομο; μί305}5 wiasa> «ὦ μιϑοομο 230 χϑδι 0) da 
è μαδιδμ5 με] OG Jpadf} 06) asp 


pas Dt Na 3 < frtoos/) Saas Ausario Afisas «οὐόι 

ch crd Jsascasso Jloja: JADa iano JhSasfsoo fussiol Jo pad 
JIA o :30063] Joor orohl, fil sol «colad οἱ ᾽ν «οὐδὲ Jisand 
LEN. JLjz0 froliso, fesso 9 Joh cd x! aSShbo Naso [58,43 * fol. 110 
As fuso] μωϑ Joor Ὁ 36.329 osa int glo μαι] 
opalli dò τοὶ 55 μον» Jos famso Jroido -᾿βοᾶλο JASA 3: Jlcoîto 

3 pro otiiad yi] 19) 955 ep ell lived cd fado Lab Joi où 

gl: JI Θὰ. xl xè Qdorsso Loiso ὍΣ. adian0 cy JASI Ja 
uoollod doti 1338) asl Jhrso pag 42 :]οοὶ Niadaso oct dA x) pad 


HOMELIE LVII 


AU SUJET DE CE QU'IL FUT RETENU PAR LES FIDELES DE KINNESRIN POUR LA COM- 
MÉMORATION DU SAINT MARTYR SERGIUS; ET AU SUJET DE CE MARTYR ET DE 
BACCHUS QUI EN MÉME TEMPS QUE LUI TRIOMPHA DANS LE COMBAT. 


Ceux qui font aux étrangers un accueil affectueux et amical, réunissant 
tout ce qu'il y a de plus beau et de meilleur en aliments et en mets, prennent 
occasion d’un repas et d’un festin pour recevoir ceux qui sont venus chez 
eux. Ainsi agit Abraham lorsqu’il accueillit les trois anges, ou plutét * Dieu * DEI 
lui-méme qui apparut sous la forme d’anges et sous l’apparence d'hommes, 
et qui en figure et en symbole faisait connaître une seule essence et divinité 
en trois personnes. C'est ce que montre le Livre sacerdotal en disant' : 
« Dieu lui apparut près du chéne de Mamré », et il ajoute ensuite? : « Ayant 
levé les yeux, il vit et voici que trois hommes se tenaient devant lui. » Il 
courut vers eux trois en parlant aux trois comme ἃ un seul : « Les voyant, 
dit le Livre, il courut à leur rencontre en sortant par la porte de sa tente; 


1. Gen., xviti, 1. — 2. Zbid., xvi, 2. 


e τ΄ 


84 SÉVERE D'ANTIOCHE. [84] 


Jil {Jo jolo bi da _roo τον finasos fsil do iodio 
parso sas 5 ]pad00 : pad 0h J padoò Jas Aaa] 
ob bl > JASaah ch Jo νοδὸ SAMI Lodi xl sol .JASso; 
Joi Lady spal +. J00 A e) το cad Jr reato Livo ss 
uo Jo dor glo ASS ALA più Joor pad dar fisso 
19 ipod JASso Lol cd δ, A vò ἈΠ} .Joor Ὁ. δ λὸ ba o 
POSOALO xa} 00 Jo pais sod asi 2È Jikod μ͵μἢδᾶοὶ χοῦ οὐι doti 
A A3 Jyoto :p0%9 hill ado isoriAo/ Jas Las 15 ’οοι Al} χοὶ 
ono vitasy halo Μὲ jd [ἘΞ podio JIScASI ci Jos 
Lio ον +. labgà orso 90 uil Lago fasi Jo fax 90 
i +0 Jos το δυο Jloja Lù 
Jiga vd JAulad 19 scolpaò ou οἱ zoo Dasa Lot gel? 


ados ΟΝ. Jato; μου.» ἡ da rr DI e .39 TONE 
JAgosasis :fouliaso fiohs ΚΟ... οἱ]ο AJuooliso las αὐ ρον δον, 


ΠΝ) Jhojss flastass Ha Loy Jisuzo Jlatasofs Ms : Jjasojso, 


il s'inclina ἃ terre et dit : Seigneur, si certes j'ai trouvé gràce devant toi, 
ne passe pas devant ton serviteur. » Aussitòt, après avoir changé la forme 
du discours, il adressait de nouveau la parole aux trois en disant : « Qu'on 
prenne de l’eau et qu'on lave vos pieds. » En allant ἃ la rencontre, il adressait 
évidemment ces paroles ἃ Dieu, le Seigneur de tous, et il recevait de Dieu 
les réponses. Mais ce qui m'a engagé ἃ prendre la parole, c'est que cet ami 
des étrangers ordonnait avec empressement à Sara de préparer le pain, 
tandis que lui-méme, comme c’était son souci, se hatait vers le bétail sans 
donner d’ordres ἃ un autre, alors qu'il avait trois cent dix-huit esclaves nés 
ἃ la maison‘ et d'autres achetés pour de l'argent. Ayant choisi un veau 
tendre et excellent, il le remit à un serviteur et lui ordonna de le préparer 
vivement pour le repas. 

Vous aussi, vous avez agi comme Abraham, en accueillant la venue de 
ma vile personne et en réumssant de toute part des mets spirituels qui puis- 
sent nourrir l’èame d'une manière intelligente. Vous avez préparé la table 
abondante par des services de psaumes, par des prières, par une assiduité 
constante ἃ l’église, par une communion ἃ la table mystique. Enfin, nous 


1, CI, Genèse, ΧΙΥ, 14, 


ci 


7 


d 


o! 


sen 
Gt 


[85] HOMELIE LVII, 85 
2g μα νῦν, τὰ ara JI Alatpolo D dad 45 Îljudo 
nerd fp] pdedo assedi yanazo Jas Hop Noa hot οἱ αἱ II 
J32 Yan fool Nasa fia) Jie | anzio Jai] meo + fol. 110 
22 Jil a ada Lion Jildzo lips di] Jason Jlojar Jiziao ἢ 
Jo da o iuolio: καυδεδ μὲ Sad popdo Jlolo 14) vada 
2.30) 230 δ... «Οὐι γ"ὶ ὧι μα.,]ο Nlopd SÒ dando Jhyio 
où Sid ansi filo ito JI «τὲ gel «οἹ ediz sub) Jo 
«ΟἹ χῶ ut Ja 0 pio js iutizo panda load 
lucio day fig [ALAN 150) OÙ reti lado la 0a 
r25 Joel _? +25 LJlasAasso [δ μοι AS adito ΚΣ. Qi 

+ ]:0109 vornash als NOI uo vd fesso δ δον, hl μ᾽ 
κυ Ji] pasaso }]ογομοο; List Jictado ον ἔέμθο δ 23077 οὐδ 
olanda }5 wasls χὰ :hio}) ωραλαϑασϑἝϑο γκο yollo κ9 «o Jul 
polo JAS3 lojnoa disc, faduò da ag 9A Joi} «JacAhsAs faso 
Sio ili] 2) ass Yad st) Ao 0 dl : foods 


retenant, vous n’avez nullement permis que nous retournions ἃ notre demeure 
avant de prendre part à ce festin joyeux, de nous réjouir avec vous et de 
célébrer en méme temps que vous la commémoration des combats de Sergius 
* le martyr. Comment donc répondrai-je ἃ cette invitation au festin si solennel * fol. 110 
et ἃ la féte de ce saint si admirable? Est-ce en restant silencieux, sans que 
j'apporte ἃ ceux qui m’ont invité quelques paroles qui complètent la féte 
et y ajoutent de l’éclat et de la solennité, afin de ne pas ressembler aux 
convives gourmands, bien plus ἃ ces parasites ignobles qui s’attachent aux 
tables et n’ont d’autre préoccupation que de remplir leur ventre au delà de la 
satiété? Jamais ceux-là n’élèvent leur regard vers les cieux ni ne louent Celuì 
qui a donné pour le maintien de notre existence ces aliments utiles et conve- 
nables avec une si grande variété et diversité. Peut-étre aussi, si je voulais 
me taire, cette splendeur des combats du martyr ne me le permettrait pas. 
Celui qui est rappelé de nouveau par le souvenir ἃ l’époque de son mar- 
tyre, il me semble le voir se tenir devant le tyran Maximien avec Bacchus qui 
avait le méme service et l’égala dans le combat. Le tyran érige en loi tout des- 
sein contre la religion (εὐσέδεια), quoique la loi doive étre établie légalement (9). 
Jai dit : « avec Bacchus », parce que nous ne devons pas dans le discours sé- 


* fol. 110 
vw ἢ, 


* fol. 110 
v° b. 


86 SÉVERE D'ANTIOCHE. [86] 


Norohsoy JSP κουδοδν forni do κοὐ deu δα ον 107) Jl ho 
Jhasjo Jopus λοι 004 oca) μας fe e)pn] «5-ὶ las 
pato inò 000 κα δον Asia Lidi pu. lizao Lioada 
1000 00%] Jasopo ner Jodanto .000 reds laddò indi Li.jso 
1000 adito ΙΝ. lo}. fiati 3 As sf x abeli waas 
μ᾿ du Laz] 00 13 0060 pa 1000 00/0 repo liafasizo 
+astosl/ 
000 rp Jr Lodo + Ladod Lod odia ato E Pig tl 
Pedad00 000] gem ppi Jljimza Jlanzso 230 Hordo el +. Jihad naatisoo 
otladaui dor 1ochdà 000 quidò/ 9 -J00 paul) 061) AAsdamd ὁ ας, 
lòù 9 i dia ipa | Liaa 20 90 shao;lo Ss Jiod ch .. 06 
li so fis: edo as) Auf Joas do 9. ἡ ford u0oy Jac 
Jiousaso ud JAxasfso Lai ale ono τ. οἱ od Lissasso γα... 
bass Jp Jo d cmspòad ον) Ἀν foot ssaa asd Add οἱ 
JI «οομγιϑο ira Jo oo Au Loass asd skin fila bas do 


parer l’un de l’autre ceux que la couronne du martyre a réunis ensemble. Ils 
étaient semblables par la taille, par la physionomie, par la grandeur. 115 
étaient jeunes de corps, encore plus jeunes d’esprit. Ils servaient et étaient 
comptés au rang des guerriers qui entouraient le roi. Ils occupaient la pre- 
mière place et avaient le grade de commandant, Sergius en téte et Baechus 
en second; tous deux étalent d'accord dans un méme esprit de piété (edoéGaa). 
Ils étaient dits chrétiens, et ils l’étaient. Ils soutinrent le méme combat pour 
la vérité. 

Certains individus écrivirent contre eux au roi en les accusant et en les in- 
culpant, comme de fautes affreuses, de ne faire ni sacrifices nì libations aux 
démons. Ils enflammèrent la colère de celui-ci qui y était enclin, en disant 
d’eux: C'est grice ἃ son amitié qu'ils en sont venus ἃ une pareille licence. Au 
commencement le roi n’en croyait rien; ensuite * il les conduisit au temple de 
Zeus, le dieu impur et au nom mensonger. Il mangea avec ses ministres des 
sacrifices souillés et il essaya d’exciter aussi ces vaillants ἃ cette nourriture 
souillée. Il les entendait dire qu'on ne doit pas sacrifier ἃ des idoles inani- 
mées et aux images des démons méchants « qui ont une bouche et ne parle- 


ll 


ἢ 


| 


i 


[87] HOMELIE LVII. 87 


nootlarazizo HIS. 30/309 odt fas quoto: χροὶ δ ἱ udito radiata 
Jojo filo vali Adi gd do po «οοολλ Δλο Jo. 
n? yrsilAsy κου, east) dò nin PAD IAA, Jijopaso μας; 
μωρῶν ÎPAsaS οι Al rad odi :..59.}} od Jo, «φόβο» lio, x 
LA tt Li A Ata 90 rado fi lan «Θὐόι 
043 γ5 να. οἷς 000] adito da li I ρα Aa pas 
Aaa sro finsz;30 JI por da 230) «ἀα-όϊ frico 000 rid) Jia 
)j_0 Nol, Jas meo? ἐδόΐ) οὐ RO SNAN bara χὰ 000! riale 
Ὁ ΘΛ δὶ Auf asso Juso :fihus0r di dad ans 015 fiasco 
JAN οι yi ὦ fojso δ fsaasofo, Joi 
Sr TASSA ai UA ᾿ς. AS 9]; Jac 
cdD 09 sla 05 > Ια :flandì Anodi Slip asso JA SA.» 
loss μοῦ Jia ia Ἀγ τ, δὲ) Jaaso pass odi Jody Jipoaso Jlzjas 
[159 Jiocts JI] rfauoy cana; Jioas Los Ji Liu 30 Milizia ul 
af Snvady 6.5. Jas citt JD Lopadar μᾶς lla 


ront pas, qui n’entendront pas de leurs oreilles », et autres choses semblables 
par lesquelles le Prophète des Psaumes' se moqua de leur insensibilité et de 
leur immobilité. Enflammé et bouillonnant d'un mouvement de colère et d’or- 
gueil, il ordonna de couper leur ceinture et d’enlever de leur cou l’ornement 
d’or qu'il est d’usage d’attacher aux guerriers qui approchent les rois. Ils de- 
vaient étre conduits dans le marché habillés de tuniques de femmes. Mais à cet 
égard ils savaient s'opposer ἃ lui en disant par leurs actes mémes, ces con- 
fesseurs invincibles de toute part, qui avaient appris à ruser avec le fourbe, 
comme dit David ἢ, et ἃ faire tourner au mieux les stratagèmes du Calomnia- 
o teuret de ses instruments : « O toi qui luttes avec Dieu, penses-tu par une 
forme féminine énerver nos vaillantes Ames? Tu peux faire revétir de force 
aux corps un vétement de femme, mais tu n’habilleras pas de lacheté notre 
esprit sain et ferme. Nous te montrerons par les faits que nous tenons pour 
véridique le précepte et le commandement que Dieu a prononcé par l’intermé- 
5 diaire de Moîse* : « Qu’un homme ne revétisse pas un vétement de femme. » 
Si en effet le sexe féminin n'est pas un empéchement pour la plupart des 
femmes de sortir avec un esprit male vers les combats pour la religion (εὐσέδεια) 
et de ceindre la couronne de la victoire remportée sur le Calomniateur, 


1. Ps. cxxxiv, 16-17. — 2. Cf. Ps. xvi, 27, Septante. — 3. Deut. xxII, 5. 


n Φ 

| 

| 

* fol. 111 

ro a. 
fol. 111 
ra. 

----- 


88 SÉVERE D'ANTIOCHE. I [88] 
Jp J οἱ aa gs fara δὶ faduaso for hulas d μαοὶ Ὁ. jo 
cao izdali Luo Jo fia JAlAs0 Aujsada du lid do οἱ» Al 
ie ui DI μοι 0 οὗν LA Ἀν Spal pal Aids cio para 
ἘΞ rude ate did Jo JAudil dad οἷν Jia το ai 
1061) az μοὶ cJuraso nas 0090 «δ.» Jidad frost AJ isa 
Lonsafior el 8.51} Ljans 045 000 raduzzo sd /lr Lico 230 19 
bada JA coroplo 061 :luagizoo kansas Ji sasso Jo yoro 
Jirizo lodo LD diaz: ALisasso soi a das fido] lasops 
:JLosoaos 15} ν 9 δι Jato sato lojatg o Ὁ I μοι :D sol 
ug passo ΡΟ Jonas JAias ΟΡ dolo /idurdo Joss 
Say LA riso ϑἱ μον ϑἱ Nap [olo Joy cda 06 funaso 


δ κ ἄν) da 
peso ASD] esa 000 pidblo sor guaio dal palio dA τὴ 
ja :fio;) ca clad sol Juso ol Jo È των 411) Jo, ha po 
Jilzpo ao γαῖ το «Jlondf edo οἱ fi dll dll γοὶν 


comment cette tunique nous changerait-elle, ὁ étre ridicule? Ne vois-tu pas 
qu'elle se détache de notre corps qui s'avance vigoureusement et qu'elle ne 
veut pas y adhérer? Et lui, il la repousse complètement comme ne lui étant 
pas familière. Mais nous sommes tout ἃ fait loin d’en étre endommagés, nous 
qui nous élevons vers une pensée sublime, et qui tout à coup en un instant 
‘imitons très bien notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, De méème que, 
lorsqu il fut couronné d’épines par les Juifs athées qui se moquaient de lui, 
celui-ci annonga au préalable, comme par un symbole, le mystère profond et 
caché, par lequel il prit sur sa téte, à l'instar d'un agneau, le péché du monde, 
et effaga complètement ce péché qui avait fait pousser pour nous des épines 
et des ronces, ainsi nous aussi, par un patient courage dans le combat du 
martyre, nous émousserons et nous mépriserons la mollesse et la peur dans ces 
tuniques de femmes. Car le Christ exercera maintenant encore la puissance 
de Dieu le Père par de semblables phénomènes particuliers. » 

Pendant que ces athlètes méditaient et disaient ces paroles et d'autres du 
méme genre, et qu'ils étaient conduits au milieu de la ville, le tyran les appe- 
lant subitement près de lui, se mit ἃ les ramener de leur erreur, comme s'ils 


% 


s'étaient trompés, ἃ rire et ἃ se moquer du grand mystère de la religion. Il 


Digitizsa by (G 08 gle 


_T- 


a (| 


-- 
= 


-- 
ΓΤ 


[89] HOMÉELIE LVII. sa 
0 pgasdadi forio δὶ asd fas δον :izolio νων lojnaa, fsi 
Jlohaso το x Do Al AS ]3 JASAo x O4N Dre $S 
foot ad fusi sso Loasa, ἊΣ pala ul οἱ; 04 ah) Ινωωοαϑο. 
+] Lico votare 100% lado 

È SASSI Sia Lodi Lissa p ilairo QI vol da lado 
sfizio asd ed io lasso ad :0}30/ as δι lis 
hag oo οὔ χω JI Lifban so; ifhiiso Li; c00 0A] lati, 
lo ον five + Jord voro), dò υὐμρ5 JI{ funszo all :000 
1 Jr uoteA/:0 οἰδδαϑο als > OÙ folo Joy «fiji sl 
l fasasi Sal! ομδο Alias Jo kbps Ι foasa peror9 :]utsoato 
"Ὁ +. olso Loss o Nodi ui [4.5 dado n iu billo 
N Lusò cali e) vito ud il Jola id Lon il 
buoi 30 +h5} 000 rupaslr assi Adi for AJizio AJuadoAaso 
ida JASoho Lrof 300 fit so fo Aura 1 sol Laro 
Aso di io) -peraò | da ooo fed par Jlasad 50 


dit : « Quel besoin avez-vous, ὁ insensés, d’'adorer ce fils du charpentier qui 
naquit d'une vierge souillée par la fornication avant le festin légal (nuptial)? 
Lui que les Juifs, parce qu'il transgressait la loi et excitait des troubles dans 
leur peuple, condamnèrent au supplice de la croix. » 

5 A ces mots, les saints, aiguisant par les prières leur langue qui parlait 
d'une manière divine, dirent : « Ce n'est pas comme vos dieux ridicules qui 
étaient des hommes misérables et débauchés, sortis d’unions illégales et de 
l'adultère, que naquit le Christ. Mais, parce qu'il est Dieu, il est véritablement 
le fils du charpentier; il est de Dieu le Père par son Verbe et sa Sagesse, il 

‘ est la vie en personne, et il a été engendré de lui avant les mondes sans corps 
et sans passibilité. Il nous a fabriqués' pour le ciel et la terre. Toute créa- 
ture supérieure du ciel sous forme d’anges, alors qu'elle n’existait pas, il lui a 
donné l’étre. Il a voulu devenir homme sans changer (de nature) et volontaire- 
ment à cause de nous qui étions perdus (par le péché). Il a été engendré par le 

li Saint-Esprit sans passibilité et sans peccabilité d'une mère vierge. En subis- 

sant ® dans la chair et volontairement la mort sur la croix, il a fait connaître 

qu'il avait subi cette mort non pour lui mais pour nous-mémes, alors qu'il est 


l. Isemble y avoir ici un jeu de mots entre τέχτων « charpentier » el τεχταίνω « fabriquer, créer », 
que le traducteur syriaque a cherché à rendre. 


* fol, 111 
r° b, 


* fol. 111 
r* ἢ, 


_— 


90 SEVERE D'ANTIOCHE. 190) 


Lio, Jazz JT δι > dij νοῦ Nargi Qui fiano] Jac 
soda αὐο fisso JAipdado asa 000% radedar 
νὰ Lazedoliso ilicig odi Av» Jo Ἀγ Lau pel τον da ad 
do οἱ Il pad ]50 cd i Ιοοι AudDo iso ingl perso hs 
Jon τοῦθ —da ao) ei Spa odi Jil] Load iocllo; Aso 
οὐϊ nasali asabAa0 «οὐν fil] unis hd uo lamali do), où 
cod diabso) adi odi Jlamdass asd ol hidatz fasano Joot uotoAls 
LOGS lab fadoò οοι foot palmo Pay Ji οἱ :Jlatajd sù 
Joat 3òd pon sd Loro lo fast, “οι Aus 150 ida colafado 
.3 Irgiso Jjaas coda foot rado 00 foot 3 vsasaLdv) ca 
[δῶν YA asp ira ai Lodi od Al Adige Ja Jc 
Dda rp [ον Jo ‘nano I ΡΝ ας .Jo pais μα" Aud 


pro 19 DAS τοι Day Sa Ji 55 230 ως θ᾽ II 
dana] Jo PM 19 JhoiusoAso | poolsadi lo 1 000 | 


ressuscité d’entre les morts le troisième jour. Il a délié les liens de l’enfer, et 
la preuve résulte de ce fait que beaucoup de corps de saints qui étaient enter- 
rés se levèrent et s'empressèrent de se rendre à la ville sainte. » 

A ces paroles, le tyran demeura comme muet et sans voix, et par cette 
théologie il fut en quelque sorte pris de vertige et frappé de paralysie, Il 
ne savait que faire, mais il était vaineu par leur courage. Il ordonna que 
ceux-cì fussent conduits vers une contrée de la Mésopotamie que les habi- 
tants de l’endroit appellent Euphratésie, et qu'ils fussent livrés ἃ Antiochus 
qui était le chef des troupes servant dans ce pays et qui avait été appelé par 
elles ἃ prendre le commandement. Ce roì impie pensait que cet ordre tour- 
nerait ἃ leur honte et ἃ leur mépris. Antiochus, se conformant ἃ l’ordre regu 
autant que possible et comme il le fallait, les interrogeait et examinait leur 
conduite au moyen de questions et d'épreuves. Lorsqu’il vit qu’ils étaient 
inflexibles, il donna l'ordre de mettre aussitòt en prison le divin Sergius. 
Quant au bienheureux Bacchus, il ordonna de le frapper sur le ventre avec 
des nerfs de boeuf et de lui appliquer ensuite les mémes coups sur le dos. 
Après avoir supporté ces coups nombreux, et pour ainsi dire innombrables, 
sans faiblir dans son esprit et sans que sa langue laissàt échapper une parole 
faible et lache, le martyr confia son àme couronnée au Christ, l'auteur du 


122 Google 


I 


» 


198 HOMELIE LVII. 91 
«“515 19 μας, «Ὁ Ινωμα-ς Jlo JAsi ΙΝ 9] sohs;Ao 
Sx 129 baz: iovano 00 fuxasad iJibiaso ud casi arl 
bord in yao Jly Ἰοοι Auro μα lai òdo Aforasolo .Joo Jps siamo 
Ao Aqui Noasca Jraòd od Al da yo: xQsòi do di l3 
Puoasdia | Jliazato uoianazo Pod uoias;s say Li) x300 
.3 indio par Lashol Lat foo JALAs0 RADI 1 dom 
ÎlasasSo sod Joa Jrio JA sa} JIN fs Lardo οὗν jul] Judd varo 
Ly + fio geo sfuso odi paz fis s015 fo pa Jopuo MSA Ja rai 
μι- ὅν» μόδϑλο jay 12 +01 vo;9l) paco) ass Jo Lontaly fico Da 
© ἀούφο :foo1 pid sod adi dolor ino adds Ιου 
loot st με fiero pie Lod pre fior κϑο 49 τοῖον Jas ono 
γεὶ Ἰοοι paio Aura Tio lr al μ 5.5» [οοι vani; Jo sù AD 
θαι οὐ» sad dd wvopulo «μον ol το Jada clantizo 
I ia 20/) dA 2009 fanaso uorad js [ οἱ» + Jr da ua sj Lada 
® dg Da Ji Jlasusordo, Jlopasma iso μὶ l'iso Da seo 


combat, tandis que son corps était jeté dans le désert. Ce corps fut gardé 
miraculeusement par les bétes féroces sans subir de dommage jusqu'à ce que 
quelques-uns de ceux qui ont l’habitude de pratiquer la miséricorde divine et 
quelques Frères chastes l’eussent enveloppé dans un linceul et l’eussent livré 
ἃ la tombe. 
3 Mais Sergius fut amené ἃ des luttes plus sublimes, lorsque Bacchus lui 
apparut pendant la nuit, l’appelant aux demeures des bienheureux et lui 
inspirant un courage inexprimable et de la joie. Ce juge dur et très * cruel * gue 
| imagina pour luî un genre de supplice amer et difficile ἃ supporter. Il fit pré- 
parer des souliers cloués avec des clous pointus dans lesquels il ordonna 
" de mettre ses pieds et de le faire courir devant son char, pendant qu'il le 
chassait d'un fort vers un autre fort voisin qui était éloigné de neuf milles. 
Sergius falsait cela avec allégresse en disant suivant les instructions de l’A- 
potre : « Je chausserai et je lierai mes pieds dans la préparation de l'Évan- 
gile de paix'. C'est beaucoup pour moi de ressembler aux pieds du Christ 
lì notre Sauveur qui furent transpercés ἃ cause de moi. Je gémis encore ἃ cause 
du manque de ressemblance des clous, parce que mes mains aussi n’ont pas 
δι clonées comme le furent les siennes. » Après s'étre fortifié par ces paroles 


1, Cf. Éphés., vi, 15. 


92 SÉVERE D'ANTIOCHE. [92] 
σοι fa JA ἰομαθ αν Jisò doro 49 μὲ paso 06 gel οἷν!» οἱ 
SA] L15019 fuioli : dA 00) Aufiijazoo Auscsono Jfas da lo οἷν, 
uso Da ὑϑιο δι ἦν fio LAd50 : fra 09 dro [5 JA dad 
«“ϑμμο 000 prata puo shiolasro lomizo da Jpiopò riusel/ 
Fuoco δ ΟΝ Jo Joan 30 hp 
Ια... Da o a Ar JI pro oa Ἀγ od basano ἡ] 
003990 . auf colonia da fliasosio adult cd Joo 100) .3 cha 
μοὶ» Jas Jia aso uo 19 “οἱ ho 15 ,9 oso fudsas 015 15 
ρα Jlo 15 rr 001 ddl 36 ὁοιο lucro La cd Loops goti: Jo pass 
tluss0, fsols yonor fia) issol [ao οὶ Joti/ +36) 15 dano lis coll) | 
prison dr forse Πα νυ» J) Lipdojso, odo xl Πα». cd 
cò Jujoho ado :Auca ydotsor Auor also Jil Na Aus adi pu Asa 
ὁ Jisasò fusas Lodi 
«hu ero i cilatsasoio wadas ysl ago vada [iso 30 
coat fuoAso fisc δι JA50, job -3 τοῖν, Joa baz μα foto i 


de piété sur lesquelles il s'appuyait avec confiance et fortement comme sur 
un bàton, ce martyr s'avanga et accomplit sa course dans la voie qui lui avait 
été tracée de cette manière. Dans la nuit, la plante de ses pieds qui avait 
été lésée ἃ ce point par les piqùres des clous, nombreuses et d'autant plus 
douloureuses qu’elles étaient étroites et aigués, fut guérie par la gràce de © 
Dieu. 

Cependant ce chef qui avait moins de pitié et de compassion qu'une béte 
féroce, alors qu'il aurait dù étre converti par ce miracle, augmenta sa sottise, 
Il ordonna que le voyageur vertueux et diligent courùt avec les mémes 
chaussures, de la méme manière, la méme étendue de chemin, Celui-là avait 


parlé. Celui-ci n’hésita nullement; il s'empressa d’obéir en disant : « Je 
courrai maintenant encore comme devant l’autel du Christ. Non pas « l’illé- 
galité' », suivant la parole du Psalmiste, mais la justice de mon talon m'en- 
tourera. J'aurais été làche, s1 j'avais pensé que je marchais sur la terre et 
non pas dans la voie qui conduit au ciel. » i 
Après avoir terminé sa course, comme saint Paul, et gardé sa foi, il eut 
la téte tranchée. Telle fut la fin de ses combats. Dans un endroit appelé dans 


1. Ps. XLVII, 6, Septante. 


pigitzed y GOOgle 


198] HOMÉLIE LVII, 93 


19 iflaxto/o Jlisorl asir Jia cò Sagl id) ᾿μάαϑο ford :}}}}» 
τόμ υϑία Κ οὐ ν, zò0 ἡ [γ}} od Jsopo «Aso sordi vd lujo] ὀρθὸς "fol. at 
λον, 9 οὐ μὲν JhupusAiso J uòi lid (sd δ 9 notò udamo 
dirpo liu, λα, PI Pg i καρ sO YA I iI 
"e? SA spia τὸ 104) fai lasors Lasi FOLbSO dI ἄχ» 
tf οἷν ot] JA Ἀγ du ΙΝ δου Adi Aus οἱ JA 
Hokuot Asa pas fuso fia.) .Jlojaroo οἱ di Sr da Jlsò può 
Lisjo uooda fior Naso Afiizdo paso dI fusi JA ρας Lod 
) 50 AS Jlro Addo asi od Jos 230 9 idoli esdi 
È Day Ja, Ap JA La fara Jliafu do λϑο Νιοῦλο odo 
uit Jola JASp9 Jin coda data 3 ed] Jp Jp 
| Ἀν σον 
had 5) ud iJlopas diisioro oh del χε» A PI 
dd atn'so toa, fs fAitsaaso do «1 «νὰ RTS n° 1 
Β΄ Luasy Na Day od fd lusso 30 AU) dia 15 ad Ji 


la langue du pays Regàpha il déposa la poussière vénérée de son corps qui 
opère des milliers de prodiges et de cures; il sanctifia toute la route qui y 
conduit par le sang qui coula * de ses talons, et il aveugla par les gouttes de ce * fol. 11 
sang l'oeil impudique du serpent qui épie notre talon et dont la téte est épiée'. 
Nous done, lorsque le démon sème dans nos cours des pensées perverses, 
nous devons épier les commencements ἃ l’instar de la téte. Lui, de son còté, 
il 6pie les talons, c’est-à-dire la marche de nos pensées qui lui sont in- 
connues, au moyen des paroles ou des ceuvres externes, afin que de cette 
manière il nous pousse par l'amour du plaisir dans la fosse du péché et nous 
ΟΝ fasse périr amèrement. C'est pourquoi les habitants® du pays, fuyant avec 
énergie et vaillance la servitude du démon, sans étre nullement lésés par celui 
qui épie le talon, se rendent vers le monument du martyrium vénéré et 
honoré de Sergius et prennent sur eux le joug de la connaissance de Dieu 
qui se trouve dans le Christ. 

és = Vous voyez quels sont les mets du festin pour lequel vous m'avez retenu, 
vous d'une amitié si riche. Montrez donc ce festin d'une manière complète. 
Acecordez-moi yos prières, en demandant au Christ le Dieu tout-puissant qu'il 


î. Cf. Genèse, 111, 15, Septante. — 2. Il faut sans doute lire latet5 au lieu de μῆϑ!ϑ. 


94 SÉVERE D'ANTIOCIIE. HOMELIE LVII. [04] 
Joy co nasa) dt JA Lady odi τῶν gs Yin odo Lay 
pad Daso Lao «fao Luoio Lol χα Lpuolo ho zal 

I + ol SIA 


me favorise d'un retour bon ct qui lui plaise vers la ville d’Antioche. A lui 
appartiennent la gloire et le pouvoir avec le Père et le Saint-Esprit mainte- 
nant et en tout temps pour l’éternité‘. Amen! 


1. Cf. Ép. de 8. Jude, 25. 


Digitized by Google 


Digitized by Google 


LES PLUS ANCIENS 


MONUMENTS DU CHRISTIANISME 


LES PLUS ANCIENS 


MONUMENTS DU CHRISTIANISME 


Digitized by Google 


LES PLUS ANCIENS 


MONUMENTS DU CHRISTIANISME 


ECRITS SUR PAPYRUS 


TEXTES GRECS EDITES, TRADUITS ET ANNOTES 
PAR 


le Dr CHARLES WESSELY 


Conservateur de la Bibliothèque impériale de Vienne. 


PERMIS D'IMPRIMER 


Paris, le 9 novembre 1906. 


G. LEFEBVRE, 
vic. gén. 


Tous droits réservés. 


AVERTISSEMENT 


Quels sont les plus anciens monuments écrits du christianisme? de 


p 


quelle époque datent-ils, d’où proviennent-ils et quel est leur caractère 
quels sont les renseignements historiques qu’ils nous donnent? 

Voilà les questions auxquelles nous nous sommes proposé de ré- 
pondre dans ces pages. C'est maintenant, seulement depuis quelques 
années, qu'il vaut la peine d’entreprendre un travail tel que le nétre; 
car la réponse aurait été tout autre si nous avions eu la méme téche 
avant les grandes découvertes des. dernières années. Jusqu’à nos jours 
en effet, les plus anciens monuments écrits du christianisme étalent 
les vieux manuscrits de la Sainte Écriture, volumes de parchemin 
datant, probablement, du 1v° ou du v° au vi° sidele, dont la date 
précise est discutée, et qui ont été écrits ἃ une époque où la liberté 
et la victaire du christianisme étaient acquises. Mais la littérature 
chrétienne avant l'empereur Constantin, ἃ l’époque des persécutions, 
datant des premiers siècles, n’avait pas laissé la moindre trace : 
aucun fragment des exemplaires de la Sainte Ecriture ou d’autres 
ouvrages littéraires, aucun fragment d’un acte relatif aux chrétiens, 
aucun original d'une lettre chrétienne n’avait survécu; toute notice 
écrite du nom de Jésus-Christ avait disparu. 

Ce fait fut causé, en première ligne, par la fragilité du papyrus, 
c'est-à-dire de la feuille sur laquelle on a écrit le plus ordinairement 
dans l’antiquité gréco-romaine : le papyrus servait en effet ἃ la tradi- 
tion et conservation des pensées humaines et de leur forme visible, qui 
sont les mots écrits, comme aujourd'hui le papier, et au moyen ἂρθ le 
parchemin. Des milliers de livres, des myriades d’actes publics et privés 


100 AVERTISSEMENT, [6] 


ont également disparu parce que le papyrus a péri. Sa qualité fragile 
soufire en effet de l’humidité beaucoup plus encore que notre papier. 
Cependant, un pays, l’Égypte, nous a conservé, gràce ἃ son climat par- 
ticulier, une quantité de papyrus cachés sous le sable du désert et sous 
la terre des ruines, oubliés depuis des siècles et découverts de nos 
jours. Nous avons vu de cette manière une résurrection littéraire «de 
l’antiquité, en de vieux exemplaires tels qu'ils ont été éerits. sur 
papyrus, sans l’intermédiaire d'une tradition séculaire qui peut défor- 
mer, mutiler et mème remplacer les originaux. 

C'est dans ces papyrus que se trouvent les plus anciens monuments 
éerits du christianisme, et nous réunirons ici tout ce qui est antérieur 
au commencement du 1v° sièele ; ce sont les monuments éerits ἃ l'époque 
du paganisme et des persécutions, des n°, 11°-11°, 111° et 1r°-1v° siècles. 


Division. — Ces anciens monuments éerits se partagent en deux 
grandes classes : les «ctes et les /ragments lttéraires ou quasi lit- 
téraires. 

Chacune de ces deux classes est déjà caractérisée par la forme du 
papyrus sur lequel on a éerit. Il faut d’abord observer que chaque 
papyrus a deux còtés très différents : l’un a des fibres horizontales (=) 
(Recto), l’autre verticales (;|]) (Verso). 

Les actes sont publies ou privés (ici il s'agit des actes-publies de 
la persécution de 250 et de lettres privées). Les actes publies de moyenne 
grandeur ont été éerits sur le recto d'un morceau de papyrus découpé 
d'un rouleau, dans le sens des fibres, dans une seule colonne dont la 
hauteur est quelquefois plus grande que la largeur. Les lettres offrent 
le mème aspect; elles sont parfois éerites sur plusieurs colonnes, ce 
qui fait alors agrandir la largeur du papyrus. 

Les textes des ouvrages littéraires ont été copiés comme des livres 
de commerce ou bien sont des copies privées. Les livres du commerce 
Ctaient éerits en belle onczale, sur le recto de longs rouleame de papy- 
rus, en beaucoup de colonnes d'écriture dont la largeur variait de 15 ἃ 
35 lettresà la ligne (ces deux limites ont été parfois dépassées). Le verso 
a été laissé ordinairement en blanc. Si done nous trouvons un fragment 
en éeriture onciale éerit sur le recto et dont le verso est laissé en blanc, 
nous pouvons conelure que c'est un fragment d’un rouleau (voyez n° 14), 


Digitized by Google 


[4] ΑΥΕΒΤΙΘΘΕΜΕΝΤ. 101 


Les copies privées ont été exécutées d'une tout autre manière; l’écriture 
n’est pas la belle onciale exclusivemont, elle est plus ou moins entreméléc 
avec la cursive et on se servait souvent du verso d'un papyrus dont 
le recto avait servi pour d’autres textes ou pour des écritures diverses 
‘n° 413). Souvent aussi, pour économiser le papyrus, on le pliait et le 
reliait ἃ la manière de nos livres, c'est la forme du coder dont chaque 
feuille porte la mème écriture sur les deux còtés. 


DES ABREVIATIONS. — L'écriture cursive grecque des actes offre 
beaucoup d'exemples d’abréviations indiquées par un ς, tandis que les 


textes littéraires et l’onciale grecque et copte ne connaissent qu'’un cer- 
tain nombre de mots qu'on pouvait abréger. On y trouve une double 
méthode : l’une est celle des anciens textes grecs qui coupent les mots 
au commencement sans avoir égard ἃ leur fin, p. ex. τὴσ pour τῆσοὺς; mer 
pour πετρος» cette méthode est la plus ancienne. L’autre, que l’on rencon- 
tre déjà dans les plus anciens textes chrétiens et qui a dominé ensuito 
pendant le moyen àge, unit sous un trait horizontal le commencement et 
la fin ava πνὰ BOE πνέμα; TIP pour TATA; προς pour πατρός: : ις pOUr τησους; χϑ pour 
χρίστος; IC TIXC MOC pour incorre nxpicroc nxoeic. ἃ l’époque où l’a- 
bréviation 1IHC du nom Jésus fut adoptée par les Chrétiens qui par- 
laient le latin, elle recut la forme latinisée IHS. En ce qui concerne le 
génitif Ἰησοῦ, l’abréviation du nom grec se trouve dans un papyrus ma- 
gique appartenant ἃ l’auteur (n° 19) ww; si nous latinisons aussi cette 
forme, nous aurons jHY, et c'est peut-étre celle qu’a connue Constantin; 
car l’original latin du fameux τούτῳ νίχα de l’empereur victorieux 
« par celui-ci, tu es vainqueur », au dire d’Eusèbe qui est le principal 
historien de l’époque constantinienne, semble ètre une interprétation de 
INV, c’est-à-dire I(n) H(oc) v{ince) lu comme abréviation ἃ la manière 
romaine qui adopta la première lettre des mots pour représenter le 
mot entier, par ex. HSE, c'est-à-dire H(ic) S(itus) E{st). 

Quoi qu'il en soit, les monuments offrant l’abréviation IHC doivent 
ètre très anciens. 

Nous donnons entre parenthèses ( }, dans notre texte, l’interpréta- 
tion des abréviations, par ex. Inc(oùs), ’ ΣΝ, 

Les lacunes sont indiquées par {[  ]; le nombre approximatif des 
lettres par des points, par ex. [....] lacune de quatre lettres environ. 


102 AVERTISSEMENT. R 


Mais.... sans parenthèses remplace quatre lettres qui ne sont pas de 
lecon sùàre. Le point mis au-dessous d'une lettre indique que sa lecture 
est douteuse. Enfin, ‘o’ signifie que la lettre o est mise au-dessus de la 
précédente. 

Les fautes des textes sont corrigées par l. (lisez). 

Les doubles parenthèses [[ ]] indiquent les lettres erronées du 
manuscrit qui sont ἃ supprimer, [( )}]une abréviation dans la lacune. 

Les parenthèses aigués < > caractérisent les mots omis dans les 
textes et rétablis par nous. 

Comme conclusion d’une longue étude de ces fragments, qui sont 
les plus anciens monuments du christianisme et les plus précieux de 
tous les écrits qui existent, et qui, par un hasard merveilleux, nous ont 
été conservés pour témoigner de l’existence du christianisme et de la 
littérature chrétienne, ainsi que de la propagation rapide et prodigieuse 
de cette religion, nous pouvons affirmer qu'il serait absurde de dou- 
ter, mèéme un moment seulement, de l’authenticité de ces textes sur 


papyrus. 
Ch. WeSsSsELY. 


7a 
7 b 


40 


11 


TABLE DES PAPYRUS 


CIAPITRE PREMIER 


LES ACTES REDIGES A L'OCCASION DE LA PERSÉECUTION DE DECE. 


Papyrus provenant de Théadelphia dans le Faioum; collection de 
SCOUT, SR La RIA DRD ἰοὰρθρον, 
Papyrus provenant d'Alexandrou Nésos dans le Faioum; Musée de 
Berta subire ra een 
Papyrus provenant d'Oxyrhynchos; ἔρρει Exploration Fund. . . 
Papyrus provenant de Philadelphia dans le Faioum; collection de 
S.A. Δ. l’archiduc Rainer. |. ........0 νιν ννινινιν 
Papyrus provenant du Faioum: Musée d’Alerandrie (Egypte). . . 


CHAPITRE II 


LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS. 


La lettre de Psenosiris, provenant de la grande Oasis; British 
ΜΠ ΘΠ ὡς durare RE ABILE A 
Acte de déportation, provenant du district d'ITermopolis Magna; 
collection de S. A. I. l’archiduc Rainer. ............. 
Acte de déportation, provenant du district d'Hermopolis Magna; 
collection de Florence. ..........LLe νιν νιν 
Lettre envoyée de Rome, provenant du Faioum; collection de Lord 
Amber vai ALARE ee 
Épitre aux Ilébreux 1, 1 (méme papyrus) |. ............. 
Genèse 1, 1-5, d’après les Septante et Aquila (mème papyrus). . . 
Lettre de Justin ἃ Papnouthios; collection de Heidelberg, fonds de 
Meinhaldi: «<il E e MIRI RETE, 


CHAPITRE III 


FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES. 


Saint Matthieu, chapitre 1, provenant d’Oxyrhynchos; Egypt Ex- 
pioration Fund: ix ek bp pa det e 
Saint Jean, chapitres 1 et xx, provenant d'Oxyrhynchos; ἔσυρε 
Exploration Fund. +... iii κει νινιν 
Epître de saint Jean aux Romains 1, 1-7, provenant d’Oxyrhynchos; 
Egypt Exploration Fund. ............... és 


an. 250 


an. 250 
an. 250 


an. 250 
an. 250 


111°-Iv° siècle 
environ entre 
an. 285-304 


an. 301 
entre 205-281 


oo] 


‘1v° siècle 


1119-1v° siècle 


111° siècle 
ιν siècle, com- 
mencement 


104 


42 


13 


14 


1ὅ 


18 
19 


20 


21 


TABLE DES PAPYRUS. 


CHAPITRE 1V 


FRAGMENTS DE COLLECTIONS DE PRETENDUES SENTENCES DE JESUS. 


Les soi-disant Logia de Jésus, provenant d'Oxyrhynchos; £gyp? 
Eaploration Fund, coin 
Les soi-disant Nouveaux Logia de Jesus, provenant d'Oxyrliynchos ; 
Egypt Exploration Fund. . .......0L 
Le fragment relatif au reniement de saint Pierre, provenant d'Ilé- 
racléopolis; collection de S.A. I. l'archiduc Rainer. ...... 
Le fragment d'un soi-disant évangile perdu, provenant d'Oxyrhyn- 
chos; Egypt Exploration Fund LL... 


CHAPITRE V 
EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES. 


Premier extrait du papyrus magique de Paris; Bibliothèque Na- 
Onde Li giano Leelee 
Un texte de la littérature copte chrétienne; collection de S.A. I. 
l’archiduc Rainer ............ i treni rà 
Deuxième extrait du papyrus magique de Paris; Bibliothèque 
γα ἀπ δι ene ie La κτῷ elena 
Extrait du papyrus V de Leyde; Musée des antiquités de Leyde. 
Extrait d'un papyrus magique provenant du Faioum; collection de 
COUCUR: SL: 3 ee na ar 


CHAPITRE VI 
TEXTES DIVERS DE LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE. 


Fragment d'un papyrus provenant d'Akhmiîm; Paris, ai 
Natonale:<s ssh &ph db di rante a 
Une prière chrétienne, provenant d'Oxyrhynchos; Egypt E xplora- 
non:-Fundo χὰ αν ρα τ eb enni 
lragment du Pasteur d'Hermas, provenant d'Oxyrhynchos; Egyp( 
Exploration Fund. is; sele ela δ φορὰν 
Fragment théologique contenant un passage du Pasteur d’Hermas. 
provenant d'Oxyrhynchos; Egypt Exploration Fund. ...... 
Vieax fragment théologique, provenant d’Oxyrhynchos, n° 210; 
Egypt Exploration Fund. .........LLL e 
Fragment théologique provenant d'Oxyrhynchos, n° 405; Egypt 
Exploration Fiatid'-> > xi giare 
lFragment d’Irénée, provenant d'Oxyrlhynchos, n° 406; Egypt Ex- 
ploralion Fund: > ll VORREI 
Une interprétation de mots hébreux (Onomasticon sacrum); collec- 
tion de Heidelberg, fond de Reinhardt. ............. 
Vieil hymne chrétien; collection de Lord Amherst ....... εν 


11° ou 1115 sieck 
111° siécle 
111° siècle 


11° ou 111 siècle 


111°-1v° siècle 
111° sigcle 


111°-1v* siécle 
trrt-1v® 516 00 


ι115-1ν 5 siécle 


tuit-1v° siécle 
1115-1ν δι ο]ὸ 
rue siècle 
1115 νὴ siècle 
1119 siècle 
11°-111° siècle 
111° sitcle 


iv” siécle 
iv° siècle 


LES PLUS ANCIENS 


MONUMENTS DU CHRISTIANISME 


Entre les pays voisins du berceau du christianisme, l’Egypte fut un des 
premiers ἃ recevoir l’Évangile et ἃ favoriser sa diffusion rapide dans tous 108 
endroits et dans toutes les classes de la population. Beaucoup de circon- 
stances, et non pas seulement la situation géographique, y contribuèrent, car 
il y avait entre l’Egypte οἱ la Judée une filiation intime, effet des analogies 
politiques, administratives et économiques, qui facilita la propagation de la 
Bonne Nouvelle. 

Les deux pays ouverts ἃ l’influence de l’Hellénisme depuis trois siècles 
furent unis quelque temps sous la dynastie des Ptolémées', puis sous la 
domination romaine. En ce qui concerne les institutions administratives et 
l'économie publique, plus la connaissance des détails augmente, et plus sont 
nombreuses les analogies qui s’offrent ἃ l'historien. Je rappelle seulement, 
comme exemple, l’institution du dénombrement général du peuple dont saint 
Luc? parle au commencement de son évangile; or, la papyrologie qui nous 
a fait connaître tant de détails de la vie privée et civile de l’Egvpte ἃ cette 
époque-là et qui nous a donné l’occasion d’étudier, d'après plusieurs dou- 
zaines d'actes authentiques sur papyrus® depuis le commencement de notre 
ère jusqu’au 11° siècle, tous les détails du dénombrement général en Egypte, 


1. A. BoucHné-LEcLERCO, Ilistoire des Lagides, Paris. 1903-35. 

2. S. Luc 11, 1-4. 

3. La littéralure sur les Apographai, c'est-à-dire les actes de denombrement general, est assez 
grande déjà. Je cite le n° 254 des Oxyrhynchus Papyri de l'an 20 environ, les papyrus n° 260, 261 du 
British Museum et le papyrus de Vienne publié dans les Sludien zur Palaeographie und Papyrus- 
kunde, IV, 1905 (Leipzig. Avenarius libraire-éditeur), p, 58-83 (Arsinoitische Verwaltungsurkunden vom 
I. 72;3), qui sont relatifs au cens de l'an 62. Voir aussi KENYoyN, Classical Review, VII. 1893, 110. 
VIERECK, Philologns, 1.11, 219 s. WILCKEN, Ostraca, I, 450 5. WESsELY, Die jungsten Volkszahlangen 
und die Gliesten Indictionen in Aegypten dans les Studien zur Palaeographie und Papyraskunde, II, 
26-35; Epikrisis, p. 9 s. (Académie impériale de Vienne, Séances, vol. CXLII, 9, 1900). Le professeur 
Ramsay dans son livre Was Christ born al Bethlehem a expliqué S, Luc tr, 1-4, ἃ l'aide des nouveaux 
cclaircissements papyrologiques, 


106 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 12 


nous a révélé des analogies assez frappantes dans ce détail d'administration 
entre l’Égypte et la Judée. 

Alors dans les deux pays sc trouvait une race indigène opposée ἃ 
l’Hellénisme et luttant contre son influence politique et civilisatrice, mais 
s'en rapprochant malgré elle. Le Grec fut, en Egypte comme en Judée, 
la langue de l'intelligence, ct cette identité de la langue usuelle dans les 
classes dirigeantes ct intelligentes favorisa la propagation des nouvelles idée; 
entre les deux pays. Il est aussi ἃ considérer que les Juifs sortis de leur 
pays et arrivés en Égypte y étaient chez eux, tant l'élément juif était puis- 
sant dans la population égyptienne‘'. On sait que la version des Septante 
naquit en Egypte, où Philon le juif était rival de Platon*, où les capitales 
avaient leurs quartiers juifs, et nous devons au hasard de posséder maintenant 
une connaissance détaillée du ghetto de la rue dite Apolloniou Parembolé de 
la capitale du Faioum, c’est-à-dire de la ville d’Arsinoé en l’an 72, gràce aux 
éclaircissements d'un papyrus grec*. On a été étonné de voir parmi les por- 
traits encaustiques de l’époque gréco-romaine qu'on a découverts en Egypte 
à Roubayyat du Faioum, il y a quinze ans environ, tant de physionomies 
juives et si peu d'indigènes. C'est une marque de la propagation et de 
l’extension juive méme dans les provinces du pays‘. 

L'Egypte était bien préparée pour la propagation de la Bonne Nouvelle". 
Il est très probable que les premiers chrétiens en Egypte furent des Juifs 
hellénisants et que saint Marc le premier christianisa l’Egypte. Le chris- 
tianisme était déjà puissant dans ce pays à la mort de saint Marc qui, après 
avoir préché l’Évangile en Libye, arriva en Egypte et dans la Thébaîde, évan- 
gélisa alors les environs d’Alexandrie et la capitale méme; puis, entré dans 
la Pentapole, il y établit des évéchés et, revenu ἃ Alexandrie après d’autres 
voyages, il y fut martyrisé en 62 cu 68°. 

Il serait trop long de donner méme un apergu de l’histoire de l’église 
chrétienne en Egypte, il suffira d'en rappeler deux grands chapitres seule- 
ment; l’un est l’histoire des persécutions, l’autre est celui des hérésies. 


1. BoucHé-LECLERCO, op. cit., I, 50. E. ScHÙRER, Geschichte des jidischen Volkes im Zeitalter Iesa 
Christi, t.I, 3, Leipzig, 1901, p. 65-70. ΤῊ. REINACIHI, Textes d'autenrs grecs et romains, relatifs ca 
judaisme, réunis, traduits et annotés, Paris, Leroux, 1896; Juifs οἱ Grecs devant un emperear ro 
main, Revue des études juives, XXVII, 1893, pp. 70-82; L'empereur Claude et les antisémites alezan 
drins d'après un nouveau papyrus, Rev. ét. juives, XXX, 1895, pp. 161-178; Comptes rend. Ac. Inscer.. 
1896, XXIV. G. A. DEIssManN, Neuentdeckte Papyrusfragmente zur Geschichte des griechischen Iuden- 
tums, Theolog. Litteraturzeitung, XXIII, 1898, pp. 602-606, OxyrAynchus Papyri, I, n° 33, papyrus 
du Louvre 68. 

2. « Ou bien Platon a été philunisant ou Philon plalonisant » d'après Suidas. 

3. WESSELY, Une colonie juive ἃ Arsinoé au Faioum l'an 72/3 de notre ère : Congrès des orienta- 
listes, Alger, 1905; Studien zur Palacographie und Papyraskunde, I. 1901, p. 8-10; IV, 1905, p. 60. 

4. (THEODOR Grar), Antike Portrats aus hellenistischer Zeit (Vienne); \V. M. Flinders-Petrie, Kahun- 
Gurob and Hawara, London, 1890, pl. I. 

δ. H. HYVERNAT, Élade sur les versions coptes de la Bible, Revue biblique, 1896-1897. 

6. TILLEMONT, 4fist. ecclés. : Saint Marc; Bolland., Acta SS. Iun, VII, ἢ. 12*-14*. 


[13] LEUR PROVENANCE. 107 


L’Egypte du 1°" au m° siècle de notre ère offrait au point de vue de la religion 
paienne l'aspect d'un panthéon de dieux et de déesses, il y en avait d'égyp- 
tiens, de grecs et méme de romains'; partout il y avait des sanctuaires et des 
temples, dans les villes et les villages du pays, avec des prétres et prétresses 
plus ou moins dotés*, soumis au règlement administratif* qui était dans la 
main des Romains; ceux-cì avaient pris et réservé pour eux-mémes les places 
les plus importantes méme dans le culte. Nous connaissons beaucoup de 
détails de la vie religieuse par les papyrus trouvés ἃ Socnopéonèse' dans le 
Faioum datant du n° siècle avant J.-C. au 111° siècle de notre ère; c’était un 
vieux sanctuaire avec une hiérarchie assez compliquée dont le mécanisme 
et l’organisation sacerdotale, les détails de la vie intime des prétres, peu 
agréables quelquefois”, nous sont maintenant révélés par les papyrus. Au 
point de vue de la civilisation, l'ensemble des institutions religieuses et de 
l’ordonnance du culte qui persistaient dans des idées rétrogrades, accom- 
modées ἃ l’égoisme sacerdotal, ne fut pas capable d’élever les cwurs, de 
donner de la force à la foi, de consoler les malheureux, de faire peur aux 
méchants; aussi leur résistance contre la religion chrétienne fut trop faible 
pour entraver les progrès de la nouvelle foi, progrès qui attiraient enfin l’at- 
tention du pouvoir supréme romain. Elle résista avec vigueur aux persécu- 
tions, tant étaient puissantes les racines qu'elle avait poussées en Egypte. Les 
persécutions les plus importantes furent, après Sévère, celles de Dèce et de 
Dioclétien, connues par les récits d'’Eusèbe; nous en parlerons plus bas encore. 

La religion chrétienne en Égypte résista aussi ἃ un autre ennemi, l’hé- 
résie; le schisme de Novat, l’erreur des millénaires‘, l’hérésie de Sabel- 


1. « Jupiter Capitolin le dieu de nos ancétres », dit un papyrus de Berlin du 1115 siècle provenant 
du Faioum : Aegyptische Urkunden der (Berliner) Koniglichen Museen, 362, V, 5. 

2. Les temples et sanctuaires de la ville d'Arsinoè dans le Faioum sont énumérés dans mon étude 
topographique : Die Stadt Arsinoè, Krokodilopolis, in griechischer Zeit, Académie impériale de 
Vienne, Séances, vol. CXLV, 4, 1902. Il y avait là, dans une capitale de la province, un Boubasteion, un 
Demetrion, un Hermaion (temple de Mercure), un Kaisareion (Caesaris templum), un Cléopatreion, La- 
geion; un Nemeseion, Nymphaion, un temple de l’Osiris 4 1815 et d'ITarpocrate, un Soknopaiteion (tem- 
ple du dieu Soknopaios), Sekneptuneion (chapelle ou temple de Sekneptunis, c’est-à-dire du dieu Sebek 
de Tebtunis), un temple du très grand dieu Suchos, un Paneion, un Sarapeion (temple de Sérapis), un 
Tychaion (temple de la Fortune), et un très grand dieu éternel dit Petesouchos avec ses prétres. 

3. A ce point de vue on peut citer l’intéressant papyrus A n° 247 de Vienne de la collection archi- 
ducale, daté du 24 juillet 234; les préfels d'un village donnent à l'employé des finances le témoignage, 
comme ce fut l’usage tous les mois, « qu'il n'y a rien ἃ dénoncer de ce qui avait été contre le règle- 
ment pendant le mois de juillet de l'an XIII de Sévère Alexandre (a. 234); personne entre les prétres 
οὐ les ordonnés n'a négligé son service religieux ». 

£. Nous avovs fait une étude spéciale de ces papyrus : Karanis und Soknopaiu Nesos, Mémoires de 
l'Académie imperiale de Vienne, vol. XLVII, 4, 1902, p. 171. 

5. J'ai publié les actes d'un grand procès relatif ἃ la dénonciation de deux prétres entre eux dans 
les Papyrorum scripturae Graecae specimina isagogica, Leipzig, Avenarius, 1901; le prétre condamné 
dans le procès contre le fisc dut payer une amende assez forte parce qu'il avait occupé un terrain ap- 
partenant au fisc. On ne respectait pas beaucoup les prétres; c'est encore un prétre, nommé Sto- 
loétis, qui se plaînt que ses débiteurs au lieu de rendre l’argent le menacèrent de mort, lui déchirè- 
rent les vétements et le batonnèrent (Berlin, papyrus 36). 

6. Les chiliastes, combattus par Denis, évéque d'Alexandrie, étaient répandus surtout dans le Faioum 
(Eusèbe, Mist. Eccl., VII, xx1v, 6). 


108 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 14) 


lius y ont trouvé des sectateurs. L'Ègypte avait toujours été le pays de la 
‘superstition et de la sorcellerie, qui s'étaient alliées avec un mélange d’idées 
religieuses de diverses époques et de diverses nations : des idées orphiques, 
sémitiques, iraniennes, égyptiennes, chrétiennes; d’où un svnerétisme qui 
fut rédigé en système par les Gnostiques. Comme la superstition pénètre par- 
tout, les idées gnostiques durent étre très populaires; et on en trouve, en 
effet, beaucoup de traces et beaucoup de monuments encore. Cette super- 
stition s'était emparée aussi des idées chrétiennes, voilà un fait pour l'appré- 
ciation de l’influence et des progrès de la religion chrétienne. i 
Le christianisme en EÉgypte avait au commencement ses racines dans la 
société juive hellénisante; il était alors la religion de l’intelligence du pays 
dont la langue était le grec. Le grec dominait ἃ cette époque en Egypte : il 
fut la langue des bureaux, des actes et de l'administration', du commerce et 
de la correspondance, de la littérature et de la science; il y avait des aca- 
démies grecques, deux au moins*; la langue égvptienne indigène, repoussée. 
et bannie dans les bureaux et dans la bonne société, alla perdre sa vieille 
ἡ éeriture démotique, fille des hiéroglyphes et de l'hiératique par laquelle elle 
avait été liée au paganisme. Il est done très probable que la Bonne Nouvelle 
fut expliquée dans la langue de l’intelligence, c'est-à-dire en langue grecque 
qui resta la langue liturgique de l'Égypte jusqu’après la conquéte arabe; 
méme ἃ l'époque copte, les livres liturgiques étaient très souvent rédigés dans 
les deux langues : en grec et en copte, 


En conséquence, c'est en langue grecque que les plus anciens monuments 
relatifs au christianisme en Egypte nous sont parvenus. 

Enumérons maintenant les classes de ces monuments du christianisme 
on Egypte, antérieurs ἃ l’époque de Constantin et ἃ la vietoire complète de la 
religion ehrétienne sur le paganisme. 

Ils sont peu nombreux et encore ne sont-ils connus que depuis peu d'an- 
nées. Cela tient ἃ ce que durant les trois premiers sièeles de notre ère qui. 
nous occupent seuls ici, on éerivait sur papyrus, substance très fragile, des 
livres et des netes qui pouvaient ἃ peine ètre en usage durant quelques 
dizaines d'années. Les livres de la sainte Ecriture qui étaient lus le plus sou- 
vent étaient aussi usés le plus vite; d’ailleurs, pendant les persécutions on les 
confisqua et on les brùla; si l'on tient compte de ces causes et du grand 


|. Voir A ce point de vue ma Missertotion sur les actes grecs dans l'Etude sur ta forme des πιεῖ οὶ 
ile droit privé en droit romain et dans le trés ancien droit francais, par Henri Saboulard, Paris, Du- 
cliemin, 1889, 

2. Le famenx musce d'Alexandrie et le muste réceimment connu d'Hermopolis Magna Ouchmon- 
nén. V. lo Corpus papyrorum Ilermopolitanorum dans mes Studien sur Pataeographie und Papyrus- 
kunde, vol. V, 1905, n° 56, 2; 124; Auréle Plontion, excellence, se qualifie « du musée » comme oa dit 
maintenant a de l'aendémie n ; n° 50, 


Digitized by Google 


Γ15] LEUR DECOUVERTE. 109 


mombre de siècles qui se sont écoulés depuis lors, on sera étonné non de 
ce qu'il nous reste si peu de ces documents primitifs, mais bien de ce que 
quelques-uns aient pu arriver jusqu'à nous. 

Nous ne les possédons que depuis quelques années et l’histoire de leur 
découverte coincide avec le développement de la papyrologie grecque. Jus- 
qu’en 1881, il n'y avait pas beaucoup de papyrus grecs en Europe', 150 en- 
viron, assez intéressants pour l’histoire de l’économie publique, du droit οἱ 
de la vie privée de l’époque ptolémaique, mais personne ne soupeonnait les 
trésors de papyrus cachés encore sous la terre égyptienne. C'est en 188! 
qu'’arrivèrent en Europe des amas de fragments de papyrus brisés, trouvés 
par les Fellahs, avec d'autres antiquités, en creusant dans les décombres 
des anciennes villes du Faioum et de Iéracléopolis-Ahnas*; ces fragments, 
acquis par l’archiduc Rainer d'Autriche, forment une collection dont le direc- 
teur m'a confié la section grecque. De longs et minutieux travaux devaient 
précéder le déchiffrement des textes parce que les papyrus étalent en complet 
désordre, tels qu'on les avait trouvés; souvent ils étaient encore collés les 
uns aux autres; et c'est précisément en décollant un amas de papyrus datant 
du m° siècle de notre ère que je rencontrai en 1884 le premier monument 
du christianisme égyptien écrit sur papyrus ἃ une époque antérieure ἃ 
Constantin?. | 

En 1888, je publiai le grand papyrus magique de la Bibliothèque Natio- 
nale de Paris, contenant ἃ la ligne 1227 un cxorcisme au nom de Jésus- 
Christ*. Ce papyrus date de l’an 300 environ. 

Le premier acte authentique de la persécution de Dèce (papyrus du mu- 
sée de Berlin) fut publié par Fritz Krebs en 1899; je le fis suivre, au com- 
mencement de 1894, par un autre acte de la méme persécution reconstitué 
par moi ἃ l’aide de cinq fragments de papyrus brisé. 

Durant ce temps, on avait fondé en Angleterre une société dont la branche 
Gréco-Romaine s'occupe avec zèle de l’exploration scientifique de l’antiquité 
Ggyptienne. Un des plus remarquables résultats des fouilles exécutées ἃ ses 
frais par MM. Grenfell οἱ Hunt fut Ja découverte d’un certain nombre de très 


1. Voir l'édition académique des papyrus du Louvre et de la Bibliothèque imperiale dans les No- 
lices et Ertraits, XVIII, 2. 

2. On trouvera des détails sur la (rouvaille du Faioum dans ma ZLettre ἃ M. E. Revillout sur les 
contrals grecs du Louvre provenant du Faioum, dans la Revue égyptologique, II, p. 161 s. 

3. Un premier avis a été donné dans: la Vesterreichische Monatsschrift far den Orient, 1884, p. 172. 

4, WEssELv, Griechische Zauberpapyrus von Paris und London : Mémoires de l'Académie de Vienne 
(Denkschriflen der philosophisch-historischen Klasse der Kaiserlichen Akademie), vol. XXXVI, 1888. 
WESsELY, Un (he spread of jerwish-christian religious ideas among the Egyptians in 'The Expositor, IV, 
p. 194 5. 

ὁ. Sitzungsberichte der Koniglich preussischen Akademie der Wissenschaften zu Bertin, XLVII, 
1893, p. 1007-1014 : Ein Libellus eines Libellaticus vom Jahre 250 nach Chr. aus dem Faijim. 

6. WesseLvy, Fin Libellus cines Libellaticus aus dem Faijum (Papyrus Erzherzog Rainer); dans 
Anzeiger der philosophisch-historischen Classe vom 3 Jinner 189%, n° 1, de lAcadémie de Vienne. 


110 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. πὲ 


anciens monuments du christianisme en Egypte dont voici la liste d'aprà 
O.ryrhynchus Papyri : 


I. Logia Jésou 2nd or 3rd century A. D 
II. 5. Matthew I 3rd cent. 

IV. Theological fragment 3rd or 4th cent. 

V. Early Christian fragment 3rd or 4th cest. 
CCVIII. 5. John I and XX 3rd cent. 

CCX. Early Christian fragment 3rd cent. 

CCCCIV. Shepherd of Hermas Late 3rd or 4th cent. 
CCCCV-VI. Theological Fragments 3rd cent. 

CCCCVII. Christian Prayer Late 3rd or 4th cent. 
DCLIV. New Sayings of Jesus 3rd cent. 

DCLV. Fragment of a Lost Gospel 3 cent. 


DCLVIII. Certificate of Pagan Sacrifice a. 250. 


Voilà donc une douzaine de précieux fragments; notons que onze ne sont 
datés qu’au point de vue de la paléographie, et que leur valeur est diffi- 
rente. | 

La collection de Lord Ambherst of Hackney ἃ Didlington Hall, Norfolk, 
formée et publiée par MM. Grenfell et Hunt, possède aussi de précieux frag- 
ments de l’antiquité chrétienne sur papyrus, ἃ savoir, suivant les numéros 
de l’édition de MM. Grenfell et Hunt : 


II. Christian hymn first half of the fourth century. 
III. A Letter from Rome probably between 250 and 285 A. D. 


Le papyrus n° 713 du British Museum, publié d’abord par MM. Grenfell ῦ 
et Hunt dans les Greek Papyri, Series Il : New classical fragments and other | 
Greek and Latin Papyri, Oxford, Clarendon Press, 1897, fut l’objet d'une étude 
spéciale de M. Adolphe Deissmann : Ein Original-Document aus der dioklelia- 
nischen Christenverfolgung; Papyrus 718 des British Museum. Tùbingen und 
Leipzig, Mohr, 1902. Epistle of Psenosiris : an original document from the Du- 
cletian Persecution (Papyrus 743 Brit. Mus.) edited and explained by A. ἢ). 
London, Black, 78 pp. 

Par le méme savant a été éditée récemment une lettre écrite par un chrè- 
tien au commencement du 1v° siècle, conservée dans la bibliothèque de Hei- 


delberg en Allemagne'. 
Enfin, je possède moi-méme deux monuments de l’antiquité chrétienne : 


1. Veròffentlichungen aus der Heidelberger Papyrus-Sammlung, I: Mie Septuaginta Papyri und o 
dere altchristliche Texte herausgegeben von τ theol. ADOLF DEISSMANN, mit 60 Tafeln in Lichidrud, 


Heidelberg, Winter, 1905. 


[17] LEUR DECOUVERTE. 111 


l’un est unacte de la persécution de Dèce de l'an 250, l’autre est une adjura- 
tion au nom de Jésus-Christ, exorcisme analogue à celui du grand papyrus 
magique de la Bibliothèque Nationale de Paris. Ces deux papyrus sont encore 
inédits. 

Il m’est signalé aussi un papyrus du musée Gréco-Romain d’Alexandrie 
en Egypte, contenant un cinquième acte de la persécution de Dèce. 

Tous ces papyrus que nous venons d’énumérer et qui sont du plus grand 
intérét pour l’histoire du christianisme dont ils représentent les plus anciens 
monuments, sont dispersés maintenant dans divers musées ou publiés dans 
diverses collections de papyrus. Cette dispersion m'a suggéré l’idée de for- 
mer un ensemble de tous les textes de l’antiquité chrétienne sur papyrus qui 
me sont accessibles et de les offrir au public dans la série de la Patrologie 
Orientale de Με Graffin et de M. l’abbé Nau, auxquels j'adresse mes remer- 
ciements pour avoir encouragé mon entreprise. 


PATR, OR. — ΤΙ IV. 


CHAPITRE PREMIER 


LES ACTES RÉDIGÉS A L’OCCASION DE LA PERSÉCUTION 
DE ΠΗ͂ΓΕ EN L’AN 250 


Après la persécution de Sévère, l’Eglise chrétienne jouit de la paix durant 
cinquante ans environ. L'empereur Sévère Alexandre, qui mourut si jeune 
encore, avait été un homme des plus paisibles et des plus tolérants et il sem- 
ble que les mémes circonstances favorables pour les chrétiens subsistèrent 
sous Philippe l'Arabe. Mais tout changea ἃ l’avènement de l'empereur Dèce. 
Celui-ci, voyant la décadence générale de l’empire, congut le projet d'un re- 
nouvellement de la vieille constitution de l’État, y compris aussi la rénovation 
de l’ancienne religion romaine et de la foi paienne. Son caractère de soldat 
le poussait ἃ combattre énergiquement le grand ennemi de son entreprise : le 
christianisme. Un édit spécial, qui devait étre publié partout, ordonna de 
sacrifier aux dieux en présence de toute la population, hommes, femmes, 
esclaves, enfants, et méme enfants ἃ la mamelle. Dans toutes les villes et dans 
tous les villages des commissions spéciales surveillaient l'exécution exacte de 
l’édit. On exigea le sacrifice, les libations, l'encensement des autels et l’usage 
de la viande des victimes. 

Les effets de cet édit furent effrayants. « Partout, dit Grégoire de Nysse, 
on traînait les chrétiens, hommes, femmes et enfants; on les traînait ἃ la” 
ville, les prisons étaient pleines de ceux dont le seul erime fut leur piété, on 
maltraita les croyants de toute manière à dessein et de propos délibéré. » 

Il sen trouva de faibles, En présence des persécuteurs, ils tàchaient de 
diverses manières d'échapper aux tourments, Quelques-uns encensaient les 
autels, ce sont ceux que les fidèles nommaient thurificati, d'autres sacrifiaient 
(sacrificati); une troisieme classe, moins coupable, fut appelée libellatici, c'est 
d’eux qu'il s'agit dans la 30° (341°) lettre de la correspondance de saint Cy- 
prien' : ... sententiam nostram dilucida ewpositione protulimus aduersus eos qui 
se ipsos infideles inlicita nefariorum libellorum professione prodiderant, quasi hoc 
euasuri inretientes illos diaboli laqueos widerentur, quo non minus quam si ad 
nefarias aras accessissent hoc ipso quod ipsum contestati fuerant tenerentur, sed 
etiam aduersus illos qui accepta fecissent, licet praesentes cum fierent non adfuis- 


1. Ce sont les mots du clergé Romain. 
pigiizsx vy Google 


19] I. — ACTES DE LA PERSECUTION DE DECF. 113 


sent, cum praesentiam suam ulique ut sic scriberentur mandando fecissent, non 
est enim immunis a scelere qui ut fieret impetrauit, nec est alienus a crimine cuius 
consensus licet non admissum crimen tamen publice legitur : et cum toltum fidei 
sacramentum in confessione Christi nominis intellegatur esse digestum, qui fallaces 
in excusalionem praestigias quaerit negauit, et qui uult uvderi propositis aduersus 
euangelium uel edictis μοὶ legibus satisfecisse, hoc ipso iam paruit quo videri 
paruisse se uoluit (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, Cypr. mi, 4, 
p. 550-551.) 

Il est évident que le nom des libellatici doit s'expliquer par son étymologie, 
par sa formation dérivée du mot libellus. Le meilleur commentaire dans la 
question des libellatici, ce sont les libelli qui nous sont parvenus de la persé- 
cution de l’an 250 sur papyrus d’Egypte. 

Ilyena cinq encore : l’un dans la collection archiducale ἃ Vienne, l’autre 
au musée de Berlin, le troisième, trouvé à Oxyrhynchos, publié par MM. Gren- 
fell et Hunt, le quatrième, inédit encore, à Alexandrie, le cinquième dans la 
collection de l’auteur. Le mauvais état des papyrus a altéré sensiblement 
tous ces textes et je commence par celui qui est relativement le mieux con- 
servé, parce qu'il contient ἃ présent encore toutes les parties essentielles du 
document. 


1 
Provenant du Faioum. A. 250, 14 juin. (Voir Planche I, 4.) 


Papyrus de la collection de l’auteur. Hauteur 21°"2. Largeur 6°25; plié 
verticalement dans les distances 41, 1.1, 2, 2°4. Marge supérieure 1°, infé- 
rieure 2°"6, ἃ gauche 0°25. 

Il faut distinguer deux écritures : l’une en caractères fins, évidemment 
celle d'un scribe ou homme de bureau, qui a écrit le texte avec la date ἃ la 
fin; l'autre en caractères rudes et d’une encre différente, c’est la signature 
des représentants de la commission pour surveiller les sacrifices. 


MANUS I MANUS I 
1 [τοῖς ἐπὶ] τῶν θυσιῶν « A la commission élue pour sur- 
ἡ[ρημέ]νοις veiller les sacrifices. 

π᾿(αρὰ) Αὐρηλίας αμις ἀπὸ Mémoire d’Aurélie Kamis, origi- 
χώμης Φιλαγρίδος χατα naire du village de Philagris, demeu- 

5 [μένουσα ἐν χώμῃ Oex rant dans le village Théadelphie. 
[δελ]φείᾳ(.) αι (lisez ἀεὶ) θύουσα τοῖς J'ai été toujours dévouée au service 
[θεοῖ]ς διετέλεσα χαὶ νῦν des dieux; et maintenant aussi, en vo- 
[ἐπὶ π]χρ[όντων ὑμῶν tre présence, selon l’édit, j'ai encensé 
χατὰ τὰ προςταχθέντα l'autel, j'ai fait la libation et j'ai mangé 


10 ἔθυσα zaì ἔσπεισα] de la viande sacrée. En conséquence 


ἱκαὶ τ]ῶν ἱερείων ἐγευσάμην je vous prie de me donner votre si- 
[διὸ] καὶ ἀξιῶ ὑμᾶς ὑποσν, gnature, 
[μειώσχσ]θαι(") διευτυχεἴῖ τε.) Portez-vous bien! 
MANUS Π MANUS Il 
Αὐρήλιοι Σερῆνος καὶ Nous, Aurélius Sérénos et Aurélius 
15° [Ἐ]ρμᾶς εἴδαμεν ὑ Hermas, nous vous avons vue sacri- 
μᾶς θυσιάζοντος (1.- τας) fier. 
MANUS I MANUS I 
(ἔτους) x Αὐτοχράτορος Καίσαρος An I de l'’empereur César Caius 
Γαίου Μεσσίου ἹΚουίντου Messius Quintus Trajan Dèce, Pieux, 
Τραιχνοῦ Δεχίου Εὐσεξοῦς Heurenx, Auguste, le 21 du mois de 
20 [Εὐτ]υχοῦς Σεδαστοῦ παυνι Ρανπηὶ. » 
νὰ" | 


COMMENTATIRE SPECIAL 


Nous donnons ici les textes avec des accents, des esprits, des signes de 
ponctuation qui ne sont pas dans l’original, pour faciliter l’intelligence 
du texte grec. L'explication des abréviations est signalée par des paren- 
thèses ( ), les lacunes du papyrus sont remplies entre crochets |]. — L. 3. 
π᾿ est l'abréviation de παρά comme cela a lieu très souvent dans les papyrus. 


— L. 3. Après la constitution Antoninienne, la femme Kamis pouvait porter 
le nom romain d’Aurélie. Elle était originaire de Philagris et demeurait, non 


loin de son lieu de naissance, à Théadelphie; ce sont là deux villages du 
Faioum, dont l'un, Théadelphie, était placé au lieu dit maintenant Harit, au 
sud-ouest du Faioum, dans l’ancien district de la Themistou Méris de l’Ar- 
sinoitès Nomus. Dans les papyrus, Philagris est très souvent cité en méme 
temps que Théadelphie, évidemment en qualité de village voisin (cf. WesseLy, 
Topographie des Faijim dans les Mémoires de l’Académie de Vienne, L, 4, 1904, 
p. 69, 156). 

Le supplément xx7x Lai ΤῊ a été donné en regard d'expressions ana- 
logues comme celles des papyrus apud Fayum Towns, p. 132, n° 24,1. 13 περὶ 
τῶν ἐπιξένων χαταμενόντων ἐν τῷ ἐποιχίω : Greek Papyri, II, 71', 17 (a. 2/4 8) ἐν ταῖς 
κώμαις χαταμένουσι; 75,5 ἃ. 200-304 Αὐρηλίῳ ‘Pevrpolula Πετενσφωτου ἐξωπυλίτῃ 
Διοσπαάϊλ(εως); 80, 10, a. 402 et 81, 10, a. 403 Αὐρηλίῳ Σινουϊθ]η Βίκτορος ἀπὸ Ἕρ- 
μουπόλεως καταιμένοντι ἐν Πανοσπόλί(ε!:). Notre Aurélie Kamis était native de Phila- 
gris et demeurait à Théadelphie; de quelle commission relevait-elle? de celle 
de son lieu de naissance ou bien de celle de sa demeure? ἃ ce point de vue 
notre acte n’est pas explicite. Le libellus d'Oxyrhynchos est adressé ἃ la 
commission des offrandes et sacrifices de la ville par un homme natif de la 
méme ville d'Oxyrhynchos, demeurant sans doute aussi dans la ville. Le pa- 


n. Google 


LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. ὀ [20] 


- τ 


[21] I. — ACTES DE LA ΡΕΒΒΕΟΌΤΙΟΝ DE DÉECE. 115 


pyrus de Berlin nous offre une situation analogue, un homme natif du 
village d'’Alexandrou Nésos devant la commission du méme village. Le libel- 
lus de la collection archiducale est douteux à ce point de vue, on y trouve 
la commission du village de Philadelphie et une famille demeurant dans le 
faubourg; est-ce le faubourg de Philadelphie ou de la capitale d'Arsino8? Il 
est donc probable qu'il s'agit de la commission du domicile ; en cas d’identité 
du domicile et du lieu de naissance il est inutile de le nommer, on a constaté 
seulement la différence. 

En ce qui concerne le nom Kamis, nous citons Kayng, fils de Harphaésis, 
mentionné dans les Tebtunis Papyri, I, 118, 5, Καμε(υ) et χμητις apud Spie- 
GELBERG, Noms propres grecs et égyptiens, p. 47. 

Notre Aurélie Kamis agit ici seule, sans tuteur, comme c'était l’usage 
d’après le droit romain qui dispensa les femmes de la tutelle, seulement en 
vertu du privilèége dit « ius liberorum », p. ex. χωρὶς χυρίου χρηματίζουσα χατὰ τὰ 
‘Popaiwv ἔθη; τέκνων διχαίῳ, papyrus apud Corpus Papyrorum Raineri 176 (a. 255), 
9 (a. 271); plus tard Αὐρηλία Mavvous θυγάτηρ Πουσι χωρὶς x[uptou] ἀνδρὸς τρηματίζουσα, 
papyrus apud Grenfell, Greek Papyri, second series, 85; WesseLy dans les 
Wiener Studien zur Klassischen Philologie, 1902, XXIV. 

Les particularités du grec dans notre acte sont aussi celles des papyrus 
grecs, le iotacisme αἱ pour ἀεί; etdxuev au lieu de εἴδομεν, cf. papyrus liturgique 
apud Mitteilungen aus der Sammlung Papyrus Erzherzog Rainer, II, 83 ntape, 
c'est-à-dire εἴδομεν ; θυσιάζοντος pour θυσιάζοντας. 

Les deux personnes qui signaient au nom de la commission se nommaient 
Aurélius Sérénos et Aurélius Hermas; le nom Aurélius qu'’ils portaient tous 
deux fut placé en avant et mis au pluriel. 


2 


Provenant du Faioum. A. 250; 25 juin. (Vuir Planche I, 3.) 


Papyrus du Musée de Berlin, don de l’empereur Guillaume II, publié par 
Fritz KREBS : Aegyptische Urkunden aus den Koeniglichen Museen zu Berlin, 
n° 287 et Sitzungsberichte der Koeniglich preussischen Akademie zu Berlin, 1893, 
XLVIII, 1007-1044. Papyrus brun clair, hauteur 20°®5, largeur 89; le papy- 
rus avait été plié verticalement; les parties pliées ont une largeur de 41°°1, 
426, 1512 1022, “πὸ La marge supérieure est de 1°, l’inférieure 2.52, ἃ 
gauche 122. Il faut distinguer deux écritures comme dans le numéro précédent. 


MANUS I MANUS I 

1 τοῖς ἐπὶ [τ]ῶν θυσιῶν dpr « A la commission du village 
μένοις xo 'u'(n6) ᾿Αλεξ (ἀνδρου) Νήσου Alexandrou Nésos, élue pour sur- 
παρὰ Αὐρη  ((ου) Διογένου (1.-0vg) Zxtx veiller les sacrifices. 


_ »® 


116 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 22) 


Govtog ἀπὸ χώ p'(n6) ᾿Αλεξάν᾽ δ(ρ.) —Mémoire d'Aurélius Diogène, tils 


5 Νήσου ὡς (ἐτῶν) 06 od (ἢ) de Satabous, originaire du village 

τς ὀφρύι det (17°) καὶ ἀεὶ Alexandrou Nésos, ἃσύ de 72 ans en- 
ἡύων τοῖς θεοῖς διετέ viron, cicatrice au sourcil droit. Non 
λεσα καὶ νῦν ἐπὶ πὰ seulement j'ai été toujours dévoué au 
ροῦσιν ὑμεῖν (l.-iv) χατὰ service des dieux, mais aussi main- 

10 τὰ προστείτ]χταίγ μ[ἐ{].-τεταγ.}] tenant, en votre présence, suivant 
va ἔθυσα [καὶὶ ἔσίπεισα] l'édit, j'ai encensé l’autel, j'ai fait la 
[κ]χὶ τῶν ἱ[εἸρείων [ἐγεὺυ libation et j'ai mangé de la viande 
σάμην χαὶ ἀξι[ῶ] ὑμᾶς" sacrée et je vous prie de me donner 
ὑποσημιώσασθαι(-} (l.-per) votre signature. 


Portez-vous bien! Moi Aurélius Dio- 
Αὐρή λ΄ (υς) [Διογένης ἐπιδὶ ἐ(δωχλ}}  σὸπο, j'ai fait la requéte. 


15 διευτυχεῖται(") (1.-7e) 


MANUS HI MANUS II 

Αὐρή[λ΄ (τος}] Σύρος Asoyiw] Moi, Aurélius Syrus, j'ai enregistré 

θύοντα ἅμα. *[puîv?) Diogène comme sacrifiant avec nous 

χοιγωνὸς σεσ-[ημείωμαι) ensemble en qualité de participant. 
MANUS I MANUS 1 


30 [(ἔξους)] α΄ Αὐτοχράτορο[ς]  χίίσαρο An I de l’empereur César Caius 
Πα ίου Μεσσίου K[o]ix| tou] Messius Quintus Trajan Dèce, Pieux, 
[Τρ]χιχ[νοῦ Ae]ziov Εὐσί Gode! Heureux, Auguste, le 2 épiphi. » 
[Epr[ugods] Xe[E]a[a]}mod 

ἐπί ει] 6- 


La différence entre notre texte et celui des Urkunden de Berlin consiste 
principalement dans la restitution des lacunes, et surtout dans la signature 
d'Aurélius Syrus; nous y avons restitué le mot χοινωνός et avons reconnu 
l'identité de cette signature avec celle du n° 1. 

Le village d’Alexandrou Nésos était aussi dans le Faioum; il était situé 
dans le distriet dit Themistou Méris, au sud-ouest de l’Arsinoitès Nomus; il 
est bien connu par les papyrus de l’époque ptolémaique, romaine et byzan- 
tine (cf. WesseLy, Topographie des Faijim dans les Mémoires de l’Académie de 
Vienne, L, 1, 1904, p. 33). Dans les mots xw'y', ᾿Αλεξαν δ΄ ete. μὶ et ὃ sont mises 
au-dessus de la lettre précédente. v. p. 102 (8). 

Le signalement personnel de Diogène a été rédigé ici comme dans les 
actes juridiques; on y voit figurer le nom du père, l’àge, le signalement de 
la cicatrice comme c'est toujours l’usage dans les contrats. Le nom Satabous 
était très ordinaire à cette époque dans les environs de notre village, j'en ai 
donné une centaine d'exemples dans mon étude sur Karanis et Soknopaiou 
Nésos, Mémoires de l'Académie de Vienne, XLVII, 4, 1902, p. 136-139. L'in- 


- Digitized by Google 


si 


23] I. — ACTES DE LA PERSECUTION DE DÉCF. 117 


dication de la cicatrice était ordinairement comprise dans le signalement. 
Letronne cite le Digestes lib., XI, tit. IV, 1, 8 : notae autem verbo etiam, 
cicatrices continentur : Notices et Extraits, XVIII, 2, p. 185. 

A la fin de la requéte, nous trouvons la phrase relative à la présentation 
par Diogène; elle se trouve aussi, d'une manière analogue, dans les actes 
de dénombrement général et dans beaucoup d'autres actes juridiques. 

Une autre phrase des plus fréquentes dans les actes se trouve è la fin de 
la signature d’Aurélios Syros, c'est σεσημείωμχι, elle est relative ἃ l’inscription 
dans les listes. Syros a donc enregistré Diogène comme κοινωνὸς τῆς θυσίας en 
certifiant qu'il l’avait vu participer au sacrifice. 


3 
Provenant d’Oxyrhbynchos. A. 250, 18 juin. 


Papyrus publié par MM. GrenreLL et Hunt, Oxyràynchus Papyri, part. IV 
(Egypt Exploration Fund, Graeco-Roman branch), London, n° 658, p. 49, 
1904. Hauteur 15°5, largeur 7°, Je copie le texte des éditeurs. 


MANUS I MANUS 1 


« A la commission de la ville pour 
surveiller les offrandes et les sacri- 
fices. 

Mémoire d’Aurélius [ ]thion fils 
de Théodore dont la mère est Panto- 
nymis, originaire de la méme ville. J'ai 
toujours offert aux dieux des sacrifices 
et des libations; et enfin, aussi main- 
tenant, devant vous, suivant les or- 
dres, j ai offert la libation, j'ai encensé 
l’autel et j'ai mangé de la viande sa- 
crée avec mon fils Aurélios Diosko- 
ros et ma fille Aurélie Laîs. Je vous 
prie de me donner la signature. 


1 τοῖς ἐπὶ τῶν ἱερῶν [χαὶ 
θυσιῶν πόλεως 
παρ᾽ Αὐρηλίου Al..... 
θιωνος Θεοδώρου μηἰτρὸς 
Iavrwwp.idos ἀπὸ τῆἰς 


Sit 


χυτῆς πόλεως( .) ἀεὶ μὲν 
θύων χαὶ σπένδων [τοῖ]ς 
θεοῖς [δ]7ιετέλζεσα ἔ]τι δὲ 
χαὶ νῦν ἐνώπιον ὑμῶν 

10 χατὰ τὰ χελευσθ[ἐ]ντα 
ἔσπεισα χαὶ ἔθυσα xa|i 
τῶν ἱερῶν ἐγευσάμη» (].-"ν) 
ἅμα τῷ υἱῷ μου Αὐρη 
Mo Διοσχόρῳ χαὶ τῇ 

15. θυγατρί μου Αὐρηλία 
Λαίδι(.) ἀξιῶ ὑμᾶς ὑπ᾽ ο’ 
σηυιώσασθαί (].-μει-) μοι (.) 


(ἔτους). « Αὐτοκράτορος Καὶ χίσαρος 
Γχίου Μεσσίου Kutvrou 

Τραϊανοῦ Δεχίου 

Εὐσεθοῦίς ΕὐἸτυχοῦς 


᾿ [Σεῤχσ]τοῦ (rav χ(.) 


An I de l’'empereur César Caius 
Messius Quintus Dèce, Pieux, Heu- 
reux, Auguste, le 20 payni. » 


a ὰ 
La + 


148 


LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


MANUS II MANUS ii 
[aa] ){ 1Π (Suit le commencement d’une signa- 
Incomplet ἃ la fin. ture, la fin est perdue.) 


La ville dont il s'agit ici est Oxyrhynchos; elle avait une population 

i mixte, grecque et indigène; la famille mentionnée sur notre papyrus a des 
noms purement grecs, 

i L. 6, ἀεὶ μέν est éerit sur un passage corrigé. Le papyrus est mutilé ἃ la fin; 
il n'est pas possible de distinguer les lettres de la signature, on ne peut savoir 

è si elle était celle d'un membre de la commission ou celle d’Aurélius {| 

Î thion qui a fait la requéte. L. 16 ὑπο v. p. 102 [8]. 


4 


I Provenant du Faioum. A. 250. (Voir Planche Il, 7.) 


Papyrus de la collection de l’archidue Rainer ἃ Vienne. Une première 
notice a été donnée par l’auteur dans l’Anzeiger der philosophisch-historischen I 
Classe vom 3. Jaenner 1894, n° I, de l’Académie de Vienne. Le papyrus est 
actuellement très mutilé; il fut reconstitué par l’auteur ἃ l’aide de cinq mor- 
ceaux; la partie reconstruite a 9°"6 de largeur, 10°4 de hauteur. Le papy- 
rus avait été plié dans les distances de 2, 2,3, 2.5, 1.8, 1.8 centimètres ἃ 
partir de la marge supérieure, horizontalement. A gauche il y a un espace 
blane de 2°, au commencement aussi un espace blane de 1°, 


MANUS 1 MANUS 1 
1 τοῖς ἐπὶ τῶν θυσιῶν ἐρημένοις « A la commission du village de 
χώμης Φιλαδελφίας Philadelphie, élue pour surveiller les 


παρὰ Αὐρηλίων Σύρου χαὶ ΠΙασξείου τοῦ sacrifices, mémoire d’Aurélius Syrus 
ἀδελφοῦ χαὶ Δημητρίας καὶ Σαραπιάδος et Pasbès son frère et de Démétria et 


ὃ γυναιχῶν [ἡ μῶν ἐξωπυλειτῶνί(.) Sarapias nos femmes, hors de la ban- 
ἀεὶ θύοντες] τοῖς θεοῖς διετελέ lieue. Nous avons été dévoués tou- 
σαμεν χαὶ νῦν ἐπὶ παρήντων ὑμῶν jours au service des dieux, et mainte- 


χατὰ tà προσταχθέντα χαὶ ἐσπίσχμεν nant, en votre présence, suivant l’édit, 
(1,- σπεί-) nous avons offert la libation et mangé 
καὶ [τῶν Hepelty] ἐϊγευσάμεθα(") καὶ de la viande saerée; en conséquence, 


10° [ἀξιοῦμεν ὑμᾶς ὑποσημειώ) nous vous prions de nous donner la 
cachat ἡμῖν διευτίυχ εἴτε] signature. Portez-vous bien! 
MANUS 11] MANUS II 


Αὐρή λ΄ (ιος) Σύρος καὶ Πασδὴς ἐπιδεδώ" χ' Nous, Aurélius Syrus et Pasbès, 
(apev) nous avons fait la requéte. Moi, Isi- 


Digitized by Google 


[25] I. — ACTES DE LA PERSECUTION DE DÉECE. 119 


᾿Ισίδωρος ἐγρςί(αψα) ὑ(πὲρ) αὐ τ (ὧν) dore, j'ai écrit pour eux, car ils ne sa- 
ἀγρς(αμμάτων) vent pas écrire. » 
* Incomplet ἃ la fin. 


Le village de Philadelphie, situé dans l’Hérakleidou Meéris de l’Arsi- 
noitès Nomus, est bien connu par les papyrus déès l’époque ptolémaique jus- 
qu’au 1v° siècle de notre ère; il était au nord-est du Faioum, dans les environs 
du village moderne Er-Roubayyat; c'est là que l’on a trouvé les fameuses 
peintures encaustiques, portraits de momies (cf. WesseLyv, Topographie des 
Faijim, p. 153-159). 

Une famille tout entière figure ici dans cet acte, elle se compose de deux 
frères et de leurs femmes; icì comme dans les actes de dénombrement général 
de la population, le chef de la famille fait sa déclaration pour la maison en- 
tiòre. La famille était ἐξωπυλεῖται, elle demeurait « devant la porte », πύλη, 
de la ville. On trouve, en effet, la mention de la πύλη de Philadelphie dans les 
quittances relatives ἃ l’impòt et ἃ l’exportation de la ville (voir WEssELy, 
Topographie, p. 154). La méme expression existe aussi dans un papyrus apud 
GrenFELL, Greek Papyri, second series, 72,5, a. 290-304, Αὐρηλίῳ Fevrpo[u]mi 
Πεντφωτου ἐξωπυλίτῃ Διοσπό[λ(εως) ; 

La signature des deux frères, Syros et Pasbès, n'’était pas autographe, 
car ils ne savaient pas écrire. Des cas analogues à celui-ci ne sont pas rares 
dans les actes, on y trouve les plirases ἔγρχψα ὑπὲρ αὐτοῦ γράμματα μὴ εἰδότος, ou 
ἀγραμμάτου ὄντος, Οὐ φάσχοντος μὴ εἰδέναι γράμματα. Eyps etc. est écrit en abrégé 
v. p. 101 [7]. 

La signature d’un membre de la commission et la date de la requéte sont 
perdues; elle a été écrite évidemment en 250. 


ὃ 


Provenant du Faioum. 


Le cinquième acte de la persécution qui nous est parvenu est inédit en- 
core, c'est un papyrus du musée Gréco-Romain d’Alexandrie, dont M. Breccia 
prépare l’édition. Cependant il en existe une notice de M. Seymour de Ricci 
dans le Bulletin papyrologique, Revue des études grecques, 1901, p. 203. 
« ΜΝ. Botti a communiqué au II° congrès d’archéologie chrétienne ἃ Rome, le 
18 avril 1900, un papyrus du Faioum aujourd’hui au musée d’Alexandrie et 
qui n'est autre qu’un libellus libellatici du 11° siècle de notre ère analogue ἃ 
celui du musée de Berlin [M. de Ricci ne connaît pas ici le papyrus de Vienne 
publié en 1894] : une prétresse de Petesuchos demande un certificat témoi- 
gnant qu'elle a sacrifié au dieu ». Voir aussi Archiv., 1, 174, n. 1. 

Le dieu Petesouchos était une divinité locale du Faioum; je cite ἸΧαιρέου 
[μη(τρὸς) Θαι]σαρίου τῆς καὶ Θεανὼ ἱερεὺς Πετεσούχου θεοῦ μεγάλου μεγάλου] ἀειζώου : 
Papyrus de Berlin, Urkunden 124, de l’an 187-8. Aegyptische Zeitschrift, 


120 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 120 


1883, p. 164; 1884, p. 136-139. Le « très grand dieu éternel » a donc eu son 
temple spécial avec ses prétres et prétresses. 


6 
CONSIDERATIONS GENÉRALES 


Maintenant, après avoir présenté les papyrus, nous pouvons faire quelques 
observations relatives à l'ensemble des textes. 

Nous constatons d'abord un fait assez frappant : c'est l’uniformité des li- 
belli, qui évidemment devaient étre écrits de la méme manière et avec le 
méme formulaire dans toute l'Egypte; car nous trouvons le méme dans les 
divers villages d'une seule province, et aussi dans une autre province comme 
le district d’Oxyrhynchos et le Faioum. 

Il faut donc admettre un motif identiquéè qui a causé cet effet partout. Ce 
motif est cité dans les textes, il devait étre exigé par suite d’un édit (xpis- 
ταγμα); je vois, en effet, dans l’expression xxtà τὰ προστεταγμένα (2) κατὰ τὸ 
προσταχθέντα (1.3), une allusion ἃ l’existence de cet édit impératif qui est 
nommé aussi χατὰ τὰ χελευσθέντα (4). C'est une rubrique de la langue des bu- 
reaux : je cite ἃ cet égard les papyrus 57-62 de mon Corpus papyrorum Hermo- 
politanorum, 1, 1905 (Studien zur Palaeographie und Papyruskunde, V), ce 
sont des relations relatives à l'administration du gymnase Hermopolitain rédi- 
gées χατὰ τὰ χελευσθέντα δι᾿ ὑπομνημάτων ὑπὸ τοῦ χράτιστα ἐπιστρατηγήσχντος Αὐρηλίω 
Τείρωνος « suivant les ordres de son excellence l’épistratège Aurélius Tiron 
donnés en forme d’acte »; alors, le dénombrement général de l'an XXIV de 
l'empereur Caracalla a été exécuté xatà τὰ χελευσθέντα ὑπὸ Οὐχλερίου Δάτο» mu 
ἡγεμονεύσαντος, comme le dit un papyrus provenant du nome Heracléopolite et 
publié par l’auteur dans ses Studien zur Palaeographie, etc., II, p. 28. L’édit de 
Dèce, dont parle saint Cyprien, ép. 43, 3, est donc identique au βασιλιχὸν 
πρόσταγμα des Pères grecs. Seulement, il n'est pas dit expressément si l'édit 
cité dans le papyrus est celui de l'empereur lui-méme ou l'édit secondaire des 
magistrats impériaux, qui exécutaient l'édit supréme en le communiquant aux 
employés administratifs du second et du troisième ordre. L'expression χατὰ τὰ 
προσταχθέντα et les autres analogues sont donc incertaines ἃ ce point de vue. 

L’édit n’excepta ni les femmes ni les enfants; Aurélie Kamis (1), Démétria 
et Sarapias (4) et les enfants Aurèle Dioskoros et Aurélie Laîs (3) figurent, eu 
effet, dans les libelli. 

Le texte des libelli devait étre rédigé d'après un formulaire qui suivait le 
texte de l’édit; il fut certainement difficile pour les particulters d’écrire eux- 
mémes un acte qui était aussi compliqué; nous connaissons méme des per- 
sonnes qui ne savaient pas écrire (4); les bureaux égyptiens était pourvus de 
scribes habiles, rien n’était plus commode que de s'adresser ἃ ceux-cì; et si 

l'on regarde l'écriture de nos libelli qui est bien autre que les caractères irré- 


27] I. — ACTES DE LA PERSECUTION DE DECE. 121 


guliers et mal formés des signatures, on reconnaît facilement la main exercée 
d’un scribe de profession qui a composé le mémoire ἃ la manière officielle et 
l’a écrit sur papyrus. Cherchons maintenant des actes analogues qui soient 
sortis des bureaux des scribes dans des circonstances pareilles. 

En effet, l’habileté des scribes était assez grande pour résoudre d’une fagon 
satisfaisante les problèmes auxquels avait donné lieu l’édit de 250; car il y 
avait des actes analogues qui pouvaient servir d’exemples. Nous citons en 
premier lieu les actes de dénombrement général; nous en possédons encore 
une quantité suffisante pour en reconstruire le formulaire. Ils sont adressés à 
une commission constituée dans chaque commune; la requéte tout entière a 
été écrite par les scribes depuis le commencement où nous trouvons le παρά 
de nos actes, jusqu’à la fin διὸ ἐπιδίδωμι et jusqu'à la date; seulement la signa- 
ture de celui qui avait fait écrire la requéte ἃ son nom est autographe : ὁ δεῖνα 
ἐπειδέδωχα « un tel j'ai fait la requéte ». Une autre analogie nous est donnée 
par les actes de plainte, dont le formulaire est celui-ci : 1) l’adresse du ma- 
gistrat auquel on a recours, 2) la plainte qui commence par le nom du requé- 
rant παρὰ τοῦ δεῖνος, 3) ἃ la fin διευτύχει, « porte-tot bien », adressé au magistrat, 
4) la signature autographe du requérant ὁ δεῖνα ἐπιδέδωχα « un tel j'ai fait la 
requéte », 5) la date; les paragraphes 1-3 et 5 sont écrits par le scribe. 

Nous savons aussi ce que faisaient les magistrats qui avaient recu les re- 
quétes; par exemple, au-dessous des dénombrements généraux un membre de 
la commission notait ἀπεγράφη, etc., « il a été dénombré » ou ἔσχον ἴσον εἰς 
ἐξέτασιν « j'ai recu le double pour le contréòle » ou σεσημείωμχι « moi un tel j'ai 
enregistré l’acte » (comparez notre n° 2). 

Un formulaire analogue est celui de nos libelli, qui ont été écrits par les 
scribes du bureau, la signature du requérant exceptée. La substance de ce 
formulaire est la suivante : 1) L'adresse de la requéte τοῖς ἐπὶ τῶν θυσιῶν (ἱερῶν 
καὶ θυσιῶν, formulaire d'Oxyrhynchus) « ἃ la commission de surveillance sur les 
sacrifices ». Dans le Faioum on ajoute norpévos « ἃ la commission élue » ; très 
souvent on complete ce titre avec le nom du lieu, de la ville ou du village. 

2) Παρὰ τοῦ δεῖνος « mémoire d’un tel », nom du requérant indiqué à la ma- 
nière officielle des actes, avec le nom du père et méme celui de la mère, le lieu 
d'origine et la demeure (voir n° 1), l’indication de l’Age et le signalement per- 
sonnel (n° 2). 

3) Suit alors la requéte : « j'ai éte toujours dévoue au service des dieux el 
maintenant aussi, en votre présence, suivant l’edit, j'ai encensé l’autel (omis, peut- 
étre par une erreur, au n° 4), j'ai offert la libation (l’ordre est renversé au n° 3) 
et 7 αἱ mange de la viande sacree et je vous prie de me donner la signature. Portez- 
vous bien ». Jusqu'ici tout est écrit par le scribe. 

4) La signature du requérant dans les n° 2 et 4 (main différente de celle 
du scribe). 


"-—__—_s na 


122 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 128] 


5) La signature d’un ou de deux membres de la commission (main diffé- 
rente de celle du scribe). 

6) La date éerite par le scribe. 

En ce qui concerne la commission qui surveillait l’exécution de l’édit de 
Dèce, nous possédons encore des détails relatifs à sa constitution tirés de 
saint Cyprien. Celui-ci compare dans la lettre XLIII, 3, son adversaire Felicis- 
simus et sa compagnie avec la commission de l'an 250 : « sed oro vos, fratres, 
vigilate contra insidias diaboli et pro vestra salute solliciti contra mortiferam 
fallaciam diligentius excubate. Persecutio est haec alia et alia est temptatio 
et quinque illi presbyteri nihil aliud sunt quam quinque primores illi, qui 
edicto nuper fuerant magistratibus copulati, ut fidem nostram subruerent, ut 
gracilia fratrum corda ad letales laqueos praevaricatione veritatis averterent, 
eadem nune ratio, eadem rursus eversio per quinque presbyteros Felicissimo 
copulatos ad ruinam salutis inducitur, ut non rogetur Deus nec qui negavit 
Christum eundem Christum quem negaverat deprecetur, post culpam cri- 
minis tollatur et poenitentia, nec per episcopos et sacerdotes Domino satis- 
fiat, sed relictis Domini sacerdotibus contra evangelicam disciplinam nova 
traditio sacrilegae institutionis exurgat, cumque placuerit tam nobis quam 
confessoribus et clericis urbicis, item universis episcopis vel in nostra pro- 
vincia vel trans mare constitutis ut nihil innovetur circa lapsorum causam, 
nisi omnes in unum convenerimus et conlatis consiliis cum disciplina pariter 
et misericordia temperatam sententiam fixerimus, contra hoc consilium no- 
strum rebelletur et omnis sacerdotalis auctoritas et potestas factiosis con- 
spirationibus destruatur ». La commission comprenait done le magistrat; en 
Egypte, ἃ la campagne, c'était le maire, χωμογραμματεύς, et cinq personnes des 
notabilités. Par analogie nous conjecturons que la nòtre ne se constituait pas 
autrement que toutes les autres; le maire faisait, pour le magistrat supérieur 
du nome, une liste de personnes capables d’étre membres de la commission; 
conformément à ce programme, le préfet du nome installait les membres élus 
et leur donnait son instruetion, Une commission extraordinaire était aussi 
celle qui exécutait le dénombrement général de la population tous les qua- 
torze ans. 

Notre commission avait donc ἃ surveiller les sacrifices ἃ l'occasion du 
décret de Dèce, Ceux-ci consistaient généralement en trois actes : manger de 
la viande sacrée, boire du vin sacré et encenser l’autel. Mais c’était aux Chré- 
tiens qu'on en voulait dans le déeret de Dèce, Il y en avait qui, ne voulant 
pas étre accusés et martyrisés, succombaient ἃ la persécution en encensant 
l'autel, ce sont les thurificati; en sacrifiant, ce sont les sacrificati. D'autres 
commettaient une faute beaucoup plus légère; en évitant la faute directe; ils 
péchaient en gardant les apparences d’obéissance ἃ l’édit, au moyen de ce 
qu'on appelle les libelli; ce sont les libellatici, dont parle saint Cyprien aussi 


Digitized by Google 


[29] I. — ACTES DE LA PERSECUTION DE DÉECF. 123 


dans sa lettre LV, 14 : « Quae inclementia est et quam acerba duritia libel- 
laticos cum his, qui sacrificaverint, iungere quando is, cui libellus acceptus 
est, dicat : « Ego prius legeram et episcopo tractante cognoveram non sacri- 
ficandum idolis nec simulacra servum dei adorare debere et idcirco, ne hoc 
facerem, quod non licebat, cum occasio libelli fuisset oblata, quem nec 
ipsum acciperem, nisi ostensa fuisset occasio, ad magistratum vel veni vel 
alio eunte mandavi : Christianum me esse, sacrificare mihi non licere, ad 
aras diaboli me venire non posse, dare me ob hoc praemium, ne, quod non 
licet, faciam. » Nunc tamen etiam iste, qui libello maculatus est, postea- 
quam nobis admonentibus didicit ne hoc se facere debuisse, etsi manus pura 
sit et os eius feralis cibi contagia nulla polluerint, conscientiam tamen eius esse 
pollutam, flet auditis nobis et lamentatur et, quod deliquerit, nunc admone- 
tur et non tam crimine quam errore deceptus, quod iam de cetero instructus 
et paratus sit contestatur. » Il y avait donc des personnes qui, malgré l’édit, 
ne sacrifiaient pas, et qui pourtant se gardaient de la persécution au ‘moyen 
des libelli. 

Que sont les libelli et les libellatici? Maintenant, en présence de nos 
textes, la question est facile à résoudre. Les libelli sont des pétitions adres- 
sées ἃ la commission pour la prier de donner la signature, le témoignage que 
le pétitionnaire a sacrifié; la signature constatait qu'un ou deux membres 
de la commission avaient été témoins oculaires. Les libellalici sont des chré- 
tiens qui se procuraient ce témoignage, peu importe par quel moyen, bien 
qu'ils n’eussent pas sacrifié. 

Toutefois, une tout autre question n’est pas encore résolue. Les person- 
nages de nos textes étaient-ils chrétiens ou paîens? En ce qui concerne le n° 5 
où figure une prétresse paîenne du dieu Petesouchos, il serait très étrange de 
penser qu'il s'agisse d'une personne accusée d'étre chrétienne. Ce fait nous 
montre une nouvelle analogie avec les actes du dénombrement général de la 
population; ceux-ci étaient un témoignage de l’existence des personnes, pré- 
senté par le père de famille ordinairement, tandis que les libelli en étalent un 
de leur croyance. Cette analogie nous fait conjecturer qu’en l’année 250 la po- 
pulation tout entière se munit des /ibelli qui remplagaient ἃ ce moment les 
actes de dénombrement, lesquels, eux aussi, ont été présentés aux magistrats 
par tout le monde en méme temps. En effet, la différence des dates de nos 
libelli est assez petite, l’intervalle n’est que de quelques jours seulement, c'est 
le 20 et 21 payni et le second épiphi (13, 14 et 25 juin), c'est ἃ cette méme 
époque que la moisson est finie en Égypte et que les hommes sont libres du 
travail pour la récolte; aussi les actes de dénombrement sont datés par la fin 
du mois de mésoré, comme la fin de l’année civile. Une autre considération 
favorise encore notre conjecture : cette seule persécution de Dèce nous a légué 
cinq actes qui nous sont parvenus; il en faut conclure que la quantité des 


A R ARR A A 


124 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. ἿΝ 


actes avait été énorme, car il està remarquer que les actes les plus fréquegts 
d’autrefois ont seuls laissé des spécimens qui aient subsisté jusqu'à n 
jours; il y a donc proportionnalité entre les monuments qui nous sont co- 
servés encore, et l’importance de ces monuments; par exemple l'auteur 
plus lu dans l’antiquité était Homère, et, en effet, les fragments d’Homèr 
sur papyrus sont proportionnellement les plus nombreux. Or, je conjecture 
que le nombre de cinq actes identiques de cette méme persécution de Die 
nous laisse supposer l’existence d'une quantité énorme de documents analo- 
gues, et par conséquent, la présentation générale des libelli par toute lì 
population. A cette occasion les mauvais chrétiens, les libellatici, trouvaient 
un moyen pour échapper à la persécution méme sans avoir sacrifié. 


CHAPITRE II 
LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS 


LA LETTRE DE PSENOSIRIS 


6 


Provenant de Kysis, dans la grande Oasis. Deuxièéme partie du III° 
cu commencement du IV siècle. (Voir Planche III, ll.) 


Le papyrus a été trouvé, quelques années après 1890, dans la grande oasis 
El-Khargeh, en méme temps que d'autres papyrus, dont onze sont mainte- 
nant au British Museum, parmi eux le nétre qui porte le n° 713; les textes ont 
été publiés par MM. Gnenrett et Hunt, Greek Papyri, second series, Oxford, 
Clarendon Press, 1897, n° 68-78, p. 104-125; d'autres papyrus furent acquis 
par M. A. H. Sayce ἃ Lougsor, dont six sont publiés dans la Revue des Études 
grecques, VII, 1894, p. 300-304. Notre texte porte le n° Lxxm1, p. 115-116 dans 
la publication de MM. Grenfell et Hunt, et fut alors l’objet d'une étude spéciale 
de M. Adolf Deissmann, Eîn Original-Dokument aus der Diocletianischen Chris- 
tenverfolgung Papyrus 743 des British Museum herausgegeben und erklaert, Tù- 
bingen und Leipzig, Verlag von ὁ. C. B. Mohr, 1902, 36 pp. avec une repro- 
duction du papyrus; Epistle of Psenosiris : an original document from the 
Divcletian persecution (Papyrus 713 Brit. Mus.) ed. and explained by A. D. 
with plate, London, Black, 78 pp. Des analyses critiques du travail de 
M. Deissmann ont été données dans la Theologische Litteraturzeitung 1902, n° 7, 
p- 205-7 (A. Harnack); Litterarisches Centralblatt 1902, n° 27, p. 897 (G. Kr.); 
Studierstube, I, 400 (F. Barth); Bulletin bibliographique du Musée belge 1903, II, 
67-9 (Nicolas Hohlwein); Revue critique 1903, n° 4, p. 10-12 (P. Lejay); Deutsche 
Litteratur Zeitung 1902, n° 48, p. 3026 (O. von Gebhardt); Theologisches Litera- 
turblatt, XXIV, 17 (Kropatschek); Goettingische gelehrte Anzeigen 1903, CLXV, 
p. 550 (A. Dieterich); Berliner philologische Wochenschrift 1902, n° 42, 
p. 1286-88 (E. Nestle). — P. FrancÙi pe Cavacieri, Una lettera del tempo 
della persecuzione Dioclezianea : Nuovo Bolletino di archeologia Christiana, A. 
VIII, 1902, p. 15-26. Un’ ultima parola sulla lettera di Psenosiris, p. 264. — 
Le papyrus a été lu par MM. Grenfell, Hunt, Deissmann, Kenyon et Wilcken. 


"e 
126 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. ὅν a 
Hauteur 2159, largeur 8255. Le recto est éerit ὝΝ los stia horizor n- 


tales du papyrus, l’adresse est sur le verso; on voit la collésis du pap Das 
(conglutination des pages) de 2°"5 largeur près de la marge ἃ tt) Κα lis- 


tance de 0°"7; l'espace blane au commencement du papyrus est de 4 553 sala , 
fin 6° de hauteur, ἃ gauche 7°" de largeur, L'écriture est bonne et assez 
claire, mais le papyrus est très brun. Il semble avoir été plié sur l’épais- 
seur d'un centimètre; c'est donc la lettre expédiée et non pas le brouillon 
de la lettre. 


TRANSCRIPTION LITTERALE TEXTE 
1 δ ενοσιρεε mpeot. . .]pw ἀπολλωνι ἹΡενοσίρει(] -ἰς) πρεσδυτέρῳ(].-ος) ᾿Απόλ- 
πρεσδυτερωαγαπητωαδελφω πρεσθυτέρῳ ἀγαπητῷ ἀδελφῷ 
ἐνχω "τ χᾶιρειν ἐν Κιυρίγῳ χαίρεινί..) 
προτωνολωνπολλασεχσπα πρὸ τῶν ὅλων πολλά σὲ ἀσπά 
5 ζομαικαιτουσπαρασοιπαντασ ζομαι καὶ τοὺς παρὰ σοὶ πάντας 
αδ7έλφουσ ἐν Bu γινωσχειν ἀδελφοὺς ἐν Θιε)ῷ("} γινώσκειν 
σεβελωχδελφεοτιοινεχρο σε θέλωί.) ἄδελφεί,) ὅτι οἱ vexpo μνν 
᾿ παφοιενηνογ ἀσινενθχδε τάφοι ἐνηνόχασιν ἐνθάδε | 
εἰστοεσωτηνπολιτιχηντην εἰς τὸ ἔσω τὴν Πυολιτιχὴν τὴν è 
10 πεμφθεισανεισοχσινυποτσ πεμφθεῖσαν εἰς "Ozow ὑπὸ τῆς , 
ἡγεμονιασ 224). ἰαυτηνπὰ ἡγεμονίας(.) χαὶ [τ] χύτην πὰ 
ρ»χδεδωχατοισχαλοισκαιπι ραδέδωχα τοῖς καλοῖς χαὶ πι ᾿ 
στηιϊσεξαυτηστωννεχροτα στοῖς ἐξαυτῆς τῶν νεχκροτά 
φωνειστηρησινεστανελ ο Φῶν εἰς τήρησιν ἔστ᾽ ἂν ἔλ 
15 θηουϊοταυτηπνειλοσκαι θη ὁ υἱὸς αὐτῆς Νεῖλος χαὶ 
οτανελθησυνθεωμαρτυρη ὅταν ἔλθη σὺν θεῷ paprupi 
σισοιπεριωνχυτηνπεπηι σι ].-σει) σοι περὶ ὧν αὐτὴν πέποι 
πἡκασινδηλοί. Ἰον... os ἐχασινί.} δήλωσον [δέ] μοι , 
χ.[...Ἰπεριωνθελεισενταυ alzi σὺ] περὶ ὧν θέλεις ἐνταῦ ᾿ 
Ὁ θχηδεωσποιουντι θχ ἡδέως ποιοῦντι .} d 
ἐρρωσθχισεευχόμιαι ἐρρῶσθαί σε εὔχομαι 
ἐνχω----θω---- ἐν Κιυρίγῳ Θιε)ῷί.) 
! 
ADRESSE AU VERSO I 
χποόλλωνι > παραψενοσιριο "] ᾿Απόλλωνι X παρὰ ᾿Ῥ ενοσίριοῖς ι 
πρεσθυτερὼ Xx πρεσῶντερου ev χω πρεσδυτέρῳ X πρεσῇ υτέρου ἐν Kupi) "al 


Annotations critiques : Ligne 1. D'après M. Kenyon, il est certain quelle 
nom est Ἀπόλλωνι et non Ἀπολλωνίῳ. ---- Ligne 19. Il y a un petit reste de lett 


Digitized by Google 


[33] II. — LES LETTRES CHRÉTIENNES SUR PAPYRUS. 427 


après x, on pourrait y voir un v ou un a mutilé (comparer au και de la 
ligne 15). En conséquence on peut suppléer κύ[ριε] ou κ[αὶ σὺ]; mais le mot 
"εύριος, etc. dans notre papyrus n’a jamais été écrit en toutes lettres, on s’at- 
tendrait plutét ἃ voir x: pour xupie, analogue ἃ χω pour xuptw; aussi la phrase 
A la fin de la lettre est identique ἃ celle qui se trouve dans le papyrus 143, 
1. 30 des Oxyrhynchos Papyri : περὶ δὲ καὶ σὺ ὧν θέλεις δήλου μοι ἡδέως ποιή- 
σοντι (.) ἔρρωσο. v. Deissmann, 24, n. 51. 


TRADUCTION 


« Psenosiris le prétre offre son salut au prétre Apollon son cher frère 
dans le Seigneur. 


Avant tout je te salue infiniment, toi et toute ta compagnie des frères en 
Dieu. 

. Je youdrais que tu saches, mon frère, que les fossoyeurs ont apporté ici 
dans l’intérieur la Politiké qui a été déportée dans l’oasis par l’ordre de la 
préfecture (de l’Egypte) et j'en ai fait de suite remise ἃ de braves fos- 
soyeurs ἃ qui l'on peut se fier pour la garder jusqu’à ce qu’arrive son fils 
Neilos; celui-ci, quand il sera arrivé avec l’aide de Dieu, t'attestera tout ce 
qu’ils lui ont fait. 

Et toi aussi, fais-moi savoir ce que tu veux (que je fasse pour toi) ici; car 
tu sais que je le fais avec plaisir. 
C'est mon voeu que tu te portes bien 
en Dieu le Seigneur. 
Au prétre Apollon — par Psenosiris le prétre dans le Seigneur. » 


COMMENTAIRE 


D'après les indications paléographiques, la lettre doit avoir été écrite dans 
la deuxième partie du 111° ou au commencement du 1v* siècle de notre ère; c'est 
à cette méme époque que furent écrits les autres papyrus provenant de Kysis; 
ἃ savoir les fragments III et IV de Sayce en 242, les numéros V de Sayce et 
74 de Grenfell-Hunt entre 244 et 249; n° 68 Grenfell-Hunt en 247; I de Sayce 
en 249; un fragment mentionné par Sayce après son n° VI entre 254 et 259; 
n° 69 de Grenfell-Hunt en 265; n° 70 de Grenfell-Hunt en 269; n° 72 de 
Grenfell-Hunt date de 290 ou 293 cu 299 cu 303 cu 304; n° 74 de Grenfell- 
Hunt de 302; n° 75 de Grenfell-Hunt de 305; n° 76 de Grenfell-Hunt de 305 
ou 306; n° II de Sayce de 304 cu 305 cu 306; n° 78 de Grenfell-Hunt de 307 
de notre ère. Mais il est évident que notre papyrus, appartenant aux archi- 
. ves des fossoyeurs de Kysis, avait été écrit par un chrétien ἃ un autre ἃ une 


époque caractérisée par d’ardentes persécutions contre les chrétiens; c’est- 
PATR. OR. — T. IV. 9 


128 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [34] 


à-dire durant les persécutions de Dèce, de Gallus, de Valérien et de Dioclé- 
tien. M. Deissmann s'est décidé pour la dernière par la considération générale 


‘ que le christianisme semble étre déjà développé dans la grande Oasis, indice 


d’une époque postérieure pour notre lettre. 

Kysis, identique ἃ Douche el-Qal'a, se trouvait tout au sud de la grande 
Oasis. C'est là que vivait le prétre Apollon; car la lettre qui lui a été envoyée 
a été trouvée dans les archives des fossoyeurs ἃ Kysis, Celui qui l’envoie, 
l’autre prétre, était dans l’intérieur du pays (1. 9 ἐνθάδε εἰς τὸ ἔσω), L'ensemble 


des indices que la lettre a été échangée entre des chrétiens est assez clair 


pour nous, car un presbyteros (prétre) écrit ἃ l'autre qui est son frater in Do- 


mino et qui est accompagné par des autres fratres in Deo; son salut est aussi 
in Domino Deo; le nom de Jésus-Christ est omis, mais il faut observer que les. 


phrases de la lettre sont pesées ἃ dessein; la lettre est éerite avec précaution 
évidemment pour le cas où elle serait lue par un paien; celui-ci pouvait alors 
ne pas comprendre le mot presbyteros — qui signifiait aussi un maire ou un 
homme plus àgé homonyme, — le salut au nom du Seigneur — qui pouvait 
ètre aussi un Seigneur Dieu des paiens, — /es frères chéris — expression de 
politesse assez fréquente, — les braves fossoyeurs ἃ qui l'on peut se fier — 
où le paien pouvait voir la phrase des bureaux, où ὑγιῶς καὶ πιστῶς était dans 
le vocabulaire de la langue des édits et des décrets, car méme l’ensemence- 
ment des domaines par la corvée devait étre fait, au dire les bureaux égyp- 
tiens, ὑγιῶς χαὶ πιστῶς « savamment d’une manière ἃ laquelle on peut se fier ». 
L’époque des persécutions est celle où l'on pèse les phrases, et cette 
époque est aussi indiquée par la notice sur la déportation dans l’Oasis, πέμπειν 
εἰς τὴν ὄασιν, comme c'est l’expression technique dans notre papyrus conforme 
à la langue du codex Iustinianus (IX, 47,26). La pauvre déportée se nom- 
mait Politiké, nom restitué par Deissmann; si M, Franchi de’ Cavalieri veut 
interpréter le mot ro rw par « la dame originaire d'Alexandrie » ou « la 
dame concitoyenne » dans le sens des Chrétiens qui forment un grand état 
de Dieu, il faut observer que le terme technique était au contraire ἀστή, car 
derds signifiait le « civis Alexandrinus », celui quì était citoyen d’Alexandrie 
ou qui possédait les droits d'un citoyen d'Alexandrie, par exemple, papyrus 
grec apud Corpus papyrorum Raineri I, p. 24, vi, 6 Αὐρηλίῳ Ἀμμωνίῳ τῷ καὶ 
᾿λπολλωνίῳ ἀστῷ καὶ ὡς χρηματίζει ῥήτορι, Le papyrus porte ici τὴν Πολιτιχήν, avec 
l'article τήν, et ce n’est pas une faute contre le parler grec tel qu'il était ἃ 
cette époque dans l’Egypte : voir DeIssmann, der Artikel vor Personennamen 
in der spaetgriechischen Umgangssprache, dans la Berliner philologische Wo- 
chenschrift, 1902, n. 47, p. 1467. 
i. Ilyavaiten Egyple beaucoup de πόλεις, villes, mais un seul ἄστυ qui était la capitale, Alexan- 
drie (Étienne de Byzance s. v. &etv); il y avait par conséquent des πολιτιχοί, citadins, et des ἀστοί, cila- 


dins d'Alexandrie. Naturellement, les Alexandrins, étant aussi citadins, pouvaient parfois δῖ γα appelés 
πολιτικοῖ, CI. Revue de l'Orient chrétien, 1906, p, 198, 


Digitized by (: oogle 


ΤΙ. — LES LETTRES CHRÉTIENNES SUR PAPYRUS. 129 


| ‘La déportation dans l’Oasis équivalait ἃ la déportation dans une île : est 

‘ quoddam genus quasi in insulam relegationis in provincia Aegypto in Oasin rele- 
gare, Digestes, XLVIII, 22,7. La déportation de Politiké a été exécutée par 

 ordre administratif de la préfecture, ἡγεμονία, c'est la mème expression que 
nous trouvons dans un papyrus apud WesseLy, Studien zur Palaeographie 

| und Papyruskunde, 11, p. 15 Αὐρηλίας Διδύμης Lapari[w]vos aa μετὰ κυρίου 

τοῦ συγχωρηθέντος αὐτῇ ὑπὸ [τ]ῆς ἡγεμονίας Alga Λυκάονος τοῦ καὶ Σαρχπίωνος, 

M. Deissmann nous a guidé j jusqui ici; il nous dépeint le roman de notre 


| pauvre déportée d'un style qui n’est pas sans couleur (1. c., p. 28-34): Poli- - 


tiké, une dame noble chrétienne, devant le tribunal de son excellence le 
préfet d’Egypte, accusée d’étre chrétienne, doit choisir entre le sacrifice offert 
au génie de l’'empereur et le bonheur terrestre, entre la confiscation de 
toute sa fortune et la déportation en cas de désobéissance. Mais Politiké 
résiste ἃ la tentation, elle n’a pas sacrifié, elle a été déportée par l’ordre de 
. la préfecture dans l’Oasis. Elle arrive enfin ἃ Kysis, elle y trouve un prétre 
chrétien nommé Apollon, qui la protège, elle y trouve aussi une petite 
communauté de chrétiens et parmi eux des fossoyeurs croyants à qui on se 
peut fier; elle leur a été recommandée par le prétre Psenosiris, frère en Dieu 
d’Apollon, car dans l’intérieur de l’Oasis la vie d'une chrétienne déportée 
devait étre plus paisible qu’è Kysis; conduite par des fossoyeurs de Kysis et 
| envoyée par Apollon ἃ l’intérieur près de Psenosiris, elle fut confiée par 
celui-ci ἃ la garde de quelques fossoyeurs bons et discrets jusqu'au moment 
où Neilos, le fils de la déportée, que l’on attendait, fàt arrivé, sans doute 
pour soulager l’exil de sa mère. Cette affaire si compliquée étant terminée, 
Psenosiris en fait la relation à son frère en Dieu Apollon, à Kysis où l’on 
atrouvé sa lettre, 1600 ans après, parmi les autres documents relatifs aux 
affaires des fossoyeurs. 

Cependant il existe une tout autre interprétation de la lettre de Pseno- 
siris. On a trouvé aussi dans ces archives des fossoyeurs de Kysis une 
autre lettre qui a été analysée et confrontée avec la nòtre par M. Dieterich. 
Il nous faut d'abord donner le texte, suivant l’édition de MM. GrewnrsLt et 
Hunt, Greek Papyri, second series, LXXVII, p. 121-123 (British Museum, 
papyrus DOCXVII) : 


[Μέλας......1 Σαραπίωνι καὶ Lubava « Mélas offre son salut ἃ Sarapion 
Feature χΙαίρειν(.)  ἀπέστιλα(!.-στει- et Silvanus; je vous ai envoyé par le 
ὑμῖν fossoyeur le corps mort de votre frère 

ἰδιὰ τοῦ νἹεκροτάφου τὸ σῶμα τοῦ Phibion et je lui ai payé les frais du 
[ἀδελφοῦ Φιβίωνος χαὶ ἐπλήρωσα transport du mort, cela fait trois cent 

i [αὐϊτὸν [τοὺὺς μισθοὺς τῆς παραχομι quarante drachmes en. vieil argent. 
δῆς τοῦ σώματος ὄντας ἐν δραχμαῖς Mais je suis très étonné que vous 


(© 


180 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME.- 


10 


20 


25 


da 


UT 


hi 


«» 


ι 


| 


τριαχοσίαις τεσσαράχοντα παλαιοῦ ayez laissé l’affaire sans aucune rai-. 
νομίσματος nai θαυμάζω πάνυ son, que vous n’ayez pas eu soin 
[ὅτι] ἀλόγως ἀπέστητε μὴ ἄραντες du corps mort de vatre frère; que 
[τὰ σἸῶμα τοῦ ἀδελφοῦ ὑμῶν ἀλλὰ vous vous soyez, au contraire, emparés 
σἰυἸνλέξαντες ὅσα εἶχεν χαὶ οὕτως de tout ce qu'il avait possédé et que 
ἀπέστητεί.) χαὶ ix τούτου ἔμαθον vous l’ayez alors abandonné. J'en tire 
ὅτι οὐ χάριν τοῦ νεχροῦ ἀνήλθατε la conclusion que le motif de votre 
ἀλλὰ χάριν τῶν σκευῶν αὐτοῦ! .) empressement n’a pas été le soin de 
φροντίσατε οὖν τὰ ἀναλωθέντα Ero. votre frère mais l’avidité de ses 
μάσαι(.) ἔστι δὲ τὰ ἀναλώματα() biens. Il faut donc, en conséquence, 


que vous payiez les dépenses, dont 
voilà la liste : > I 
τιμ(ὴ) φαρμάχου παλί(αιαὶ) (δραχμαὶ) È 
τιμὴ) οἴνου τῇ πρώτῃ 
ἡμέρᾳ χόίες) βὶ παλ(αιαὶ) (δραχμαὶ) 26 
[ὑπί(ἐρ)) δαπάνης ἐν do 
μίοις καὶ προσφαγίοις (δραχμαὶ) 17 
ἱτ)]ῷ νεκροτάφῳ εἰς τὸ ὄρος 
μεί τὰ τὸν γεγραμμένον 
piobdv(,) χο(ῦν) ἕνα (δραχμαὶ) x 
ἐλαίου χό(ες) β (δραχμαὶ) ι΄ 
χρ[υἸθῆς (ἀρτάθη) α (δραχμαὶ) x 
τιμ(ὴ) σινδόνος (δραχμαὶ) x 
nai μισθοῦ ὡς πρύχ(ειται) (δραχμαὶ) tu 
(γίνεται) ἐπὶ τοῦ λ[όγο]ν τῆς 
ὅλης δαπάνης παλαιοῦ 
νομίσματος δραχμαὶ 
πενταχύσιαι εἴχοσι 
γίίνεται) (δραχμαὶ) φκ 
[π|ᾶν οὖν ποιήσετε ὑπηρετῆσαι τὸν 
μέλλοντα ἐνεγχί εἴν τὸ σῶμα 
ἐν ψωμίοις καὶ [οἰναρίῳ καὶ ἐλαίῳ 
καὶ ὅσα δυνατὸν ὑ[μῖὴ]ν ἐστιν iva pap 


τυρήσῃ μοι(.) μη[δ]ὲν δὲ δωλῦτε 


Ἰων.. [-....«Ἰμένων ἐν ἀργυρίῳ] διὰ τὸ ἐμὲ μ...1....] εν. 
δ ΓΝ κι). |m.[...]xat[...]ra.[...... ᾿.. mayov x 
puristi ὑμᾶς s[...... ] ἐρρῶσθαι ὑμᾶς εὔχομαι 


L’adresse au verso : 
᾿Σαρ]απίωνι καὶ 
᾿Σιϊλθανῷ ἀδελφοῖς 

Φιξίωνος 


x Μέλας xi ) 


ΠΝ, Google 


[137] Il. — LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS. 


Pour les épices de l’embaumement. 60 drachmes d’argent vieux 
pour le vin, le premier jour, 2 Choés... 32 drachmes d'argent vieux 


pour la nourriture, du pain et des lé- 

υπιόδι itinere 16 drachmes 
pour le fossoyeur à la montagne, outre 

son salaire comme il est écrit, 


I Choùn <> suna EI 20 drachmes 
de l’huile, 2 Choés. . .-........ 12 drachmes 
une artabe (33 litres, 3), d'’orge. . . . 20 drachmes 
pour le sindon (le linceuil). . . .... 20 drachmes 
et pour le salaire susdit . ....... 340 drachmes 


cela fait pour le compte de toutes les 
dépenses, en argent vieux, cinq cent 
vingt drachmes, c’est-à-dire . . . . 520 drachmes 


131 


Il faut absolument que vous serviez ἃ celui qui’ portera le mort, du pain, 
du vin et de l’huile et tout ce qui est en votre pouvoir pour qu'il m’en donne 


l’assurance. Il ne vous faut pas tromper... 
28 du mois de pachon... Portez-vous bien. 


Adresse : A Sarapion et Silvanus, frères de Phibion, par Mélas.... » 


L. 24 1. χο(ῦς) «e. — 37 οσα corr. — 38 1. δηλῶτε Grenfell-Hunt; peut-étre : 


δολ(οῦ)τε [περὶ τ]ῶν [ἠναλω]μένων ἐν ἀργυρίῳ] 


Nous relevons icì les analogies suivantes avec la lettre de Psenosiris : 


Psenosiris ]. 7 οἱ νεχροτάφοι Mélas 1. 3 [διὰ τοῦ ν]εχροτάφου 
8 ἐνηνόχασιν 80 ἐνεγχ[εἴ]ῆν τὸ σῶμα 
8-9 ἐνθάδε εἰς τὸ ἔσω 22 εἰς τὸ ὄρος et 13 ἀν-ἤλθατε 
11-12 παραδέδωκα 2 ἀπέστιλα ὑμῖν 
14 ἔστ᾽ ἂν ἔλθῃ 13 ἀν-ήλθατε 
16 μαρτυρήσι σοι | 37-38 papruprion μοι 


Une autre analogie, d’après M. Dieterich, consiste en ce que les deux 
lettres concernaient un transport de corps morts; Politiké était donc, d’après 
cette opinion, une personne morte, l’expression τὴν Πολιτιχήν correspond 
ἃ τὸ σῶμα τοῦ [ἀδελφοῦ] Φιδίωνος, « la Politiké » devait alors signifier « le 
cadavre de ‘la Politiké » par abréviation. L'opinion de M. Dieterich semble 
supposer qu'il y avait, après un transport de morts, une espèce d’audition 
de témoins pour constater que le mort avait été soigné décemment, et pour 
étre sor que l’argent destiné ἃ l'embaumement de la momie n'’avait pas été 


détourné de son but. 


132: LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 18 


Mais l’hypothèse de M. Dieterich semble étre basée sur un malentendi; 
d’après l’analyse de M. Deissmann (Studierstube, I, 1903), les deux lettres ἐς 
Mélas et de Psenosiris ont un caractère tout différent. Il aurait été inutile de dire 
que Politiké avait 6té6 déportée dans l’Oasis par l’ordre du gouvernemen, 
s'il s'agissait du transport de sa momie et non de la Politiké vivante. Alors, 
d’après l’opinion de M. Dieterich, Neilos devait étre témoin envers Apollon 
pour garantir la réalité des dépenses pour la momie de la Politiké; cependani. 
Neilos n’était pas un fossoyeur comme c'est le cas du témoin garantissant dans 
la lettre de Mélas; il était, au contraire, un parent, comme Sarapion et Sil- 
vanus, qui eux-mémes n’étaient pas les fossoyeurs, mais les frères du Phibion 
mort. Donc, l’analogie superficielle des deux lettres ne rend pas probabl 
cette hypothèse de M. Dieterich. 

Nous connaissons, au contraire, un papyrus qui semble corroborer l’opi- 
nion de M. Deissmann; c'est un mémoire relatif ἃ un transport de ‘déporté: 
condamnés aux carrières, mémoire datant de la méme époque des persécutions 
de Dioclétien, analogue à ce que raconte Eusèbe dans son livre sur les mar- 
tyrs Palestiniens, quand on transportait les chrétiens d’Egypte aux carrières 
et aux mines. Ce n’est évidemment qu’une vague hypothèse si je dis que 
dans le nombre des jeunes déportés de notre papyrus pouvait s'étre trouvè 
un chrétien; mais je donne le texte comme analogue ἃ la lettre de Psenosiris, 
je le donne aussi comme spécimen d'un acte relatif ἃ une déportation. 

C'est un papyrus, inédit encore, de la riche collection archiducale à Vienne, 
où il porte le numéro 290 de l’exposition. Hauteur 7°5, largeur 13°, le papyrus 
est mutilé à la fin. 


6° 


1 [....}x τῶι καὶ Βασιανῶι πρ[αιποσίτῳ « A [ ]Jkhos qui est aussì ap- 
τοῦ τοσούτου πάγου]  pelé Bassianos, pr(éfet d’un tel 

Ἑρμοπολείτον(.) district du nome d}Hermopolk. 

[παρὰ ᾿ΑἸπόλλωνος Πεχύσιος μητρὸς [Mémoire d’Aj]pollon, fils de Peky- 
[τῆς δεῖνα λη]στοπιαστοῦ ἀπὸ χώμης sis dont la mère [est une telk, 
Ilaxn prejneur de malfaiteurs, originaire 

5 [roù? “Ἑρμοπολῆτου(.) ὁμολογῶ duvig du village Paké [du nome dHer- 
τὴν τῶν χυ mopolis?). En jurant par la for- 

[ρίων ἡμῶν Αὐ]τοχρατόρων καὶ αισάρων tune de nos sei[gneurs emjpereu 

τό et césars, je reconnais la garan 

[χὴν παραστή]σειν τῇ πρὸ 6- χαλανδῶν tie de l’arrivée des 6 travailleur 
Map[riwyv] énumérés plus bas, originaires [de 

[τοὺς ὑπογ]ιγραμμένους ἐργάτας c- d[xè] notre village, le 25 février, ἃ dè 
[τῆς αὐτῆς χ]ώμης ἀποστελλομένους εἰ] porter dans les mines des ent: 


| 


| 


[30] Il. — LES LETTRES CHRÉTIENNES SUR PAPYRUS. 133 


‘0 [τὰ περὶ Μαξι)μιανόπολειν (].-λιν) μέ- rons de Maximianopolis et de leur 

ταλλαὰ χαὶ πίαρα) remise aux magistrats’ des mi- 

[δοῦναι μέχρι) α- vovov Μαρτίων τοῖς nes jusquau 7 mars. Voilà leurs 
ἐφεστί ὥσι] noms : 


ἱτοῖς μετάλ[ῇλοις εἰσὶ δέ(.) 
BlaXAmovg (ἐτῶν) Xe [un tel, fils de B]elles, àgé de 35 ans; 
Ἴειτος (ἐτῶν) > [un tel, fils 46...}15, àgé de 30 ans; 
li Jos (ἐτῶν) xy fun tel, fils d'un tel, àgé de 23 ans; 
Ἶχος (ἐτῶν) λ [un tel, fils de...]x, Agé de 30 ans; 
Ἶνος (ἐτῶν) x (un tel, fils de...]on, àgé de 20 ans; 
Joe (ἐτῶν) x6 fun tel, fils d’un te]l, Agé de 22 ans. 


ἰοὺς, χαὶ παραστήσω ἀμέμπτως dro) [6 garantis que ces personnes travail. 

2» [mAnpodvr]zs τὴν χρείαν χαὶ παραμένον  leront sùrement comme il faut et 
[mas μὴ ἀπο]λιπομένους dy[pis) ἀμεί[ψίεως qu’elles resteront [là...] jusqu'àè leur 
[αὐτῶν 1.... échange. » 


Le titre du fonctionnaire de police, λῃστοπιαστής, preneur de malfaiteurs, est 
connu par d’autres papyrus de l’époque romaine; il est analogue ἃ εἰρηνάρχης, 
εἰρηνοφύλαχες, ἐπὶ τῆς εἰρήνης, ἀρχινυχτοφύλαχες, ἀρχιφύλαξ, πεδιοφύλαχες, ὀρεοφύλαχες 
que je trouve dans un papyrus de la Bibliothèque Nationale de Paris prove- 
nant d'Akhmîm. — La position exacte de la ville de Maximianopolis n’est pas 
connue; ce doit étre une dénomination momentanée en l’honneur de cet em- 
pereur, comme le fut, par exemple, Théodosioupolis en l’honneur de l’empe- 
eur Théodosius, etc. D’après l’indication de ce nom, le papyrus doit avoir 
ὑϊό éerit entre 283 et 304 environ, sous l’empereur Maximien ou peu de temps 
après. , 

Un autre document tout ἃ fait analogue a été publié par M. GiroLamo 
Vireti, Papiri Greco-Egizi, volume primo, Papiri Fiorentini Fasc. I (1905), 
n° 3, p. 16-17. Il a été éerit au mois de juillet-aoùt 301, ἃ la méme époque 
que le document précédent : ce qui nous fait penser encore plus aux persé- 
cutions des empereurs Dioclétien et Maximien et ἃ la condamnation des 
chrétiens au travail forcé des carrières. Le papyrus mesure 412°" de largeur, 
245 de hauteur; la marge supérieure a “ὃ, l’inférieure 4°5, ἃ gauche 
225: il a été plié verticalement. Je reproduis ici le texte de l’édition de Vitelli. 


60 


1 Αὐρηλίῳ Ὠριγένει στρα(τηγῷ) ᾿Ἑρμοπίολ] είτου) 
παρὰ Αὐ(ρηλίων) Πχησιος Στεφάνου μητρὸς A.... (peut-étre Ε[υτο]ς) 
χαὶ Σιλθανοῦ Παχυμιὸς μητρὸς Ἑλένης ἀμφοτέ 
puv χωμαρχῶν χιώμης Σενομδωί.) [ Av]xdido 


ae “manna” 


xe “ὦ 
“vw. do 


pe 


134 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [40]. 


5 μεν καὶ προσαγ᾽ γέλλομεν τοὺς ἑξῆς ἐγ᾽ γεγραμμένους 
ἐργάτας ἀπελευ[σοἸμένους εἰς τὸ κατὰ Ἀλα[δα)στρίνην 
μέταλλον πρὸς ἄμειψιν τῶν ἐκεῖσε προαπίοστ) χλέντων 
ἐργατῶν ὄντ[α)ς εὐθέτους καὶ ἐπιτηδείους χ[ιν 
δ[ύν]ῳ ἡμῶν χ[αἱ] πάντων τῶν ἀπὸ τῆς χώμηίς 
10 ἐξ ἀλληλεγ᾽ γυης Εἰσὶ δὲ Αὐρ(ἡλιοι) 
Ευτις Σιλδανοῦ 
Π1....τ ΤΊασυτιος 
Odore) [ἐγγυϊώμεθα καὶ παρί αἸστη οσ]οίμεῖν ἀμέμ. 
πτίως] ἀπίοπλη)ροῦντας τὴν ἐγ᾽ χειρισθεῖσαν 
1 αἰ ὐτο]ῖς ἐργατείας χρείαν χαὶ μὴ ἀπολιμ[ π᾿ ανομένους 
τῶν ἐκεῖσε [ἄχ ρει κελεύσεως ἤτοι ἀμ{εψίεως] ᾿Εὰν δὲ 
ἀφυστερήϊ σἸωσι καὶ μὴ παραστήσωμεϊν, ἡμεῖς , 
αὐτίοἱὶ τὸν [ὑπὲρ] αὑτῶν λόγον ὑπομί εν]οῦμεν 
καὶ ἐπερίωτηθέντες) ὡ[μολ]ογίήσαμεν.) (τους) ιζ καὶ (ἔτους) ις 
20 τῶν χυρίων ἡμ]ῶν Διοκλητιανοῦ καὶ [Μαξ])ιμιανοῦ 
Σεβχστῶν χαὶ (ἔτους) ἐνάτου τῶν χίυ]ρ[ΐίων ἡμῶν 
Κωνσταντίου χαὶ Μαξι)μι[αἸν[οὔ τῶν ἐπιφανεστάτων 
Κὶαισάρων ὑπατείας) Φλ(αυίου) Ποστουμίου Τιτι[ανοῦ τὸ 6- χαὶ 
Οἰὐιρίου Νεπωτ)ιανοῦ μεσορη[.](") 
25 ἐπιδεδώχ(αμεν) Αὐρ(ήλιος) ᾿"Ωρ[ἴων ἔγρα(ψα) ὑπίἐρ) α-(].-αὐτῶν) φασκχ(ὀόντων) 
μὴ sid(évz1) γραίμματα.) 


TRADUCTION 


« A Aurélius Origènes, préfet du nome d’Hermopolis. Mémoire offert par 
Aurélius Paésis, fils de Stéphane, dont la mère est Eys(?), et Aurélius Silvanus, 
fils de Pachymis, dont la mère est Hélène, tous les deux maires du village de 
Senombo. A savoir, nous annongons l’arrivée des travailleurs dont les noms 
sont ci-dessous, aux carrières dans les environs d’Alabastrine; ils doivent 
relever les travailleurs qui y ont été envoyés auparavant; ils sont en bon état 
et habiles; nous en sommes responsables en garantissant l’un pour l’autre, 
nous deux et toute la population du village. Voici leurs noms : 


Aurélius Eutis, fils de Silvanus; 
Aurélius I... t, fils de Tasytis. 


Nous répondons pour eux et nous ferons en sorte qu’ils. accomplissent 
sans reproche les devoirs dont on les charge, et qu’ils ne s’en aillent de ce 
lieu jusqu’à ce qu'on leur en donne l’ordre ou qu'on les relève, Mais s'ils sont 
en retard ou sì nous ne faisons pas l'arrangement, nous en sommes respon- 
sables nous-mémes. Questionnés, nous donnons notre assentiment ἃ tout. 


Digitized by Google 


(41) II. — LES LETTRES CHRÉETIENNES SUR PAPYRUS, 135 


An XVIII, qui est aussi XVII, de nos seigneurs, des Augustes Dioclétien et 
Maximien, et an IX de nos seigneurs, des Césars illustres Constance et Maxi- 
mien. Sous le consulat de Flavius Postumius Titianus [II° consulat) et de V{(irrius] 
Nepotianus, au mois de mésoré. Nous avons fait le mémoire; Aurélius Orion 
a éerit pour eux, car ils prétendent ne pas savoir éerire. » 


Pour revenir à la lettre de Psenosiris en la comparant avec les deux actes 
de déportation que nous venons de publier, nous trouvons donc un certain 
nombre d'analogies. Dans la lettre de Psenosiris nous lisons les phrases es- 
sentielles et méme les mots analogues à la langue officielle des actes de dé- 
portation : 


Psenosiris οἱ νεχροτάφοι ἐνηνόχασιν Actes παραστήσειν ἀπελευσομένους 
ἐνθάδε εἰς τὸ εἴσω εἰς τὰ ... μέταλλα 
I πεμρθεῖσαν εἰς Ὅασιν ἀποστελλομένους εἰς, et προαποστα- 
λέντων 
παραδέδωχα εἰς τήρησιν παραμένοντας μὴ ἀπολιπομένους, 


et μὴ ἀπολιμπανομένους 


Ces analogies semblent corroborer l’opinion de M. Deissmann, qui con- 
clut ἃ la déportation de la chrétienne Politiké, et il est frappant aussi que les 
deux actes de déportation que nous connaissons maintenant, datent de la 
méme époque, époque célèbre dans l'histoire des persécutions. Quoi qu'il en 
soit, la lettre de Psenosiris se range parmi les plus anciens monuments écrits 
du christianisme. 


7 


LA LETTRE DE ROME 


Provenant du Faioum. III° siècle, entre 265-281. (Voir Planche III, 10.) 


Ce papyrus, appartenant ἃ la collection de Lord Ambherst et publié dans 
les Amherst Papyri, being an account of the Greek Papyri in the collection of the... 
Lord Amherst of Hackney... by Bernaro P. GreneeLL and Artava S. Hunr, 
Part. I, Ρ. 28-30, se place certainement parmi les plus intéressants documents 
de l'histoire de la propagation du christianisme. Il mesure 209 de hau- 
leur et 235 de largeur. Un còté, dont les fibres du papyrus marchent 
lorizontalement (Recto), contient une lettre écrite ἃ Rome et envoyée dans le 
Faioum, où elle a été trouvée; l’autre còté servait alors pour faire une 
copie de quelques passages de la sainte Ecriture. Le papyrus, suivant les in- 
dications paléographiques, doit avoir été écrit au m° siècle; il faut observer 


)igitized ἣν ( È (C ) ( = O | ΟΡ 


136 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [42] 


aussi la manière de dater dans la lettre du Recto, 11" col., ligne 25 : [(£7oug).] » 
mau ἢ; c'est avant le règne de Dioclétien seulement, qu’une date rédigée 
suivant l’ancienne manière de dater pendant la première époque des empereurs 
romains, est admissible. 

Mais il est à déplorer que l’état actuel de conservation de la lettre ne soit 
pas satisfaisant. Nous donnons ici ἃ gauche la transcription de MM. Grenfell 
et Hunt, et à droite un essai de restitution du texte qui est purement hypo- 


thétique. 
Col. 1, restes de 10 lignes perdues. 
Col. II. 
ἈΓ PPPETIO ] vouv σου ἧς am. x| 9lettres νουν σου ἧς ἂν νί. 
cafessa ἐξο vaga τὴν κριθὴν [τιμῆς ἐξο]διάσαι" τὴν χριθὴν [τὴν] 
sx τοῦ .....} λογου [καὶ } μὴ τὸ αὐτο] ἐκ τοῦ [τοιούτου] λόγου [χαὶ] μὴ τὸ αὐτί ὁ] 
φροντί ἜΣ Ἴνοιον zar εἰρητω. [..]o φρον. | 5 1. ]v οἷον καὶ εἰρητω.[.. 7. 
ὃ ἐν Onx.[..].. στελλομενων πρὸς ἐνθηχ.[...]. στελλομένων πρὸς 
αὐτὸν απο] τῆς Αλεξανδρειας χαι αὐτὸν ἀ᾿ πὰ] τῆς Ἀλεξανδρείας χαὶ 


προφασε[ τς] καὶ αναδολας καὶ ave προφάσεϊ τις] χαὶ ἀναδολὰς καὶ ἄνα 
δοσις IRR οὐχ οἴομαι αυτο]- δέόσ(ε)ις ποιηί σά Ἰμενος οὐ(χ) οἴομαι αὐτ[ ὁ ]v 


ταυτα.... αἰτιᾶς ουτὸς πεφρόνι ταῦτα δίχα ' αἰτίας οὕτ(ω)ς πεφρον(η) 
10. χεναι εἰ de HAL ἂν VUY αὐτὴ ἢ πέρισ κέναι εἰ δὲ χαὶ ἂν νῦν αὕτη ἢ mepio 
σοτὴς ἢ συμδεθηκνυια μὴ ποιῆσαι σύτης ἢ συμδεδηκυῖα μὴ ποιῆσαι 
λογον ἰς τὸ κάλως ἔχειν τ. εἰν εὖ λόγον (ε)ὶς τὸ καλῶς ἔχειν τ..εἰν εν 
aveyopar er δὲ e.... ἄρτοις πα ἀνέχομαι εἰ δὲ ε.... ἄρτοις πά 
Εν 


M πεπρᾶσιν o [{{- 1] εἰσί. lu δια p[s]xpov γε λι πεπρᾶσιν 0 'ev'eso[.]u διὰ μ{1Ἰκρὸν γε 
15 νεσῆαι πρὸς τὴν [..]e[..].v Nidoy νέσθαι πρὸς τὴν [.-]e[..].v Νίε) λον 


xa τὸν πάτερχ Armo\\wwTo>Y εἰς χαὶ τὸν πατέρα Ἀπολλώνι(ο᾽ν εἰς 
ἀν. Tone s τα ἐπεστειλᾶν TE α..τ.....αἃ ἐπέστειλάν τε 
RZ TO ἀργυρῖον εξοδιασ παραχρί ἤμ]α τὸ ἀργύριον ἐξοδιασ 
ἤηναι ὕμιν o και χαταγαγειται Mivar ὑμῖν ὃ χαὶ χαταγάγ(ε)τ( ε) 
80 τς τὴν Αλεξανδριαν ὠνησᾶμε (elio τὴν Ἀλεξάνδρειαν ὠνησάμε 
VOY ἀονὰς πὰρ υμῖν ἐν τω Αβσινο νοίι ὀβγ)όνας παρ᾽ ὑμῖν ἐν τῷ Ἄρσινο 
[εἼ7ιτη(.}) τοῦτο Yap cuveb[é]unv Πρει [ε]ίτη(.) τοῦτο γὰρ cuveb[é]unv Πρει 
μειτεινῳ ὠστε τὸ ἀργυριον αὐτί ῳ] ις μειτείνῳ dote τὸ ἀργύριον αὐτῷ] (s)ic 
την] Α[λε]ξανδρειαν εξωδιχσθηναι τί ἣν] Ἀ[λεϊξάνδρειαν ἐξοδιχαθῆναι 
85 [(ετους).] ΄παυνι ἢ ἀπὸ Ῥωμὴης [(ἔτους).]΄ παυνι η΄ ἀπὸ Ῥώμης 
Col. III, 
χαλως οὖν ποιησαντί ες χαλῶς οὖν ποιήσαντίες ἐν Ἀρσινοίτῃ) 


1, restitué par M. Deissmann, Beilage sur Minchener Allgem. Zeitung, 31 octobre 1900, 


Digitized by Google 


peg” 


133) ΤΠ. — LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS. 


ὠνησαμενο[ι] ta οθον[τα 
vi ρων τον οἱ 


137 
ὡνησάμενο[ι] τὰ ὀθόνια δότωσάν τι] 
ves ἐξ ἡμίων (1. ὑμῶν) τὸ να[ῦλον [ε)ὶς 
Ἀλεξάνδρει] 
ἂν σὺν αὐτοῖς skopp.[ ἂν σὺν αὑτοῖς ἐξορμ[ᾶσθαι πρὸς] 
Μαξιμον τὸν παπαΪν χαι 
τὸν ἀναγνυίὠσΐτην χαιΐ 
πωλησαντζες] τὰ οθοίνια 
διχσητε τὸ apyuprov( 
vo n Μαξιμῳ τῳ παπία 
lo λαμβανοντίεῖς map αὐτου 


Μάξιμον τὸν πάπαίν καὶ ἢ Πριμιτῖνον]) 

τὸν ἀναγν[ὠσίτην καὶ [ἐν Ἀλεξανδρείχ) 
πωλήσαντί ες] τὰ ὀθόνια ταῦτα μὴ ἐξο] 
διάσητε τὸ ἀργύριον [τῷ Πριμιτί) 

vw ἢ Μαξίμῳ τῷ πάπίᾳ εἰ μὴ 
λαμβάνοντί εἰς παρ᾽ αὐτίοῦ ἀποχαγράμματα 


τῆς] 
ἐπιθηχ.. ἐπιθήχιης χαὶ οὗτος παρὰ τοῦ] 
πωλο.[...Ἶνου ἀρ πωλ[ἡησομέϊνου ἄρίας τῶν ὀθονί] 


ὧν τὸ ἀργύριον rapaxo| 
δους αὐτὸ Θεονα iva συν᾽ 


li γενομενος ἰς τὴς Ἀλεξ[ανδριαν 


tupo αὐτὸ τις τα ἀναλωμαΐτα un] 
ouv ἀμελησητε ade) poli 
ὧν τοῦτο ποιῆσαι wa μη Πρειμι] 


τεῖνοὸς δια τὴν ἐμὴν προί 

Ὁ τῇ Ἀλεξανδρειχ διατριψη 
ἐπὶ τὴν Ῥωμὴν αλλ ὡς μας πα] 
ρατευξι v' mara χαι τοις χαταί 
τάτοις mpo[.].[..].7e10...[ 
χαι πᾶντας...ναταξου A | 

Ὁ yafoGou[).. ερρ]ωσθαι u[pas εὐχομαι 

preda 


ων τὸ ἀργύριον παραχο[μιζέτω 

δοὺς αὐτὸ Θε(ω)νᾷ ἵνα σὺν [τούτῳ παρα] 
γενόμενος (ε)ὶς τὴν Ἀλεξί ἀνδρί ε)ιχν ἐγὼ] 
εὕρ(ω) αὐτὸ (ε)ὶς τὰ ἀναλώμαϊτα μὴ] 
οὖν ἀμελήσητε, ἀδέλφο! διὰ ταχέ] 
ων τοῦτο ποιῆσαι ἵνα μὴ (6 Πρειμι] 
τεῖνος διὰ τὴν ἐμὴν πρόϊφασιν πλεῖον ἐν] 


τῇ 
ἐπὶ τὴν Ρώμην ἄλλως npasf 


Ἀλεξανδρείᾳ διατρίψηῃ [χἀγὼ ἐπανίω] 
ta] 
ρατευξιν πάπα καὶ τοῖς NATA 

τατοις προί.]...].τεισ... ἀσπάζομαι 

nai πάντας [, «ἀνὰ τάξιν(9) [καὶ ᾿Α] 
γαθόδου[λον ἐρρῶσθαι ὑμᾶς εὔχομαι 
ἐν πολλ[οῖς χρόνοις] 


La lettre est assez obscure. Une personne chrétienne de Rome voulant 
partir pour Alexandrie et y trouver de l’argent pour ses dépenses (C. 111, 1.15,16) 
&rità ses amis dans le Faioum pour une affaire d’argent. Elle semble y avoir 
asa disposition une certaine somme d’argent qui résulte d’une vente d’orge 
peut-étre (C. II, }. 2). Mais cet argent est dans le Faioum, comment le faire 
venir ἃ Alexandrie? Voilà pourquoi notre lettre est adressée aux amis dans le 
Faioum; ils sont priés d'acheter des toiles pour cette somme chez eux au 
Faioum, de les transporter ἃ Alexandrie et de les vendre, sans doute ἃ un 
prix plus élevé, de donner la somme regue contre une quittance ἃ Maxime ou 
bien ἃ Primitinos, qui est actuellement ἃ Alexandrie; mais pour qu'il ne 
perde pas de temps, celui-ci doit verser l’argent ἃ un nommé Théonas, qui 


= 


138 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. (64) 


le donnera ἃ celui qui vient de Rome dès qu'il le rencontrera; ce dernier, lui 
aussì, était pressé de rentrer ἃ Rome. 

La lettre dont l’auteur parle avec une certaine autorité a été l’objet de 
plusieurs remarques de M. Harnack, Sitzungsberichte, Berlin. Akademie, 1900, 


p. 984-995, qui a identifié notre Maxime avec l’évéque d'Alexandrie de ce 
nom (265-281) et Théonas avec le successeur de Maxime. Évidemment la lettre | 


doit avoir été éerite au mi siècle. 


7° 


Au-dessus de la seconde colonne, il y a trois lignes d'écriture en onciale 
du 11° ou 1v° siècle; ce sont quelques mots de l’Epître aux Hébreux 1, 1 : 


πολυμερῶς χ(αὶ) πολυ[ τρύϊπως 
made (I. πάλαι) ὁ θ(εὸ)ὴς λαλήσ[α]ς το[ἴς π͵ατρά 
[σιν] ἡμ[ῶ]ν ἐν τοῖς προ[φ]ἡτα  ς] 


« Dieu ayant anciennement parlé ἃ nos porse par les prophètes à plu- 
sieurs fois et en plusieurs manières. » 


7» 


Le verso du papyrus contient le commencement de la Genèse dans les ver- 
sions des Septante et d’Aquila (Genèse 1, 1-5), comme l’a constaté M. Ren- 
del Harris. L’écriture onciale, entremélée avec des éléments caractéristiques 
de la cursive, date du commencement du 1v° siècle. 


ev ἀρχὴ ἐποιῆσεν ὁ ὃς τὸν ovpavov και τὴν Ὑην 
ἢ δὲ qu ἣν αὐρατος χ(αι) αχατασχευαστος, 
χίαι) σχοίτἼ]ος ἐπάνω τῆς αὔυσσου xai mva bu 
ETEPEPETO ἐπάνω τοῦ υὑδατὸς χ(αι) εἰπεν 

5 Ὁ ὃς γε[νη]θητω φως χίαι) eyevero φωΪς] 
χαι ειδὲν o ἢς τὸ φίωΪς ore (1. ὅτι) καλὸν zar δι[εἰχω 
ose] ὁ ὃς ava μεσίοϊΐν του φωτὸς χαὶ ava 
μεῖσον] του σκότους καὶ ἐγένετο ἐσπερᾶ 
καὶ e[yev]eto πρωι npepa pera (1. μία) 

lo ev χεφάλεω (l.-ziw) ἐκτισεν ὃς συν τὸν ουρᾶνον 
καὶ τίν γὴν ἢ δὲ yu ἣν κένωμα xa: [o] 
θεν και [εἶπεν ἧς [γ]εἰν ηθήτω φωΐς αι] 
ἐγένετο φως [κίαι) εἰδεῖν θς τὸ φωΐς olmi ἀγα 
θον..διεχ[ωρισεν] 05 μετοξυ φωΐτος] 

5 χίαι) μετοξυ του [σχοτο)υς καὶ ἐγένετο εσἰπΊερα 


καὶ |... πίρων np]epa πρωτὴ - 


Digitized by Google 


: ti 


tt ef" 
P 
| 


[45] Il. — LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS. 139 


L’usage de οὐθέν (1. 12) correspondant ἃ οὐδέν, et de perobs (I. 14. 15) cor- 
respondant ἃ μεταξύ, est bien connu par les papyrus (v. CroeneRT, Memoria 
Graeca Herculanensis, p. 155). Les variantes du texte des Septante ne sont pas 
importantes, seulement le papyrus a omis après σκότους dans les lignes 8 et 
15 les mots « Dieu nomma la lumière, jour; et les ténèbres, nuit ». Le texte 
entier de la version d’Aquila est ici donné pour la première fois jusqu'à la fin 
du vers. 5. 


8 


LETTRE DE JUSTIN A PAPNOUTHIOS 
Provenant de l’Egypte. IV" siècle. 


Ce papyrus, qui appartenait autrefois ἃ la collection de Reinhardt, est 
conservé maintenant ἃ la bibliothèque de Heidelberg. Hauteur 21°°3, largeur 
|2**; l’écriture de la lettre marche parallèlement sur les fibres horizontales; 
la marge ἃ gauche mesure 2°, l’inférieure 4°. Alors, on a plié le papyrus 
verticalement, les bandes ont la largeur de 0.8, 1.5, 1.6, 1.7, 1.7, 1.5, 1.6, 
|'*6:; la troisième bande porte au verso l’adresse qui est écrite verticalement. 
Le commencement du papyrus est perdu. 

D'après les indications paléographiques et orthographiques et d’après 
celles du style, le papyrus date de la première partie du τυ" siècle. Il a été 

 édité dans les Veroeffentlichungen aus der Heidelberger Papyrus-Sammlung I. 

| lie Septuaginta Papyri und andere altehristliche Texte herausgegeben von D" ApoLe 

Dersswann, p. 94-104, et nous n'avons qu'à reproduire l’excellente édition de 
M. Deissmann. 


Texte du papyrus Restitution : [Τῷ κυρίῳ μου καὶ ἀγαπητῷ] 


13 lignes perdues| [ἀδελφῷ Παπνουθίῳ Xpnoro] 
[le reste perdu 1] ἰφόρου Ἰουστῖνος yoipewv] 
δ η 7 lettres perdues] φηνί. Ἰιπί....}. [ ] 
..} ἣ]ν ἔδει γρα φῆν α͵ι πίρὺς τὴν] 
σηνχ οὶ 5 lettres Ἰητανχυρίεμου σὴν χρί ηστότ᾽ηταν, κύριέ μου 
ἀγαπιτεπιστευομεν γὰρ ἀγαπί(η)τέί(.) πιστεύομεν γὰρ 
τηνπολιτιχί.. ov ev νουράνω τὴν πολιτ( ε)ΐίαϊν σἤου ἐνν (I. ἐν) οὐρανῷ(.}) 
εγθθενθεορουμενσετον ἐ(χε)ῖθεν θε(ω)ροῦμέν σε τὸν 
a δεσποτηνκαιχενοναί. Jour.) δεσπότην καὶ χ(οι)νὸν (π)Ζ[ τ᾽ρωϊνα].) 
ναρυνμηπολλαγράφωχαι ἵνα οὖν μὴ πολλὰ γράφω καὶ 
Phupapnow ev Yap. Dr φλυ(ρ)αρήσω ---- -ἐν γὰρ [πο]λλῇ 


Ὁ ᾿ sE | 
λαλιᾷ οὐχ ἐχφεύξοντ᾽ at] 


(τ)ὴ(ν) ἁμαρτί(α)ν, — παρακαλῶ [ο]ὖν, 


140 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [46] 
15° δεσποταιναμνημονί. uno δέσποτα, iva μνημον εἸύης 
μοιειστασαγιασσουευχασὶ μοι εἰς τὰς ἁγίας σου εὐχάς(,) ἴ - 
ναδυνηθωμενμεροστον va δυνηθῶμεν μέρος τ(ῶ)ν (ἀμ) | 
αρτιωνχαθαρισεωσεισγαρ αρτιῶν καθαρίσεως(.) εἷς γάρ ἢ 
ἐμειτοναμαρτουλον Trapano [εὐὲμι τίὥ)ν ἁμαρτ(ω)λῶν (.) παραχα - 
20 λωχαταξιωσονδεξεσθαι λῶί.)} καταξίωσον δέξεσθαι 
| τομιχρονεέλεουδιχτουαδελ τὸ μικρὸν ἐλ(αί)ου διὰ τοῦ ἀδελ- 
φονημωνμαγαριου πολλα φοῦ ἡμῶν Μαίχ)αρίου(.) πολλὰ 
προσαγωρευπαντεστουσα προσαγορεύω) πάντ(α)ς τοὺς d 
δελφουσημωνενκωερρω δέλφοὺς ἡμῶν ἐν Κ(υρί)ῳ(.) ἔρρω - 
μενονσεηθι μένον σε ἡ θ(ε)ΐ 
απρονοια φ υλαξαί .] x πρόνοια φυλάξα[ι] 
ἐπιμεγιστονχρο ἐπὶ μέγιστον χρό 
νον ἐν χω χω γον ἐν Κ(υρί)γῳ Χ(ριστ)ῷ 
χυριε αγαπητί] χύριε ἀγαπητί ἐ(.) 


Verso [7 lettres] μουχχιαγαπητωαδ ελφωπαπνουθιωχρηστοφορί... 
παρ[τουστινου 
[τῷ χυρίῳ] μου καὶ ἀγαπητῷ ἀδελφῷ Παπνουθίῳ Χρηστοφύρ[ου] 
παρ(ὰ) ᾿Ιουστίνου 


TRADUCTION 


« Moi, Justin, j'offre mon salut ἃ mon seigneur et cher frère Papnouthios, 
fils de Christophore, [.....] à votre bonté, cher seigneur. Votre vie est celle 
d’un citoyen du ciel, nous en sommes convaincu; en conséquence, nous te re- 
gardons comme notre seigneur et protecteur de tous. Mais je ne veux pas 
écrire et parler trop, car « la multitude des paroles n’est pas exempte de pé- 
ché »; or je vous prie, seigneur, de faire mention de moi dans vos saintes 
prières pour que nous puissions ètre participants de la purification de nos pé- 
chés; car moi je suis un des pécheurs. Je vous prie. Veuillez agréer ce peu 
d’huile par notre frère Macaire. Mille saluts ἃ tous nos frères dans le Sei- 
gneur. Que la providence de Dieu conserve votre santé, cher seigneur, le 
plus longtemps au nom du Seigneur Christ. » , 

Adresse : A mon seigneur et cher frère Papnouthios, fils de Christophore, 
lettre de Justin, 


Les personnages de la lettre sont inconnus, mais ils sont évidemment 
chrétiens. Justin cite dans la lettre, qui est du reste rédigée avec les formules 
épistolaires de cette époque, un passage de la sainte Ecriture : Proverbes x, 19. 


Digitized by Goo le 
3 


-"-Ο--- 


[47] Il. — LES LETTRES CHRETIENNES SUR PAPYRUS. 141 


CONSIDÉRATIONS GÉENÉRALES 


Dès la première époque, le commerce épistolaire a été de la plus grande 
importance pour le christianisme; il y avait des lettres pour l’instruction des 
erovants, pour la corroboration de la foi, des lettres pour consoler et d'autres 
pour organiser. Le christianisme allait vaincre l’idolAtrie, gràce ἃ sa supé- 
riorité divine et grace aussi ἃ sa grandiose organisation, qui unissait le 
monde par son idée. La lettre envoyée de Rome, écrite vers l'an 250, adressée 
ἃ des chrétiens du Faioum en Egypte, nous donne la preuve, aujourd’hui 
encore, de l’alliance intime entre des membres très éloigués de l’Eglise dont 
chacun devait tendre vers son but idéal. 

Une autre lettre (n° 6) nous révèle le ton intime entre les chrétiens au 
temps des persécutions. 


CHAPITRE ΠῚ 
FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES 


SAINT MATTHIEU, CH. I. SUR PAPYRUS 


9 


Provenant d'Oxyrhynchos. Probablement du III° ou du commencement 
du IV° siècle. (Voir Planche I, 1.) 

D'après les indications paléographiques, c'est un des plus anciens frag- 
ments d’un manuscrit des évangiles canoniques, Il a été publié par MM. Grex- 
FeLL et Hunr dans les OxyrAhynchus Papyri, vol. I, n° 2, p. 4-6. C'est une feuille 
arrachée d’un codex en papyrus (non pas d'un rouleau) formé de doubles 
feuilles pliées; la moitié de gauche est perdue maintenant, 

Figurons-nous une feuille de papyrus; un coté a des fibres horizontales 
(=), l'autre des verticales (|||); plions cette feuille : elle formera quatre 
pages, dont la première aura des fibres horizontales, la deuxième des verti- 
cales, la troisieme des verticales, la quatriéme des horizontales. Le tout petit 
reste de la première page ne contient que le commencement de trois lignes : 


ErenI 
TTAP{ 
MHTI 
| L’écriture de la deuxième page est entièrement perdue. La troisième page 
est la première du texte de saint Matthieu, la quatrième est la seconde. La 
ligne du manuscrit contenait 26-30 lettres environ, la troisième page avait 
29 lignes d'écriture, Si nous supposons que notre feuille n'a pas été liée 
avec une autre feuille mise entre la deuxième et la troisième page, nous ne 
trouvons pas vers la fin d'un autre évangile un passage qui puisse étre com- 
paré avec le reste des 3 lignes si ce n'est saint Luc, 24,30 : ἐγένίετο ; cependant 
ce reste est trop médiocre pour qu'une telle identification soit vraisemblable. 
La succession des évangiles dans l’antiquité a été celle que nous avons 
maintenant ou celle-là : Matthieu, Jean, Luc, Mare (voir aussi Tertullien Adv. 
Marc. 4,2 fidem ex apostolis Joannes et Matthaeus insinuant, ex apostolicis 
Lucas et Marcus instaurant). 


Digitized by Google 


ΠΕ 


10 


15 


20) 


Ph) 


IM. — FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES. 143 


Le papyrus a été trouvé un ou deux jours après la découverte des Logia 
d'Oxyrhbynchos, dans les environs des ruines qui avaient couvert les Logia. On 
rencontre dans ce manuscrit les abréviations ordinaires de Incov)g Χ(ριστοὴς 
uso) πνίευμ)α χ(υριοὴς, dans ce cas, an commencement des mots le I a deux 
points. Une fois on a éerit une ponctuation : page A, 1. 17; un esprit ἃ la page 
B, 1. 14. Les noms propres étrangers portent ἃ la fin une apostrophe, usage 
fort bien connu par les manuscrits grecs en onciale (voir WesseLy, dans l’é- 
dition du Dioscurides, codew Aniciae Iulianae, Leyde, 41906, p. 138 ss.). Je 
donne ici le texte d’après les premiers éditeurs. Le manuscrit ne distingue 
pas les mots ἃ leur fin. 


TEXTE DE LA PREMIERE PAGE DE SAINT MATTHIEU 


A 


BIBAOC FENECEWC ΤΥ XY YY ΔΑΥΙΔ [YIOY 
ΑΒΡΑΑΜ ΑΒΡΑΑΜ EFENNHCEN TON [ICAAK 
ICAAK A[E) ETENNHCEN T[ON] IAKGB [IAKGOB 
ΔΕ Er[E]INNHCEN TON IOYAAN KI[A]I T[OYC 
A[AIEA®OYC AYTOY IOYAAC ΔΕ EMENNH 
CEN TON dAPEC KAI TON ZAPE εκ THC Θὰ 
MAP dAPEC AE EFENNHCEN TON ECPUIM 
EC|PG]M AE EFENNHCEN TON [A])PAM ἀρὰν 
ΔΕ [E] FENNHCEN TON AMMINAAAB AM 
M[I]NAA[A]B ΔΕ ETENNHCEN TON NAACCG) 
NAA[C]CG)N AE EFTENNHCEN TON CAA[M]GIN 
CAAMGON AE EFENN(HICEN TON BOEC εκ 
THC PAXAB BOEC ΔΕ ErENNHCEN TON | 
GOBHA' EK THC P[O]Y© IW[BH]A AE EMENNH 
CEN TON IECCAI IECC[AI A]€e ETENNHCEN 
TON AAYIA TON BACIAE[A ΔΑΥῚΔ ΔΕ EFEN 
NHCEN TON COAOMGONA εκ THC OYPEIOY:CO 
AOMG)N ΔΕ EFENNH[C]EN TON POBOAM POBO 
AM AE EFENNHCEN T([O]N AB[EI]A ABEIA AE 
EFENNHCEN: TON ACA[$] ACA® ΔΕ EFEN 
NHCEN TON IWCADAT' ILWCADAT' AE EFEN 
N[H)CEN TON Ἰωρὰμ IQPAM ΔΕ EreNN[HC]e 
[TON] OZE[I]AN OZEIAC ΔΕ ErE[N]NHC[EN 
META AE THIN ME 
TOIKECIAN BABYAWONOC IEXONIJAC Ere” 
IC 
ZOPOBABEA A)E 


144 


LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [50] 


TEXTE DE LA DEUXIÈEME PAGE DE SAINT MATTHIEU 


B 


[TON] CAAW[K C)AAWK ΔΕ ErENNHCEN ΤΟΙ͂Ν 
[AXEIM] AXEIM ΔΕ ErE[NINHCEN TON EAIOY[A 
[EAIOY]A ΔΕ EFM[E]NNH[C]EN TON EAEAZAP EAE 
A[ZIAP ΔΕ [E]FENNHCEN TON MAOGAN MAOQA[N 
5 ΔΕ EMENNHCEN TON [I]AKWB IAKGB δε 
[E]MTENNHCEN IGOCH® TON ANAPA MIA 
PIAC € HC EFENNH[O]H IC O AEFOMENOC [XC] 
TTACAI OYN FE[NE]AI ATTO ABPAAM EWC 
ΔΑΥΙΔ MENEAI IA KAI ATTO [A]A[Y]IA” [E]WC THC 
10 METOIKECIAC BABYAWNO[C] ME[NEAI] IA ΚΑΙ! 
ATTO THC METIO]IKECIAC BAB[Y]AWN[0]C EWC 
TOY XY FENEAI IA TOY ΔΕ IY XY H rene 
CIC OYTWC ΗΝ MNHCTEYOEICHC THC MH — 
TPOC AYTOY M[API]A[C] TW [IW]CH® ΠΡῚΝ H CYN 
i5 EAOEIN AYTOY[C] EYPEO[H)] EN FACTPI EXOY 
CA ΕΚ [ΠΝΟῚ A[FIOY Ιωσηφ AE ΟἹ ANHP AY 
THC AÎI]KAI[OC ὧν KAI MH Θελῶν AYTHN 
AEIFMA[TIE[ICAI EBOYAH]OH [AAOPA 
ATTOAY[CAI AYITHN [T]AYTA[A€ AYTOY EN 
% [©]YMH[GENTOC I]AOY AFIMEAO]C KY [κι αἰ τ 
ὌΝΑΡ [E®ANH A)YTG) [AEMGON] IGIC|H]® 
[YIOC] A[AYIA] M[H] ®O[BHOHC] TTAP[AAABJEI 
[MJAPIAN T(HN] FYNAI[KA COY] TO ΓΑΙ͂Ρ EN AY 
[TH ΓΕΝΊΝΗΘΕΝ E[K] TINC [ECTIN] AÎTI 


2 MEL. 


En ce qui concerne les variantes des plus anciens manuscrits du Nouveau 


Testament, le papyrus offre un texte excellent en suivant la classe qui est 
représentée par le codex Vaticanus et par le Sinaiticus. Voici les variantes : 


ΔΛ, 


1 ΔΑΥΙΔ (papyrus) : variantes Δαυείδ B, ἡ ΜΑΘΘΑΝ : Ματθάν 


el Δαδίδ 
2 EFTENNHCEN : ἐγέννησε Hi Ιωσηφ . τὸν Ἰωσήν 
0 ZAPE : Zapa 8 FTENEAI -: al γενεαί 
9 AMMINAAAB : ‘Apwadat O IA : δεκατέσσαρες 
12 BOEC : Rot 12 TOYAE IY XY : τοῦ δὲ Χριστοῦ, τοῦ di 
Χριστοῦ Ἰησοῦ 
13 IGOBHA : "2648 FENECIC : γέννησις 
16 AEEMENNHCEN : δὲ ὃ βασιλεὺς ἐγέννησε 13 MNHCTEYOEICHC : μνηστευθείσης γὰρ 
17 COAOMGINA : Σολομῶντα IR παραδειγματίσαι 
OYPEIOY : Οὐρίου 23 Mapidu 
19 ABEIA : διά 
20 ACA® Acad 


Coògl 
Digitized by 4008 C 


[52] II. — FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES. 145 


10 


SAINT JEAN, CHAPITRES I ET XX (FRAGMENTS) 
Provenant d’Oxyrhynchos. Écrit entre 200 et 800 environ. 


Comme le précédent, ce papyrus est le reste d’un livre en forme de 
codex; une ligne avait 23-27 lettres environ, une page 28 lignes au moins. La 
feuille a été pliée; la première page, où l’écriture est perpendiculaire aux 
fibres du papyrus (|||), contient le texte de saint Jean, chap. 1, 23-31; la 
deuxième, avec l’écriture parallèle aux fibres (=), chap. 1, 33-41; la troisième, 
comme la précédente aux fibres horizoutales (=), chap. xx, 14-17; la qua- 
trième, qui est aussi mutilée, — écriture perpendiculaire aux fibres (||), — 
chap. xx, 19-25. D'après les indications de notre feuillet le manuscrit tout 
entier devait avoir l’évangile de saint Jean sur 25 feuilles, dont 22 contenaient 
les 18 chapitres perdus entre la première et la seconde partie de notre papyrus. 

La paléographie de ce papyrus ne présente pas de différences avec celle 
du précédent. L’écriture offre le caractère du 111° siècle de notre ère. Je re- 
produis ici la première édition de MM. GreneELL et Hunt, 0oyrhynchus Papyri, 
II, 208, p. 1-8. 


PREMIERE PAGE 


Saint Jean 1, 23 1 [εγ]ω quv[n] βοίωντος ev τὴ ἐρημω 

[ευ]θυνατίε τὴν οδον χυ χαθως εἰ 

24 [π]|ὲν noa[tas 0 προφητὴς χαι aree 
[τ]αλμενοι[ σαν ex των φαρισαι 

25 δ. ἰ[ω]ν xas ἡρω[τησαν αὐτὸν τι οὖν Ba 
πτιζεις εἰ συ οὐχ εἰ ο x οὐδὲ ἡλιας 

26 ουδὲ 0 προ[φητης αἀπεχριθη αὐτοῖς o 
τωανν[ης λεγὼν εγω βαπτιζω ἐνυ 
δατι μίεσος upiv στηκει ον ὑμεῖς 

27 10 ουχ οιδα[τε ο οπισω μοὺ ἐρχομε 
[v]os [ο]υ ο[υκ εἰμι αξιος iva λυσω αὖ 
τοῦ τὸν [ uavta τοῦ ὑποδήματος 

28 tauta ev β[ηθανια eyevero πε 
pav τοῦ io[pdavov οπου ἣν 0 iwav 

29 15 [v]ne βαπτιίζζων τὴ ἐπαυριον βλε 
πεῖ τὸν την ἐρχομεγον πρὸς αὐτὸν 
και λεγεῖ [ide 0 αμνος τοῦ θυ 0 αἰρω 

30 τὴν ἀμαρίτιαν τοῦ χόσμου οὐτὸς 
ἐστιν ὕπερ οὐ ἐγω εἰπὸν οπισω μου 


146 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


I, 31 


33 


39 


40 


41 


20 


10 


20 


epyetas αἰνὴρ ος δμπροσθεν μου 

γεγονίεν οτι πρωτὸς μου ἣν xayw 
οὐχ ἡδίειν αὐτὸν αλλ τινὰ φανέρω 
θηζτω ισραηλ δια τουτὸ ηλθον € 


᾽ι.ι ὶὴ͵Κἕἱ᾽ è è. è. (è. è è... È è.»è| è»°0 0 Φ 


DEUXIÈEME PAGE 


[xayw οὐχ ndew autov] αλλ᾽ o'T|eu 

[ψας με Barrie ev vldat(i) e[xer 

[νος μοι εἶπεν ep ον av ιδὴς τὸ [πνα 
[καταδαινον xar μενον ἐπ αὐτον 
[ουτὸς ἐστιν ο βαπτιζΊων εν πίνι α 

[γιω χάγω εωραχα xar μεμ]αρτυρῆχα 9 
[τι ουτος ἐστιν 0 exdexto]G τοῦ θυ τὴ ε 
[παυριον sotnzet 0 τιωαννΐης χᾶϊ ex 
[των μαθήητων αὐτου ὃ]υο χαι ἐμ 
[βλεψας τω mu περιπατουντι λεγεί! 

[ἰδὲ 0 αμνος τοῦ θυ και ἡχοΊυσαν È. δυο 
[ψμαθηται λαλουντος χαι ηἸχολουθη 

[σαν τω inv στράφεις dle ο τῆς καὶ de 
[ασαμενος αὐτοὺς ακχ]ολουθουντας 

[Meyer αὐτοῖς τι ζήτει)τε οι δὲ' εἰπὰν av 
τω pabber o λεγεται ερ]μηνευομε 

[vov διδασχαλε mov μεν]εις λέγει 
ἰαυτοις ἐρχεσθε χαι οψεῖσθε ηἡλθαν 

[ouv χαὶ εἰδαν που pever χ]αι παρ αὐτω 
[epewav τὴν npepav] εχεινὴν [ὦ] 

[pa nv ὡς dexxtn ἣν ανδΊρεας oa 
[δέλφος 15 lettres d]uo τῶν 
[αχουσαντων Tapa rwavvolu χαι a 


ἰχολουθησαντων. . . . . .«.ς 


TROISIEME PAGE 


υνημίειω etto xiatouca ὡς ouv exdatev 
παρεχυίψεν εἰς τὸ μνήμειον και θεω 

per δυο ἀγγέλους ev Aeuxots χαθεζομε 
νιους EVA πρὸς τὴ χεφαλὴ MAL EVA προς 


POS ποσιν. ina 


[52] 


--’ 


[53] III. — FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES. 147 


xx, 13 
14 


15 


16 


17 


xx, 19 


20) 


xx, 22 
23 


24 


25 


3 lignes perdues. 


μουΐ xa: οὐκ orda mov εἐθηχᾶν αὐτὸν 
TAUTA[ εἰπουσὰ ἐστράφη εἰς TA OT 

cu καὶ θεωρει τὸν τὴν ἐστωτα καὶ ου 
x δεν ott τῆς ἔστιν λεγει αὐτῇ τῆς 
γυναι [τι χλαιεις τινα ζητεις sue 
δοχουίσα οτι 0 χηπουρος ἔστιν λεγει 
αὐυτωΐ χε εἰ σὺ ἔβαστασας αὐτὸν εἰπε 
μοι πίου ἐθηκας αὐτὸν χάγω αὐτὸν 
ἀρωΐ λέγει αὐτὴ τῆς μαριαμ. στράφει 
[ox ἐχεινὴ λέγει αὐτω ebparoti ραῦ 
βίου. AA lettres  λεγει αὐτὴ τῆς 
u[m μου ἅπτου ουπὼ Yap avabebnza πρὸς 
τον πρα ὡς ρα ARA ἴα | 


s a ἘΠ ἃ xa °° dd a è. »κκκὰκ ἃ L£ ἃ II dd δ a 


nA0jev [o 
lung ua: comm εἰς τὸ pecolv ‘vat’ λέγει 
ἰαυτοις εἰρήνη ὑμῖν καὶ T]out” εἰπὼ 
[ἐδειξεν τὰς χειρας και τὴν Tie] 
\pav auto ἐχάρησαν οὖν οἱ μαθητίαι ἵ 
ΣΝ τος, RL 


3 ou 4 lignes perdues. 


Yu 


15 


λαύετε ma α 
ἰγιον ἂν τινων ἀφητε τὰς aporia 
ἰαφεωνται αὐτοῖς ἂν τινων χράτητε 
[χεχρατηνται θωμας de εἰς ex tw δὼ 
[δεχα 0 λεγομενος διδυμος ov ἣν 
μετ αυτων οτε οὖν ηλθ᾽εν τῆς 
ἰἐλεγον αὐτὼ οἱ μάθηται εωΐραχα 
μεν τὸν xv ὁ δὲ εἰπὲν αὐτοιὶς cav 
[un ιἰδω ev ταις χερσιν τὸν τυΐπὸν 


eo n_ dI n dB ali a νυν a a{[l ΠῚ è 


148 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [54] 


VARIANTES DU TEXTE, 


Pag. 4, 1. 5(S. Jean 1, 25). Tous les autres manuscrits ajoutent χαὶ εἶπαν 
αὐτῷ avant τί οὖν; le papyrus a omis cette phrase qui a un sens identique 
avec la précédente. 

L.8(1, 26). τωαννίης : Ἰωάνης. 

L. 10 (1, 27). Il est évident que le papyrus avec les manuscrits NBCL a 
omis αὐτὸς ἐστιν après ovdare. 

L. 11 (1, 27). Le mot ἐγώ qui se trouve dans les manuscrits avant οὐχ ou 
après εἰμι n’existait pas dans le papyrus. 

Pag. 2, 1. 7 (1,34). La lecon o εχλεχτοὶς est ἃ préférer ἃ ὁ vié]}; suivant les 
indications que nous donne la grandeur de la lacune. 

L. 12 (1, 37). αὐτου qui est placé dans les mss. devant οἱ δύο μαθηταί ou 
après δύο ou après μαθηταί n'a pas existé dans le papyrus. 

L. 15 (1, 39). οἱ δέ existe aussi dans tous les autres mss. Les points sur 
αὐΐτω signifient qu'il faut mettre ce mot, 

L. 16 (1, 39). μεθερμηνευόμενον ABCL ete, 

L. 22 (1,41). Ici le texte est différent de celui des éditions : ἀδελφὸς Σίμωνος 
Πέτρου εἷς τῶν δύο. 

Pag.3, 1. 18 (xx, 16). L’omission de εὔραιστι comme dans les mss. AEGK ete. 
ne peut étre conciliée avec la grandeur de la lacune. 

L. 19 (xx, 16). La legon ordinaire : ῥαβδουνί, è λέγεται διδάσχαλε, λέγει αὐτῇ 
[ὁ] Ἰησοῦς est trop longue. 

Pag. 4, 1. 3 (xx, 20). τοῦτο MSS. 

L. ἃ (xx, 20). Les variantes αὐτοῖς τὰς χειρας... πλευρὰν αὐτου ne sont pas 
admissibles dans le texte du papyrus, 

L. 5 (xx, 20). Le papyrus a placé, conformément ἃ N, οὖν avant ἦλθεν et 
omis ἄλλοι avant μαθηταί. 

Pour résumer, nous pouvons dire que le texte du papyrus est bon et qu'il 
est parent du ms. N. 


11 


ÉPITRE DE SAINT PAUL AUX ROMAINS, CHAP, I, 1-7 
Provenant d'Oxyrhynchos. Ècrit au commencement du IV° siècle. ( Voir Planche Il, 8.) 
Le papyrus a été trouvé avec un contrat de l’an 316 et c'est aussi d’après 
les indications paléographiques et le caractère cursif des dernières lignes, 
l'époque où le notre fut gerit. Mais ce n’est pas le fragment d'un livre qui 
nous est parvenu, c’est plutòt une copie qui n’affecte pas la valeur d’un 
manuscrit régulier. Le papyrus mesure 251 millimètres de hauteur et 


Digitized by Google 


è i 


55 III. - FRAGMENTS DE LIVRES CANONIQUES. 149 


99 millimètres de largeur. Dans la marge supérieure de 20 millimètres en 
2a ut du papyrus est le numéro 41, première page. Le papyrus semble avoir 
3té plié dans les distances de 2°"5, 3°5, 3.55, 3°"ò5, 4°"2 dans la direction 
rerticale contre celle des fibres horizontales du papyrus. Les abréviations et 
.@s autres particularités paléographiques sont celles des manuscrits onciaux. 

Nous reproduisons le texte de la première édition de MM. GrENFELL et 
Hunt, 0xyrhynchus Papyri, II, n° 209, plate II, p. 8-9. 


A 


I. = TTAYAOC-AOYAOC XPY IHY KAHTOC ATTOCTOAOC: A®WPIC 
MENOC E€IC ΕΥΑΓΓΕΛΙΟΝ GY O TIPOETTHF"TEIAATO AIA T[W] N ΠΡὼ 
ΦΉΤΩΝ AYTOY EN .FP[A]®AIC Ar'EIAC ΠΕΡῚ TOY YY AYTOY TOY 
ΓΕΝΟΜΕΝΟΥ EK' CI[E]PMATOC AAYA' KATA CAPKA TOY OPICGEN 
TOC YY GY EN AYNAMEI KATA TINA AMIGOCCYNHC ΕΞ ANAC 
TACEWC NEKPGIN IHY XPY TOY KY HMQWWN AI OY E[AjA[B]O 
MEN XAPIN KAI A[TTTOCTOAGON εἰς YITAKWON TIICTEOC EN 
TTACI TOIC EGNECII] YITEP TOY ONOMATOC ÎIHY XPY TTACIN 
TOYC OYCIN EN [P]GOMH AMATTHTOIC OY KAHTOIC [A]FIOIC 
10 = XAPIC HMIN KAI E[IP]HNH ATTO GY TIPOC HMQN KAI KY XPY 

IHY ᾿ 


u 


L. 1. L’apposition après Παυλος est mise entre deux points; on trouvera sur 
cet usage dans les anciens manuscrits en onciales de nombreuses observations 
dans l’édition de Dioscurides de Leyde (Sijthoff), p. 167-197. 

L. 2.3. 4. Pour distinguer la fin des mots étrangers (Δαυδ᾽), des syllabes et 
des mots où il ya une pluralité de consonnes ou deux consonnes identiques, on 
mettait une espèce d’apostrophe dans l’onciale : ex' σπερματος, evay'yeMov, προεπ-- 
ἩΥ̓γείλατο et méme, par erreur, αγ᾽ειας ; beaucoup d’analogies sont énumérées 
dans l’édition de Dioscurides, mentionnée plus haut, p. 137-150. 

L. 5, lisez ἁγιωσύνης, — l. 6,1. πίστεως, --- l: 9, 1]. τοῖς οὖσιν. 

Une variante du texte régulier est XPY IHY au lieu de IHY XPY dans la der- 
nière ligne. 

A la fin du feuillet, il y a quelques lignes d’écriture ἃ plume hative qui 
semblent étre un exercice d’écriturè cursive (seconde main) : 


Αὐρήλιος Παῦλοίς ..Ἰνυνισιου τῶν παρὰ γενήματος 
περὶ τῶν γενημάτων [...Ἶου ἐπὶ τοῦ λογείας ..[.Ἴτῶν 
χαι 


Au verso : T...]on ἀπόστολος 
(155 main) A 


150 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [56] 


J'ai reproduit ici la lecon des MM. Grenfell et Hunt. On pourrait conjec- 
turer dans la seconde ligne : [καὶ τ]οῦ ἐπιλοί(που) λογείας; cependant ce travail ne 
peut avoir pour résultat de donner des phrases entières; les mots ainsi rétablis 
présentent un sens plus ou moins insignifiant. 


CONSIDÉRATIONS GENERALES 


Les papyrus que nous venons de reproduire montrent que nous possé- 
dons encore de précieux fragments des livres canoniques du Nouveau Tes- 
tament qui datent de l’époque entre 200 et 300 environ. En ce qui concerne 
la qualité du texte, nous n'y trouvons que de petites variantes qui ne sont 
pas plus grandes que celles des manuscrits en onciales déjà connus. L’his- 
toire diplomatique du Nouveau Testament est arrivée maintenant, gràce aux 
papyrus, jusqu'au n° cu au commencement du m1° siècle. 


CHAPITRE IV 


FRAGMENTS DE COLLECTIONS DE PRÉETENDUES SENTENCES 
DE JÉSUS 


12 


LES SOI-DISANT LOGIA DE JÉSUS 


Provenant d’Oxyrhynchos. Écriture de l’èpoque entre 150 et 300. 


Feuillet arraché d’un livre écrit en forme de codex (non pas rouleau) de 
papyrus (hauteur 15°, largeur 9°") trouvé dans les ruines d'’Oxyrhynchos par 
MM. GreneeLL et Hunt, publié sous le titre : B.-P. GrenFELL and A. S. Hunr, 
ΛΟΓΙΑ IHCOY sayings of our Lord from an early greek papyrus, London, Egypt 
Exploration Fund, 1897; republié en 1898 dans les 0xyrhynchus Papyri, pars I, 
p. 1-3. Cf. ἄνοια Harnacx, Ueber die jingst entdeckten Spricke Jesu, Freiburg 
1. B., Mohr, 1897 et Two Lectures on the Sayings of Jesus, par les professeurs 
W. Lock et W. Sanpay, Oxford, Clarendon Press, 1897, qui ont énuméré la 
littérature qui s'en est occupée comme HoLtzmann, Theolog. Iahresbericht, XVII, 
1897, p. 115 ss.; XVIII, 1898, p. 148 ss., et ErrHARD, Die altchristliche Litte- 
ratur und ihre Erforschung, I, 124 ss., en critiquant ou suppléant la première 
publication ; on y trouve les noms illustres de MM. Harnacx, ΒΑΤΊΡΕΟΙ,, ZAnN, 
Heinrici, Swere, RenpeL Harris, ConvysearE, James, TURNER, TaArLOR, 
ὁ. B. Mayor, etc. ‘. 


1. Je cite les dates bibliographiques conformément ἃ E. Preuschen, Antilegomena, Giessen, 1905, 
p. 119 8. : 


ABBOT, E. A., The logia of Behnesa or the New Sayings of Jesus : American Journal of Theology 
1898, 1-28. 

BapHawm, Athenaeum, August, 7, 1897. 

BATIFFOL, Revue d'histoire et de littératare relig., 1897, p. 434-438, Revue biblique, 1897, p. 515. 

BLa88s, Evangelische Kirchenzeitung, 1897, p. 498-500. 

Bruston, Les paroles de Jésus récemment découvertes en Égypte, Paris, 1898. 

Causse, Les nouveaux Logia de Jésus, Paris, 1898. 

CERSO7, Revue biblique, 1898, p. 415-420; L’Univers Catholique, 1898, p. 150-153. 

CaIapELLI, Nuova Antologia, 1897, p. 524-534. 

Cross, The Expositor, 1897, II, 257-267. 

Davinpson, Znternat. Journ. of Ethics, octob. 1897. 

EssER, Der Katholik, 1898, I, 26-43, 137-151. 

Harris, The Logia and the Gospels : The Contemporary Review, 1897, 341-348. 


ε͵ 


152 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [58] 


Cette mème ville d'Oxyrhynchos a aussi été l'origine d'un de nos actes de 
la persécution de Dèce en 250, 


TEXTE SUR LES FIBRES VERTICALES DU PAPYRUS (verso) 


La 
KAITOTEAIABAEWEIC ENMECG) TOY KOCMOY 
EKBAAEIN TO KAPDOC KAIENCAPKEIGIDOHN 
TO ENTWOPOAAMU)7 AYTOICKAIEYPONTTAN 
TOYAAEADOYCOYAETEI 15 TACMEOYONTAC KAI 
5 IC €EAN MH NHCTEYCH OYAENAEYPONAEIYG)- 
TAITON KOCMONOYMH TAENAYTOICKAITTO7 
EYPHTAITHNBACIAEI NEIHYYXH MOY ETTI7 
ANTOY OY KAIEANMH TOIC YIOIC ΤῶΝ ANGON 
CABBATICHTE TO CAB7 % ΟΤΙ TYPAOIEICINTHKAP 
to BATON OYK OYECGETO- AIA AYTUWI[NÌKAIOYBAE 
ΠΡᾺ AErEI IC E[CITHN ITMOYCIN 


TEXTE SUR LES FIBRES HORIZONTALES DU PAPYRUS (RECTO) 


€ TIO])YOYAEIATPOCTTOIEI 
[κ κεν εν" TIHNITTOOXIA- OEPATTEIACEICTOYC 
IAEFEI [IC ΟΠΊΟΥ EAN σιν FEINQCKONTAC AYTO- 
ΓΚ κ κα ΕΓ" ΝΑΘΕΘΟΙΚΑΙ 13 AEFEI IC πολιζοικοδοὸο 
[-]MOoY €[--+)]ECTINMONOC MHMENHETTAKPON 
5 |**)]MW EMWEIMI METAY (O]POYCYWYHAOYC KAI EC 
TIOY] Ere€I[-]ONTONAIOO- THPITMENHOYTETTE 
KAKEIEYPHCEICME 'C]JEINAYNATAIOYTEKPY 
CXICONTO=YAONKAT 20 [B]HNAI ΛΕΓΕΙ IC AKOYEIC 
EKEI EIMIAEFEI IC OY E|ICTOENQTIONCOYTO 
10 RKECTINAEKTOCITPO [AEETEPONCYNEKAEICACI 
DHTHCENTHITPIAIAY 


HEeINRICI, Theologische Literaturzeitung, 1897, p. hh9 ss. 

HOLTZMANN, Protestantische Monatshefte, 1897, p. 385-392. 

James, M. R., The Contemporary Review, 1897, p. 153-160. 

Jacquier, L'Univers Catholique, 1897, p. 562-572; 1899, p. 161-183; Mélanges de littérature et d'his- 
toire relig. publ. ἃ l'occasion du jubilé episcopal de Ms" de Cabrières, I, 1899, p. 49-79, 

JilLicHER, Gottinger Gelehrte Anzeigen, 1897, p, 921-929, 

PreUSCHEN, Antilegomena (1905), n° 11. 

ReDpPATH, The Erpositor, 1897 june, 224-230. 

Rosninson, The Exrpositor, 1897 juli, 417-421. 

SnoLz, Theologische Quartalschrift, 1900, 1-22. 

SWETE, Expository Times, 1897, p. b44-550. 

TayLOR, The Oryrhynchus Logia and the Gospel, Oxford, 1899; Qxyrhynchus, Oxford, 1905, 

WeI88, Theologische Rundschau, 1897, p. 227-236, 

Warient, Bibliotheca sacra, 1897, p. 759, p. 759-770. 

Zaun, Theologisches Litteraturblatt, 1897, p. 417-420, p. 425-431, 


Digitized by € oogle 


ns 


| IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 153 
| Log gion I. I. Verso, 1.A-4... χαὶ τότε διαδλέψεις (variante διαδλέψειας) ἐχβαλεῖν τὸ lai 
ms τῷ ὀφθαλμῷ τοῦ ἀδελφοῦ σου. C'est mot ἃ mot saint Lue vi, 42 : ὑποχριτὰ 

| πρῶτον τὴν δοχὸν ix τοῦ ὀφθχλμοῦ σου καὶ τότε διαδλέψεις ἐχδαλεῖν τὸ χάρφος τὸ ἐν 

τῷ ὀρθαλμῷ τοῦ ἀδελφοῦ σου; ef. saint Matthieu vir, ὅ... καὶ τότε διαθδλέψεις τὸ κάρφος 

ἐκ τοῦ ὀφθαλμοῦ τοῦ ἀδελφοῦ σου « [dte premièrement la poutre de ton οἰ], et après 

cela tu verras comment tu òteras le fétu qui est dans l'oeil de ton frère ». 


| Logion II. Verso, L. 4-41, Λέγει Ἰησοῦς" ἐὰν μὴ νηστεύσητε τὸν χόσμον, οὐ μὴ εὕρητε 
τὴν βασιλείαν τοῦ θεοῦ" καὶ ἐὰν μὴ σαδδατίσητε τὸ σάδδατον, οὐκ ὄψεσθε τὸν πατέρα. Il est 
facile de faire l’observation paléographique que l’usage des abréviations soi- 
disant liturgiques est déjà très fréquent dans notre papyrus, ἃ savoir : πί(ατέ)ρα, 
eci Ἰ(υσοῦ)ς, θ(εο)ῦ, ἀν(θρώπ)ων ; alors nous y trouvons des variantes de l’or- 
th o wulgaire : νηστεύσηται, εὕρηται, σαρχεί; dans les lignes 3, 9, 17, 18 du 
vero ily a ἃ lafin un supplément calligraphique : 7; ἃ la fin des lignes ily a 
si le trait horizontal au lieu de N. 

gra Ὁ d’abord les phrases de notre logion : εὑρεῖν τὴν βασιλείαν τοῦ θεοῦ 
est analogue ἃ ζητεῖτε τὴν βασιλείαν saint Luc xn, 34; Matth. vr, 33 — οὐχ ὄψεσθε 
τὶ πατέρα ἃ ἑώραχε τὸν πατέρα saint Jean χιν, 9, αὐτοὶ τὸν θεὸν ὄψονται Matth. v, 8. — 
γηστεύειν τὸν χόσμον « jeùner en 66 qui concerne le monde » est une expression 
alligorigne; on s’attendrait plutòt ἃ ἀποτάσσεσθχι τῷ κόσμῳ, ef. Luc xiv, 33 
ἐποτάσσεται πᾶσι τοῖς ὑπάρχουσι ; l'expression veut dire « se départir du monde »; 
εἶ, νηστεύειν χαχότητος, Empédocles chez Plutarque, De cohibenda ira (fin). Une 
+ » expression métaphorique est σαβῥατίζειν τὸ σάῤβατον « vivre une vie sainte 
lia dans le service de Dieu, conformément ἃ sa loi »; on peut compare 
Ὁ Harnack, Justin dans le Dialogue avec Tryphon, 12 : σεσαβῥάτικε τὰ τρυφερὰ 
ἃ ἀληθινὰ σάδδατα τοῦ θεοῦ. Ἐὰν μνηστεύσητε est une conjecture de MM. Kipp, 
Gel nardt et Weiss, elle est contre le parallélisme de la construction. Au 
u de τὸν χόσμον, Preuschen a conjecturé τοῦ χόσμου comme chez Clément 
dAlexandrie, III, 15, 99 : μακάριοι οἱ τοῦ κόσμου νηστεύοντες. 

Traduction du second logion : « Jésus dit : Si vous ne vous défaites pas du 
monde, vous ne trouverez pas le royaume de Dieu; et sì vous ne fètez pas la 
Îtte de Dieu, vous ne verrez pas le Père. » 


Logion 11]. Verso, l, 41-24 : Λέγει ᾿Τησοῦς" ἔστην ἐν μέσῳ τοῦ κόσμου καὶ ἐν capri. 
ὕγθην αὐτοῖς χαὶ εὗρον πάντας μεθύοντας καὶ οὐδένα εὗρον διψῶντα ἐν αὑτοῖς χαὶ πονεῖ ἡ ψυχή 
pas ἐπὶ τοῖς υἱοῖς τῶν ἀνθρώπων ὅτι τυφλοί εἰσιν τῇ καρδίᾳ αὐτῶν] καὶ οὐ βλέπουσιν... 

Traduction : « Jésus dit : J'entrais dans le milieu du monde et je fus re- 
gardé en chair par eux; et je trouvais que tous sont ivres, et je ne trouvais 
pasti parmi eux qui eùt soif; et mon Ame est attristée des fils des hommes 
parce qu'ils sont aveugles dans leur coeur et qu'ils ne voient pas ». Le reste 


m an qu o, 


i 


YiA|H i _( YA NC] [e 
Digitized by YI OG “ 


154 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [60] 


Seule la plainte de Jésus-Christ que les hommes sont aveuglés est connue 
dans les évangiles. L’expression ἡ ψυχή μου πονεῖ est analogue ἃ Jean x, 
27 ἡ ψυχή μου τετάρακται; Math. xxvi, 38, Mare χιν, 34 περίλυπός ἐστιν ἡ ψυχή μου; 
οἵ, ἀπὸ τοῦ πόνου τῆς ψυχῆς αὐτοῦ Isaie Lim, 10. Οἱ υἱοὶ τῶν ἀνθρώπων existe chez 
' saint Marc m, 28. Mais le logion est d’ailleurs inconnu et apoeryphe dans 
᾿ sa totalité, RerrzenstEIN (Poimandres, Leipzig, Teubner, 1904, p. 240) y a 
découvert l'influence des idées égyptiennes ἃ l’époque du synerétisme; il 
compare la phrase εὗρον πάντας μεβύοντας avec celle du Poimandres 8 27 ὦ λαοί, 
È ἄνδρες γηγενεῖς, οἱ μέθῃ καὶ ὕπνῳ ἑαυτοὺς ἐχδεδωχότες καὶ τῇ ἀγνωσίᾳ τοῦ θεοῦ, νήψατε, 
παύσασθε δὲ κραιπαλῶντες, θελγόμενοι ὕπνῳ ἀλύγῳ « ὁ nations, ὁ hommes produits 
de la terre, vous vous étes perdus dans l’ivresse et le sommeil et l’ignorance 
| | de Dieu; jeùnez, cessez d'étre ivres, enchantés par un sommeil qui vous a en- 
| levé la raison ». καὶ 29 χαὶ ἐτράφησαν ἐχ τοῦ ἀμθροσίου ὕδατος « ils ont bu de l'eau 
de l’immortalité »; vi (vin), $ 1 ποῖ φέρεσθε, © ἄνθρωποι, μεθύοντες, τὸν τῆς ἀγνωσίας 
ἄκρατον [λόγον] ἐχπιόντες ὃν οὐδὲ φέρειν δύνασθε, ἀλλ᾽ ἤδη αὑτὸν καὶ ἐμεῖτε" στῆτε νήψαντες, 
ἀναδλέψατε τοῖς ὀφθαλμοῖς τῆς καρδίας ---- 52 ὅπου οὐδὲ εἷς μεθύει, ἀλλὰ πάντες νήφουσιν 
ἀφορῶντες τῇ καρδίᾳ εἰς τὸν ὁραθῆναι θέλοντα ---- $ 3 ἵνα μήτε ἀχούῃς περὶ ὧν ἀχούειν σε, 
δεῖ, μήτε βλέπης, περὶ ὧν βλέπειν σε δεῖ : « hommes, Οὐ allez-vous done dans votre 
ivrognerie, ayant bu le vin pur de l’ignorance? il vous est trop fort, vous. 
ne le supportez pas. Tenez, jeùnez en regardant par les yeux de la nature 
intellectuelle... personne n'y est ivre, mais tous jeùnent en regardant par 
l’intellect celui qui veut étre vu — afin que tu n’écoutes pas ce qu'il te faut 
écouter et que tu ne regardes pas ce qu'il te faut regarder ». L'ivrogne dans. 
le traité de Pseudo-Hermès Trismégiste est donc l'ivrogne mental, l’étre. 
incapable de saisir la gnose, l'intelligence spirituelle, comme dans notre 
logion. 
La mauvaise impression causée par notre logion provient du commence- 
ment qui nous rappelle les évangiles gnostiques; car il est évidemment 
absurde de faire dire ἃ Jésus en méme temps qu'il est l’incarnation divine entrée 
dans le monde, et, d’autre part, tout d’une haleine, πονεῖ ἡ ψυχή μου « mon ame 
est attristée »; dans ce cas l’idée de Dieu entré dans le monde est tirée de 
la théologie hellène (RerrzENSTEIN, l. c., p. 240). 
La fin du logion manque; nous citons la conjecture du D" Taylor fXé/movew 
αὐτῶν τὴν ταλαιπωρίαν χαὶ τ]ὴν πτωχείαν; mais la lacune entre le verso et le recto 
du papyrus semble avoir été plus grande, 5 ou 7 lignes. 


Logion IV. Recto, A... τὴν πτωχείαν « la pauvreté ». Le reste est illisible. 
Logion V. Recto, 2-9. Le logion n'est pas encore reconstruit définitivement. | 


Voilà les différentes manières dont on peut lire le commencement (les variantes 
des déchiffreurs sont écrites au-dessus) : a 


Digitized by Google 


d ì nt 


ΤΥ. -- PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 155 


m (9°) 
I. 2 (recto) ᾧῷ _ ΤΟΥΘΑΝΟΩῸΟΙΝ L. 4 [«*]MOYE]--]ECTINMONOC 
. r 


Γ Π 
- χὰ L. 5 |-]TWEFMWEIMIMETAY 
L. 3 [-++»]€[--«]NAOEOIKAI L. 6 TIOY]Er€I[C]ON TONAI®O- ete. " 


L. 5. [ΕἸΓΩ n'est pas suffisant pour combler la lacune. L. 6. AY|T[WN] était 
trop grand pour la lacune; une trace de y est encore visible. — On lit ici 
ordinairement ἔγει οἷον, mais la ligature de o avec la lettre précédente est 
encore visible, c’était plutòt σ que ρ; on pourrait conjecturer, si on lit p, que 
o était écrit extraordinairement gros. 

Le dernier essai de reconstruction a été celui de MM. Brass et ReirzensTEIN 
(Poimandres, p. 239) : [Aéy]s: [Ἰζησοῦ)ς" ὅπ᾽ου ἐὰν ὦσιν [B'(1. δύο) οὐκ] εἰ ἰσὶν] ἄθεοι, καὶ 
ἰδίποίυϊ εἰἷς! ἔστιν μόνος [αὐἸτῷ, ἐγώ εἰμι μετ᾽ αὐτί οὔ], ἔγειίρίον τὸν λίθον χάχεϊ εὑρήσεις pe, 
σχῖσον τὸ ξύλον χἀγὼ ἐχεῖ εἰμι. « Jésus dit : là où ily en a deux, ils ne sont pas 
sans dieu (ou impies), et où il y a un homme tout seul, je suis avec lui. Otez 
la pierre, vous m’y trouverez (au-dessous de la pierre); fendez le bois, aussi 
moi j'y suis”. » 

Je commence par la fin. Là les deux branches de la parabole sont trop 
inégales dans la reconstruction des éditeurs; si l’on fend le bois, on trouve 
quelque chose dans son intérieur, mais ce n’est pas dans l’intérieur d’une pierre 
que l’on trouve quelque chose, en òtant la pierre; évidemment erei[cjon du 
papyrus n'est pas l’ereilP)oN des éditeurs et je lis plutòt €rzi[C]ON, c'est- 
a-dire ἔγξυσον « taillez une pierre et vous m’y trouverez; fendez le bois, aussi moi 
ΤΥ suis ». Un passage analogue a été allégué chez Harnack par le Docteur 
Lisco, c'est Ecclésiaste x, 9 ἐξαίρων λίθους διαπονηθήσεται ἐν αὐτοῖς σχίζων ξύλα 
κινδυνεύσει ἔν αὐτοῖς « celui qui remue des pierres hors de leur place en sera 
blessé et celui qui fend du bois en sera en danger », mais c'est une analogie 
purement superficielle ; elle nous montre seulement qu'on aimait ἃ combiner 
les deux choses les plus ordinaires dans les parallèles, les pierres et le bois. 

1. Voilà les essais de restitution de notre passage : 

ὅπἼου ἐᾶν ὦσιν [B"(1. δύο) οὔκ] e[lor]y ἄθεοι, καὶ [ὅ]πον ε[ ἴς] ἐστιν μόνος, [Xé]yto. Blass. 

ὅπ᾽ου ἐᾶν ὦσιν [β΄ ἢ γ᾽ (1. δύο ἢ τρεῖς) ἐχ]εῖτ εἶσιν με[τὰ θεοῦ, καὶ [εἴ]που εἰ ἴς] ἐστιν μόνος, [ἰδοὺ ἐ]γώ. Jùlicher., 

ὅπ]ου ἐὰν ὦσιν, [οὔκ] ε[1σι]ν ἄθεοι, καὶ [ὥσ]περ εἰ ἴς] ἐστιν μόνος, [οὕτω ἐγώ. Harnack. 

= odlilyena [deux, [15 ne] sont] pas sans Dieu, et [o]ù il ya u[n] seul, moi, [je le d]is, je suis 
avec Imi », Blass, 

ε οὐ] il yen a [deux vu lrois, 1]1ὰ [ils sont av]ec Dieu, et [o]ù il y a u[n) seul, [me voilà), je suis 
avec lui ». Jùlicher. 

a o) ils sont, ils [ne} sfon]t [pas] sans Dieu, et [ain]si [comme) u[n] est seul, moi je suis avec lui ». 
Harnack. 

ὅπου ἐάν correspond ἡ ὅπου ἄν de la synlaxe attique. 

2. D'aprés une observation de M. R. Reitzenstein, Ein Zitut aus den Aoyta Incov, Zeitschrift fuer 
nenlestamentliche Wissenschaft und die Kunde des Urchristentums VI, (1905), p. 203, la sentence ἔγειρον 
τὸν λίθον χἄάχεϊ εὑρήσεις pe se retrouve dans une glose de l'Elymologicum Gudianum dans un état de 
| déformation, On pourra conjecturer alors que [65 Logia de Jésus (ou leur source) ont été lus encore aux 


| x ou vis sigeles parce que les textes Ihéologiques ne sont pas entrés avant cette époque dans la lit- 
 térature grammaticale et lexicograplique. 


ze 


ἐ Fa dia | F{ 
rat δι ἴεν ka πῇ 6 4 
I Digitized by N_TX7X7S 


156 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


Une tout autre question est celle-ci : on peut interpréter les mots que 
nous venons de restituer dans leur sens ordinaire, et ce sens est évidemment 
du panthéisme, qui substitue la personne de Jésus ἃ Dieu. Une autre explica- 
tion est celle de Harnack. Si quelqu'un est seul en vérité, s'il a renoncé au 
monde, Jésus est certainement chez lui ainsi que dans les choses les plus 
ordinaires autour de lui, comme sont une pierre ou du bois; méme pendant 
son travail quotidien il le trouvera aussi certainement que la pierre et le bois 
qui sont l’objet de son travail : χαὶ ὥσ[ πεῖρ εἰἷς] ἐστιν μόνος [οὕτω ἐγώ εἶμι μετ᾽ 
αὐτί]. ἔγειρον ete. (suivant la lecon de Μ. Harnack). 

Certainement, ceux qui voudront défendre l’importance attribute ἃ cette 
collection de sentences prétendues prononcées par Jésus, auront besoin d'une 
explication allégorique de ces mots dont le sens panthéisant était autrement 
évident. Mais une fois déjà, nous avons eu l’occasion d’observer que ces 
prétendus logia ne sont qu'un mauvais mélange de reflets du vrai et de 
déformations, et ici nous voyons aussi une sentence vraie dans un état dé- 
figuré. La vraie sentence originaire nous est connue, la voici : « Car 
là où il y en a deux ou trois assemblés en mon nom, je suis là au milieu 
d’eux » (Matth. xvi, 20). On en a d’abord tiré la conclusion que mème où il 
y enaun seul, Jésus est présent avec lui εἰ .] ἐστιν μόνος [..]rw ἐγώ εἰμι μετ᾽ αὐτί οὔ]. 
Alors, on a motivé ces deux sentences, la vraie et la déformée, par une 
argumentation qui plaisait aux Egyptiens parce qu'elle rappelait des idées 
énoncées maintes fois dans les vieux hymnes sacrés; cette argumentation 
usait du panthéisme comme il est exprimé dans l’hymne de El-Khargué et. 
aussi dans le livre gréco-égyptien attribué ἃ l’Hermès Trismégiste, Poi- 
mandres; voilà cette idée : Dieu et méme son serviteur s'il est uni avec Dieu 
et devenu fils de Dieu, est partout, il est dans le ciel, dans la terre, dans 
l’eau, dans l’air, dans les étres vivants, dans les plantes, ete., il est partout 
(vid. RerrzensteIn, Poimandres, p. 240). Ces aberrations de l’imagination 
égyptienne ont déformé complètement la sentence originale. 

Le commencement de notre paragraphe n'est pas encore restitué avec 
évidence. Nous avons rencontré, un peu plus haut, νηστευσηται et ευρηται pour 
νηστεύσητε, εὕρητε, et ici je pense reconnaître EOIKAI pour ἔοικε. Si c'est ainsi, 
nous aurions vaincu la difficulté qui existe dans le mot AGEOI KAI. car l’idée 
de la méchanceté — ce que signifie ἄθεοι — n’est pas conforme ἃ ce que l'on 
attendait avant la sentence « sì c'est un homme seul, je suis avec lui », I 

Done notre paragraphe nous offre beaucoup de difficultés, tant ἃ cause de 
l’état de mutilation du texte que du sens mystique que l’on peut reconnaître | 
dans la sentence. 


Logion VI. Recto, 9-14, Λέγει "Incods* οὐχ ἔστιν δεκτὸς προφήτης ἐν τῇ πατρίδι αὐτίο]ῦ : 
οὐδὲ ἰατρὸς ποιεῖ θεραπείας εἰς τοὺς γινώσχοντας αὐτόν. Traduction : « Jesus dit : Un 


Digitized by Google 
LL sini 


3] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 157 


rophète n'est pas bien recu dans sa patrie, aussi un médecin ne guérit pas 
»ux quile connaissent ». La première sentence est connue par saint Mare vi, 4; 
aint Matth. xm, 57; saint Luc 1v, 24; la seconde est facile ἃ comprendre si 
on compare l’ensemble du récit de saint Marc et saint Matthieu : « beaucoup 
e ceux qui l’entendaient (Jésus) étaient dans l’étonnement et ils disaient... 
elui-ci n’est-il pas charpentier fils de Marie, etc. Et ils étaient scandalisés ἃ 
ause de lui. Mais Jésus leur dit : Un prophète n'est sans honneur que dans 
on pays et parmi ses parents et ceux de sa famille. Et il ne put faire là aucun 
airacle, sinon qu'il guérit quelque peu de malades en leur imposant les 
nains » (S. Marc)... et il ne fit là guère de miracles ἃ cause de leur incrédulité 
S. Matthieu). Le logion nous offre un superflu, une exagération de la sentence 
vriginale, qui est tirée de saint Marc et de saint Matthieu. 


Logion VII. Recto, 15-20. Λέγει ᾿Ιησοῦς, πόλις φχοδομημένη ἐπ᾽ dixpov [ὄϊρους ὑψηλοῦ 
ιαὶ ἐστηριγμένη οὔτε πε[σἸεῖν δύναται οὔτε χρυίδ ἦναι. 

Traduction : « Jésus dit : Une ville bAtie et fortifiée sur une haute mon- 
iagne ne peut ni tomber ni étre cachée ». Saint Matthieu v, 14 offre la méme 
sentence mais beaucoup plus logique, simple et primitive : « une ville située 
sur une montagne ne peut point étre cachée » où δύναται πόλις χρυδῆναι ἐπάνω 
ὄρους χειμένη. Et cette sentence, exagérée par un superflu de phrases, est 
déformée icì jusqu'à étre illogique; car il est illogique de dire : « une ville 
ne peut pas tomber ». Il semble que la déformation a commencé par la con- 
fusion avec une autre parabole, celle de la maison construite et fondée sur 
la roche et qui n’est point tombée (Matth. vi, 24-27). Il est évident que notre 
passage est un récit altéré. 


Le dernier Logion VIII. Recto 20-22 : Λέγει Ἰησοῦς ἀκούεις [εἸἰὶς τὸ ἕν ὡτίον 
σου τὸ [δὲ δεύτερον συνέκλεισας] est ἀὰ à la reconstruction de M. Swete : « Jésus 
dit : Vous entendez d’une oreille, [l'autre étant fermée] ». M. Zahn a con- 
jecturé : ἃ ἀχούεις εἰς τὸ ἐν ὠτίον σου τὸ [δεξιόν. 


Sì on considère d'une facon générale les Logia d’Oxyrhynchos qui ont 
excité tant de bruit à l’époque de leur découverte, on constate que leur valeur 
est médiocre. On s’était placé, pour apprécier cette valeur, ἃ quatre points de 
vue en ce qui concerne leur origine et histoire : 1) que nous avions ici une 
collection originale de sentences de Jésus et non pas un extrait d’une histoire 
de la vie de Jésus analogue ἃ celle des évangiles; 2) que notre collection n'est 
pas hérétique; 3) que notre collection est indépendante des quatre évangiles 
dans leur état actuel; 4) que notre collection pouvait avoir été faite méme 
durant le 1°” siècle de notre ère. D’autre part, la qualité de notre collection 
comme extrait d’un évangile apocryphe perdu a été constatée par Harnack, 
qui lui comparait le caractère de l’évangile selon les Egyptiens; par Batiffol, 


Γ 


158 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


qui pensait ἃ l’évangile selon les Hébreux; par Zahn, qui voulait reconnaître 
les traces caractéristiques de l’évangile des Ebionites. On a voulu aussi dé- 
couvrir une certaine analogie de la langue des Logia avec celle de l’évangile 
selon saint Jean. Mais M. Reitzenstein a constaté, au contraire, que tout ce 
qu'on a énuméré ἃ ce point de vue n'est pas caractéristique en faveur d'une 
analogie prétendue avec saint Jean, mais est commun dans la mystique 
grecque ἃ l’époque de l’hellénisme (Poimandres, p. 242). 

J'ai publié, il y a trois années, de nouvelles sentences de Diogène de Si- 
nope, le cynique fameux. On possède aussi une collection de sentences de 
l’Hermès et du Bon Génie (Agathodémon) provenant de l’Égypte; ce sont ori- 
ginairement des sentences dont la source est Héraclite, mais elles sont défor- 
mées et augmentées d’une manière analogue ἃ celle que nous avons retrouvée 
dans les déformations de notre collection de prétendues sentences de Jésus, 

Il y avait donc toute une littérature de sentences en Égypte, des sentences 
déformées et apocryphes, ayant le caractère d’anecdotes ou de gnomologies, — 
seulement il y avait une différence dans la grandeur des déformations. Natu- 
rellement le meilleur moyen pour déformer et supposer les sentences était de 
proposer des noms apocryphes comme auteurs; mais quand il s'agissait d’une 
personne historique fameuse, l’affaire n'était pas aussi simple; il fallait donc 
respecter un certain milieu historique, il fallait conserver le style et méme 
quelques mots caractéristiques du récit original. Plus on trouvera d'exemples 
d’une telle rédaction soignée, plus on sera autorisé ἃ conclure qu'elle procède 
d'une réalité historique. Ainsi cette collection de sentences déformées ou apo- 
eryphes de Jésus provenant d’Oxyrhynchos, qui, cependant, contient aussì un 
certain nombre de sentences véritables, corrobore l’authenticité de l’histoire — 
des évangiles; elle nous montre la grandeur du mouvement chrétien et l’in- 
tensité de la propagation de la Bonne Nouvelle, qui devaient étre arrivés déjà 
méme dans une ville de deuxième ordre en Egypte, loin des centres de la ci- 
vilisation ἃ cette 6poque-là. 


13 
LES SOI-DIBANT NOUVEAUX LOGIA DE JESUS 


Provenant d’Oxyrhynchos. Écriture du III° siècle. ( Voir Planche II, 9.) 


Notre texte a été éerit sur le verso d’un acte relatif ἃ divers terrains, éerit 
à la fin du n° ou au commencement du m° siècle. Ce fut souvent l’usage en 
Egypte, pour utiliser l’autre còté6 du papyrus, laissé blane, d’écrire la copie 
d'un texte intéressant sur le verso d'un ancien acte éerit au recto. Je cite 
comme exemple le plus connu la copie de l’Athénaion Politéia écrite sur le 
verso d'un livre de dépenses. L’écriture est une belle onciale qui affecte le 
caractère calligraphique des manuscrits sur papyrus; dans les lignes 5, 9, 


Digitized by Google 


cli 


e ὦ. 


65] IV. — PRÉETENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 159 


29 35 δὲ 81; il y a méme des arabesques pour remplir l'espace blanc. Le texte 
οἱ it étre copié d’après un très vieil original, car il y a des fautes corri- 
3 et des fautes ἃ corriger : 1. 18 υμεις; 1. 25 οτι inséré sur la ligne; 1. 20 


fe lisez γνώσεσθε; 1. 8 βασιλευση pour βασιλεύσει: 1. 23 ἐπερωτὴσε pour ἐπερωτῆσαι; 
1.34 θεθαμμενον pour τεῦ. Une seule abréviation se trouve, c'est Ins pour Ἰησοῦς; 


cette abréviation est plus ancienne que Is; de méme on ne trouve pas encore 

l'abréviation des mots οὐρανός (1. 14, 12) et πατρός (1. 19), qui a été plus tard cuvos 

| ctepr. Le paragraphe de chaque Logion est indiqué ἃ la marge ἃ gauche 
entre les lignes; c’est un trait horizontal (paragraphos). 

| Le papyrus mesure 244 millimètres de hauteur, 87 millimètres de lar- 

| geur. Les éditeurs, MM. Gnenrett et Hunr, Ovyrhynchus Papyri II, p. 4-22, 

n° 654 (plate I), ont eu le concours de MM. Blass, Harnack, Bartlet et Badham. 

| Nous avons profité de leur savant commentaire et aussi des notices de M. Dr1ss- 

| MANN (Allgemeine Zeitung, Beilage 162, 18 juillet 1904); voir aussi W. G. Hor- 

per, Newly found words of Jesus, London, S. C. Brown, 1904; TarLor C., 


OI TOIOI OI ΛΟΓΟΙ OI[ 
AHCEN IHC O ZWN κ' 
KAI OGIMA KAI EITTENI 
AN ΤΩΝ AOMGN TOYTI 
è OY MH FEYCHTAI * ] 
ΝΗ MAYCACOW) O ZH[ 
EYPH KAI OTAN EYPHÎ 
BHOEIC BACIAEYCH KAI 
__HCETAI & AETEI Il 
i OI EAKONTEC HMACI 
H BACIAEIA EN OYPA[ 
TA METEINA TOY OYP[ 
TI YITO ΤῊΝ FHN ECTI 
OI IXOYEC της @AAA[ 
i TEC YMAC KAI H BACI 
ENTOC YMUON [: CTI[ 
CNG) TAYTHN EYPH[ 
EAYTOYC FNWCECAAI[ 
YMEIC 
ECTE TOY MATPOC TOY T[ 
% ING)COE EAYTOYC ENI 
ΚΑΙ YMEIC ECTE HITTO[ 
ΤΟΥΚ AMOKNHCEI ANO[ 


1, Littérature des ἃ Nouveaux Logia » : 


Bamirroc, Revue biblique, 1904, p. 481-193. 
Bauston, Fragments d'un ancien recueit de paroles de Jésus, Paris, 1905. 


PATR. OR. — T. IV. 


— Omyrhynchus. Sayings of Jesus found in 1903, Oxford, Clarendon Press, 1905. 


TEXTE (SUR LES FIBRES VERTICALES — VERSO — DU PAPYRUS) 


PUN EMEPLÌTHCE TIA[ 

ΡΩΝ ΠΕΡῚ TOY TOMOY TH[ 
OTI 

CETE TOAAOI ECONTAI Ml 

OI ECXATOI TMPWTOI KAI[ 

CIN ΛΕΓΕΙ IHC *. [ 


EN THC OYEWC COY ΚΑΙ! 


ATTO COY ATTOKAAY®HCETT[ 
ΤΙΝ KPYITTON O OY @ANEI 
KAI ©OEGAMMENON O Οἱ 


-«]JETAZOYCIN AYTON Οἱ 


[*«]MOYCIN πὼς NHCTEY! 
[x****]MEGA KAI TTQCI 
[+«+««]AI TI TTAPATHPHCI 
[-+*««]N % AEreI IHCI 


“Te ]JEITAI MH MOIEIT[ 
(*****]HC AAHOEIAC ANÎ 
[essecnnao IN A[-]JOKEKPI 
hic ]KAPI[-]JECTINI 


42 lettres Ἰὼ ECTI[ 
[ 14 lettres ]IN[ 


Diaitized bv fa OOC le 
LIGITIZEO DV DS XA 


ai n 


n 


- — e 


eee > *y τε 


160 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


INTRODUCTION. LIGNES Î-5 


Jo} τοῖοι οἱ λόγοι οἱ 10 lettres οὖς ἐλά! 
λησεν Ἰη(σοῦ)ς ὁ ζῶν χί 
καὶ Θωμᾷ χαὶ εἶπεν [αὐτοῖς Πᾶς ὅστις 
ἂν τῶν λύγων τούτων ἀχούσῃ ᾿ανάτου 

5 où μὴ γεύσηται. 


Traduetion : « Voilà les mots, les ((lacune)] que Jésus a prononeés quand il 
vivait ἃ [....., età Thomas et il leur disait : Quiconque entend mes paroles ne 
mourra pas, » 

Nous trouvons dans les évangiles canoniques la méme sentence et les 
mémes phrases, mais ἃ divers passages : saint Jean vin, 52 ἐάν τις τὸν λόγον 
μου τηρήσῃ où μὴ γεύσηται θανάτου εἰς τὸν αἰῶνα « si quelqu’un garde ma parole, il 
ne mourra point ». Cf, Matth. xvi, 28; Mare rx, 1; Luc 1x, 27. 

Le commencement de l’introduction est évidemment corrompu; on pourrait 
comparer saint Luc xx1v, 44 εἶπεν δὲ πρὸς αὐτούς" οὗτοι οἱ λόγοι οἷς ἐλάλησα πρὸς 
ὑμᾶς ἔτι ὧν σὺν ὑμῖν « il leur dit : Ce sont ici les disconrs que je vous tenais 
quand j étais encore avec vous ». Mais pour corriger οὐτοιοιοι en οὗτοι οἱ il faut 
deux changements; nous préférons done τοῖοι οἱ λόγοι qui n’en exige qu'un 
seul. Dans la lacune de la 1"° ligne, on pourra donner comme supplément un 
adjectif qui représente le mot « admirables » ou « divins », etc. (θαυμάσιοι, 
Grenfell, Hunt; ἀληϑινοί, Swete; ἀληθεῖς, Batiffol; τελευταῖοι, Wilamowitz-Moel- 


. lendorff). 


2° ligne. Les suppléments proposés pour la lacune sont χ' ὕύριος ou χιαὶ 
ἀποθανὼν (Swete), χίυρίως (Batiffol) en s'inspirant des mots précédents « Jésus (le 
Seigneur] », « Jésus quand il vivait [et après sa mort] ». Mais il faut aussì consi- 
dérer que la phrase [καὶ Θωμᾷ) «età Thomas » exige un autre datif parallèle ἃ 
Thomas et cela présente de telles diflicultés que la grandeur de la lacune con- 
tredit les suppléments proposés. En conséquence, il faut chercher une phrase 
qui corresponde ἃ ce qui suit xx) Θωμᾷ. Voici les trois corrections qu'on a pro- 
posées ἃ ce sujet : 1) On a cherché un nom propre analogue ἃ Thomas, par 


Herxrici, Theologische Studien und Kritiken, 1905, 188-210, 

HENNECKE, Mandbuch der Apokryph. 1904, XII ss., p. 17-20, 

PreuscHEN, Antilegomena (1905), n" 11, Zur Vorgeschichte des Evangelienkanons Programm, 
Darmstadt, 1905, 

SwerTE, Expository Times, 1904, p. 488-495. 

ἌΛΗΝ, Neue Funde aus der alten Kirche, 1) Allerlei aus Aegypten. 2) Bruchstueck eines verlorenen 
Evangeliums. 3) Neue Aussprueche von Jesu : Nene Kirchl. Zeitschrift, XVI, 1905, p. 94-105, 165-178. 

HiLeeNFELD, Die neuesten Logia-Funde von Oxyrbynchus : Zeitschrift fuer wissenschaf©liche Theo- 
logie, XLVII (N, F. x111), 1905, p. 343-353, 

LietzMann, Kleine Terte fuer theologische Vorlesungen und Uebangen, Bonn, Mareus und Weber, 
Heft 8; Apocrypha I. Evangelien. Heft 11 : Apocrypha III. Agrapha, Neue Oxyrbynchus logia von 
Erich Klostermann, 


Digitized by Google 


--- 


[87] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JESUS. 161 


exemple Philippe ou Matthieu; ceux-ci sont connus par les apocryphes comme 
compagnons de Thomas (Φιλίππῳ χαὶ Θωμᾷ; Martiz ou Ματῆαίῳ χαὶ Owpz). 
2) Ou bien, une phrase pour distinguer Thomas entre les autres disciples 
comme dans le passage de saint Jean xx, 26 ἦσαν ἔσω οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ ai 
Θωμᾶς μετ᾽ αὐτῶν « ses disciples étant dans la maison et Thomas avec eux ». 
Mettons, par exemple, τοῖς te ἄλλοις, Ou τοῖς i (dina) μαθηταῖς καὶ Θωμῷ « aux 
autres disciples et ἃ Thomas ». 3) Dans les actes apocryphes de Thomas, celui- 
ci a le double nom ’Ioida; ὁ καὶ Θωμᾶς; on en a tiré pour ici le supplément 
Ἰούδα τῷ xat Oopz « ἃ Judas qui est appelé aussi Thomas » et, par suite, dans 
le suivant : αὐτῷ ὃ κύριος ὅστις, Une dernière manière de résoudre la difficulté 
était de changer θωμα, par exemple χίαὶ δόξα αὑτοῖς) xa θαῦμα « voici les 
paroles de Jésus; qu'on leur offre la gloire et l’admiration ». 

Quoi qu'il en soit, on peut tirer de cette introduction la conclusion que 
nous possédons ici un fragment du commencement du texte entier. Et, en 
effet, une marge de trois centimètres est laissée en blanc en còté du texte 


dans le papyrus. 
LOGION I. LIGNES 5-5) 


δ [λέγει ᾿Τησ(οῦς),} 
un παυσάσθω ὁ ζη τῶν 8 lettres perdues ἕως ἂν] 
εὕρῃ χαὶ ὅταν εὕρῃ θαμβδηθήσεται καὶ day. 
δηθεὶς βασιλεύσει χαϊὶ βασιλεύσας ἀναπα 
ἥσεται. 


La restitution du texte est donnée par deux passages de Clément d'A- 
lexandrie, Stromat. II, 9, 45 ἢ χἂν τῷ χαϑ᾽ ᾿Εδραίους εὐαγγελίῳ ὁ θαυμάσας βασιλεύσει 
Ἰῆραπται χαὶ ὁ βασιλεύσας ἀναπαήσετχι et Stromat. V, 14, 96 ἴσον γὰρ τούτοις (c'est- 
-dire Platon, Tim., Ρ. 90) ἐκεῖνα δύναται" οὐ παύσεται ὁ ζητῶν ἔως ἂν εὕρῃ, εὑρὼν δὲ 
ἰαμισηθήσεται, θαμδηθεὶς δὲ βασιλεύσει, βασιλεύσας δὲ ἀναπαήσεται. C'était donc là aussi 
un fragment de l’évangile selon les Hébrenx. 

Comme supplément de la lacune dans la 6° ligne, on a proposé : ὁ ζητῶν 
τὴν ζωὴν (Grenfell, Hunt), τὸν πατέρα (Swete), τοῦ ζητεῖν (Preuschen). Au lieu de 
ἠχμδγθήσεται Swete a conjecturé θαμδείσθω. 

Traduction : « (Jésus dit : 1 Que celui qui cherche ne cesse pas [de cher- 
cher (ou : Celui qui cherche la vie, vv : Qui cherche le père), jusqu'à ce qu'il 
alt] trouvé, et quand il trouve, [il s'étonnera, alors quand il s’é]tonne, il aura 
le royaume, et quand il (aura le royaume], il continuera d'étre roi. » 

Notre passage, qui est connu depuis longtemps comme fragment de l’é- 
vangile selon les Hébreux, a été l’objet de nombreuses dissertations savantes 
dont la dernière est celle de Hanyack (dans les Sitzungsberichte der Berliner 
Akademie, 4904, p. 175-179). Le sens n'est pas encore clair. 


D Ια! tized 8)" \ Ἵ ) ogl G 


162 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


LOGION I. LIGNES 9-21 


Je cite les suppléments qui ont été donnés hypothétiquement. μὰς premiers 
éditeurs, MM. GrenreLL et Hunt, donnent : 


λέγει ᾿ἸΠησ(οῦς) .. .. , τίνες 
10 οἱ ἕλκοντες ἡμᾶς [εἰς τὴν βασιλείαν εἰ 
n βασιλεία ἐν οὐρανῷ ἐστιν;. . . . .. 
τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρανοῦ καὶ τῶν θηρίων ὅ 
τι ὑπὸ τὴν γῆν ἐστίιν ἢ ἐπὶ τῆς γῆς καὶ 
οἱ ἰχθύες τῆς θαλάΐσσης οὗτοι οἱ Dov 


di 


15° τες ὑμᾶς, χαὶ ἡ Pao|Meta τῶν οὐρανῶν 
ἐντὸς ὑμῶν [ἐστι [καὶ ὅστις ἂν ἑαυτὸν 
γνῶ ταύτην εὑρήϊσει ... .. .. «- 
᾿ ἑαυτοὺς γνώσεσθε (vai εἰδήσετε ὅτι υἱοί 
( ἐστε ὑμεῖς τοῦ πατρὸς τοῦ τί. |. . .. 
0 γνώσς εσ;»θε ἑαυτοὺς i. . ... 


nai ὑμεῖς ἐστε ἡπτο, 


Traduction : « Jésus dit : (Vous me demandez : Qui sont ceux) qui nous 
attirent au royaume, si le royaume est dans le ciel?... Les oiseaux du ciel et 
les animaux qui sont sous la terre et ceux qui sont sur la terre et les poissons 
dans la mer (ce sont ceux qui vous) attirent et le royaume des cieux est en 
vous et chacun qui se connaît soi-méme le trouvera... vous vous connaîtrez 
et vous saurez que vous étes les fils du père... et vous vous connaîtrez... » 

ἕλχειν (1. 10) serait done dans le méme sens que ἑλχύειν chez saint Jean vi, 44 
ἐὰν μὴ ὁ πατὴρ... ἑλχύσῃ αὐτὸν et xviI, 32 πάντας ἑλχύσω πρὸς ἐμαυτόν. En ce qui 
concerne le passage sur la connaissance de soi-mème, M. Badham cite Clément, 
Pédagog., 111, 1 ἣν ἄρα ὡς forme πάντων μέγιστον μαθημάτων τὸ γνῶναι αὑτόν" ἑαυτὸν γάρ 
τις ἐὰν γνῴη θεὸν εἴσεται « la plus grande science est évidemment la connais- 
sance de soi-méme; car celui qui se connaîtra soi-méme, connaîtra Dieu ». 

La difficulté au commencement est de comprendre le vrai sens de ἕλχειν; 
le commencement a été restitué d'une tout autre manière par M. Bartlet : 
λέγει ᾿Ι[ησ(οὖς)" μὴ φοξείτωσαν) οἱ ἕλχοντες ὑμᾶς [ἐπὶ τῆς γῆς, ὑμῶν γὰρ] ἡ βασιλεία ἐν 
οὐρανῷ καὶ ὑφ' ὑμῖν ἔσται! τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρίανοῦ καὶ πᾶν ζῶον ὅτι ὑπὸ τὴν γῆν ἐστίιν 
TA τε ἐπὶ γῆς καὶ] οἱ ἰχθύες τῆς θαλάσσης. 

Traduction : « Jésus dit : N'ayez pas peur] si l'on vous poursuit [sur la 
terre; car] le royaume dans le ciel (est le vòtre et vous deviendrez les maîtres] 
des oiseaux dans le ciel et de tout animal qui est au-dessous et au-dessus de 
la terre et des poissons de la mer ». La fin manque dans cet essai de res- 


Digli Google i 
μὴ siti 


[69] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 163 


titution, où il est difficile de comprendre comment la maîtrise de tout genre 
d'animaux doit étre une récompense pour les persécutions. 

Un autre essai, fondé sur l’usage de la langue des évangiles, est celui de 
‘ M. Deissmann : 


λέγει ᾿Π(ησ(οὔς) πῶς λέγουσιν (saint Mare xn, 25; Luc xx, 41) 
10. οἱ ἕλχοντες ἡμᾶς (0U ὑμᾶς) (sis τὰ χριτήρια (saint Jacques n, 6; Matth. x, 
17; Mare xnr, 9), ὅτι 

ἡ βασιλεία ἐν οὐραϊνῷ ἐστιν; μήτι δύνανται (saint [πὸ vi, 39) 

τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρανοῦ ἐπιγινώσκειν 

τί ὑπὸ τὴν γῆν ἐστίιν; χαὶ τί ἐν τῷ οὐρανῷ] 

οἱ ἰχθύες τῆς θαλάϊσσης ; οὕτως οἱ (saint Luc xt, 21) ἔλχον] 
ῖ5 τες ὑμᾶς, καὶ ἡ βασ[ιλεία ὅμως μέντοι (saint Jean χιι, 42; ef. Lue x, 11)] 

ἐντὸς ὑμῶν [ἐΐστιΐν. χαὶ ὃς ἐὰν τὰ ἐντὸς ὑμῶν) 

pò, ταύτην εὑρήσει (cf. Matth. x, 40). . ..... 

ἑαυτοὺς γνώσεσθε [ἐνώπιον τοῦ θεοῦ (Luc xvi, 15) χαὶ υἱοί 

ἐστε ὑμεῖς τοῦ πατρὸς τοῦ τελείου ἐν οὐρανῷ (Matth. v, 48)] 
80 γνώσς« εσ“5ῦε ἑαυτοὺς ἐνώπιον τῶν ἀνθρώπων (Luc xvi, 15) | 

nai ὑμεῖς ἔστε ἦ πτο[εῖσθε (saint Luc χχι, 9) 


Suivant l’opinion de M. Deissmann, ces paroles sont adressées aux apòtres 
dans le mème sens que celles qui ont été prononcées ἃ l'occasion de leur mission 
évangélique; comme les apòtres disaient : « Le royaume est arrivé », les 
adyersaires leur répondirent : « Votre royaume est dans le ciel, mais ce royaume 
du ciel est une connaissance des oiseaux », en manifestant leur ironie et 
cependant, en mème temps, la faiblesse de leur intelligence, qui n’est capable 
de saisir que le sens littéral des mots. 

Traduction : « Jésus dit : Que disent ceux qui vous traînent aux tribu- 
naux (les persécuteurs) sur le royaume dans le ciel : « Les oiseaux du ciel 
« ne sont pas capables de connaître ce qu'il y a sur la terre, et les poissons 
« de la mer ce qu'il y a dans le ciel »; c'est ainsi que parlent vos persécuteurs. 
Mais pourtant, le royaume existe, il existe en vous-mèmes, et celui qui con- 
naît ce qui existe en vous, le trouvera; connaissez-vous vous-mèmes devant 
Dieu et vous serez les fils du père parfait qui est aux cieux; connaissez-vous 
vous-mémes devant les hommes, et vous serez là où il vous faut avoir peur. » 
Pour la fin comparez saint Luc xvi, 15 : « Vous vous justifiez vous-mémes 
devant les hommes ; mais Dieu connaît vos cours : c'est pourquoi ce qui 
est grand devant les hommes est en abomination devant Dieu, » 

La restitution du savant professeur Deissmann est très artificielle et il est 
ἃ craindre que les paroles prétendues de Jésus au commencement ne soient 
trop entrelacées avec celles des interlocuteurs supposés, qui tournent en ironie 


χκ Ὃ T 
i se ì , f Υ ἂ 
Ta 14 IZ ed vw Ὁ DA DOP 


ὦ 


“ὦν... 


C 


4 


164 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [70] 


les paroles de Jésus; ce serait alors un style anormal pour la simplicité des 
Logia. 

Une troisième restitution est due ἃ M. Swete, qui a comparé saint Luc 
xvi, 24 ; xx, 36 et Matthieu v, 48. i 


λέγει "I[mo(ods)- Τίνες εἰσὶν] 
10° οἱ ἕλκοντες ὑμᾶς! πρὸς τὴν βασιλείαν :] 
ἡ βασιλεία ἐν οὐρα[νῷ" οἱ δὲ ἐπὶ γῆς καὶ 
τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρανοῦ καὶ πᾶν χτίσμα ὅ᾽) 
τι ὑπὸ τὴν γῆν ἐστίιν χαὶ ἐν τῷ Ἅιδη καὶ! 
οἱ ἰχθύες τῆς θαλάσσης, οὗτοι οἱ ἕλχον] 

15 τὲς ὑμᾶς, χαὶ ἡ βασ[ιλεία τῶν οὐρανῶν) 
ἐντὸς ὑμῶν [ἐἸστιΐν καὶ ὅστις ἂν ἑαυτὸν] 
pò, ταύτην εὑρήσει" ἐὰν γὰρ ἀληθῶς] 
ἑαυτοὺς γνώσεσθε, [υἱοὶ χαὶ θυγατέρες] 
ἐστὲ ὑμεῖς τοῦ πατρὸς τοῦ πίαντοχράτορος καὶ; 

0 γνώσεσθε ἑάυτοὺς ἐν τὸς τῆς πόλεως ὄντας") 
καὶ ὑμεῖς ἐστε ἡ πτίόλις 


Traduction : « Jésus dit : Qui sont ceux qui vous attirent au royaume? le 
royaume dans le ciel. Tout ce qui est sur la terre et les oiseaux du ciel et tout 
étre qui est au-dessous de la terre et dans l’enfer, et les poissons de la mer, ce 
sont ceux qui vous attirent. Et le royaume des cieux est au milieu de vous 
(S. Luc xvir, 24) et chacun qui se connaîtra lui-méme, le trouvera. En vérité, 
si vous vous connaissez vous-mèmes vous serez fils et filles du Père tout- 
puissant et vous vous reconnaîtrez comme citoyens au milieu de (sa) cité et 
c'est vous qui étes la cité. » 

Le sens des phrases restituées par conjecture et aussi celui de l'ensemble 
n'est pas satisfaisant; à la fin de sa restitution M. Swete méle le grec de 
l'époque de l’Hellénisme avec le grec d'Homère {πτόλις). 

En profitant des restitutions de Μ, Bartlet, nous sommes conduit pour 
le commencement, aux conjectures suivantes : Λέγει ’Imo(ods: μὴ φοδείτωσαν) οἱ 
ἕλκοντες ὑμᾶς [εἰς κρυτήρια" ὑμῶν γὰρ] ἡ βασιλεία ἐν odpalvò. 

Traduction : « Jésus dit : N’ayez pas peur de ceux qui vous traînent aux 
tribunaux; car vòtre est le royaume dans le ciel, » D'une part, οἱ @xovrsc 
doit avoir un supplément logique pour en définir le sens, voilà pourquoi 
M. Deissmann a proposé εἰς τὰ χριτήρια ou συνέδρια, ceux qui vous traînent aux 
tribunaux des juges, des prétres etc.; d’autre part cette phrase est en méme 
temps l’idée opposée au règne du ciel. 

Dans ce qui suit, il y a évidemment plusieurs contrastes : les oiseaux du 
ciel et les poissons de la mer; le ciel et ce qui est au-dessous de la terre; 


Digitized by Google 
cali Bo -»- 


71] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JESUS. 165 


mais ces deux contrastes exigent σα απ troisième suive, analogue aux deux 
précédents; voici un nouvel essai de reconstitution : 


τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρίανοῦ où γιγνώσχουσι 

τί ὑπὸ τὴν γῆν ἐστίιν οὐδὲ τί ἐπὶ τῆς γῆς 

οἱ ἰχθύες τῆς θαλά[σαης οὐδὲ οἱ θλίόον 

τες ὑμᾶς χαὶ (I. ὅτι) ἡ βασί[ιλεία τῶν οὐρανῶν 

ἐντὸς ὑμῶν [ἔστι 

Traduction : « Les oiseaux du ciel n’ont pas la connaissance de ce qui est 

sous la terre, ni les poissons de la mer de ce qui est sur la terre, ni vos 
persécuteurs de ce que le rèégne des cieux est au milieu de vous. » Le reste 
est encore moins sùr. 


LOGION Ill. LIGNES 24-27 


λέγει Ἰησ(οῦς) 


οὐχ ἀποχνήσει ἄνθίρωπος. . . . -- .. .. (9lettres perdues) 
ρων ἐπερωτῆσαι val. . . .-........ (131) 
ρων περὲ τοῦ τόπου τῆς] . .. . . . . -- (121. 
25 σετε ὅτι πολλοὶ ἔσονται πρῶτοι ἔσχατοι χαὶ 
οἱ ἔσχατοι πρῶτοι χαὶϊ[ . . . ......ῳἰ (1381. 
σιν 


MM. Grenfell et Hunt ont comparé comme parallèle saint Marc x, 34 
(Matth. xrx, 30) πολλοὶ δὲ ἔσονται πρῶτοι ἔσχατοι καὶ οἱ ἔσχατοι πρῶτοι « mais plu- 
sieurs qui sont les premiers seront les derniers, et les derniers seront les pre- 
miers »; saint Luc aussi xin, 30 a la méme phrase. 

Une restitution entière a été donné par M. Swete, qui compare les Actes 
des apòtres 1, 7; Marc x, 34; Matth. vu, 14: 


[λέγει Ἰησ(οῦς) 
οὐχ ἀποχνήσει ἄνθίρωπος περὶ τῶν χαι] 
ρῶν ἐπερωτῆσαι πα[ρρησιαζόμενος In] 
ρῶν περὶ τοῦ τόπου τῆς δόξης" ὑμεῖς δὲ σιωπὴ] 
gets: ὅτι πολλοὶ ἔσονται πρῶτοι ἔσχατοι καὶ] 
οἱ ἔσχατοι πρῶτοι χαὶ [ὀλίγοι εὑρήσου] 


σὶν 


« Jésus dit : Quelqu’un ne tardant pas [ἃ] demander [sa fortune, parlera 
sans géne et sans cesse] sur sa place [d'’honneur; mais vous, taisez-vous]; car 
beaucoup qui sont les premiers seront les derniers et les derniers seront les 
premiers, et peu [auront la chance de trouver]. » Le sens de ces mots n'est 
pas clair. 


166 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [72] 


Le vrai procédé de restitution a été trouvé ingénieusement par M. Doiss- 
| mann; c'est le passage de saint Luce xiv, 7 qui a été utilisé par lui et qui 
| donne, en effet, la clef pour l'interprétation du passage; voilà son essai de 
restitution : o 
“λέγει ᾿Ιησ(οῦς)"} 
οὐχ ἀποχνήσει ἄνθρωπος κληθεὶς σώφ] 
4 ρων ἐπερωτῆσαι πάϊντως ἕνα τῶν x)ntd] 
| ρῶν περὶ τοῦ τύπου τῆϊς δοχῆς ποῦ ἀνακλιθή) 

| . 35. σετίαι). ὅτι πολλοὶ ἔσονται πρῶτοι ἔσχατοι χαὶ] 

οἱ ἔσχατοι πρῶτοι χαὶ [δόξαν εὑρήσου) 

σιν 


πα ΩΝ 
θ᾿ — © _— 


« Jésus dit : Un homme sage invité ne tardera pas ἃ demander sa place 
ἃ la table ἃ un des servants; car plusieurs qui sont les premiers seront les 
\ derniers et les derniers seront les premiers et on leur fera honneur. » 
| La marche de la restitution est très bien commencée par M. Deissmann, 
seulement il y a quelques difficultés philologiques. Car il est évident que 
la séparation du mot σώφ-ρων n’est pas admissible dans l’orthographe de 
notre papyrus. Une étude attentive du passage de saint Luc xrv, 7-11 et l’ob- 
servation de la phraséologie grecque nous fera perfectionner l’excellent travail 
de M. Deissmann. Relisons d’abord saint Lue : 


e 


xiv, Ἔλεγε dè πρὸς τοὺς χκεχλημένους παραβολήν, ἐπέχων πῶς τὰς πρωτοχλισίας 
ἐξελέγοντο, λέγων πρὸς αὐτούς" ὅταν χληθῆς ὑπό τινὸς εἰς γάμους, μὴ καταχλιθῆς 
εἰς τὴν πρωτοχλισίαν᾽ μήποτε ἐντιμότερος σου ἦ χεχλημένος ὑπ᾽ αὐτοῦ, " καὶ ἐλθὼν 
ὃ σὲ χαὶ αὐτὸν χαλέσας ἐρεῖ σοι" δὸς τούτῳ τόπον" καὶ τότε ἄρξῃ μετ᾽ αἰσχύνης τὸν 
ἔσχατον τόπον χατέχειν. δ ἀλλ᾽ ὅταν χληθῇς, πορευθεὶς ἀνάπεσον εἰς τὸν ἔσχατον 
τύπον" iva, ὅταν ἔλθῃ ὁ κεκληκώς σε, εἴπη σοι" φίλε, προσανάθδηθι ἀνώτερον" mite ἔσται 
σοι δόξα ἐνώπιον τῶν συναναχειμένων σοι. δ" ὅτι πᾶς ὁ ὑψῶν ἑαυτὸν ταπεινωθήσεται" καὶ 
ὁ ταπεινῶν ἑχυτὸν ὑψωθήσεται. 


« "Il proposait aussi aux conviés une similitude, prenant garde comment 
ils choisissaient les premières places à table; et il leur disait : 
« "Quand tu seras convié par quelqu'un ἃ des noces, ne te mets point 
ἃ table ἃ la première place, de peur qu'il n'arrive χα απ plus honorable que 
i tol soit aussì convié,® et que celui qui aura convié et toi et lui, ne vienne, et 
ne te dise : Donne ta place ἃ celui-ci, et qu'alors tu ne commences avec 
honte de te mettre ἃ la dernière place.‘ Mais quand tu seras convié, va, et 
te mets ἃ la dernière place, afin que quand celui qui t'a convié viendra, il te 
dise : Mon ami, monte plus haut. Et alors cela te tournera ἃ honneur devant 
tous ceux qui seront ἃ table avec toi. " Car quiconque s'élève sera abaissé, 
et quiconque s’abaisse sera élevé. » 


᾿ 


e. Google 


31 IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 167 


Nous retrouvons dans ce passage la sentence de l’élévation de ceux qui 
‘abaissent qui est dans les lignes 25-27 du papyrus, ainsi que le mot τόπος de 
1 ligne 24 du papyrus; suivant cette indication nous aurons ἃ suppléer dans 
a méme ligne τῆἰς χλισίας, et ἃ la suite χλιθη]σετ(αι). La préposition περὶ τοῦ 
ὅπου τῆϊς χλισίας exige un verbe, dont le reste est le ]pwv précédent, qui doit 
ormer la dernière syllabe d'un participe; et il est très probable que c’est 
ro'pwv; en profitant de ce que nous venons de trouver, nous figurons ainsi la 
xhrase qui est à rétablir : « Un homme, qui est de distinction, ne tardera pas 
ι demander quand 1] sera convié et quand il ne connaîtra pas sa place ἃ table; 
‘ar plusieurs qui sont les premiers seront les derniers, et ceux qui sont les 
lerniers seront les premiers et on leur fera honneur ». 

Voici les mots grecs : 


οὐχ ἀποχνήσει ἄνθρωπος [(@v) τῶν ἐντιμοτέ] 
ρῶν ἐπερωτῆσαι παρὰ τοῦ δείπνου ἀπο] 
ρῶν περὶ τοῦ τόπον τῆςς χλισίας ποῦ χλιθ ἡ] 
390 cet(at). ὅτι πολλοὶ ἔσονται πίρῶτοι ἔσχατοι καὶ] 
οἱ ἔσχατοι πρῶτοι χ[αὶ φανεροὶ ἀποδαίνου] 


σιν 


L'élocution de saint Luc est beaucoup plus claire et plus simple que le 
papyrus qui a condensé tout dans une seule phrase. 


LOGION IV. LIGNES 27-31 


La restitution évidente a été donnée par MM. Grenfell et Hunt : 


λέγει Ἰησ(οῦς)" [πᾶν τὸ μὴ ἔμπροσ 
θεν τῆς ὄψεώς σου καὶ [τὸ κεχρυμμένον 
ἀπὸ σου ἀποχαλυφ-« θ.»ἡσετί[αί σοι. οὐ γάρ ἐσ 
80 τιν χρυπτὸν ὃ οὐ φανερὸν γενήσεται 
χαὶ τεθαμμένον ὃ οἰὐχ ἐγερθήσεται 

Ligne 29. Swete ἃ omis σοί : ἀποκαλυφε 9) »ἤσεται. οὐ γάρ. Il n'est pas nécessaire 
de corriger ἀποχαλυφήσεται comme il est écrit dans le papyrus; car on trouve 
dans le grec de cette époque une formation analogue de l’aoriste, ἀποχαλυ- 
φείσης (WesseLy, Karanis et Soknopaiu Nesos, Mémoires de l’Académie de 
Vienne, XLVII, 4, p. 6). 

Traduction : « Jésus dit : [Tout ce qui n’est pas en fac]e de toi et [ce qui 
est caché] devant toi, te sera découv[ert; car il n'y a rien] de caché qui ne [se 
découvrira] pas et d’enseveli qui n[e sera pas ressuscité]. » 

Les parallèles sont saint Matthieu x, 26 οὐδὲν γάρ ἐστιν κεχαλυμμένον ὃ οὐχ 
ἀποχαλυφθήσεται καὶ κρυπτὸν 2 οὐ γνωσθήσεται « il n'y a rien de caché qui ne se 


168 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [74] 


découvre, ni rien de secret qui ne vienne ἃ étre connu »; Lue x, 2 οὐδὲν δὲ 
συγκεχαλυμμένον ἐστὶν ὃ οὐκ ἀποχαλυφθήσεται καὶ χρυπτὸν ὃ οὐ γνωσθήσεται; Mare rv, 22 
οὐ γάρ ἐστιν κρυπτὸν ἐὰν μὴ ἵνα φανερωθῇ οὐδὲ ἐγένετο ἀπόκρυφον ἀλλ᾽ ἵνα ἔλθη εἰς φανερόν. 
La première partie seulement de notre sentence est analogue à ce que nous 
offre le papyrus. Le sens figuré de θάπτειν est extraordinaire, les phrases des 
évangiles canoniques sont beaucoup plus claires. 


LOGION V. LIGNES 32-42 
Une transcription de ce passage qui est trop mutilé a été donnée par 
MM, Grenfell et Hunt : 


[ἐξἸετάζουσιν αὐτὸν oli μαθηταὶ αὐτοῦ καὶ 
[λέγουσιν πῶς νηστεύϊσομεν χαὶ πῶς ... (3 lettres perdues) 


[- ἤμεθα χαὶ πῶς Π ... ... ........ {8 1 n 
3 [... «χ])αὶ τί παρατηρήσίομεν ... ... . (81) 

[+-+ ]ν; λέγει Ἰησ(οῦς)" [ ... ... ... (421.) 

ἔνε" Jevrar μὴ ποιεῖτίε ... ... ... (44 1. 

EU Ins ἀληθείας dv... ... ....., (48 1.) 

[τιν οὐ aes MRI ii o n (421) 
Wii δος μα]κάρι[ὁς] ἔστιν [... ... ... . (1431) 

[ve ovina Se RMB TE i PARISI 

[ e e {8.8 


Ligne 34 : προσ ευξόμεθα conjecture de MM. Grenfell et Hunt. M. Barnes a 
essayé une restitution du reste : 


35 χ) αὶ τί παρατηρήίσομεν ἵνα ζωὴν 
[ἔχωμεϊν ; λέγει ᾿Τησ(οῦς)" [ὡς ποιοῦσιν οἱ 
[ὑποχρ)ενταὶ μὴ ποιεῖτε ὑμεῖς" τῇ γὰρ 
ὁδῷ mic ἀληθείας ἀν[θίστανται, τὸν δὲ 
ἱμιυσθὸν τὸν ἀϊπ]οκεχρυμμένον ἀθετοῦ 

10 [σινί(.) καὶ μαϊκάρι[ὁς] ἐστιν [ᾧ ὁ μισθὸς 
[ἐν τῷ obpavlò ἐστί ιν 


Traduction : « [Ses élèves] l’interrogent en [di]sant : Comment [nous faut- 
il] jeùner et comment[... pri)er et[... qu'est-ce qu'il nous faut obser|ver pour 
obtenir la vie?) Jésus dit : [Il ne vous faut pas le faire comme les 
hypoer]ites; car ils em[péchent la voie de] la vérité, (ils faussent le salaire quji 
est cach/é. Bien]heureux celui [ἃ qui] est [la récompense dans le ciel]. » — 
— Il va sans dire que le texte de M. Barnes n’a pour base σα πὸ hypo- | 
thèse. | 

Une autre restitution est celle de Swete : 


e. Google 


Lei 


IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 169 


᾿ [ἐξ)ετάζουσιν αὐτὸν oli μαθηταὶ αὐτοῦ καὶ] 

[λξγουσιν" πῶς ia, χαὶ πῶς προσὶ 
ο[εὐξώ]μεθα; καὶ πῶς [ἐλεημοσύνην ποιήσω ' 

ἱμεν; lat τί παρατηρησ μεθα τῶν τοι] 

[οὐτω]ν; λέγει ᾿Ιησ(οῦς)" [βλέπετε μὴ τὸν μισθὸν) 
[ἀπολ]εἴτί(ε). μὴ ποιεῖτε μηδὲν εἰ 

[μὴ τὰ τῆς ἀληθείας (*) ἂν [γὰρ ποιῆτε ταῦτα γνώσε) 
[σϑε μυστήριο᾽ν ἀ᾿ [roasrpioapivor) ἌΡ ἢ 

10 ἰγω ὑμῖν' μαϊχάρι[ὁς)] ἐστιν ὃς dv... 


è κυ a δ n è è è» s ©’ È è dè 1 Vv dè 


Traduction : « [Ses disciples lui demandent et [di]sent : Comment [nous 

aut il) jeùner [et comment prijer et comment (faire l’aumòne?) et observer 
de selle chose]? Jésus dit : [Faites attention que vous ne perd]iez [pas la ré- 
DI mpense] ; il vous faut faire [seulement ce qui est] vrai; car (si vous faites 
ainsi vous connaîtrez le mystèr)Je cach[é, Je vous dis : Bien]heureux est [celui 
qui... » 
. Ce cinquième logion a été construit autrement que les précédents : ceux-ci 
I Posient au commencement que les deux mots : « Jésus dit » λέγει "Tnoods; 
na s ici une longue introduction précède qui fait connaître ἃ quelle occa- 
ion les paroles ont été prononcées. A la fin de l’introduction suivent les mots 
solennels : « Jésus dit ». Il faut remarquer ce fait important. 


En ce qui concerne l'ensemble de notre collection des prétendues paroles 
de Jésus, il y a plusieurs questions. Evidemment, le texte est celui d’un 
ouvrage de la littérature chrétienne, c'est un fragment du commencement de 
cet ouvrage; l’éeriture fine est l’onciale qui nous indique la qualité du frag- 
ment comme littéraire; l’analogie avec le fameux papyrus de l’Athénaion Poli- 
téia de Londres nous montre aussi que notre exemplaire n’a pas été destiné 
a ἃ commerce des livres, qu'il a été un livre copié par un homme privé et, 
mme l’Athénaion Politéia était un ouvrage littéraire qui méritait d’étre 
coi ainsi notre collection devait étre un ouvrage précieux de la littérature 
ch eu anne. 


Cet ouvrage peut-il étre identifié avec un autre dont la connaissance nous 


I 
I 


> 


τς paesino d’ailleurs? Comme nous l’avons vu, les lignes 5-9 contiennent un 
Di “ΡῈ La a existé dans l'évangile selon les Hébreux. Mais le commence- 
οἱ de n notre ouvrage n'est pas d’accord avec cette observation; on s’atten- 
utòt ἃ l’Evangile de saint Thomas, puisque ce sont les paroles pro- 
g pu!sq Ρ P 
non a [-....} Thomas. En tout cas on ne peut dire que nous possédons 
da ad d’une collection de paroles de Jésus. 


Digitized by Go ) 0 


170 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [Τὸ 


Ce fragment contenant le commencement, est-il ἃ combiner avec les pre- 
miers soi-disant Logia provenant d'Oxyrhynchos? En ce qui concerne les 
manuscrits, ils n’ont évidemment aucun rapport entre eux; l’un, c'est le nòtre, 
est écrit sur le verso d’un rouleau, l’autre est une feuille d'un codex qui por- 
tait le texte sur le recto et le verso. Cependant la question des exemplaires 
n'est pas la méme que celle des textes, qui offrent le mème style ayant les 
mots: « Jésus dit » au commencement des paragraphes. On ne peut décider 
cette question πὶ par oui ni par non. 

Notre collection de paroles de Jésus offre-t-elle un aspect d'une plus 
grande authenticité que celle d’autres récits? Certes non. Cette question est 
absolument à nier; comme nous l’avons vu plus haut, le récit des évangiles 
canoniques est infiniment plus clair que les passages analogues du papyrus. 

Quel est le caractère de notre ouvrage? Pour l’apprécier justement, il 
nous faut constater maintenant une singularité de notre texte qui n'a pas encore 
été observée, 

Les premiers éditeurs avaient déjà attiré l’attention sur un fait remar- 
quable du commencement du papyrus. On y trouve plusieurs fois la mention 
du « règne du ciel » et ils en tiraient l’hypothèse que notre collection aurait eu 


cette idée comme principe unissant (p. 12). Cette observation est juste, mais 


il en résulte tout autre chose; pour entrer dans le détail, dans le I°" Lo- 
gion, l. 8, on trouve le mot βασιλεύσει; dans le second, 1. 11, ἡ βασιλεία ἐν οὐρανῷ 
(1. 45 ἡ βασ[ιλεία). Done ici est répété le mème mot ou la mème racine du 
mot et la méme idée du règne; or cette répétition caractérise les ouvrages 


sentencieun de l’antiquité : les sentences sont enchaînées par la répétition des 
phrases principales'. Je cite comme exemple le livre des Proverbes où méme 


la traduction frangaise fait encore paraître la singularité de la composition 
de l'original : 


E 


xvi, 6. Les /èvres du fou entrent en querelle et sa bouche appelle les 


combats. 

xvi, 7. La bouche du fou lui est une ruine et ses /èvres sont un piège pour 
son ame. 

xvi, 20. Le ventre de chacun sera rassasié du fruit de sa bowche; il sera 
rassasié du revenu de ses /èvres. 

xvi, 21. La mort et la vie sont au pouvoir de la langue et celui qui 
l'alme mangera de ses fruits. 


i i 5. 


xxx1, 19, Elle met ses mains au fuseau et ses mains tiennent la que- 


nouille. 
xxx1, 20. Elle tend sa main ἃ l’affligé et avance ses mains au néces- 
siteu. 


l. Voir l'ouvrage important de M. ἢ. H. MveLLEn, Die Propheten. Die Grundzuege der ursemiti- 
schen Poesie in den Choeren der griechischen Tragoedie. Vienne, Hoelder, 1896, 


A by Google 


ι ni 


vétu onts {ARTI 
xI, ‘ A. scr se è faît du linge, et le vend, ete. 

5. La force et la magnificence est son vétement, οἷο. 
εν Iittérature des sentences grecques connaît aussi ce principe; nous le 
DI rouvo INS a dejà dans la partie sentencieuse des ceuvres d'Hésiode (voir l’édition 
K oech y et, Flach); par exemple dans les deux phrases v. 493-499 et v. 500- 
503 co. rrespondent ϑῶχον χαὶ λέσχην v. 493 et ἥμενον ἐν λέσχῃ v. 500, xevenv ἐπὶ 
λπίδα v. 498 ) et Dart οὐκ ἀγαθή v. 500 (édition Rzach). Une autre grande collec- 
le sentences de plus de douze cents vers, est le poème de Théognis qui est 
ac va e) cen deux grandes parties : l’une est la collection des sentences au- 
thentiques de l’ancien auteur, l’autre est un amas de vers analogues d'autres 


" 


aut s ou de variations du thème principal de Théognis et méme de remar- I 
atri Mais la critique philologique a distingué les deux parties 
loi de diverses répétitions; une sentence est enchainée ἃ l’autre par 


l'ana log gie des mots ou des idées (v. Welcker, édition de Théognis, p. 105 88. ; 


pet ge - 
' 


hneid ΟΝ i Ἢ préface, Ρ- 52; Nietzsche, Rheinisches Museum, XXII, p. 464 ss., l 
sr ito p. 6 ss.). Ainsi, on a trouvé dans le commencement de l’an- 
e de Théognis, représenté par les vers 19-22, 26-48, 51-56, 69-78, 
9 34-94 de la collection actuelle des manuscrits, des répétitions nom- 
ri uo si allons énumérer : 


ev. 19, v. 27, v. 39, v. 43, v. 53, v. 69, v. 76, v. 78, v. 92; 
va τσ v. 34, v. 35 οἷο. ; 
πὸ Sata V. 39, πόλιν ἄνδρες v. 43; 
#0 : ᾿ καχῆς ὕδριος ἡμετέρης v. 40, ὑδρίζειν τοῖσι κακοῖσιν v. 44; 
πόλει n; 52, πόλις v. 53; 
7 Rupve, χαχῷ πίτυνος βούλευ: σὺν ἀνδρί v. 69; παύροις οὖν πίσυνος v. 75; 


ρα muro ν. 74, πιστὸς ἀνήρ v. 76; 


r διχοστασίῃ v. 78, δίχ᾽ ἔχει νόον v. II; 
᾿ώσσῃ ν. 85, ν. 91. 


cet enchainement, qui est ἃ constater dans chacune des phrases sans 
exception, se trouve depuis le commencement jusqu'à la fin du poème de 
Thé Ta] sai is da 

da marque caractéristique de tous les ouvrages sententieux, comme nous 
veno s de le constater, se trouve aussi dans notre collection de sentences 
attrib fades ἃ Jésus; dans une paire de sentences il y a chaque fois un mot 
ider tique ou une formation dérivée de la méme racine ou la répétition de la 
ΠῚ bme idée, mais variée dans la succession des sentences. Seulement, l’état 
de mul lation nous empéche de reconnaître la totalité de l’enchaînement, 
dor n voici les indications : 


a, -= 


Digitized by Google « 


: 


172 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [78] 


Logia 4 et 2 : icì βασιλεύσει, ligne 8 du 1" Logion, correspond ἃ βασιλεία, 
ligne 11 du second Logion. 

Les trois parties du second Logion : βασιλεία, ligne 11, correspond ἃ ἡ 
βασϊιλεία, ligne 15; ἐν οὐρανῷ, ligne 11, ἃ τοῦ οὐρανοῦ, ligne 12; γνῶ, ligne 17, ἃ 
γνώσεσθε, ligne 18, yvoche, ligne 20. Nous pourrions ajouter aussi ἔλχοντες, 
ligne 10, et [θλίδον)τες ou [ἔλκοντες, ligne 15. Le reste du second Logion est 
trop mutilé pour nous faire reconnaître l'enchaînement avec le 3°. 

Logia 3 et 4 : L’enchaînement semble étre produit par le mot φανερός que 
l’on peut suppléer dans la ligne 26 : ἔσχατοι πρῶτοι καὶ φίανεροι ἀποθδαίνου]σιν et è 
οὐ φανερὸν γενήσεται, I. 30. Aussi, la construction des phrases par leurs anti- 
thèses produit une espèce d’analogie : πρῶτοι ἔσχατοι, ἔσχατοι πρῶτοι, 1. 25, 26; 
χρυπτὸν φανερόν, τεθαμμένον ἐγερθήσεται, 1. 30, 34. 

Logia 4 et 5. Malgré l’état de mutilation du texte, l'enchaînement est 
encore facile ἃ reconnaître : χρυπτόν, ligne 30, [τὸ χεχρυμμένον), ligne 28, corres- 
pondent ἃ ἀϊπ]οκεκρίυμμ,.., ligne 39 du 5° Logion. 

Done l'existence de l’enchainement est évidente '. 

Quelle conclusion peut-on tirer de notre découverte? L’une est que le 
caractère de notre collection de sentences comme ouvrage de la littérature 
grecque chrétienne est constaté d'une manière définitive, car elle est formée 
d'après les règles usuelles des ouvrages sentencieux; ce fait est indiqué déjà 
par les circonstances extérieures du papyrus et par l'introduetion du com- 
mencement du texte. 

La deuxième conclusion est importante pour l’appréciation de la valeur 
de cet ouvrage. Si nous lisons des passages analogues dans les évangiles 
canoniques où Jésus prononce une série de sentences, par exemple dans la 
prédication de Jésus-Christ sur la montagne, une phrase est en connexion 
avec l’autre par l’ordre logique des pensées et par une rhétorique qui est aussi 
simple que puissante. Ici, à défaut de connexion logique, une suite de mots 
identiques doit étre le lien extérieur des sentences qui n'ont pas d'autres rap- 
ports entre elles. Ainsi notre collection est un ouvrage de qualité inferreure auw 
evangiles canoniques. 

1. En ce qui concerne la première collection des Logia d'Oxyrhynchos, cette espèce d'enchaînement 
est beaucoup plus difficile ἃ constater. La première page seulement porte cette caractéristique : 


ὀφθαλμῷ (ligne 3) correspond ἃ ὄψεσθε (1. 10) et ὥφϑην (I. 13), 
τὸν χύσμον (1, 6) ἡ τοῦ κόσμου (I. 12). 


Digitized by Google 


179] IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 173 


14 


LE FRAGMENT RELATIF AU RENIEMEMT DE SAINT PIERRE APPARTENANT 
A LA COLLECTION DE L'ARCHIDUC RAINER 


Provenant probablement du district d'Héracléopolis. 111" siècle, 


Le texte de ce petit fragment est écrit sur les fibres horizontales (=) du 
papyrus, le verso est laissé en blanc; indications évidentes que nous possédons 
là un débris d’un rouleau. L'écriture est une onciale posée, dont le caractère 
paléographique représente le type du m° siècle; les indications paléogra- 
phiques ont été étudiées par moi dans la revue de théologie catholique d’Inns- 
bruck (Zeitschrift fur Katholische Theologie), XI, 1887, p. 507-515. Vai trouvé 
ce fragment dans un dossier provenant du district d'Héracléopolis, les papy- 
rus s'étant collés l'un ἃ l’autre depuis longtemps; le verso de notre fragment 
adhérait au verso d’un contrat de bail provenant du village dit Peenamea 
du district d'Héracléopolis daté de l'an 5 de l’empereur Sévère Alexandre (a. 
224-235; ce contrat est publié maintenant dans le Corpus Papyrorum Raineri, 
I, 36). Ainsi, c'est ἃ tort qu'on l’appelle le fragment du Faioum parce que l’in- 
dication de la trouvaille est tout autre. 

J'en ai donné la première notice dans la revue mensuelle antrichienne pour 
l’Orient, a. 1884, p. 172 (Oesterreichische Monatsschrift fur den Orient). Bickell en 
a fait l’édition dans la revue d’Innsbruck (Zeitschrift fir Katholische Theologie, 
IX, 1885, p. 498-504; Mittheilungen aus der Sammlung der Papyrus Erzherzog 
Rainer, I, 1887, p. 54-64; II, 1888, p. 41; V, 1892, p. 78). Une édition défi- 
nitive est celle de M. Harnack, dans les Texte und Untersuchungen, V, 4, 
Ρ- 483-497". 

La hauteur du fragment est de 35 millimètres, la largeur de 43 milli- 
mètres; ce tout petit fragment est déchiré des quatre còtés. 

Ici nous donnons le texte d’après une nouvelle revision. 


1, Littérature (v. Centralblati fiir Bibliothekswesen, XIV, 1897, pp. 409 s.). 

Hort, Times du 25 juin 1885. 

BickeLt, Times du 3 juillet 1885; Zeilschrift ΓΡ Katholische Theologie, 1886, p. 208-9; 1887, p. 516; 
voir plus hant. 

WarrieLD, Independent, 30 juillet 1885, 23 septembre 1886. 

WoopRurr, Andover Review, 1885, septembre, 

Ducnesne, Bulletin critique, 1885, n° 13, 

HiLoenretp, Kein newentdecktes Evangelium, Zeitschrift ΓᾺΡ wissenschaftliche Theologie, 1886, 
p. 50-56. 

ScHnanz, Theologische Quartalschrift, Tùbingen, 1885, H. 4. 

Vorxmar, Theologische Zeitschrift aus der Schweiz, III, 1, p. 40-42. 

StoOKES, Erpositor, 1885 August, p, 132 ss. 

ΝΌΞΟΕΝ, Zeilschrift fiùr Kirchliche Wissenschaft und Kirchliches Leben, 1885, p. 462-4/0, 

UseNnER, Religionsgeschichtliche Untersuchangen, I, 1889, 8. 99, A. 3. 

ΖΛΗΝ, Geschichte des neutestamentlichen Kanons, II, 781 ss. 

ChaiapELLI, Studii di antica letteratura (1887), p. 3 ss. 

PrReUscREN, Antilegomena (1905), n° è, 


rsa 


πὰ = - ns : == 


I 


11 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 
]EAMEINWC----«OTIA[ 
ITHNYKTICKANAAAIC[ 
]TOMPAPENTIATAEWTONI 
]IMPOBATAAIACKOPTTICOHC[ 
5 ]Y ΠΕΤ KAI EITTANTECO[ 
INAAEKTPYWWNAICKOK[ 
κεν} 


L. 4. Après de longues études, je suis convaincu que le commencement 


est =, non @ (ni TT, A, K). Le reste de l'écriture est trop épais pour X ou p. 
Les conjectures de Bickell, pxyay ou μεταλίλαγειν, ne sont pas admissibles. 

Après ὡς suit le reste d'une lettre : 0, «, e seraient possibles; puis une 
lettre est totalement perdue sans avoir laissé de trace. Suit un reste d’une 
ligature, 7 ou τ avec e ou è; enfin une lettre ellacée. Ce passage a été lu par 
Bickell ainsi : ΕΞΙΗΓῚ ou ΕΞΕΘ. La fin OTIA figure chez Bickell comme O(NITTA 
ou OYCTTA; mais les mots ἐξῆγον παΐντες ou ἐξ ἔθους πάϊντες ne sont pas d'accord 
avec les restes de l’écriture. 

L. 5. ΠΕΤ avec les deux points est écrit ἃ l’encre rouge. La couleur du x est 
un peu noircie, st et les deux points sont d’un rouge sans mélange. 

L. 7. Bickell lit ici ]MAPNI[; mais les restes de l’écriture n'admettent aucune 
lecture évidente; seul le x du commencement est admissible. 

Pour la reconstruction du texte il faut profiter d'une circonstance très 
avantageuse pour nous; car le passage de Zacharie xu1, 7 qui est cité ici 
nous donne la mesure de la partie perdue : πατάξω τὸν [ποιμένα καὶ τὰ] πρόδατα 
διχσχορπισθησί cela fait treize lettres environ qui ont disparu dans la lacune. 
Comment faut-il distribuer ces lettres entre les deux lignes voisines? Le 
commencement de la sixième ligne nous montre que la lacune y mesure trois 
lettres au moins : πρίν; comparez aussi la 1]. 5 ro)ò. 

Reproduisons d'abord les passages analogues des évangiles : saint Mat- 
thieu xxvi, 30-34 : Kai ὑμνήσαντες ἐξῆλθον εἰς τὸ ὅρος τῶν ἐλαιῶν. τότε λέγει αὑτοῖς ὁ 
Ἰησοῦς" "πάντες ὑμεῖς σκανδαλισθήσεσθε ἐν ἐμοὶ ἐν τῇ νυχτὶ ταύτῃ" γέγραπται 
γάρ' « πατάξω τὸν ποιμένα, χαὶ διασκορπισθήσεται (var. διχσχορπισθδήσονται) τὰ 
πρύδατα τῆς ποίμνης ». ** μετὰ δὲ τὸ ἐγερθῆναί με, προάξω ὑμᾶς εἰς τὴν Γαλιλαίαν. 
11 Ἀποχριθεὶς δὲ ὁ Πέτρος εἶπεν αὐτῷ" Εἰ χαὶ πάντες (var. εἰ πάντες) σχαυδαλισθήσοντα: 
ἐν σοὶ, ἐγὼ οὐδέποτε σχανδαλισθήσομαι. *' ἔφη αὐτῷ ὁ Ἰησοῦς, Ἀμὴν λέγω co, ὅτι ἐν 
ταύτῃ τῇ νυχτὶ, πρὶν ἀλέχτορα φωνῆσαι, τρὶς ἀπαρνήσῃ με. « *° Kt quand ils eurent 
chanté le cantique, ils s'en allèrent ἃ la montagne des Oliviers. *'Alors 
Jésus leur dit : Vous serez tous cette nuit scandalisés à cause de moi; car il 
est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. 
"Ὁ Mais après que je serai ressuscité, j'irai devant vous en Galilée, ** Et Pierre, 


Digitized by Google 


,|81 IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JESUS. 175 


a>@nant la parole, lui dit : Quand méme tous seraient scandalisés ἃ cause de 
>, je ne le serai jamais. *' Jésus lui dit : En vérité, je te dis qu'en cette 
meme nuit, avant que le coq ait chanté, tu me renieras trois fois. » 

Saint Marc χιν, 26-30 : Kai ὑμνήσαντες ἐξῆλθον εἰς τὸ ὅρος τῶν ἐλαιῶν. 2” χαὶ 
É Ye αὐτοῖς ὁ Ἰησοῦς" ὅτι πάντες σχανὸ χλισθήσεσθε [ἐν ἐμοὶ ἐν τῇ νυχτὶ ταύτη} ὅτι 
E γραπται" Πατάξω τὸν ποιμένα: καὶ τὰ πρόδατα διασχορπισθήσεται. 3" ἀλλὰ 
“πε τὰ τὸ ἐγερθῆναί με, προάξω ὑμᾶς εἰς τὴν Γαλιλαίαν. 5 Ὁ δὲ Πέτρος ἔφη αὐτῷ᾽ εἰ χαὶ 
- «ἄντες σχανδαλισθήσονται, ἀλλ᾽ οὐχ ἐγώ. 1° καὶ λέγει αὐτῷ ὃ Ἰησοῦς, Ἀμὴν λέγω σοι, 
(ZI σὺ σήμερον ταύτῃ τῇ νυχτί, πρὶν ἢ δὶς ἀλέχτορα φωνῆσαι τρίς pe ἀπαρνήσῃ. 
- 39 Et quand ils eurent chanté le cantique, ils s’en allèrent à la montagne des 
Pliviers. ?” Et Jésus leur dit : Vous serez tous cette nuit scandalisés en 
x20i; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées. 
‘** Mais après que je serai ressuscité, ]'iral devant vous en Galilée. ?° Et Pierre 
i dit : Quand méme tous seraient scandalisés, je ne le serai pourtant 
>oint. *° Et Jésus lui dit : En vérité, je te dis qu'aujourd’hui, en cette propre 
rauit, avant que le coq ait chanté deux fois, tu me renieras trois fois. » 

Dans l’Evangile de saint Luc, il n'y aque deux versets ἃ comparer : xx11, 34 
5 δὲ εἶπεν" λέγω σοι, Πέτρε, οὐ φωνήσει σήμερον ἀλέχτωρ ἕως τρὶς ἀπαρνήσῃ μὴ εἰδέναι pe et 
xx11, 39 χαὶ ἐξελθὼν ἐπορεύθη χατὰ τὸ ἔθος εἰς τὸ ὄρος τῶν ἐλαιῶν᾽ ἠχολούθησαν δὲ αὐτῷ καὶ 
οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ : xx11, 34. « Mais Jésus lui dit : Pierre, je te dis que le coq ne 
chantera point aujourd'hui, que premièrement tu ne renies par trois fois de 
amn'avoir connu. xx11, 39. Puis il partit, et s’en alla, selon sa coutume, au mont 
«165 Oliviers, et ses disciples le suivirent ». — Saint Jean est d’accord avec 
saint Luc en mettant cette scène avant le départ pour la montagne des Oli- 
viers; il offre le passage xm1, 38 ἀμὴν ἀμὴν λέγω σοι, οὐ μὴ ἀλέκτωρ φωνήσῃ ἕως οὗ 
ἀρνήσῃ με τρίς « en vérité, en vérité, je te dis que le 604 ne chantera point que tu 
ne m'aies renié trois fois ». 

Les variantes des manuscrits dans le passage de saint Matthieu n’offrent 
rien de particulier. 

Saint Marc, xiv, 27 : l'analogie avec le passage de l’Évangile de saint 
Matthieu a produit l’insertion de ἐν ἐμοί ou ἐν τῇ νυκτὶ ταύτις οὐ ἐν ἐμοὶ ἐν τῇ νυχτὶ 
ταύτη. Îly a icì aussi, comme chez saint Matthieu, la variante διχσχορπισθήσονται. 
Dans xiv, 29 εἰ καί est représenté par d’aussi bons manuscrits que χαὶ εἰ. En 
xiv, 30, il y a de bons manuscrits qui omettent σύ. 

Pour revenir ἃ la reconstruction de notre texte sur papyrus, nous avons vu 
que le commencement est aussi mutilé que la fin; la grandeur des deux lacunes 
étant ainsi constatée, 12 lettres environ sont ἃ suppléer. Mais ἃ l’époque où 
le papyrus fut écrit, on ne pouvait diviser les lettres d'un mot comme 
bon il semblait; il y avait au contraire des règles pour la séparation des 
syllabes. On préférait une voyelle ἃ la fin : mu ‘xvds, λυίπρός, γραῖπτός, ἑιφθός, 


πραϊχτός, ἐχθρός, excepté les combinaisons de σ : ἐσϊτίν (ou πάρε, στιν) et les doubles 
PATR. OR. — T. IV. 12 


176 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISMI 


consonnes : πολλά, πράτίτειν, et dans les mots composés avec des Madendliione 3 
εἰς, πρός, σύν, iv: moda lodos (ChoenenT, Memoria Graeca Herculanensis, p. 10-13). 


En profitant de ces observations, il est facile de voir que le nombre des di- 


verses manières de suppléer les lacunes du papyrus doit étre restreint à celles 


qui satisferont ἃ la règle. Nous commengcons ἃ restituer les premières lignes 


avec l'aide du texte des évangélistes : 


ὅτι ἄϊπαντες 
ἐν ταύτῃ) τῇ ‘veti σχανὸ χλισθήσεσ 
θε κατὰ] τὸ γραφὲν πατάξω τὸν ἱποιμέ 
va nai τὰ πὶρόδατα διασχορπισθήσιεται,. 


Le texte du papyrus a plus d’analogies ἀνθὸ celui de saint Marc, seule- 
ment la phrase ἐν ταύτῃ] τῇ veri est au compte de l’autre auteur. 


Dans la 5° ligne 70]v mer est une abréviation de τοῦ Πέτρου, dont les. 


analogies sont celles-ci : avv: — αὐτῶν, Papyrus magique de Leyde, W.1a 34; 
μοῦ" = Μουτέως, idem 2 a 16; « = ἕν, idem, 18 a 31; fo = δίς, idem, 4 a 32; 
ππ — πόππυξον, Papyrus magique de la Bibliothèque nationale, 1. 578. La propo- 
sition subordonnée 
εἰ (Ou λέ) 
(γοντος ΟὨ) πόντος δὲ told Πέτ(ρου) καὶ εἰ πάντες οὐχ ἐγώ 
exige une proposition principale. Et, en effet, d'après l'indication de la 


grandeur de la lacune, il manque cinq lettres environ entre ἐγώ et πρίϊν: 
c'est pourquoi Usener a conjecturé ὁ χ(ύριοὶς, mais c’était trop court; προσθείς, 
de Bickell ne se laisse pas diviser d'après les règles de la séparation des 


syllabes (voir plus haut); εἶπεν de Hilgenfeld et εἶπεν ὁ x(5pto); de Preuschen 
suffisent pour le sens; pour moi je conjecture par analogie avec les Logia 


| d'Oxyrhynchos : Mé[ysx "I2008)<, Jésus dit, 


La restitution exacte de la fin sera difficile ἃ cause de la mutilation consi- 
dérable du papyrus; voilà ce qu'on a proposé : ὁ ἀλεχτρυὼν δὶς κοχκύξει καὶ σὺ] 
ἱπρῶτον τρὶς ἀ παρν ἤσῃ pe... (PreuscHEN); mais le commencement est certain 
d'après les indications paléographiques qui offrent πρὶν ἀλεκτρυών; πρὶν] ἢ 
ἀλεκτρυὼν δὶς κηκχ[ύσει σήμερον [σὺ τρίς με ἀπαρνήσῃ (USsENER); ὁ ἄἀλεχ τουὼν δὶς χοχχύξει 
χαὶ σὺ πρῶτον τρὶς ἀπαρνήσῃ με (BICKELL). 

La construction de la période est maintenant celle-ci : ὡς [lacune], ὅτι ete., 
εἰπόντος rod [Πέτρου ete. [λέγει ’Inoods] ete. Il est facile de voir que la lacune 


après ὡς doit étre remplie par un verbe, mais c'est εἶπεν seulement qui pour- 


rait satisfaire aux conditions actuelles. Le passage éerit sur notre papyrus 
qui a été tant étudié, semble étre littéralement celui-ci : 


è δὲ -ὦ ΣΕ. ᾿ m f | nr #r 
ἐν δὲ τῷ ἐξάγειν ὡς eli)me[y] ὅτι ἄϊπαντες 


1] # “- % - Ι 
ἐν ταύτῃ] τῇ νυχτὶ σχανδαλισ ϑήσεσ 


Digitized by Google 


gi DTS 
* 5 ] i 
» ni 

" 8 

Li 


[85] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JESUS. 177 


θε χατὰ] τὸ γραφέν() πατάξω τὸν ποιμέ 
va χαὶ τὰ] πρόθατα διασχορπισθήσίεται εἰ 
πόντος τοῦ Πέτ(ρου") χαὶ εἰ πάντες οὐχ ἐγώ, λέ 
γει Le πρὶ]ν ἀλεκτρυὼν δὶς χοχ[χύσει τρὶς 


σὺ σήμερόν με ἀἸπίαρνήσῃ 


Traduction : « [Pendant la s]ortie, comme [il disait] : Vous serez t[ous cette] 
nuit scandalis[és selon] ce qui est écrit : Je frapperai le [berger et les] brebis 
seront dispers[ées, et comme] Pierre [disait : ] Quand méme tous, m[oi non; 
Jésus dit : Avant] que le coq ait chanté deux fois, [tu me renieras aujourd'hui 
trois fois). » 

D'après cette restitution qui est fondée sur des observations philologiques 
et paléographiques, notre texte offre une analogie assez grande avec le 
dernier Logion d'Oxyrhynchos; comme dans celui-ci, la parole de Jésus 
λέγει Ἰησοῦς a recu un préambule qui nous raconte les circonstances dans les- 
quelles elle a été prononcée. 

D’après cette restitution, le texte du papyrus de Vienne, qui a évidemment 
le caractère d’un extrait où tout est abrégé en propositions subordonnées ἃ 
une principale, qui est celle d'une sentence prononcée par Jésus, est ἃ ranger 
dans la série des soi-disant Logia qui offrent le méme caractère, οὐ tout 
est condensé dans une seule parole prétendue de Jésus. 


15 


FRAGMENT D'UN SOI-DISANT ÉVANGILE PERDU 
Provenant d'Oxyrhynchos. Ècriture du II° ou III° siècle. (Voir Planche II, 6.) 


Plusieurs petits' fragments, dont deux contigus, sont les restes d’un 
rouleau de papyrus qui a été écrit en colonnes; seulement nous n’en 
avons que deux, entre lesquelles est un espace vide de 6 millimètres 
environ. Les lignes, un peu irrégulières, comptent de quatorze ἃ seize 
lettres; une colonne avait au moins vingt-trois lignes. L’écriture est une 
belle onciale, le rouleau semble avoir été un manuscrit destiné au commerce 
de livres littéraires; en considération de ces circonstances, j'assignerais notre 
papyrus plutét au n° quau m° siècle, Le texte suivant est celui de 
MM. Grenreett et Hunt, Oxyrhynchus Papyri, IV, 22-28, n° 655. 

Hauteur des fragments a + b + c: 12°°, largeur 7.5, 


I° COLONNE 
Fragment a. [-*]MOTMPWIE[----- ἀπὸ πρωὶ ἕως ὀψὲ 
[-.“εάφεςπί-..-- [μήτ]ς ἀφ’ ἑσπίέρας 
[““ἹΡΩΙΜΗΤΕΙ[- [ξως π]ρωὶ μήτε [τῇ 


178 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [84] 
[κτλ ΜΟΝΤΙΦΑΙ ἰτροφῇ ὑμῶν τί φά 
[rione THOSE δ [γητε μήτε! τῇ ctf 
["". "ΤΊ ΕΝΔΥΙ- Da ὑμῶν) τί ἐνδύ 

Fragment b. [--]C0El[-+-]AWKPEI[- [ση͵σθε ἱπολ᾽]λῷ χρεί[σ 
[1660 1" ἹἸΤΩΝΙ-- ἰσον]ές [ἐστε] τῶν [χρί 
NGONATI [-----«]YZA[- vv diva albba 
NEIOYAEITT[----»- IYT*[» 10 yer οὐδὲ πίονεῖ ἑα]υτ[οἷῖς 
ENEXONT «*-]NA[- ἐν ἔχοντίες E]vd[u 
MATIENI+++**]KAI pal.) τί indoriten]bar (],-εσϑε 9) 
YMEICTICANTTPOCOH ὑμεῖς( ;) τίς ἂν προσθ εἴΞ: 
ETTITHNEIAIKIAN ἐπὶ τὴν ἡλικίαν 
YMWNAYTO[-+|WCEI 15° ὑμῶνί ;) αὐτὸϊς δ᾽]ώσει 
YMEINTOENAYMAY ὑμῖν τὸ Evdupa ὑ 
MWNAErOYCINAY nov.) λέγουσιν αὖ 
TWOIMAGHTAIAYTOY τῷ οἱ μαϑηταὶ αὐτοῦ(") 
ΠΟΤΕΗΜΕΙΝΕΝΦΑ πότε ἡμῖν ἐμφα 
NHCECEIKAITTOTE 80 γὴς ἔσει χαὶ πότε 
ζεοψΨομεθάλεγει σε ὀψόμεθαί ;) λέγει("} 
OTANEKAYCHCOEKAI ὅταν ἐχδύσησθε καὶ 
MHAICXYNOHTE ud αἰσχυνθῆτεί.) 


\ 


L. 1-7. Le passage analogue des évangiles canoniques est saint Matthieu 


vi, 25 μὴ μεριμνᾶτε τῇ ψυχῇ ὑμῶν τί ἄγητε μηδὲ τῷ σώματι ὑμῶν τί ἐνδύσησθε: aussi 
saint Luc xn, 28. Ici cette sentence est déformée par une paraphrase de rhétorique. 

L. 7-13. Saint Matthieu ne fait pas suivre cette sentence immédiatement 
après la précédente : c'est trois paragraphes plus bas vi, 28 χαὶ περὶ ἐνδύματος τί 
μεριμνᾶτε; χαταμάθετε τὰ χρίνα τοῦ ἀγροῦ πῶς avidvovar οὐ κοπιῶσιν οὐδὲ γήθουσιν: » 
et pourquoi étes-vous en souci du vétement? Apprenez comme croissent les 
lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ». — A la 1, 10 la lettre après 
οὐδέ peut se lire 7 ou ν ou x; les premiers éditeurs ont conjecturé v[#0]a, 
mais cela ne suflit pas ἃ la grandeur de la lacune, Le reste de la ligne offre 
deux lettres, dont la première est r ou C ou Τ d’'après les premiers éditeurs; 
moi j'y vois la moitié d'un y et dans la suivante un T, non | suivant l’opi- 
nion des éditeurs. — L. 12. Ici les éditeurs hésitent entre ἐν δεῖτε] καὶ ou 
ἐν ἔχοντίες ἐϊνδίυἹμάτιόν [ἐστε] καὶ, Mais à la fin de la ligne on pourra aussì lire 
GAI et la grandeur de la lacune est aussi en faveur de ἐν δοιάζεσίθαι, 

L. 13-15. Comparez saint Matthieu vi, 27 τίς δὲ ἐξ ὑμῶν μεριμνῶν δύναται 
προσθεῖναι ἐπὶ τὴν ἡλικίαν αὐτοῦ πῆχυν ἕνα; saint Luc x1, 25 τίς δὲ ἐξ ὑμῶν μεριμνῶν 
δύναται ἐπὶ τὴν ἡλιχίχν αὐτοῦ προσθεῖναι πῆχυν. Ce passage précède dans les évan- 
giles le paragraphe relatif à la parabole des lis, 


Digitized by Google 


citt 


[85] IV. — PRETENDUES SENTENCES DE JÉSUS. "179 

L. 15-16. La construction grecque n'est pas assez claire ici; on s'attendrait 
plutòt au lieu de αὐτός ἃ un substantif ὁ πατήρ ou ὁ θεός d'après l'opinion des 
éditeurs. Aussi on pourrait joindre les deux sentences : Celui qui (ὅς) peut 
ajouter une coudée a votre taille, celui-ci vous donnera votre vétement. 

Comme passage analogue on peut citer saint Matthieu vi, 34-33 μὴ οὖν μερι- 
μγήσητε λέγοντες τί φάγωμεν ἢ τί πίωμεν ἢ τί περιδαλώμεθα... οἶδεν γὰρ ὁ πατὴρ ὑμῶν ὃ 
οὐράνιος ὅτι χρήζετε τούτων ἁπάντων' ζητεῖτε δὲ πρῶτον τὴν βασιλείαν καὶ τὴν δικαιοσύνην 
αὐτοῦ χαὶ ταῦτα πάντα προστεθήσεται ὑμῖν; aussi saint Luc xn, 29-34. Il faut 
constater que les éléments du νὰ" chapitre de saint Matthieu sont confondus 
et mal disposés dans notre papyrus. 

L. 47-23. Ici un texte parallèle nous manque. Les éditeurs ont comparé 
un passage attribué ἃ l’évangile selon les Egyptiens conservé chez Clément 
d’Alexandrie et reconstruit par Harnack (Chronol., I, p. 13) : τῇ Σαλώμη πυνθα - 
νομένῃ μέχρι πότε θάνατος ἰσχύσει εἶπεν ὁ κύριος" μέχρις ἂν ὑμεῖς αἱ γυναῖκες τίχτετε. ἦλθον 
γὰρ καταλῦσαι τὰ ἔργα τῆς θηλείας. nai ἡ Σαλώμη ἔφη αὐτῷ' χαλῶς οὖν ἐποίησα μὴ 
τεχοῦσα ; ὁ δὲ χύριος ἠμείψατο λέγων’ πᾶσαν φάγε βοτάνην τὴν δὲ πικρίαν ἔχουσαν μὴ 
φάγῃς. πυνθανομένης δὲ τῆς Σαλώμης πότε γνωσθήσεται τὰ περὶ ὧν ἤρετο ἔφη ὁ κύριος" 
ὅταν οὖν τὸ τῆς αἰσχύνης ἔνδυμα πατήσητε χαὶ ὅταν γένηται τὰ δύο ἕν, καὶ τὸ ἄρρεν μετὰ 
τῆς θηλείας οὔτε ἄρρεν οὔτε θῆλυ; les deux phrases ὅταν ἐχδύσησθε καὶ μὴ αἰσχυνθῆτε 
et ὅταν τὸ τῆς αἰσχύνης ἔνδυμα πατήσητε ont, d’après l’opinion des éditeurs, un 
rapport mystique avec la Genèse mi, 7, et l'ensemble .des idées serait que 
le reégne de Jésus-Christ restitue l'état d’innocence des hommes tel qu'il a été 
avant le premier péché. 


Fragment d. Hauteur 3° 6; largeur 32 millimètres. 
ΤΙΝ 


DEUXIEME COLONNE 


Fragment c. Hauteur 5° 7; largeur 13 millimétres. 


ΘΙ 85 Nol 

dò ΛΕΙ ΚΑΙ 
Ol HM[ 
ΤΑΙ Γι᾿ 
ΓΥΪ [ 
KAI 40 | 

Fragment b. EA[ ἩἹ ἔλίεγε τὴν κλεῖδα 

THC! τῆς γνώσεως È 


ι80 Θ[ΚΕΒ PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. (86) 

ΚΡΥΨΙ 7 χρύψίατε' αὐτοὶ οὐκ 
ΕΙΓΗΛΙ εἰσήλίθατε καὶ τοῖς 

μα ον εἰσερίχομένοις οὐ 
ΔΕΓγει (δ x ἀν[εώξατε. . 
MOIW[ 
KEPAI[ 

ὃ PA[ 


Fragment e. Hauteur 3° 7; largeur 1° 5. Il semble étre de la fin de la 
colonne. 


KO[ 

Fragment f. Fragment g. Fragment h. 
]KA[ IK-[ Je[ 
."5ι"ν JAIL “"»"ν 


La restitution des lignes 42-46 est due ἃ M. Bartlet qui a comparé saint 
Luc x1, 52 οὐαὶ ὑμῖν τοῖς νομιχοῖς ὅτι ἤρατε (variante ἐχρύψατε) τὴν χλεῖδα (var. κλεῖν) 
τῆς γνώσεως" αὐτοὶ (var. χαὶ αὐτοὶ) οὐκ εἰσήλθατε χαὶ τοὺς εἰσερχομένους (var, εἰσπορευο- 
μένους) ἐχωλύσατε. 

Voici la traduction du papyrus autant qu'elle est possible ἃ cause de l’état 
de mutilation : 

« Ne soyez pas en souci, d}epuis le matin j{usqu'au soir nji depuis le soir 
[jusqu'au] matin, nì (de v]otre{ nourriture) de ce que vous man[gerez ni) de 
votre vé[tement de ce) que vous [se]rez vétus. Vous, [étes] (beau]coup plus 
exce[llen]ts que les [l]is qu[i c]roissent et ne t{ravaillent pas pour e]ux, ((cepen- 
dant)) ils onft un v}étfe]ment. Pourquoi [flottez}-vous en [doute)}? Qui entre 
vous peut ajouter une coudée ἃ sa taille? (Dieu qui le peut,) celfui)}-ci vous 
idlonnera votre vétement. 

« Ses disciples lui disent : Quand nous apparaîtrez-vous? et quand vous 
verrons-nous? Il répond : Si vous vous déshabillez sans avoir de confusion 
(c'est-à-dire si vous étes innocents comme dans le paradis)..... 

« (L. 42-46 ἢ) [Malheur ἃ vous, docteurs de la loi!) dis[ait-il; ayant] caché 
la clef] de la [science, vous-mémes n'étes point) entrés [et vous n'avez pa]s 
ou[vert la porte ἃ ceux qui) entr(ent). » 


Pour apprécier la valeur de ce fragment nous recourons à l'analyse 
logique du texte, Dans le récit que saint Matthieu donne du sermon sur la 


Digitized by Google 


re 


37) IV. — PRÉTENDUES SENTENCES DE JÉSUS. 181 


nontagne, le passage relatif aux oiseaux du ciel et aux lis des champs est 
nséré pour donner un exemple : Jésus enseigne de ne se défier jamais de 
a Providence du Tout-Puissant. Ici tout est bouleversé : ce que saint Mat- 
hieu dit dans le chapitre vi, y 341 pour finir sa conclusion, est mis en 
éte; la parabole des oiseaux manque; l’analogie avec les lis des champs 
:st mal disposée; à peine peut-on trouver une continuité à la fin de notre 
)assage, c'est par une conjecture que j'ai suppléé les mots « Dieu le peut » 
près la sentence que personne ne peut ajouter une coudée ἃ sa taille, pour 
‘estituer une cohérence logique qu'il faut deviner et qui réellement n’existe 
pas dans le papyrus. 

La mauvaise impression est augmentée encore par le passage suivant; 
l’incohérence du récit relatif ἃ la question des disciples avec le précédent est 
inexplicable, si l'on adopte l’opinion des éditeurs que le texte du papyrus 
301t un reste d’un évangile perdu (fragment of a lost Gospel). 

Pour moi, je ne puis adopter cette opinion; le caractère de ce fragment 
est tout différent. 

A mon avis, il faut constater que le verbe λέγειν se rencontre plusieurs fois; 
un récit, précédé, sans doute, par l’indication que Jésus a dit ces mots, — 
ce 4] est maintenant perdu dans la lacune, — est ἃ la téte de notre texte; 
alors ce qui suit est introduit par les mots λέγουσιν — λέγει; une troisième fois 
ἔλεγε commence le récit. ἢ Ὗ reconnais le style caractéristique des soi-disant Logia, 
collections de sentences prétendues de Jésus, dont voici un nouvel exemple. 
Sous ce point de vue, le style évidemment décousu de notre fragment cadre 
avec le caractère d’extraits et de sommaires des textes complets des évangiles. 
Et, heureusement, nous possédons encore la meilleure preuve pour l’évidence 
de notre hypothèse. Comme nous l’avons exposé plus haut et plus au long, 
les collections antiques de proverbes et de récits sentencieux sont caractérisées 
par l’emploi et l’enchaînement de mots identiques; ces mots sont le seul lien 
qui unisse d’une facon superficielle les sentences voisines. Cet indice existe 
aussi ici; le premier récit contient les mots ἐνδύσησθε, ἔνδυμα, le suivant 
ἐχδύσησθε; ici sont réunies des sentences où il s’agit de l’habillement. Vaine- 
ment chercherait-on un-lien logique entre les deux passages. 

En conséquence, le nouveau texte est d'une médiocre valeur. 


CONSIDERATIONS GENERALES 


Les collections de prétendues paroles de Jésus contiennent des éléments 
de valeur bien différente. Les passages qui sont des récits conformes à ceux 
des évangiles ou des extraits de récits analogues aux évangiles sont d'une 
certaine importance pour constater l'antiquité de la tradition des évan- 


182 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [88᾽ 


giles. Cependant si la garantie des évangiles leur manque, il s’en faut défier, 
car une critique prudente nous montre qu'il y a là des sentences que le style 
altéré ou les idées déformées rendent suspectes; elles demandent donc une 
more réflexion. Mais, en général, ces collections corroborent l’ancienneté et 
l'existence d'une littérature chrétienne et constatent la propagation Consido 
rable du christianisme ἃ une époque reculée. 


CHAPITRE V 


EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES 


Les papyrus magiques prirent origine ἃ l’époque du synerétisme des 
anciennes religions; les idées religieuses des divers peuples et des divers 
pays, longtemps déjà en rapport entre eux, se rencontraient et se compéné- 
traient; il en résulta un mélange de tout genre d'idées, et, comme la religion 
altérée est toujours alliée ἃ la superstition, qui captive la raison des masses 
sous son joug, les idées superstitieuses de toute race et de toute époque ré- 
gnaient dans les esprits pendant les derniers siècles du paganisme, comme une 
maladie générale elles furent répandues dans tous les rangs de la population, 
chez tous les peuples du vaste empire, dans toute région du monde' antique. 
La superstition fut pratiquée très souvent sous le couvert de la magie; la 
magie avait son rituel et ses ritualistes, et maintenant nous possédons encore 
une bibliothèque de livres magiques écrits sur papyrus, ainsi que des amu- 
lettes magiques écrites sur papyrus. 

La religion chrétienne, ἃ cette époque, était déjà si connue et si répandue, 
que les auteurs des livres magiques ne pouvaient s’en écarter; Jésus-Christ 
était déjà respecté méme par ceux qui ne connaissaient pas la doctrine 
chrétienne et rien ne saurait mieux témoigner que le christianisme était 
ἃ còté des anciennes religions une puissance: idéale de premier rang que 
les adjurations respectueuses au nom de Jésus-Christ qui se trouvent dans 
les papyrus magiques. 

Nous transcrivons ces adjurations, qui, pour nous, sont de précieux té- 
moignages de l’influence du christianisme qui devait avoir pénétré déjà dans 
les masses. 


16 
PREMIER EXTRAIT DU PAPYRUS MAGIQUE DE PARIS 


Le grand papyrus magique de la Bibliothèque Nationale n° DLXXIV forme 
un fort cahier de grandes feuilles de papyrus contenant un rituel magique et 
les adjurations pendant les actions magiques. L’écriture montre que notre 


184 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 90 


livre a été écrit vers l’an 300; mais le texte, qui est évidemment mal copié, doit 
étre beaucoup plus vieux. Le papyrus est intéressant aussi pour les égypto- 
logues parce qu'il contient au commencement une longue adjuration en langue 
égyptienne ἃ transcription grecque; c'est un des plus anciens textes coptes. 
L’édition intégrale a été faite par moi dans les Mémoires de l’Académie de 
Vienne en 1888, vol. XXXVI, p. 27 ss. Le passage suivant qui nous intéresse 
maintenant s'y trouve ἃ la page 51 : 


Ligne 1227 πρᾶξις γενναία ἐχόζλλουσα δαίμονας(.) 
du papyrus λόγος λεγόμενος ἐπὶ τῆς χεφαλῆς αὐτοῦ 
βάλε ἔμπροσθεν αὐτοῦ χλῶνας ἐλαίας 
1230 καὶ ὄπισθεν αὐτοῦ σταθεὶς λέγεις(") 
χαῖρε φνουθι v Αὔρααμ' χαῖρε πνου 
τεν ἴσαχ χαῖρε πνουτε ν Ἰαχωῤ 
ἴησους Ti Χρηστος TL αγιος ν πνευμα 
ψιηρινφιωθ εθσαρηϊ v Ισασφε 
1285 εθσαχουν ν ᾿σασφιενα Ιαω Za 
Gawd μαρετετενσομ σωύι σα 
60) ἀπὸ τοῦ δ(ε)ϊ(νχ) σατέτεννοῃῬθ παῖ 
π ἀκάθαρτος ν δαιμων πι σαδανας (sic) 
εθηϊωθφ ἐξορχίζω σε etc. 


Traduction : « Voilà une bonne méthode pour chasser les démons : Invoca- 
tion que l’on prononce au-dessus de sa téte (du possédé), mais mettez devant 
lui des branches d’olivier et, étant derrière lui, vous dites : 

« Salut au dieu d’Abraham, salut au dieu d’Isaac, salut au dieu de Jacob. 
Jésus-Christ, le saint, l’esprit fils du père au-dessus des sept, au dedans de; 
sept. Apportez Iao Sabaoth, que votre force se moque de cela (hors d’autresi 
jusqu’à ce que vous ayez chassé ce démon impur Satan qui est sur lui (le pos- 
sédé). Je vous adjure, etc. » 

Le texte principal est grec, cependant l’adjuration doit étre prononcée en 
langue égyptienne. Nous reproduisons ce passage égyptien en lettres coptes 
d’après M. Revillout : 


χαῖρε brort fi ABpads: ΧΑΙ͂ΡΕ ΠΡ ΟῸ 
“TE NICAK YASPE MNOTTE πίδκυαδ 

IMHCONG MIYPHOTO0C πὶ SATISOC τὶ MNEVUA 
Muynpi ibi eicagpui fi icacche 
ετολώϑϑουνι fi icacchirena saw cA 


911 VW. — EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES. 185 


Ὅλα δρετετεπόολ cudi ca 

Bon ATTO ποὺ A(E)IMA) WATETENNONA HAI 
TMAKAHAPTOC FAASUUT TISCATANAG 
ΕἸ 


La langue égyptienne offre beaucoup de difficultés ici au commencement, 
quia été analysé par M. ReviLLout (Mélanges d’archéologie éqypt. et assyr., III), 
par A. Erman(Zettschrift fir aegyptische Sprache und Alterthumskunde, XXI, 1883, 
3), et Fr. L. Grirrita (Zettschrift fir aegypt. Sprache, etc., XXXVIII, 1900, 
1 : The Old Coptic magical texts of Paris). Notre passage a été objet d'une 
autre étude de M. F. Lecce : A coptic spell of the second century (Proceedings 
of the Society of biblical archeology, May 1897, p. 183-187; novembre 1897, 
Ρ. 302) et de W. E. Cruw (ibidem, Febr. 1898, p. 102); celui-ci a corrigé la 
1. 1234: ετοδώρφηνι n[njiwawy et 1235 ετοδύϑδουν n[nliwanei Ena; alors wom 
cafo» ANO ποῦ AEnA wATETENMONWST (? read novwn) mais il remarque : 
« but the exact force of cafo» here escapes me »; mais il existe la 
phrase norwun eBoa cu norwn caio» (ncafioa) abigere, avertere, excutere 
(Peyron). Peut-étre faut-il changer l’ordre des mots. 

Dans ce passage, les dialectes coptes différents (Memphitique et Sahi- 
dique) sont mélés ensemble; pnort, dialecte Memphitique, est tout près de 
nmorte, dialecte Sahidique, ce qui est bien remarquable. On en peut conclure 
que le texte original avait une longue histoire; peut-étre a-t-il été transcrit 
du démotique, οὐ le méme trait de l’écriture a été prononcé différemment dans 
les diverses régions du pays. Cette adjuration semble donc étre un des plus 
anciens vestiges de la propagation du christianisme en Egypte. 


Nous ajoutons ἃ ce texte en langue égyptienne un très ancien fragment 
copte. 


17 
UN TEXTE DE LA LITTÉRATURE COPTE. CHRÉTIENNE 


Provenant de la moyenne Égypte. III° siècle. 


C'est un fragment d’un codex copte couvert sur les deux còtés d’une écriture 
onciale très fine qui a le caractère paléographique du 11° siècle. J'ai trouvé ce 
fragment, qui appartient ἃ la collection archiducale de Vienne où il porte le 
n° 1865 (copte), en 1884, dans une foule de papyrus grecs qui provenaient de 
la moyenne Egypte, Héracléopolis et Antinooupolis. Le dialecte copte a une 
certaine analogie avec celuì d'Akhmiîm (Panopolis), Malheureusement, le sens 


486 . LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. ΠῚ 


de ce texte nous échappe è cause de la mutilation complète du papyrus, doni 
la hauteur est de 55 millimètres, la largeur de 44 millimètres; marge sup 
rieure 4°". Une première notice du texte a été donnée par M. Knatt, Mitte:- 
lungen aus der Sammlung Papyrus Erzherzog Rainer, Il, p. 54. 


Ecriture sur les fibres horizontales du papyrus (E). Recto : 


Pporzni nf 
7" CIMUUR πε ΡΟ[ Ὁ 
Ἵπαδο ἁδροὶ δα 
]srimao fem 
Am ΔΆδ ποτε AU 
Ἰειδιπτατιδπροδ 
71 7εδυλπεα" 
[2 ῳ»γτὰπ τῇ 
| EMMAEMT. SAN 


Ecriture sur les fibres perpendiculaires ({{Π|}- Verso : 


jomuwuwel 

[amm ssori..[ 

JEME Nrmipe. πε 
N|TAK MENETWA| 

Ἰπεῖλε εἰμι ΔΟΟῪΎΪ 

]NTECUME. πρες 

πεν moraine.[ 

Ἰατπὶ απ Tmp[ 

]-I-MTAKTTE πρεα 

7κε. οὐ [Δ] abaaf 

Le dialecte de notre fragment οἱ celui des papyrus d'Akhmîm a plusieurs 


mots communs : ‘ear, oraine, mpor, ARaz, appui. Quand celui-ci sera 
mieux connu, on fera un essai d’interprétation du nétre avec plus de chances. 


V. — EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES. 187 


16% 


DEUXIÈME EXTRAIT DU PAPYRUS MAGIQUE DE PARIS 


Ligne 3007 


3010 


3015 


3020 


3030 


3035 


p. 96 [120] de mon édition. 


πρὸς δαιμονιαζομένους Πιδήχεως δόκιμον. 
λαδὼν ἔλχιον ὀμφαχίζοντα μετὰ βοτάνης 
μαστιγίας χαὶ λωτομήτρας ἕψει μετὰ γαμψούχου 
ἀχρωτίστου λέγων" ἴωνηλ. ὠσσαρθινωμι. 

suop:. θεωχιψοιῖθ, σιθεμεωχ. σωθη. 

ton. μεμιψωθιωωφ. φερσωθι aenioumw 

son, ἐωχαριφθα. ἔξελθε ἀπὸ τοῦ δί ε)ϊίνα) χοινί(όν). 
τὸ δὲ φυλαχτήριον ἐπὶ λαμνίῳ κασσιτερινῷ ἡ 
γράφε" tant. αδραωθιωχ. pla. μεσεν 

πινιάω. Pif. Lato. yapoox. καὶ περίαπτε 

τὸν πάσχοντα παντὸς δαίμονος φριχτὸν ὃ go 
δεῖται στήσας ἄντικρυς ὄρκιζε. ἔστιν δὲ ὁ ὀὁρκισμὸς 
οὗτος. ὀρχίζω σε κατὰ τοῦ θ(εο)ῦ τῶν 'ΕΘραίων 
Τησοῦ, saba. san. abpawl. cia : Vul, ελε. 
o. anw. cov. ubzey. αὔαρμας. ἴαξα 

ράου, αδελδελ, λωνα. αὔρα, papora. βραχι 

ων, πυριφανη. ὁ ἐν μέσῃ ἀρούρης καὶ χιόνος 

καὶ ὁμίχλης. ταννητις χαταθάτω σου ὁ ay 
Ἴξλος. ὁ ἀπαραίτητος. χαὶ εἰσχρινέτω τὸν 
περιπτόμενον δαίμονα τοῦ πλάσματος τούτου 

ὃ ἔπλασεν ὁ θ(εὸ)ς ἐν τῷ ἁγίῳ ἑαυτοῦ παραδεί 
σῳ ὅτι ἐπεύχομαι ἅγιον Osò)v ἐπὶ ἀμμων 
upevtavyo λό(γος") ὀρχίζω σε λαῦρια. ταχουβ, 
αδλαναθαναλῇχ. αχραμμ. λό(γος") αωθ. ιχῇα 
βαϑρα. χαχθχόραθα. χαμυν ἔχ᾽ ed. αὔρω 

wi. σὺ αὐρασιλωῇ. αλληλου. τελωσαΐ" 

ani. ὀρχίζω σε τὸν ὑπταυνθέντα τῷ 

Οσραηλ, ἐν στύλῳ φωτινῷ χαὶ νεφέλῃ ἦμε 

piv7i καὶ ῥυσάμενον αὐτοῦ τὸν λόγον ἔργου 
φαραὼ χαὶ ἐπενέγκαντα ἐπὶ φαραὼ τὴν 
δεχάπληγον διὰ τὸ παρχχούειν αὐτόνί(,) ὀρχί 

ζω σε πᾶν πνεῦμα δαιμόνιον λχλῆσαι ὑποῖ 


ον χαὶ ἀνῆς ὅτι ὀρχκίζω σε χχτὰ τῆς σφραγὶ 


γὴν. ΝΝΝι. ώ. 


LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [94] 


3040 


f. 33 Verso 


3045 


3050 


3060 


3065 


3075 


3080 


doc ἧς ἔθετο Σολομὼν ἐπὶ τὴν γλῶσσαν 

τοῦ ἸἸηρεμίου" χαὶ ἐλάλησεν καὶ σὺ λάλησον 
ὁποῖον ἐὰν (ἰ. ἂν) ἧς ἐπίε)ουράνιον ἢ ἀέριον 

εἴτε ἐπίγειον εἴτε ὑπόγειον ἢ χαταχθόνιον 

ἢ ἐξουσαῖον ἢ χερσαῖον ἢ φαρισαῖον λάλησον 
ὁποῖον ἐὰν (1. ἀν) ἧς ὅτι ὁρχίζω σε θεὸν φωσφή 
ρον ἀδάμιαστον τὰ ἐν χαρδίᾳ πάσης ζωῆς 
ἐπιστάμενον τὸν χουοπλάστην τοῦ γένους 

τῶν ἀνθρώπων τὸν ἐξαγαγόντα ἐξ ἀδήλων 

καὶ πυχνοῦντα τὰ νέφη καὶ ὑετίζοντα τὴν γῆν 
nai εὐλογοῦντα τοὺς καρποὺς αὐτῆς ὃν sudo 

γεῖ πᾶσα ἐπουράνιος δύναμι(ο)ςς ἀγγέλων 
ἀρχαγγέλων dprilw ce μέγαν θ(εὸ)ν Σχδα 

wi. dv ὃν ὁ Ἰορδάνης ποταμὸς ἀνεχώ 

ρῆσεν εἰς τὰ ὀπίσω καὶ ἐρυθρὰ θάλασσα 

ἣν ὥδευσεν Εἰἱσραήλ᾽ χαὶ ἔσται ἀνόδευτος 

ὅτι ὀρχίζω σε τὸν χαταδείξαντ᾽ α΄ τὰς ἑχατὸν 
τεσσεράχοντα γλώσπας καὶ διαυερίσαντα 

τῷ ἰδίῳ προστάγματι ὀρχίζω σε τὸν τῶν αὖ 
χενίων γιγάντων τοῖς πρηστῆρσιν vata 

φλέξαντα ὃν ὑμν(ε)ζῖ os (del.) οὐρανὸς τῶν οὐρανῶν 
ὃν ὑμνοῦσι τὰ πτερυγώματα τοῦ Χερουδὶν 

ὁρχίζω σε τὸν περιθέντα don τῇ θαλάσσῃ 

mei y'ov (1,-05) ἐξ ἄμμου χαὶ ἐπιτάξαντα αὐτῇ μὴ ὑπερ 
βῆναι χαὶ ἐπήχουσεν ἡ ἄδυσσος καὶ σὺ ind 
ADUTOV πᾶν πνεῦμα δαιμόνιον ὅτι ὁρχίζω σε 

τὸν συνσ(ε)ίοντα τοὺς τέσσαρας ἀνέμους ἀπὸ 

τῶν ἱερῶν αἰώνων οὐρανοί εὐιδῇ θαλασσο 

ει ἢ γεφελοειδὴ φωσφύρον ἀδάμαστον 

ἡρχίζω τὸν ἐν τῇ καθαρ ᾿Ιεροσολύμῳ © τὸ 
ἄσθεστον πῦρ διὰ παντὸς αἰῶνος προσπαρά 

nera τῷ ὀνόματι αὐτοῦ τῷ ἀγίῳ ]Ἰαεω 
βαφρεένεμουν λύ(γος) ὃν τρέμει γέννα (1. γέεννα) πυρὸς 
nai φλόγες περιφλογίζουσι καὶ σίδηρος 

λαχᾷ χαὶ πᾶν ὅρος ἐκ θεμελίου φοδεῖται 

ὀρχίζω σὲ πᾶν πνεῦμα δαιμόνιον τὸν Épo 

ρῶντα ἐπὶ γῆς καὶ ποιοῦντα ἔχτρομα τὰ 
θεμ(έγλια αὐτῆς καὶ ποιήσαντα τὰ πάντα 

ἐξ ὧν οὐχ ὄντων εἰς τὸ sivat(.) ὁρκίζω δὲ σὲ τὸν 
παραλαμβάνοντα τὸν ὀρκισμιὸν τοῦτον χοιρίον 


μὴ φαγεῖν καὶ ὑποταγήσεταί σοἷι πᾶν πνεῦμα 


Dic Google 


V. — EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES, 189 


καὶ δαιμόνιον ὁποῖον ἐὰν (1. ἂν) flv) ὁρχίζων δὲ 
φύσα ἃ ἀπὸ τῶν ἄχρων χαὶ τῶν ποδῶν ἀφα! 
ρῶν τὸ φύσημα ἕως τοῦ προσώπου" ὁ γὰρ λόγος 
ἐστὶν ἑδραϊχὸς καὶ φυλασσόμενος παρὰ χα 

3085 θχροῖς ἀνδράσιν : 


Traduction : « Méthode de Pibechis pour les possédés. 

« Prenez de l’huile qui sent l’aigre avec la plante Mastigia et Lotometra, 
cuisez-le avec la plante Sampsoukhos (Origanum Maiorana L.) qui est sans 
couleur en disant : « Ioel Ossarthiomi Emori Theokhipsoith Sithemeokh 
« Sothe Joe Mimipsothiooph Phersothi Aegioyò Joe Fokhariphtha. Sortez de 
« celui-ci (N. N.) » et d'autres mots comme vous voulez. A cette action ma- 
gique il faut porter une amulette, c'est une lame d’étain et vous y éerivez : 
laeo Abraothiokh, Phtha, Mesentiniao, Pheokh, Iaeo, Kharsok; il la faut lier 
autour du possédé, cette amulette, qui est épouvantable pour chaque démon. 
Alors prononcez l’ineantation devant lui. Voilà l’incantation : Je vous adjure 
au nom de Jésus, du dieu des Hébreux iaba iae abraoth aia thoth ele elo eou 
ilibaekh abarmas iabaraou abelbel lona abra maroia brakion; vous apparais- 
sez dans le feu; vous étes au milieu de la terre, de la neige et des muages. 
Tannetis. Que descende votre ange inexorable; qu'il emporte le démon qui 
vole autour de cette créature que Dieu a créée dans son Saint Paradis, car 
j adore le saint Dieu sur Ammonipsentankho. Formule : Je vous adjure 
labria iakouth ablanatha nalba. akramm. Formule : Aòt©hÌ iatha bathra 
khakhthabratha khamyn zel (ou : khel) abrooth, vous étez abrasiloth allelou 
ielosai iael. Je vous adjure par celui dont (1)sraél a vu l'indice dans une colonne 
de ἴδια, et pendant le jour, dans un nuage, celui qui l'a sauvé du Pharaon 
et qui a envoyé sur le pharaon les dix plaies parce qu'il ne l’a pas entendu. 
Je vous adjure, tout démon, de parler langue quelconque que ce soit. Je 
vous adjure par le sceau que Salomon a mis sur la langue de Jérémie, et il 
a parlé; ainsi parlez aussi, vous démon quiconque que vous soyez, céleste ou 
aérien ou sur la terre ou au-dessous de la terre ou dans l’enfer, Ebouséen ou 
terrestre ou Phariséen; parlez, qui que vous soyez; car je vous adjure par 
Dieu qui porte la lumière, indomptable, qui sait tout ce qui est dans le coeur 
de tout étre vivant, qui a fait le genre humain de la terre, celui qui forme les 
nuées et les épaissit, qui envoie la pluie ἃ la terre, qui bénit les fruits; toute 
force des angès et archanges dans le ciel fait son éloge. Je vous adjure par le 
grand Dieu Sabaoth qui a fait se reculer le fleuve Jourdain, qui a fait passer 


Israél par la mer Rouge, qui est infranchissable pour toujours. Je vous ad- 


jure par celui qui a fait paraitre les cent quarante langues et les a distribuées 
ἃ son ordre; je vous adjure par celui qui a bràlé de ses foudres le (chef?) des 
géants ràblés; le ciel des cieux vous fait des éloges, le choeur des Chérubins 


Ò 


—ar: s,0 ἦ ( χ Ἂ Ai Ὄ d Ὕ Ie 
Digitized by NINA LI 


_ 


190 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME, — 


[96] 
vous fait des éloges; je vous adjure par celui qui a mis des montagnes autour 
de la mer en forme de mur sablonneux et qui lui a donné l’ordre de ne pas les 
passer; l’enfer l’a entendu, entendez aussi, vous démon quelconque, car 
je vous adjure au nom de celui qui fait ébranler les quatre vents par les 
saints éons aériens, ou donnant l’aspeet de la mer ou celui de nuéges; lui 
qui porte la lumière, l'indomptable. Je vous adjure par Dieu de Jérusalem pur, 
le feu éternel qui ne s'éteint jamais lui est allumé, ἃ son saint nom, [860 
baphrenemoun. (Formule :) La géhenne* du feu tressaille devant vous, les 
flammes flambent, le fer frémit, chaque montagne tremble sur sa base; je 
vous adjure, démon queleonque, par celui qui regarde d’en haut la terre 
et qui fait trembler sa base, qui a eréé tout d'un rien ἃ l’existence. Je vous. 
adjure par celui qui a accepté la promesse solennelle de ne pas manger de la 
viande de porc, et tout mauvais esprit et démon quel qu'il soit sera soumis. 

« Pendant l'adjuration il faut souffler de toute sa force depuis les pieds 
Jusqu'à la téte et le démon s'en ira. Mais il faut garder cette incantation, 
elle est en hébreu, et les hommes purs la gardent. » 

Ce passage du papyrus magique de Paris contient des allusions ἃ l'Exode 
xi, 21 (colonne de feu); Jos. in, 15 (le Jourdain), Exode χιν, 22 (mer Rouge) 
et a connaissance des coutumes juives; il est intéressant aussi pour appré- 
cier la forme sous laquelle le nom de Jésus circulait parmi les paiens. 
On comprend alors comment il fut possible que des accusations de magie 
fussent dirigées contre les premiers chrétiens (cf. Le Brant, Recherches sur 
l'accusation de Magie ete., Nogent-le-Rotrou, 1869). La doctrine astrologique et 
magique était déjà chez les Samaritains et les Esséniens (ce sont done les 
hommes purs de notre papyrus magique), où se formait alors une hérésie 
dont parle Eusèbe dans l'Histoîre évang., IV, 7 (44); III, 26 (27) : « Le diable se 
servit de ces hommes hérétiques comme instrument pour offrir aux ineroyants 
l’occasion de maudire les vérités divines, car ce bruit (de magie) qui en 
sortait se répandit comme un outrage de tout nom chrétien; voilà ce qui 
causait principalement chez les paiens de cette époque l’opinion absurde et 
méchante en ce qui nous concernait. » 


18 


EXTRAIT DU PAPYRUS V DE LEYDE 
Écrit vers l'an 300. 


Un autre papyrus qui appartient à la bibliothèque magique dont nous 
avons parlé plus haut et qui offre beaucoup d'analogies avec celui de Paris est 
le papyrus V de Leyde, dont la première édition a été6 faite par M. Conran 
Leemans, Papyri Graeci musei antiquarii publici Lugduni Batavi, tomus Il, Lug- 


Digitized by Google 


i sitio 


197] V. — EXTRAITS DES PAPYRUS MAGIQUES. 191 


duni Batavorum, apud E. J. Brill, 1885. Il contient dix-sept colonnes d'’éeri- 
ture; le passage dont il s'agit ici, s'y trouve dans la sixième colonne, 
p. 23 de l’édition. Un nouveau chapitre qui commence ἃ la ligne quinze con- 
tient les mots : 


(I. 15) ᾿Ονειρητὴν (1..-ραιτ--) λεγόμενον πρὸς ἀρ ...-.... αθαρου. 
(1. 16) ᾿Επὶ τῆς ἀριστερᾶς χειρὸς ἔλαιον λαδὼν ἐπίλεγε τὰ ὀνόματα] .... βρεξε, at χοιμῶ 
(1, 17) πρὸς ἀνατολὰς ἔχων τὴν κεφαλήν(.) Ἰησοῦς Avov[n)...... 


Le dernier mot semble étre Ἄνουδις. --- Traduction : « Méthode pour faire 
un réve; il faut réciter ἃ... Prenez de l’huile dans la main gauche en disant 
avec cela la formule : ... brexe; alors allez coucher la téte tournée vers 
l’Orient. Jésus Anou[bis). » 

Si la legon Anoubis' qu'on a proposée est bonne, nous pourrons constater 
un nouvel exemple du mélange des religions ἃ l’époque du synerétisme; 
c'était alors un passage analogue ἃ l’invocation Ζεῦ Ἥλιε Μίθρα Σάραπι (Voir 
WesseLy, dans les Mémoires de l’Académie de Vienne, XXVI, 1888, p. 174 (150) ou 
εἷς λεὺς Σάραπις des papyrus magiques et des amulettes, où, d'une seule haleine, 
sont identifiés les dieux des Grecs, des Egyptiens, des Perses et des Syriens. 


19 


EXTRAIT D'UN PAPYRUS MAGIQUE APPARTENANT A L'AUTEUR 
Provenant du Faioum. Écrit vers l'an 300, 


C'est un grand papyrus très brun éerit en deux colonnes évidemment par 
une personne qui ne savait pas trop de grec; ἃ la fin il y a un passage en 
langue et éeriture coptes qui est intéressant au point de vue de la paléo- 
graphie; ainsi le papyrus offre beaucoup d'analogies avec le grand texte 
magique de la Bibliothèque Nationale. Dans le grec la fin des mots est indi- 
quée par des traits obliques. Le passage qui contient la mention de Jésus- 
Christ est au commencement. 


1 [ἐπικ᾿ αλοῦμαί σε’ det πάντων] 
| J. των΄ ὑπέρ τε πάσης 
[ἀϊρχηνς᾽ (l.-7ic) καὶ ἐξουσίας καὶ xupud' 
τήτος καὶ παντὸς ὑνόματος᾽ 
ὃ ὀγομαζωμενω᾽ (l.=ve) χαθημενου (1.-ve) 
ἐπάνω᾽ Χαιρουδιν (1.-Xe-) ἔμπροσθεν᾽ 
. τοῦ διὰ τοῦ΄ χυρίω΄ (].-ου) ἡμῶν᾽ 
Inv Χρου (1. Ἰησοῦ Χριστοῦ) ἀγαπημένου (1. riy.) marros' (1.--δός) etc. etc. 


I. A. Drerenicn, Papyrus Magica, p. 805. 
PATR, OR, — T. ILA 13 


192 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [98; 


Traduction : « Je vous invoque, ὁ Dieu de tous... dont le nom est au-dessus 
de toute puissance et autorité et domination et tout nom, qui étes assis au- 
dessus des Chérubins... (je vous invoque) par notre Seigneur Jésus-Christ, 
votre Fils chéri, etc. » 


En ce qui concerne le passage ἠγαπημένου παιδός, il ya une analogie assez fré- 
quente dans les évangiles : υἱὸς ἀγαπητός saint Matthieu πὶ, 17; χιι, 18; xv, 5; 
ix, 7; Luc ur, 2; rx, 32; xx, 413; II Pierre 1, 17. Je cite aussi saint Luc χα, 11 
συναγωγὰς καὶ τὰς ἀρχὰς καὶ τὰς ἐξουσίας : Tit. 111, 1 ἀρχαῖς καὶ ἐξουσίχις ὑποτάσσεσθαι: 
Papyrus magique de Paris, Il. 1193 διαφύλαξόν μ[ε) τόνδε ἀπὸ πάσης ὑπεροχῆς ἐξουσίας: 
le méme papyrus, 1. 30641, σοῃπαῖξ les Chérubins : ὃν ὑμνοῦσι τὰ πτερυγώματα τοῦ 
χερουθιν. 

Le mot θεέ est écrit sans abréviation; 666] a lieu une fois seulement ἃ la 
I. 1048, dans le papyrus magique de Paris ἃ la l. 1445, les autres six pas- 
sages (999, 1164, 1195, 1200, 3106) offrent la forme θε. 


CHAPITRE VI 
TEXTES DIVERS DE LA LITTÉERATURE CHRÉTIENNE 
20) 


FRAGMENT D'UN PAPYRUS D'AKHMIM 


Akhmim en Haute-Égypte. 1115 siècle. 


Ce fragment, qui est actuellement à la Bibliothèque Nationale de Paris, a 
été trouvé par M. Maspero dans les fouilles exécutées ἃ Akhmîm (Panopo- 
. lis) avec un lot de vieux papyrus grecs dont le verso est couvert de textes 
coptes qui ont été publiés par M. Ursain Bovrianr dans les Mémoires publiés 
par les membres de la mission archéologique frangaise au Caire, tome I, 1889, 
p. 243-304. « Il y a là entre autres des fragments de l’Exode, en bachmou- 
rique (3 feuillets), et un fragment de la Sagesse de Jésus fils de Sirach, en 
bachmourique (4 feuillet), qui n’ont pas été écrits sur des feuilles de papyrus 
vierges; ἃ cette époque,... probablement les moines coptes, chargés de la 
copie de ces livres, les transcrivirent sur des papyrus ayant déjà servi ἃ des 
seribes grecs... le procédé était très simple; le copiste copte prenait un 
beau manuscrit gree, le découpait en feuilles de la grandeur qu’il désirait, 
puis réunissait et collait ces feuilles deux ἃ deux » (Bouriant, p. 244-245). 
l'antiquité des textes coptes est constatée surtout par des indices philolo- 
giques, c'est un des plus anciens monuments qui existent du copte. A la 
méme époque, probablement vers la fin du 11° siècle, doit avoir été écrit aussi 
unfragment grec de la littérature chrétienne qui est rédigé d'une manière tout 
ἃ fait analogue ἃ celle des fragments coptes. Il est écrit sur le verso du pa- 
pyrus, l'éeriture est sur les fibres verticales (hauteur 25°”, largeur 11°"). L’on- 
ciale est entremélée de beaucoup d’éléments cursifs. Les accents et les esprits 
sont remarquables. 


A 
YXOMAIAEMHEICTT-W[-*«<]ATECOAITONAEMOMENONAT[:]A'EIC 
COTHPÎIANEIAEMHAEXHEICCUOTHPIANAKOYCAITGINAE 
FOMENGINEICKPÎMA-A[-]TOC O ΤΗΣ EAIAAZENOTIHTTAPOY 
CIAAYTOYEICKPIMAHNI[N)AOIMHBAETTONTECBAETTO) 

5 CINKAIOI-BAETTONTECTYDAOIMENQNTAI-AYTOCOAOMOC 


194 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. 


TOYEYAMMEAIOYEAIAAZENOTI IHC OYMONONEICANAC 

TACIN EAHAYOEN-AAAAKAIEICITTUCINEAHAYOENIAOY 

FAPOYTOCKEITAIEICITTOOCINKAIANACTACINTTOAAGONEN 

TWEICPANAKAIEICCHM-+NANTIAEM OMENONOPAMHITO 
10 TEOÎMOMOIOYTOIAEMONT:-1[-]ACOIEICITITOCIN 


L. 3. A[-]TOC; C est corrigé, il y avait d'abord «. 
9. La troisième lettre € semble étre barrée. 


TEXTE 


1 [εἰύχομαι δὲ μὴ sis πί τ]ῶ [σιν] ἄγεσθαι τὸν λεγόμενον ἀλ]λ" εἰς 

σωτηρίαν εἰ δὲ μηδ᾽ ἔχῃ εἰς σωτηρίαν ἀκοῦσαι τῶν λε- 

γυμένων εἰς κρῖμα" αἰὐτὸς ὁ ᾿Τησ(οῦς) ἐδίδαξεν ὅτι ἡ πάρου 

σία αὐτοῦ εἰς χρῖμα ἦν [ἵνα οἱ μὴ βλέποντες βλέπω : 
“σιν χαὶ οἱ βλέποντες τυφλοὶ γένωνται" αὐτὸς ὁ λόγος 

τοῦ εὐαγγελίου ἐδίδαξεν ὅτι ᾿Τησίοῦς) οὐ μόνον εἰς avde- 

Tac ἐλήλυθεν ἀλλὰ καὶ εἰς πτῶσιν ἐλήλυθεν" ἰδοὺ 

γὰρ οὗτος κεῖται εἰς πτῶσιν καὶ ἀνάστασιν πολλῶν ἐν 

τῷ ᾿Ισραὴλ καὶ εἰς onpel(e)îo]v ἀντιλεγόμενον. ὅρα μῆπο- 
10 τε οἱ λόγοι οὗτοι ᾿λλέγ(ω)ντί αν «α σοι εἰς πτῶσιν, 


« Je prie que le nommé ne soit amené ἃ son humiliation mais ἃ son salut; 
mais quand il ne sait pas entendre ce qui est dit pour son salut, que ce soit 
pour son jugement, Jésus méme a enseigné que sa présence est pour exercer 
le jugement afin que ceux qui ne voient pas voient et que ceux quì voient 
deviennent aveugles. Les mots mémes de l’évangile montrent que Jésus n'est 
pas arrivé seulement pour le relèvement mais aussi pour la chute : « voici, ce- 
« lui-ci est mis pour étre une occasion de chute et de relèvement de plusieurs 
« en lsraél et pour étre un signe auquel on contredira ». Faites attention que 
ces mots ne solent pas dits pour votre chute. » 

Le fragment est relatif ἃ deux passages des évangiles; l'un est cité mot ἃ 
mot : saint Luc n, 34 xa εὐλόγησεν αὐτοὺς Συμεὼν καὶ εἶπε πρὸς Μαριὰμ τὴν μητέρα 
αὐτοῦ" ἰδού, οὗτος χεῖται εἰς πτῶσιν χαὶ ἀνάστασιν πολλῶν ἐν τῷ Ἰσραὴλ χαὶ εἰς σημεῖον 
ἀντιλεγόμενον « et Siméon les bénit et dit ἃ Marie, sa mère ; Voici, celui-ci est 
mis pour ètre une occasion de chute et de relèvement de plusieurs en Israél, 
et pour étre un signe auquel on contredira ». L'autre est saint Jean 1x, 39 χαὶ 


εἶπεν ὁ- Ἰησοῦς, εἰς κρῖμα ἐγὼ εἰς τὸν χύσμον τοῦτον Ὥλθον ἵνα οἱ μὴ βλέποντες βλέπωσι χαὶ 
οἱ βλέποντες τυφλοὶ γένωνται (οἵ, x11, 47 οὐ γὰρ ἦλθον ἵνα κρίνω τὸν κόσμον ἀλλ᾽ ἵνα σώσω 
τὸν χύσμον) « et Jésus dit : Je suis venu en ce monde pour exercer le juge- 
ment afin que ceux qui ne voient point voient et que ceux qui .voient de- 
viennent aveugles »; « car je ne suis point venu pour juger le monde, mais 


Digitized by Google | 
L »- 


VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE. 195 


ou r ssuvorlà monde ». Seulement le commencement est un peu changé ἃ 
paia du style dans le passage de saint Jean. 
A la fin, ligne 10, σοι semble étre une déformation de καὶ σοί. 


2A 
UNE PRIÈRE CHRETIENNE 
Provenant d'Oxyrhynchos. Écriture du III° ou du commencement du IV" siècle. 


Ce papyrus mesure 45 millimètres de hauteur et 157 millimètres de 

ur; l’éeriture est une onciale rustique. Nous reproduisons le texte 
Fap l’édition des Oxyrhynchus Papyri, vol. Ill, p. 12-13, n° 407 de 
. GrenreLL et Hunr. La phraséologie de la prière est celle de la sainte 
ἐδείματο: on peut comparer Psaume cxLvi, 6, 9; Apoc. χιν, 7; Matth. vi, 13. 


Texte sur les fibres horizontales (Recto). 
ὁ θεὸς ὁ παντίοἰχράτωρ ὁ ποιήσας τὸν οὐρανὸν 
χαὶ τὴν γῆν χαὶ τὴν θάλατταν χαὶ πάντα τὰ ἐν αὐτοῖς 
βοήθησόν μοι ἐλέησόν με εξ) ἐξάλιψόν (1.-λει-} μου τὰς 
ἁμαρτίας σῶσόν pe ἐν τῷ νῦν χαὶ ἐν τῷ μέλλοντι 
αἰῶνι. διὰ τοῦ χυρίου xa] σωτῆρος ἡμῶν Ἰησοῦ 

᾿ Χριστοῦ du οὗ ἡ δόξα χαὶ τὸ χράτος εἰς τοὺς αἰῶνας 

τῶν αἰώνων ἀμήν 


« O Dieu tout-puissant qui as créé le ciel et la terre et la mer et tout ce qu'il 
‘a, aidez-moi, ayez pitié de moi, pardonnez-moi mes péchés, sauvez-moi dans 
to print et dans le futur par Notre-Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, par 
lequel est la gloire et la puissance ἃ jamais. Amen! » 
Écriture sur les fibres verticales (Verso). 

προσευχή Prière. Suivent quelques notices relatives ἃ un compte : 

δραχμαὶ) βρὰς drachmes 2136. 
χωρί ) λίίτραι) (πέντε ἥμισυ) ... livres. ὅς. 

Voir sur les grands chiffres en drachmes notre étude dans les Séances de 
l'Académie de Vienne, CXLIX, 5 (Altersindizium im Philogelos). 


22 


FRAGMENT DU PASTEUR D'HERMAS (BIMILIT. X) 


Provenant d'Oxyrhynchos. Ècriture du III? siècle. 


Ce sont trois petits fragments d'un feuillet de papyrus, endommagé et 
mutilé. L’éeriture est une belle onciale dans le caractère du m° siècle. 


i 
Digitized by Google 


| 


196 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME.. [102] 


L’identification ingénieuse de ce fragment est due au savant M. V. Bartlet; 
la première édition a été faite par MM. GrenreL et Hunt dans les Owyrhyn- 
chus Papyri, n° 404, III, p. 7-9. C'est le plus ancien papyrus qui offre des 
fragments du livre d’Hermas, les autres datent d’une époque postérieure. Ce 
sont un papyrus de la collection de Lord Ambherst, éd, Grenfell-Hunt, pars II, 
Ρ. 195-200 (rv° siècle), contenant Visions I, 2-3; III, 12-13; Mand. XII, 4: 
Similit. XII, 2, 12, 17, 30; Un papyrus de Berlin, éd. Dries et Harsnack, 
Acad. Berlin. Sitzungsberichte, 18941, I, pp. 427-434, contenant Similit. II, 7-10; 
IV, 2-5; enfin le numéro suivant, 

Le texte grec du livre d'Hermas n'est pas connu entièrement; par le 
codex Sinaiticus de Tischendorf, nous possédons le texte de la Vision I, 41 
jusqu'au Mandat. III, 2 et des fragments de Mandat. III et IV; ajoutez neuf 
feuilles d’un manuscrit du mont Athos qui ont été découvertes par M. Lambros. 
Elles contiennent, avec trois autres feuilles qui avaient été enlevées de ce 
méme manuscrit et vendues ἃ Leipzig par le fameux Simonides, le texte grec 
jusqu’'à Similit. IX, 30, 2 2. Mais Simonides possédait deux prétendues co- 
pies du texte entier, qui sont des falsifications; le texte grec qui existe dans 
le nouveau papyrus de Lord Ambherst est tout différent du texte falsifié par 
Simonides. Pour le texte nous ne possédons que des versions, une Vulgate 
latine, une autre version latine du codex Palatinus, et une éthiopienne ®. — 
Voici le texte du papyrus d’après l’édition de MM. Grenfell et Hunt. 


Texte sur les fibres horizontales (Recto). 


Fragm. a et Ὁ ΠΣ δε ani ἐν χω ἐὰν [μὲν οὖν 
[καθαρὸν τὸν oljaiv σου εἰὕρωσι 
[metà σοῦ hag asce) ἐὰν δὲ 
Dea, Ἰαμθαροντί 
aid: ἄποχ ωρήσουσιν.Ϊ.. 

|. . αἱ γὰρ παρθένοι] αὗτίαι 

“4 lettres perdues ἀγαπῶσιν τί 

[ 40]lettres λέγω αὐτῷ ἐλπίίζῳ [χε 
[ 


9 19 lettres Jra .[.. 
une ligne perdue 
Fragm. c 11 [ l4lettres Ἶχτας εἰς τί.. 


Γ A4lettres ἧἾσαι ὥσπερ δὲ 
[οὗτος © παρέδωχ)ός pe οὐ [μέμ. 


1, Hauteur 7.58 largeur 5**3, marge inférieure 15 2, 
2. Des fragments d'une version copte sabidique sont publiés par M. Delaporte dans la Revue de 
l’Orient chrétien 1905 et 1906, 


Digitized by Goo le 
3 
sn 


LO3] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE. 197 


[φεταί με οὐδὲ αἰὗται μέμψίον 
15 [ταί με λέγει τ]ῷ ποιμένι οἶδ[α, 
[ὅτι δοῦλος το] θυ θέλει ζῆϊν 
[καὶ τηρήσει τὰς ἐντολὰς τία]ύϊτας 
[καὶ τὰς παρθένους ἐν χαθαρότη 
[τι χαταστήσει τ]αῦτα εἰ[πὼν τῷ 
0 [ποιμένι πάλι]ν παρέδ[ω]χέν με 
[καὶ τὰς παρθένους χαλέσας 
[  4Olettres λέγει αὐταῖς 


Texte sur les fibres verticales (Verso). 


e è osi os e ei è.èo oe oo cis o ec Ι Eli ese Φ ss e »s 


Fragm. a etb [ 5 lettres)y[..]id{ [.1..[.)»ν». 
[Ὁ [Je [-]...ura[ 
250. .]λ[.].....} 86 [.}tw..... [ 
[-Ἰτωδί..]..αλί [.]-7n.t0..[ 
[.]ν. so[..]a..[ [-.}o. αὐυγεινί 
[-Jop.{ ar! 
[..}..Ψ} M.]..... cuf 
Fragm. c 830 [..][ 40 ὡς μ[ὴ] δυνάμζενοι 
[.]...[.}ν} ἔνοχοι γείνίονται τούτου τοῦ 
[-]..00[ αἴ[μ]ατος ποιεῖτε οὖν 


C'est un fragment de la X° Similitude; le Recto correspand au para- 
graphe 3,2-5, dont voici le texte latin (versio vulgata) : le messager du 
Pasteur présente à Hermas les vierges en disant : « omnes habentes gra- 
tiam apud dominum. igitur 81 habuerint domum tuam puram, tecum perma- 
nebunt; sin autem pusillum aliquid inquinationis acciderit, protinus a domo 
tua recedent. hae enim virgines nullam omnino diligunt inquinationem. dico 
ei : spero me, domine, placiturum eis, ita ut in domo mea libenter habitent 
semper. et sicut hic, cui me tradidisti, nihil de me queritur, ita neque illae 
querentur. ait ad pastorem illum : video, inquit, servum dei velle vivere et 
custoditurum haec mandata, et virgines has habitatione munda conlocatu- 
rum. haec cum dixisset iterum pastori illi tradidit, et vocavit eas virgines et 
dixit ad eas... » (p. 114 de l'édition de HiLcEnFELD). 

(Verso, Similit. X, 4,3) : « qui novit igitur calamitatem huiusmodi hominis 
et non eripit eum, magnum peccatum admittit et reus fit sanguinis eius. facite 
igitur, etc. » (p. 1414, 1. 27 de HreenFELD). 

Les variantes du texte grec sont considérables : ]. 15 οἶδα = scio comme 
dans le codex Palat. et l’éthiopien, video versio vulg.; 18 ἐν χαθαρότητι = in 


198 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [104] 


puritate de la version éthiopienne, la version latine offre habitatione munda. 
(in habitationem mundam); 22 les versions n’offrent rien devant λέγει; 4 
ἔνοχοι est le pluriel, cependant les versions offrent reus. 


23 


FRAGMENT THÉOLOGIQUE CONTENANT UN PASSAGE DU PASTEUR “è an 
(MANDAT. XI, 9-10) 


Provenant d'Oxyrizyoloa. Écriture du III°-IV" siècle, 


Ce fragment a été publié par MM. GrenreLL et Hunt, Ovyrhynehus Papyri, 
I, p. 8-9, n° V. C’est un feuillet, fragment d’un codex, éerit sur les deux 
còtés en onciale rustique de la fin du 1° ou du commencement du 1v* siè- 
cle. Les abréviations mya ἂς 4 χς pour πνεῦμα, χύριος, Ἰησοῦς, Χριστός ΒῪ trouvent 
ainsi que l’apostrophe pour distinguer le mot david’ (verso, 1. 14) comme un 
nom d'origine étrangère. Hauteur du papyrus 42 centimètres, largeur 
114 millimètres. Le passage du Pasteur d’Hermas a été constaté par 
F. Ο, Conysrare (Athenaeum, 9 juillet 1898), A. Hannack (Academ. Berlin. 
Sitzungsberichte, 14 juillet 1898) et V. BanrLET (Athenaeum, 6 octobre 1898). Je 
reproduis le texte de MM. GrenreLt et Hunt, l. c. et II, p. 317 8. 


ÉCRITURE 


sur les fibres horizontales (Recto). sur les fibres verticales (Verso). 


τιν. . τότε ὁ pae eta bi) 

λος τοῦ πν(εύματο)ς τοῦ προφητίι [«]ν πν(ευμ]  ....]. > 
χοῦ ὁ κείμενος ἐπ᾿ αὐτῷ ἐπεὶ 

πίλη]ρίοἱ τὸν ἄνθρωπον χαὶ say [esse ]t{ 

5 πλησθεὶς ὁ ἄνθρωπος ἐχεῖ Malo ] me 
vos τῷ πνίεύματ)ι. τῷ ἁγίῳ λα λικοί. «+ +] Δαυιδ 
λεῖ καθὼς ὃ χ(ύριο)ς βούλετε (1.-ται) suer.[. .. .] με 
οὕτως φανερὸν ἔστε (].-ται) τὸ μασί. .. . .] εἰ. 
πν(εῦμ)α τῆς θειότητος(.) τὸ γὰρ sot.[..:..Joll 

10 προφητιχὸν πν(εῦμ)α τὸ σω ouTe...|. ]ov| 
μάτειόν ἐστιν τῆς προ χαλυψε 1] σοι.....7.ὲ 


φητικῆς τάξεως ὃ ἔστιν 
τὸ σῶμα τῆς σαρχὺς Ἰ(ησο)ὴῦ Χ(ριστο)ῦ 
τὸ μιγὲν τῇ ἀνθρωπύτη 

15 τι διὰ Μαρίαςί.) ὅτι δὲ 


δοχῇ δεκτικόν è 
Ὀχγ EXTIXOV ἐστιν 


ἰτῆου ανθίρω]ποίυ 
π᾿ ουράνιοις pal 
o david εν πνίευματ).....( 


x(upto)v αὐτὸν εἰς. 


Digitized by Google 


VI. TEXTES DIVERS DE LA LITTÉRATURE CHRETIENNE. 199 


Le texte de Hilgenfeld (édition de 1887, p. 53) offre des variantes; au 
commencement : πίστιν θείου πνεύματος καὶ ἔντευξις γένηται πρὸς τὸν θεὸν τῆς συνα- 
γωγῆς τῶν ἀνδρῶν ἐχείνων τότε ὁ ἄγγελος, semble étre perdu le passage καὶ ἔντ. 
jusqu'à τότε; ----ἶ. 3. ὁ κείμενος πρὸς αὐτόν; ---- I. 5 πληρωθεὶς ὁ ἄνθρωπος; ---Ἰ. 6-7 
λαλεῖ εἰς τὸ πλῆθος ; — Ἰ. 8 οὕτως οὖν. Le passage cité du Pasteur (Mandat. XI, 
9-10) ne contient que quelques lignes. | 

L'ouvrage semble avoir eu pour sujet un traité sur l’esprit prophétique ; 
il est perdu comme beaucoup d’autres de l’antiquité chrétienne. 

Traduction :« ...)à ce moment, l’ange de l’esprit prophétique qui est sur 
lui remplit l'homme et celui-ci, comme il est plein du Saint-Esprit, parle 
comme le veut le Seigneur; ainsi paraîtra l’esprit de la divinité. ) Car l’es- 
prit prophétique et l’essentiel de l’ordre prophétique, c'est le corps charnel 
de Jésus-Christ qui par sainte Marie est devenu homme... » 


24 
VIEUX FRAGMENT THÉOLOGIQUE D'OXYRHYNCHOS, N° 210 
Provenant d'Oxyrbhynchos. Écriture du 111" siècle. 
__Fragment d’un feuillet de papyrus arraché d’un codex. Hauteur 173 mil- 
limétres, largeur 87 millimètres. 
L’écriture est une onciale irrégulière; on y trouve les abréviations πρς 
πατρός, τη. Ἰησοῦς, θυ θω θεοῦ θεῷ, ανθρποί ἄνθρωποί et Ἰμθω qui n'est pas claire. 


Nous reproduisons le texte de MM. GrenreLL et Hunr, Oxyrhynchus Papyri, 
n° 240, vol. II, p. 9-10. 


ECRITURE 


sur les fibres horizontales (Recto). sur les fibres verticales (Verso). 


ΠΟ [μμαρταί..αλ! γί 
[-].ἐξει i{...an{ M 
' [..]pow οὐ δυναταίι Ἰωπελί 
[emana ἂν πο Jey 
5 [Jef epoec nel 1... Jp 
ἱπεῖρι ἀγγέλου λεχί Ἰυ mos i 
i tu.]s npew ta a6[ Ἵν αγαίθ 
vani συΐ το 
ουτος ταὶ Ἰπροιΐ 
10 em eta al 10 ἀγαθὸν τοί 
τι ati ]evey'x0] 


(- 
Digitized by YI O ogle 


200 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. ὀ ὀ [106] 


δουΐ Ὡς ο[...1 αλλαΐ 

οπεί i Je τηῖ. χ]αι spet τί 

deux lignes perdues i αγαΐθους [ev]ey'uet οἱ 
"δὶ 15. ἐνεγίκ, αἸγαθοςί 
VAN a CAVIE καρῖπος d(ev]dpov ayabou 


Ἰυποί.. α͵γαθου ἐγὼ εἰμι 
Ἶτο εἰμι εἰκὼν τῆς 
Jos ev μορφη Bu 
20 Ἰδιὰ ὡς εἴκων αὖ 
Ἰμθω. dò τω 
Ν τοὺ εἰναι 
Ἰευται opera 
ἵντα του αἱ. 
25 \idey om 
Ἰσαν idev 
Jevoc επί. 
ἰανθρποί. 


Dans les lignes 14-17 du verso, il semble étre fait allusion ἃ saint Mat- 
thien vu, 17-19 et saint Luc vi, 43-44, passages relatifs ἃ l’arbre connu par 
ses fruits. L. 19 du verso est peut-étre en relation avec Phil. 1, 6 ὃς ἐν μορφῇ 
θεοῦ ὑπάρχων. Cet ouvrage théologique perdu semble avoir été un récit ou une 
homélie, 


25 


FRAGMENT THÉOLOGIQUE D'OXYRHYNCHOS, N° 405 
(IRENAEUS, CONTRA HAERESES, III, 9) 


Provenant d’Oxyrhynchos. Écriture du 115 et III° siècle, ( Voir Planche I, 5.) 


Ces sept fragments d'un rouleau écrit dans une belle onciale, sont évi- 
demment les restes d'un exemplaire du commerce littéraire. La marge su- 
périeure de l'écriture comptait 16 millimètres, l'espace vide entre deux 
colonnes d’écriture 1 centimètre. Les abréviations ὃς ys te ΒῪ trouvent 
également comme les traits angulaires caractérisant les passages cités de 
l'’évangile, connus par les plus anciens manuscrits. Les fragments sont tout 
petits; le plus grand mesure 5° de largeur, 8°"5 de hauteur. M. J. Anmi- 
taGE Rosinson (Athenaeum, 24 octobre et 7 novembre 41903) a identifié le 
texte avec celui d’Irénée dont nous ne possédons que la traduction latine; 
voir aussi RenpeL Harris, Athenaeum, 14 novembre 1903. Nous reprodui- 
sons le texte de MM, GrenreLL et Hunt, The 0oyrhynchus Papyri, vol. IV, 
p. 264, Appendix τι. 


πὶ Google 
n | L . 


[107] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTÉERATURE CHRETIENNE. 201 


1"° COLONNE II° COLONNE 
[4 lettres perdues].[..]..{10 lettres pie rg 
Χρί [-...«λίδ]ανίον δὲ ὅτι θ(εὸ)ς ὁ 
ἱστοῦ] σου [ὥὦμοσεν χ(ύριο)ς τ]ῷ ΔΙ[αυ] [καὶ γν)ωστὸς [ἐν τῇ ᾿Ιουδαίᾳ] 
[ed ἀϊλήθ[εια]ν καὶ οὐ μὴ ade τος 20 ἰγεν)όμενος χ[αὶ ἐμφανὴς τοῖς] 
[τ] [σε]: [αἸὐτὸν ἐκ χ[αρ]ποῦ τῆς μὴ ζητοῦσιν [αὐτὸν χαὶ ἐπὶ] 

5. χοιλίας σου θήσίομ)αι ἐπὶ θρό τοῦ βαπτίισμοῦ φησι Νίατθαϊ] 
ίνου σου κα]ὶ π[άλιν)" γνωστὸς > 06° ἀνεώ[ζχθησαν οἱ οὐρανοὶ) 

[ἐν τῇ Ιουδαίᾳ ὁ θ(εὸ)ς κ]αὶ ἐγενή > καὶ εἶδεν τὸ πν(εῦμ)α τοῦ θ(εο)ῦ κατα] 
[θη ἐν εἰρήνη ὁ τόϊπος αὐτοῦ 25 > βαῖνον ὡς πίεριστερὰν χαὶ] 
[rat τὸ χατοιχητήρ)ιον αὐτοῦ > ἐρχόμενον εἰἰς αὐτὸν καὶ] 

10 [ἐν Σιὼν ὁ ὑπὸ τῶν] προφη[τ]ῶ(ν) > ἰδοὺ φων[ὴ ἐκ τῶν οὐρανῶν) 
ἱκηρυσσόμενο]ς χαὶ ὑπὸ τοῦ > λέγουσα(᾽) σὺ εἰΐ ὁ υ(ἱό)ὴς μου ὁ ἀγα] 
[εὐαγγελίου. Ἰταγγελ[λ]όμε > πητὸς [ἐν © [εὐδόκησα() οὐ) 

[vos καὶ ὁ u(tò)c ἐκ] παρθέν[ου] 80 γὰρ τότε ὁ Χ(ριστὸ)ς [χατέθη εἰς) 
[ f0Olettres [Ἰοὺ καὶ τὸ [ἀσ] τὸν ᾿Ιησοῦ)ν οὐδ᾽ ἄϊλλος μὲν ὁ Χ(ριστὸ)] 

15. [τρον Ἤσχίας μὲν οὕ]τως [ἐ ἄλλος δὲ ᾿Ἰ[(ησοῦ)ς ἀλλὰ ὁ λόγος τοῦ] 
[προφήτευσεν᾽ ἀνατε]λ[εἴ θ(εο)ῦ ὁ σωτίὴρ πάντων καὶ χυ] 


ριεύωϊν οὐρανοῦ καὶ γῆς] 


Col. I, 1. 12. Le texte latin porte ici annuntiatus; mais ἐ)παγγελ[λ)όϊ μενος ne 
va pas, parce que la première lettre est τ ou γ. 

L. 13-14. Le texte latin est beaucoup plus long : et huius filius qui ew fructu 
ventris David, id est ew David virgine et Emmanuel, cuius et stellam, etc. 

Col. II, 1. 28. Le texte de saint Matthieu est cité sous la forme que 
nous offre le manuscrit D : σὺ s[letc., au lieu de οὗτός ἐστιν ὁ υἱός μου ἀγαπητός et 
ὡς (1. 25) au lieu de ὡσεί; saint Irénée a donc connu le texte qui est mainte- 
nant représenté par le codex Bezae. | 

L. 81. Le texte latin est : in Jesum, neque alius quidem Christus. 


26 


DEUXIEME FRAGMENT THÉOLOGIQUE D'OXYRHYNCHOS, N° 406 
Provenant d'Oxyrhynchos. Écriture du III° siècle. (Voir Planche I, 2.) 


C'est un fragment d’un feuillet arraché d’un codex en papyrus; les deux 
còtés, en effet, sont remplis d'une belle onciale, écriture épaisse du 111 siècle. 
La hauteur du papyrus est de 105 millimètres, sa largeur de 65 millimètres; la 


marge supérieure mesure 32 millimètres, la gauche 2 centimètres. Texte de 
Grenfell-Hunt. 


LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [108] 
ÉCRITURE 


sur les fibres verticales (||]) Verso, sur les fibres horizontales (=) Recto. 


παχννθγη γὰρ [ἡ καρδία τοῦ Ignoto) 
λαοῦ τούτου x[ai τοῖς ὠσὶν Ἶ..0σ..«χὼ 
βαρέως ἤχουϊσαν χαὶ τοὺς Ja 
ὀφθαλμοὺς αἰὑτῶν ἐχάμ. 7νυ.[.1..{.Ἰσανυ 
5 μυσὰν μή more ἴδωσιν τοῖς 5 | ἄλλοθεν λαλῶ 
ὀφθαλμοῖς αὐτῶν καὶ τοῖς ὦ Ἰαὐτῶν γάρ 
σὶν ἀχούσωσιΐν καὶ τῇ καρδίᾳ | AG 
συνῶσιν καὶ ἐπιστρέψωσιν ἰωπου υἷος du 
nali) ψάσομαι αἰὐτούς bi sn 
10. t...]egl.].[.]ove[ 10 Je[.....]po 
[100 0]84{s0 «JM. 
ΕΣ τ ὡς Joy 


Le passage ἐπαχύνθη γάρ, ete., est Isaie vi, 9 cité dans l’évangile de saint 
Matthieu χα, 15 et dans les Actes des Apòtres xxvin, 27. Ici le texte est 
conforme à celui du Nouveau Testament, tandis que celui des Septante offre 
αὐτῶν après ὡσίν. Par une faute assez fréquente dans le grec de cette époque, 
ἰάσομαι est éerit au lieu de ἰάσωμαι. 

Au recto, l’abréviation ἐσταυρωμένος Χίριστό)ς est extraordinaire. 


27 


UNE INTERPRÉETATION DE MOTS HÉBREUX DE LA SAINTE ÉCRITURE 
(ONOMASTICON SACRUM) 


Écriture du commencement du IV® siècle. 


Ce papyrus appartient à la bibliothèque de Heidelberg (n° 1359), fonds 
Reinhardt; sa provenance est inconnue. Hauteur 172 millimètres, largeur 
105 millimètres; marge supérieure 25 millimètres, marge gauche 2 cen- 
timètres. L’'écriture est sur les fibres horizontales. On a plié le papyrus 
verticalement en deux, puis horizontalement suivant des distances de 
15 millimètres à 3 centimètres. M. Deissmann, le premier éditeur qui l’a 
savamment commenté, pense que ce fut une amulette ou une copie; ce 
n’est pas un fragment d’un livre de commerce, car il a la forme d’un feuillet 
de codex sans avoir l’écriture sur les deux còtés comme c'est le caractère 
d'un codex. 

D’après l’introduction du Liber interpretationis hebraicorum nominum de 
saint Jéròme, éerit entre 386 et 392, deux auteurs grecs s’étaient occupés 


i. Google 
δὲ L ] 


[1090] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTÉERATURE CHRÉTIENNE. 203 


du méme sujet, Philon et Origène; les étymologies de ces deux auteurs ont 
été l’original dont notre papyrus nous conserve un extrait écrit cinquante ans 
environ après Origène, quatre-vingts ans avant saint Jéròme. Voici le texte 
et l’extrait du commentaire de M. Deissmann, Die Septuaginta Papyri und andere 
altehristliche Teote Veroeffentlichungen aus der Heidelberger Papyrus-Sammlung 
1905, p. 86-93, Tab. 57°. L’ordre est alphabétique. 


| TEXTE TRANSCRIPTION 

APIMA IHCOYC IGOCWTHPIA αριμα Ἰησοῦς Ιω σωτηρία 
APIHA dWCMOYOY ἀριὴλ φῶς μου θεοῦ (1].-θεός) 
AZAHA ICXYCOY alan) ἰσχὺς θεοῦ 
+++ ++(mot effacé) 

5. IQMAN IAGOTTICTIC Lay teu πίστις 
IWBAB Ιὼ TTATHP bat to πατήρ 
HAIHAICAZAXOANI : GOEMOYOE = nc ηλι calaybam sic : θεέ μου θεέ μου ἐς τί 

MOYECTIMEENKATEAITTEC με ἐνχατέλιπες 

ANAHA XAPICOY avan χάρις θεοῦ 

10 IOYAA[C]IAWEZO[MO]AOFHCIC tovd ac ιαὼ ἐξομολόγησις 
ΠΠΕΡΑΗΛ OIKTIPMOY LEpanÀ οἰχτιρμοῦ 
[NEDOAE - ἰαωδιάνοιξις ιεφθαε vu διάνοιξις 
[I]GNAOAN IAGDAOMA rovabay Lot) δόμα 
[IEPOBOAA  AIKACMOCANWTE- ιεροδοαλ διχασμὴς ἀνώτερος 

PO[C] 

15 [I]WCH® IAWIIPOCOEMA ιωσὴφῷ vu πρύσθεμα 
ἩΟΊΑΙΟΥ ETTAPCICIAG) ἡσαίου ἔπαρσις tw 
ἔκ ΛΑ Μ KATATTAYCIC ).λαμ κατάπαυσι: 
IAXAZ IAGDKPATOC rapa Lat) χράτος 
ΠΊΑΚΙΝ IAGDANACTACIC ιλχιν tato ἀνάστασις 

20 Ιαὼω Lat) 
[. «JP» [ecs] 
KATHC ΑΓΙΟΝ AATTG ἅγιον 
MAANA EKTTAPAKAHC[EWC] paava ἐχ παραχλήσί ως! 
MAMABAHA — AIATAGONETC] payaGanà δι’ ἀγαθὸν 0[edc] 

5. MEAEXEIHA — BACIAEYC[MOY ΘΟΩῚ μελεχειηλ , βασιλεύς μου θεός 

HA[I] ©CMOY ni θεύς μου 


On trouve des passages analogues dans les Onomastica Sacra, édition de 
Lagarde qui contient le Liber interpretationis de saint Jéròme, l’Onomasticum 
Uoislinianum, plusieurs Onomastica Vaticana et les Glossae Colbertinae sil faut 
citer aussi les étymologies du manuscrit Q des Septante, dit Onomasticon 
Marchalianum chez Krosrenmanx dans la Zeitschrift fir alttestamentliche Wis- 
senschaft XXIII (1903), p. 135-140; les étymologies de Philon le Juif sont 


| CRANIO » 
da A TN | I ì = i εκ "Ὁ 
}IGITIZEO DV DIX7A7_ x 
| 
i } 


pre TTT - TITO 


204 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. [110] 


étudiées par C. SiecerieD, Philo von Alecandria, 1875, et Philonische Studien 
chez Merx, Archiv fur wissenschaftliche Erforschung des Alten Testaments, II, 
2 (1872), p. 143-163. 

L. 1. L'étymologie σωτηρία κυρίου est philonienne (Siegfried, Philo, p. 366); 
au lieu de χυρίου le papyrus offre w ou tx. 

L. 2. La méme étymologie est dans le Marchalianus, qui a pour original 
les étymologies d’Origène. Ap φῶς μὸν offrent les gloss. Colbert, p. 201? et 
Apt φῶς μου les mémes, p. 201. 

L. 3. Comparez Αζαηλ ἰσχὺς θεοῦ, Colbert, p. 201° (cf. Vatican, p. 
18699 f). 

L. 4. ἴωμαν ἀοράτου πίστις Coislin, p. 170° sq. 

L. 6. Lisez Ἰωαῦ, aussi Ιωαβ ἀόρατος πατήρ Coistin, p. 170" sq. 

L. 7. Le passage de la sainte Keriture est Matth. xxvn, 46; Marc xv, 34; 
ἥλι nd λειμα σαδαχθανι θεξ μου θεέ μου ἱνατί με ἐγκατέλιπες Vatican, p. 175" sq. 

L. 9. Comparez avenà χάρις θεοῦ ταπείνωσις θεοῦ Coistin, p. 162° sq. 

L. 10. Comparez Philon (SieGrRIED, p. 366) κυρίου ἐξομολόγησις ; Clément d’A- 
levandrie σώζων τὴν πρὸς θεὸν ὁμολογίαν: Vatican, p. 193" Toudag: ἐξομολόγησις ἢ 
ἱχάνωσις κυρίου etc. 

L. 41. A comparer Iepepen) οἰκτιρμὸς θεοῦ Vatican, p. 1925} et ἃ corriger ici 
Tepapiam) et οἰχτιρμὸς θεοῦ. 

L. 12, De méme Iephue' raw διάνοιξις, ἠπατημένος Coislin, p. 1697". 

L. 13. Comparez Iwvabxv ἀοράτου συντέλεια, ἀοράτου δύμα, περιστερά, περιστερᾶς 
δόμα Coislin, p. 171" sq. | 

L. 14, Comparez Ispobax)* πειρασμὸς θεοῦ, ἀνώτερος, διχασμὸς ἀνώτερος Coislin, 
p. 169° 1 

L. 15. L’étymologie de Philon est xupiov πρόσθεσις ou rpdobenz (SIEGERIED, 
p. 193, 366). Inonp: raw προσθήκη, ἀοράτου ἔξοδος, ἀοράτου δεξιά, ἔξοδος, ἴαμα, πρόσ- 
θεμα Coislin, p. 171'° sq. 

L. 16. La restitution est fondée sur Ἡσαιας σχιασμὸς ἢ ἔπαρσις θεοῦ Colbert, 
p. 202°. 

L. 48. Corrigez Ιωαχαζ selon Iwayas ἀοράτου, χράτος dop&tov, δύναμις ἀοράτου 
χατάσχεσις Coislin, p. 170° sq. 

L. 19. Un passage analogue est Ιαχιν ἀνάστασις, ἀοράτου ἀνάστασις, πάλη Uois- 
lin, p. 1675" sq. 

L. 22. xxtns est une faute pour χαδὴης, Philon offre l’étymologie xaddns ἅγιος 
(SteeeRIED, p. 367). Καδης ἅγιον ἅγια Coislin, p. 1715) et ainsi tous les autres 
interprètes. 

L. 23. Le passage : Manaa requies, chez saint Jéròme, p. 39**, a pour va- 
riante Maana requies et Manaa consolatio (c'est le grec παράχλησις) vel requies 
est une autre interprétation, le méème p. 39'°. Les lexiques grecs n’olfrent 
pas cette étymologie. 


Digitized by Google 


[ttt] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE. 205 


L. 24. Lisez ματαβαηλ et comparez Meetabel quam bonus deus chez saint 
Jéròme, p. 8°. 

L. 25. Comparez saint Jéròme : melchihel rex meus deus, p. 8°*. Μελχηλ 
βασιλεία θεοῦ Vatican, p. 195". 


TRANSCRIPTION LATINE ET TRADUCTION 


ARIMA Jésus Jéhova est le salut IONATHAN  léhova le présent 
ARIEL Dieu est ma lumière IEROBOAL la justice supérieure 
AZAEL la force de Dieu IOSEPH . léhboval’addition 
IOMAN Jéhova est la foi ESAIE élever son coeur ἃ Dieu 
IOAB Jéhova le père }-LAM le repos 
ELI ELI (LAMMA) SAC(B)AKHTHANI IKO)AKHAZ  léhova la force 
Mon dieu, mon dieu, pourquoi m'as-tu IAKIN Iéhova la résurrection 

abandonné? KADES saint 
ANAEL la faveunr de Dieu MAANA la consolation 
IOUDAS léhova est la confession MATABAEL que Dieu est bon 
IERCAMA)EL la commisération de dieu MELEKHIEL Dieu mon roi. 
IEPHTHAE  léhova est la porte ELI mon Dieu 

28 


VIEIL HYMNE CHRETIEN 
III" et IV° siècles. 


Cet hymne est éerit dans une seule grande colonne de 195 milliméètres de 
hauteur et 243 de largeur sur le recto d’un grand morceau de papyrus, 
qui a 264 de hauteur et 341°3 de largeur. Les marges ont 2 centimètres ἃ 
gauche, 1°"9 en haut, 5 centimètres en bas, 5 centimètres ἃ droite. Ce sont 
vingt-quatre vers d’écriture en ordre alphabétique, car l’hymne est acros- 
tiche. Chaque vers consiste en trois parties dont chacune commence par la 
méme lettre. La construction métrique a pour base deux principes : l'un 
est celui de l'ancienne poésie grecque, l’emploi alternatif de syllabes longues 
et brèves; l'autre est l’accentuation des syllabes. Les deux systèmes pratiqués 
en méme temps rendent diflicile l'exact établissement du mètre qui doit se 
représenter par le schéma τ΄ Les syllabes accen- 


Cd 
ὩΣ Od il a ou voro  ωωϊωωϊω. 
—@ ce τὦὸ- n= 


tuées comptent dans le vers comme les longues, par exemple : 


e fu u ! - I 


λουσάμενος ἐν Ἰορδάνῃ 


La longueur des voyelles brèves produite par la position devant deux 
consonnes ne se compte pas : 


— luwuu Ι Al ΓΞ Ι n 


ἣν ὥρισε σοὶ ὃ δεσπότης 


I 


206 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. "117 


Les diphtongues et voyelles longues qui ne sont pas accentuées mais vor 
sines des autres syllabes accentuées comptent pour brèves : 
IR E di 
ὁ λαδὼν ζωὴν αἰωνίαν 
Evidemment, c'est l’art métrique populaire qui a été ainsi protégé comme 
le rythme dans les chants latins des églises romaines. 
Voici le texte qui a été publié par MM. GrenreLL et Hunt dans les Amhersi 
Papyri, Pars I, London, 1900, p. 23-28. 


Transcription du papyrus : 


[--.1α. υνθνανειποσ' : αθανατ [21 lettres perdues)] νατονζωηνιναλαδησ 
βαρυνθεσμονεφυγεσανομουί: 1βα[20 1. Ἰινιχαυτον προσαγαπὴν 
γαμονηλυθεσθασίληος : γαμονχ.ν.[..7λ. [14 ].1. ἵναμησαφενισης 
δυσιρημασιμηχετιλαλει : διχατωνεπισει [15 1.).[...]...02ag 

δ᾽ epyovrat Tive'a'mpobativota : ἐνσχημασινεσωθενλί 3. ].].τεμαχροθεν 
ζητιζησαι μεθαγιων : ζί .]Ἰτιζωην ivadabn : ζη[[ὅ 1.] φυγὴ 
ἠνεμαθεσελπιδαχρατι : ἡνωρι Ἰενσεοδεσποτὴ [14 1.].Xov 
θσηλυθενπολλαχομισασ : θανατο .Ἰτριτοπηματελεσα [11 1.]. et... adovo 
ισοπαθωνεπιτουτοισ : Ἱπωνοτινωταπαρεέχω : iva..Bav[.. Ἰουπεριπεση 

10 χαλαεισινταθεσματουθυ : χαταπαντατυποισυπομενί. .] : καληνζωηνιναλαθης 
λουσαμενοσενιορδανὴ : λουσαμενοσενιτυποισ : λουτρονί .Ἶ0 χαθαρσιονεχει 
μεινασεπιραζετοενορι : μεγαλωσδυποπα θ΄ ουνομου.... «νησαυτοσειη 
νυνειργασαιχληρονομιασ : νυνχερονεχί... Ἰσοτι.... Ἰνυντοισπινωσινμεγαλοσ 


ξενουσειπενθσδιατρεφιν : ξενουσχαμηδυνμενουσ : [...... Ἰετοπυριναφυγὴ 
15° ονεπεμψενπατηρίναπαθη : ολαδωνζωηναίι Ἰνια[......]ρατοσαθανασιασ 
παισινδῖ Ἰυνγ᾽ γελιζελεγων' πτωχοιδασιλιανε.. .[.....ς Ἰειναικληρονομι σ΄ 
ραπιζί....«Ἰενειτυποις : ροπηνιναπανταπαρεχ εἰ... Ἰανατονινολεση 
συθαί....Ἰναστασινιδησ : συτοφωσιναιωνι{.νι{......],φωτωνιναλαθησ 


ταί Ἰεα... .Ἰαυλαλυπομένων : τὰ δεσχιρτηματα. [9 1.]ppoGepovrapavopore 
0 υποτη Ἰχαρινηλθεσαχοπωσ : υπαχουεπενησιν [14 ].Ἰνοσμηχετιλαλι 

[14 1. Ἰπιτοπυῤφοθερονεισαιχρον [16 1.] οπυρπαρανομοισ 

[22]. Ἰχσκαιστεμαθαγιω [13 1.Ἰπυρπαρανομοισ 

[23 1. Ἰων ψαλμουσμεθαγιων : ψυχην.[.]τεπαντοτετρεφειν 

[22 1. 1: ὠνελαθεσμηχετιλαθησ : ὠνειπενσοιϊναλαθησ 
25 [231. Ἰανατονουχετιδυνη 


Voici un essai de restitution de notre texte : 


1 ([A...])..uv 0(sd)v av. .... Ἀθάνατ[υ!υυ!-- ᾿Ἀθάνατον ζωὴν ἵνα λάθης. 
2 Βαρὺν θεσμὸν ἔφυγες ἀνόμου Βα υυυ ον" --  Βυυ! χαὐτὸν πρὸς ἀγάπην" 
3 [Γάμον ἤλυθες βασιλῆος Γάμον x vuluut— Fuuiva μή σ᾽ ἀφανίσης. 


[113] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTERATURE CHRETIENNE. 207 


i Δυσὶ ῥήμασι μηκέτι λάλει, Δίχα τῶν ἐπισί! υυ!-- Auuluuluu ολᾶς. 

5 "Egyovrai τινες προδατίνοις "Ev σχήμασιν ἔσωθεν λ[ύχοι, ᾿Επιγνώσεσθέ! τε μιχκρώθεν. 

6 Zia ζῆσαι pel” ἁγίων, Ζ[ἡτει ζωὴν ἵνα Ven, Ζήϊτει τὸ πῦρ ἵνα] φύγης». 

7 ἪΝν ἔμαθες ἐλπίδα χράτει" Ἣν ὥρισέ σίοι) ὁ δεσπότηις Πμέραν οὐδενὶ δῆ lov. 

8. Θ εὸ)ς ἤλυθε πολλὰ χομίσας. Θανάτου] τριτόπημα τελέσας Our uu! ]uu! οὺς 

υ Ἰ[ησοῦ)ς ὁ παθὼν ἐπὶ τούτοις εἰπὼν ὅτι νῶτα παρέχω "Iva μὴ day ἀτίῳ meprrions>. 

in Καλ᾽ εἰσὶ τὰ θεσμὰ τοῦ Θ){ε0}0᾽ Καὶ χτὰ πάντα τύποις ὑπομέν εἰ] Καλὴν ζωὴν ἵνα λάξης. 

1 Λουσάμενος ἐν lopdava, Λουσάμενος ἐνὶ τύποις, Λουτρὸν [τὸ καθάρσιον ἔχει. 

12 Μεΐίνας ἐπειράζετ᾽ ἐν ὄρει. Μεγάλως δ᾽ ὑπὰ '"υυ! —Muu ---- -- - αὐτὸς since. 

13 Νῦν ἔργασαι χληρονομίχς, Nov καιρὸν ἔχεις ὅτι [δίδως Nov τοῖς πεινῶσι μεγάλως, 

Th Ξένους εἶπε ὑ(εὸ)ς διχτρέφειν, ᾿Ξένους κα΄“ <i>. μὴ δυν-Ξ χα“ μένους [Ξένιζ)ε τὸ πῦρ ἵνα 

ιν Ὃν ἔπεμψε πατὴρ ἵνα πάθῃ, "O λαβὼν ζωὴν zijolvi[2v, Ὁ λαῤξὼν κὶράτος ἀθανασίας. 

ὁ Παισὶν δ᾽ [εἰὐηγγέλιζε λέγων" Πτωχοὶ βασιλείαν λάξδ᾽ωσιν Παῖδες] εἶναι κληρονομίας, 

17 ᾿Ραπισίμένος] ἐνὶ τύποις Ῥυπὴν iva παντὶ παρέχη Ῥήξας θ]άνατον ἵν᾽ ὁλέσῃ. 

18 Σὺ θχίνὼν ἵν᾽ ἀνάστασιν ἴδης, Σὺ τὸ φῶς ἵν᾽ αἰώνι οἷν das, Σὺ Oe0)v] φώτων ἵνα λάδης. 

19 Τὰ [δ᾽] ἀϊνάπ]χυλα λυπο-- υ“Ξμένων, Τὰ δὲ σχιρτήματ᾽ ἀϊπίστοις, Τὸ δὲ πῦρ φοβερὸν 
παρανύμοις. 

9 Ὑπὸ τὴν] χάριν ἦλθες ἀκύπως" "Υ πάχουε πένησιν [αἰτοῦσιν, ᾿Ὑπερηφάϊνως μηκέτι λάλει. 

21 [Φοδερόν υυ! ἐστι τὸ πῦρ, Φοδερὸν εἰς ἀεὶ χρόνιον, Φοδερόν γε τὺ πῦρ παρανόμοις. 

22 [Χ[ριστὸὶς uutuur—] Χ(ριστὸ)ς καὶ στέμμαθ᾽ ἁγίωϊν X(ptotò)s καὶ] πῦρ παρανύμοις. 

“4. [Ῥυυθυντυυ!.-- Ῥάλλ]ων ψαλμοὺς nel’ ἁγίων Ἷ υχὴν [λέϊγε πάντοτε τρέφειν. 

Ml [Ὡ τὸυτου --} Ὧν ἔμχθες μηχέτι λάθη Ὧν εἶπέν σοι ἵνα λάδης. 

25 [Μαθὼν δὲ τὰ γράμματα ταῦτα τρεῖν ἢ ἄνατον οὐκέτι δύνῃ. 


Les restitutions du texte sont dues ἃ MM. Grenfell et Hunt; seulement j'ai 

suppléé des lacunes dans les lignes 5, 7, 16, 17, 19, 22, 23 et 25, 
dn? n? 

Dans la 1" ligne, on peut lire aprés 0(edv) av εἰν 00 ; le trait à la fin marque 
le commencement d'un nouveau vers, cf. 1. 21 mg . 

L.2. A cause des circonstances métriques, il faut changer l’ordre des 
mots βαρὺν ἔφυγες θεσμὸν ἀνόμου vutuu—uvu!—. Après la lacune, on peut hésiter 

v? 
n? A? 
dans la legon : Ἰινιχαυτον, ete. 

L. 3. Les éditeurs comparent saint Matthieu vi, 165 ἀφανίζουσιν γὰρ τὰ πρόσωπα 
αὐτῶν. 

L. 5. CL saint Matthieu vu, 15 ψευδοπροφητῶν οἵτινες ἔρχονται πρὸς ὑμᾶς ἕν ἐνδύ- 
μασι προδάτων, ἔσωθεν δέ εἰσιν λύκοι ἄρπαγες. J'ai restitué ἐπιγνώσεσθε d'après saint 
Matthieu vn, 16, 20. 

ει. ὩΣ, ὁρίζει pi pav Epitre aux Hébreux 1v, i ; ὁρίσαι τοὺς HALID Actes des 
Apòtres xvir, 26, 


PATIR. OR — T, IV. Digitized by Google 


tie 


208 LES PLUS ANCIENS MONUMENTS DU CHRISTIANISME. © [114] 


vi ἢ 
ve? da? 
L.8. On peut lire ἃ la fin de la ligne ᾿.ετιρη. «dova. 
L. 10. Le mètre semble étre celui-ci : καλά εἰσιν τὰ θεσμὰ τοῦ δέον cufuutuute 
et dans |. 11 : λουσάμενον ἐν Ἰορδάνῃ I uulvul— 

L. 16. Lisez παισὶν δ᾽ εὐηγγέλιζε λέγων --! eutuut- ; ἔλωσι est le subjonetif em- 
ployé pour le futur comme il l'est souvent dans le gree du moyen age. 
L. 18. Cf saint Jean 1, 17 τοῦ πατρὸς τῶν φώτων (Grenfell-Hunt). 

L. 19, σκιρτήματα est le tressaillement comme dans le néo-grec.. 


TRADUCTION, 


I.«,.. Afin que tu regoives la vie éternelle. 

2. Tu as échappé ἃ la constitution de l’Injuste, 

3. Τὰ 65 venu ἃ la noce du roi. 

4. Ne parle pas d’une manière ambigué. 

5. Jly enaqui viennent en habits de brebis étant au dedans des loups; vous 
les connaîtrez de loin. 

6. Tache de vivreavecles saints, tàche afin quetu regoives la vie, tàche afin 
que tu échappes ἃ l’enfer. 

7. Tiens-toi ἃ l’espérance que tu as connue. Personne ne connaît le jour 
que Dieu t'a fixé. 

8. Dieu est arrivé portant (le salut) après avoir vaincu la mort d'une triple 
victoire. 

9, Jésus a souffert pour cela disant :J'offre mon dos (aux plaies) afin que tu 
recolves la vie. 

10. La loi de Dieu est belle; qu'elle soit l’exemple ἃ suivre afin que tu 
recorves la bonne vie. 

11. (Jésus) lavé dans le Jourdain, lavé comme exemple (du baptème), a le 
bain de l’innocence. 

12. Il restait à la montagne où il fut induit en tentation. 

13. C'est maintenant que tu peux devenir héritier. Maintenant est le temps 
que tu donnes, maintenant, richement aux pauvres. 

14. Dieu a commandé de donner de la nourriture aux mendiants; sers les 
mendiants et les faibles pour que tu échappes à l’enfer. 

15. (Jésus est celui) que le Père a envoyé pour qu'il souffre, qui a la vie 
éternelle, qui a la gloire de l’immortalité. 

16. Il a évangélisé les enfants en disant: Les pauvres auront le règne (du 
ciel), deviendront fils héritiers . 

17. Fouetté comme exemple, pour que tu aies la prépondéranee dans tout, 
il a brisé (les chaînes) de la mort pour qu'elle n’existe plus. 


Digitized by Google 
A ᾿ ὄπανων 


[115] VI. — TEXTES DIVERS DE LA LITTERATURE CIIRETIENNE. 209 


18. Afin que tu voies après ta mort la résurrection, afin que tu voies la 
lumière, alin que tu aies une place chez le père de la lumière. 

19. Jésus est le repos pour ceux qui sont aflligés, il est l'épouvante [pour 
les incroyants), il est le feu épouvantable pour les injustes. 

20. Tu es arrivé ἃ la faveur sans peine. Entends les mendiants, s'ils t'im- 
plorent. Ne parle pas fièrement. 

21. Le feu (de l’enfer) est épouvantable, il est affreux pour jamais, il est 
affreux pour les injustes. 

22. Christ... est le soutien des saints, Christ est l’enfer pour les injustes. 

23. ... Si tu parles des psaumes avec les saints, sois persuadé que c'est 
toujours la nourriture de l’Ame. 

24.... N'oublie pas ce que tu as appris, afin que tu recoives ce que Dieu t’a 
promis. [Si tu as appris cette écriture, il ne te faut plus tressaillir] devant la 
mort. » 


ὃ CONSIDERATIONS FINALES 


En ce qui concerne l’histoire du christianisme, la papyrologie nous a 
donné de précieux renseignements au point de vue de l’histoire de la propa- 
gation de la Bonne Nouvelle, de l’accroissement rapide de l’Église, du mou- 
vement de l’esprit chrétien, de l’histoire de la littérature chrétienne et du 
texte de la sainte Ecriture. 

Nous rencontrons les vestiges du Christianisme dans les régions de l'Égypte 
les plus diverses, dans le Faioum, ἃ Oxyrhynchos, dans la Haute-Egypte; par- 
tout où il y a des papyrus il y a aussi des vestiges du christianisme déja dès le 
11° et le 1° siècle. La correspondance chrétienne entre Rome et le Faloum nous 
montre l’unité et l’immense grandeur du monde chrétien dès le 11 siècle- 
Le nom de Jésus-Christ est respecté méme par la superstition paienne. Plusieurs 
actes datant de la persecution rappellent ἃ notre mémoire un des plus lugu- 
bres épisodes de l’histoire. 

La litterature chrétienne au τι" et au 1° siècles fut féconde et répandue : on 
trouve des fragments de traités et de commentaires théologiques connus οἱ 
inconnus, des ouvrages savants ainsi que des ouvrages populaires. Il est très im- 
portant de remarquer que, gràce aux papyrus, l’histoire diplomatique et pa- 
léographique du texte du Nouveau Testament remonte presque au n° siècle, 
moins de cent cinquante ans après la redaction des originaux. 


INDEX 


DES PASSAGES DE LA SAINTE ECRITURE 


Genèse 1, 1-5... .... N° 7 B. Saint Luc vi, 43-44... N° 24 Verso 1. 14 
ἔχοι. xi, 2. ..... N°171. 3033. 17. 

— xiv, 22....... N°171. 3054. — χι, 32... N°151 42-40, 
dos. n, 15. ....... N° 17 1. 3053. — χιι, 2... 6. N°131 27-51. 
Proverb. x, 19...... ΝΟ ΒΒ], 112. > aio rota N° 19 1. 3. 

Isaîe vi, 9.9... νὸν νιν N° 26 Versol. 1-9. χε, 22... 0... N° 151. 1-7. 
Saint Matthieu chap. 1. . N° 9 SA | CA ORIO IE N° 15 1. 13-15. 

— md6-17...... N° 25 A Col. n° — xiv, 1711... .. N°131. 21-27. 

nie ν, Mic 1912 Recto 15-20. — χχιι, 345... ... N11. 

= VSS N° 28 1.3. τὸν ἌΧΗ, e ae N ul 

si ET N° 15 I. 1-7. Saint Jean chapitre 1... N° 10, 

Ce, CORE N° 151. 13-15. (23-31, 33-41. 

— vi, 28... N° 15 1. 7-13. —  vim, 52... .. 0... N°131 1-5 

— VI, 31-33... . N°151. 15-16. — 1X, 39... N° 30]. 3-5. 

τον VII, d. LL... N° 12 Verso 1-4. — xx, 11-17, 19-25... N° 10. 

— VI Data N° 28 1. 5. Act. des Apòt. xxvin, 27. N° 26 Versol 1-0. 

— vu, 17-19. ..... N°24 Verso1A4-17. E pître aux Romains 1, 1-7. N° 11. 

0 na E ENTI Lg 27591 —  auxllebreux tr, 1... N°7 a. 


— χες 15. ..... N°26Verso11-9. — aux Phil. 1, ὁ... N° 24 Verso 10. 
— xmut, 57... .... N°12Rectol. 9-14. 


re ate 9 ma; /, To ͵ 
χχνι, 30-34... 0.0. N° 14. e ae 


--  xxvat, 46... .... N°271. 7 

Saint Marc iv, 22... N° 131. 27-31. Evangile selon les Hébr. . N° 131, 5-9. 
Fio Mie nl N12 Reeto1,.9-14. Evangile selon les Egypt. No 15 1. 17-23. 
— mv, 26-30, N'IA. Pasteur d'Hermas, Similit. x, $ 3, 2-5. N° 22 
O χν, LÌ 277 Recto. 

Saint Lue n.34... N°201. 8. . SA ἐᾷ Similit. x, 84,3. . N° 22 
= Rai N° 12 Recto 1. 9- Verso. 

11. Sa ni Mandat.x1, 9-10... N° 25 

— VvI42.. 6. N° 12 Versol. 1-4. Recto. 


ERRATUM 


Page 105, [9]. av.-dern. ligne. au lieu de « saint Jean aux Romains ». lire « saint 
Paul aux Romains ». 


Pau 


HISTOIRE 
NESTORIENNE INEDITE 


(CHRONIQUE DE SÉERT) 


Digitized by Google 


HISTOIRE 
NESTORIENNE INEDITE 


(CHRONIQUE DE SEERT) 
PREMIERE PARTIE (I) 


PUBLIÉE PAR 


. Mgr ADDAI SCHER 


Archevéque Chaldéen de Séert (Kurdistan) 


AVEC LE CONCOURS DE M. L’ABBÉ J. PÉERIER 


PERMIS D'IMPRIMER. 


Paris, le 29 Mars 4907. 


G. LEFEVBRE, 
Vic. Gén. 


Tous droits réservés. 


INTRODUCTION 


Le commencement de cette Histoire nous est parvenu dans un ma- 
nuscrit unique, conservé à la bibliothèque du patriarcat chaldéen de 
Mossoul. Nous l’avions copié en 1902, quelques mois avant d’étre 
consacré évéque de Séert. Nous avons eu encore la bonne fortune de 
trouver dans notre bibliothèque de Séert bien des feuilles de ce mème 
document; aussi croyons-nous que le manuscrit de Mossoul appartenait 
primitivement ἃ notre bibliothèque de Séert. Dans cette édition, A 
désigne notre copie, et S désigne les feuilles conservées dans notre 
bibliothèque ; nous les avons numérotées nous-mème. 

Le manuscrit de Mossoul mesure 24 centimètres sur 17; le commen- 
cement et la fin manquent. Il a $té relié ἃ neuf. Voici quelques-unes de 
ses particularités : 

19 L'écriture est ancienne, grosse et assez claire; mais bien des 
lettres ne sont pas marquées de points, et beaucoup d'autres ont été 
faussement ponctuées dans la suite par une main inhabile. L'’encre dont 
on s'est servi pour mettre ces points postérieurs l’indique clairement : 
elle est beaucoup moins noire que celle dont s’est servi le copiste. 

2° Le copiste n’a pas mis sur la plupart des lettres ss; écrites sous 
la forme de È, le trait qu'on y met ordinairement. Ainsi il a écrit δ au 
lieu de .Κ. 

3° Il a supprimé la lettre Aliph qui doit terminer la troisième per- 
sonne du masculin pluriel des verbes : par exemple 5.5 au lieu de 1.53. 

4° Il a laissé partout sans points la lettre ἃ ajoutée ἃ la fin des mots 
féminins : par exemple &\G au lieu de &Ua. 


210 INTRODUCTION. δ᾽ 


Telles sont les particularités du manuscrit. Quant aux fautes de 
grammaire et d’orthographe, elles sont nombreuses. La forme des noms 
propres surtout a été défigurée. Les corrections ont été mises en 
note. Nous n’avons pas relevé les fautes qui ne changent nullement le 
sens des phrases : par exemple, Y,b, (pl, lu, SÌ, +6 etc. au lieu de 
Ne, de a, de ., de GI, de asl etc. Mais nous avons ponctué le 
texte lui-mème là où les lettres n’étaient pas marquées de points; de 
méme, nous avons partout ajouté la lettre Aliph è la fin de la troisième 
personne masculin pluriel des verbes : autrement les notes seraient 
presque aussi longues que le texte lui-mème. 

C'est nous qui avons numéroté les chapitres, pour donner plus de 
facilité aux renvois. 

Le manuscrit A est formé de deux parties distinctes : la première, qui 
contient les événements de l’an 364 ἃ l'an 422, est postérieure ἃ la 
dernière; elle commence par les mots : = da, Lat 6, (chap. 35 
et finit par : «οὐ! Gp pt sli, Bei E 7  (chap. 76). La 
deuxième partie, qui va depuis 250 jusqu'à 363, est, au contraire, 
antérieure è la première; elle commence par les mots : esbisi dzisl, 
isp dadi es, Sl (chap. 1.) et finit par : ᾿ 9" de et IS πὸ: 
pino gd —iS 5 (chap. 34). 

La grandeur du manuscrit, ainsi que son écriture, sont absolument 
les mèmes dans les deux parties. Celui qui a relié ἃ neuf le manuscrit 
aurait donc interverti l’ordre des cahiers. Nous constatons ces inter- 
versions dans beaucoup d'autres manuscrits, qui ont été eux aussi 
reliés à nouveau. Quelques relieurs ne savaient pas lire; ou bien, s'ils 
savaient par exemple le syriaque, ils ne comprenaient point l’arabe, et 
vice versà. Pour suivre l’ordre chronologique, mais surtout pour rendre 
au manuscrit son état primitif, nous venons donc, à notre tour, de 
renverser, dans cette édition, l’ordre des cahiers. 

L'auteur de l’ouvrage nous est inconnu; il est postérieur au pa- 
triarche I80‘ barnoun (1 828) qu'il cite. Son livre aurait mème été divisé 
en plusieurs volumes. Dans ce premier volume que nous éditons, et 
qui contient les événements des premiers siècles du christianisme, il 
déclare qu'il parlera aussi de Grégoire patriarche (606-609) et de Gré- 
goire, métropolitain de Nisibe (} 612). Notre bibliothèque de Séert 
contient le second volume de cet ouvrage, qui va depuis 484 jus- 


DE * —=— — = T =. 7 E 


—gwre=: 


[7] INTRODUCTION. 417 


qu@'à 650', Les feuilles qui manquent ἃ la fin du premier volume et 
au commencement du second devaient certainement comprendre les 
événements de l'an 422 ἃ l’an 484; de mème, les feuilles qui manquent 
au commencement du premier volume devaient contenir les événements 
des deux premiers siècles et de la première moitié du troisième. 


L'histoire anonyme, qui se trouve ἃ notre bibliothèque de Séert, est, 
avons-nous dit, la suite de cette histoire que nous éditons ici. Voici nos 
ralsons : 

1° L’éeriture et le format des feuilles sont absolument les mèmes dans 
les deux mss. 

2° L'ordre des chapitres est encore le mème. 

5° Le titre de la plupart des chapitres commence dans les deux mss. 
par les mots : (3 53 sl xs: « Histoire ou souvenir de ... » 

4° Dans les titres des chapitres sur les patriarches, après le nom 
de chaque patriarche est indiqué aussi dans les deux mss. son rang 
numérique. Bien plus, M'ana, le dernier patriarche qui soit mentionné 
dans le premier volume, nous est présenté comme étant le dix-septième 
des patriarches; et Acace, le premier patriarche qui figure dans le titre 
d'un chapitre du second volume, nous est présenté comme étant le 


21° des catholicos. Les: feuilles qui manquent dans les deux mss. 
devaient done contenir l’histoire des catholicos Marabokht, Dadizo' 
et Baboî qui seraient aussi les 18°, 19° et 20° patriarches. Nous 
eroyons done pouvoir conclure, comme nous l’avons indiqué précé- 
demment, que les manuscrits de Séert et de Mossoul ne forment qu’un 
seul ouvrage. 


| L'auteur de l’ouvrage, avons-nous dit, est postérieur ἃ 1$0' barnoun 
patriarche; peut-ètre mème a-t-il appartenu ἃ la première moitié du 
xm° siècle. Car, ἃ la page 263 du second volume, que nous éditerons 
aussi, après avoir parlé de la mort de Siroé, roi de Perse, il ajoute ces 
mots : « ainsi qu'il est arrivé de nos jours ἃ Ath-Thahir, que Dieu 
sanctifie son àme » 45, Ul (03 pellÙ Lul; i se LS Le Calife Thahir 
mourut en 1226; notre auteur serait done son contemporain. Dans cette 
hypothèse, on pourrait peut-ètre l’identifier avec Iso‘yahb Bar Malkoun, 


1. A. Scner, Catalogue des manuscrits syriaques et arabes conservés dans la biblio- 
thèque épiscopale de Séert avec notes bibliographiques, Mossoul, 1905. 


Digitized by \axO) ogle 


dii 


218 INTRODUCTION. [8] 


ou Sabriso' Bar Paulos, ou Salomon de Bassorah : car ces trois person- 


nages étaient les plus féconds écrivains nestoriens de la première 


moitié du xm° siècle. 

Toutefois la susdite phrase pourrait ètre du copiste et non de l’au- 
teur : car, entre elle et la phrase précédente, il y a un blane de 12 milli- 
mètres. Certes, le copiste a laissé de pareils blanes dans plusieurs en- 
droits de son manuscrit; mais ces blanes ne se trouvent qu’entre des 
phrases ou plutòt entre des paragraphes complètement distinets, ce qui 
n'est pas le cas ici. Quoi qu'il en soit, il est du moins certain que notre 
auteur vivait après le 1x° siècle. 

L'auteur a le défaut de se répéter; par exemple il raconte deux fois, 
avec plus ou moins de details, ce qu'il a ‘déjà dit sur saint Éphrem. Il 
recueille des documents plus ou moins authentiques, quelquefois mème 
contradictoires, sur plusieurs personnages, sans indiquer ce qui est cer- 
tain ou du moins ce qui paraît le plus eroyable. Son livre contient encore 
beaucoup de récits légendaires, racontés déjà par les éerivains anté- 
rieurs : tels sont les actes du pape saint Sylvestre, l’histoire de saint 
Eusèbe, pape et martyr, οἷο. L'ouvrage toutefois, surtout le second 
volume, est précieux par les renseignements peu connus qu'il nous 
fournit sur l’Église Nestorienne et sur les rois Sassanides. 


Addai ScHER, 
Archevéque Chaldéen de Séert. 


Nore pes épiteurs. — L'introduction et le texte arabe annoté nous ont été adressés 
par Me" Scher, Le texte a été traduit en premier lieu par deux prètres maronites : 
Με" Younés et M., Basile. Durant la publication, M. l’abbé Dib nous a rendu le service 
de corriger l’arabe, M. l'abbé Jeam Périer a bien voulu revoir ἃ la fois le texte et la 
traduction francaise, et donner les bons ἃ tirer. Les notes suivies de la lettre S sont dues ἃ 
Me" Scher. On en a ajouté quelques autres pour aider le lecteur. 


ΠΕ Google 


| -» 


hi 


(USI asti >) 


Ἂς ib ig gl I Ses ir dall io gl gli sce”. 


dei roy li Jo ὁ» "Ὁ ll de pis vi ὁ ps ab 
Ci dg ius, τὸ ΚΝ τ ἡ ib ig Val 146, size) L 
dales ai e ge LUI i pi ca sso Cats res 
Sele gilt to ἐδ. ὦ Sh fig ol VISAE 4 celle La goal 
ὄν dall Luo ὁ rtl al i gota A gal ὦ i reed αἱ 


1. Ms. Ball. 


I. — (Histoire DE L’EMPEREUR VALERIEN). 


.F A p. 38. 


* Le prétre Novatien (Fountous)', chef de l’Eglise ἃ Rome, se sépara en * A p. 38. 


disant qu’on ne doit pas admettre à la pénitence ceux qui apostasient après le 
baptéme et il défendit l’entrée de l’Eglise ἃ ceux qui faisaient pénitence en 
s'imposant le cilice et la cendre. Plusieurs soutinrent son opinion et dirent 
qu’on ne doit pas admettre ἃ la pénitence ceux qui ont apostasié pendant la 
persécution. Soixante évéques se réunirent alors ἃ Rome : ils l'excommuniè- 
rent avec ses partisans et le firent sortir de l'Eglise. 

L’empereur Gallus (Djdldsious)? changea ensuite sa manière d'agir et traita 
les Chrétiens comme les avait traités Dèce (Dagious). Puis 1} mourut, après 
avoir régné deux ans. Il eut pour successeur Valérien (Oulifinious) qui 8°as- 
socia son fils Gallien (Djdldsious). Au commencement de son règne, il fut bien- 


1. Élie de Nisibe, dans ses ouvrages d'histoire, l'appelle Notus; Bar Hébreus l’ap- 
pelle Nabatus, et Théodore Bar Kouni, dans son Livre des scolies, l’appelle Notius. 
Tous ces auteurs ont identifié Novat l’Africain et le Romain Novatien, fondateurs de 
l'hérésie novatienne. Ce qu’ils racontent doit étre appliqué ἃ Novatien de Rome et non 
pas ἃ Novat d’Afrique. S. — 2. Gallus, empereur romain mort en 253, eut pour suc- 


cesseur Émilien. Celui-ci, tué après quatre mois de règne, fut remplacé par Valérien; - 


puis vint Gallien, fils de ce dernier. S. 


* Ap. 39. 


220 HISTOIRE NESTORIENNE. (10) 
darà gs oil db LS La dal ὦ» dg sibi i pets sla 
perl ὩΤ ὁ γα, il ὁρῶ pe gotall da ale δ» dl dios 
SSN dz AI Jp JB LS duall ge dig ὦ di ΕΣ 
dit dI US UGLYI dii di PLUS CUS lia 2.0}. ili SUI 5. 
dl gi 053} Ji US di grill aci Lia dò Li cioe Mi ἐμ. apiota 
N Ji pes pron o LI Cily dial μοῦ! de laisas ppi Loti ca 


Ὅσο dat 
Sia Ly ἰδ poli A du μοῦ ὦ συ» del ite dol DI 
ua I a 
τοῦθ GN INI ce rasta ciali ali HS ce pus cia dl fall ie die 
1. Ms. poll. 


veillant pour les Chrétiens. Les chefs de l’Eglise étaient toujours dans son 
palais; et il les honorait. Mais un magicien d’Egypte (Misr) le pervertit comme 
Jannés et Jambrés (Yanous et Harmas) avaient perverti Pharaon'. Il lui montra 
le mal comme s'il était le bien et lui conseilla de tuer les Chrétiens, disant 
qu'ils étaient les ennemis des magiciens et qu'’ils haîssaient les dieux des 
Romains et leurs idoles, Gallien l’écouta et cessa de faire le bien, selon la 
parole de l’apòtre saint Paul : Les mauvaises paroles corrompent les bonnes 
intentions*. Ce roi sorcier ordonna alors de tuer les enfants au moment de 
leur naissance et de leur ouvrir les intestins pour pratiquer la sorcellerie. 
Mais il fut puni de tels actes, selon les paroles du prophète aux fils d’Israél : 
Ils ont choisi leur voie et accompli leurs ceuvres abominables; et mor aussi, je 
choisis leur deshonneur et leur perte, a dit le Seigneur®. 


II: — Morr pe L’EmPEREUR VaLéRIEN (OuLIFRANIOUS). 


Dans la onzième année de son règne*, Sapor (Sébour) fils d’Ardaschir en- 
vahit le pays des Romains; ily séjourna longtemps et détruisit plusieurs villes, 
"Il vainquit l'empereur Valérien (Oulifranious) et l’emmena captif dans le pays 
des Nabatéens (An-Nabat). Valérien y tomba malade de tristesse et y mourut. 
Les Pères exilés par le maudit Valérien revinrent alors dans leurs villes 
épiscopales, Et Sapor quitta le pays des Romains, emmenant avec lui les 

1. CI, II Tim., 111, 8.— 2. 1 Cor., xv, 33. — 3, Isaîe, Lxvi, 3-4, — 4. En 252. CI. 
Noernrke, Geschichte der Perser und Araber zur Zeit der Sasaniden, Leyde, 1879, 
p. 31. 


Digitized by Google 
conti 


[11] II. — MORT DE L'EMPEREUR VALERIEN. 221 


SI TAV A I pi coll dns δ Ὁ cogli dual ὦ; 
dl e let 5} di ea 4 tg οὐ ἘΣ ὁ ds 
(192. οὐ μι οὐδ αι 9 οὐδ ale »» 4 vpi αὐ. ὁ, αἱ 
ὧ» ft τ με} als ὦ _> 4 css ea ον sd>4 Ὁ lia 
os ghe UL Ria sog de il λων τυ» Ual ὧς» ὡϑϑ 
2.339 Cn ὧν» Ly dll sia d oil ly \ ke PI gg ll 
cugini Ἰὰρ gi dd gola 64 agita ὦ» sl vel 
35} υ σας 1 SU e i TS cp DI lla Sb 
al dl del ISU Gli alano OY pepe σε! νομός SUSVI 
ge la SU e ΔΝ los Ul gut lin di Lu gg ds 
MG tà puede δ LE δ tati οἱ 50}. 
gti dal ce Leg ly olio ὦ, KG di δὴν 9 
MS it gli KS iu dot gol di LI οὐ οἱ ψὸ dl οἷς 


captifs, qu'il fit habiter dans les pays de l’Irac, de la Susiane (A/-Ahwdz), de la 
Perse et dans les villes bAties par son père. Il bAtit lui-méme trois villes et 
leur donna des noms formés du sien. L’une était dans le pays de Mai34n; il 
l'’appela Sod Sapor' : c'est (actuellement) Deir MahrAq; la seconde, en 
Perse, s'appelle encore aujourd’hui Sapor. Il rebàtit Gondisapor, qui était 
tombée en ruines, et l’appela Anti Sapor ?, nom formé du grec et du per- 
san et qui signifie : Tu es l’équivalent de Sapor (?). Il bAtit une troisième ville 
sur les bords du Tigre; il l’appela Marw Habor : c'est (actuellement) ‘Akoborà 
et ses environs, Il fit habiter ces villes par des captifs, ἃ quì il donna des 
terres ἃ cultiver et des demeures ἃ leur usage. Aussi les Chrétiens se multi- 
plièrent en Perse; ils y bAtirent des monastères et des églises. Il y avait parmi 
eux des prétres, emmenés captifs d’Antioche. Ils habitèrent Gondisapor et 
choisirent comme évéque Azodoc d’Antioche, parce que Démétrius, patriarche 
d’Antioche, était tombé malade et était mort de tristesse. Avant ce second 
exil, et après le premier exil de Démétrius, Paul de Samosate était devenu 
patriarche d’Antioche. Daniel ibn Mariam a raconté toute son histoire. 
Sapor bAtit aussi une ville dans le pays de Kaskar, l’appela Hasar Sapor et 
la fit habiter par des Orientaux. Comme cause de la construction de cette 
ville on raconte le fait suivant : Quand Sapor se rendit en Perse, il traversa le 


1. NOoELDERKE, ΟΡ. cit., p. 40. — 2. Sans doute Andéw-i-Sapor (Antiochia Saporis). 
D'après Tabari, Sapor donna ἃ cette ville le nom de Beh-az-Andèw-i-Sapor. Les Syriens 
l'appelaient Beit Lapat. Cf. NOELDEKE, 0p. cit., p. 41-42. 


222 HISTOIRE NESTORIENNE. [12] 


ada dla Jas dui αν ge dl ἡ CU is ὦ... δι 
i O (δ gle td I gl dI al DAI i pos 
SU dagli igalee Il ps ito gle jtli le GI Call alb ie Calo 
i Until soa 1484 glaUl pl ὁ οὐ Gis 

Ls ta ds dal SANI peul Ὡς iuoly cis dl gol dll 
i Taglo La Gogalli gal de print Le paoli all gesta 
ds \ sé lea ,6ὶ lazy gl VA 50 pas ὡ ὍΣ us sob cu ὦ» 
die n LU ll JE LS plz pls ρον ὁ gl di 
DI rt Ji pilo; εἰμ) DIVI ft ρει κου, ὅς LS 
des «ὁ ig OL Y gb o Lili alii A cui 
al ὧτο e ds) va Ss - 3 4ls Jb US$ 4 Χμ). REC Sl, SA se 


1. pil è 2} patita al? pito È. . 322: τ 2 Ῥω — 3. Ms. asl. 


désert de Kaskar et y rencontra un vieillard qui ramassait du bois. Le roi se dé- 
guisa et vint le questionner sur son pays et sur sa famille. Il lui demanda aussi 
s'il était possible de bAtir une ville en cet endroit. Le vieillard lui répondit : 
« Si je peux, malgré mon grand fge, apprendre ἃ écrire, il t'est possible de 
batir une ville ici. » Le roi ordonna alors de confier le vieillard ἃ des maîtres 
pour lui apprendre avec soin la religion des mages et des adorateurs du feu, 
jusqu'à ce que lui reviendrait d’Istakhr. Le vieillard apprit ἃ gerire et la ville 
fut batie. 

Les Chrétiens se répandirent dans tout le pays et devinrent très nombreux 
en Orient. A YarAnsahr, siège épiscopal des évéques de Perse, ils batirent 
deux églises : l’une appelée église des Romains, l’autre des Karamaniens; on 
y célébrait les offices en grec et en syriaque. Dieu dédommagea les Romains 
en adoucissant la peine de l’exil et de la servitude par le bien-étre. Leurs 
affaires prospérèrent en Perse et ils eurent une situation plus aisée que dans 
leur pays. Dieu ne les abandonna pas, selon la parole du prophète aux fils 
d’Israél, les consolant au moment de l'invasion de l’armée de Sennachérib, de 
la captivité des dix tribus et de la ruine de leur espérance : Si la femme oublie 
son enfant qui est encore dans son sein, si elle n’a pas pitié du fruit de ses en- 
trailles, s'il se peut qu'elle l’oublie, moi je ne t'oublierai pas : voici quej'ar inserit 
ton nom sur ma main; et tes murs sont toujours devant moi'. David a dit 
aussì : J'ai mis pour eue la miséricorde dans le coeur de ceux qui les ont amenés 


i. Isaîe, xLIx, 15. 


Digitized by Google 


[ι8] 
e sl σὰ dear uil i pdl Va dl 920 
og dl dii ul > DA gas eda dali Gata ὁ Lul pali 
Hal gal calizaly foga ρὸν» dl tu lp io bla 
ὧ 539 goal di doi Ku dal Gil dl vd Ss el 
(Ὁ οἱ sli 
Li Ji Al ci puals als e Lal ὁ» allo gl ΑἹ sia da 
desi di el rs ali ὦ de see e gi ge ον ὦ 
54 di οὖν Ue αν cis ds oil pela ΟὟἹ e solgli galetil Lia 
Go alli Je das ila gets dali 33 dll sù Li godi 
de ils ay Lil στο ὦ LV li πο ped 5 
die ae a ui i 3 ridi Je rduely* Ano ΔῸΣ 
ie ol sins di ite gol ὅ αἱ 


Il. — MORT DE L'EMPEREUR VALÉRIEN. 223 


1. Ms. sul — 2. Ms. asl, — 3. Ms. asl. 


en captivité'. Dieu gratifia ces Romains de l’affection des Perses : ils possé- 
dèrent des terres sans en payer le prix et propagèrent le christianisme en 
Orient. Gallien (Dja/dsi0us), qui était en Occident, apprit que son père était 
mort; il envoya alors de magnifiques présents ἃ Sapor, qui les regut et lui fit 
parvenir (le corps de) son père dans un cercueil. Les deux souverains devin- 
rent amis et les affaires des deux royaumes furent prospères. Gallien éerivit 
ἃ tous ses sujets, leur disant d’étre bienveillants envers les Chrétiens. Il 
rappela ceux que son père avait exilés. 

En ce temps-là, parut Sabellius d'Egypte. Il imagina une doctrine 
d'aprés laquelle les personnes sont employées pour'désigner des forces sans 
réalité personnelle. Il n'y a qu'une seule personne et σα ἀπὸ seule substance. 
Dans l’Ancien Testament, cette personne unique est appelée le Père, auteur 
des lois; dans le Nouveau Testament, elle a paru sous la forme du Fils, et, 
du temps des Apòtres, sous la forme du Saint-Esprit : les trois ne font χα πη 
seul suppòt, qu'une seule personne. Il eut beaucoup de partisans. Denys, pa- 
triarche d’Alexandrie, réunit alors vingt-huit évéques et l’excommunia avec 
tous ceux qui croyalent en sa doctrine. 

* Gallien fut tué ἃ la suite d'un complot. Il avait régné quinze ans, dont 
onze du vivant de son père et quatre après sa mort. 


1, Ps. cv, 46, 


* Ap. 40, 


| La È ( Ἷ 7 dà | (© (VV 
Digitized by IX ὡς Ϊ Gi 
- Il 


ξ΄ led μοῦ 


Ela ela galli θα, rrai σις lyheog Ἰκις,., agio poll 


e ge TL Lul Ult da d lp dog Y ἢ» (Ls Palo 


pig οἷο ὄνοι lg ui log EU SLI γα GAS ὦ» 
Wi orig a I ΑἹ bus d giu deu at [01] ὁ 
St ge ld ei WI A vie del galcs Gul ὁ lo 
ὧν: dan i a dn IG oe LI dust 
gin ὡς Carlin lb pie dg di lat VIVI AVI n de 
colin cipaztosla dl aid i VI γὼ gal pò crm E 


III. — Historre DES JEUNES FILLES ROMAINES'. 


Lorsque Sapor revint du pays des Romains, emmenant des captifs et du 
butin, les rois ses adversaires qui habitaient sur les frontières les plus recu- 
lées lui portèrent envie et résolurent d’aller le combattre. Il envoya alors ἡ 


Ouliiihin (?), roi des Kafrathnatan®, des diamants et des habits très beaux. 


comme on n’en trouvait pas de pareils dans son royaume. Il lui envoya aussi 
trois cents jeunes filles vierges, de celles qu'il avait prises captives chez les 
Romains. Il les choisit, les revétit d’habits magnifiques et de diamants et 
les fit accompagner par des ambassadeurs. Il leur ordonna de prendre soin 
d’elles pendant la route et de se baigner tous les trois jours, de peur que leur 
couleur ne changeàt. Lorsqu’elles furent en route et qu’elles apprirent 
qu'elles étaient envoyées comme présents au roi barbare, elles préférèrent la 
mort à la vie et délibérèrent comment elles échapperaient à la corruption de 
ce roi, Les ambassadeurs les menèrent près d'un grand fleuve pour qu’elles 
s'y baignassent et s'éloignèrent d’elles. Alors, se tenant toutes par la main, 
elles se noyèrent. Un très petit nombre seulement fut sauvé : les délégués 


1. Mème histoire dans Jean d'Asie, The third part of the eccles. History..., VI, 6; 
mais elle se passe ici sous Chosroès 1* et elle porte à deux mille le nombre des captives. 
— 2. S'agit-il des Ephtalites ou Huns Blancs? 


Digitized by Google 


HISTOIRE NESTORIENNE. _ [84] 
- 


I 


15] IV. — HISTOIRE DE MANES. 225 


«Mio IDE Sit la sa cib, petra ὧ dsl ls Joy UNI de Jbl 


srl rs hf 


σα N ὦ ἐπ ti pr dat gi rt a gli Jul 

si ὃ ὦ alt ian dl colli ul dr τ e dl 
dI it dritti sl sus e dal pale gi loss 06, 
Jily ceti Gil Aly ipo riali cass Lil 745 si SPIRITI 
cass dl ce οἷ» ly Arial cs ΑἹ gl Ses dl abiù > 
Gin LIU, a Jai GUIS Lil lalla ela Lala iS dsl 
ὁ 5 δ» ia Gelli le ὦ pa isa al ὅσ al de 


da 8 Ms. uti, — il, μὴν |obo lio sl Ri gi” Sd ab 33? 33)" 


les prirent et les firent parvenir au roi. Depuis ce moment, il y eut entente 
entre lui et Sapor. Et Sapor, fils d’Ardaschir, mourut après avoir régné 
trente-deux ans. 


Γ 


IV, — Hisrome pe Μανὲβ (Μανι)'. 


ri Son père s'appelait Phesaq?, et sa mère Nousith *. Ses parents l’appelèrent 
Cubricus (Qourbigous). A l’àge de sept ans, il fut emmené captif et acheté par 
une femme arabe, nommée Sousabeh ", dont le mari avait étudié la science des 
Égyptiens et suivait la doctrine de Pythagore; et il avait un disciple appelé 
Térébinthe (Yaoudhourous). A la mort de son mari, la femme épousa son disciple 
qui l’emmena avec l’enfant qu'elle avait acheté. Le disciple tenta de se sauver 
jusqu'à Babylone (Béhi)); et il dit aux Persans qu'il était né de la Vierge et 
qu'il avait eu des visions” dans les montagnes. Il composa quatre livres : l’un 
intitulé « Les mystères »; le second « Le véritable Evangile »; le troisième 
« Mine des trésors »; et le quatrième « Principe des discussions ». Il tyranni- 
sait les hommes par ses sorcelleries. Cela se passait sous le règne de Philippe 


1. Cf. Socrate, "7. £., I, xxn. — 2. En syriaque vago et vo. CI. Pocxox, /nserip- 
tions mandaîtes..., fasc. Il, Paris, 1899, p. 125 et Micnet, Chronique, I, p.117. — 3. En 
svriague aussi (huaoi), Micuet, /didem, — 4. En syriaque Lutas : c'est sans doute le nom du 
mari « Scythianus » qui a été attribué par erreur ἃ la femme. Cf. Micnet, /did., p. 198, 
note 5. — 5. Au lieu de SÌ, lire : sì) 0 su : « il avait été élevé dans les montagnes ». 


(È 
Digitized by Google 


226 HISTOIRE NESTORIENNE. [6 
Gigi a Jill ll pes tao ce opt Cig pdl Cile ppi di 
EM i a i ΟΝ ali a bt Gila AI 
CIS ὅτ» Hg ὧδ με ἀξ DIS Οὐδ n δ σα He IL ἊΝ 
ic I cy li > o Gal 4g o 564 «gle ce Ag Ja 
ip Τα ἢ 5 il logi dg pl II ὧς 7 pl Gas li 
Di ga ie ciglia SI le a lil 
eg ge e IU gli dui I JU Jen ite aste fil 
Co Sa ict rr la ΡΒ I ὧν lg el gl ii 
ces orli 55,35 ΟΞ δ Jato Og SU N pig Cao lp Ὁ 
στα paio io day dali αὐ Gli lin al ALI al λιν 
Lpretig alovi ce Daly ali Lu Ult de Ti te gi ui ἀρεῖ: 
Lo Gi glia ὁ ὧδ TL tl e au dt ea 


(l’Arabe), empereur des Romains, et de Sapor fils d’Ardaschir. Il enseigna la 
croyance en deux dieux créés et en deux créateurs, le bon et le mauvais. Le 
bon, c’est le dieu bienfaisant et illuminateur; le mauvais, c'est le dieu méchant 
et oppresseur. Il amassa beaucoup d’argent et vint ἃ Sa ‘ir an-Nar. Sa femme 
Sousabeh lui prit alors ses livres, son argent et l’argent de son premier mari, 
et elle aima Manès qui était beau. Elle lui donna toute sa fortune avec les livres 
et le prit pour troisième mari. Il étudia ces livres ἃ fond et s’instruisit; le 
second mari de sa femme l’avait déjà gagné à son impiété. Sousabeh lui donna 
beaucoup d’argent pour le doter et il s'adonna aux sciences; mais elle mourut 
avant d’avoir obtenu ce qu'elle voulait de lui. Alors il prit l’argent et les livres 
et vint ἃ Suse (As-Sous)', son pays d'origine; il se fit appeler Mani, préten- 
dit étre l’auteur de ces livres et fit semblant d'étre chrétien. L'évéque de la 
Susiane (A/-Ahwdz) l’ordonna prétre. ]l y enseigna, interprétant les livres et 
discutant avec les paiens, avec les Juifs, avec les mages et avec tous ceux qui 
attaquaient la religion chrétienne. Puis, cet hypocrite prétendit étre le Para- 
clet. Il entra plus avant dans la science impure des devins et, ἃ l'exemple du 
Christ, s’adjoignit douze disciples. Il nia la résurrection des corps et sou- ὁ 
tint que le feu, l’eau et les arbres ont des Ames et que celui qui déracine un | 
arbre, éteint un feu ou répand de l’eau, tue une Ame. Selon lui, le soleil et la 
lune sont deux vaisseaux qui portent les Ames dans un lieu de bonheur. Il 


1. 4a, Micagt, Ckronique, I, p. 117. 


[17] IV. — HISTOIRE DE MANES. 227 
ela] pay lo et σαν! Ha da illo tl dl ὧδ di αὦ 
| Nod fi) ns 
AGLI 5. gli I gal I gal 4 (οἷ. Lig sia ὦ gg ΤΑ peli 
ina lily go et ica do e 4 ll dl ὦ» iu ss 
Ys LAxi dl La dd ST ll cy cadi AJ ail GIA ei gd 
εὐ GU lati dA ul all Di Lal dl CI ss ld 15 
rl DLL i a ey I Ls al eo ig il ed 
da αἱ οἱ ἜΣ Joi SE A οἱ ὦ» MU glo deg riu © TI 
σιπλ εν» ἃ Lal ὁ «ly «e ὦ» ut SI il dl cibi ζὰ 
AL pl dig i 5 ὺ IV dl dll dis 
Alp Xe di AJ dali ὺ» aa A ge ali a WU οἱ» ls 
τ" GA d ole ll dg aly ole Las ὁ, du gli ca Lily 
vilu ὦ» e, Sly 9 cosliliy cr bll Mi οὖν de ia ΣΟΥ sl ras 


soutint encore beaucoup d’autres doctrines abominables que la pudeur nous 
a empécheé de rappeler. 

Il appela deux de ses disciples, Thomas et Addaî. Il envoya Addai * dans * A p. 41. 
le Yémen' pour amener les hommes ἃ croire ἃ ses fables, et Thomas dans 
les Indes. Un autre de ses disciples, appelé Mari, resta près de lui et 
demeura avec lui ἃ Suse. Puis, les deux qu'il avait envoyés au Yémen et dans 
l’Inde revinrent, lui disant que personne n’avait été séduit par leur doc- 
trine, que personne n’avait voulu accueillir leurs discours. Il se mit alors en 
colère, abandonna la religion chrétienne qu'il avait fait semblant de prati- 
quer et inventa les nouveautés les plus perverses. Il prétendit qu'il était le 
Paraolet que le Christ avait promis d’envoyer ἃ ses disciples. Il partit avec 
ses adeptes, parcourant les pays et enseignant que dans la doctrine qu’il avait 
déjà préchée, par exemple, que Dieu est connu sous l’aspect de trois per- 
sonnes, il n’avait point, quant ἃ lui, changé d’opinion. Dieu se compose de 
deux étres : le premier, Dieu, est la source du bien, la mine de la lumière et 
des bienfaits; le second, la matière, est le créateur du mal; la source de l’igno- 
rance, des ténèbres et de la méchanceté. Dieu va toujours en haut et cela à 
l'infini, le principe mauvais va toujours en bas et cela ἃ l’infini : tous deux 
s'éloignent ἃ l’envi du centre; et 118 sont deux corps. Le créateur du mal fut 
un jour très agité : ses enfants, qui sont les démons, les esprits malfaisants, 


1. Dans le Lusîl ha, MicHEL, idid., p. 117. 
PATR. OR. — T. IV. 16 


298 HISTOIRE NESTORIENNE. [18 


SU ui 1,34 gr 4 lerrali κί! FU A laloy > ὕω ὦ»: 
3 os > e 


celali sas IVI οἷν Li Lelli Je lyazos cat Le gl alti Clare 6 


Ἐκ LION cu N DA LS ell sil ὦ la pass cl; 
Ὁ VI Sl ad Tyre δ᾽ al ll Lia el ὦ» dI 
YU oa sell ce rg XE Al asgl loto Gil ia 
ὧν ob Fo gl de gii 

SI Jpg DU doo dle 4 ὦ dl LUI calli lia ly 
Gi 5 οὐ ALI Ja «Ὁ ll Dl οἱ iu 
TINI dI Jpg A τ a > ὁ vali pl at a JI 
sal λό.) Οὐ ib Uli ue Οἱδ ὦ» 4}. al Jpg dl £sl el 
foi ὦ sly Δ᾽ di ret Je ον» dh sb 

Ale o ASI da VICI, Sd pa Α] Me οὐ ὦ og DU Ly 


1. ?_ dx dl ? 93°: 


le feu et l’eau, se mirent en colère les uns contre les autres et, dans leur colli- 
sion, s'entraînèrent jusqu'à ce qu’ils fussent parvenus dans le séjour du dieu 
bon. Ayant vu sa lumière, ils lui portèrent envie, et dirent : « Allons! s'il a 
de la nourriture, nous la mangerons; s’il a de la boisson, nous la boirons »; et 
ils tentèrent de le faire. Lorsque le dieu bon vit cela, il prit une partie de 
lui-méme et la leur jeta. L’étre, partie divine, fut alors dévoilé au dieu mau- 
vais; il y mélangea, et de ce mélange sortit le monde actuel. Les parties de 
Dieu sont emprisonnées dans les parties du dieu mauvais: mais Dieu repren- 
dra sa part, qui a été prise par le dieu mauvais; peu ἃ peu, il la réunira ἃ 
son étre et se débarrassera du principe mauvais, en sorte que celui-ci ne 
puisse plus le combattre de nouveau. 

Ce maudit, cet impie, cet infidèle (que Dieu le maudisse ἃ cause de ses 
mensonges!) niait la résurrection. Il disait que le Christ est le fils de ce dieu 
bon, et que lui, il était son apétre auprès de ses parties qui furent prises 
ἃ son étre par le dieu mauvais, pour leur annoncer qu’elles seront sauvées de 
la prison du dieu mauvais et reviendront à leur principe. Il enseignait aussi 
la métempsycose. Il prétendait qu'il était l’apétre du Messie et qu'il était 
sorti de son essence. Lorsqu'ìil eut trompé les hommes et répandu partout 
son impiété, Sapor le fit tuer et attacher sur une croix, ἃ la porte de Suse. 
Ainsi, Dieu le maudit et lui donna ce qu'il méritait. 

A la mort de Sapor, fils d’Ardaschir, son fils Hormizd lui succéda *, Il 


1. Ala porte de διῶ hu, Pocnox, loc. cit., Ὁ. 126. — 2. En l'an 271. 


[19] IV. — HISTOIRE DE MANÈES. 229 
Gli pal ον ly ol oral ites i CI αὶ giò ἀρ Je gita 
sil ggilili gelo σῷ τὴ τῷ fu 959) di los dass 
ΟἹ 5 da «Ἱ καὶ PIUI pig κα di ola ge dall gus a οἵ. 
οἱ Gole ὁ ed οὐ Vl od σατο A Ali ca ὃ ge da 
(Vi ὧν dii d egli SW ii Ae pitt de pesi le he 
SS ia οἰ ag Cl te Sueg lil θοῦ ὦ La il dia 
ἀν Gb gigia pal SUS bg dle gig ri SE a 
ἕως Gigli dol Ti dg οὐ duale DARI pria 359 
i lv δὺο ὁ e dI La di pill A Ss 
“9. ὦ di fre eil ΚΟΥ gio 34 dl slavi 
i dI ill 2 gpl es ον He 5} αὶ ἰἱμες di iS Ὡς 
τ, ὑπ οὐ f 3 gl lla glo duso li glie DL Ly 


1. regio. — 2. (Nepos)? ( pgiò suna, — 3. ΩΣ 


était bon, administrait bien son royaume, était compatissant pour les fai- 
bles. Il régna un an et dix mois, et il mourut. — A la mort de Cornélius', 
patriarche de Rome, Lucius? lui succéda pendant huit mois et mourut. On 
choisit alors Etienne”, son disciple ; il était bon et vertueux, il gouverna l’Eglise 
pendant deux ans et mourut. Pendant son pontificat, on discuta pour 
savoir s'il fallait rebaptiser ou non les hérétiques convertis ἃ la vraie foi; 
car l’usage était seulement qu’on leur imposat les mains et qu'on leur fit des 
onctions sur le front. Lorsque les discussions se multiplièrent, Cyprien, primat 
d’Afrique, réunit vingt-neuf évéques et fit vingt canons dans lesquels il ordon- 
nait de rebaptiser quiconque aurait renié la foi dans la Sainte Trinité. Il 
suivit ces canons; et il fit cela sur l’ordre d’Étienne, patriarche de Rome. 
— Denys, disciple d’Origène, était alors patriarche d’Alexandrie. C’était un 
savant philosophe; il écrivit ἃ Etienne pour lui dire qu'il fallait rebaptiser 
tous les hérétiques convertis ἃ la vraie foi. Denys gouverna l’Eglise d'A- 
lexandrie pendant onze ans et mourut*. Il a composé plusieurs livres pour 
réfuter Sabellius et Népos (Al-Mouydi?) qui étaient dans sa ville épiscopale*. 

A la mort d’Etienne, patriarche de Rome, Sixte® (Karistous) lui succéda 


1. Cornélius, pape de 251 ἃ 252. -— 2. Lucius I°", pape de 252 ἃ 253. — 3. Etienne I°, 
de 253 ἃ 257. — 4. En 264. — 5. L’auteur, par anachronisme, veut peut-étre parler des 
Manichéens et non du novateur, évéque d'Arsinoé, qui s'appelait Népos. — 6. Sixte II, 
pape de 257 ἃ 259. 


ΤΑ p. 22. 


“A p. 42. 


230 HISTOIRE NESTORIENNE. I) 
FX (le ὡρ» dl I pg ra EM ον CM 039 οὐ ὦ ΄ 
eYala Lys ite Th i pio dg RM VI a Je ὁ} ὦ. 
La SS Ioadely . caduta ANI Sd i λα ele gilda ὧδ casta 
ιν... αὶ is la Vo ὦ gala ὁ» Tg Sly Tyalini AGI le pl ὁ» 
2 ἦν ὦ UE Le σοὶ 4 Ti I izle HI LEI ὦ» chi 
ὁ gli dI SG AS Gili ὁ πολ οἷν UYU Gila SUV go 
pirlo dt TU I a dn Li Fili ty e lap 
UV pig οἰσον} ali cp reg 


pendant quatre ans et mourut. Après lui vint son disciple Denys'. Il étal 
bon et vertueux, fut patriarche pendant neuf ans et mourtt. 

* A la mort de Claude”, empereur des Romains, Aurélien II * (οι αὐτιά: 
bounou) lui succéda. Il était intelligent et savant, et les philosophes fréquen- 
taient son palais. Un jour qu’ils étaient venus pour le saluer, il leur dit : 
« O vous tous, soyez humbles devant ceux qui vous instruisent. Apprene 
tous les jours et sachez que vous ne possédez point la science partaite 
Glorifiez et honorez vos maîtres, et ne vous comptez pas au nombre des grands 
philosophes, de peur que vous ne soyez un jour humiliés. » Ils lui répondirent: 
« L'’empereur a parlé juste : il faut que l'homme 8'’instruise tous les jours, car 
nous avons vu un homme, célèbre dans la philosophie, affirmant que l 
soleil est noir de sa nature; mais il se tua et on brala les livres quiil avait 
composés. Nous en avons vu un autre semblable et, avec lui, le philosophè 
‘AndAmius’... 

Sous le règne d’Aurélien, soixante évéques se réunirent ἃ Antioche εἰ 
excommunièrent son patriarche Paul de Samosate, ἃ cause de ses fausse: 
doctrines et du changement qu'ìl introduisait dans la foi. 


1. Denys, de 259 ἃ 269. — 2. Claude II, empereur (268-270). — 3. Aurélien (270-2:, 
le premier et le seul empereur romain de ce nom. — 4. Le sens de ce passage e 
obscur, probablement par suite d'une lacune 


[To V. — HISTOIRE DE PAUL DE SAMOSATE. 231 


pl Ji dee 


solai de sat ist oe ada] a i 90 αἱ 

«gi YU tao sli ll 4 al τὸν JE cia pela Ji pics 
TAI eu ae tel I Led Sarli Ls AJ dl gle 
di peli ASILI Je li Ale Ji ds pe νῶν prio gute d 
oro dl ον» ii e ll σου HI lio ΩἹ dl οἱ 
e 5. Ul LV ce ile de pl ὁ da) Y gu GLU «ile wu 
E ta al e gli Al I iS ον ὅς Hb νὰ 
«ὦ bl say a ὦ» ὦ SAI AI lg Lh ANG 93). YI lbs 
crepe el lass μερὶ l Ἰώ ai Al ale pull ας Gut ἴω 


1. Ms. sl Φ». --- 2. 33. — 3. Ms. add. |. — 4. Ms, καὶ, — 5. Ms. N. 


V. — Hisrorne ΡῈ Paur DE SAMOSATE. 


Lorsque Valérien (Aouralinous) régnait avec son fils Gallien (Djdldsinous), 
il avait persécuté les Chrétiens et tué plusieurs d'entre eux, dont le martyr 
Cyprien. Valérien fut attaqué et emmené en captivité par Ardaschir, roi de 
Perse ‘. 

Quand Gallien vit ce qui était arrivé à son père, il cessa de traiter les 
Chrétiens comme son père les avait traités; il leur rendit la tranquillité et 
demanda leur secours. 

Paul de Samosate était alors patriarche d’'Antioche. Il inventa une 
doctrine d'après laquelle Dieu n'est appelé Père, Fils et Saint-Esprit que dans 
un sens figuré. Le Christ n'est pas né de Marie; il est seulement homme 
et ne possède point la divinité. Plusieurs évéques se réunirent alors contre 
lui. Mais il avait recueilli une grande somme d’argent, avec laquelle il gagna 
la faveur du gouverneur d’Antioche; il obligea les religieuses ἃ chanter ses 
hymnes sur Notre-Seigneur Jésus-Christ. Les Pères raillaient ses dis- 
cours; et quand ils se furent réunis pour chasser le loup du milieu des 
brebis et pour l’excommunier, il simula le repentir. Puis, quand la réu- 
nion fut dissoute, il revint ἃ son impiété. Les évéques se réunirent de 


1. Il a été dit plus haut que ce fut Sapor, fils d’Ardaschir, qui emmena Valérien en 
captivité. S. 


ἢ σὰ, € 
ris, A I \A Nd Y 
ViaAizHo9AiZ ku; , -π 1' DU 
| DIGITIZEO DV N_TX7A7«- | 
o 3) Pa. | 
| i; 


= : 


ΝΜ ΒΒ. 
232 HISTOIRE NESTORIENNE. τ [28] 
Aa 43 αἱ ριον el Lindy ὧν γᾶς ποῦ γον ὁ τυ ν ὦ, 
w 343) ὡς Ta bgaly Lil sg 3 en ob db "ἊΣ Va DIS dl 
lb ii guai db LA Gila GUAI «igle SUS 
Gre pill ul e ἃ dolio ll i Ya gg lid e la 
ὦ; σου JI i «προ» pposio τον Lia αὶ 06 ai 
DI LA I sy e i glo ἢ ci νυ» I 
di ii Kali lugo gig ie > pala re glo cile dll 3 sota 
plinti LAI isso σὴ edo degli ppi WI Je re eis ti 
Alco REMI da ga LI I 


- 


N Ms. οἰῶ. -- 2, > — 3, rst. 


"i 


nouveau et ils écrivirent ἃ Denys, patriarche d’Alexandrie, le priant d’as- 
sister au concile. Denys prétexta qu'il en était empéché par sa vieillesse et 
son impotence. Il leur disait qu'il avait excommunié Paul et que, malgré son 
éloignement, il était pourtant au milieu d’eux. Les évéques excommunièrent 
Paul une seconde fois. Mais il ne voulut point quitter Antioche, et il fut sou- 
tenu par le gouverneur de cette ville, ἃ qui il avait donné de l’argent. Les 
Chrétiens demandèrent alors le secours d'Aurélien (Aouralinovs)' qui ordonna 
de le chasser malgré lui. Il demeura en exil jusqu'è sa mort. Que Dieu ne 
sanctifie point son àme, et gràce lui soit rendue pour avoir délivré le monde 
de sa doctrine! Grégoire le Thaumaturge assistait à ce concile; et Domnus, 
neveu de Démétrius, succéda ἃ Paul. Aurélien (Faàrilidnous) régna cinq ans 
et fut tué durant la sixième année. Pendant son règne, les Chrétiens étaient 
tranquilles. Après lui, vint Tacite (Titous)® malgré les chefs de l’empire; il 
fut tué au bout de six mois. Après lui, Florien (Flourinous) arriva δὰ tròne 
par la force; mais il fut combattu par les chefs des Romains, qui étalent en 
proie ἃ l’anarchie, et tué après un an de règne*. 


1. L'auteur confond sans cesse et transcrit souvent avec la mème orthographe les 
noms des deux empereurs Valérien (253-260) et Aurélien (270-275). Le concile d'An- 
tioche eut lieu en 268 et Paul maintint son autorité jusqu'à la prise de cette ville par Au- 
rélien en 272. — 2. Tacite (275-276). — 3. Florien fut tué par ses soldats après deux mois 
de règne (276). 


Digitized by (: oogle 


[23] VI. — HISTOIRE DE SAINT GREGOIRE. 233 


si ball del SLI sÙ edi Al 31 


o gb fe μων pese dale egli αἱ cp sigla di Gi till li 

Slip Je αἱ 24294 Na it τ debe sio ὧρ Coil ὦ» Mas 
de Σ da Lal ira deli ud ili Al Spb al ul 
dii di pl uit e li bia ciali ca Til δ ἀρ 25 
Cr ga Ὁ all dig > pens al Viu ὁ Ji (pl 
Isl rr gle el e ὁ lu ite i Lil all Ὁ» cibo 
ital Al ὑπο σχῶ ὦ» ὁ» cile Ly lizl Call ab dia εἰ 
ὁ Cig praga dot Solo da dI) ili id des 
cre to LUI de οἴ pl ὦ σου i 5. ὦ 
sli Ὁ dadi clint ὅσου συ dl glo dl Ly pal ds 


1. Ms. ἐ — 2. Ms. ., 5.9». -- ἃ. 2} ες. 


VI. — Hisroire pe sAINT (πέασοιδε LE THAUMATURGE. 


Ce saint (qu'il prie Dieu pour nous) était originaire du Pont. Il fut pen- 
dant longtemps disciple d’Origène le commentateur. Dès son enfance, il imita 
les saints et vécut solitaire dans une cellule. Dieu lui accorda le don de faire 
des miracles et de guérir les malades. Ses vertus et ses miracles se mani- 
festèrent et il fut appelé thaumaturge. Lorsqu'il fut nommé évéque du Pont', 
il n°y avait dans la ville que dix-sept personnes croyant en Notre-Seigneur 
Jésus-Christ : il passa tout son temps ἃ en convertir les habitants ἃ la foi en 
Notre-Seigneur et ἃ les baptiser; si bien qu'au moment de sa mort, dix-sept 
personnes seulement n’avaient pas embrassé la religion chrétienne. Il fut du 
nombre des évéques qui se réunirent pour excommunier Paul. Il avait un 
frère qui marchait sur ses traces * et qui devint aussi évéque. — Lorsque 
BahrAm (Warhdaran), fils de Sapor, monta sur le tròne *, il se montra bienveil- 
lant envers les Chrétiens et administra son royaume avec justice. Au com- 
mencement de chaque mois, il tenait un conseil pour examiner les intéréts 
de ses sujets. Il commenga ἃ régner l'année où fut assassiné Florien (Flou- 
rinous), empereur des Romains, et il régna pendant trois ans et trois mois. 
Lorsqu’il mourut, Probus* (Qlousous Borbous ?) lui succéda et, les circonstances 


1. De Néocésarée dans le Pont. — 2. En 273. Les historiens font de ce Bahràm un fils 
d’Hormizd, mais il était bien fils de Sapor. Cf. NoELDEKE, Geschichte, p. 49, n. 1. — 
3. Texte défectueux. — Bahràm I°" régna de l’an 273 ἃ l’an 276 et Florien en 276. Celui- 
cì eut pour successeur Probus (276-282). 


“A p. 43. 


“A p. 13. 


« “ὩΣ 
234 Ι HISTOIRE NESTORIENNE, [24] 


lag ll GS) darte ὁπ" Ὡς Ki τὼ ὦμο, Ds pull dla Las 
EI ga dl FS OLI gt II pie οἵ» 
si glo pini e τῷ στρ ων gle Gill Vl κὰν αὶ glog clin 

di ito ga ἢ gi rta glo Lily i i gta 


a ip » ὡ Δ cage all si bol lia 

sii ge pt Gi pas alal o σα Coli dg lan 
cetra VS Salt gt ὁ» I de ὦ ὦ δ Ca ὦ de as 
ale de σον 535 Ji abati Ga ὁ οἷο» iI N de dILVI 
dorsi ὦ ὁ 364 Sl de sail vi an ὁ pepe εὐ». Ὁ 
Piedi tl e Sell ih Gabi σου ci pg ds di 


1, rl. — 2. Ms. sno, — 3. Ms. μὼ — ἡ, Ms. soybo. 


le favorisant, il tua ses ennemis et alla combattre les barbares. Il mourut 
empoisonné, après avoir régné six ans et quelques mois. Pendant son règne, 
la mortalité augmenta considérablement à Rome, depuis le mois de septembre 
jusqu’à la fin de mars. La principale cause des décès fut la grande quantité 
de neige qui était tombée. En ce temps-là, Félix fut patriarche de Rome 
pendant six ans'. Eutychien lui succéda pendant un an*; il eut pour suc- 
cesseur Caius pendant quinze ans*. 


VII. — Historre DE saint EuckNE *. 


En ce temps-là parut saint Eugène (Aoudjin) dans le pays des Coptes. Il 
était originaire d'une île appelée Clysma (Qulousméa) *. 11 était plongeur dans 
la mer; il en tirait les perles, les vendait et en distribuait le prix aux pauvres. 
Il exerga ce métier pendant vingt-cing ans. Il marchait sur l’eau, devant les 
valsseaux, comme l’homme marche sur la terre ferme; et un jour il vit comme 
une étoile marcher devant lui sur l'eau. Une autre fois, les pirates voulurent 
attaquer un vaisseau dans lequel il y avait une très grande somme d’argent : 
il se mit alors ἃ prier, ἃ supplier Dieu, et il s'éleva une tempéte qui arracha 
le vaisseau aux mains des pirates et le jeta sur l’ile habitée par le saint. Les 

1. Félix I°", pape de 269 ἃ 274, — 2. Eutychien, pape de 275 ἃ 283. —3. Caîus, pape 
de 283 ἃ 296. — 4, Cf. Bepsax, Acta mart. et sanct., III, Paris, 1892, p. 376-480. — 
5. Près de Suez. 


Digitized by Google 


| »- 


5) | VIL — HISTOIRE DE SAINT EUGÈNE. 235 
Wine cli gi ὦ We ct all Tia Tale Lu pill ς νοῦ, pel pi 
el τ, do gl e ον ds ell rtl a d 
alli Liz > elevi aly θα Mae la pt TY ds 
Au gi dg da e «glo ds d dis 
PIG galli doll ca DA κω. rin ie 145049 Cui dgr αἱ pal 
Lia καὶ Mae 9 οὐὐ 3 Ly ii ar i Sell ia μοῦ 
gi e οὐ de va ci dle ὑοῦ Ὁ Τοῦ gal ὦ cl dal 
castelli Lia Liz g ssi es Ce cpledi AS daly galli 4143 
e Ὡς GLI] es > τα Ls tele ill de li ge 
edi di Ji gl iii colza st gl οἱ de οἱ οὐ 
e; εὖ ly gola ii vel el 3 SI Sossi soi Lib lis 


- 


1. Ms. uc, — 2. Ms. sy. — 3. SI;h. 


hommes qui étaient dans le vaisseau furent émerveillés par le fait dont ils 
étaient témoins et donnèrent au saint trente talents d'or. Avec cet argent il 
construisit là un monastéère; et sa réputation se répandit dans toute la contrée. 
Il quitta alors son pays et vint au monastère de PacòOme dans le désert de 
Scété (Asqdti). Il y trouva les frères chauffant un four pour cuire le pain; il prit 
le fourgon, sortit toute la braise et, se tenant debout au milieu du four, il fit sa 
prière. Il partit de là après avoir demandé la bénédiction de tous les Pères qui 
vivaient dans ce désert. Soixante-dix personnes le suivirent et vinrent avec 
lui jusqu'à Nisibe (Nasibin). Il habita tout près de la montagne appelée Izala 
(Azal). Ce saint accomplit des prodiges innombrables, racontés dans son 
histoire'. Comme ses visiteurs devenaient très nombreux, il baAtit sur cette 
montagne un monastère où les moines se réunirent. Il guérit d'une maladie 
incurable le fils de Cerdon(Qardoun)*, gouverneur de Nisibe. Ce dernier regut 
alors le baptéme avec toute sa famille; et il éerivit ἃ Constantin, empereur 
des Romains, pour le lui faire savoir. Ce saint annonga ἃ l’avance ce qui se 
passerait dans l’Eglise ἃ cause d’Arius et comment se terminerait son af- 
faire avec les trois cent dix-huit, — Il comprit ensuite qu'il devait parcourir 
les pays avec ses enfants, pour convertir les hommes ἃ la vraie foi. 115 en con- 
vertirent un grand nombre ἃ Qardou (Qarda), ἃ Beit Zabdé (Bazabdd)* et ἃ 
Nisibe, pendant le règne de Sapor, ennemi des Chrétiens. Lorsqu’il fut très 
avancé en age, il quitta ses disciples. Chacun d’'eux alla où Dieu (qu'il 


1. Editée par Bedjan, /oc. cit. — 2. ro. — 3. 15 ha, Vardou et Beit Zabdè sont deux 
bourgades voisines dans la Mésopotamie (Yàqout, Mo"djam al-boldin, IV, p. 56). 


dl (NA 
Digitized by SIX 


᾿ °° 


----ὕὔὉὦ 


HISTOIRE NESTORIENNE. [36] 
SUA ls ghedi Ipis dog ge dl al do Οἱ dla ὁ i si 


ella gel ΩΝ 65. 


lai ce ius Shi νον Got pilali Gby bg ell 3 SI 

NS E e i li Al gs ΑΞ 5 polis ipa DI la è 5343 AbYI 

σι» dita inl las IS Στ} prtsros cpl Dl pais 
4 Vilas ii IH gii ii ell «δ, pd 3 ii 
ως ΣῪ ii gle paoli nl ds cl dita ge lan cgil 
| SI ἴσου» Mg ASUS olo patty ANI ὅν 


W 1. ΕΥΓ ΣΩ͂ ΦΧ | : JE inb atogali tra Lal : lb bl. —2. dgl3 
(SL ta e ITS all) 3 gli το δ. rt 


est puissant et grand!) le désirait; et ils bAtirent des monastères, des églises 
et des couvents. Puis il mourut et fut enseveli dans son monastère, Il avait 
deux sceurs, dont l’une s'appelait Thècle' (Taglà) et l’autre Stratonice (Astré- 
talnigd)*. 


VIII. — Noms pes pocteURSs. 


Du temps de Sahloupas et de Papas, les deux métropolites d'Orient, et 
d’Étienne, patriarche de Rome, vivaient les éminents docteurs : David, évé- 
que de Bassorah (A/-Basrah), qui quitta son siége et partit pour l'Inde où il 
convertit une foule de personnes; Gadhimhab *, évéque de Gondisapor; Ebed- 
Jésus*, évéque de Kasker; Jean*, évéque de Maisin; André, évéque de Deir 
Mahràq; Abraham, évéque de Schouschter (Tostar); Milès ar-Razi*, évéque 
de Suse (As-Sous). Ce sont ceux qui se réunirent pour blàmer Papas. Dans 
le pays des Romains, vivaient Anatolius (Antounis) ”, évéque de Laodicée; 
Théonas (Toumd)*, patriarche d'Alexandrie; Timaeus (Timdathdous)* d'An- 


1. por. — 2. Laugitof; ΒΕΡΙΑΝ, loc. cit., p. 473. — 3. cer martyrisé avec Siméon bar 
Sabbaé en l'an 341. Cf. Bepsan, Acta mart., II, p. 131. S. — 4. Les Grecs le nomment 
Archélaùs. S. — 5. Cf. Bepyan, doc. cit., II, p. 131. — 6. Cf. Bepsax, loc. cit., II, p. 260- 
275; Sozomine, ist. ecel., II, χιν. — 7. Cf. Bar Hésnaus, 7ist. eccl., Il, 62. S. — 
8, CI, Eusìse, ἢ. £., V, xxxtr. 5. — 9. CL. Micnet, Ckronique, 1, p. 198. 


Digitized by Google 
»-- 


[27] ΙΧ. — HISTOIRE DE BAHRAM II. 237 
ὦ». Die li bel ὁ ὦ cr 5 ly gie dol Lul 
gle 

agile ce alt ὦ ela CM 554 


dont GUKYI pil Gil gi Td rali gle dei lia ci ὦ 

CEVA: ae di agli 
JU Li gle bla ξυό καὶ gl Ye Li i ὑόν gl ri deb LS 
La> 29 Pepbtl SLY ce delia pianti Eb pull ὦ ὦ» ΟΣ ὦ SI gd 
Na dg di GA dll lia Diga ST cs! sr Je a ὦ 
ogg le ὁ Le ci) ll ge N Sa o 8 I 
SUS Jul rl dai μῶν diri he ll dee Gill 
dii al olii cpolze)i οἱ «uu ald by ig sip LV, Gi 


1. Jhbs— 2. Ms. bla. 


tioche. A Alexandrie vivaient les deux prétres Piérius (Qournous) ' et Achillas, 
et, ἃ Césarée, Agapius (Aghifous)?. Tous combattirent sans relàche les héré- 
siarques Simon, Marcion et Manès. 


IX. — *Hisrorre pe Baxram [II] Fils DE BanRAM [I] FILS DE SAPOR?. 


Lorsque cet homme régna*' en Perse, en l’an 590 d’Alexandre, il fut 
bienveillant envers ses sujets; et ses soldats furent très contents de lui. 
Au début de son règne, il vint dans la Susiane (Al-Ahwd42)*. Il examina la 
religion chrétienne, comme avait fait son grand-père Sapor : il en pos- 
sédait quelques éléments, car selon Milès ar-Razi*, il avait ét6 élevé ἃ 
Karka de Djoddan (Karkh Djodddn) et il y avait appris un peu de syriaque. 
Il fit venir quelques Pères, les interrogea; et ils lui expliquèrent les doc- 
trines. Il leur dit alors : « Je vois que vous regardez comme grand cet étre 
unique que vous reconnaissez et que vous exaltez, mais vous vous trompez 
en défendant d’adorer les dieux. » Puis il changea d’opinion. Voyant que les 
Manichéens se disaient chrétiens, s’habillaient comme eux et méprisaient 
le mariage et la procréation des enfants comme le métropolite et les évé- 
ques, 1] crut, ἃ cause de ses mauvaises intentions, que les deux religions 


1. Cf. Eusise, Mist. eccl., VII, xxxn. — 2. Cf. Micuet, Chronique, I, p. 200. — 3. Cf. 
NoELDEKE, Geschichte..., p. 48-49 et 415-416. — 4. D'après NoELDERE, il aurait com- 
mencé ἃ régner en 276/7. — 5. Cf. NogLDEKE, Geschichte, p. 12, n. 4. — 6. Cf. Assi- 
mani, B. O., II, 1, 51. S. 


* A p. 44. 


“A p. 4h. 


238 HISTOIRE NESTORIENNE. 128° 


ag pai τὸ i σὰ οὐαὶ Ji Δ gii ep pay gli 
e rali dal Ὁ Lu alli lì dig LL pali last) «5. 
La SUI dle ll ola plli List rlby dali Lil Gb Gals gue 
ell de prio gl cs e δῶν i dl able Ge 
Ci pre lai Tia ὁ οἱ ὑδο Ill ὁ Jul Ley pdl ge ELY, Gi 
pina hi Lo I οἱό οἷ» LI LI paci) eil Tin] db pate 
PIT tt cell die dsl dI Gola cli ag <a abs 
gi IA Οἱ dI 3 οὐ ea ὁ» οὐδὲ ον» 40 e io 2" 
Ai grin IA dI dp HI GE 4 νὰν ὁ gua 
ce μα Le μὰς HI pelo ὦ ua Lily pb ὁ αὐ σοὶ οὐ» 
ἀκ μα, AU al pH ely Dial Log vel ol d LI 


Ar gl ἃ HU μοὶ ὁ ti rd gola gi Gpl Gio La 


étaient identiques. Il ordonna donc de tuer les Manichéens et de détruire 
leurs églises. Les mages persécutèrent alors les Chrétiens sans distinction. 
Il fit tuer Qandirà sa femme, qui était d'origine romaine, parce qu'elle 
croyait ἃ la religion chrétienne; il fit aussi tuer le bienheureux Qariba, fils 
d’Ananie. Les mages opprimèrent alors les Chrétiens; et Papas‘ endura de 
très grandes souffrances. Les Chrétiens se plaignirent au roi BahrAm de ce 
qui leur arrivait. Il désira savoir alors quelle différence il y avait entre eux 
et les Manichéens. Il leur demanda pour quelle cause le métropolite et les 
évéques se privaient du mariage et de la procréation des enfants dans le 
monde. Il disait : « Si cela est mauvais et défendu chez eux, ils méritent la 
mort, parce qu’ils veulent anéantir le monde; et si c'est bon et permi», 
pourquoi leurs chefs s'en privent-ils et le méprisent? » Les Chrétiens répon- 
dirent que les Manichéens croient en deux dieux anciens; qu’ils croient 
aussi que la terre est animée et possède une Ame, que les Ames se trans- 
portent d’un corps ἃ l’autre, et que le mariage est mauvais. Les Chrétiens 
croient en un seul Dieu, créateur de tout, éternel. Ils enseignent que le 
mariage est bon et ils l’ordonnent dans leurs livres. Mais leurs chefs s’en 
privent afin que le mariage ne les empéche pas de faire ce pour quoi ils ont 
été établis, à savoir : la direction de leurs ouailles, la prière et l’interces- 
sion pour le monde et ses habitants, pour le roi et le royaume. Les Mani- 
chéens s’habillent comme les Chrétiens pour se cacher. Le roi alors agréa leur 


1. Patriarche de Séleucie, de 558 ἃ 637 de l’ère des Grecs (247-326), Gismonbi, Maris, 
Amri et Sliboe, De Patriarchis..., p.9, cu de 266 ἃ 335, Bar Heésr., Caron. eccl., II, p. 28. 


[29] IX. — HISTOIRE DE BAHRAM TI. 239 
arl ig li te ὦ KU is aly dle GI Le ig pio LL 
di piro gpisrzi il Ls sli psi ge iù dll ds 

Ye ini cav ὑδο aly Tag sa ἴον ζκο Lunsdly Kul 
Ye ge ali ant ὃ» «αἰ Velia a dI Lully gialli CI ceo 
SL dg ilo 3 sog co δ. ay ον cola Je ls de N 
iso ell (5.9.9. δὼ 9 leg ide κατ οὶ «ὦ ca ci 
ine LI ὦ pig οὐ ον τὺ cisl N dg pais dl dis 
TIKI di ty τι, sit di de Je pilo ld 
ζω dl hell ci ite ΟΣ] CUI cla ils pins 
τ > SL prat Sal ὁ platy dal cib αὶ ppi dol SS Agli 


1. 3): — 2. ser al, us Jeel sio i; 


réponse et ordonna de ne plus les persécuter. Il changea done de conduite 
et mourut après avoir régné pendant dix-neuf ans et dix mois '. 

De son temps, Carus régna sur les Romains; il s'associa ses deux fils 
Carinus et Numérianus*, ἃ qui il donna le pays de Syrie; pour lui, il resta ἃ 
Rome et en Italie. Il disait ἃ ses deux fils : « Il y a trois choses dont le roi, le 
juge ou le gouverneur ne doit pas rougir et qu'il ne doit pas manquer d'’ac- 
complir, ἃ savoir : se lever de son siège devant son père venant pour le saluer; 
attendre ses hommes sur sa monture; établir ses enfants dans une charge 
pendant sa vie. » 

Après trois ans de règne, il vint dans la région de Nisibe (Nasibin), et ἃ 
cause du changement de climat, il mourut et fut porté ἃ Rome. Et en ce 
temps-là son fils Carinus fut tué dans la région de Margue (Bargà ?). Lorsque 
Numérianus vit qu'il lui avait donné Dioclétien (Douglatiànous) comme collègue 
pour l’empire, il complota contre lui, le tua et régna seul. Puis il s'adjoignit 
Maximien, qu'il maria avec la fille de l’empereur Constantin ; et il était doux 
et humble, Le-royaume fut divisé en quatre parties *. Et chacun d’eux fut 
appelé César. — Au commencement de leur règne, lEglise était en paix, 


1. Pendantdix-sept ans, d'après Bar Ilébreus, Histoire des dynasties, éd. Salhani, 
p- 131. 5. — Ed. Pococke, p. 132. — 2. Probus fut tué en 282. Carus lui succéda et s'asso- 


cia ses deux fils : Carinus et Numérianus. S. — 3. Ce passage est incomplet et obscur. 


Numeérien, le premier, fut tué par Aper. Puis Carinus fut tué par les siens ἃ Margue, près 
du Danube, dans la Haute-Mcoesie. TiLLemont, Histoire des empereurs, Paris, 1723, III, 
p- 586 et IV, p. 6. Dioclétien régna en 284 et s'associa d'abord Maximien, puis Cons- 
tance Chlore et Galère, C'est Constantin qui avait épousé la fille de Maximien. On voit 
que cette page, comme plusieurs autres, fourmille d'erreurs. 


ΚΑ γι. η. 


240 HISTOIRE NESTORIENNE. [30] 


sil gii lo call gl ci e Sb LS MU Ja i 
dass dl Ju I es dep Sd Cal JE ὧδ, «μλρεὶ 
GUI I dla ela de e pls ly dos pilo d dai 
SULA tr PH GL ὁ pile AI cul se i gli te 
ὁ plo 1. ἃ οἱ οἱ goal pl dll GLYI Ul pig II Gil 
pics LU 95 Cbs ὁ." (#3 pela τῷ dè dii Ol cito pie 
ὁ} bla VI als cy pag ΟΝ SI Ul Lia gg ul εἰ δὰ 
Dax οὶ ἀλπι2 ell Uta ΟΝ sia ὁ golali ‘ho cib μον! ce «5% 
So κων ΟὟ IE Y E Vill ge gli ὁ» μεῖνε le clic ὧν 
σε ud ii μ ὧξν Mi Jo ἀκ, Asl pal Vi Ka ὁ pa Ye 
I Li gia Li Y gia Lil gu ὦν LS dont 
υ ll d ve Οἱ gli di Gig a gt CUT ον Ji ses 


jusqu'à ce que Dieu la négligea, selon les paroles du prophète qui a dit : 7 αἱ 
délaissé ma maison, j'ai abandonné mon héritage et livré la bien-aimée de mon 
dme entre les mains de ses ennemis *; — et aussi : Le Seigneur a abandonné Sion 
et jeté par terre la couronne d'Israél?, — Le démon entra dans Dioclétien, 
dans son gendre et dans son fils et les poussa à persécuter les Chrétiens. 
Et le jour de Pàques, dans la treizièeme année de Dioclétien, ils éerivirent 
ἃ leurs lieutenants dans tous les pays, leur disant de détruire les églises 
et les monastères, de brùler les livres et de démolir les maisons des évéques, 
des prétres et de tous les Chrétiens, s'ils n'offraient pas des sacrifices aux 
idoles, et de leur faire endurer tous les supplices. Un grand nombre de chré- 
tiens furent tués : * les uns furent lapidés; d’autres furent jetés aux bétes 
féroces; ils furent soumis ἃ tous les supplices. Ce malheur frappa la Syrie, 
l’Egypte et Nisibe, et il avait ordonné de ne demander aucun service aux 
Chrétiens. Dans ces régions, leur sang fut répandu comme l’eau; un grand 
nombre renièrent leur foi par crainte de la cruauté des tourments et non 
librement; car le maudit Dioclétien avait dit : « Je ne laisserai point de trace 
de la religion chrétienne dans mon royaume », et il fit cela pendant deux ans*. 
Puis Dieu eut pitié de son peuple, comme a dit le prophète aux fils d'Israèl 
après la captivité : Ne crains pas, ὃ Jacob d'Israél; j'ai écouté ta priére en mon 
nom. Quand méme tes pechés deviendraient comme la poussière, et tes fautes comme 
les nuages, lorsque tu traverseras les eaua, je serai avec toi, et les fleuves ne te 


1. Jéerémie, καὶ, 7. — 2. Lament., 11, 5, — 3. On sait que la persécution de Dioclétien 
dura dix ans en tout (303-313). 


Digitized by Google 


[31] IX. — HISTOIRE DE 8. PIERRE D'ALEXANDRIE. 241 
Y Sails til ly dii Juli Je ente dl eli at Yong cela 
SIE ri io US ee FX ala Je ag lella 
ο στρ ul olii Gals save gore ds calieo 
Sil i city sii ΟΡ ΠΝ pills Ji dl 
ἰδ 6.9. (ὦ γα γα τὴν dg δ e con dats ὦ 5} ci μὰ LS 
dg ii craeg glia ey i cite GW del τό, aly dé Je dl 
stiloro) alzi Lalli Cal dg del > ὦ Lila μου pio pria Jul 


V> abs. ago da ΚΟ i dolo pglbliss ell ὁ. 
Splali so Ka ὁ» pal dall gati Ga II a pl A 


[PASSI dr I iii ion yi d gl ©. Li YI asta, Je ih 
- att) a Ge N Al "Ὁ Sl de tuto lai I ΟὟ, 2 Lili 
(Viet. - 2. #4 Sd Sd ga de iù Mi LG ? ost οἱ cel 
bob A 


submergeronit pas; et si tu marches sur le feu, il ne te brùlera pas; ni le feu 
ni la mort n’approcheront de toi '. Les ennemis vinrent de tout còté pour 
combattre ces impies. Dioclétien devint fou; il quittait son palais et courait 
à travers les rues. Puis Caius, fils de Curinus(?), dont le père avait été tué par 
Dioclétien, vint l'assiéger dans son palais avec son armée; il le saisit, lui perga 
la machoire inférieure comme on le fait aux béètes féroces et la lui attacha 
avec une corde aux doigts du pied; puis, il pilla son palais et le démolit. 
Ainsi Dieu le récompensa selon ce qu'il avait fait : il mourut après avoir 
régné vingt ans*; il était ἃρό de soixante-douze ans. Quand cette nouvelle 
parvint ἃ son gendre Maximien qui était en Cilicie, il tomba malade et de- 
vint également fou. Ses compagnons le tuèrent. 


[Hisrorre pe S. Pierre D'ALEXANDRIE. | 


Pendant le règne de Dioclétien, Pierre (Fatrous) succéda ἃ Théonas* (Tà- 
dourbd); il était bon, vertueux et il ne cessait de prier et de demander au Christ 
de sauver l'Eglise et ses enfants du gouvernement de Dioclétien. Pendant le 


1. Isaîe, χει, 1-2. Cf. 1, 18 et xLiv, 22. — 2. En lan 313. 5. Ce récit de la mort 
de Dioclétien semble personnel à l’auteur. Cf. TirLemont, Histoire des empereurs, IV, 
p- 53-55. — 3. Théonas, de 282 ἃ 300; Pierre, de 300 ἃ 311. Cf. Euskne, Hist. eccel., V, 
xxx. On possède de cette histoire de S. Pierre d'Alexandrie une version latine 


cia 


Rise (_MOONO 
Digitized by > O ὡς C 
x 


242 HISTOIRE NESTORIENNE. [32! 
“» yi ὦ, GV ὁ. e εὐ) cali σοῦ» i ds 
gg Jai e e Rolli LI dg VÎ eil ὁ Gu ὦ Δ᾽ σοὺ 
Us Je diesel sg δ i) YI Je 5. glo ill 
GI pre Reel le ὦ», prati coristi de priss pre Εἰ Je lzlu 
luo quad ps Ag Chill tà Οἱ ssi ge va va eli 
de lsvones papali ce do dl pol gr Vedi νου dl gs TS 
cerza ed PI 
XY Ji Legal Sl ds pill lin ὁ palio pae Fl pel JB 
dirt dl Ja de ΚΣ da i cli cdl pois 
alta Ya ei στὸ gl Lt Vo gia AI μὰ 2a UKlg 3g lia 
drei ge οἰῶ ls Tie gle 50} gb Sd bl 


1. Ms. ωἷ gi. 


temps de son patriarcat, parut le maudit Arius qui répandit sa doctrine à 
Alexandrie et corrompit les cours des hommes. Le patriarche Pierre l’excom- 
munia et il vit en songe qu'il ne devait pas l’absoudre. Dans la onzième 
année du patriarcat de Pierre, Dioclétien envoya cinq espions à Alexandrie 
pour le tuer. Lorsque les fidèles eurent connaissance de cela, ils résolurent 
de les saisir et de les éloigner de leur patriarche; mais il les en empécha de 
peur d’attirer leurs persécutions sur son troupeau. Lorsque cette nouvelle par- 
vint ἃ Arius, qui, étant excommunié, ne désirait point que le patriarche fùt 
tué, il réunit plusieurs personnes et vint trouver le patriarche Pierre en pri- 
son, le priant de l’absoudre; et ils se prosternèrent par terre devant lui, 
mais il ne leur répondit pas. 

Il leur dit : « Arius est excommunié et séparé dans ce monde et dans 
le monde futur. » Et il dit ἃ Achillas et ἃ Alexandre, les deux prétres qui 
gouvernèrent l'Église d’Alexandrie après lui : « J'ai su par révélation que 
je serai martyrisé ces jours-cì et que vous me succéderez sur le siège pa- 
triarcal. Ne croyez pas que je 5018 sans pitié et que je ne souffre pas è 
cause des pécheurs, alors que je suis pécheur moi-méme; mais Arius est plein 
de ruse et n'a pas abandonné sincèrement sa doctrine. Je n'ai pas voulu 


(cf. Surius au 25 novembre); deux textes grecs publiés par Combefis (///ustrium Christi 
martyrum lecti triumphi, Paris, 1660) et par Viteau (Passions des saints... Pierre 
d’Alexandrie..., Paris, 1897), et une version syriaque conforme au second texte grec. 
BEDJAN, loc. cit., V, p. 543-564. 


[33] IX. — HISTOIRE DE 8. PIERRE D'ALEXANDRIE. 213 


ὌΠ» Co ὧς ld UU sia δ cl I dall al Ji «ζῶ». 


εὐχήν ἐμάν ὦ ὌΝ εἰ οἱ οἱ. gli δὰ τ οὗ» gie HH χω pae 
sio ls Lio dg cpu chi sito ὦ». Gita οὐ ἔχω des 
Ii ga l ell Gp ὁ» bg ceg Fogall sie li LI e ες DI 
ali sr Hu Ly Cha ὡὦ dai οἱ eo LL > rod 
LKizioy Uke dg dpi οὐ E VI Cla dall οἷν Lg Chili 
IAU i Uri pile e AT a ele Gole lo ὧν 
ie zi YU ali ὁ» τυ». dia i ὩΣ Gill ἱμὰς dll 24, 
i ii Ὅλο αὶ LIV Ji cedo dos 
gi de πο DUI Fis rl a AA Οἱ elly 
IG Ul de cul$ ? gle dll Sig e iS pdl ὁ χα) des ded 
ill ciali PI vi ὦ siste UNI συ gigi da 
1. Ms. Licobi. — 2. bla gi di Δ A HS 


le contraindre. Mais cette nuit j'ai vu en songe un jeune homme, dgé ἃ 
peu près de vingt ans, entrer chez moi par la porte. Son visage brillait 
comme le soleil, et la maison était éclairée * de sa lumière. Il portait une 
tunique de coton fendue en deux parts depuis le haut de la poitrine jusqu'au 
bas; et il l'avait repliée sur sa poitrine avec ses mains, pour que son corps 
ne fut pas mis à découvert. Quand je l’ai vu dans cet état, j'ai souffert, et 
je lui ai dit : « Maître, qui a déchiré tes vétements? » Il répondit : « Arius 
« les a déchirés; fais en sorte qu'il ne te succède pas dans l’Église, car tu 
« répondras pour lui. Ordonne ἃ tes deux disciples, qui gouverneront l’Église 
« après toi, de ne point le recevoir, car toi, tu vas subir le martyre, » Je vous 
ai avertis; et vous savez ce que quelques Pères ont souffert de la part de Mélèce 
(Militous). Gardez done le troupeau au milieu duquel le Saint-Esprit vous a 
établis évéques. » Après avoir entendu ses paroles, ses deux disciples et 
un certain nombre de fidèles sortirent de chez lui. Et, de peur de susciter 
des troubles, il envoya dire aux délégués de l'empereur de venir le trouver 
pendant la nuit pour accomplir ce qui leur était commandé. Il leur de- 
manda la permission d’aller ἃ l’église, et ils le lui permirent. ll y vint pen- 
dant la muit, se prosterna sur le tombeau de l’apòtre Marc (Margous), pria 
et revint ἃ eux : il eut alors le cou tranché '. Une femme... qui priait Dieu, 
vit quelqu’un qui lui disait : « Pierre, chef des douze, et Pierre, patriarche 
d’Alexandrie, le dernier des martyrs que Dioclétien fait tuer. » Or il arriva 
1. Le 25 novembre 311. 
PATR. OR. — T. IV. 17 


ΤᾺ p. h6. 


* A p. 46. 


ὙΑΎΥ : ί ΒΥ NANA 
Digitized by Ὁ 0g le 


A 


͵ 


24h HISTOIRE NESTORIENNE. [34] 


το ὁ τῶ Dry lee τας δ desi Glol Gilli σ ιν» sli 
ds PL dle μον pie re Soli ia κκθ5. κω Jo 
gelato cei CMS gig LL ce digg Ὁ pg ve ciglia 

di pt ὦ. ὦ μὰ gl i οὐδ ci ai da HI il 


Spia I leo cl gi LIAN ii gli di LI 

AS di Fl ὧν" DI bg ell ail dr glo Gil peri 
At Ji a i di ie Ὁ ὁ ὩΣ ὁ» el πρὸ ιν 
N IIS de dali d οὐ ὦ χε LI ge AVI Lia Je πον 
sani li VI FIAKM GUI des onianiy calli Feo d dll 2403 


1. bp. — 2. Ms. pis. 


qu'une troupe de gens passèrent pendant la nuit et le trouvèrent étendu par 
terre. Ils l’enveloppèrent dans leurs vétements, le portèrent dans l’église et 
l’ensevelirent avec les patriarches près du tombeau de Marc, l’évangeliste et 
l’apòtre, En ce temps-là, Marcellin (Qurqallinous?), patriarche de Rome, fut 
flagellé deux fois et exilé; l’on fit de méme ἃ Eusèbe (Aousdbis) qui lui suc- 
céda pendant cinq ans. Marcellin fut patriarche pendant seize ans'. 


X. — HisrorrE DE L'HÉRÉSIARQUE ARIUS, CAUSE DE SA MORT 
ET CONDUITE DE SES PARTISANS. 


Lorsque Pierre, évéque d'Alexandrie, fut tué, Arius devint plus auda- 
cieux et proclama sa doctrine devant Alexandre qui lui succéda dans le 
patriarcat d’Alexandrie *. Il dit que le Fils a été eréé avant toute chose, et 
il allégua les paroles de Salomon sur la sagesse : Dieu l'a créée au commen- 
cement de la création avant toutes ses ceuvres *. Il attribua ces paroles au 
Verbe et changea le texte de l’Evangile qui nomme le Père, le Fils et le 
Saint-Esprit ἃ propos de la vocation des nations et de leur baptème. Il précha 
aux habitants d'Alexandrie de ne point dire : Gloire au Père, au Fils et au 


1. L'auteur, après plusieurs autres, confond ici, comme si ce n'était qu'un seul 
pape, Marcellin qui occupa le sièége de Rome de 296 ἃ 304 et son successeur Marcel ]* 
qui, après un interrègne de trois ans et demi, gouverna l'Église de 308 ἃ 309. — 
2, Achillas (311-312) succéda ἃ Pierre, puis vint Alexandre (312-326). — 3. Eceli., 
xxiv, 1h. 


Digitized by Google 


ci 


πῆ - 9 I 4 » 
ἢ x 


[35] X. — HISTOIRE D'ARIUS. 245 
dg ὦ)». Cir pts GL σϑϑλωρεν do 2404 GI IU 
Og 5} οἱ.» das Gil dol dll lesi pri ἡ alby ani tel 
SH II gg DLL e gle ia glo grid το Li 
sir fly dii gara dbrola ao ὦ» daily ciali ria di ὁ 14315 
ol osti lg σον gli ulti diyadli οὶ quali Landi 
i go dre II A IC A τ" sti cre pol ὥλὼ τὰ pr. 
vito de dic desi A GL Sola a Jil ἡ ὁ Lily «ὦ ce 
GUY sip i dl Σιν, sito de su deo DEI «αὶ co ibi κα 
DI ela pilesl ge Uli rie Ka i alpi dell ELI prova 
dg di AA IM E i i lil ρῶν μὰ» dll agita 
i dass ili Gotta Yy all ai gl fr αἰῶ, et i dl 


Saint-Esprit. Alexandre réunit alors cent vingt évéques et l’excommunia 
avec tous ceux qui soutenaient sa doctrine. Au nombre des évéques, il y 
avait Eusèbe de Césarée, qui fit le comput du Chronicon '. A sa mort, 
Alexandre eut pour successeur dans le patriarcat d’Alexandrie Athanase le 
Grand, qu'on surnomme encore le flambeau de l’Eglise. Il fut continuellement 
 Opprimé et persécuté par Arius et ses partisans. Eusèbe de Césarée, Eusèbe 
d’Emèse? et Qurighanis* se réunirent et demandèrent ἃ Athanase de délier 
Arius de ses liens; mais il ne le fit pas. * Ils écrivirent alors au roi et iui» x p, 47 
dirent qu'Arius avait abandonné son erreur. De fait, Arius avait imaginé un 
moyen perfide : il 6erivit la profession de foi qu'il avait inventée, sur un 
papier qu'il cacha sur sa poitrine sous ses vétements et, mettant sa main 
dessus, il affirmait avec serment qu'il reconnaissait cette vraie foi, foi des 
saints apòtres. Lorsqu’'il eut imaginé ce stratagème, Eusèbe et ses partisans 
résolurent de l’introduire dans l’église et de le recevoir. Mais Athanase, 
patriarche d’Alexandrie, les en empécha. Pendant la nuit, il eut recours ἃ 
Dieu et lui demanda de le délivrer d'Arius et de sa doctrine erronée, 
ou de le rappeler à lui et de ne point lui laisser voir ses traces dans l’Eglise. 
ΠῚ fit cela pendant la nuit du dimanche, jour choisi pour l’introduction - 
d'Arius. Dieu entendit sa prière et écouta sa demande, Arius vint de très 
bonne heure, car il espérait s’introduire dans l’église malgré le patriarche 


ι. Cf. infra, ch. XXI. — 2. Surtout Eusèbe de Nicomédie. — 3. Est-ce Grégoire de 
Béryte? Théognis de Nicée? 


Digitized by (4 O 08 | C 


Pra 


246 HISTOIRE NESTORIENNE. 136 


“edili ea 


Gill i i οἱ I pg aly ld dé JD 
ds Li li pali o i lg ἀκ. di Mi SI gl .; 
ebrei As (ἀρ dl σῷ Y Tall tip Sly 4 fe eg til cid 
Sal ga a εἰ 2,59 LI Gil dl godi dg SA ὦ» μῈ J; U 
du Ly itato el ὁ κοι Cla ge a dl 3 οὐδ. 

SIA a log i pg dg i dii ὦ hill 4 fù 
Vie ὁ ὦ Cal deg ὦ dog ce i > ail dI dosi 
in καὶ ὁἱό li ei ng dle Je iii dai dll dl > JU 
45 JG dl Lido ga Li ali i aa dl rig Gill va ed 
li dsl ve > de ὦ» Pi o Jie DJ ol 5959 ὦ» di 
iS GIA di ce ΟὟ (ΟἹ il i ge LL I 


120? all — 2. Me. pia — 3.743) RA 


Athanase. Étant entré dans les lieux d’aisances, toutes ses entrailles sor- 
tirent de lui en un instant, et il mourut. Certains disent que cela lui 
arriva sur la route, pendant qu'il se rendait ἃ l’église : comme il souf- 
frait d'une douleur d’entrailles, il chercha un cabinet d’aisances et, τ 
étant entré, ses entrailles se déchirèrent et sortirent avec ce qu'il avait bu : 
il mourut de cette mort. — Puisse Dieu ne pas lui pardonner! — Les amis 
d’Arius confus et honteux prirent alors la fuite. Le saint rendit grAces ἃ Dieu 
qui avait agréé sa demande en délivrant son Eglise de la méchanceté d’Arius. 

Certains disent que ce tentateur était diacre d’Alexandrie sous le règne 
de Constantin. Lorsque le patriarche Pierre connut sa doctrine, il l’excommu- 
nia. Mais Pierre fut tué, et Alexandre lui succéda ". Arius parvint ἃ se faire 
absoudre par Alexandre, qui rompit ses liens et de plus l’ordonna prétre. Au 
bout de quelque temps, il porta envie à Alexandre à cause de sa science et 
de son érudition. Alexandre lui ordonna un jour de précher le sermon de la 
fète. Comme dans son discours il citait ces paroles de Salomon, fils de David : 
Le Seigneur m’a créé le premier de ses créatures?, quelques assistants lui en 
demandèrent l’interprétation. Il répondit que ces paroles désignaient le Mes- 
sie, le Fils, car il a été créé avant toutes les créatures; et il répéta cela dans 


1. Cf. supra, p. 242 et p. 244, note 2. L'auteur reprend la méme histoire, sans 
doute d’après une autre source. — 2. Eccli., xx1v, 5. 


| 


[37] X. — HISTOIRE D’ARIUS. 247 
LI ΚΟ dado οἱ ὦ» ον rs δϑ «63 da deli 6 «i 
Hu Lu it ὁ» Gti re re dl dl att αὐ ge pill sli 
rh Lg an LI ὦ» Lib UL ὡς DIVI ὦ Ge Li ill εν 
god 4 Aia Ὁ gl de la SAL ον ὁ dts 
de SLY ce lo οἱ deli a Meg Gigli ii peli AJ pui 
SI Li o cisl L l<t4 CUI de dg das οἱ Ped (κῶ κ᾽ CRE, 
calo les di PLY ca cla ὁ» gol ga salici ly dali 
σεῦ ue calo Soglia di) calo σῷ μος, Ὁ 
ll μὰ Lily cgil cali pur dl Ji Ki 82.» ge ale 
dI al οὐδ i si ὁ» σὰ οι ἃ, $$ 
ri il e i vg e gti do lui Ghini LS dle Liù 
Si gg gl Gill als i νὰ, i la κυ Amii psssito 


1. Sb ia la. — 2. (gd. — 3. dale. 


un autre discours. Il lui fut alors défendu, ainsi qu’'àè tous les prétres, de 
précher à Alexandrie. Quand les gens le questionnèrent sur son opinion, 
il leur dit que, pour lui, le Christ était un serviteur créé et que le Fils 
commenga par créer le Saint-Esprit. Lorsque le Patriarche d’Alexandrie 
en eut connaissance, il réunit cent évéques d’Egypte et des environs; ils 
l’excommunièrent' avec tous ses partisans; et il écrivit au patriarche de 
Constantinople pour lui dire ce qu'il avait fait. Arius le pervers écrivit ἃ Eu- 
sèbe, évéque de Nicomédie, le pria de lui préter secours et lui fit savoir 
que plusieurs évéques avaient la méme opinion que lui. Puis, Arius partit 
pour Rome *, alla voir l'empereur et lui dénonga les manceuvres du patriarche 
d’Alexandrie contre lui. Il lui dit que sa doctrine était la véritable, (doctrine . 
soutenue d’ailleurs)* par plusieurs évéques, comme Eusèbe de Césarée en Pa- 
lestine, Théodore (Tàdhoutous) de Laodicée, Paulin de Tyr et Athanase d'Ana- 
. zarbe. Il (l’empereur) écrivit alors ἃ tous les évéques d’Egypte de se présenter 
devant lui. Les anecdotes de l’histoire de ce maudit sont trop nombreuses 
et trop longues; nous en avons donné ici un résumé afin de le mentionner 
dans ce recueil. Celui qui désire connaître son histoire ἃ fond pourra lire le 
recueil de Socrate qui donne tous les détails sur ce sujet*. Le commentateur 


1. En l’an 320 cu 321. 5. — 2. Arius partit pour Nicomédie, résidence des empe- 
reurs. S. — 3. Il manque ici quelques mots dans le texte, mais le sens de la phrase est 
certain. S. — 4. Socrate est une des sources principales de l’auteur. Cf. Socrate, ἢ. £., I, 
passim. 


ΤΑ p. 48. 


248 HISTOIRE NESTORIENNE. [38 
ὁ ὦ» de Uil εἰὰ! 6a ori) <ats «bol Hal ὦ» ὁ ω .» 
Lyla Sl dii pills gel Je gia pil pò is pri io 
Lys Li dll pile μοὶ i eli ge et Οἱ ay Ve deb 1 
Sx det ὦ» delay abrol ὁ» pali GE pei e ἐν. cate ὦ 
Lil JU ot it VI οἱ ces ip A o call 
el Li dal Je li Ye Gol invi, Mi Je 59». ol 
σι de isla Mi gl lia gle l'agrt gi Aid QU ll νὶ 
GNA: eat 
σ dI Sali cib Fey Mi Je lag Vy dal dle lt dl 
ὁ» gui ea Calo 36, eV lia dal Ci lol i Ai οἵ» Lal 
red VI (5 de gie ὦ eng i e ay dat us ce des cel 
day I rg Ylass de Sai gli ll ceo > og 


Théodore (Tadhourous)' a également raconté tout au long l’erreur d'Arius dans 
son livre intitulé « les Perles ». Nous rappellerons encore quelques anecdote: 
de l’histoire des amis d’Arius et de ses partisans, car ils n’ont pas cessé de 
persécuter ceux qui combattaient leur doctrine insensée. L'une de leurs ma- 


‘ noeuvres perfides fut dirigée contre le saint évéque Eustathe (Aoustatis) ?. Ils 


* A p. 48. 


soudoyèrent une femme enceinte et lui inspirèrent d’accuser le saint de 
l'avoir rendue telle. Elle leur obéit. Quand elle eut répandu cette fausse 
nouvelle contre le saint et qu'un grand nombre d’amis et de partisans d’Arîus 
le maudit se furent réunis, la prostituée se présenta, accusant l’évéque de 
l’avoir rendue enceinte par ses ceuvres. Le Patriarche lui demanda d’ame- 
ner des témoins : l’évéque accusé gardait le silence. La femme dit alors : 
« Tu m’étonnes, ὁ Patriarche, en me demandant des témoins de ses actes avec 
moi. » Quelques assistants dirent : « Elle a raison; mais il faut que cette 
femme jure qu’en accusant l'évéque, elle dit la vérité, et que personne ne l’a 
poussée ni excitée * contre lui. » Elle jura alors qu’Eustathe l'avait rendue 
enceinte; et de fait, celui qui l’avait rendue enceinte était un orfèvre de ce 
nom. Le saint fut tout de suite excommunié, dépowillé de son sacerdoce et 
éloigné de son siège et de ses cuailles. Peu de temps après, cette femme fut 
possédée par le démon qui la torturait continuellement, non qu'il s'y fat dé- 


1. Est-ce Théodore de Mopsueste? — 2. Ce méme Eustathe devint évèque d'Antioche 
vers 323; il mourut en exil en 337. S. 


[389] X. — HISTOIRE D’ARIUS. 249 
SLI al a 5109. glo τ» dal δ ΔΙ ell de till Slo 
LIVIO ἡ eni Je GI arde «ὦ LI QUI dI cale ll 
οἷον. οἱ i dela οἱ caleb «bol ca dela dl ds μὰ cel 
I La du δῶν! oli Ik Li la με» clé Li Je ilo po 
pil cis > ὁ» dela ὦ» ὦ filo deu μοὶ ill ὦ 
J>Y E Drupi gol iù ge prole] ὁ αν ὁ LIL 1,16. ὁ» «de 
Sab dI cla 196 σῶν Va cl LA LI Loto ppi νι 
cio Vs (5 Al ce μὐ κα ῳ zio ΟἹ sthlos die ge ele dl di 
ὁ, σα Ge lai dii dg sg dit e Ml deb LI ὦ 
e et οἱ ip ἰὼ». Gia gl Vla Ul 309 li Cia 
SS o Mi Je I lag lol 41,5. GELYI, CW i io gti 
HR UA cia al o CUI lore οὐδ io i I UAI ὦμ 


terminé lui-méme, mais à cause des humbles prières du saint devant Dieu. 
Comme cela allait toujours en augmentant, le jour et la nuit, elle comprit que 
c’était par suite de l’accusation mensongère qu'elle avait portée contre le saint 
évéque Eustathe. Elle vint alors en hAte chez le Patriarche qui était en com- 
pagnie de plusieurs de ses amis; elle lui fit savoir que quelques partisans 
d’Arius l’avaient portée ἃ faire ce qu'elle avait fait et l'y avaient amenée en 
la payant. Elle ajouta que l’évéque était innocent et que celui qui l’avait 
rendue enceinte était un orfèvre nommé Eustathe. 

Plusieurs de ceux qui avaient assisté au jugement d’Eustathe, bien qu’étant ‘ 
évéques, croyaient intérieurement ἃ la doctrine d’Arius; mais ils se mon- 
traient ses adversaires pour conserver leur dignité, car ils étaient devenus 
évéques en donnant de l’argent. Ces imposteurs dirent ἃ Constantin : « Atha- 
nase ne veut plus t'obéir; nous lui avons écrit de se présenter avec nous 
chez toi : il n’a pas répondu et n’a pas fait attention ἃ toi. » L'empereur envoya 
alors le chercher; et il vint accompagné de deux prétres, dont l'un, nommé 
Timothée, était d’un jugement solide. A son arrivée, ces imposteurs s'entendi- 
rent avec une jolie femme pour qu'elle vint devant l’empereur et les évéques 
accuser Athanase de l’avoir rendue enceinte; ils lui donnèrent pour cela 
une grosse somme d’argent. Quand ils furent tous réunis devant l’empereur, 
la femme entra et implora son secours en disant : « Le Patriarche Athanase 
m'a fait violence et je suis enceinte de lui. Il m’a chassée, il ne me donne au- 
cun secours et ne me reconnaît pas. » Le prétre Timothée lui dit alors : 


Pa 


250 HISTOIRE NESTORIENNE. [40] 


Gi 4 ila Li Vy gii dg ὦ dub dl gr μ᾽ σεῦ οἱ 
Δ gico pa I nr bas til bs ill pallido csi (al 
GUs > 9 CUI ὦ i ill petti lia pl cib dle cass 
Date Y τ» ον οὐδ es it il crinale Silicio pl 


ll asl db LS. 


IVI paio lily eli κὸν SELMI ge delia qual dI Cal γεν 

ul \ aly SUI A ως αἀό \ gala ii bl 43 deo dl labs, vele οἱ 
Sis ἐμ \aglosy 4bs è o es «ἐς sia 4 og pit! ει pb 
Sg ae e i 1 VI pio dii de Lv, 
ally KU i du Tae pls dis all ὁ» ὁ» do pito οἷ (ὁ 
ils Ali ele a gibt dI MU Ty ppi ue dl UK 


« Malheur ἃ toi, est-ce moi qui t'ai fait violence? » Elle répondit : « Qui, ὁ 
ennemi de Dieu », et le saisissant, elle jura en disant : « Voici Athanase, le 
patriarche, qui a abusé de moi. » L’empereur et les assistants surent alors que 
c’'était un stratagème imaginé par les imposteurs, partisans d’Arius. Ces 
hommes furent confondus, bien qu'ils ne soient jamais confondus, selon la 
parole du prophète Jérèmie '. 

Ils combinèrent encore un autre stratagème : Plusieurs évéques et autres 
personnes cachèrent Arsène, leur évéque; et trouvant un homme mort, ils lui 
coupèrent la main et la portèrent ἃ l’empereur, prétendant qu’ Athanase avait 
tué Arsène, leur évéque, et que cette main était la sienne. Les gens furent 
done dans l’incertitude : les uns aflirmaient, les autres niaient. Le prétre avisé 
Timothée partit alors; il ne cessa d'employer des stratagèmes et de donner 
des présents jusqu'à ce qu'il eùt trouvé l’évéque Arsène, qu'on prétendait avoir 
été tué. Il le fit venir dans le salon de l’empereur, qui était rempli de patriar- 
ches et d'évéques, et il leur dit : « Connaissez-vous l’évéque Arsène? » Ils ré- 


pondirent : « Qui. » Il le fit paraître devant eux, leur montra ses deux mains, — 


et ajouta : « Est-ce que, par hasard, Arsène possédait une main de trop? » 
Après cela, ils ne cessèrent d'employer tous les artifices de la perfidie et de 
l’imposture, jusqu'à ce qu’enfin ils dirent ἃ l’empereur : « Athanase a défendu 
de t'envoyer le blé qu'on te portait d’ÉEgypte (Misr); car il a gerit (aux ÉEgyp- 


1, CI. Jérémie, vi, 15. 


Digitized by Google 


[4] X. — HISTOIRE D'ARIUS. 251 


eli SUI dz Ὁ. 5 SUI Vo οἱ a pel] LS a ge SUI ὦ 
a CU io Li pt ie ὁ elit GUY di Ibi ὦν 
«οὐ rd tel e al Mi eius l'i aly esi L ul d gl 
dii Ato ali dr e pesa 
Po le dla Ud n SUS dl sila φρο! Ul +e  $ 
il eb dei α WI dub A ga IU ἢ 909 Cayo di 
MI gi ig I 5. ὦ, lb, pesa GE pl? eli a ds 
Εν all Ul 1IL db Cal Igt il Dl ca cell USI cal 
e ig ill ie ad dl iù οἱ 
LS agi pole dd Ss ὁ pp] GIS ip li A de pla 
sla ὦ» dolo atili Das ell ò So ell al ὦ sà call dai 


1. Ms. el. — 2. Ms. 5}. 


tiens), les menagant de l’excommunication s’ils t'envoient quelque chose. » 
L'empereur ajouta foi ἃ leurs paroles, parce que de fait, l’impòt était en 
retard. Il l’exila loin de son siège pendant six mois. Mais quand arriva l’heure 
de la mort, l’empereur eut un songe qui le troubla et lui fit grand’peur. Il 
s'effraya et ordonna sur-le-champ de faire rentrer Athanase dans sa ville épis- 
copale. Il prescrivit dans son testament de l’ensevelir, quand il serait mort, 
dans le palais, ἃ còté de son tombeau. Le saint rentra dans son patriarcat. 
Auparavant, ses ennemis avaient prétendu que l’empereur n’avait pas su ce 
qu'il ordonnait ἃ cause de sa maladie. Mais Jules (Lilidnous), patriarche de 
Rome, soutint Athanase et le renvoya à Alexandrie. Puis, quand il mourut, 
il fut enseveli dans le palais ἃ còté du tombeau de l’empereur. Le saint revint 
done, alors qu'il était déjà apparu aux gens comme conversant avec eux. 
L’empereur Constantin mourut dans la trentième année du règne de Sapor', 
le huitième roi des Perses. Une autre fois, ils demandèrent ἃ l’empereur de 
permettre ἃ l’enfant le plus sot de se présenter ἃ lui et de lui demander une 
de ses églises; mais le saint ne donna pas satisfaction à sa demande. Cons- 
tantin® céda alors aux imposteurs et leur donna toute liberté d’action contre 
lui : ils se cachèrent dans un endroit pour le tuer, comme les Juifs avaient 
fait contre Paul. Quand il apprit cela, il monta dans une barque et prit la 
fuite sur la mer. Quelques-uns de ses ennemis, l’ayant rencontré, ne le 

1. L’année 340 correspond ἃ la 30° année du rèégne de Sapor II. C'est la date de la 


_ mort de Constantin II, que l’auteur confond peut-ètre avec son père, Constantin le Grand, 
mort en 337. — 2. CI. Socnare, H. £., II, xni-x1v. 


he ne o | na Faà | alia. 
Digitized by YI 0g le 


nona. | 


* Ap. 49. 


* A p. 49. 


252 HISTOIRE NESTORIENNE. 42: 
"εὐ E iti ai cad cy ego do rie di 
ται slo di I ppi aly rai dig pull dla Kit i 0: 
gd AI hi ile GIS pia is e 25... 0] pl Jpg dla ὦ 
JU LS gii iii Je lia dh οὐκ, ὁ Je ra ὦ li peri 


AU I da 31 
odg dI A e a cite Ji III ilblizo gli ὁ db 
Sly cod RUI Ce Sue? poi) de οἰ ω DVI li Hob οἱ 
Us gialli Goes sia ce (ἡ Le IT is CJ] dille Gola de 
dii οὐ Οἱ dl il gilt ITA at calli GA ὧς i li μέσο «ls 
ill Ὑ) 6 ὁ Κα δ lia del ice) allo ig ἢ κα ὦ» as 
> by > JI di de 3 e οἷ i το KI 4 Ss eg GE Vi sie J 


1. σοῦ θ. — 2. ill. 


reconnurent pas, * car Dieu l’avait caché ἃ leurs yeux; mais ils lui dirent : « As- 
tu rencontré sur ton chemin l’impie Athanase? » — « Qui, leur répondit-il, il 
vous a devancés; continuez ἃ marcher, et vous l’atteindrez. » C'est ainsi qu'il 
leur échappa. L’orl raconte qu’étant petit, il jouait avec les enfants et leur 
disalt : « Je suis votre évéque. » Et il nommait parmi eux des prétres et des 
diacres. Saint Alexandre, patriarche d’Alexandrie, l’ayant considéré, lui dit : 
« Qui, en vérité, tu seras évéque »; et il fut comme il avait dit. 


XI. — Hisrorre pu moine Papunuce (FaqroutIS). 


Sous Dioclétien, qui était empereur avant Constantin, il y avait dans le 
désert de l'Egypte un moine nommé Paphnuce'. Il était pieux, faisait des 
miracles et des prodiges. On parla de lui ἃ Arianus? (Hdiarfoudas), gouver- 
neur de cette région, et on lui dit qu'il enseignait aux Chrétiens la désobéis- 
sance ἃ l’empereur et qu'il méprisait les dieux. Il l'envoya chercher. Le saint 
avait su cela et il savait aussi qu'il allait subir le martyre. Quand il arriva 
devant le maudit, ce dernier fit venir l’instrument du supplice et jura de lui 
faire subir les plus affreux tourments, s'il n’abandonnait pas la religion chré- 
tienne et ne reniait pas le Christ. Mais lui ne fit attention ni à ces paroles 
ni ἃ ces menaces et il n’en eut pas peur. Il le soumit alors ἃ la torture, et 
comme il vit qu'il méprisait la souffrance, il l’attacha sur une pierre de 


1. Cf. Bepsan, Acta mart. et sanct., V, p. 514. S. — 2. Cf. Bepsan, ibid. 


[43] XII. — HISTOIRE DE SERGIUS ET BACCHUS. 253 


La dh gl rg AU ca ell pas ὦ de ib di Ga pi ὦ ὁ 
gle ἐκ μὰ al pilo CI drill ὁ doll cel Wy sy 
cz di dI «ilo Sl οἱ dé ὦ» dl Ddl da Yiu dll 


στο e cara γ5. 0 

AU οὔ. i CA ὦ συ ωκ, Ὁ ὦ» ili o ὁ 

ig il pla lag ας καὶ US Jolly ὃ δ εν gg 
Sl Ila i US print gl lepe gni ilo pal ia με aly SS 
Ps o ge cell ui TV hi i ill lg di da 
e νὼ ali Ga Las pisa d logi pih dgi DAI ce 
Hd pl lo (09. Κρὶ fate Je plially die JUVE ὠμὰ dal Sii lnalizo] 
oli gip ὠμά CUI Dub νὰ ce lege Li il più Lal Je bl, 


marbre et le jeta à l’eau. Il ne fut point noyé, mais il surnagea. Les gens 
furent émerveillés; et les coeurs des fidèles furent fortifiés ἃ cause de ce 
qu’'ils avaient vu. Quand il ne sut plus que faire contre lui, il l’envoya ἃ 
l’empereur Dioclétien. Ce dernier ordonna de le crucifier; et il demeura long- 
temps sur la croix, ne cessant de prier et de chanter jusqu’à sa mort. Que 
ses prières préservent les fidèles. 


XII. — Histoire pes prux martyrs Mar Sercius ET Mar BaccHus. 


Saint Sergius (Sardjis) était parent du maudit Maximien et son commen- 
sal et il était attaché à son service. Saint Bacchus (Bakous) venait après 
lui en dignité. Ils le servaient, tout en croyant à la religion chrétienne; 
et chacun d’eux connaissait l’état de l’autre. Ils furent desservis auprès de 
Maximien, comme il arriva au prophète Daniel chez le roi de Babylone. L'em- 
pereur vint dans l’endroit où se trouvaient les chefs des dieux pour offrir les 
sacrifices selon sa coutume. Les deux saints restèrent en arrière. Il envoya 
les chercher, et ils furent trouvés en prière dans un endroit (écarté]. Il les 
fit venir et les interrogea sur leur croyance; et ils le lui dirent. 1] leur demanda 
alors d'abandonner leur foi pour adorer ses dieux; car il avait pitié deux. Mais 
ils n’en firent rien et demeurèrent dans leur religion. Il les fit donc dépouil- 
ler des vétements que portaient les serviteurs de l’empereur et leur fit subir 
tous les genres de supplices dans l’espoir de les convertir. Mais cela ne les 


HISTOIRE NESTORIENNE. [4A] 
crolli polo Lai ὩΣ ge Lbly lipò i ss eb lies d lub 
μτλό Juli aglai lepiti rpale gi al ὦ 5. dh alal le JI 
Poe οἷον dl Sl LL gg e ud la gli lia HIJ 
cali ὁ» οὐ il lait i risi dlzodl'laso ili vs a 
te rs fe ONT Aa Lapo ρὸν GloJh lazio Lipito δὼ 1,6 

Uli Lplyo dl dl dl 
ὦ ὁ τὰ dl Hel gta Jil Je dl inò 46, 
Mi sia Mo PA ib MIE aki ὧν ον" ζω gl de δὼ, ἜΧΟΝ -- «οἱ 
“ἰῷ ζω ὁ τοῖς ΟἹ Jucg ie i MS Ct scale ον σοῦ da 


da ἀκ. a Lal) LI ὁ ἐμ ga dati did Ko υἱός die Lui 
ce Ka BU 4 ὼς αἱ ϑ 1153] solai dal NE ea coils #33) + 


toucha pas et ils persévérèrent dans la résistance. Maximien le maudit les envoya 
alors dans le pays de l’Euphrate ἃ son procureur, qui était parent de Sergius; 
et il lui ordonna de les tuer. Le procureur leur parla à son tour et voulut les 
sauver; mais ils ne cédèrent pas. Mar Bacchus fut flagellé jusqu'à ce qu'il mou- 
rut; Mar Sergius fut d’abord soumis ἃ la torture, puis il eut le cou tranché. 
Il jeta leurs corps aux bétes féroces, mais elles ne s'en approchèrent pas. 
Les fidèles qui étaient là prirent leurs corps, les ensevelirent ἃ Resafa et 
bàtirent sur leur tombeau une église qui se trouve encore aujourd’hui sur 
les bords de l’Euphrate'; que leurs prières nous préservent! 

Du temps de Dioclétien, Bahràm, fils de Bahràm, surnommé Schàhan- 
schaàh, régna sur les Perses*. Il était faible de corps et sujet ἃ toutes les 
maladies. Il fut bienveillant envers les Chrétiens et il ordonna de rebàtir 
les églises démolies du temps de son père à cause des Manichéens. Il mourut 
après quatre mois de règne et ne laissa pas d’enfant pour lui suecéder. 
Narsès (Narsi) fils de Sapor régna après lui*. C’était un vieillard intelligent 
et sage; il fit dans le royaume beaucoup de choses qui montrèrent son intel- 
ligence, Il monta sur le tròne dans la neuvième année de Dioclétien; et dans 
la cinquième année de son règne, il vint au pays des Romains et des Armé- 
miens, mais il fut vaincu. De son temps, les Chrétiens n'eurent point ἃ souf- 
frir. Il mourut après avoir régné neuf ans. Son fils Hormizd (Hormoz) lui 


1. Resafa ou Sergiopolis. — 2. Cf. NoeLpEKE, Geschichte, p. 49-50 et 415-416. Le 
chroniqueur parle ici de Bahràm III (293), fils de Bahràn Il. — 3. En 293, 


Digitized by Google 


[45] XII. — HISTOIRE DE 5. SYLVESTRE. 255 


1153] ααἰ.} d solai où NE σ΄.» + ils «οἱ οὐ... (λυ Ha 4 


ug gi I 

gl dl Li ὦ SU glio τ i d ius ὦ had οό 

υἱοοοὶ (5. Go dui veli Va Is AL ὁ 4». 5 γε. 3 SI] Ka 

elis cell i bla giovi &$ e ἐδ apri ge os piso 
il Ly pillizo Dia Je Lig Gba sardi ὁ. lib 


org ἐξ 


all ii pie ὁπ a da ou le pel glie ὦ ὁ sy I 
dal 6 ag TR ὡς ὁ pg oa ὁ Ὁ οὐ αὶ degli i pel 
1. gala. | 


succéda‘. Il se montra indépendant dans ses idées sur l’administration des 
affaires et n’écouta pas les Mages. Il fit une expédition contre les Romains 
pour venger son père, mais Dioclétien lui infligea des pertes. Sous son règne, 
les Chrétiens n’eurent point ἃ souffrir. Puis il mourut 5, après avoir régné 
sept ans et quelques jours. 


XIIL — Histo:re DE SAINT SyLvESTRE, PATRIARCHE DE RomE?. 


En ce temps-là, Miltiade (Militous) fut patriarche de Rome pendant trois 
ans *. A sa mort, on choisit ἃ sa place Sylvestre*, qui était Agé de quarante 
ans. Il était bon et pieux; il convertit beaucoup de monde, résista aux amis 
de Dioclétien et supporta leur persécution. Il démasqua les divinations des 
prétres des idoles et montra leurs mauvaises actions. Il convainquit beaucoup 
de Juifs par ses controverses. Il prédit la mort de Dioclétien et ce qui devait 
lui arriver. 


XIV. — * HistorrE DU prAGON®. 


Sous le règne de l’impie Maxence (Ma&sitis), il y avait ἃ Rome, près 
d'une colline, un énorme dragon. Tous les ans, au mois de mai, les devins 
1. En 303. — 2. En 311. — 3. Cf. Lawp, Anecdota syriaca, III. — 4. De 311 ἃ 314. 


— 5. Sylvestre, pape de 314 ἃ 335. — 6. Cette histoire du dragon a été empruntée par 
les Syriens aux écrivains grecs et latins. 


* Ap. 50. 


+ A p. 50. 


256 HISTOIRE NESTORIENNE. [46] 
ὁ gl lia οἱ ΔΝ ppi Dara ὦ ὁ μοῦ deo ὦ lg di Tesi 
Adi Sal Li ri ig eta οἷν Li io ὁ FL i Jp τὼ 
σὶ pais οἱ να FD pass ὦ la a e de ps ὁ 
gori gi αὶ οἷν rt deg su Li gle isla i Ji id la 
Mau ig ili LU gl dig ceo zii cell oss 
ol σας e ον cia Tlcly iulet ii 4 cpl ius ost 
soli do do SUL dadi cre SUIT Cu I iù Vy Fal I νυ 
glad gel Ka ie lu JT JUL pis 1 5.0. ἱ{μὸ9 ILS σοῦ ὦ» Cul 
tdi La κεὴ ον» ὦ di La τὰ dd Yo Is 
og e grillo cai Σὺ ὁ γῶν utili ἀρ ll ii 
duod και τὰν ὁ» IL do > i δ e de I Ul de 
cpl ὁ. Cig κῶς ppi ibi LS GI pria μου io ὦ» IS αἱ 
1. Ms. la. — 2. Ms, διδοῖ. 


et les enchanteurs se réunissaient autour de lui et lui offraient une jeune fille 
vierge. La plupart des habitants de Rome étaient tombés malades à cause 
de l’odeur de son haleine qui montait vers eux; leurs couleurs en étaient chan- 
gées. Ce dragon vivait dans une caverne où l'on descendait par trois cent 
soixante degrés. Le saint, voyant l’état des habitants de la ville, les pressa d'’a- 
bandonner leur erreur. Plusieurs notables assurèrent qu’ils se convertiraient ἃ 
la religion chrétienne, si le saint les débarrassait de ce dragon. Alors il demanda 
ἃ Dieu de l’aider dans son entreprise et s'en occupa pendant un mois. Il vit en 
songe les deux bienheureux apòtres Pierre et Paul, qui lui disaient : « Va 
jusqu'à la porte de la caverne, et, ayant pris avec toi les deux prétres Théodore 
(Thadourd) et Jules (Youlnos) avec trois diacres, célébrez-y la messe. Lorsque 
le peuple sera rassemblé, descends dans la caverne et ne crains pas. Prends 
avec toi des serrures de fer, car tu trouveras dans la caverne de grandes 
portes en cuivre pourvues d’anneaux. Ferme-les avec les serrures et dis : 
« C'est ainsi que Pierre et Paul, les deux apétres du Christ, ont ordonné que 
« ces portes soient fermées, jusqu'au jour de l’apparition de Notre-Seigneur le 
« Christ, en souvenir du salut accordé. » Prends ensuite les clefs et cache-les 
dans la terre. » Sylvestre fit ce qui lui était commandé : le peuple restait per- 
suadé qu'il mourrait ἃ cause de l’odeur de la gueule du dragon, jusqu’à ce 
qu'il fut remonté sain et sauf, tenant les clefs dans sa main. Tous les assis- 
tants rendirent alors gràces ἃ Dieu et beaucoup recurent le baptéme. D'au- 
tres y sursirent par crainte de Maxence. Mais le saint leur dit comment il 
périrait et comment l’empereur Constantin arriverait au pouvoir; et ils écou- 


mer” TOTTI CE VETTE 
| 


XV. — HISTOIRE DE CONSTANTIN. 257 
wi ill; Wil Splailani pio Lg «Ha ca dg ὦ ginill gigi 
de iso dal dl ga lia I Ja ca dale ca db dal dll gal 

pel ila GA 


Prata SUI > ,25 ἰὸ 

o σι prgilunis δ» dll ὦ ἡ dat i ὦ 5 

τ gel gal Je UK σοι ppiliizo Ul olii illeso 
ω a IE le Ul fante la 96 AE SUI πὸ 
ria ds ilijy e iii Je OS Soleil 5 ὦν Poni SIAT de μα 
ds paia Food pl σι i τα dali a dal ge εἰν! 
to e δὰ ie δ un gle e a te doll dl 
E i dii gola 85 cn pilo CI) ie QU LI dg de 
Shi sd pini gii ria 89. gi Ol μελς illy se KA at Ὁ 

i ebbi. — 2. bibi. 


tèrent ses conseils. De méme que Dieu avait sauvé les habitants de Babylone 
du culte du dragon, par le prophète Daniel, ainsi il sauva les habitants de 
Rome par les mains de Sylvestre, leur patriarche. 


XV. — Histoire DE L'’EMPEREUR CONSTANTIN. 


L’empire avait été partagé entre quatre empereurs : Dioclétien, Maximien, 
Maxence (Maksantis), fils de Maximien Hercule (Douglatiànous?) et Constance 
Chlore (Qostantin). Dioclétien et Maximien avaient ensemble l’Orient, c’est- 
a-dire l'Arménie, l’Egypte et la Syrie (Asch-Schémdt) jusqu'à Constantinople. 
Maxence gouvernait tout seul Rome et les pays voisins; Constance avait Cons- 
tantinople', qui est Byzance. En ce temps-là, les habitants de l’Egypte et d’A- 
lexandrie se révoltèrent. Dioclétien envoya des armées contre eux; mais ils les 
firent périr. Et dans la onzième année, Narsès régna en Perse pendant sept ans; 
puis, après lui, Hormizd (Hormoz) régna pendant cinq ans. Et dans la dix-neu- 
vièéme année de Dioclétien, les églises des Chrétiens furent démolies; un grand 
nombre d’entre eux furent tués, et la persécution dura huit ans contre eux. A 
cette époque, fut martyrisé Pierre, le patriarche d’Alexandrie qui excommunia 
Arius, Cette année-là, il y eut une telle famine que la mesure (sir) de blé coù- 


1. Constance régnait alors sur les Gaules, la Grande-Bretagne, l'Espagne et la Mau- 
ritanie. S. 


Pro 


δ Fé { | pe (Y CY af | ( 
Digitized by NIX7O τς 
͵ 


208 IIISTOIRE NESTORIENNE. 48 


el fl a A 9» οὐ Cl ria dI Fal > SÙ Gabi 
dg pati SISMI gilt gps Cla Li, cho a by GUI dal 
gl VI gt Lasi > eo ce LA DI de hall « Il Li 
orli PI συ συ» μὲς ὦ. Yies ὦν σιν laplie Li 
Mai «(ὦ ὦ de ue οὐδ vr το GE dis glie κὶ ὡρῶν glad 
dat dle Celi tati 96 gal gl i 
UA ἀφοῦ cilby pai Gol ὦ dg del ds dgSb %bY οἱ; 
o ol orgillalizo + al DIS le Slate] pa dea i ci al i 
Sole ce Les) di dl Lila lu ly Gelli Al davi Je dios cel 
Cri CAI οὖν Sig ite I Ka di iu pal Sedi SJ el 
do gni TA κοῦ ἢ cry ὦ rec Sg οὐ κ᾽ ΑἹ πολ dl 
RI AKA Tilg fto ce id gilera] la pal ζζω, cloi 
LIL 0» Ji li sia SEUI DI grato GIU dI 


1. Ms. pi. -- 2. Uli. 


tait deux mille cinq cents drachmes. Et lorsque Dioclétien et Maximien, qui 
avalent imité Sapor dans leurs agissements contre les Chrétiens, furent vaincus 
et mis en fuite par deux rebelles sortis, l'un de l’Orient, l’autre de l’Occident. 
ils devinrent fous, se confondirent avec le peuple et furent destitués. Sévère 
(Saourous) et un autre Maximin' leur succédèrent. Ils persécutèrent les Chré- 
tiens et en firent tuer un grand nombre. Après un an de règne, Sévère fut tué*. 
et Constantin le Grand, fils de Constance (Qoustous), lui succéda. Constance était 
humble et doux, et dans son pays des Gaules (Ghalatiyah) les Chrétiens vivaient 
en paix; ils étaient ἃ l’abri, dans ses états, de la persécution qui atteignait ceu 
des autres pays. Hélène, son épouse, était originaire de Nisibe (Nasibin), elle 
l’empéchait de faire ce qu'ordonnaient Dioclétien et Maximicn et l’exhortatt 
ἃ faire du bien aux hommes. Sans cesse elle demandait ἃ Dieu de convertir 
son mari de l’idolatrie ἃ la foi chrétienne. Il régna douze ans, et, trois ans 
avant sa mort, son fils Constantin commenca ἃ régner. Puis 1] mourut, ἀρό de 
cinquante-sept ans*; Hélène, quand elle mourut, avait quatre-vingt-dix ans. 

Alors, tout l’empire Romain échut ἃ Constantin (Qostantinous), en l’an 616 


d'Alexandre, qui équivaut ἃ l'an 273 de l’Ascension de Notre-Seigneurle 


Christ au ciel. Il (Constantin) vint dans le pays des Gaules qu'il avait habitè 


1. Sévère (Flavius Valerius Severus) et Maximin Daîa créés césars en 305. — 2. En 
307. — 3. Le père de Constantin mourut le 25 juillet 306. 5. 


[49] XV. — HISTOIRE DE CONSTANTIN. 259 


sr i ol 45 | luo «ἡ pl cib da gi; dl O dal la NO di 


rl Ss ll Ls gola bios ἐκ συ ds pleno ὡς 
οἷς Te int EIA El tt le dee pila TRI dial dla Ga 
du pls ona i Οἱ a de τ κι ὦ e gii 
Ha pag deli] dagli dI br i al pui ci Lul all joe 
Sia lip Gui Ὁ gl Ji li ΩΣ did A 
οἷ» i Jul ὅσ δ e ll cede ὁ Li sel all de ils 
Iii ρον οὐ. a La 
sp dire gola VI cui ipa οἱ hai ino I vo > Mi cl 
di gli bi pg alal gli dl levi 
LU SUL Cla ge dito calo la gasds Ml tal Al iva eli 
pia iti le σὺ gle dle gra dro li ca ho Jas dire 


avec son père, ἃ Nicomédie (Nigadhoumiyah?)'. Sa femme était Maximiana 
(Madjsima) fille de Dioclétien? (Douglatianous). * Maxence, ἃ Rome, et Maximin 
(Maksimianous), en Syrie, se révoltèrent contre lui, tourmentèrent les Chré- 
tiens et détruisirent les églises. Maxence éventrait les petits garcons, leur 
arrachait les entrailles et en tirait des augures avec l’aide des devins. Il parut 
dangereux ἃ Constantin qui le craignait ἃ cause de la multitude de ses sol- 
dats et qui voulut aller le combattre. Il ne connaissait pas encore le chris- 
tianisme. Sa mère s’en cachait ἃ ses yeux et avait peur de lui révéler sa fol. 
Elle demandait avec constance ἃ Notre-Seigneur de le convertir ἃ la foi du 
Christ. Lui-méme, il réfléchissait et disait : « Le Dieu qui me donnera la 
victoire sur cet ennemi, et m’aidera contre lui, sera mon Dieu. » A la 
sixième heure du jour, il leva la téte et vit une colonne de lumière en forme 
de croix qui portait cette inscription : « Par ce signe tu vaincras. » On dit 
que tous ceux qui étaient avec lui virent la méme chose. Il sut que ce signe 
ne pouvait convenir qu'aux Chrétiens et il embrassa?... la foi. Puis, endormi, 
il vit en songe le Seigneur qui lui disait : « Prends, 6 Constantin, la forme de 
l’emblème que tu as vu en ce jour; que le général de ton armée le porte 
devant toi et tu vaincras ton ennemi. » Il fit donc faire une croix en 0r, 
l’incrusta de diamants et la placa sur son étendard. Il triompha des armées 


1. Sens obscur. Constantin était ἃ Nicomédie. Quand Dioclétien abdiqua l’empire, 
l'an 205, Constantin suivit son père Constance en Gaule et en Bretagne. S. — 2. Cons- 
tantin épousa successivement Minervine et (en 307) Flavia Mazimiana Fausta. Cette 
dernière était fille de Maximien Hercule (Cf. TiLLemont, /istoîre des empereurs, IV, 


p. 84 et 100). — 3. Lacune de deux mots dans le texte. 
PATR. OR. — T. IV. 18 


* A p. sl. 


* A p. 51. 


᾿" Ed (dl P 


er 


260 HISTOIRE NESTORIENNE. [50] 


di ὃ. .-«»" ces di i te alzo τό, plana Gis siic 
Soil WUi cs δ eb ll Al ida 4 dd all dl 
mio τοῦ δ el ate 8» pl Jah 
co Ὁ ig clelia db οὔ ὦ (δι “ὦ... 3 las 
ἀξ ppileti Pit JUL mil ell cho de dig dl 259} al yy sad 
pred Mi pid I Ὁ 29 ll dall cai ln τς ὕω 
ὦ» σεῖς Οἱ dato dv glo οὐ Mit gli 
illo, ᾧ» gd lu Ὁ. ele Liz i LIEVI pai pal do, 
d>s li db rg ge eg db καὶ dg LV I ml i 
DI EV JJ eg QU Lib dl otel Hdi JU de 


1, Ms. sb. —2. — I Ing mes Je d Gela la. — 3. et di at La. 


ennemies, et Maxence se noya' : il avait régné douze ans. Constantin revint 
de la guerre après quatre ans, porta la croix dans sa main, et fit construire 
sa ville qu'il appela de son nom : Constantinople. Depuis lors, les Romains 
prirent l'habitude de faire précéder leurs armées de la eroix, portée par 
leur chef*. 

Il y eut encore un autre motif de la conversion de Constantin * : La lèpre 
ayant fait son apparition sur sa chair, des impies vinrent le trouver et lui 
dirent : « Si tu veux guérir, é&gorge les enfants de la ville (et prends un bain) 
dans leur sang. » Il fit done prendre et égorger plusieurs enfants *... Un grand 
tumulte s'éleva alors dans la ville, et il y eut beaucoup de pleurs. Ce qu'ayant 
entendu, il fut saisi de compassion et relàcha les enfants captifs. La muit venue, 
il vit deux hommes qui lui disaient : « Si tu veux guérir de la lèpre, faîs 
venir l'’évéque Sylvestre qui se cache par crainte de toi : il te guérira. » Le 
lendemain il fit donc rechercher activement l’évéque jusqu'à ce qu'il l’eùt en 
sa présence. Alors, il lui dit : « Qù sont les deux dieux des Chrétiens, que j'ai 
vus en songe cette nuit? » — « Ceux que vous avez vus pendant votre sommeil, 


1. En 212, le 28 octobre. S. — 2. Ce premier récit de l’apparition de la croix semble 
inspiré par Socrate, 7]. £., I, n. Cf. Michel le Syrien, Chronigue, 1, p. 239-240. M. Wes- 
sely propose de voir dans cette légende une interprétation du monogramme IHV éerit 
sur la croix : au lieu de Ἰησοῦ on aurait lu I(N) H(OC) V(INCE). Cf. Les plus anciens 
monuments du christianisme écrits sur papyrus dans la Patrologie Orientale, IV, 
page 101. — 3. L'auteur a fait de nombreux emprunts aux Actes apocryphes de 8, Syl- 
vestre. Voir l'étude que leur consacre M* Duchesne dans le Liber Pontificalis, I, p. οὐχ 
sqq. Une recension syriaque de ces actes a été publiée par Land, Anecdota syriaca, III, 
p. 46-76. — 4. Lacune. 


Digitized by Google 


[51] XV. — HISTOIRE DE CONSTANTIN. 261 
Mu 939 σου Ὀρμλν call Ls ott La dlezaa ὁ ρον cl 
o Gi CU Ul Livo dall.iza asi LGbVI dily UG ali dl 
ὦ» da Ὁ ty LEVI dici ll i Lyal SENI La cpiogali σὺ 
je χω, viel e ea lai 
LI G Mg Ally da deli e LI duty gl ll del 
2 Daiuely coll celo gle) De ρα ὧδ ὁ dle) κα» KI ie doll 
cp Ὁ) dal sale Le pelato cestli 9. Mila 59 001 3a 
δῖ δ. al pila renti davi lg ppi Gul SISI αν! dui 
opto del Ly doi culi i agi σις ital puazells sollac ων 
ciali ly God Vai I cis pills SUI 55. plant gle isa le 
Jas ὦ τον! ἢ $4 fpuall de Kb del ὁ SUA ell τὶ οὐδ «e 
is I 745 gig AI sota sil Gib asl. de * Lit 


1. Ms. iucl,, — 2. Ms. deci. — 3. lu la 0° lid i, — 4 lei i 


Ud Lo. — δ. pis us! 


répondit l’évéque, ne sont pas deux dieux, mais deux mortels : ils s’appel- 
lent Pierre et Paul (Fatrous et Foulous), disciples du Christ, Sauveur de tous 
les hommes. » Et l’évéque fit apporter leurs images de l’église. « En vérité, 
dit alors le roi, ces deux images sont bien celles que j'ai vues pendant mon 
sommeil. » L'évéque le précha et lui démontra la vérité de la religion chré- 
tienne. Constantin regut alors le baptéme de la main de l'évéque. Immédiate- 
ment la lèpre le quitta et, de son corps, tomba quelque chose comme des 
écailles de poisson. Cinquante-deux mille hommes recurent le baptéme avec 
lui, sans compter les femmes et les enfants. C’était en la onzième année de son 
règne. La fol s'enracina dans son ceur; il détruisit les temples paiens et fit 
élever des églises. Sa femme Maximiana (Maksimind) se fit baptiser aussi et 
devint bonne chrétienne. Sylvestre mit fin ἃ l’habitude qu’avaient les Ro- 
mains d'appeler les jours de la semaine des noms des sept astres; car ils 
appelaient le premier, Soleil; le second, Lune; le troisième, Mars (MirrikA); 
le quatrième, Mercure (‘Otarid); le cinquième, Jupiter (Moschtarî); le vendredi, 
Vénus (Az-Zoharah); le samedi, Saturne' (Zohal). Maximin, ayant appris ce 
qui était arrivé à Maxence, se soumit au roi Constantin, lui envoya de beaux 
présents et lui demanda pardon. Il fit aussi ouvrir les églises et les couvents 
dans ses provinces. Les devins et les prétres paiens lui reprochèrent cette 
conduite et le méprisèrent *..... * Il se révolta alors de nouveau et persécuta 


1. Cf. Michel le Syrien, Ckronique, Ὁ. 240. — 2. Lacune. 


* Sp.9. 


*S p.9. 


* Sp. 10. 


262 II{STOIRE NESTORIENNE. [52] 


(δ) gola eil Sb, co sg Spal ally soYols dis 4 xiby sr 
ὦ» riot OS Li 8.5.9 solai dla «οὶ GL Sl pila Ss Ale 
I ie ld e ATA e iti gs pl ey I ὧν 
YI dies ll e gn i te al TIA KI I Ὁ. 
SI Lal ll dl Isle pipa doo d ita οἵ al 4 od 
is Ὁ ρων Da δ dra gii et A iii 
CIV DL SUi dii * I del IVI Ji Jil IK 
sl Ly del SUI I LS ἡ» ell Ls ὦ aly lesi; JN 
ll ὧν ὦ» SJ Di lg di οἱ 164 ia ll aL 5». 
DIO de eil ils ὦ» ced GA i ΟἹ al il log i μοῦ 
io Sri fn rg ὦν ὁ. lobi it 4 te sl LV ὦ» 59 


1. Ms. ὅϑμα». — 2. ΜΒ. dusso. — 3. Ms. dle, — 4. Ms. hc Uil. 


les Chrétiens. Constantin envoya contre lui Licinius (Louginous), son beau- 
frère, qui tailla son armée en pièces, en triompha, le tua avec ses enfants, 
extermina les devins, éleva des couvents et des églises, honora les Chrétiens 
et résida en Syrie. Constantin écrivit aussi à ses amis de protéger les Chré- 
tiens, de faire cesser les maux dont les accablaient les rois infidèles et 
d’élever des églises. Constantin ne fut pas baptisé depuis l’année de sa vic- 


. toire sur Maximin Daia, la septième de son règne', jusqu’à la onzième, tout en 
P 8 054 


* S p. 10. 


faisant élever des églises et en embrassant la vraie foi, car il voulait recevoir 
le baptéme dans le Jourdain où le Christ lui-méme s'était fait baptiser. Il écri- 
vit ἃ Eusèbe de Césarée pour lui ordonner de détruire les temples des paiens. 
d’en effacer jusqu’aux traces et d’élever ἃ leur place des églises; il lui envoya 
de grandes sommes d’argent pour couvrir les frais. * Eusèbe obéit : il détruisit 
les anciennes constructions, les éleva de nouveau avec plus d'art, agrandit 
les églises et écrivit ἃ l’empereur pour l'en informer. Les Juifs, ayant vu ce 
qui arrivait, en concurent beaucoup de jalousie et dirent : « C'est le Dieu 
unique qui a guéri l’empereur de la lèpre et non point le Christ. » Le coeur 
de l'empereur fut alors troublé et devint hésitant; il voulut connaîftre la vérité 
et, à cet effet, il rassembla douze de leurs chefs et douze évéques chrétiens, 
lesquels discutèrent en sa présence. Il déméla la vérité des preuves apportées 
par les évéques d’avec la faiblesse des arguments des Juifs et, s’attachant 


1. Maximin Daîa, vaincu par Licinius, allié de Constantin, s'empoisonna ἃ Tarse, 
sept ans après l’avènement de Constantin (313). 


[53] XVI. — DECOUVERTE DE LA CROIX. 263 
84 ua 


ΒΝ all 5.45.» 7 


Lr ola ed piesst dl cr cei ὦ i a dl 

Lilo ζοῦν A e i Ut IV ULI i dol οἱ... 
ci vl a li ta des ell ve cia sigg ὁ cl 
I ec gl iii lg lug 4 dig > Ni d ly 
dall ὁ." Db e culo > μὰς AU dal le lg gd Ni 1.» 
CUS Ul i > ts, Gelli agi dg 5 lip dial 
de ΒΝ ὦ» i cita cib i ii Je LS dl gl cicli paldls 
ri ue ie de ὦ cis da dali Luo τρῶν 


ες da: VALE Jie gt la. 


fortement à la religion chrétienne, il travailla avec zèle à faire triompher la 
vérité et ἃ détruire l’erreur. 


XVI. — DécovveRTE DE LA CROTX ET DES CLOUS'. 


Hélène (Hilana), mère du roi Constantin, alla ἃ Jerusalem, avec une nom- 
breuse armée, des richesses magnifiques, des voiles, des étoffes précieuses, de 
riches ornements en or eten argent pour les autels. * Une fois ἃ Jerusalem, elle 


Lal - Le 1 


#5 p.1l 


fit chercher la croix et les clous qui percèrent les mains de Notre-Seigneur° 


et fit tant qu'elle les trouva avec l’aide de l’évéque Fusèbe. Les Juifs impies 
avaient enfoui tout cela dans un puits sur lequel ils avaient accumulé les 
ordures de la ville, tellement qu'avec le temps c’était devenu comme une grande 
montagne. Hélène prodigua l’argent : les ouvriers enlevèrent cet amas épais 
qui couvrait le puits, et les trois croix furent retirées ainsi que les clous. Pour 
éprouver les croix, elle leur fit toucher une femme morte depuis longtemps : 
quand les deux croix des larrons la (touchèrent), elle ne remua point. Mais au 
contact de la eroix du Christ, elle se leva instantanément. La reine fidèle confia 


1. Les textes relatifs ἃ la sainte Croix ont été réunis par Gretser, Opera omnia, 
Ratisbonae, 1734. M. Nestle a publié les textes syriaques, De sanceta Cruce, Berlin, 1889. 
Cf. Bedjan, Acta martyrum, III, p. 175 sqq. M. Tixeront a donné un essai de synthèse 
dans Les origines de l'église d'Edesse, Paris, 1888. p. 161 sqq. 


(i 
Digitized by Google 


ΒΡ, 12. 


AB HISTOIRE NESTORIENNE. (54) 
Tu lis lat i) Ul alal ce σέ» iii all Tagli cessi 
#8 pie σοῦ volize) de gilet | aus Li Sla Ul pad CI d cl 54 
Jc i I pile 4 la pl ὦ ciali ii da Ὁ» a 

urti di Lie eli Lib ge τό glo 


ἌΝ pgidaila το oa alal tV 


di 3 ὁ» ae a fa dal Aa LI ζω FK dia 

a Hit pel le da Je lp τό, bd pP:S da 
i parl] SH dg ge do οἱ σον Lil Mis fall LI cus 
SU rit ULI σι» ὦ os ὦ gol ὦ alt ὦ grado 


I. sis: lei! È) gel Sed? 9} 1} sla > οἷ 


la croix ἃ l'évéque et fit avec les clous un mors pour le cheval de son fils : 
Dieu lui inspira d’agir ainsi pour accomplir une prophétie qui avait été 
faite ἃ ce sujet'. Eusèbe revint * de son hérésie, anathématisa Arius et ses 
partisans : tous les livres de ce dernier furent brùlés. Constantin égerivit ἃ 
toutes ses provinces pour ordonner, sous peine des plus graves chatiments, 
de brùler les livres d’Arlus. 


XVII. — Hécixne τὰ FinéLE ET son FILS LE VICTORIEUX?. 


Hélène, cette reine fidèle et bénie, était originaire d’Edesse (Ar-Rohd) en 
Mésopotamie, d’un village appelé Kafar Fahàr®. Elle s'était faite chrétienne 
gràce ἃ Barsamyà ", c’est-à-dire « le fils de l’aveugle », évéque d'Édesse, où 
elle avait appris les livres saints. Il arriva qu'un homme, d’une famille d’em- 
pereurs romains, nommé Valentin (Walantinous), fils de Castus, fils de Dar 
Samis, fils de Dèce (Daqious), fils de l'empereur Claude Il (Qloudious), fut 


1. Zacharie, xtv, 20. — 2. Un bon nombre des faits de ce chapitre se retrouvent dans 
la Vie de Constantin et d’Hélène qui figure dans les ménologes grecs. Cf. Revue de 
l’Orient Chrétien, 1905, p. 162-168 : Les constructions Palestiniennes dues ἃ sainte 
Hélène. — 3. Une autre tradition la fait naître ἃ Drépane en Bithynie ou encore ἃ Nas. 
Certains éerivains anglais la font naître en Angleterre, S. — 4. Cf. Rubens Duval, La 
Littérature syriaque, p. 122-126. Les actes de Barsamya furent « vieillis » de près de 
deux siècles, et on en fit un contemporain de Trajan. 


Digitized by Google 
᾿ ti 


me O TATE ZE PRONTI VAI 


[558] XVII. — HISTOIRE D'HÉLÈNE ET DE CONSTANTIN. 265 


spal Ul ca Ga et I dpi bd ia ὁ οὐ 15 pra 
ali βὼ pas la pa da Li Gi rie ilo ὁ» ὁ. 
da Sari ci JU at gel sd A ls Lal 5.» ll 
di ὦ Ya ll colato os Cis o oss ia d solai ge SUI 
colate dis SY ον οἱ ὁ» gle Li clelia ΟἹ 4 i la 
gori no Sil 3 glio ὧς la ig dll > 8. ul all cilby «IG KL 
li at pill zio Tubi toc Cig ia o le 


< Bol dle Gy «ον 5. albi Uta cpl gilbbigal i sc 

sii dd δ, ὁ dia LI louis 4 Up Le dba ce dle i MS 
συλ de TP SUI dg td i ce dall LUI G 6 Li 
O Ue Is pae 1 ius οὐ lea) lg da up de 1454 


1? 


envoyé par l'empereur romain pour visiter " les pays d'Orient attenant ἃ l’em- " s_p. 18. 
pire. La patrie de cette femme faisait partie de ces pays. Une fois arrivé, cet 
homme vit Hélène qui lui plut par sa beauté, il la demanda en mariage ἃ 
ses parents : ils lui accordèrent sa main et il la conduisit dans son pays, 
Il arriva qu'il devint empereur'; alors cette femme bénie travailla ἃ défendre 
les Chrétiens dans l’empire de son mari qui était paien. Il lui obéissait parce 
qu'il l’aimait et il ignorait sa religion. Elle lui donna un fils qu'il appela 
Constantin et qui grandit dans la religion de son père. Son père mort, Cons- 
tantin régna après lui. Depuis environ deux cent solxante-dix ans, le chris- 
tianisme était en butte à toutes les persécutions en Syrie et en d'autres pro- 
vinces, c'est-à-dire depuis la quinzième année du règne de Tibère (Tibérious) 
César, jusqu'à la dix-neuvième année du règne de Dioclétien. Hélène ne erut 
pas devoir révéler sa religion ἃ son fils ni l’y convertir, craignant sa jeu- 
nesse, ἡ l’influence funeste de ses amis, son inconstance après son baptéme * 5. p. 14. 
et un manque de fidélité. 
Au mois de janvier, en la septième année du règne de Constantin, des 
armées barbares entreprirent de le combattre et vinrent sur le Danube? 


1, Constance Chlore, époux d'Hélène, était fils d'une nièce de Claude ]I. Nous ne 
voyons pas qu'il ait été appelé Valentin. — 2. Je ne sais si l'auteur entend parler ici des 
armées de Maxence ou bien des peuples barbares que Constantin battit en Gaule et en 
Germanie. S'il vent parler de ces derniers, le fleuve mentionné serait le Danube. Mais 
sì l'auteur veut designer les armées de Maxence, ce fleuve serait le Tibre. 11 résulte du 
contexte que l’auteur parle de ce dernier, ἃ moins de supposer ici une pei omise. 


Digitized by È GO ogle 


" 


266 HISTOIRE NESTORIENNE. [56] 


all pò ai de lis deli ly dts dle Lac &Y pela 12 colite nd 
des pri) e Dole cpl Ha e ρου con djs sto d 03....9 
σλο gialle al cogli ὧς god dalicy dij cdcy ol 259 
Jo di ὅγω Cig Clio ὦ ll αὶ οὐ led pila gli SL 
+ Sp. 15. 16 gig SLA i i Ta AKI ii eg SI e ili so 
GI Ss doit due dig alla te ceti pal ὁ ig li li gb «ἱ 
οἱ ol obi dia ὁ Ji Gi detti Al Gdl orti 
dg ἔπε SS de 6 ὡς l'aa dia ὃν A plinti 
SLI de III ce gg ta e SS tell ye cul UL 
CA QI dd ὦ. ie ii 4 δ μι τς O I UU i 


3 1. Ms. St pò. 


(Doubanis), pour piller les Romains et dévaster leur pays. Costa' (Qousta) 
dit que. Constantin attaqua Maxence parce que ce dernier s’était révolté 
contre lui ἃ Rome, ne l’avait pas reconnu comme empereur et s'était emparé 
de la ville. Constantin donc alla contre eux avec son armée et s'arréta ἃ 
proximité d’eux, près de ce fleuve, résolu ἃ les attaquer. Mais il sut que 
l’armée ennemie était forte, nombreuse et puissante : 1] eut peur d’en venir 
aux mains. 1] apprit aussi que l’ennemi était décidé ἃ l’attaquer de bon matin. 
Alors, il vit en songe une grande lumière au ciel, des éclairs effrayants et 
* S p. 15, une croix composée d’astres * avec cette inscription : « Par ce signe tu vain- 
cras ». D’autres disent qu'il eut cette vision pendant le jour, et que c’était 
le 19 mai. Les Grecs célèbrent ἃ cette date l'apparition de la croix au ciel. 
Iso‘barnoun, l’évéque métropolitain, dit? dans ses « Questions du diacre 
Macaire (Maqgdris) » que Constantin vit la croix près de sa tente et étendue 
sur elle, ἃ l’instar d'une lance composée de différentes étoiles; et, ἃ la pointe 
de la lance, la forme de la croix en astres distincts. Les astres en forme de 
lettres donnaient cette inscription : « Par ce signe tu vaincras ». C'est 
l’habitude chez les Grecs et la plupart des nations d'entourer d'une bande 
pendante le bois de leurs lances, au-dessous du fer : voilà pourquoi, la croix 


Bar Hébraeus, dans sa chronique syriaque, appelle aussi ce fleuve Danubius {éd. 
Bedjan, p. 60); méme chose dans l’histoire de la découverte de la Croix (Bepsax, Acta, 
I, p. 326). S. — 1. Costa, historien qui sera encore cité plus bas. — 2. On voit que l'au- 

‘ tear compile ici tout ce qu'il a trouvé sur Constantin, sans se préoccuper de concilier 
les divers récits. S. 


[57] XVII. — HISTOIRE D'HELENE ET DE CONSTANTIN. - 267 
sur Taio de di Gil al cl Gi glad ia ὦ γὼ 
Led et JU ul de Se e gb dl οἱ dev Lidi ις 5» 
doo ui de Setiallo Ales dt ὦ» Ga dl ὦ ut all Jil ii 
gli CUI gii al gle oi la de Je Ng a 
d ls εὐ 4) τς ga SLY, pla dal cre doro ὁ» 239 fatt (Lil 
Spal a AN cea arl GI USI ge Si e 
Lili o ill ὦ» lalla ali dine Yy Ni gle sie ὦ» ρμρ 
i II fe 539 pali de WU ὦ» ἐξ Le lo ge ig ὁ 
| LI UST cris ppi Lily ie dis 
sl ss Dig Ki de gia Gib ὦ lil οἱ Ji By gg is 
αὖ ὦ ΤΡ d τ σὰ ga li as ese i ge ie VI 
οἱ atS ig DU US i δὺῪῥὶ δ οἱ» cl ed 59. (μὰ ὦ 
all ὁ οἷν go due Wi al ebrei ὦ». dela οἷ» e JK ipo 


Ms. AGI. — 2. gal Ji JT SUI chip cap st δ᾽ 5 Ja? JO. 


étant apparue sur le haut d'une lance, les Nestoriens attachent au baton 
qui porte la croix un petit voile qui tient lieu de la bande pendante. D’autres 
prétendent * que ‘cette bande au bas de la croix sert à représenter ce que 
fit Notre-Seigneur en se ceignant d'un linge, lorsqu’il lava, par humilité, 
les pieds de ses disciples. 

Revenons ἃ notre récit. Constantin donc s’effraya beaucoup de cette vision; 
il réunit 68 savants et les devins qui l’accompagnaient, leur en fit part, leur 
demanda ce que pouvait étre ce signe qu'il venait de voir, et auquel des 
dieux adorés par les Romains il pouvait appartenir. Aucun devin ne le sut. 
Constantin fit fabriquer une croix en or, semblable ἃ celle qu'il avait vue, et 
donna ordre qu'elle fùt portée sur son étendard : puis il fondit sur les enne- 
mis ct les tailla en pièces : il tua leur roi et le reste prit la fuite. 

Costa (Qousta), fils de Luc (Louga), dit que Constantin, ayant triomphé de 
l'ennemi, se prit ἃ réfléchir * et ἃ dire en lui-méme : « Quel est donc le Dieu 
qui m’a aidé ἃ vaincre mon ennemi et ἃ le mettre en déroute? » Préoccupé 
de ces pensées, vers le milieu du jour il leva la téte vers le ciel et il y vit la 
croix, brillante comme le feu, avec cette inscription : « Par ce signe tu 
vaincras ». Plusieurs de sa suite la virent aussi, en mèéme temps que lui, et 
en furent étonnés. La nuit suivante, il vit en songe quelqu’un qui lui disait : 
« Cisèle dans l’or la forme de cette croix : par elle, tu vaincras tes ennemis. » 


* S p. 16. 


* Sp. 17. 


* S p. 16. 


*S p. 17. 


i * Sp. 19. 


* Sp. 18. 


"5 p. 19, 


268 HISTOIRE NESTORIENNE. [58] 
Slc] 4 pi eli cai ὦ» ΚΕΝ lin ci fo Ji δ οἱό ὯΝ οἷς 
59 μὰ. ul πῦρ gola casi Tago cplelei Joy 
le tai κ᾽ ὦ die ie pa ASI it 
pre Lori doh ill lito gd dle 
al eli ὁ i creta CI pigli ὦ, godi ca ως gl 
de ho οὐδ dall SK pal ill gl ὧς ie lp das, gota 
ol devi GU dii cib Gi la «e duydli ig SÉ dl 
sg dai dl all ὦ» int rio de de ii i al 
al Li lp DIS Κρ gr ii lia de ca ὑπο sui κα li 
fel LU πὸ cli ὁ cl 16 pig bol duca στ» 
SG La Ip cpl goal Ga Tull iz dis ὦ «δ gig 
sia JULI ib ele ὁ» arl οἱ ἀμ Lal dal dl ὁ 14, sid ὦ» pg 
TA AN Well cass JULYI Dibl LU CU ali ppi dsly dial 


Constantin entra dans Rome. Alors, les Chrétiens s'en émurent‘et Eusèbe, 
évéque de cette ville, se cacha ‘. Constantin questionna une seconde fois les 
prétres et les ministres des temples paiens au sujet de la croix. Ils ne lui 
répondirent rien de sùr. Mais les gardiens des temples lui rapportèrent que 
le jour où cette forme lui était apparue, un grand nombre d’idoles étaient 
tombées * et s’étaient brisées. Constantin s'en effraya, La chose se divulgua 
parmi les Chrétiens de Rome qui lui envoyèrent dire en secret que le signe 
qu'il avait vu était la forme de la croix sur laquelle le Christ avait. été atta- 
ché. Il réfléchit sur tout cela, s'en informa secrètement et apprit la vérité. 
Alors, la foi lui parut douce au coeur; il fit rassurer l’évèque Eusèbe, se le fit 
présenter et le pria de lui exposer la religion ehrétienne. Eusèbe répondit 
au désir du roi qui se fortifia dans sa conviction et se fit baptiser avec sa 
femme qui s'appelait Maximiana, fille de Dioclétien*. La plupart de ses amis 
furent aussi baptisés. On raconte que Constantin avait la lèpre et que, une 
fois baptisé, il en guérit. D’autres disent qu’à l’'entrée de Constantin dans 
la ville de Rome, les Chrétiens qui s'y trouvaient prirent la fuite. Des Hané- 
fites vinrent et lui dirent : « Si tu veux, ὁ * roi, guérir de ta lèpre, égorge les 
enfants de cette ville et prends un bain dans leur sang. » Le roi donna des 
ordres à cet effet. Mais quand on se saisit des enfants, la ville retentit de 


1. Eusèbe, élu pape en 309 ou 310, mourut au bout de quelques mois. Maxence ne 
périt qu’en 312, — 2. CÎ, supra, p. 259, n. 2, 


Digitized by Google 


------- ERETTE IPTV) 


[59] XVII. — HISTOIRE D'HÉLENE ET DE CONSTANTIN. 269 
GLI ἃ ον δ gb al d οἷ III il ως pre licg USI ape 
la Cl ie GY dugg ii  »κον gi Clo de i dl 25.) 
Aa κῃ CIT ol lb eius ον ὁ» elia gie lio 
SE ld MI et IAU gota Il cpl CI d bg rl ivi 
Lg CU i La GAI LI ly il dt CUS pl divi 4 
Mep εὐ dall JT GEV ly A li ps gii 
FU dies gela αὶ ΘΟ Lal GIU pria οἱ Gi UG GI * Lal ἰὼ spro 
pel ste οἱ 146 gig ὦ ὦ» οὐ ὁ cati di de ὦ. Li ὦ 
3553 CUI dying δ τρὸ σοῦ ὦ te I cla e pilo 
SU; ον ili Gli soli sa osili o Sg οὐ οἱ 19 
Gs gi Clay cptcs gli Ty δ SUI fee ὦ 2 d ὁ 
ALI dial ge il Ka de darli colite del Mi de ον» 
dali «Les parle > Dl de 3, pel 2.9 ped pass CULI 
CUI es ALU > δ» Gall dal 35 SUA io ὅλ ὁ lbs pai. 


i) 


pleurs et de lamentations. L'empereur, saisi de pitié, épargna les enfants. La 
nuit venue, il vit en songe deux hommes qui lui disaient : « Si tu veux guérir 
de la lèpre, envoie chercher Eusèbe, évéque de Rome, car il est caché, fuyant 
par erainte de toi : fais le venir, il te guérira de la lèpre. » Le lendemain, 
le roi ordonna qu'on fit chercher et venir Eusèbe, et il lui dit : « Οὐ sont 
les deux dieux des Chrétiens, que j'ai vus cette nuit? » L'évéque lui répondit : 
« Les deux que tu as vus, ò roi, ne sont pas des dieux, mais deux hommes 
comme toi : ce sont Pierre et Paul, diseiples du Christ, Dieu des dieux. » 
Et l’évéque fit présenter au roi l'image des deux apòtres, prise dans l’église, 
Le roi l'’ayant vue, * s'écria : « Vraiment ce sont ceux que j'ai vus la nuit * $ p. 20. 
dernière pendant mon sommeil! » L'empereur étant baptisé, il tomba de son 
corps comme des écailles de poisson, et il fut purifié de sa lèpre. Selon les 
uns, le nombre de ceux qui furent baptisés avec l’'empereur, était de douze 
mille; selon d'autres, il était de cinquante-deux mille. D’après certains au- 
teurs, ce fut Sylvestre, patriarche de Constantinople, qui baptisa Constantin, 
en l'an {1 de son règne, et en l'an 628 d'Alexandre (Dhoul-Qarnain). 
Ensuite Constantin éloigna les Juifs de son empire, et les paiens des 
fonetions de l’Etat. Il les affaiblit et abaissa leur erédit, après que leurs 


savants et les savants des Chrétiens réunis en sa présence * eurent dis-* S p.21. 


1 


σὰ πὰρ © 


Digitized by La 03 le 


* Sp. 32, 


* S p. 22. 


270 HISTOIRE NESTORIENNE. "60! 
dial Ha ib οἱ Jey ite la dl μὲ ὡς nil 
ιν Sl ile Gg ti μι. dt i play pria ca 
cis lo κου conately  ῶ ὦ dat L 4g  ὦ» 
ing ig SA ὦ ὦ» Οἱ ὦ» ὦ cell ell ἡ 244) οἷ᾽ dos, 
Di giri ce iii ga ipa pui il pt οἱ ον ig KI 
pit pri σὰ ce 5909 de cet lora ius dI li 
“2.5. ig «δὰ pile A ΚΟΥ ce YI Na da a οἷ, 
ΝΥΝ prilles 3 ay 5 25-.9 dle Dlgs d 5.9. ὦ Ma cele ρὸν 
Pl Il ere cis rd e 6 4 laid εὐ cdtilly 
ἘΠ ὁ ὁ ὦ Hop Ges Pinzi ὦ adi οἷ» al 
de Mis Ally dell ce spl ᾧ a ὦ di Jo οἷ dela 53 
eg gear ge de A glo AEG Ja ide 


cuté ensemble en matière religieuse. Les défenseurs de la vérité eurent raison 
des sectateurs de l’erreur. Le rois'appliqua ἃ la recherche de la croix, si bien 
qu'il chargea sa mère Hélène d’aller en Terre Sainte pour s'occuper de cette 
affaire et relever les ruines du lieu saint. Hélène partit, emmenant avec elle 
Eusèbe, évéque de Rome. Elle arriva ἃ Jérusalem le 28 mai de l'an 631 d'A- 
lexandre'. Quelques-uns disent qu’Eusèbe, qui l'accompagnait, était évéque 
de Jérusalem (Bait al-Mogaddas) et que l’évéque de Rome ne vint pas avec 
elle. En arrivant à Jérusalem, elle fit appeler Alexandre, évéque de cette ville, 
lequel, ἃ cause de sa valeur, de sa piété et de son zèle religieux, avait été 
transporté d’Alexandrie ἃ Jérusalem®. * Hélène lui fit part du but de son 
voyage et ordonna qu'on rassemblat les notables des Juifs, leurs savants, leurs 
rabbins et leurs chefs. Ils se présentèrent. Ils se doutaient déjà qu'ils étaient 
appelés pour la question de la croix. L'un d’eux, nommé Judas, fils de Si- 
méon (Schim‘oun), leur dit : « Mon père m'a appris l’endroit de la croix et 
m’a instruit sur le Christ et sur sa mort et comment il fut crucifié par la 
jalousie des grands prétres et des scribes; il m'a recommandé d’indiquer ce 
lieu quand il y aurait quelqu'un pour le demander. Sa croyancé au Christ et 
sa véracité me déterminèrent ἃ croire aussi en lui. Il m'a appris encore ce qui 


1. La découverte de la croix eut lieu vers 326, et Eusèbe, pape, était mort en 310. S. 
— 2. L'évéque de Jérusalem était alors Macaire (312-331). Alexandre, évéque d'Alexan- 
drie, n'a point été transporté ἃ Jérusalem. S. — 3. Voir Textes orientaur inéedits du 
martyre de Judas Cyriaque, évéque de Jérusalem, par I. Guidi dans la Revue de l0- 
rient Chrétien, 1904, p. 79 οἱ 310. 


[61] XVII. — IIISTOIRE D'HÉLENE ET DE CONSTANTIN. 271 
dia Cal οὐδ «Ὁ, ὁ cella Je gio Li 4 diary «ὦ voli! cca 
iu alia ua 
Ult eil dl du ὡς οὐ» ie ce οἷν. e lei Al lesg rulet 
Sl «9 lie Ὁ οὶ ge gua ll ὃς pps Ue e cgil is 
δ: di Sui vr ὁ peli ppi EI ci ppiso de 
oi > ul ul I i pil «οὐ logi d Ge ΑἹ ἀρ, rin ὡς 
d zui sil c24 οἱ οὗ 4 Gli Al Cles Ὁ,» ὦμο gl οἱ ἡ 
ill aste plui ge dis Laga dll dt Ario (9.99. 1295 αἰὼν 
ὧς“ | Allo uti Ὁ cdi ὦ lasdey (al a Illy 
Is ta ce prete! dass del eli gd ali di Sl 5 pilo 
du pis ἢ peli Ja ge Mi JE pali lo ga pil iz ON lispl 
dani Ml ip ite Puoly cato call gle pis rg ga 
Ur de gi ἃ KU rl i pod) cal ga de SII 
ὁ cessi λῶν ce Pot 4 οὐδε, gl rosy ii Ha rid dall 


arriva ἃ l’un des disciples du Christ, nommé Etienne, qui était l’oncle de mon 
pere et que les Juifs * lapidèrent pour avoir cru publiquement en lui et avoir 
appelé les hommes ἃ le reconnaiître. Si donc on m'interroge au sujet de l’en- 
droit de la croix, je l’indiquerai. » Les Juifs répondirent : « Fais ce que bon te 
semblera. » Hélène les rassembla et les interrogea sur la croix. Ils lui répon- 
dirent tous que Judas était seul capable de la renseigner. Elle le questionna 
donc, mais le démon, lui rappelant le judaisme fortement enraciné dans son 
Ame, lui suggéra de renoncer ἃ sa foi; et il déclara ignorer l’endroit dela croix. 
Elle le menaca de le jeter:dans un puits, où 1] mourrait de faim et de soif, et le 
forca ainsi ἃ confesser l’endroit. Il y courut et creusa la terre : il en sortit 
une odeur suave. Le déblaiement donna d’abord trois croix que le juif livra; 
puis, interrogé sur les clous, il reprit le déblaiement et les trouva aussi, 
au nombre de quatre. Hélène procéda ἃ la vérification de la croix de Notre- 
Seigneur * pour lever tout doute. A ce moment, parurent des hommes, portant 
un cercueil. « Maintenant, dit Judas, nous saurons quelle est la croix du 
Christ. » Il disait cela pour tenter la croix. Il fit arréter le cercueil et placa 
sur le mort deux croix, successivement, sans aucun résultat. Il approcha la 
troisième et le mort de se lever. Les voix retentirent alors pour louer Dieu 
et le remercier de cette gràce. Hélène recouvrit la croix de plaques d’or et 
l'incrusta de diamants; elle lui fit une chAsse en or et la laissa ἃ Jérusalem. 


* S p. 23. 


* S p.24. 


* Sp. 23. 


* S p. 24. 


* 5 p. 25. 


* S p. 26. 


* 5 p, 25. 


"5 p. 26, 


272 HISTOIRE NESTORIENNE. [62] 
ii JU αἷς A pra le δὰ ST i pri ca κ« ;. 
zi σατο gl gg la ti i LI pa i Sd dis 

DI civ Ὁ ,φ pare aly HA dis sal dall ὧς 9 \piil 
sl bip ioni Vul tg pianti stes pes 5 lcdò 5 γα ἐὶ 59. 
cell lio ll el τοῦ" οἱ 4 Ud μὰ» ὦ lib 
pelli κε pal des ti li all cpl 1 
cibi ciole o Ὡρ Ido GU II a i ul lhos 
i ua Sie ὁ». dol gia dl psi pa ὦ» Sall 
lago rt dig ci rg LAY lo dle 
dial caglio ul pal cò alici gu cib dl 65 CUI 3; 
de di Sd drag all Je pg i e Le LI dg CUI 
dirt cip di gl ab dle lady ell Spi 


D'autres disent qu'Hélène la porta, avec elle, au roi son fils, ἃ Constantinople. 

On rapporte que Chosroès (Kisrd), fils d’Hormizd, ayant conquis la ville de 
Dara' et étant parti pour Jérusalem, fit venir l’évéque de cette ville et l’inter- 
rogea sur la croix ἡ qu'Hélène y avait découverte * et laissée. L'évéque lui ré- 
pondit que les Juifs s'en étaient emparés de force. Chosroès manda leurs 
notables et les punit. Alors, ils la lui livrèrent. Il la porta ἃ Théodose (Tid- 
dhasis), fils de l’empereur Maurice", On dit que les Grecs, en partant pour 
la guerre, se faisaient précéder de cette eroix. Quand Chosroès Anouchir- 
wan* voulut attaquer les Grecs, ceux-ci équipèrent une flotte et placèrent 
la croix dans le vaisseau qui portait le trésor. Un vent violent soufila et 
emporta ce vaisseau depuis la mer des Grecs jusqu'aux rivages de la mer du 
Khorasan. Le navire avec la croix furent capturés et portés ἃ Chosroès qui, 
ayant pris la croix pour une machine de guerre, la placa dans son arsenal. 
Sirin, la croyante, femme du roi Chosroès, l’apprit (elle cachait sa eroyance 
en la religion chrétienne) et demanda la eroix au roi qui la lui donna. Quand 
* l’empereur des Grecs sut ce qu’était devenue la eroix et qu'elle était tombée 
entre les mains de Chosroès, il lui fit beaucoup de concessions et lui, demanda 

1. Chosroès II, fils d'Hormizd, régna de 590 ἃ 628 et conquit Dara en 604, 5, — 
2. L'auteur réunit ici toutes les relations qu'il a trouvées concernant le transport de la 
croix en Perse. S. — 3, Empereur grec (582-602) tué avec ses fils par Phocas. —4. Chos- 
roès I, surnommé Anouchirwan, avait régné de 531 ἃ 579. L'auteur confond ici les deux 
Chosroès, car Sirin nommée plus bas était l'épouse de Chosroès II. Peut-ètre a-t-il eru 
comme Bar Hébr:eus (7/ist. des dynasties, éd. Salhani, p. 152) que le surnom d’'Anou- 
chirwàn avait été donné également ἃ Chosroès II, 5. 


Digitized by Google 


sus) 


[63] XVII. — HISTOIRE D'HÉLENE ET DE CONSTANTIN. 273 
ii i lui e DU ll e AJ Ὡ οὐ), CI 
cgil 68. al ito ὁ. οὐ J el p Loi L de Gata 
ui oil © 94424 JLal οἷς ὦ ia οἱ ll κὶ ὁ del ii 
dirti cu de pull EUi qa ile δ ὦ» ΩΣ pi > dea 
ligne gl i Sal Je dali ui ci all ὁ iii 
I 545>UJ do dd ddl dg οὐδ A osgile i L lily ide 
CM iu lui ghe db gi dei gg del ὦ» pela dia K ge Ni 
59. al Aalst ὁ τ dia i gli > gb 
dal st Sal dedi o de djs dia lt Ir a o 
e Hal sale li e i cile εὐ. οὐ ca SÒ a ὦ 
Sgh cllos sl  φλα pis sai 
Jalla ill plessi ὦ ceti ὦ a dB gi Ss 


1, Ms. do. 


la croix en retour. Chosroès répondit à ses désirs. Sirin en eut du chagrin et 
prit un morceau détaché du bras pour en étre bénie. C'est ἃ ce morceau, 
dit-on, qu'il faut rattacher tout ce qui se retrouve de la croix entre les 
mains des chrétiens d’Orient. Sahdost, évéque de Tirh4n, dit au sujet 
de la croix qu’Héraclius (Harag!), vu la continuité des guerres avec les 
Perses, procéda ἃ l’enlèvement de tous les trésors royaux de Syrie et les 
envoya par mer ἃ Constantinople, avec la croix, qu’il prit ἃ Jérusalem. Un 
vent violent souffla et jeta les vaisseaux sur Alexandrie. Les Perses s’en em- 
parèrent, en prirent le contenu et envoyèrent le tout ἃ Séleucie-Ctésiphon (Al- 
Maddain), ainsi que la croix. Héraclius en eut beaucoup de peine * et de cha- 
grin et il partit pour combattre les Perses. Le roi de ces derniers résidait à Das- 
karat al-Malik ', sur la route du KhoràsAn. A l’approche d’Héraclius, il prit la 
fuite, vint ἃ Séleucie-Ctésiphon et passa le pont du Tamarrà et DayaAla?. 
Héraclius vint camper sur le pont du Nahrawan. Alors Chosroès lui envoya la 
croix avec une foule de chrétiens qu'il chargeait de demander ἃ Héraclius de 
s'éloigner. A la vue de la croix, Héraclius s’apaisa, accepta l’intervention 
des chrétiens et fit la paix avec Chosroès. 

Costa, fils de Luc, raconte qu'Hélène, une fois ἃ Jérusalem, trouva la 


1. Daskarat al-Malik, petite ville sur le chemin du Khoràsàn, ainsi appelée parce 
qu'elle était une des résidences préférées de Hormizd, fils de Sapor, fils d’Ardaschir 
(Yaoout, Mo'djam al-bolddn, II, p. 575). — 2. TAmarrà et DayAla sont les deux noms 
d’une seule et méme rivière près de Bagdad (Yacour, o. c., I, p. 813 et II, p. 638). 


* S p. 27. 


*S p. 27. 


4 5. p. 28. 


* A p. 523. 


*S p. 28. 


* A p. 52. 


274 HISTOIRE NESTORIENNE. [64] 
call city ly pg A ciel ciali dol Db cia ii 
Ai cal * ri pl Ὧν ὁ» Vi a a al dl pie a 
oil οὐ cre ὦ ds ὦ οὐ Call d gig ὧδ Je palle, 
io al gi al gal ili dl i pil οὐ 
Si dog ei n de δα IL Sa ld cgil 
ig a cp del ὧν ὁ 63. οὐ ὦ OY as lai sliéy «δὶ, 
οἱ, τ LA Sil ὦ «Κλ... οἱ 9. UNI I all 9.09. de οἱ 
doll hl οὐ ii 4 YU dl ed VI οι 
d all des dI 25 dle glio Gui CUi ca ga INI SUI κα πρ 
CAI II i og GU pdl dle gag Dahl ca te II pal 
culi là Hall ilo il di gas e all cal ὁ <a 
e al de GT ie IMI pali saprszzo (κα dolci Sa 
SS cli ll pia ῷ Ha οὐ) tig de È SH i te 


1. Pip gh. — 2. Ms. gp. 


croix brisée en deux parts égales. Elle en prit une qu'elle envoya ἃ son fils 
et laissa l’autre ἃ Apamée (Famyah). Les empereurs romains voulurent s’em- 
parer de celle-ci. Mais les gens d’Apamée s’y refusèrent. * Ils finirent cepen- 
dant par en accorder la moitié, et le quart resta à la ville. Au temps de Jus- 
tinien (Youstous), les Perses firent la guerre aux Romains et détruisirent la 
ville d'’Apamée : ils prirent le quart qui restait de la croix et le portèrent ἃ 
Séleucie-Ctésiphon. Héraclius demanda ce quart ἃ SaharbarAz' qui le lui en- 
voya. Héraclius le joignit ἃ l’autre moitié et le fit recouvrir d'or. On l'y con- 
serve en entier, encore aujourd’hui. On dit que le bois de la croix est du bois 
de figuier. On dit aussi qu'à l’arrivée de la croix, les sujets de l'empereur s’en 
partagèrent un bras, lequel fut remplacé par un bras en or. Le bois de la croix 
se fait connaftre par le miracle suivant : le feu n’a sur lui aucune prise. Les 
fragments de la croix dispersés dans le monde entier proviennent de ce partage. 
Les Nestoriens fétent la croix le 13 * septembre, anniversaire de la découverte 
des trois croix. Les Melchites la fétent le 14, anniversaire du miracle fait 
par la croix pour la résurrection du mort. Quelques-uns disent que le méme 
jour, le 13, eurent lieu et la découverte de la croix et le miracle, et que le 
14, Hélène la placa dans l’église de Jérusalem. Iélène se demanda ce qu'elle 
devait faire des clous. Dieu lui rappela la parole du prophète Zacharie ?, 


1. Roi sassanide, régnait en 629. — 2. Zacharie, xiv, 20. 


[65] XVII. — LE CONCILE DE NICÉEE. 275 
Ill heat Ul ipréla DUI utt CUI gi ed ge E ὦ «({ψι. 
Lil og pp de. 

lie Lia le Lic ali He dd il digg ὁ cy 
Me ed Iii ir ge Us giri ca Je ἴω] Da, sì 
ig ll κα οἱ I Cu dol Aa cib i dall co οἱ dt 
ci A de ll ὁ des iu dd gal 
SUI daga SUA st GI scri li ἢ JU Ki cis σὰς 
gii dl GU Jul eg ὦ e da) τ κι ὧδ Je cala 
sia e di ptt ρδπο9 epeg δ» ὁ Vga 2 ala ql JU 
al Folli μὰ ὁ» deg ii Tia Je gl ce Kay ΩΝ Ἰμὰρ 3UJ 
Lal li a i sil e JI SU lip Ul, ia 
tig LYI gior Ii 4 ia 


1. Ms. Jael — 2. Ms. pJlo. — 3, ST gl dico la y hi 95. 


disant qu’ils seraient pour le mors du cheval du roi, saint du Seigneur. Elle en 
fit donc un mors dont se servent les empereurs pour les guerres importantes. 
Judas, qui avait indiqué l’endroit de la croix, crut sincèrement et recut 
le baptéme. Plus tard, il fut méme sacré évéque de Jérusalem, après la 
mort d’Alexandre; au baptéme, il regut le nom de Cyriacus (Qiriagos). 
Heélène avait fait voeu que sì son fils se faisait chrétien et protégeait le 
christianisme, elle irait en pèlerinage à Jérusalem pour y prier et élever 
des églises aux endroits consacrés par le passage du Christ. Elle exécuta 
son veeu et satisfit sa dévotion. Alexandre lui dit un jour : « Je vois, ὁ reine, 
que vos préoccupations vont aux constructions, tandis que la religion est 
agonisante, ἃ cause du {grand nombre d’hérésiarques qui en détournent tant 
d’adeptes. Depuis qu'on néglige d'exterminer ces corrupteurs, de disperser 
leurs assemblées et de réfuter leur doctrine, ils ont prévalu dans ce pays, 
détruit les édifices et fait périr les fidèles. Le reste a embrassé l’erreur, soit 
librement, soit par contrainte. Il serait plus logique et plus utile de vous 
préoccuper de ce còté de la religion. » Hélène en écrivit donc ἃ son fils, l’in- 
forma des paroles d’Alexandre et lui demanda... | 


41. Lacune. 


PATR. OR. — T. IV. i 19 


276 HISTOIRE NESTORIENNE. [66] 


(Las lena >S3) lA 


srl cdl di pria dl ci i cib GI I 4 pad ce dal... 

oro’ cibi ce pasti d ὅσ As dial du ade ca pia ϑϑῦ 
bs is ils οἱ... ὦ li ce Veg te duty UL pile cas pal 
ΟΣ ee Hi pd dg δῶ pg sull lia e dii gia ἡ δὲ 
Sil ds crd! i deo <Y pol bre da du DE cone dadic λὴ 
Lpd ile dog νὰ ga οὐ Al dll > © dy5te4 οὐ 
Gulli agli Al sro ὦ» ὦ ὦ dg dll lg ie 1g dzity il 
ἀξ olo Lido plui 3 glie τόσο με dg ls Pag δὰ 
le olo lens μοὶ olo οϑ, Tei palo porri 


1. Ms. se. -ὄ 2. MESI — 3. exit. 


XVIII. — (Le conciLe pe Nick). 


saga Aucun de toute cette assemblée; mais on en avait déjà désigné 
quelques-uns par la pensée et on les avait distingués. On les choisit donc 
parmi ceux que leurs vertus et les traces des supplices recus sur leurs corps. 
de la part des ennemis et des hérétiques, mettaient au premier rang. Leur 
nombre atteignit 318 : patriarches, archevéques, évèques et prétres. Quel- 
ques-uns disent que seuls ces 318 furent présents ἃ Nicée. Parmi eux, se trou- 
vait l’évéque de Marasch qui portait les marques affreuses des plaies recues 
dans la prison, car les sectateurs d’Arius s’étaient emparés de lui et, pendant 
vingt-deux ans, l’avaient continuellement torturé; ils lui avaient enfin coupé 
les mains, les pieds, les oreilles, le nez et les lèvres; ils lui avaient crevé les 
yeux et arraché les dents. Ce qui restait de son corps ressemblait, par sa 
noirceur et sa sécheresse, ἃ une branche de bois brùlée par le feu. Il y avait 
aussi parmi eux Viton (Bitoun?) et Vincent (Bigatious?), les deux prétres qui 
représentaient l’évéque de Rome; Alexandre, évéque d’Alexandrie, Macaire, 
évéque de Jerusalem, Germain de Samarie, Eusèbe de Damas'(?), Anatoliu: 
d’Emèse (Hims), Eustathe (Astathis) d'Antioche, Zénobius de Séleucie (δὲφι- 
liyah?)*, Jacques de Nisibe : ce dernier était d'un grand mérite. On dit qu'au 


1. L'auteur veut-il parler de Magnus (B. H. Cowrer, Analecta Nicena, p. 8} ou bien 
d'Eusèbe de Césarée? 8. — 2. Zénobius de Séleucie? (/bid., p. 9). 5. 


[67] XVIII. — LE CONCILE DE NICÉE. 277 
SU ilo τ ga olo μα. ivo ilo pulesls 
Ada Yi μ᾽ ὦ» 063 es DI lee γὼ») iilio palo στὸ. 
3994 μα pil dl zig La el leo 05} GU αὶ fil «i Ss 
olo get ὁ» o e il ca 4 dali és e palo 
ile dpanta deli Sp κἀκ du A σοι bb κὸν duso 
Οἱ dis ὑπ Dire gini Δ 145 pig dio οὐρὰ 
pil I riot 4 ped plueli il Slo ine ora ὑπαὶ dll gia 
cardi Lia io dl Si Gli diete ei VI da ὦ» ὁκ n 
sito ani sal Ole ali li NC 
PI ὑπ olo gino DSL cesipt ital cre puri Lia > ὦ 

δῦ dla l> pg o iii Casa 

AI cosi Ol ped elio elena sta Ual illa più its * 

gf July cell cla SUI Jil vela de los eil cls passe 
dol Si dei dia pla si lee US pig dt ca DPS dé ev 


1. Ms. va. - 2. PUBS. 


Concile, ce jour-là, il ressuscita un mort. Saint Ephrem fut aussi présent, 
ainsi que Théodore, évéque de Tarse (non point l’interprète). Parmi ceux 
qui, appelés par l’évéque de Rome, n’assistèrent pas au Concile se trouvait 
Papas, le patriarche, ἃ cause de son grand Age et de son impuissance ἃ se 
mouvoir; il se fit représenter par Siméon bar SabbAé et Mar Sahdost. 
D'autres disent qu'il se fit représenter par Siméon et Jacques, évéque de Ni- 
sibe. On dit aussi que Jacques, évéque de Nisibe, se fit accompagner par 
le savant Ephrem pour qu'il réfutAt Arius, car saint Ephrem ne comptait pas 
parmi les Pères pour étre appelé. Iso'barnoun le métropolite rapporte que le 
président du concile fut Eustathe, évéque d’Antioche. Elie, évéque de Merw, 
et Sahdost, évéque de TirhAn, racontent que parmi les Orientaux qui assis- 
tèrent ἃ ce Concile, il y avait l'’archidiacre Sahdost, Jacques, évéque de 
Nisibe, Georges, évéque de Sindjar, et Jean, évéque de Beit Garmai ‘. 

* Constantin fit donc aménager pour eux une grande salle et la garnit 
de sièges selon leur nombre. Ils siégèrent selon leurs dignités. Constantin 
alla vers eux et, commencant par l’évéque de Marasch, il baisa la terre devant 
lui, ainsi que l’endroit de chacun de ses membres mutilés. Il fit de méme pour 


1. Voir l’histoire de Karka de Beit Slokh dans Bedjan, Acta martyrum et sancto- 
rum, II, 507; Hoffmann, Ausziige, p. 46. 


* A Ρ. 53. 


ΣᾺ p. 08. 


μ- i __ “-“. ocio 


* A p. Da. 


278 HISTOIRE NESTORIENNE. [08] 


ill ὁ rds prize δ ubi γῶν σὲ gl a ai ὦ, ri 
ὧς S| La αὶ alieViy 4 Δ. oo Lu gtbly ai Gall ally «αν. cgil 
uil) κυ, πὸ si 9) τ, paza ὦ Jill Lia puo οὐ. degl 
de ts ded ge κει ds ge αἱ ὋΝ pei δ epr ὦ» del 
LI ei 9. CUI, dad de Ala al ce GUAI AS ally cl 
de flo Elie na ita il GUI i a pl μα 
dr ili ce ace SS glia all ὦ ὦ» Day e 
sy iaoli Gaii Yy LS AG Ya DIVI LI UL du gl e el 
dpi ον LU dal Godi Gall Al es οἱ dali vray sati 
fi gi ale caga lavi Jug GI Ga gi DE vs ab 
Ui dios bl, Ss οὐ pete cl ge NI lee Vy bl ὁ palo Yo 
ἀν Ὁ gle N33 rs dea ὦ WU; απ n ὡς da (3.49. αὐ 
e as pal SU Gt ogg οἷς dios «ill is «i o 


nola tro. 


tous les autres jusqu'au dernier. Puis, s'asseyant sur un siège inférieur aux 
leurs, il les exhorta ἃ examiner les questions concernant la religion et les 
fidèéles, ἃ démontrer la vérité et ἃ définir les articles de foi qu'il faut confesser 
d’après la doctrine des Apòtres. Il dit ces paroles avec soumission et avec 
calme. Il prit ensuite son épée, son sceptre et son anneau, qu'il déposa ἃ 
leurs pieds en disant : « Dieu vous a donné le pouvoir sur le sacerdoce et m'a 
donné le pouvoir sur l’empire. Mais, aujourd’'hui, Dieu vous donne le pouvoir 
sur le sacerdoce et sur l’empire. Je vous.suis soumis et je suivrai vos 
ordres. Jugez selon la vérité conforme ἃ l’ordre.de Dieu et ἃ la volonté de son 
Christ. Vous étes la cause de la vie de ceux qui vivent, et eelle de la per- 
dition de ceux qui se perdent, et cela pour l’éternité. Voyez aussi parmi ceux 
qui sont dissidents * et qu'on nomme hérétiques, 51] ne s'en trouve pas qui 
auraient dénaturé les livres divins, en y ajoutant et y retranchant; faites-les 
venir et discutez avec eux pour leur ouvrir les yeux; peut-étre reviendront-ils 
sincèrement ἃ la vérité et ἃ ses partisans. Quant ἃ ceux qui sont manifestement 
ennemis de la vérité, qui auraient dénaturé les Keritures et altéré la foi, 
évitez-les et ne les mélez pas à vos discussions, excepté ceux qui seraient 
revenus de leurs erreurs et auraient donné des marques rassurantes de leur 
vrai repentir et de leur conversion sincère. » L'assemblée, ayant entendu ces 
paroles du roi, le combla de ses voeux et de ses bénédictions pour la droiture 


Digitized by Google 


169] XVIII. — LE CONCILE DE NICÉE. 279 


Ju ὧ- ὁ. κα. i ab ΕΝ dA Si Lis ὠς μα: dii oi 

---..." ΜΌΝ 5 LUI Jos 5 Slaly iL re Ui de ὧν lgs ὦ} 

l gnu! ve Ni dite ὦ 4 olad chel cola E ον! λα “Ὁ ol ΓΕ 
MJ a SL ζω; οἱ, 


riso deg Colla ELY ὦ» Lia LIS i cli JU pila co 


Lo tati gr o JI ES 


de son intention, la sincérité de sa foi et l’ardeur de son zèle. Elle délibéra 
ce jour-là : c'était le 9 juin' de l'an 635 d’Alexandre *, en la vingt et unième 
année du rèégne de Constantin. 

Depuis ce jour, les membres de l’'assemblée s’isolèrent pour discuter, 
s'entretenir, échanger des vues et apporter des preuves solides et claires, jus- 
σα ἃ ce qu'ils fussent pleinement d’accord sur ce qui était conforme au saint 
Evangile, aux traditions (?) des Apòtres et ἃ la lettre du susdit 6vèque Alexan- 
dre, Ils mirent tout cela par écrit et l’appelèrent la foi. On dit que l’assem- 
blée dura trois ans *. Ils ordonnèrent la lecture de cette foi aux réunions 
avant la messe, puis ils prononcèrent tous l’anathème contre Arius le mau- 
dit. Le roi écrivit ἃ tous les évèques et chefs de l’Eglise une circulaire pour 
leur communiquer l’anathème prononcé contre Arius et leur prescrire de 
brùler tous les livres de ce dernier. Voici le texte de la lettre du roi* : 

« De Constantin, empereur, à tous ceux qui recevront notre présente 
lettre, évéques, archevèques, prétres, fonetionnaires, et ἃ tous nos sujets, 
salut. Arius l’imposteur, se faisant le suppòt de Satan le très méchant, a violé 
la foi, s'est séparé des fidèles et a inventé une hérésie inconcevable. Voilà, 

1. D'autres disent le 19 juin; d'autres encore le 20 mai. 5, CI HéréLé, Histoire des 
conciles, trad. fr., 1, p. 267-269. — 2. Qu plutòt 636 (325). S. — 3. Les opinions diffèrent 
sur la durée du Concile de Nicée. 5. Voir Héfélé, Mistoire des Conciles, trad. fr., 
thid, — 4, CI. Socnate., MH. E., I, rx. 


Vea 1 
Digitized by Google 


} 


ΔΑ p. 55. 


* A p. 55. 


280 HISTOIRE NESTORIENNE. [70 
deli SUIS tri gli ga pl ca pa ad bi call le δὲ 

lisa 45 da dg Ὁ ma Se dl ὦ AU SUI ὡς cl ἫΝ 
GE go Li ἡ Ji ὸό7 Ύ  ὐ ὅσ νυ Wok > dsili 
9 cile LIMI SLI du e A a ita Sliccally LAI sia ce 


la Yo ii de 4 deo 
Die Go te deg ULI dll ppt YI ἀρ 5] ὁ «Ἱ 5 ἷο. 
43 cpr ἔχοι. d6 el da na DI gala io duty Lat 1,6 ser 
dla Lil Lil lupi peer cre bb gi de guai di gl e SI 
AVI n Jie lp Ἀφ Hal de A τὶ οἱ 
AI GELA ce 0 οἱ de pad JT LV Gut perl lia ly 
io ginly KI glad Gi A prisli δ dl il gl σὰ ρον 
iu giallo ISU basi AI Gill e fonia dg a δ 2 te lino de 
ὁ Δ οἱ gg ile ii biglie di AI gite Pg dgr LEI 


pourquoi il s’est attiré des malheurs et des calamités effroyables. * Il faut 
donc brùler tous ses livres, écrits et maximes, pour n’en laisser subsister 
aucune trace. Quiconque, après notre présent édit, aurait conservé, dans sa 
demeure ou en sa possession, un écrit d’Arius, s'exposera aux chatiments des 
pouvoirs civils et religieux. Que personne ne donne prétexte ἃ ces chà- 
timents. Salut. » 

Quelques-uns rapportent que les Pères du Concile, en comptant leurs 
noms, se trouvaient au nombre de 3417, et qu'en comptant leurs personnes, ils 
étaient 318. Ils comprirent donc que Notre-Seigneur (que son nom est grand! 
était présent parmi eux, ainsi qu'il l’avait dit : Si deu ou trois se réunissent 
en mon nom, je serai parmi οι". Sahdost, évéque de Tirhan, dit que 
l’hymne? chantée la veille* de Noél : Lialdd Tmîhd* a été composée par l’un 
des Pères de ce Concile. Les évéques rentrèrent dans leurs pays après avoir 
défini les dogmes les plus nécessaires. Parmi leurs canons sur lesquels s'ac- 
cordent les Nestoriens, les Melchites et les Jacobites sont 20 canons, écrits è 
part de ceux qu'admettent les Melchites et les Jacobites : ceux-ci comp- 
tent 73 canons, provenant de la copie de Marouta, évéque de Maiphercat?*. 
On dit que les Pères du Concile demandèrent ἃ Eusèbe, évéque de Cé- 
sarée, de dresser un calendrier pour les fètes, le Caréme et la Paque, cet 


1. Matth., xvi, 20. — 2. fhua — 3. inssi. — 4. fopaset hd. — 5. Cf. Bnaux, De Ni 
caena synodo, et HériLÈ, op. cit., I, p. 351 sqq. 


(71) XIX. — DESCRIPTION DE LA VILLE DE CONSTANTINOPLE. 3281 
ceili gpl ateVi gilya ὦ piu Goj deu dl gii pato ll pel 
διῶ Li ue a δ, ὁ cut ge gps ὦ 4 4 las ola ci νι 
rloli pastol Giu Li pria Milla ge golali «ji la lo cli au 
ale cile) Je ἡ dla dg ὦ i ie ὡΣ ii a dale ei I 
τὶ pila sl ti dg >YL Gill tall dec 4 Ly > A pis, I 


id il Zoe dio 13 


gl tie i gi dal del GL caselli pri i 

Isin μὸ eli d stelo ly i cglt μον» Ka pui d ὧν 
Ἄν» sli ὁ Lal Grada DS Al τ» de LI Vs gigi lo 
dall ga dle i gle i cib; cl bg li Lilli gi οἷ 
TR e τὰ Ai ΣΝ al’ Je da 
cre riti Lpd a Sl fre gprs Lal Li cis ih db, κει 


1. Ms. ile, —2.? sia. 


évéque étant très compétent en mathématiques, Ils lui dirent : « Nous avons 

fini de définir les dogmes : il vous reste à faire ce qui mettrait tous les Chré- 

tiens d'accord pour leurs fétes ». Il répondit ἃ leur désir et, s'isolant dans 

une île, il y passa trois ans, demandant ἃ Dieu de l’inspirer pour exécuter le 
comput connu * sous le nom de « Chronicon' ». Que Dieu nous fasse parti- *A p. 56. 
ciper aux mérites de leurs prières ἃ tous. 


XIX. — DescRIPTION DE LA VILLE DE (ONSTANTINOPLE. 


Constantin ordonna de chasser les Juifs de toutes ses provinces. Puis, 
il voulut se batir une ville : il chercha done au coeur de son empire un en- 
droit convenable, il consulta les sages, les savants et les gens expérimentés. 
Ils ne trouvèrent pas d'endroit plus sain ni plus convenable que Byzance, 
ville batie par Byzus (Bouzous) du temps d’Osias et de Joatham, rois d’Israél *. 
Il la fit élever et lui donna son nom. Elle s'étendait sur sept montagnes, 
séparées les unes des autres par un petit golfe sortant de la grande mer. Un 
rempart imprenable l’entourait d'un còté de la mer ἃ l'autre, Byzus l’avait 
faite de dix milles de longueur. Constantin l’agrandit de deux autres milles. 


4. Cf. infra, ch. XXI. — 2. Cf. Ban Hénrxaus, Histoire des dynasties, éd. Pococke, 
Ρ. 67. 


ὭΣ ΩΝ 
Digitized by Google 


"A p. 57. 


VA p. 57. 


282 HISTOIRE NESTORIENNE. 72 
pil 3 dg εν abali Idi dig «κω 5 lpla>g Lal 3 lasz>y las 
SSL Fig Sell ie Dl ge deg dass gui He Ὁ» 
ati ὦ» οὐ gle Sb eli de deo iu al dg «οὐ col 
ὦ να de54 dlapeli pics DU i tl des ail ag Jos 
ste di ὁ Gere di lpde us cali cor «ll gii de des 
Je e dies delio ρον cre la μοι dans Sgh 4 Iii L du 
Ipod ce eV gi pi og dia dI egli Loi Vado MS 
cy I ie dla μ i Y οὐ cri og die pg Tall 
Mc ole Hdi i Lila al e Tu doo * gas 
nie eilic Li dis lesi, la iu 1,56 Slboy ei ds WA JI 
pit Dole fat el de et ce ὑπὸ eli lo ὁ 
1. Ms. bl. 


Il l’éleva, l'embellit, l’orna ‘ et en fit sa résidence impériale. Il y transporta 
les commergants, car elle est au milieu des pays grecs et proche de la Perse 
et de Rome. Aux portes de la ville, il fit un cimetière pour les rois, un autre 
pour les patriarches, et des hippodromes pour les jeux. A son entrée, il placa 
une statue équestre, toute en airain, dont le cavalier portait un diadème d'or. 
Il y transporta les trésors des rois, les ossements des martyrs et le bois de la 
croix. Sur les deux rives, il fit deux grandes tours sur lesquelles il placa des 
mangonneaux en fer comme ceux que les rois emploient pour la guerre: il 
les relia ensemble par une chaîne de fer. Il fit sept grandes chaînes de fer, 
pour entourer l’endroit, servir de remparts et empécher les vaisseaux enne- 
mis d’arriver jusqu’à la ville : elles devaient aussi servir de rempart aux flottes 
des Grecs, car il n’était pas possible d'élever des murailles en ce lieu, ἃ 
cause de l’abondance et de la profondeur des eaux qui * entourent la ville de 
trois c6tés, tandis que le céòté cuest tient ἃ la terre. Les remparts allaient des 
eaux aux eaux. Îl y avait beaucoup d'églises et de couvents. Il la batit et la 
transforma, y transporta les ossements de Joseph, fils de Jacob, et le siège de 
Jean l’évangéliste ?. Il y consacra deux églises ἃ la Vierge Marie*, dont lune 
était l'Anastasie (As-Satisd) et l’autre Sainte-Sophie. 


1. Le mot du texte est peut-étre tiré de Sy! ou de SÌ), mot persan qui signifie 
palais. On pourrait traduire : « il y contruisit des palais ». S. Lire plutòt b, << il 
l'entoura de murailles ». — 2. Cf. l'Mistoire de Joseph, éditée par le R. P. Bedjan, 
p- 354-368. Ce transfert aurait été fait, d'apres la légende, par Théodose et Arcadius. S. 
— 3. vado Lio, 


[73] ΧΙΧ. — DESCRIPTION DE LA VILLE DE CONSTANTINOPLE. 2388 
alice ul ig el Velia 
ὦ ἀκ ὦ,» Ομ. dall δ deg alga peg I piu mill 
LAS dall sing ai ὦ Gg ΩΝ ce A i μον ce rta ὦ 
dl gii guai LI gl ge Yi cu deg οἱ dd e Li Je ghi 
ira Ji Le Οὐδ ce al La su 
Pos dle giò prlilj ge σαὸ dal do i αν gii οὐ ὼς 
pont Vol ely gola gg IS pl pas au ἡ lu 
siii ddl ia ge gli He cl die ill del ll e 
I ἢ davi ὁ. ally di nose cy LI ὦ,» ὁ bs (> sibly 4 Abs 
G goal La asYol qui VI 4 ipa da ὦ 


1. il. 


Les murs de cette dernière église étaient revétus de bois de santal, 
l’autel était plaqué d'or et incrusté de diamants. Il fit dans la ville des 
places carrées. Un de ses successeurs fit des portes en or pour le còté cuest 
de la ville. Tout cela est pris dans un livre trouvé ἃ Beit Abé, d’après Mar 
Aba le patriarche (que Dieu sanctifie son àme!). Il avait vu ces choses lorsqu’il 
fit le voyage de Constantinople ‘. 

Licinius, établi en Syrie et devenu puissant, se révolta contre Constantin, 
car il était devenu jaloux de l’empereur. Constantin attendit et le prit en 
pitié ἃ cause de sa sceur?. Mais Licinius ne se corrigea pas : il détruisit 
les églises d’Antioche et emprisonna les Chrétiens, en défendant de les nour- 
rir. Constantin, l’ayant su, ne le supporta plus et préféra le salut des Chré- , 
tiens à l'amour de sa sceur : il se dirigea donc contre lui, le vainquit, le prit 
vivant et essaya de le convertir. Puis, ayant constaté la trahison de Licinius, 
il le tua : il multiplia ses bienfaits envers sa sceur pour lui faire oublier 
son malheur et donna ordre d’accorder ἃ ses neveux toutes leurs demandes. 


1. Mar Aba alla ἃ Constantinople entre 525 et 533. S. — 2. Constantia, sceur de 
Constantin, était mariée ἃ Licinius. Cf. Socrate, ἢ. E., I, 1, m, 1v. 


284 HISTOIRE NESTORIENNE. [74] 


‘VERI da 3) ita dio T° 


Cri DI ae cia iti VI dle La 


ali gl et τὰν ipa a dgtes dui lb ia i A JU 

PL I deg il ie ui ce tl dsste a AIN 
MOL ὁ Ul ἡ 5" reg ELI da Liyetoly Eli πο È Lilo 
i pia LL US sd e ὁ Sad μὰν e Si A Fi 
ri dai) Ue ὦ» οὐ ὅς > lib db GV f te lasdes (Ci ὁ...» 
Dlpol ce d5 Lea plicl Clic LL ὦ ἡ ὦ» νὴ cai Lu 
a ie Tab Jp οἷν δῷ» gs des Ὁ καὶ pl Ml ns ala 
Zar sia dg Lelli ὁ TL 45,594 Eli ὁ κω e CH; Guoy 
Gilet US 045 Gel fo bll Gio iii, Lig Greece i 
Led su οἱ eo ὦ» οὐ cli Ggis ELI ον labs glui UL 


1. pu dal dl 95) γ0) sal pel Si 


XX. — DE LA DESCRIPTION DE LA VILLE INTÉERIEURE DE Rome ‘ 
D'après le récit de saint Jacques de Nisibe, qui l’avait vue. 


Il dit : C'est une ville carrée, longue de 28 milles et large de 28. Les 
trois quarts sont du còté de la mer, et le quatrième, du cété de la terre. Elle 
a 20 portes d’airain recouvertes d’or; deux remparts l’entourent, dont les 
murs ont 16 coudées d’épaisseur et 70 coudées de hauteur (?). Un fleuve, 
appelé Constantiyah (!), sépare les remparts, traverse la ville, portant des 
Talsimat, c'est-à-dire des tambours d’airain qui ont chacun 46 coudées de 
circonférence : il y a 10.000 tambours. Quand un ennemi, venant d'un pays 
lointain, se dirige contre cette ville, les tambours battent d'eux-mémes, fai- 
sant un bruit beaucoup plus fort que celui des tambours ordinaires. Le roi 
entend ce bruit de sa maison, bien que les tambours soient à 15 milles. Ce 
fleuve a 93 coudées de profondeur et 150 de largeur. Il y a dans la ville 
1.000 bazars de commerce pour les Orientaux et les Occidentaux. Elle a trois 
rangées de colonnes en marbre blanc, dont chacune a 100 coudées de contour 


1. On trouve une description différente chez Land, Anecdota syriaca, ΠῚ. p. 323. 


[75] XXI. — DU CHRONICON ET DE L’HISTOIRE DE SA COMPOSITION. 285 
So σἱ iis A SL de a A I i is ll 
o Del ui de cell eg ἡ DI lb Clo gas OLI dl is el 
sV WU ill cz gle σΌ gs a ll ds dt cile ἀρὰ 
ili ds de 4 le AI di E 9 1». Ὁ. οἱ JV 1404 
Gricg Clo Lp dates Ul cn illy IVI ὁ gl SUN gore 
de οἱ Glu ali al cre Es) dg OUT dg ail pilio duel 
calzis cali καὶ e tali ia a rin dh il dl villi 
ge Si 44 3 ὁμῶς lazioy τ 9 5 GLI συλ ed 
| i URI Ja L para i dl bl 


“ον ly Og >V la 35 π * A_p. 58. 


γ᾽) ipo de Tail Li pg GUY ὦ to Ly ULI αν pal LI 
resero καλοὶ 25 sl rd] 3 Sila 3 yy Se dl \ ya σον! dl 4 


et 30 coudées de hauteur. Les colonnes portent des aqueducs en marbre blanc 
pour les eaux de la mer, où passent les flottes des commergants : celles-ci vien- 
nent de tous les pays et arrivent jusqu’aux bazars. Il y a aussi 1.270 bains. 
Chaque samedi, à la neuvième heure du jour, les bazars sont fermés et l'on cesse 
toute vente et tout achat. Les gens affluent dans les églises, la veille, et le jour 
du dimanche pour communier, et l’on n’ouvre les bazars que le lundì matin. 
En cette ville, le roi a une salle du tròne pour entendre les plaintes et rendre 
la justice. Elle a 120 mesures (djarib) de large; les murs et le plafond sont 
recouverts de plaques d’or; elle a 72 paires de portes en or, 600 portes d’ai- 
rain, de cuivre et de fer. A Rome se trouve aussi l’église des saints apòtres 
Pierre et Paul, qui a 300 coudées de longueur, 50 coudées de largeur et de 
hauteur. On rapporte tant de merveilles sur cette ville qu'il serait trop long 
de les raconter dans ce livre. 


XXI. — * Du Chronicon ET DE L’HISTOIRE DE SA COMPOSITION '. * Ap. 58. 


Quand les trois cent dix-huit Pères se réunirent pour définir la foi et pour 
établir les dogmes sur lesquels ils étaient tombés d’accord, et qu’ils en écrivi- 
rent à tous les pays, ils tournèrent leur regards sur les variations des Juifs 


1, Cette histoire est développée dans le ms. syriaque de Paris, n° 13, fol. 188. On y 
trouve ensuite la manière d’exprimer tous les nombres en syriaque et un petit traité de 
comput. 3 


286. | HISTOIRE NESTORIENNE. [76] 
Li ghe e aa flo pl puri di gii palesi ὦ ria pat 
CL LS gg io da ally railla pgillly σον! Gm ce Ggh, 
ya yo ταν tdi 0 ll dpi Salce dei IV de 
“πὸ dl ll οἷ, Ul ὧδ ri Vin rl Clo FI zia Ὁ,» Ki 
ina ol vl ced Li a ὁ δὴ priclio elco dll ij i ὡς 
I ad ali il dit >VI La "τοὶ 659 σον sley 
dal ὦ» pari dl Yo dardi dll ion ξυροῦ dl osato Y Καὶ 38 ὦ 

Val Lady eni 


Lily πα μὲ α ga LS; IT 
i Lugo ii ὁ μὰ 59 dal i ca alt 4 Vi da ὁ ὦ 


o φρο «αἱ ail oe ἀν) «sl ced dA ol ESITO sly ml δ» 
lol agi deg gita dillo Ul lcd 


dans les renseignements qu’ils donnaient aux Chrétiens pour l’époque des 
fétes, du Caréme et de la Paque. Les Pères demandèrent ἃ Eusèbe de 
Césarée de dresser un calendrier qui leur permît de connaître les jours des 
fétes, les jeùnes et la Paque. Il s'isola donc dans une île pendant trois ans. 
Les Pères ne cessaient de prier Jésus-Christ de lui inspirer le bien et le vrai. 
Eusèbe, de son cété, jeaùnant tous les jours, faisant travailler son intelligence, 
priant toutes les nuits, demandait ἃ Dieu de l’éclairer. Dieu exauga leurs 
prières : il inspira ἃ Eusèbe tout ce qu'il était nécessaire de connaître ἃ ce 
sujet. Eusèbe revint et remit aux Pères le comput du Chronicon qui est en- 
core entre les mains des Chrétiens, et jusqu'au dernier jour, ils n'auront plus 
besoin ni des Juifs, ni des astrologues, ni des mathématiciens. 


XXII. — De 1a Paque ΕἸ La RésurrECcTION. 


Après cela‘, une discussion s’éleva entre l’évéque d’Asie? et Victor’, 
évéque de Rome, sur le jour de Paàques et sur la date où il tombait. Tous 
les évéques furent d’avis que la Paque devait étre célébrée le quatorzième 
jour du mois lunaire, quel que fùt ce jour. Victor dit qu'il fallait célébrer la 


1. La controverse pascale dont parle ici l'auteur est antérieure au concile de Nicée. Cl. 
HérfLà, Histoire des Conciles, 1, p. 302 et 306 sqq. — 2. C'était Polycrate d’Ephèse. Mais 
ce contemporain du pape Victor paraît avoir été confondu par l’auteur avec saint Poly- 
carpe de Smyrne (169), nommé quelques lignes plus bas. —3. Victor, pape de 185 ἃ 197. 


[77] ΧΧΙΠ. — HISTOIRE DE SAPOR, FILS D’HORMIZD. 287 
ig lai gag Hd GE rg Je dg ly al gd 
rl τῷ DL ll κῶν Τὴ DS dg Lil ὦ» ie casi 
Sl ey ly LI gigli gole ge Lù ci gl Gil pi 
ει i Jbl sia Je sull Lib diglan Y gii cu dt gh iis 
Vi Je eric 
tall lia Jac ΟἹ ὧν uz ὦ οἷ ili cu GLI ae οἱ Kos 


sl Ogni σῶν Dil cis dl pie egli ἴων ὦ ρει, αὐ Jatill bili 
“95 γὼ Gli ὦν Hel cai e Mi caglio cati at dI ul 


LtSyI si sid PA di vgl > IT 


fin du jeùne et la Paque le dimanche, car ce fut le jour οὐ Dieu commenca la 
création du monde, où Notre-Seigneur ressuscita d’entre les morts, οὐ aura 
lieu la résurrection, et où réapparaîtra le Christ ἃ son second avènement. 
Polycarpe (?), patriarche, leur écrivit qu'il avait recu cette doctrine des deux 
luminaires enterrés en Asie, ἃ savoir Jean l’Evangéliste et Philippe. Les 
évéques de Jérusalem ne célébraient pas la Paàque selon cette règle, mais 
ils sy conformèrent tous dans la suite. 

On dit que l’un des évéques de Jérusalem changea l’eau en huile. Voici 
comment : il célébrait cette féte : on remplit d’eau les lampes et on les pré- 
para, car l’huile se faisait attendre et cependant le temps de la prière arrivait 
et les fidèles étaient assemblés. L’évéque dit alors aux diacres d'allumer les 
lampes : elles s'allumèrent et durèrent pendant tout l’office sans s’éteindre. 


XXIII. — Hisrorre ΡῈ Sapor, Fils p'HorMizD, CONNU sous LE NOM 
ΡῈ DHOUL-AKTAF!. 


A sa mort, Hormizd ne laissait pas d’enfant male. Mais sa femme était 
enceinte. Les mages déposèrent le diadème sur le sein de cette femme, sans 
savoir de qui elle accoucherait. Elle enfanta un garcon qui fut appelé Sapor. 
On le nomma roi la cinquième année du règne de Constantin. Les docteurs 


1, « L'homme aux épaules ». Cf. NogLDEKE, Geschichte, p. 52. — Ce prince est Sa- 
por II, fils posthume d’Hormizd II. Il régna de 310 ἃ 380. 


288 HISTOIRE NESTORIENNE. [78] 
CM ail ghi 9. lia zi dall μον ce ὦ il I E Ud 
ως XK αὶ ἄνα, ἐξὸν lu Cles Molo db i ite tra a ὦ 
Sha cre ELI A 4 cli ua ppi a a To gota (Gi 

55) ξ.5 A sec lalay lpuias GlsaYb did io dr ὁ: κα 
{ LU gg ὦ tal sly lia Lig dip ὦ i eee 

ioball LI gd lily Al cid Lal dall ll μας GW SU 
| pad io cpliled οὐ i day pull pray gola das KU citi 
TA pro Sl Gli gt il Ioia olio la di gay οτος 


| spal Ci gii gas ὦ (IL cpl ge Δ᾽ Lili gigil Sl σῶν de ὦ 
Ss peli dda CU ἐσ DU Li pil A a TS il dci 
ν᾽ dee gd lol chi pila DU pel ὦ Gil A ge sel 
; ipa clave. 


de l’Eglise le disent et ils ajoutent que Sapor commenga ἃ régner ἃ l’age de 
| quinze ans. C’était un prince fier et courageux; il adorait les astres, les con- 
; sultait et avait confiance en eux; il détestait les Chrétiens, mais ne pouvait 
leur nuire ἃ cause de Constantin. En la dixième année de son règne, il imita 
ses prédécesseurs et se mit à construire des villes. Il en éleva une dans la 
Susiane (A/-Ahwéaz), l’entoura de fortifications et l’appela... C'est Karka de 
| Lédan'. Quand il eut réduit les Grecs en captivité, il les y établit. Mainte- 
nant, elle est en ruines. Les habitants en ont été transportés ἃ Suse?, A la 


| mort de l'empereur Constantin, le maudit Sapor ne dissimula plus ses mau- 
vaises dispositions. Dans la trente et unième année de son règne, tandis que 
o les enfants de Constantin étaient encore tout jeunes, il attaqua les Chrétiens, 


détruisit les églises, et se dirigea vers Nisibe. Mais il revint vaineu et dégu, 
Dieu délivra les habitants de Nisibe par les prières de leur évéque saint Jac- 
*Ap.5#. ques, par celles du prétre * bienheureux qui lui succéda et par celles du 
vertueux Ephrem. Dieu suscita contre Sapor un empereur encore plus eruel 
que lui; c' était Julien®, empereur des Romains, qui le mit en déroute et 
détruisit beaucoup de villes de la Perse. Julien mort, Jovien lui suecéda ἡ. 
Sapor fit cesser la persécution et permit de construire des églises. Après la 


1, ΟἿ. NogLpeke, Geschichte, p. 57-58. AlL-Ahwàz est le nom de la province où fut 
batie Erànchurra-Sàpòr ou Karka. Il y a ici un blanc dans le texte. — 2. De là vient 
peut-étre qu'on confondit Karka et Suse. Cf. Horrmanx, Auszige, p. 87. — 3. Julien 
l’Apostat, empereur de 361-363, — 4. Jovien, empereur de 363 ἃ 364, 


Digitized by Google 


“πὰ sushi 


[79] XXIV. — MORT DE Π{ἘΜΡΕΒΕΌΝ CONSTANTIN. 289 
Ils la $iy Αἵ dpi cgil ic Gli > cile il Uol 
cel οἱ EL ai ge SUE pei ἃς ci Lo δ.» ὦ 
Di τρρο de "dg ὥ; «( du ἰῷ ΣΟῪ οἱ ὧ» USI pò A O 


vor I 
ca) di pi li i ui re 


pel Hg Lit creo! daso li pelo ceo SUI cpl ig ciò LI 

ou Gelli I sil CUI, USI sia ce > dla SH οἱ 
dgngi TAG ii aa gag ΑἹ Tola toy dig ὦ Dig «ἢ χὰ οἱ 
Lal BI LI Ji 919 Met σας Ν᾽ cl UTL Si Ὁ ὦ 9 dig dle 
OM Icy ἐν! τοῖς d ὁ γα Glu Je daga YU: penali οὐ ἡ 


mort de Jovien, Sapor recommenga. Marouta, évéque de Maiphercat', et Akhi, 
le patriarche, écrivirent le martyrologe de ceux qui souffrirent le martyre au 
temps de Sapor. Daniel, fils de Marie, fit de méme dans son histoire ecclé- 
siastique ?. Les prétres des idoles avaient dit ἃ Sapor, de la part de leur dieu, 
que s'il exterminait les Chrétiens, il ne mourrait pas. L’insensé le crut et 
continua à rechercher les Chrétiens et à les tuer. 

A la mort de Constantin, son empire fut partagé entre ses enfants : son 
règne avait été de trente-trois ans; il était Agé de soixante-cinq ans *. 


XXIV. — Morr pe L’EMPEREUR CONSTANTIN, Que DIEU RENDE SON AME 
BIENHEUREUSE 


Quand la mort de Constantin fut proche, Eusèbe, patriarche de Rome, réu- 
nit quarante évéques* et leur dit : « Le pieux Constantin quittera bientòt cette 
terre, et c'est Julien, ce tyran, ce débauché, qui régnera après lui. Allons voir 
Constantin pour recevoir sa bénédiction et son testament. » Ils vinrent chez 
lui et le trouvèrent ἃ l’agonie : ils se mirent ἃ pleurer, en disant : « Malheur 
ἃ nous, après vous, ὁ famille de Constantin, quand nous serons dispersés! 
Malheur à nous, quand nous verrons les Chrétiens faiblir dans les tourments et 

1, Maiphercat ou Martyropolis. — 2. Sic Gismondi, Maris, Amriet Slibae, De Patriar- 


chis..., p. 15. — 3. Constantin régna trente et un ans (306-337) et vécut soixante-trois 
ans. — 4. Le pape Eusèbe était mort en 310. Peut-étre faut-il lire Eusèbe de Nicomédie. 


200 HISTOIRE NESTORIENNE. 
pa da iz ig de i > i ΑΝ θοῦ à ὦ κεὰ οἱ, 
I LI gl ili pià at cal Ji e cpl ἀρ 
Al pleYi alii ὦ il uil Ji e 3 Lili dc il 
42 Lul Lul A gola LUI λα. οἰ. di ὦ» Yy Palles CUI eb 
GY alal fo I «4.9 Ὁ Ul «ug E d Us Jsp, δ“ SI da 
SUI ell dd ὼ ssa Y Gilli did spa puo ὁ κα τῶ 
i LA DÀ bu ll A Lia panas SUL db de Yd J& 
pis desi Soli ΚΟ dro pigli di μεθ! USI pal ὦ pig Gil 
AM i e Ue gi dl Jey cia ill de pelli bos 


1. Ms. eso. — 2. Path, ble. — 3. pull dl. 


tomber dans le paganisme et les ceuvres du démon! » Constantin comprenait 
ce que disaient les évéques, Dieu lui donna la force d'ouvrir les yeux et de 
dire : « Faites-moi asseoir »; puis, tendant la main, il leur prit les mains et 
les baisa : « Vous m'avez nourri, comme un enfant, du lait des divines Écri- 
tures, leur dit-il. ἢ] ne faut pas craindre celui qui tue le corps, mais celui qui tue 
et lame et le corps'. Gardez les brebis dont vous stes les pasteurs : vous en 
rendrez compte; craignez le grand jour de la résurrection et ne fléchissez 
ni devant le diadème du roi, ni devant sa colère, ni devant son épée et ses 
chatiments. Ce loup altéré de sang n’aura qu'une courte existence, après quoi 
il passera et périra sur une terre étrangère. Quant ἃ vous, vous serez bien- 
heureux au dernier jour, car vous aurez souffert pour le Christ! Vous, ὃ pa- 
triarche, vous soutiendrez trois luttes contre lui, et vous le vainerez dans tous 
ces combats avec l’aide du Christ. Pour moi, je ne sais ce que je deviendrai 
dans l’autre vie*! » Le Patriarche lui répondit : « Ne vous aflligez pas; car 
votre foi et le baptéme que vous avez recu vous feront entrer dans le royaume 
des cieux. » Puis, Constantin ordonna qu'on leur servit ἃ manger. Ils lui obéi- 
rent et mangèrent. Le matin du dimanche où les Grecs cessent de manger de 
la viande avant le carème, Eusébe monta en chaire et recommanda la persé- 
vérance au milieu de la corruption générale et de la désolation qui accablait 


1. Cf. Matth., x, 28, — 2. Ce fragment a été tiré de la Vie du pape Eusèbe. Cf. 
Bepsan, Acta mart. et sanct., VI, p. 218-297. S. 


Digitized by Google 


181] XXIV. — MORT DE L'EMPEREUR CONSTANTIN. 201 


Nes de dl il a ud pg Ni i pal del Sb YI ὥρια des 
Sil ds Gg tai ll ad dll a Ig e ii οἱ 
lo peli τὰ ὦ, ἀκ pl ch e Jr pe dl 
dal do GU; uns ὁ οὐδ dI L di ell ce gol dij ἀρ. 

Jil pl spit dI fede DA pelli μῶν» dsl gd 
ci dtt A li γα cs glio a rio Th οἱ GY, 
DI Lai dal ce delli de day dis ig, lug LAI de οἱ καὶ n > 
SIM Φ Jo LS e di ὦ ἵ E AI 
c> Rare LU EA ey pl ed cs io 
Jeeg solai IM Lis pl οἱ pt gl io ὦ» LIU pl da LI 
ita Ὁ τ, τοῦ di δι οἱ ἀπ ld σι οὐ ὡς 


A dle ὁ diga d ὦ > lg da δὰ cy 


ix riali, 


l'Église de Dieu. Il prescrivit que personne ne mangerait de viande pendant 
cette semaine-là et que l’Eglise de Dieu revétirait le deuil ἃ cause de la fin 
du rèégne de Constantin. Cette règle fut observée dans toutes les églises 
salntes, tant en Occident qu'en Orient, jusqu'au jour οὐ une flèche tombée 
du ciel tua le maudit Julien. Jovien, chef de son armée, régna après lui, et 
l'on vit le diadème descendre du ciel. Les malheurs des Chrétiens eurent un 
terme. Alors, ceux d'Orient cessèrent d’observer cet usage, tandis que ceux 
d'Occident, les Grecs, continuèrent ἃ s'y conformer. Constantin recommanda 
au Patriarche et aux évéques d’ensevelir son corps avec les ossements de ses 
parents et de rentrer dans leurs villes épiscopales, car Julien prendrait de 
l’assurance en apprenant sa mort et commencerait par régner ἃ Rome. Quel- 
qu’un de l’assemblée, qui était d'Édesse (Ar-Rohd), ” lui demanda de bénir avant 
sa mort les habitants de cette ville. Constantin lui dit : « Bénirai-je la ville 
que son Dieu a bénie? » — « La bénédiction de Dieu, répondit l’autre, est le 
rempart d'Edesse, et votre bénédiction en sera l’avant-mur, » Il fit des voeux 
pour les habitants d'Edesse et rendit son me sainte. Quand ils l’eurent ense- 
veli avec ses parents, les Pères partirent le troisieme jour pour leurs villes 
épiscopales. Julien s'élanga alors comme un lion cruel, selon la prophétie de 
Constantin; il la dépassa méme par sa conduite. Que la colère de Dieu et sa 
malédietion, que les chàtiments qu'il mérite tombent sur lui! Nous raconte- 
rons son histoire en temps et lieu, si Dieu nous le permet. 
PATR. OR. — T. IV, . 20 


1 


sa A p. no. 


* Ap. 60. 


Digitized by κὰκ) 9 le 


292 ΗΙΘΤΟΙΒΕ NESTORIENNE. ra” 
«ly i ὁ» ge rsg Ugl du d dg ὑπ οἱ es 

LI Gli A Tila I deg iii e cy Li 
οἱ ὅσω» dl ἀῶ tile ὃ ἡ gio ΟἹ dig Klee 099 ab 
ei piatt de crrtalla GUI pad d 41,55. Dylan κυ ici 
sala die dl et ὦμος κα a uo 


creda ναῶν ὦ» ὅδ Al do ὦ» Τὸ 


Gi gi i go ao ὦ AA οὐ σαν 

ΟΝ e calo adi ast ον. i AN gio 
i ds pil ly dali pts e gesti e La 
ing LA Less ali Sl ili © gu dg il dt 5.» ὦ,5 


1, Pissazij. —2.? ghi. — 3.2 bai. 


On dit que Constantin mourut ἃ Nicomédie, ἃ l’Age de soixante-cinq ans, 
que sa mort eut lieu le jour de la Pentecòte et que son corps fut transporté ἃ 
Constantinople, ville qu'il avait fondée en l’an 31 de son règne '. On dit aussi 
qu'il fut d'’abord enterré ἃ Nicomédie et que son fils Constance (Youstdtis) le 
transféra ἃ Constantinople. Les Grecs fétent sa mémoire le 22 mai. Hélène, 
sa mère, mourut après lui, ἃ l’Age de quatre-vingt- -dix ans : elle fut ensevelie 
dans l’église des Apòtres, construite par son fils ἃ Constantinople. 


XXV. — Les Hommes EMINENTS ET LES SAINTS, CONTEMPORAINS DE Papas. 


Ce furent Athanase, évéque d’Alexandrie; Eusèbe, évéque d’Emèse; Mi- 
lès ar-Razi, évéque de Suse; Macaire (Magtarbous) le moine, dans le désert 
d’Egypte; Mar Eugène le copte, abbé du couvent d’Izala; Aphraate le méde- 
cin persan; Sergius et Bacchus, les deux martyrs tués par Maximin et dont 
l’histoire a déjà été racontée*. David, évéque de Bassora, après avoir quitte 
son sièége épiscopal, partit pour l’Inde. Il précha (la religion) aux habitants 


1. Constantin commenca ἃ faire construire ἃ Byzance en 326 et fit la consécratiou 
officielle de Constantinople en 330, vingt-quatrième année de son règne. — 2. Cf. supra, 
p. 253-255. 


[83] XXV. — LES HOMMES EMINENTS FT LES SAINTS. 293 


ΤΙ 
Dlually cal uo gr ὡς ἰῷ ivi DAY db, pali Ci rss gel κα 


Shi d YI Na cls 99 Pep ον» del ii ὁ ge pal ses 


μα eil ole 55 Π 


DL re ὁ gig Sraely ci dle pag i ce dala ci ὦ» de 
Olga cia ὦ ὦ» με elly cri asgl a i Du δ die 


i. «5 ab! got 1868} sia LI, οὐ go ei. e LI Sb LS la. — 
2. ads * pera Ms. duel, 


de ce pays et en convertit beaucoup. Grégoire le Thaumaturge, évéque du 
Pont' et disciple d’Origène (Ourighanis) le sage, vivait sous le règne de 
Sévère (Saourous), empereur des Romains. L’évéque Alexandre, ayant vu 
Grégoire * jouer avec des enfants qui l’avaient fait évéque, avait prophétisé 
qu’il arriverait ἃ cette dignité. Grégoire combattit l’hérésie arienne et, ἃ 
cause de cela, fut exilé avec Eustathe (Youstathis), 6véque d’Antioche. Il 
fut rappelé de l’exil, puis de nouveau exilé. Ses ennemis l'accusèrent de 
fornication, mais Dieu les confondit par la bouche d'un prétre nommé (Ti- 
mothée) qui dévoila?... leur corruption et de leur mensonge. Et ce saint 
Père mourut dans sa ville épiscopale. 


XXVI. — Histoire DE sAINT EPHREM LE DOCTEUR. 


Son père était de Nisibe (Nasibin) et sa mère d’Amid. Ephrem se convertit 
ἃ la religion chrétienne, recut le baptéme et, jusqu'à l’Age de dix-huit ans, 
habita une ville appelée ‘ArbiA*. Il vint ἃ Nisibe où il fut ordonné diacre 
par l’évéque Jacques. De là, il partit pour Amid où il séjourna pendant 


1. De Néocésarée dans le Pont. — 2. Le texte porte Grégoire, mais c’est une faute. A 
partir de cette note jusqu'à la fin du chapitre, les faits mentionnés par l’auteur appar- 
tiennent ἃ la vie d’Athanase. Cf. supra, p. 245-252. — 3. Il manque ici un mot dans le 
ms. Quant au mot gb il faut sans doute le traduire « et il dévoila, manifesta ». Peut- 
on le regarder sone le nom propre Wdbdn, qui aurait été donné au prétre défenseur 
d’Athanase? (Cf. supra, p. 249-250). — 4. D’après l’une de ses biographies, ses parents 
habitaient Nisibe. Cf, Assémani, Bibl. or., I, 26. 


* A p. 61. 


* A p. 61. 


294 HISTOIRE NESTORIENNE. | [84] 
ie USV ae deg Ὁ οἱ gi a δ. ὦ A ἀρο 
Ai de 44 dla cigni ὦ gi Je cis ali Sag ὦ ὧδ «I 
A e ia κυ I gel E gl θεὸ ha ig cli 
Id i ci ὦ Ly e i Abb VV HILL O 
cet ale cp ἘΝ οὐ 9] dd ἢ γος ea Upg 
agli do d pet ale δὴν pps μα ce AUT αὶ ΟἹ cales pla ὁ» coni 
el ii io oli ὁ Dl ρ dg pre gl gin Li les iu 
Dal ded pol e isp e creda ol i oli 
ipo οὐ agi A li pol gl ον. dl ali iz ὦ n 
«65 KI Sag la ὁ» DL > 8,5 > Sucs pal Jaly Sila aly 
II duo e è AIUSHI 4 aa cre do ὧν oglaillo ble cr ΟἹ ld 
Satiri ga. ba sid ὁ» corta dl Ὁ 25. ze 


quelque temps; il se rendit ensuite à Edesse (Ar-Rohd). Parmi les faits 
curieux de sa vie, on cite le suivant qu'il a lui-méme raconté : « Quand je 
vins ἃ Édesse, dit-il, je m’arrétai sur les bords du fleuve appelé Daisan qui 
contourne la ville. Là, je vis des femmes lavant leurs vétements. Une de 
ces femmes m'’ayant regardé d’un ceil pervers, je la réprimandai en lui 
disant : Porte ton regard vers la terre et non pas vers moi. Mais elle me 
répliqua sur-le-champ : C'est toi qui dois regarder vers la terre, puisque 
tu as été créé de la terre; quant à moi, c’est toi que je dois regarder, puis- 
que j'ai été prise de ton còté. Je fus émerveillé de sa réponse et je compris 
qu'il y avait, dans la ville, des gens instruits et intelligents. » Saint Éphrem 
demeura pendant quelque temps dans la montagne d’Edesse et il instruisit 
quantité de personnes. Il partit ensuite pour l’Egypte où il demeura pendant 
huit ans pour combattre l’hérésie arienne. De là, 1] vint ἃ Césarége où il ren- 
contra saint Basile le Grand, évéque de cette ville. Il supplia saint Basile 
de prier le Messie pour qu'il lui accordat (la connaissance de) la langue 
grecque, et sa demande fut exaucée. Saint Ephrem continua ensuite sa 
route jusqu'à Edesse. Il combattit l’hérésie arienne, l'hérésie de Bardesane 
(Ad-Daisaniyah) et les autres hérétiques. Il fit un grand nombre de discours 
et, quand il mourut, 11 fut enterré ἃ Édesse. Les Melchites font sa commé- 
moration * le premier jour du mois de février. Les Nestoriens sont au nombre 
de ceux qui la font pendant la semaine consacrée aux Pères syriens. Que 
Dieu se souvienne de nous, gràce ἃ leurs prières! — Au nombre des élèves 


[85] XXVI. — HISTOIRE DE SAINT ÉPHREM LE DOCTEUR. 295 
las ἽΚΕ L de Gs ciù poi sl peo o οὶ ον ua» ὡ ι..39 et 
Hi pill Me 4 Salvi doll dn di Og pd 
Lia ol das il li ile Jpill I HI SLY Lia ca dp lt 
ὁ $i il lio i il pra sip οἷς aa 04259 OLI LEI 
Me gle οἰ μν aleVi d iS ciolbe petali cali AE pet pilu 
ASSISI 4 i li ld Vi al > bye le ΚΘ gle 
DI io LI ab gli Lett ὦ A crei 4 dpi agli ὁ 

al ὦ Al LUI cul Je asi 


de Saint Ephrem, il y avait le diacre Zénobius (Didnos?), AbA, Isaac, Asa- 
rià (?) et Julien Saba. On raconte dans certaines histoires que Julien était le 
maître de saint Ephrem; et d’après Costa, fils de Luc, Julien mourut au Mont 
Sinai (Tour Sind). Parmi les ouvrages célèbres de saint Éphrem on remarque : 
un Commentatre de l’Ancien Testament, un Commentaire des Psaumes de David; 
un Commentatre de l’Evangile appelé Diatessaron, lequel est formé du mélange 
des quatre ‘Evangiles et avait 6t6 composé par le grec Tatien. Diatessaron 
est un mot grec qui signifie quadruple, c’est-à-dire formé des quatre 
Evangiles. En expliquant ce livre, saint Éphrem voulut éviter la répétition des 
chapitres; et c’était aussi le projet de celui qui l’avait composé ‘. Saint 
Ephrem composa aussi sur l’Église vingt-deux poèmes* suivant l’ordre des 
lettres de l’alphabet grec; plusieurs livres contenant des poèmes contre les 
hérétiques; plusieurs ® sur les fétes et sur les morts : poèmes des morts, 
poèmes des martyrs, poèmes de supplication*, et tous les poèmes qu’on 
récite dans l’Eglise. Il composa une messe dont se servent encore les Mel- 
chites. Les Nestoriens célébraient aussi cette messe ἃ Nisibe jusqu’aux jours 
du métropolite Jésuyab (Yaschou'‘yab)* qui, lorsqu'il régla les prières, choisit 
trois messes et prohiba les autres. 


1. Cf. Rubens Duval, Littérature syriaque, 3° éd., p. 37-38. — 2. tiaotso « poèmes 
longs ». S. — 3. jajso « poèmes courts ». S. — 4. μολ5 « demande »; ce mot se dit de toute 
prière par laquelle nous demandons ἃ Dieu la rémission des péchéssou l’éloignement d’un 
péril. 5. — 5. Jésuyab IH monta sur le siège de Séleucie-Ctésiphon en 651 et mourut 


en 660. 8. 


- 


κι Μὰ 


HISTOIRE NESTORIENNE. 


Dai dal 65 ciali cal ca 136 pis radi dal ca galli οὐ lia 

albi LU Farai o 43 fer al ἘΞ «de lav! 8539 «CUI LL 
pali cass «| ΟΝ cam ds ie οἱ. cir du ed ὧν» gg lp 
Sy Ergal Mi dgr lil ey il i cs gita Gb ο» 
Lil CUS SU i Yi dl γα! GU UG LU; lla Li bb pil 
all Ye aglal μὰ. ὁ dl Jie τοί} de da dla dla VI dI 
<> Sl cpl io riali οὐ Gygut gl Fb Ac ὑπῦθ $ 2.599 e 
di Cra dei dI eli dadi 4 Cily uc Gab dt dl > la 
Loi gie plineli dd oil Grgali LV qual Gb gg ὦ al 


XXVII. — Hisrome pe Mar Siméon Barsanpaé ' LE MARTYR, 
ET LE NEUVIEME DES MÉTROPOLITES, 


Ce saint Père était de Suse. D'autres disent qu'il était de Séleucie- 
Ctésiphon (Al-Madain). Ses parents étaient teinturiers du roi, Il fut choisi 
pour que le signe du Christ apparàt en lui. Il était archidiacre du métropolite 
Papas et il gérait ses affaires depuis le jour où sa main droite avait été 
atteinte de paralysie. On raconte que le métropolite Papas avant eu une contes- 
tation avec ses évéques et ses ouailles, ceux-ci prirent Siméon (Schim'own) 
de force et le sacrèrent métropolite, tandis qu'il était encore archidiacre de 
Papas. Alors Papas dit à Siméon : « Le Christ ne te pardonnera ton con- 
sentement ἃ ce qui a été fait, que si tu verses ton sang et souffres le martyre. » 
Siméon s'excusa en disant que cela avait été fait sans son libre consentement. 
Les Grecs écrivirent ensuite ἃ Papas au sujet de Siméon : ils priaient le 
métropolite de lui pardonner, lui disant qu'il était innocent et qu'il serait 
auprès de lui son serviteur et son vicaire. Papas y consentit et décida que 
Siméon serait métropolite après lui. A la mort de Papas, les Pères se réunirent 
ἃ Séleucie-Ctésiphon et le sacrèrent*. 

Mais Satan, l'ennemi du Dieu des miséricordes, envia la sécurité, la paix 


L. μ5) 45 « fils des teinturiers ». CÎ. Sozomine, /ist. ecel., II, rx et x; ASSÉMANI, Acta 
sanctorum martyrum, I, p. 15-40; Bepsan, Acta martyrum et sanctorum, Il, p. 128- 
208; Gismonpi, Maris, Amri et Slibae..., p. 9-14; Ban Hépnaeus, Chron. ecel., Il, 33- 
35. — 2. En l'an 316. 5. 


Digitized by Google 


(87) XXVII. — HISTOIRE DE MAR SIMÉON BARSABBAÈ. 297 


ὁ el dol Ag gle LU EJ ὦ» dl ug ul all gl de ge 
sli lil ὁ κι ge doti id IU Θρ LS ὅκα ge IU » τ 
SUI cile gilde καὶ cplaili dl ὦ i cai LS yuli valo 4 
Sg lo ων cis ὦ ον  cplail WI μὰς dig cal 
Clailand προ AS pad 64 lati degli cp dg pel cei ων! 
2g plui dle il Lai lle οὐκ lho des pal «sly id 
de ENI μοὶ ὁ “Ὁ i i a e lia i ὦ» ale 
Ka ὁ cielo LV 
13 ,e ὦ QUA Ugl sog ate cit dit ς κω vel dI, 
25 dslo di οὐ alal o dat οἱ 414 ὧν gota de + 
Lagl ὁϊό9 to A Es CUI τ]. Fuel di gal plichi il all ὦ» ὦ 


et la tranquillité de la chrétienté et de l’EÉglise du Christ. Il se dit en lui- 
méme : Je vais exciter Sapor ἃ persécuter Siméon, comme j'ai excité Néron 
(Naroun) ἃ persécuter Simon-Pierre (Schim‘oun as-Safà); je vais pousser contre 
lui les chefs puissants de la Perse comme je les ai poussés contre d'autres. 
A la mort de Constantin', dans la trente et unième année du règne de Sapor, 
— Constantin avait régné pendant trente-trois ans*, il avait honoré et glorifié 
la foi, et brisé les idoles, — Sapor fit ses préparatifs et vint attaquer Nisibe. 
Constance (Qostantin), que les Romains avaient surnommé Constantin le Jeune * 
(Qostantin as-Saghir), lui résista, lui fit la guerre et le vainquit, gràce aux prières 
de saint Jacques, évéque de cette ville. Dieu envoya alors sur lui une nuége 
noire et des pierres du haut du ciel : il se retira vaincu et honteux; mais, 
semblable aux vipères, il vomit son poison sur les Pères et les fidèles qui 
étalent dans son royaume. 

Sapor aimait beaucoup le métropolite Siméon; mais les Juifs, amis de 
Satan, connaissant ses mauvaises dispositions ἃ l’égard des Chrétiens, le 
trompèrent en lui disant que Siméon, le chef de ces derniers, avait converti 
les princes des mages * à la religion chrétienne, et que, chose beaucoup 
plus grave, il avait baptisé et converti à sa propre religion la mère du roi. 
Le père de cette princesse était juif. Le Christ laissa ses brebis aux mains 
des ennemis, non par faiblesse ni en pure perte, mais pour leur utilité et leur 


1. Le 22 mai 337. S. — 2. Constantin régna 32 ans. S. — 3. L'auteur confond Cons- 
tance II qui régna de 337 ἃ 361 avec Constantin II, dit le Jeune, empereur de 337 ἃ 340. 
Il s'agit ici de Constance II. 


*#Ap.62 


* A p. 62. 


298 HISTOIRE NESTORIENNE. [88᾽ 
τσ. μυῶν N Yy Gra Ὑ πλογ do αὶ dell pali μαι» Cogne 
dg ge dl cy iii A 55 Li Aldi dii dea ὦ» rss ele 
dre dl Je ὦ Gi ly GI liog GUY d gdiibel dg > 
dl e Dia va a dt, uil, bll gs Je I 
arl pelo τας ὦ ὁ» dalai i ὧδ» pis ste) 
ὯΙ d doll μ Jbl: de > LS calli κω Lui ii at gt ia 
a oe Sig il ὦ li plc gu e gu i οἱ 
cre dI di δ» κ αὶ Cale day aa GI GIU pal il sig 
als Ul ie al A egli po GIA de E p Cit ali 
3] ὦ» e rie prio Sg ISU Lies prata Sani SI ppi 
ὦ» leali Ti GUI AHI gel Lalli Ju dh οὐ, i ὅλ iu gola 
si Y εἰ το i ἧς cpl dI SMS e el agi Vf 


sanctification, pour les tirer du sommeil de la négligence et du relàchement 
qui conduit au mal. 

Dieu (qu’il est puissant et grand!) répandit au loin la renommée du mé- 
tropolite Siméon; il fit connaître sa douceur et sa charité envers les indi- 
gents, ἃ qui il distribuait toute la fortune que ses parents lui avaient laissée. 
Les religieuses assistaient à la prière avec les hommes durant les nuits 
des grandes fétes : il le leur défendit. Il exigea des diacres et des prétres 
l'accomplissement de tous leurs devoirs; et il réglementa plusieurs autres 
points dans l’Eglise. 

C'est alors que le loup pelé, Sapor le maudit, commenca son .ceuvre, 
selon la sentence du prophète Daniel, le plus jeune des prophètes, qui a dit 
que le roi de Perse ressemble au lion dévorant‘'. Ezéchiel le compare è 
l’algle et aux bétes carnassières?. Les docteurs ont tous appliqué cette 
prophétie ἃ Nabuchodonosor (Bokhtanasar). Ici, elle s'est réalisée en - Sapor, 
qui était, dit-on, de sa race et de sa descendance. C'est pourquoi, il ne 
se lassait point de répandre le sang des fidèles. Dieu voulait ainsi éprouver 
les hommes et enraciner leur foi dans le Seigneur. Il négligea son pacte avec 
eux, éloigna d’eux les anges chargés de les garder. Les souffrances des Chri- 
tiens durèrent quarante ans. Sapor agissalt comme un boucher au coeur dur 
qui commence par les plus grasses des brebis et qui égorge ensuite le trou- 
peau tout entier. Ainsi ce maudit commenca par les chefs et par les prétres, 


1. Cf. Daniel, vi, 4 sqq. — 2. Cf. Ezéchiel, xvi, 3, 7. 


[809] XXVII. — HISTOIRE DE MAR SIMÉON BARSABBAE. 299 


pila pdl οὐκ δῶν ea Gand et κοῦ gle di ὁ» al ge 
dit dali hl io lei gs deb ius pill ans 
es coali ELLI Lal, ca ul aa des dia Giu dll RAI OS 
dii gite ht) pill di erge 
deg ts pal ul olii Ji de gi UT Je cli dl ip ge 
Σοῦ gl lt ly Lc Gb εξ 
Gelli cralli Lily pie ce cri pi gola Je lag a Kll ed 
da Sl I Ipo gl gola ge del di You; die Ul, avi 
o pil Li iù goti Usd I ala JI ὧδ, SS vii pala 
CUI dell lo pas elia ULI paris pronte ὁ κε golali d ὦ 
dol ai nl δὰ et Pea 5 Lalli κα ell Sol ads 
sluly alslzt$ del "ῶο, Lis ὥστ. doll is deo UL ses 


1, Ms. deci. 


et puis n’épargna personne. Il les faisait mourir de diverses manières : les 
uns en prison et au cachot; les autres par la faim et la soif; ceux-ci par les 
coups; ceux-là sur la croix; d’autres enfin par l'épée. Ce roi maudit ordonna 
d’ouvrir le ventre des femmes enceintes, d’en sortir l’enfant, de le partager 
en deux et de le crucifier avec sa mère, pour les contempler tous deux, Il 
défendit d’ensevelir ceux qu'on tuait : ils devaient étre erucifiés pour étre 
brùlés par le soleil et mangés par les oiseaux. Ainsi fut accomplie sur les 
croyants la prophétie méme qui avait été faite pour la famille des Macchabées, 
quand ils furent tués par Antiochus l’impie : I{ a donné awe aigles du ciel leurs 
cadavres pour nourriture, et la chair de ses justes aux lions de la terre. 

Aux environs de Nisibe, la persécution contre les Chrétiens dura six ans. 
Le maudit jura par le soleil, son dieu, et par le feu, son eréateur, selon lui, 
de verser le sang des Chrétiens jusqu'à ce qu'ils eussent adoré ses dieux ou 
qu'ils fussent exterminés; et il envoya des ordres en conséquence dans tout 
le pays. Or les amis de Satan lui dirent : « Les ordres du roi contre les 
Chrétiens demeureront inutiles tant que Siméon les encouragera et les 
aldera de son argent et de ses ressources, tant qu'il leur commandera de ne 
point obéir au roi et leur promettra en héritage les délices de la vie 
future. » Ayant entendu prononcer le nom de Siméon, Sapor ordonna de le 
faire comparaître en sa présence. Quand on se saisit de sa personne, il y 
avait chez lui cent hommes, des métropolitains, des évéques, des prétres et 


1. Ps. ταχύ, 2; I Macchab., vir. 16-17. 


ΠΥ T 
Digitized by 4009 le 


μια... 


FA p. 68, 


* Ap. 65. 


300 HISTOIRE NESTORIENNE. [90] 
sleale dl Je dll νὼ καὶ αν ὅς i tai 
A Jp da Οἱ» screzi gle SIELII ciolias μον d gigia gia 
Cl νυ ora dl dual dl ὁ ὦ τ pub ge cli 
Gy Tila i Gelli ὑόν ΑΝ e lpliioy ill 209 dl di οἱ 
CULI Gluy ste e ly ll lid agnal ὁ, ὁ Tg ei 
sce Sl Ὑ «ἿἹ gig JIN all die api Ὁ μα) Wsaii cal coil 
dl Jc pelli ear lata A LI οἷ» 44 L di il «Ls 
Va pcli ων ὦ ὦ peg sola SUA μὸ A ὁ MI gog alli ὁ 
ils SUI ob ὦ Ly ca δέ pia asi ὁδῶν TU pas 
DL gi JI ell cali SII csi ὁ ον δὺς οὶ 


Lit sy SÙ. 


des diacres. On saisit aussi Gouschtazad (Koschtdzàd) et ses deux fils qui 
étalent moines'. 

Lorsque le métropolite Siméon arriva devant le roi, celui-ci lui ordonna 
d'imposer un tribut par téte aux moines vivant dans les monastères, de doubler 
l’impòt payé par les fidèles, et de porter au roi les contributions pour les 
marais de la contrée (?)?... Mais Siméon lui répondit : « Je π᾿ αἱ point été établi 
dans l’Église pour ètre percepteur, mais pour garder l’Église, paître les 
brebis et les arracher aux loups. » Cela se passait en l’an six cent cinquante 
d’Alexandre, en l'an deux cent quatre-vingt-dix après l’Ascension de Notre- 
Seigneur Jésus-Christ, et en l’an cent dix-sept du royaume des Perses*. La 
méme demande fut de nouveau adressée ἃ Siméon, Il répondit * comme la 
première fois, et il déclara qu'il n’avait point d’argent, que d'ailleurs il devait 
distribuer ce qu'il possédait, parce que c’était prescrit dans les livres de sa 
foi. Il disait tout cela avec douceur et ne cessait de faire des vaux pour le 
roi. Celui-ci ordonna de le faire comparaître ἃ la porte (de son palais) avec 
ses compagnons. On les fit venir, et ils étaient au nombre de cent trente. 
Siméon était au milieu d’eux comme la lune au milieu des étoiles. Quand 
Siméon fut arrivé ἃ la porte du roi, le gardien lui dit : « Qui es-tu done 
pour résister au roi et refuser de lui obéir? » Il répondit : « Ce n'est pas, 
malgré la rusticité *... quelqu'un qui veuille tenir téte ἃ l’un des paletreniers 


1. itaca, : Gouschtazad n’avait pas de fils. Cf. R. Duval, op, cir., p. 124. — 2. Lacune. 
— 3! Ces dates ne concordent pas entre elles et diffèrent dans les diverses formes de 
l'histoire de saint Siméon, Cet évèque souffrit le martyre en 341. —4. Il manque les pre- 
mières lettres d'un mot qui était probablement spal « de mon extérieur », 


Digitized by Google 


δὲ ι Seat 


[91] XXVII. — HISTOIRE DE MAR SIMÉON BARSABBAE. 301 
al gl ala i IU ole ce SL est cr 638 
das os) FR (5 οἵδ» e I sg dal il i I al 4 
rl a dlusi Li pais prete Gti Ji Spot lil gli ge 
Port ch prilal zi ἢ prata de γον prede È 
iu dj cd AI all cpr οὐ κεῖ big ri ὁ} slot ET 
lg gui SU dint fly alle tl dog I > Ie ie ὶ 
DI det ili lug agi ὦ» ito ib ale puis at Li Le οἰ" ὁ 
ὁπ} Ὁ ὁ» 4 Dione ὧΣ ASS ἡ iI e di dI ge 
GUAI ra DS ds ius Up dae ih ill gl αὶ dl 
Silly ALU sgaetly uatil folu Sb οἱ A etili dente es ul 
cai ag eil rr gl i Lady Lyla data Lidl, 
GA ὁπ χύ “ὩΣ δὶ» alitts$ cali odi dre ca Ὡς δον ci, 


1, ist sl sio ἊΣ SN Sy oh 2. Ms. pel. 


des montures du roi, mais ce qu'il me commande de faire est contraire è 
la loi de Dieu. » Il le fit alors garrotter avec des chaînes de fer et introduire 
seul chez le roi. Ceci se passait ἃ Karka de Lédan (Karkh Lédhan). Le roi 
fit subir aux fidèles toutes sortes de supplices; mais le Métropolite les 
encourageait, il leur rappelait ce que Notre-Seigneur Jésus-Christ avait 
souffert pour leur salut et leur disait des paroles capables de fortifier leur 
foi et d’affermir leur ame. 

Gouschtazad fut desservi auprès du roi. Celui-ci le fit alors venir 
chez lui et lui parla. Il confessa la religion chrétienne, mais après plusieurs 
entretiens avec le roi, il apostasia et adora le soleil et le feu. Quand Si- 
méon apprit cette nouvelle, il en fut affligé. Cependant Gouschtazad comprit 
sa faute et se repentit. Il envoya demander pardon de son péché et prier 
Siméon de lui en obtenir le pardon par ses prières. Il lui répondit : « Ton 
péché ne sera remis que si tu renies ce que tu as adoré ἃ l’exclusion de Dieu, 
et que sì tu confesses ta foi en lui, ἃ l’endroit méme où tu l’as renié. » 

Les discussions continuèrent tous les jours entre le roi impie et le saint 
Mar Siméon, jusqu’à ce qu'il lui demanda d'adorer le soleil et le feu. La 
dispute et les entretiens se poursuivirent entre eux, sans interruption et sans 
réponse rude ni blessante de la part du saint, jusqu’à ce que le roi ordonna 
de luì couper le cou, ἃ lui et ἃ tous ses compagnons. Gouschtazad accourut 
alors et confessa hautement sa foi, suppliant le roi de faire annoncer qu'il 


302 HISTOIRE NESTORIENNE. [92° 
Id et a Vy se coyh ἴσα dé ddl de gal οἱ Ils dl 
duo dl dl dgr Ji ds (δὲ da αὶ die ee κων Glall vi 
ito ite JI dg rs pel Jai O Vi dl ol là de dI 
cpr ga15 Td 51 pali οὐδ» lio Yuri ὦ» i Ji rt 
Malo a pitt cy gel cre pile i οἱ ὦ» dig pi Ji ge 
II i Ji ll ci e LS pros es eri 3 
le delgi culi lil ge fuit ὡὧὐ Ja el del ca μὴ 
gel last ii LI ag gl die I de pri ὦ ppiclo Apt LL 
ὧς Uli ali ΟΕ dI ddl doll καὶ IE A Al di det 
Luzi 064 oe Mg «Ὁ 5.259 FASI cn per! pia ciali ca i 
ol ri! pe cela As cal Su dg sale e gle sab 40 ss 
i USI pl ὦ» gatto pri pasta] el ul peli le; 


n’était pas condamné ἃ mort comme coupable d’un crime ou d'un complot, 
mais ἃ cause de son attachement et de sa croyance ἃ la religion chrétienne. 
On lui coupa la téte comme aux autres. Siméon demanda instamment ἃ étre 
décapité le dernier, et cela lui fut accordé. Tandis qu’on les menait au sup- 
plice dix par dix, il les encourageait en disant : « Souvenez-vous de cette pa- 
role du Christ : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, puisqu'ils ne peuvent pas 
tuer l’àme'; et de cette autre : Celui qui aime son dame, qu'il la perde ἃ cause de 
moi ; celui qui la perdra, la sauvera?. » Il les bénissait, essuyait leurs visages 
en disant : « O Christ, Seigneur de l’univers, regois cette agréable victime 
qui est immolée ἃ cause de ton nom, et que son sang soit un sacrifice d’in- 
tercession pour le reste des hommes ». Et l’assemblée répondait : « Amen », ἃ 
sa prière. Ils subirent tous le martyre; aucun d'’eux ne détourna son cou, 
aucun ne trembla ἃ la vue de ce qui l'attendait. Saint Siméon récita ensuite 
l’hymne qu'on chante le premier dimanche après PAques : Quoique vous ayez 
depouillé*... Les fidèles qui étaient présents, mais qui se cachaient ἃ cause 
des infidèles, retinrent cette hymne et l'écrivirent : c'est ἃ eux qu'elle a été 
empruntée. Il la récitait tandis que ses larmes ruisselaient sur sa barbe 
blanche et que ses enfants étaient immolés comme des brebis. Il les préchait 
en disant que s’'ils quittaient leurs vétements extérieurs, c’est-à-dire leurs 
corps, ils ne quittaient pas leurs parures intérieures, c'est-à-dire le bapt&me 


1. Matth., x, 28. — 2. Matth., x, 39. — 3. ahi dada «δ᾽. publiée dans le Patrologia 
Syriaca de M" Graffin, II, col. 1052. 


SISI ce GI NT all degli sit cp ὦ δ. ων}. spl 5 po 99. 

| fs ρα ὦ. δ g 
ey I Ognat Ji lis La d Ji SÒ it Lada Gig dgant οὐ» O ' 
cupi flo Ri e dg σα με ge a uh VB dl gal Ἷ 
DEU GU Gil ἃ rd dl Jil i 3 Gy ci) 
Ia Jay sica Sly ot il pri GI il KU 
ὧς eli 5.9 Flag dti ia pelli del δὴ canto CI A dis "si 
τ ον cala cl Ji Ja go lo » ὁ eb ala | 
d IA il pg Li dg cel ὦ» de Cas «ὦν χοῦ! ὦ κῶς, caiy 
SI ὦ» AI ES ὦ» ell ζῶν cib ia ali lo li Sp. 30, 
pioli dll css e ὁ slo σύ Ὁ ca ce ce Οὗ ε 


1. Ms. Sira. — 2. edi οἱ bito sl bio, — 3. Ms. aio, 


[93] XXVII. — HISTOIRE DE MAR SIMÉON BARSABBAÉ. 303 fer): 


et la foi. Il disait : « Comme elles sont belles ces couronnes brillantes'..., - 
* qui ne diffèrent point l'une de l’autre, mais qui sont toutes sur le méme * 8 p. 29. 
modèle! » 
Il ne restait plus que Siméon et deux prétres dont l’un était un vieillard 
très Agé, appelé Ananie. Siméon le regarda et le vit trembler. Il s'empressa - 
d’aller vers lui et lui dit : « Ne crains pas, mon frère, ferme les yeux pour laisser 
passer le couteau du chirurgien ». On le décapita ainsi que son compagnon. 
Le Saint fut alors conduit pour étre égorgé; il s'écria : « Je bénis Dieu qui 
m’a montré les couronnes de mes frères et je rends gràces au Christ qui n’a 
pas permis que je perde un seul de mes enfants; je prie pour tous les hommes 
et pour la terre qui a bu le sang des martyrs. » Il dit aussi : « Seigneur Dieu, 
fais que cette terre soit pour la miséricorde“, et cette boue pour l’élimination 
des maladies du corps. » A la fin de sa prière on entendit une voix effrayante 
qui disait : « Amen. » Les coeurs des assistants en furent troublés, et leurs 
esprits stupéfaits; l'on se hàta de le décapiter. Cela se passait un vendredi, 
*jour du crucifiement de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ἃ la neuvième heure * 5 p. 30. 
du jour. Pendant la nuit, de jeunes captifs grecs de Karka de Lédan vinrent 
prendre les corps de ceux qui furent reconnus et les ensevelirent en se te- 
nant sur leurs gardes, parce qu’ils craignaient les persécutions de leurs en- 


1. Lacune dans le texte. — 2. μι, mot araméen signifiant « pitié ». Il se dit aussi de 
la terre qu'on prend sur les tombeaux des saints ou ἃ l’endroit où fut versé le sang des 
martyrs. S. 


* S p.31. 


304 HISTOIRE NESTORIENNE. [94 
44 Ju Sil cs) dl SLA Lars ὡς TI CAI λον" Tee o 


ato gli ἀν G dgnt iu 064 ὕες Vr toy ὦ Sg di 


ill ὁ deg oli ὁ». gie qll sl ie dI rp dI ΟἹ οὶ 339. ὦ 
gialli cileni gru “ila 4165 ail cre JI 
ὁ 55 Hlagali Vola DI SI gag δ dm ga JIN iran pg it ἢ ally 
ὁ SIL al ὦ DÒ cp gare SS de agile Sgalali DI ciali gel συ, 
Ki Jai eg e li ll go ge SUI dI 
σι los dii LI pill dg pelli cal οὐ οἱ der dsl 
dale dale Lib el lb i ca Cab dm ay pia JJ μοι μὴ 
ὦ le de pel dg ἐὺ» ὦ LU pui di AI GAS call 
Lhecs aldo al ὦ e DI a ce ds Ls paoli e 
tg i pg one δ 51 ὦν δ καὶ DIS as n) GI Si 
palle ρῶν οἱ soli di) ili A ol cats cel Lia d JI 


1. Ms. ji? -- 2. lla gle iù » Jo GSS 


nemis. Il souffla un grand vent qui accumula la poussière ἃ l’endroit où fut 
tué le Saint avec ses compagnon8s; et il s'y forma une haute colline. Siméon 


+ fut métropolite pendant dix-huit ans. Quelques-uns racontent que cela se 


* S p.3L 


passa le treizième ou le quatorzième jour d’avril; sa mémoire... est célébrée 
le premier vendredi de la semaine de Paques et est appelée les petits Ra- 
meaux. 

Et la raison qui a fait appeler le premier vendredi après la Résurrection, 
dans lequel on féte ces martyrs : Commémoration des Confesscurs, c'est que, 
après avoir tué Siméon * et ses compagnons, Sapor le maudit fit proclamer que 
ceux qui voudraient persévérer dans la religion chrétienne devraient le cacher 
et que ceux qui manifesteraient leur foi seraient mis ἃ mort. Or les fidèles 
s'empressaient ἃ la porte de Sapor, confessant leur foi pour étre tués et 
obtenir la couronne du martyre; ils venaient tous spontanément : hommes, 
femmes, enfants, sans qu'on le leur demandat. Lorsque Sapor vit la foule de 
ceux qui se livraient eux-mémes à la mort, il défendit de les tuer, non par 
pitié, mais pour les empécher de choisir et d'obtenir la récompense magni- 
fique qu’ils espéraient. Cette foule retourna alors ἃ ses affaires; et l'on fit 
pour elle une commémoration générale, appelée Commémoration des Confes- 
seurs, ἃ laquelle tous furent associés, parce qu’ils s'étaient livrés ἃ la mort. 

Le peuple vint ensuite trouver l'évéque de Lédan (Ladhan) et ils le prièrent 


[95] XXVII. — HISTOIRE DE MAR ΘΙΜΕΟΝ BARSABBAF. 305 
SVI lit iS, τ < JJ paoli ce pallcl "6, ced li ὦ 4... 8 ν. 22. 
| levi dg GU pg fill εἰ» 
Mig Mao dh gb Κα 25 1 Ala ol DVI a ce ΟΣ tl ig 
O e ll es unt A ad Al ΣΝ (gle > LU e 
Lit Gia dI 89. ὗν Lig HI SL ceglie JI db 
SH ail et pg d dee dl go σὰ ἃ» τ, dal eg τοὶ 
deseali κ cre 3 E os 058 des eli old di μὲ ὦ» 
La A a gilde bs old dle des Hill ὦ Je deg i 
gra sed ὟΣ δῦ ἢ la dl sy "Mi ὡ θῶ οὐ ὦ 3345 9.33. 


Si ὁ κὸν Gy ΤᾺ 


gie αν SVI μὶ gg οὐ ce Kellie ui 


1. Ms. Je. 


de leur donner des morceaux de leurs corps pour les garder comme une 
bénédiction dans leurs églises. * Il leur donna des parcelles de leurs vétements + g n, 32. 
trempés de leur sang; et elles opéraient de grands miracles, rendaient la 
santé et guérissaient les infirmités. 

Nous n’avons donné que ce court résumé de l’'histoire de notre Père le 
saint martyr, parce qu'elle est très longue. Nous avons passé sous silence 
tout ce qui arriva aux fidèles ἃ Deir al-Ahmar dans le Beit Garmai (Bddjirmi), 
ἃ Ninive (Ninoui), ἃ Maradj et dans nombre d'autres villes, où l’on tua cent 
soixante mille chrétiens. Dans le pays de l’Irac on tua environ trente mille 
personnes. L'Eglise demeura pendant longtemps sans chef. Et l’on dit que le 
Jeudi saint, la veille méme de sa mort en prison, il (Siméon) célébra la messe. 
Le dos d’un de ses prétres, emprisonnés avec lui, lui servit d’autel'; ἃ sa 
droite, il mit la patène”, et ἃ sa gauche, le calice. Il récita l’hymne de la 
messe : Par les yeux de l’esprit*. Et depuis ce * temps-là on la récite ἃ la messe " 5. p. 33. 
du Jeudi saint. 


XXVIII 


Du temps du métropolite Siméon, Constantin partagea le royaume entre 
ses fils. Ils étaient trois : l’aîné s’appelait comme lui Constantin (Qostantinous) ; 


1. «oasi, de Θρόνος, « autel ». S. — 2. pende, de Φιαλίς, « patène ». 5. — 3. Ἰδοῦ» μαν5, 
publiée dans la Patrol. Syriaca, II, col. 1055. 


* Sp. 31. 


* Sp. 34. 


306 HISTOIRE NESTORIENNE. [96] 


αὶ pria dals Sh gg o cel gli UL, dl el oil i I 
gii ὁ» Ki di Gi gas cab io de gas gel I lia Tel, 
Liga pit dal AI 9» fl iL LI I pal σύ eso d 
SL Li YI Lia poll Je Je gi ll li pai tr 
ur pay lil ὁ ci ili deg 6 ὦ pil se 1... 
poll gle σου aly SÙ dali Gotto clara scs irililaà 
Ὁ dar Uil ge dl De dg de chili SI fp 
Sal Deal va pa αν Jo JÀÙ i pt E gl di a 
2 gelate > pdl — I Is cell 3» cibi dee a gi 
ον! sl ὦ, di Ca Ke ce τ ie e Ἐῶ gli de 
ὧτ rt ον» gl lai ag platani IS Ill do, 


1. Ms. pgizii,, — 2. es. 


le second Constance (Qostantin), du nom de son père (sic), et le troisième Cons- 
tant (Qoustous), du nom de son grand-père. Il nomma chacun d’eux César. Ce 
nom de César commenga avec Marcianus Caius(?) qui transporta le royaume 
de Macédoine (Maqgidouniyah) ἃ Rome. Les Romains racontent que la mère 
de Jules César (Foulinous) mourut avant de le mettre au monde : on le tira du 
sein de sa mère par une incision et c'est pourquoi il fut appelé César. Ce nom 
resta aux empereurs romains. 

A la mort de Constantin (le Grand), Constantin (son fils) régna seul sur 
tout l’Occident; il y avait fait sa demeure pendant la vie de son père, tandis 
qu'il était avec lui ἃ Constantinople. Constance prit pour lui seul l’Orient, 
avec Antioche pour résidence. * Constant régna sur les hautes contrées 
des Romains'. Trois ans après la mort de son père, Constance attaqua son 
frère aîné, le tua et prit son royaume?. Sapor profita de cette occasion pour 
envahir les provinces romaines de l’Orient, qui formaient le royaume de 
Constance; il y fit des captifs parce que ces peuples s’'étaient divisés. Puis, 
Magnence (Maghtis) attaqua Constant et le tua après la quinzième année 
de son règne?; c’était un croyant sincère comme son frère ainé. Tout l’em- 
pire revint alors à Constance qui attaqua Magnence révolté et le mit en dé- 
route. Poursuivi et atteint par Constance, Magnence tua son frère, sa mère, 
et enfin se donna la mort à lui-méme. Constance, débarrassé de lui, resta 


4. Constant régna sur l’Illyrie, l’'Italie et l'Afrique. — 2. L'auteur brouille ici les noms 
propres et les faits. Ce fut Constantin II qui attaqua son frère Constant et qui fut tue. 
Constant s'empara alors de son royaume (340). — 3. En 350. 


Φ 


‘ 197] XXVIII. — LES FILS DE CONSTANTIN. ‘307 
UA A plialy sal cla i δ. οὐ a Ji i La 
cola GU lora προ Sal die dis ill ροῦν τ Cu (9 
3_bs gr dia) 4 GUI 4 Ul Il O ai SS (σ᾿ (ϑ Pil ὁ» 3 ζλδ "+8 p.35. 
eo pil Cai ξ. 59 TI) A Mo 5. δ] sil 1 p3009 ii ΠΕ) 
Ji gi ps DU iu JJ il gere dI cali 
HG dl .». RSI, OWN bu cpl Lal ag ill Lido cibi ὦ» οἱ 
το ὦ lp GU ὦ ὁ απ ὦ Lili dl δὲ δῦ» 
Mood οἱ ce dell peri ciglia καὶ ibi dI hill "ob, 1.8».30. 
ol αὖ. ds «2.9.9 Ala pg ὦν a ὡς Jadl 3 el, i ΟΝ GUI 


seul empereur. Il bAtit plusieurs villes en Occident, et Tella de Mauzelath 
(Tall-Maouzan) en Orient, à laquelle il donna son nom. Il réunit cent quarante 
" évéques ἃ Séleucie (Salougiyah) en Syrie' et exila quiconque s’opposait ἃ la * 5 p. 35. 
foi des trois cent dix-huit. Il chassa Eunomius (Aounamis), évéque de Cyzique, 
qui se détacha de la secte d’Arius et inventa une hérésie particulière. A la fin 
de sa vie, Constance changea d’opinion et adopta la doctrine d’un prétre 
nommé Eusèbe? qui disait : « Deux étres dont la naissance est différente, dif- 
férente également est leur substance. Le Fils diffère du Père, et il ne faut 
pas dire qu'il est consubstantiel au Père. » Constance chassa Athanase, pa- 
triarche d'Alexandrie, ainsi que les fidèles. Il se repentit ensuite, abandonna 
cette doctrine et revint ἃ la vraie foi. Quand il partit ἃ la rencontre de son 
cousin Julien pour le combattre, il passa en Cilicie (Qiligiyal) et y mourut ἃ l'Age 
de quarante-cinq ans ?. Il avait régné trente-huit ans dont treize avec son père. 

En ce temps-là, le patriarche de Constantinople était * Alexandre qui fut " s p. 36. 
un des trois cent dix-huit. Il fut patriarche pendant vingt-trois ans*. Avant 
sa mort il demanda comme successeur Paul (Foul) son disciple. Paul lui suc- 


1. Sans doute Séleucie d’Isaurie. Il s’y trouva cent soixante évèques en 359. — 
ἃ. Peut-étre Euzoîus qui le baptisa. — 3. Le 3 novembre 361. — 4. Alexandre fut patriar- 
che de CP. de 317-340. 
PATR. OR. — T. IV. 21 


* Sp. 37. 


-*S p. 37. 


308 HISTOIRE NESTORIENNE. [98 
hag ii sli tie ble deg ὦ dii i I i deo 
Dart ὦ) ἢ E Rc i τῷ colo podi ον 
dl Sue i gl Lasi SI TAV palo patty 
pRostty LV cli pers ui da 19 dei ὧδ lapazga Ji Las, 
rail dsl pali DL Li las UL L A ab ὡς lib (οἱ d 
Ulderico 
SULA ca du og dI a iS di gig ὁ ὦ ge τ: 
i go δ lA LV LS de IVI οἱ Je isla al 
perl ζ50 i bi ciglia dig gol LUI G cd ib, οἱ γα 

Ala ὦ» lga pd ΑἹ ὦ». dela 


1. dig. — 2. gli lidi. 


céda et demeura en charge pendant deux ans. Puis, Constance l’exila et mit 
ἃ sa place l’arien Eusèbe, évéque de Nicomédie, qui demeura pendant un an 
et six mois. Ensuite Paul' et Athanase d’Alexandrie allèrent ἃ Rome trouver 
l’empereur Constant qui écrivit ἃ son frère de les faire rentrer dans leurs 
villes, ajoutant que s'il ne le faisait pas, il irait le combattre. Constance réunit 
alors les évéques et demanda leur avis : ils lui conseillèrent d’accorder ἃ son 
frèére ce qu'il demandait; il rétablit donc les deux évéques. A la mort de 
Constant, il les poursuivit de nouveau et ordonna d’exiler Paul. Athanase en 
fut averti. * Il prit la fuite et composa un traité pour se disculper de ce qu'il 
avait fait, montrant que l'homme doit fuir devant le roi qui le persécute. 
Il établit sa démonstration sur des textes tirés des prophètes et des apòtres. 
Les Ariens se saisirent de Paul et l’étranglèrent?. II avait été patriarche 
pendant quatre ans. 

En ce temps-là, apparut une doctrine détestable. Un certain nombre des 
Pères se réunirent et excommunièrent ceux qui y croyaient. 


1. Paul de Constantinople.— 2. En 351. 


pa : Ἵ 
[09] XXIX. — HISTOIRE DE SAHDOST MARTYR, DIXIEME MÉTROPOLITE. 309 


sali λῆρον cogiali > ἢ 


per Fl sas 


ὦ δ pig en dal ὦ» n? US ito dla eu κεν lia 
GAS A n d da n] Cd Lu Kali: Seu oh MT Lea 


“x pi ki da, Lul sie ἊΨ pera: nie Mai cara 
Jil gia ὁ ν᾽ dai a dt οἷν de ὦ i lat 
τῶ grata ili e cpl ΑἹ SIG pali dela ga otale ccipal 
Mb allo ge tyal pil Talks ραν ce Ὁ» ποῦ eil cal gatelo 
tit al eb picass ge paganti Τρ. II solai de diga 
σις lego DL UU et οὐ» di ala dd gu dg de perl οὐ 
οἷς all del cesat LU gag ide Lily ὑόν ll ds o 


XXIX. — Histoire pe Sanpost' MARTYR, DIXIÈME MÉTROPOLITE. 


Ce nom est persan et signifie : « ami du roi ». Il était du Beit Garmai; 
certains disent qu'il était de Suse. Il était archidiacre de Siméon bar Sab- 
baé. Comme, après la mort de Siméon, l’Eglise était sans chef, il se donna 
ἃ Notre-Seigneur Jésus-Christ * et fut nommé patriarche secrètement. Il 
était bon et pieux. On raconte que les Pères et les fidèles, réunis en secret, 
prièrent Dieu, écrivirent plusieurs noms et les tirèrent au sort. Ce fut le nom 
de Sahdost (Sahdoust) qui sortit. Il accepta la charge qui lui était confiée sans 
en étre empéché par la crainte de la mort et regut l’investiture du patriarcat 
dans la maison d'un chrétien. Il choisit des hommes qu'il ordonna pour rem- 
placer les Pères martyrisés avec le saint Mar Siméon. Parmi eux était Bar- 
bà‘asmin, neven de Siméon bar Sabbaé. Ils se vouèrent ἃ la mort pour leurs 
ouailles. Ils visitaient les Chrétiens nuit et jour pour les encourager contre 
la persécution de Sapor. Enfin on découvrit la qualité de Sahdost et il fut ar- 
rété par les mages. Trois nuits auparavant, il avait vu en songe une échelle 
posée sur la terre et appuyée au ciel. Siméon se tenait debout sur l’échelle et 
il disait : * « O Sahdost, monte vers moi sur cette échelle, comme je suis monté 


1. Asoroa, Berpian, Acta martyrum et sanctorum, ll, p. 276-281. Ban Hesnarus, 
Chron. ecel., 11, 37-39. 


ΠΡ. 90, 


*S p. 38, 


up Ρ. 


Digitized by Google 


ἕν | 


40, 


310 HISTOIRE NESTORIENNE. ΟΠ} 
᾿γασέι τον 4 Sig eli st is ον φως LS Uli Via 
Coty ὧν Cir datoy dui UL ag ll dti cpl ὦ» i pd 
plinti bg Sal εἰ κι Tpics gt dò Τρ». Las Οὐ 
πολλὸν cpl gi dels ΟΣ cpotey Uli gialli oli prio di ll Tico 
dii dra delay οὐδ pu ἀκα ali UIL JE dl Joy lb Lal 
A ola ἡ) 4 Ji ea ri e λυ ὡς γὰ ε" SLY a 
ll phi οἱ πο Οἱ L$s als ον ὦ er ci ps gle αἱ 

τ Β ». 40. ἃ Gig μ᾽ ele galli Lteb .lyal} solai cd ως, ΠΧ} all μὰν Yi 
le Lib ph il DA Sic ig it dl 
DS ὁ» Sis igantrsi o Gill og di ei ale Lizig (lu, ass 
SI ris Ὡς alli ia Au Sl i A Mi 


hier. » Il comprit ce que cela signifiait. Il en parla aux fidèles, qui furent 
consternés à cause de lui. Puis, trois jours après, il fut saisi à Séleucie- 
Ctésiphon (A/-Maddin) avec cent vingt-huit évéques, prétres, diacres, reli- 
gieux et religieuses. Ils restèrent en prison pendant cinq mois, subirent tons 
les genres de supplices et furent invités à embrasser la religion des mages; 
mais ils ne cédèrent pas. Le satrape de Séleucie-Ctésiphon en fit alors 
tuer cent vingt, puis il envoya Sahdost avec les religieuses ἃ Sapor. Quand le 
patriarche comparut, le roi lui dit : « J'ai tué Siméon, chef des Chrétiens, 
et un grand nombre de supérieurs et d’évéques; pourquoi donc es-tu devenu 
le chef de gens que je déteste? » Sahdost lui répondit : « Le chef des Chrétiens 
c'est Dieu le Très-Haut; c'est lui qui leur donne le chef de son choix; et de 
méme que l'eau de la mer ne peut tarir, ainsi le christianisme ne saurait 
* sp uo, tre detruit : * plus tu massacres de Chrétiens, plus ils se multiplient. » Le 
maudit se mit en colère contre lui; puis il le traita avec douceur pour l’ame- 
ner ἃ adorer le soleil et lui parla avec bienveillance pour le convertir ἃ la 
religion des mages. Mais, loin de le convainere, il n’obtint de lui que des 
paroles énergiques et dures, avec une plus vive résistance. Il ordonna done de 
le tuner, et cet ordre fut exécuté ἃ l’endroit méme où Siméon avait été mis ἃ 
mort. Ses compagnons furent aussi tués. Cela se passait au mois de mars', 
après cinq mois d'incareération. Parmi eux se trouvait Milès (Milas) ar- 
Razi*, son disciple Aborsam * (Arsim) et d'autres personnes parmi lesquelles 
1. C'était Je 20 février 342. Cf. R. Duvat, Litt. syr., p. 126. — 2. On lit dans la Vie 


de saint Milès (co) quil fut martyrisé le 13 novembre 341, un an avant Sahdost, CI. 
Bepsan, Il, p. 260-275. S. — 3. cassia, Bebsan, Il, p. 260. 


Digitized by Goos e | 


[101] XXIX. — HISTOIRE DE SAHDOST MARTYR, DIXIEME METROPOLITE 311 
ill  laziiti casto] ὁ it og gta τ τωρ pl sis 
coll Tab ὑπ Ag nia ale οὐ ὦ Je κὰν ci ὦ 


All ce Yi ὧἂς d gb r 


Aia sla pila ΩΣ gas dial el i it Ps 

oso sl pls συν Gu ἢ» ὁ ΩΣ ul ga ob ail 
Dl cho ὦ aly la cib, ἢν, dl ls ai gl is 
ΤΌΝ ΑἹ plat dei d Mg «ΟἹ». Sl co loss γαῖ GI dI Lis 
pipe IS tudo οὐ il ali ge αἱ ul del ls te du 
+ Bi Τὺ di ps Mi οἱ" ὦ Al i LI Ji LI cali sla 


1. 9) — 3. bs. 


les deux sceurs de Siméon '. Les fidèles prirent leurs corps et les ensevelirent 
dans l’église. D'après ce récit, Sahdost fut patriarche pendant deux ans et 
cinq mo1s*. 


XXX 


Parmi les hommes éminents de cette époque, il y avait Grégoire (Djari- 
ghourious), dont, le nom signifie le vigilant, et qui est appelé aussi le théo- 
logien, c’est-à-dire celui qui parle des choses divines.* Il était du pays de 
Césarée, d'un village connu sous le nom d’Arianze* (Irinous). Son père, 
appelé Grégoire, appartenait ἃ la secte des Samaritains. Sa mère, qui s’ap- 
pelait Nonna (Yound), était chrétienne. Lorsqu'’elle était enceinte, elle fit voeu 
d'envoyer son enfant au monastère, si c'était un garcon et que son mari se 
convertit ἃ la religion chrétienne. C’était pendant la réunion des trois cent 
dix-huit évéques. Son père* eut un songe dans lequel il crut réciter le psaume 
qui commence par ces mots : hedith kédh amrin, c'est-à-dire : Je me suis réjoui 
quand on m’a dit que nous iriuns dans la maison du Seigneur®. Il en fut effrayé. 
Sa femme, par sa douceur, fit tant pour l’amener ἃ la foi qu'après une longue 


1. Les deux soeurs de Siméon furent martyrisées le 5 mai 341, comme on le lit dans 
leur Vie. Cf. Bepsax, II, p. 254-260. 5. Il faut lire avec Bar Hébraeus, /oc. cit. : « les 
deux sogurs de Sahdost ». — 2. Cf. Bepsan, II, p. 276-281. S. — 3. Cf. GoscneR, Dic- 
tionnaire de théologie catholique, X, p. 113. 8. — 4. Depuis ces mots jusqu'à la fin 
du chapitre, l’auteur ne parle plus que de saint Grégoire le père, mort évèéque de Na- 
zianze vers 373. — 5. Psaume cxzxi, 1. 


* S p. 64. 


* S p. 64. 


312 HISTOIRE NESTORIENNE. [400] 
Aly ce lia] σαί dig db ὧν) ὦ lei οἱ μὲ ola Ji 
WUi de Li 19534 Ot ig δὲ da ui cadi Ji gl ὦ" 
pr Ly el LIV de Ii LS e i dii ον GI δ. 
iii | sil uil de 5 ραν ULI di μὲς Mg οἷν AI 


crt pole ᾿Ξ el Sid 4 de Ali dl gay FS de 
1. Ms. λων, — 2. Ms, ius. 


attente 1] répondit enfin ἃ son désir. Il alla trouver un prétre pour recevoir 
le baptéme. Selon l’usage, le prétre devait dire : « Tu recois le baptéme et 
tu renies Satan et ses satellites. » Mais il se trompa et dit : « Tu gouvernes 
l'Eglise de Dieu sans défaillance », employant la formule de l’ordination des 
évéques. Quand le prétre eut fini, il vit le néophyte enveloppé d’une lumière 
éclatante ct il prédit qu'il serait un jour évéque. En effet, il fut nommé évéque 
de Nazianze (Anzianz) vers la fin de sa vie : il était d’une vertu éminente et 
connaissait toutes les sciences des Grecs. 


TABLE DES MATIÈRES 


Pages. 
INTRODUGIION: «bh Ah FILARE, τ pren 215 
I. — Histoire de l'empereur Valérien. . . . . 9.0 νιν νιν νιν νιν darne, Δ Ὁ 
II. — Mort de l’empereur Valérien. . ...........LL νειν 220 
III. — Histoire des jeunes filles romaines . LL... 224 
IV. — Histoire de Manés . LL... 225 
V. — Histoire de Paul de Samosate . . .......LL LL 231 
VI. — Histoire de saint Grégoire le thaumaturge . ................. 233 
VII. — Histoire de saint Eugène. LL... 234 
VIII. — Noms des docteurs . . ................ RIE 236 
IX. — Histoire de Bahram Il... 237 
— — Histoire de saint Pierre d’Alexandrie. ................0. 241 
X. — Histoire d’Arius. ............ olearia Sera Lab 244 
XI. — Histoire du moine Paphnuce. . ..........L LL 252 
AII. — Histoire de Sergius et Bacchus . .............0. νιν usa 258 
XIII. — Histoire de saint Sylvestre. . LL... 255 
XIV. — Histoire du dragon. . . ... συ PESO OE 255 
XV. — Histoire de l’empereur Constantin. -- |. ..............06. 257 
XVI. — Découverte de la croix et des clous. |... 263 
XVII. — Helène la fidèle et son fils Constantin le Victorieux. ........... 264 
XVIII. — Le Concile de Nicée. ..........LL τ νιν νιν νιν νιν νιν 276 
XIX. — Description de la ville de Constantinople. |. . ............... 281 
XX. — Description de la ville intérieure de Rome. . ................ 284 
XXI. — Du Chronicon et de sa composition. . . LL... 285 
XXII. — De la PAque et de la Résurrection . . .............. 286 
XXIII. — Histoire de Sapor, fils d'’Hormizd . ............ νιν 287 
XXIV. — Mort de l’empereur Constantin . .............0 νιν κι νιν 289 
XXV. — Les saints contemporains de Papas. . .......... νι νιν νιν νιν 292 
XXVI. — Histoire de saint Ephrem . ........L a 293 
XXVII. — Histoire de Siméon Barsabbaé . .... . . ..-ὉὉὐὐν νιν 0 296 
XXVIII. — Les fils de Constantin . ..........L. ιν κεν νινινιν 305 
XXIX. — Histoire de Sahdost . LL. 309 
XXX. — Hommes éminents, ses contemporains. . . ................ 311 


—_—— Du” rCYuP_ τ 


Digitized by Google 


CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES 


1ò 
fu 


PATR. OR. — T. IV. 


Digitized by Google 


MAR BARHADBSABBA ‘ARBAYA 


EVEQUE DE HALWAN (VIS SIÉCLE) 


CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES 


TEXTE SYRIAQUE PUBLIE ET TRADUIT 
PAR 


Mgr ADDAI SCHER 


ARCHEVÉQUE CHALDÉEN DE SÉERT (KURDISTAN ) 


PERMIS D'IMPRIMER 


Paris, le 4°" juillet 1907. 


G. LEFEBVRE, 
V. g- 


Tous droits réservés 


INTRODUCTION 


I. Manuscrits: — Le traité que nous publions nous est parvenu dans 
un manuscrit conservé dans notre bibliothèque et catalogué sous le 
n° 109'; il occupe les folios 25° ἃ 65. Il se trouve aussi, mais avec de 
nombreuses lacunes, dans trois autres manuscrits conservés, le premier 
dans notre bibliothèque, le second dans l’église de Mar-Gourya dans le 
diocèse de Séert, et le troisième dans le couvent chaldéen de Notre-Dame 
des Semences. Dans le premier (le n° 82 de notre catalogue), le traité 
occupe les folios 302" ἃ 328" et s’arréte au ‘texte correspondant au 
fol. 55° du manuscrit 109. Le copiste y a laissé bien des blancs pour 
les mots ou les phrases qu'il n’a pas pu lire dans l’original. Le manuscrit 
de Mar-Gourya, incomplet au commencement et ἃ la fin, mesure 27 cent. 
sur 10 et comprend une série de 10 cahiers de 10 feuilles, ayant 
21 lignes à la page; l’écriture est bien plus récente que celle des deux 
manuscrits précédents; le contenu est ἃ peu près le méme que celui 
du manuscrit 109; ce qui reste du traité y occupe les folios 57° ἃ 63° et 
commence au folio 59* du manuscrit 109. Le manuscrit du couvent 
Chaldéen, incemplet à la fin, contient encore, outre le susdit document, 
deux traités de Michael Badoga sur les définitions et sur l'homme con- 
sidéré en tant que microcosme, les dix catégories de Iso'bokht de 
Riwardsir et la grammaire de Mar Élie patriarche*; notre document 
s'arréte au feuillet 52 de notre manuscrit 109. 


4. A Scher, Catalogue des manuscrits Syriaques de la bibliothèque épiscopale de 
Séert, Mossoul, 1905. : 

2. Ibidem, cod. 82. 

3. Cf. Scher, Notice sur les manuscrits syriaques conservés dans la bibliothèque 
du couvent des Chaldéens de Notre-Dame des Semences (Journal Asiatique, mai-juin 
1906, p. 499). 


wa 
? — 


320 INTRODUCTION. OI 
M. l’abbé A. Mingana a découvert un autre manuscrit contenant ce 
traité et en a publié la partie historique ἃ la suite de la préface des 
homélies de Narsai. M. l’abbé J.-B. Chabot vient d’en publier la tra- 
duction dans le Journal Astatique!. 
Notre texte est établi d’après le manuscrit 109 de notre Bilo 


thèque; mais nous y avons ajouté une introduction, qui ne se trouve 
que dans le manuscrit 82. Quant aux variantes et ἃ la correspondance des — 


pages, nous les avons indiquées au bas des pages et en marge, et nous 
avons désigné ces différentes sources par les sigles suivants : 

GC. ms. 109 de notre bibliothèque. 

T. ms. 82 de notre bibliothèque. 

A. texte édité par M. l'abbé A. Mingana. 

M. ms. de Mar-Gourya?. 


II. Opser. — Le traité est intitulé : « Cause de la fondation (de la 
session) des écoles. » Il comprend les diverses manières, ou plutòt les 
différentes écoles, comme le dit l’auteur, par lesquelles Dieu a bien 
voulu instruire les anges et les hommes. Il parle tout d’abord de la 
connaissance divine, pour passer ensuite aux écoles établies par Dieu 
lui-mème pour les anges, pour Adam, pour Caîn et Abel, pour Noé, 
pour Abraham et pour les Israélites au temps de Moise; il traite 
ensuite des écoles de Salomon, des prophètes, des philosophes, de 
Jésus-Christ, des Apòtres et de celles d’Alexandrie et d’Antioche; 
il fait enfin l’histoire des deux écoles syriaques d'Edesse et de Nisibe. 
Le récit de l’auteur sur ces deux écoles, surtout sur la dernière, est 
très précieux. C'est le premier ouvrage qui nous retrace l’histoire de 
la plus célèbre de toutes les écoles de la Chaldée, dont la renommée 
s'étendit méme Jusqu'en Afrique et en Italie *. 

L'auteur, avant d’en arriver ἃ la dernière partie de son ouvrage, 
qui traite de l’école de Nisibe, est d'une prolixité fastidieuse; mais on 
ne peut le condamner sans tenir compte du titre mème du traité, dont 


1. N° de juillet-aoùt 1905, — Ajoutons que ΔΙ. Mingana a publié ἃ Mossoul (1905) un 
opuscule de vingt pages intitulé Réponse ἃ M. l'abbe J.-B. Chabot, ἃ propos de la chro- 
nique de Barhadbsabba, pour relever quelques fautes de cette traduction, 

2. Lorsqu'un blane (ou une lacune) comprend plusieurs mots, nous indiquons son 
commencement par un demi-crochet 1, 

3. Assémani, B. 0., ΠῚ, n, p. 927. 


Digitized by Google 


αν Ὁ ΞΥῚ «αὐ, 


[Π] INTRODUCTION. 321 


le sujet principal est : « Pourquoi les écoles ont-elles été créées? » 
‘ Ou, en d'autres termes : « Quels furent les moyens dont Dieu ou les 
hommes célèbres se servirent pour faire connaître la vérité ? » De pa- 
reils traités étaient mème fort goùtés des Syriens. Suivant Ebedjésus de 
Nisibe!, Élisée, successeur de Narsaî, fut le premier qui ait écrit un 
traité sur la fondation des écoles; Abraham de Beith Rabban l’avait 
imité *, et 1] semble que son traité était assez long, car Ebedjésus nous 
dit qu'il était divisé en plusieurs chapitres?. Élie de Merw en écrivit un, 
lui aussi‘; et Micha Gramqaya en composa cinq*. 

Assémani n'a pas compris les passages d’Ebedjésus où il est ques- 
tion de ces traités, et c'est ἃ tort qu'il les traduit par Καθίσματα du Psau- 
tier; 11 devait plutòt les traduire par : la cause de la session (fon- 
dation) des écoles. La Chronique de Séert“, en énumérant les ouvrages 
d’Abraham de Beith Rabban et d’Élisée l’interprète, traduit jus ns» par 
JE I a πα. C'est certainement pour ne pas trop allonger 
son vers qu'Ebedjésus aura supprimé le mot sato. 


III. L'avtEUR. — L'auteur du traité, Barhadbsabba ‘Arbaya, était 
originaire de la région de Beith ‘Arbayé, ainsi que l’indique son sur- 
nom; il fit ses études dans l’école de Nisibe sous Hnana d’Adiabène 
(572-640 ?), ansi qu'il le déclare lui-méme dans son traité. Ce Hnana 
s'était rallié ἃ l’orthodoxie chalcédonienne, confessant en Jésus-Christ 
une personne et deux natures, et avait abandonné dans ses interpréta- 
tions scripturaires les sentences de Théodore de Mopsueste”. Son 


1. Apud Assémani, 2. O., III, 1, p. 167. 

2. Ibidem, p. 71. 

3. L’édition d'Assémani porte jazono Laizs00 jzstaso; ji» : (Necnon scripsit de causa 565- 
sionum et definitos hymnos). C'est une faute; il faut plutòt lire : Jazoaso Lai pas jstazor "δ 
(Causa Sessionis per capita determinata), ainsi que le portent l'édition d'Echellensis et 
presque tous les autres manuscrits. Un copiste quelconque aurait donc changé dans le 
manuscrit d'Assémani les lettres ,.> en 00. 

4. Apud Assémani, 8. O., III, 1, p. 148. 

5. /bid., p. 169-170. C'est à tort qu'Assémani confond ce Micha avec un autre Micha 
contemporain de Narsaî et son compagnon dans l'école d'Édesse. Celui-là serait évidem- 
ment postérieur ἃ Sabriso de Lasom (+ 604), dont il fit, suivant Ebedjésus, le panégy- 
rique. Élie de Nisibe cite, lui aussi, ce Micha dans la Vie de Sabriso'‘ (Barhébr®eus, 
Chron., col. 108, n. 2). Notre Micha serait donc contemporain de Iso‘yahb III (651-660) 
(voir Amr, édit. Gism., p. 56). 

6. A. Scher, Catalogue des manuscrits syriaques, etc., cod. 128. 

‘7. A. Scher, École de Nisibe, Beyrouth, 1905, p. 30. 


322 INTRODUCTION. [8] 


enseignement provoqua de grands troubles dans l'école et dans toute 
l’église nestorienne. Tous les évéques protestèrent; mais le catholicos 
Sabriso' le défendit, et voulut méme déposer Grégoire, évèéque de 
Nisibe, qui avait excommunié Hnana. La plupart des notables de 
Nisibe ayant pris parti pour ce dernier, le roi Chosrau II ordonna ἃ 
l’éveque de se rendre ἃ Cascar, son pays d'origine. Alors, la plupart 
des écoliers, au nombre d’environ trois cents, se séparèrent de leur 
maître et, pour protester, quittèrent la Congrégation'. Barhadbsabba 
lui-méme était de ce nombre*; il devint ensuite évéque de Halwan*; et 
c'est en cette qualité qu'en 605 il assista au Synode de Grégoire pa- 
triarche *, Il mourut probablement dans la première moitié du vIr° siè- 
cle; l’auteur anonyme publié par M. I. Guidi le met encore en scène 
pendant la vacance forcée du siège patriarcal (609-628). 

Ebedjésus de Nisibe* attribue ἃ Barhadbsabba le livre des Tré- 
sors* en trois volumes; un traité de controverse avec toutes les reli- 
gions; un livre d’histoire; un traité sur Diodore de Tarse et ses par- 
tisans, et des commentaires sur les Psaumes et sur l’évangile de saint 
Marc. 

Il est ἃ remarquer qu'Ebedjésus ne mentionne pas ici le traité de 
Barhadbsabba sur les écoles; on pourrait supposer qu'il est le mème 
que son ouvrage sur Diodore et ses partisans (.ooiera: hu Is}; MAIS cette 
hypothèse ne paraît pas probable; car le traité ne fait mention de 
Diodore qu'en passant. Ebedjésus n’aurait donc pas eu connaissance 
du traité de Barhadbsabba sur les écoles. 

Barhadbsabba écrivit ce traité, ἃ la demande de ses condisciples, 
dans l’école de Nisibe, du vivant méme de son maître Hnana, ainsi qu'il 
résulte clairement du contexte. Quant ἃ la rédaction du document, elle 


1. Guidi, Chron. Anon.; Chronicon de Séert; Amr, édit. Gism., p. 52. Dans notre 
ouvrage arabe sur l'école de Nisibe (p. 33) nous avons donné ἃ cette dispersion la date 
de 582, que nous avions trouvée dans un manuscrit du couvent de N.-D. des Semences 
(voir la n. 7 de la page citée). Tous les historiens étant d'accord ἃ dire que cette dis- 
persion a eu lieu sous Sabriso :, la susdite date me paraît erronée. 

2. Chronique de Séert. 

3. Ou Houlwan, /bidem. 

4. Synodicon Orientale, p. 214. 

5. Apud Assémani, 8. O.. III, 1, p. 169. 

6. Ce livre est cité aussi par Dadiso Qatraya dans son commentaire du livre d'Abba 
Isaie. Cf. Journal Asiatique, janvier-février 1906, p. 105-106. 


[9] INTRODUCTION. 323 


est postérieure ἃ l’avènement de Iso‘yahb d'Arzoun, qui eut lieu en 381, 
puisqu’il y est question de son élévation au patriarcat; elle est aussi 
antérieure ἃ 604, année dans laquelle mourut le catholicos Sabri$o', car, 
ainsi que nous venons de le voir, Barhadbsabba était parmi les étudiants 
qui, sous ce patriarche, se séparèrent de Hnana et quittèrent l’écale. 

Mais pourquoi Barhadbsabba se serait-il séparé de son maître 
Hnana, lui qui, quelques années auparavant, 8᾽ était montré son admi- 
rateur et avait méme appelé ses adversaires « ouailles de satan »? On 
peut conjecturer qu'il suivit le parti le plus fort. 

Nous ferons remarquer du moins qu’en un endroit il est plein de 
partialité en faveur de son maître Hnana. Car, après avoir fait allusion 
aux désordres suscités dans l’école ἃ cause de son maître, il n’a garde 
d’avouer, comme on l’attendrait, qu'ils proviennent de ce que Hnana a 
rejeté les doctrines de Théodore de Mopsueste, mais il va mme jus- 
qu’à déclarer qu'il était un des champions les plus ardents de l’ortho- 
doxie de ce dernier. 

Ne pourrait-on pas excuser Barhadbsabba, en supposant qu'il a écrit 
son traité surtout pour ramener la paix et la concorde dans la Con- 
grégation? Car dans l’'introduction et la conclusion, Barhadbsabba 
exhorte les écoliers à suivre exactement les règlements et fait tous ses 
efforts pour les amener à vivre ensemble en paix et à respecter les 
maiîtres. 


IV. Réponse aux obsections. — M. Mingana croit que ce docu- 
ment est une partie de l’histoire de Barhadbsabba. M. Chabot le croit. 
èétre une juxtaposition mal coordonnée de deux ou plusieurs récits an- 
térieurs, dont les assertions, avant d’étre adoptées comme décisives, 
demandent ἃ étre contròlées soigneusement. 

Voici notre opinion. 

1° Le traité ne fait nullement partie de l’histoire de Barhadbsabba, mais 
c'est un ouvrage tout à fait ἃ part : le contexte le prouve clairement. 

2° Rien ne nous empéche d’accorder ἃ cet ouvrage une entière con- 
fiance. Ce qui a porté M. Chabot à douter de sa valeur historique, ce 
sont les derniers passages de l’édition de M. Mingana, où il est ques- 
tion de l’école de Séleucie et des patriarches Mar Aba, Joseph et Ézé- 
chiel, et la confusion entre Narsai compétiteur d’Élisée au patriar- 


324 INTRODUCTION. "10; 


cat et Narsai le fondateur de l’Ecole de Nisibe. Or la confusion entre 
ces deux personnes ne doit étre nullement attribuée ἃ Barhadbsabba, 
mais ἃ l’éditeur, qui d’ailleurs nous en a vite averti. (Voir la page 
32 de sa préface, n. 1.) Quant aux susdits passages, je ne crois pas 
qu'ils appartiennent ἃ la rédaction primitive; car : 1° ils ne sont pas 
contenus dans nos manuscrits, et 2° le rédacteur lui-mème déclare 
qu'il ne s'est pas proposé de raconter l’histoire méme des fonda- 
teurs de l’Ecole. En parlant de Narsai et de Barsauma : « Nous n’a- 
vons pas, dit-il, l’intention de raconter l’histoire de leur vie, mais la 
méthode de leur enseignement. » Pourquoi donc aurait-il parlé des 
patriarches Joseph, Ezéchiel, etc.? « D'ailleurs, comme le remarque 
M. Chabot, la contradiction manifeste entre le passage où il est ques- 
tion de l’élévation d'Iso'yahb au patriarcat, et celui où son prédéces- 
seur Ézéchiel est représenté comme encore vivant, donne ἃ penser ou 
que la rédaction primitive a été interpolée, ou que l’auteur s'est servi de 
documents qu'il a compilés sans critique. » 

Cette dernière hypothèse de M. Chabot -n’est pas admissible, car 
Barhadbsabba était contemporain d’Ézéchiel et de Iso‘yahb, pa- 
triarches. 

Les susdits passages, où il est question de Mar Aba, Joseph et Ézé- 
chiel, feraient donc partie de l’histoire de Barhadbsabba, et auraient été 
insérés dans le manuscrit de M. Mingana ou dans son prototype, ἃ la 
fin du traité que nous publions, par un copiste quelconque, comme sup- 
plément. Si cette hypothèse est bien fondée, Barhadbsabba aurait écrit 
‘ son histoire au temps d’Ezéchiel, car il prie pour la prolongation des 
jours de ce prélat. 

Addaî ScHER, 


Archevéèque Chaldéen de Séert 


[Notre pes EDITEURS. — Le présent travail de M*" Scher (texte et traduction francaise) 
est arrivé ἃ MS" Graffin — après diverses péripéties — vers le mois de juillet 1905, Le 
texte syriaque. regardé jusque-là comme perdu, a été écrit ἃ la fin du νι" siècle; il a donc 
toute chance de nous fournir des données exactes sur l’école de Nisibe fondée alors 
depuis moins de deux siècles. 

Après la publication d'une partie de ce texte par M. l’abbé Mingana, M*° Scher a 
adressé ἃ Μ5' Graffin une collation de cette édition avec une nouvelle introduction et deux 
appendices. C'est ce travail ainsi complété que nous publions aujourd'hui. 


[11] INTRODUCTION. 325 


Le titre de l’ouvrage est un peu obscur. M* Scher l’a traduit en général par « Cause 
de la session des écoles » corrigé en « cause de la fondation des écoles ». Mais la forme 
de cet opuscule semble bien étre un discours adressé directement aux auditeurs plu- 
tot qu'un écrit. Le soin que met l'auteur ἃ indiquer les deux « sessions » des écoles, 
lune en été et l’autre en hiver (p. 393), enfin le fait que beaucoup d'autres auteurs 
firent des compositions sous le méme titre --- Micha Gramqaya composa jusqu'à cinq 
opuscules sous ce titre, cf. supra, Introduction, II, — tout cela nous conduit ἃ proposer 
pour le mot js», sans préjudice des autres interprétations, le sens d’introduction ou 
prologue (cf. Payne Smith, Thesaurus, II, col. 2877) et ἃ voir ici un « discours d’ouver- 
ture » ou tout au plus ce qu'on appelle en Allemagne « une dissertation inaugurale » lue 
certaine année « ἃ l’ouverture des cours de l’école » de Nisibe. 

Si peu intéressante que soit la première partie — toute de philosophie spéculative, — 
elle n’en aura pas moins le grand avantage de nous faire connaître en quoi consistait 
un « discours d'ouverture de la session des écoles » ἃ Nisibe vers l’an de gràce 590 
(cf. Introd., III). 

Nous avons respecté autant que possible la traduction faite par M*" Scher; nous pu- 
blions son texte tel qu'il nous l’a adressé. Il a d'ailleurs pu en corriger une épreuve. 

M. Rubens Duval, professeur au Collège de France, a bien voulu relire les dernières 
épreuves de ce travail; nous ne saurions trop l'en remercier.) 


Digitized by Google 


Ia - 


| Yao], Jolaso yin 
day foca) faz fosso cid Jpazd 


μωοῦϑ διὸ 


Jooils dt iosa 50 xoopta1sr JAcofAss fata μον] 
Jo Ag fiati 8. 9}}} | γὲθ "ιϑομαλϑ om fungo pautiso 
Soa fool: 4 ll‘ arts Jh_ovro Jofo oopiniss JAco)Aas 
J rissa die fuso cr uil) fosso ass οἱἱα 5 κὐ 
I) Loto. dA Sd fto }} οὐ... «“" ΙΝ. Νά ουνλο 
ili τὸν intro 
i] lina cat cal ἌΝ ὦ e lai 


tI Hanso[s. Introductio illa sumpta e codice 82 (T) desideratur in aliis, 


‘CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES 


COMPOSÉE PAR MAR BARHADBSABBA ‘ARBAYA, 
EÉVÈQUE DE HALWAN 


AVANT-PROPOS 


Les architectes habiles, en jetant les fondements d'un édifice, y posent 
une pierre solide, qui s'adapte ἃ toute la construction et peut la supporter. 
De méme, pour les architectes habiles de la crainte de Dieu, la première pierre 
de leur parole dans l’édification de leur monument, doit ètre un temoignage 
de reconnaissance pour la bonté du Créateur. La seconde assise, après la 
première, c'est sa sagesse insondable ; et la troisième, sa puissance invincible, 
(Quiconque possède ces trois qualités, n'aura aucun obstacle dans ses ceuvres. 

La nature des (étres) raisonnables, bien que gratifiée de la grandeur de la 


* T 302°, 


* T 30». 


* T. 802". 


*T 302°. 


328 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [14] 


toi st roca eda βοίο ind οἷν καὶ Judo 
Jay dsdo criar .Jlanns fsaxzo οι δ. DO pa 
Judo 100 L15j:0 00% Mus Ὁ λϑο | cidado Jada fifiaso ua 
Φὶ Ju lado :10005/ 3 οἱ μοὶ last; pag “οὶ fol SS 
JroAaso, eda fo :J1>y99 0/ fuadarso sere fan dad 
ὁκχΐ fiuto asso JAatuzaso 
JASiiodo dA osi Jrmno g € IE.) μμω.3)9 Jiaas - SA loN 
OHALSO quand auto δ. etto ciro pan Man sans JI Jody 
ih Jas [aday :1;30/, Loho Jopoto pel hood da Jr 
Pro 9] fado Judo ypasdda :ss0lo hs] fado fuso, alari solo 


μον, las.) dia da «οἱ do 
A pol Ji 1] }} ori 9 fas da 


Joy fopz00 Jisaauo Jilary Lassas 0/7 :usaras μας μας Julbo 


1. Locus vacuus in T. Adde forsan |:SSaseso μ9|) LaQNo. 


gràce, ne peut posséder ces qualités dans leur intégrité et méme ce qu'elle 
promet n’est pas sans alliage, car sa bonté, parce qu'elle est accidentelle, a 
pour obstacle le mal; sa sagesse, parce qu'elle est acquise, a pour ennemie 
l'ignorance; sa force, * parce qu'elle est débile et temporaire, est entravée par 
la faiblesse. Il est nécessaire en effet que les fruits répondent à l’arbre lui- 
méme, que les propriétés de la nature (répondent) ἃ ce qu'’est la nature elle- 
méme, et que les choses temporaires soient ce qu'’est le temps, variable lui- 
méme. Par conséquent, ce qu'elle promet (la nature des étres doués de raison) 
ne peut étre que sujet aux changements et aux variations. 

Quant au Créateur des temps et des variations, aucune de nos faiblesses 
ne peut l’entraver. Sa bonté se reconnaît à' ce signe que ce n'est pas nous qui 
l'avons prié de nous créer, selon le témoignage de l’Ecriture qui dit : Le 
monde sera consirutt par bonté'; et la terre est remplie de la bonté du Seigneur ?; 
et aussi : Seigneur! la terre est pleine de ta grice*. Les textes analogues qui 
manifestent la bonté du Seigneur envers nous sont innombrables. 

Quant ἃ son inscrutable sagesse, le bienheureux Paul, ce vase d’élec- 
tion, en dit avec admiration : 0 profondeur de la richesse et de la sagesse 
et de la connaiîssance de Dieu'! lui seul est βαρεῖ, c'est lui qui accorde la 


1. Ps. LXXxIXx, 2; ce versel suit la Version Psitta. — 2. Ps. xxxIn, δ. — 3. Ps. CxIX, GA. — 4. Rom.. 
ΧΙ, 33. — ἃ, 70.. XVI, 27. 


w' 


[15] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 329 


ως), λα... ϑομν s0lo ciorinto dint 001 - solo 
lasso Nas cd foa asso isole Lisa ud fydoo 
ΠΕ ΠῚ ak da 
amo «solo lo; Ava Ἀν... ᾿ él :ϑοΐο Lo [9] rad Lio volo 
-Jutm0g530 Dda ὡς 0 e Mia Jnszoto find ylaol 
30 AD edito ASI do Jprnidzo Ji lio Li e 3073 
nd Jr 9 Sodi Lod ilo TA Jo Jana ΝΜ 3 pazza 
sl ha Sio cai ΕΞ 30 led γ"ὶ AS did da 
JA ρα. ο9 I, Nas Jordy DI Qu DAN - 109) xd 
TORNI gdo] Ddr n Find edi }..δ gd funds 
Janas: eidoAd 9 osare xd sel Jas |> οἷα5.Ὺ 5) 
nf |PECCIRO lupo (sato fonica met Jlolansoy τ" :[ οομ 
-« ida it οδδοϑ..ϑὸ Ls; oilazafo 7 JI 16159 Jpamazd 


μμοι κὺὸθ I Jody SY κο! Ια... 19 ὗδἔοδλαδλο ag hizzolso 


4. Locus vacuus in T. Adde «bal. 


Ἁ 


sagesse αἰ sages et la connaissance ἃ ceux qui ont de l’intelligence'; qui a été 
son conseiller*? 

Quant ἃ la grandeur de son invincible puissance, qui pourrait dire que 
quelque chose pourrait lui résister? C'est le Seigneur qui a fail la terre par sa 
puissance 5; il donne* de la force ἃ ceux qui sont affaiblis. Qui est semblable ἃ toi, 
6 Dieu tout-puissant*? Il y a encore beaucoup d'autres textes qui nous mani- 
festent sa toute-puissance invincible. 

Or, trois choses empéchent la nature des étres doués de raison et créés 
d'accomplir le bien, ce sont : le mal, l’ignorance et la faiblesse. Or, comme 
nous venons de le démontrer par les saints Livres, aucun de ces obstacles 
n'existe pour Dieu. Regardons donc attentivement les attributs de Dieu et 
rejetons loin de notre pensée tout ce qui pourrait nous affliger; considérons 
que Dieu nous a créés par sa bonté, sans que nous l’en ayons prié, et que, par 
sa sagesse, Il a fait en sorte que nous ayons une double vie : vie de mortalité 
convenant aux indigents et aux étres appelés ἃ s'instruire, et vie des parfaits 
convenant ἃ la félicité des justes. Mais par sa bonté Il a voulu, par sa sagesse 


Il a administré, et par sa puissance Il a perfectionné. Et la preuve des ceuvres 


de Dieu, nous la prenons de ce monde : de méme qu'Il nous a créés, Il nous 


1. Daniel, 11, 21. — 2. Daniel, xi, 34. — 8. Jérém., x, 12. — 4. PS. LXXXxIX, 9. 


*T 303°. 


* T 303°. 


Re 


* T 303%. 


* "T 903%, 


330 BARHADBSABBA 'ARBAYA. [10] 


xo HAsaruizo solare do zato hood da ul lr bada 
ihuopo οὔμϑ cisadz yapdo foot Audi Ju odio dà fiaso zio [sia 
JAN ir Jia Nos poro do gp fusi iddio Jo! 
Otis καὶ oo : οἶδα κοι» cnasicad [Ὁ μοὶ Jooso 
κοὐ as μα, ΚΝ ρα 
Loriano Lija> Naso arsolo; usasazi lado wo pel ον Μὲ 
od Jorà ἢ] AGAZIA A ρα, a Jia Ao Jrso JI faiaso 
nolo! Aha ss cis vo sala arse καϑία νι. 9... vaaso; 
orlo o food μα οἷν da olias JAazmso inaiuoslo 
Jutso Aso, να 5... lujotiszo υοοδ. οἷν fuatuci fiats μοι ofsauso 
nda ran tara Jsoilo Jijay osarf x» A 29Ò 
Das Îojaso fiotao :)lollo Jisiso Îojasauo lazso sino Luo! 
Juli eso ai ilipdo td olo ca 109 [5Ν5 Lo; 
foto ardita fo ASL JI ον dos Ἀ] τ οοι Jala 


JASa hell paz σοι του λας, St AS Slo pay a [γλϑο 


ressuscitera par sa gràce, et par sa sagesse Il nous transportera d'ici au ciel, 
et cette puissance, que rien ne peut entraver dans notre première édueation 
(formation), n’aura encore aucun obstacle dans notre deuxième instruction 
(la régénération), Par conséquent c'est avec une connaissance saline et une 
raison droite que nous devons considérer les ceuvres * de Dieu et compter 
comme de (grand) intérét tout ce qui est dù à son action. 

A cause dela faiblesse de mon corps, qui languit constamment dans les dou- 
leurs et dans diverses maladies, je ne pouvais vous parler méme un seul jour. 
Mais Dieu, qui connaît votre application et votre amour envers lui, vous qui, 
pour lui, avez abandonné vos pays, vos parents, et, bref, avez méprisé le plaisir 
de ce monde pour n'aimer et n’affeetionner que cette occupation (entretien) 
spirituelle, qui illumine les Ames et tient lieu de sel pour ceux qui ont perdu 
le σοὺ! de la vérité et de la nourriture céleste, vous qui avez préféré l’exil 
(Zevia), les soulfrances, les douleurs, les privations, les latigues, les labeurs, 
les veilles et une vigilance assidue ἃ l’étude des Livres divins, Dieu, (dis-Je), 
m'a fortifié par sa gràce et m’a secouru. Et non pas que j’en fusse digne, 
mais c'est pour que vous ne demeuriez pas désceuvrés, c'est pour que votre 
peine ne soit pas vaine. En effet, c'est l’habitude de la gràce divine d'agir 


God gle 


10 


t0 


li 


[17] 1 CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 331 


Jour Job ono] ὦ} ag ἢ JA dopo Aso aday cool 
olor fà do pl dijaa Lolatsanzico οἷαι 1 JI : JA 
cloro Jody olarmsasaz dI vo Jpasks AGILI: uoriisas 
soa dado zi 49) 000 κκοηλο adi liasass da 
Juruso loasiio pants αν ἡ Luo ἰόν 005 τ μοναὶ Jp zio 
(NT E] 3} 001 Ago μεθ, γ"ὶ db sinto] i 3p> 
Laijo ladio Jad lady Loc κα ον pl ide rad soul) 
Jo uolosranmdo @au005 οὐδὰ adsohaso : ΣΝ 9, Jo 230 «δουΐδυο 


JiS0hso No fumo Joi) 01 edi do 35 wr d Aamoll) 
lilaz οἷο rada ον αἱ or "μιν δου cAhjso e «νοι 
Along did do 2 «Jolie "5 alamarisoro aladanas 
99 όμ.5 tutt ora δ, Al ἈΠ sso) μδασομοὰ, 
Pr luilaso Jasiaso fasaz ad χομδοΐο oAuidisoo «οδονι ὐοι 
Sala Nos [91.5.59 0 


ainsi; c'est encore elle qui est la cause de la formation du monde et de notre 
première création. Car nul ne pria Dieu de créer les créatures, si ce n'est sa 
gràce et sa miséricorde. Il montra et manifesta davantage * sa grace par ses 
paroles envers nous, par l’honneur qu'Il nous fit de nous gouverner, par sa 
sollicitude à notre égard et par la rémission de nos fautes et de nos péchés. 
Bien que nous ayons été sans cesse ingrats et pécheurs, par sa longanimité, 
Il nous a supportés par des lois vivifiantes, qui, de siècle en siècle, ont été 
établies pour notre profit, surtout par la loi, qui, par l'intermédiaire du bien- 
heureux Moîse, a été donnée au peuple d’Israél, afin qu'ils pussent acquérir 
l'amour de Dieu et l'amour du prochain, qu'ils s'éloignassent du culte des 
idoles et reconnussent celui qui est seul Dieu vrai et éternel. 

Après toutes ces choses, pour comble de bienfait, nous avons eu ce dou 
glorieux et ineffable, à savoir : la venue du Christ, par les mains de qui a été 
répandue sur nous toute la richesse de sa bonté et de son incommensurable 
miséricorde. Quoique toutes ces gràces soient communes ἃ tous les fidèlos, 
toutefois c'est vous qui en jouissez le plus, parce que vous les’ étudiez et y 
méditez et parce qu’elles sont pour vous un délice et une rémunération excel- 


lente, plus que toute sorte de richesse. 
PATR. OR, — T. IV. 23 


* T 304°. 


* T 304°. 


* T 304. 


* T 304. 


332 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [18° 


Ἰοοι ὡοιοδο οὶ ‘45 Lranlo Saul fas] 230 fusass Lion had 49 
["οι Jia spallo ol xo asl] ὡδο; Dl JASN“%x5 susotioho 
eds do dio Loano] Ls00, 3 viso Licio fis has! palo 
Μ Sdarvo 533 J $pasdo peut ἢ 100 pid SAS 230 2delo lasso 
Jorge edo ui JI ilo Jo ctaztolo ομα δ ph Μὲ : Do 
Ohio οὐ "Lu dor otlaspazzaz coda Opal dI x33Y hisjao 
Jac «οοιδο. oto oa liscio eros [»αϑὶ lupo, Jada 
dò 0 Al Joi ll di vis radi Jong clans 
10001 utt 0087 SN di pd citt Ji 1 
ὄχ Loy otel 
cagAoado iifrado aspary also μου asd Loa ad al .5 
IA Add di OA OD i i] 0 dio Μμα.- 165 
Gaio 0 ded Au) οἱ adr Lila doro GY doo 


1. Locus vacuus in T. Adde liZagge biso. 


Gi. 


Vous savez en effet d’où vient l’origine de cette institution, quelles furent 
les causes * qui la firent supprimer d’Edesse et la firent fonder dans cette ville 
par Mar Bar-Sauma, évéque, et par Rabban Mar Narsaî, prétre, hommes 
vertueux et divins, et comment, après leur mort, non seulement elle ne tomba 
pas en décadence et en ruine, car Dieu l’agrandit et la fit prospérer davan- ; 
tage, malgré les agitations et les troubles suscités contre elle, de temps à 
autre, par l’opération de Satan. Des avantages appréciables en découlè- 
rent sur le royaume des Perses comme en témoignent les institutions issues 
d’elle et qui existent maintenant en plusieurs endroits; or, pour toutes ces 
gràces nous ne pouvons remercier assez Dieu, de nous avoir rendus dignes : 
de telles faveurs. Quelle sollicitude n’a-t-Il pas ἃ notre égard, nous qui n’en 
sommes point dignes! Nous prions donc Dieu de la conserver (cette école), 
de la maintenir et de la consolider éternellement. 

Vous aussi, vous devez vous efforcer à vous appliquer au travail, à obser- 
ver, en en tirant profit, les règlements qui vous sont prescrits et que vous 
ont transmis' vos prédécesseurs, afin que vous aussi, vous transmettiez ces 
biens et ces avantages à ceux qui vous succéderont. 


de 
” 


1. Les staluts de l'École de Nisibe sont conservés dans le Synodicon Orientale; ils ont &té publite 
en 1890 par M. Guidi : (Gli stututi della scuola di Nisibi, dans le Giornale della società Asiatica Ite- 
liana, vol. IV (1890), p. 165-195. 


10 


10 


15 


[19] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 333 


pod οἷν. το}. 55 aslaro, © Jlosnf ribasso | io 
fot los lifrasso luis, fooy Jo Jas }}} : asd db 
: Joan ΙΆ ΡΟ ΙΝ αν fd ad ἈΝ, οοιν τ} οἶδα 230 rido 


951JL [μϑῖοι Lai via; A dato tr dal 
καθὸ af lo soda Jp gal opel τς 5}05}}}} hd /3 sos oilolo 
Lis xopdolo usalo ες Jo AS asolo Jazz oilolo 
οἷ sel DI Juscs Di 04 votasruzso cilazagio Jloihssy 


οἱ :μο.-»ὐ »»ἱ οἱ ᾿ὥΝοο piro Jean) ΔΝ uotoh./+ So" 

has Da κα μον γχαὶ ana do AA οἱ fono zio dd 
nido) οἱ «οι, Το) Lonaf οἱ paz hot lindo lan uoshals 
Jiol kid καὶ μοὶ οἱ Lala voi leaf do DA Jroto .Joyd uoiohl 


#00); A] fera do AAA netto μὰ οὶ Jai 


1. Hic desinit introductio et incipit codex 109 nostrae bibliothecae (C). — Posthac textus sumitur è 
codice 109 (C) et adjicimus variantes leetiones codicis 82 (ΤΊ. — 2, T Sell. — 3, T lis of Mal: 
Lmosl; creta | μον vo Deb ἴνοιο : La L3a5 :᾿δλοὶ. 


Pour nous, * nous remercions aussi votre sainteté; car vous ne cessez de 
nous réveiller et de nous exhorter à nous occuper sans lassitude et sans 
négligence, ni ennui de ce travail. Nous prions Dieu de vous accorder un coeur 
en vue de l'intelligence, de la connaissance et de la compréhension de ce qui 
est nécessaire et de ce pour quoi vous étes venus ici, afin que, après avoir pro- 
lité et fait profiter les autres ici, ἃ votre retour dans vos pays, vous puissiez 
paraître comme des astres dans le monde, vous instruisant et instruisant et 
donnant le profit de votre savoir ἃ beaucoup, afin qu'ainsi vous puissiez 
ramener les égarés à la crainte de Dieu et engendrer et produire des enfants 
de vertu par la gràce et la miséricorde de notre Dieu, auquel soit rendue 
gloire dans tous les siècles. Amen. 


Tout étre existant peut étre compris et examiné de trois manières (τάξις) : 
en lui-méme, par rapport à ce qui est au-dessus de lui, ou par rapport à ce 
qui est au-dessous de lui. Ainsi, quand nous disons de l'homme qu'il est Ame 
et corps, nous parlons de lui d’après ce qu'il est en lui-méme; lorsque nous 
disons qu'il est Dieu, nous lui appliquons ce qui est au-dessus de sa nature: 
enfin, en disant qu'il est boeuf, aigle, ver, puce, nous lui attribuons ce qui 
est au-dessous de sa nature. 


* T 305" 


"Ὁ 25% 


"Ὁ 20". 


*T 305°, 


πεν. = |PONT 
: è n 
i | a 


334 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [20] 
730. γοὶ οἱ ls Mo I Lora da Siasokhoss fur ci è Jo 
sio] xl: © |! Sab .uotoA./3 γοὶ xd AA dl susa: 
shansaso JI μοῦ fuoco LA] cd rido) paz καὶ δ. Lo ἢ 
Asp i iso) pil cucita Asauli) fenaf pl [τοι Soy ΝΟ 
JIA 30 pado fans do AAA [νοὶ ihantoo bop Jo :fsamazo 5 
+ odia Aasil/ 
Pl opa dad οἷο faz Lod Las uooh./, Jo Jo Li5 ay cal 
οἱ suol) Ng ji iazdo Jo vorremo cod “AAA. 
“Ὁ 96. :° oo” uo uoiohl3 ud sano ‘ Juoom Jsor lo .Jusci J οἱ οοι μοοι 
Ε΄ »α- το Joi J uoroAtls odi «Οἱ fuso suor 5, δ Jato τὸ 
stila ot JAda chef “uo *fusocivo LA vo uotiohali od 
ili [νοι lo .00 fuoco Pustohalo +. oto JussoAisso LA. Fg al 
italo Jooy No yaa faso hot Das μμυὶ xo ch A Lian 
® 1" 306%. veep=òdò io Jlupsad Jimaso Jia «-τοἱ | rato ]9 dio foot io 
Aso Loc Nfiso Gul fAu30 00 Lul Nyse voro ca ti 


1. Tdeest. — 2. T Dalisbe. — ἢ Tlon. — ἡ, Τ' (τ : gh) οοδσο: — i, 7 lino. — δ, T deest, 


* T 308°. Quant ἃ Dieu, les étres eréés en parlent * de deux manières : ou bien en 
disant ce qu'il est en lui-mème, ou bien en lui attribuant ce qui lui est infé- 
rieur. Mais nous ne pouvons rien lui appliquer qui soit au-dessus de sa nature. 
Car, si nous disons qu'il est l’Étre éternel, l’Esprit infini, la Cause de tout, 
nous le définissons tel d'après sa nature propre. Si au contraire nous disons ὃ 
qu'il est composé, corporel, privé de connaissance, et nécessiteux, nous lui 
appliijuons ce qui est au-dessous de l’ordre et en dehors de l’exactitude. 

in effet, quoique ce mot : est, soit commun ἃ tous les étres et aussi ἃ un 
seul étre, toutefois c'est ἃ Dieu seul qu'il convient et s'applique exactement : 
parce que tout ce qui existe est ou eréé ou non créé; or, de méme que pour ww 
ce qui regarde l'ètre eréé, le mot /uit est antérieur au mot est et que celui-là 
est la cause de celui-c1i, ainsi, pour ce qui regarde l’étre non eréé, le mot ens 
elernus est antérieur au mot est, et c'est le premier qui est la cause du second. 
Car 511} existe et s'il n'est pas ens aternus il esteréé; or, si cela est vrai, il a un 
commencement, c'est ἃ un autre qu'il doit son existence; et ainsi, il serait égal ᾿' 
à tous les étres dans ces deux états, en tant qu'il a été eréé et en tant qu'il est. 

*T 306. * Or, si, ainsi entendue, cette hypothèse est absurde, Dieu est parce qu'il est 
l'ÉEtre; et la eréature est parce qu'elle fut créée et eut un commencement. 


gitized by È O 0g | C 
- N sid 


[21] CAUSE DE LA FONDATION DES EÉCOLES. 335 


dd Aso DI oto 00 pad cpu Jdupo "Jooll Jr 301 el 
Jo YI <p 01 podio i μδοι yono 230 af 19 ootdo Lio voro 
008 «ed mp io far di μὰς κοι οὗ. μος Ato sol 
ASA uao 00 [isas do Sade Ao Jo Jan Ja pag 
Jmian:0 /001 lusas 001 βοΐ, Diso sui Jlalo [οοἱ ἡ Îo «ον ὶ r9 
1 Joor voto) Νὰ.» Air Jr 15 κἱ JI .-3Joa dpr dad 
Jictato. ord : "ἃ li JA fo ..9 ALA 00 001 
]οοι wr o1à οοι JIl sro {οἱ Niohoo J 15 μοι οἱ; γ»ὶ μὲς 
μρο}"λο o 19 :ha01 οὐ; xl Joot vipalido udiaddo GISO GLISO coro 
polo 0 ils γ»ἱ .Jéar Spe 45 cd οὐ. ‘ly cor hi iuo Wok 
UIL IS] sp μοὶ μοῖο (οἱ LIS sp dsl χῶς Ἀν τμροδαο 
9 L41501 ὁ. lavor Suoi α JI Lava: sp ul χὰ Jo .)ν» 
Joy ομυοῦ "τὶ Sio ! sul Jola 


1. T deest. — 2. T lon wanobdel. — 3, T Spa model. — 4. T (9 : χ (sic) bi. — 5. T 
deest. — 6. Lege α ΜᾺ 


Il est donc incontestablement certain qu'il n'y a qu'un seul étre qui soit, 
dès le commencement, avant tous les étres. Il y a méme ἃ dire que non seule- 
ment (la locution) : étre seul avant tous les étres, mais méme le mot in principio 
ne lui conviennent pas. Car tous ces termes ne sont employés que par ana- 
‘ logie. Dieu, étant de toute éternité, n’a ni nom, ni appellation : il est au- 
dessus de toute dénomination. Il n’a pas été fait, et n'a pas eu de commence- 
ment; car ces mots : exister, commencer m’étaient pas encore connus, sinon 
dans la connaissance (divine) qui pénètre tout. Lui seul était de toute éternité; 
1] joulssait, comme maintenant, d’une essence heureuse; il habitait dans une 
lumière resplendissante, d'une manière indicible et insondable. Mais il se 
connaissait lui-méme, ct il était connu par lui-méme en lui-méme οἱ de lui- 
méme comme maintenant. Mais il est impossible aux étres raisonnables de 
dire et méme de penser de quelle manière Dieu se connaissait : Nul ne connaîl 
le Fils, dit Jésu3-Christ, que le Père, et nul ne connaît le Père que le Fils'. Saint 
Paul en témoigne aussi : Qui est-ce * qui connaît ce qui est en l'homme, si ce' n'est 
l’esprit de l'homme qui est en lui? De méme aussi personne ne connaîl ce qui est 
en Dieu, st ce n'est l’Esprit de Dieu?. 


1. Matth., χι, 27. — 2. I Cor., n, 11. 


li © 07 SE 


* T 3065. 


* T 306°. 


Ὑγετθεετντητ » =: * rire <=" telo «Li πὶ i —- 
7 n r I mi er 
' 

LI 


336 BARHADBSABBA ‘ARBAYA, [22] 
fosco Jill vò suora) ‘Asi ἢ cd daro i 
κοῦ di Joh "ans lsoJo :fx0) xd Jrasos sol μ5)ο :A_A 
1097 stiaòolAzo Ji fuosofzy paz co hassad :Lauosi ‘ Joow xd Pi sol 
Jlo}z0 uòid fsopò 1043 ἡμῶν Jos foscut o Ade wslasso 
hay Judo ΟΝ 
ΙΝ. οἱ ΟΝ ΣΝ > 9. Joss ibra SD Adi isso 
IA 9}ò0 edo Anso cd lizza] tati Assil Jo flusso 
θα ἀν ΙΝ 35. ai ‘I cifilo tasso voto fasc vito 
| xd Sy 10 00 xl Illo -.Jjuja Jiotas co.5 fast asse Jo 
ea pal pil Apia o a oro Jo Jlazaf è 
“μοὶ Ως ed (9) Jondo pdc ooo μον [νος Jo citarne 
ol δ 300 On JAN Ji ol do ooo DA Joods 
730». ὅροι JLof :} n? fo itato pda Asolo Jr fd boy «Ὅν ) 


1, Bebjsolbs0 αὶ oder geosdas 15, — 2, T Date, — ἃ T lay. — 4. T lode — 5. T hie locus 
albus. — 6. Τα: 7.T lal: — 8. T woljsso. — 9, T deest. 


Dieu, existant en ses propres attributs, d'une manière inexprimable, la 
pensée ne peut pas salsir cette essence divine, avec laquelle le temps qui 
commence par le mouvement et le mouvement qui est inhérent è l'essence, 
sont incompatibles. C'est la profondeur des profondeurs, insondable et introu- 
vable. La pensée n’a pas de sentier pour marcher jusqu'à cette majesté divine ᾿ 
qui est au-dessus des sentiers et des chemins praticables de la pensée, ce 
coursier agile de l’Ame. La pensée n’ayant pas de sentier pour y marcher, la 
parole elle-méme, coursier rapide ἃ quatre pieds, faiblit et se voit obligée 
d’'interrompre sa marche : car l’acuité de la pensée, qui est le guide et 
la maîtresse' de la parole, se trouvant éblouie et aveuglée, elle devient ! 
incapable de contempler cette lumière majestueuse, à moins que Notre-Sei- 
gneur, par sa bonté, ne nous fasse la gràce de nous révéler et de nous faire 
connaître sa nature, ne fùt-ce qu'élémentairement, comme le dit saint Paul : 
La connaissance de Dieu a eté revelee en eur; et, montrant comment cotte 
connaissance a été révélée, il ajoute : c'est Dieu qui la leur a revélée et ἃ nous, ἢ 

*T 807», Dieu nous l'a revélée par son Esprit*. Et Notre-Seigneur a dit : * [Nu/ ne δον παῖ 
le Pere sinon le Fils] et celui a qui le Fils aura voulu le faire connaître*, Jai mani- 
feste votre nom aux hommes*. Autrement cette parcelle meme de connalssance 


1. Jil dérivé de θεωρία, — 2. Rom., 1, 19, — 3. Matth., ΧΙ, 27. — 4. Jean, xvi, 6. 


[23] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 337 


ID 3 Ant .όμ.5 ip Aa fo Jyso Ji Ji Jo 
JpSs JADs00 fasc 230 Aulizzoizo Ml ul pio dI 

JA 0 μοι Jato Μὲ tr pel intadpo Hi) dpr pg ha Slo 
ionico pitl? rsoiadò Ὁ igdpezo Jr κου Sl) das0 οοι 
1 podo Ha Jonl do "cri Jada 000 Ya, vos hi oso asl 
+00 fran “| 9 pol) μοι 

dr μ) μὲ μα IA 01 A] Tr pro ΚΣ Vide 
[IESPA 20 οα΄ fp An fia doo Sa Judi 
aa ez ‘Lagllo font xd μ] «00 fusaz %ipuado Loy Joan 
= suoi] οἱ ft οἱ sasa οἱ Js05, fsans O yulo NOSTRI 
INGOIO ὕμωδ. da μλχ da Ul 1A} has cv Jas aj 
μοῦ 5, Joaa οἱ fuso a Jo καθὸ ind, Jlo ts)9 
οἱ ᾿τωοοδι οἷν Sugli clan Au] Jo 11) Ja 2 


* C 28°. 


* T 307°. 
* C 28°. 


Jo Jas) logia “Sa «39 rds 008 μος οἱ οοι famol . 


1T er el d-— 2. T odg oo. — 3, T iptar90 μὲϑ9. bo Las. — 4, T laillo iiagto fim — 
5. T μιϑίο- — 6. T pae ga DI. — 7, T pae se DIO — 8. T ol cda 


ne pourrait jamais fixer son regard sur l’essence divine. Car ce qui lui 
est propre est ineffablement inaccessible ἃ la pensée et ἃ la parole des 
créatures. 

Le fait de savoir méme que nous ne connaissons rien, échappe, je crois, à 
la connaissance. En effet, celui qui affirme qu'il a compris les choses incon- 
naissables, est inférieur à un avorton : car il est dans une absolue ignorance; 
511 reconnaît Dieu comme inconnaissable, il sera reconnu par Dieu lui-méme 
comme un sage. 

L'essence divine étant ainsi, voyons comment nous pouvons apprendre ἃ 
la connaître et quelle est la différence entre 168 créatures et leur Créateur. 
Quoique ce mot creature 8010 un terme universel, il renferme cependant plu- 
sieurs genres et plusieurs espèces. De méme que les mots : esprit, corps, 
nature, étre, quoiqu’ils n’aient apparemment qu'une seule appellation, ce nom 
cependant s’applique à plusieurs étres et à chacun de ces étres qui sont 
distincts et ne se ressemblent pas, qui sont différents et ne se convien- 
nent pas, ainsi le mot creée, quoique unique, implique dans sa signifi- 
cation d'autres noms. Parce que ° tout ce qui existe, est ou substance (οὐσία) 
ou accident; chacune de ces deux divisions (substance et accident) se 


* T 307°. 


338 BARHADBSABBA ‘ARBAYA.® [24 


οἱ Aly N90 fut) N95 til tz doi siga 


ULT Ι οἱ οι Ιλϑα λας 
«οἱ o i'opiso ΚΝ. πω lusfasd diro vol sasa go 


ων do dg odido luiagzzioho nas Jirdo -linas βόλος. 


.. Δ οο vu sol odio . ao) 0 Jada οὐμδο ὉΠ ΆΔοο uao Ds 
“Jo Ji i οἱ sodo AA luz] Lisasd co. οἱ dar 
μωοο fr Jo fra faro Mo fiato fico sol Judas. iv 
AS 50 :μϑ ὰϑ forhoullo cfiancso Jo [λῦσαν οοι οἱ diro sal 
Jo vol) 99 Sd 0g Sade de 
Judo fuso, 65 Ul 130 godo sio] οὐκ day Nido 


6 


+ egjd00 tese oil, 15 HI ὥβοδλας ον» 95 i [olo x 
{o δοο .οὐμ ἡ" 0 οι νῷ III if υοοδν δὲν cdi τἴμοιθο ἡ fadzso 


1.T voolasl, lazaSio hial lati. — 2. TUDO —- 3. To. LT er. — 5. T sic. poss C. 
a BL mago. — 7.T μβῶρ a) boo. 


subdivisent en d’autres espèces (modes) qui en décculent. Ainsìi toute subs- 
tance est matérielle ou bien immatérielle. 

La matière, en outre, se partage en plusieurs autres subdivisions qu'elle 
implique, à savoir : en matière animée et inanimée, sensible et privée de sen- 
sibilité. De méme la matière animée se répartit en d'autres divisions : en 
matière vivante et matière privée de vie, en matière mobile et privée de mou- 
vement. De plus, ce qui est vivant et qui se meut se subdivise en d'autres 
distinctions qui lui sont subordonnées, c’est-à-dire en raisonnable et non 
raisonnable; les substances raisonnables elles-mémes en spirituelles ou ani- 
mées; et les substances non raisonnables en vitales ou non vitales. L’étre 
spirituel se divise en fini et en infini, en éternel et en temporel, et en celui 
qui est la cause de tout ou l’effet de la cause de tout, qui est Dieu. 
L'excellence d’un étre ne consiste pas dans le fait qu'il existe, mais dans 
ce qu'il est et dans sa manière d'étre; car celui-là est universel, ceux-ci sont 
individuels. Ainsi le boeuf est plus parfait que la pierre, non pas ἃ cause de 
sa corpulence, mais parce qu'il est vivant et sensible; le roi * et le prétre l'em- 
portent (sur le peuple), non pas en tant qu’hommes, mais ἃ cause de leur 
dignité et de l’honneur qui leur est dù. L’ange est au-dessus de l'homme par 


OOÒO tese μβαδο sup finsast vosAunso Luna, Jbascgy οἱ fuso -: 


[seni 


σι 


[25] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 339 


otro lo x Jo Lino Mt fn de vol 
1 "τοι ed10 Ων ol Anson ον. οἷν paz di cilento 


ἡ βμαλᾶς ooda de sol Jolisoo .iNiauasor δι» JI YA δῦ ο΄ 
Ιουδας οἱ [ποι lanzo N Lum usohali vio JI) + zan Ἀν io di 
uo | Jisor voro Ἀὶ + uotoAli οι» ai Na do Aso 

SD XI io ollojzaz ’uddivo soa 30 da μοι af 390 
»»͵ὶ ΠῈΣ μϑϑβο Jisasaz NiasoAso z30/Asy «093 daro JI :J00 
fata 0059 AU dti 2A luonanò ag 9] METTA : 
ΜΞ), Jordi io JI n Ὁ. ty fosco dit al 
Jazz uu Daly ad Sl) fesso “uh fi pag Ὁ» 
γοὶ 100 ἤμδωυ uu Do sol Jo aio JA80 Jarno GI jul 100 
hdi faslo So y—l :00 μιλῶ 00 μ.α9) Ns Îlo JAS pi SDA 
eJAiaso [35}|3ο y-l ‘000 Jasay οοι Jinss No «sol Jo 


1. T 5 o — 2. T 500 luis hiaZa ag, nda, μιϑίο s0md5 un σον. 9 δ] δὼ 09 Ἰίαροοῦο. 
— 3. T NeSsey — 4. T biaustag ἢ. — 5. T udao. — 6. T der ida. — 7. T hic locus albus. -- 
8. T Ilobelo. — 9. Τ ing; — 10, T μιϑ.. 


son immortalité; ct Dieu est supérieur à ses créatures par son essence et son 
éternité : c'est ce qui lui est propre. Quant au fait de l’existence, il lui est 
commun ainsi qu'à nous. Et de mème que l'homme est plus parfait que tous 
les corps, non pas en tant que corporel, mais en tant que raisonnable; et que 
l'ange est plus parfait que tous les étres corporels, non pas parce qu'il n'est 
pas corporel, mais de ce qu'il est vivant et immortel ; ainsi Dieu est supéricur 
ἃ tout, non en tant qu'il existe, mais quant ἃ sa manière d'étre. 

Malgré cela, quelque grand que soit Dieu dans sa nature, quelque élevé 
qu'Il soit dans sa majesté, et distinct des autres étres, Il a accepté, pour 
notre instruction, qu'on parlàt de lui selon le langage concret des créa- 
tures. Dans la science méme, nous trouvons que les distinctions inférieures 
prennent le nom des étres supérieurs; mais les étres supérieurs ne se 
nomment pas du nom des étres inférieurs. Ainsi l'homme est un étre vivant 
et raisonnable par son essence; or tout ce qui vit, comme les animaux, 
la volaille et les insectes, n’est pas homme; de méme * tout ce qui vit n'est 
pas animal, comme les plantes; tout ce qui est nature, comme la pierre et 
la matière brute (ὕλη), n'est pas animé; de méme tous ceux qui sont de la 
nature ne sont pas corporels, comme les anges et les Ames. 


*C 29, 


ΣΤ 3085. 


* T 308°. 


*T 309". 


*T 8309". 


840 - — ΒΑΒΗΛΌΒΒΑΒΒΑ ‘ARBAYA. 26) 
PR.) METOTOCTA gato pit il da Lod JAj30 μου» day fida, 
03 ORA do dro; et dio Lfatitzo [5}}55 Lod xs Jul 
SII 3 lati δ ἢ Lui ὦ cell 22/0 Job 


fa hop μ5ὰ....»᾽ fto lion di5 yasmo .Jlazso ἢ fut fase 


gel ip fps nido 0159 shot Jayso, Jiotas Gio ato 
@9jAv Leo Ans “Mas, ig (PCS DI n Jjo) lo}, JA è 
OD ID qirdàd gui di) rod solaztzoy fio Jhy καθ cas 
pg SD lun LA dd 0019 sla lio οἱ» eat 150) 
Lio :)00 Jim 03 τ. κα, I ul ita Lio di] οα 
αἰ ind ol γοὶ “sfata Je «οἱ uo :λλλϑ οι oc 
ops μιά. αἱ paz fai «]οομ [569 sas 001 [9λ... χϑρ [βου 
«δ AI τὰ Tazio DD ODO Jsar Nsvo ce ᾿βοας5 Oil 


1. T ee 97 Dr desse ima dé. — 2. T deest. — 3. T Ibadanbre ll. — 4, T asseliza- C addit 
in margine : 20» Delaf lina : Jas Q0o MI1;9 Qo κρνβλδιοσο 1 ito is IAS (05 tes da: n — 3. T 
ILaz3) φοὶϑ. — 6. T liana. — 7, T xd ande. 


Mais, quoique tous les étres rentrent dans ces divisions, cependant 
la science touchant le Créateur et la créature ne se trouve que dans ces 
deux catégories, c'est-à-dire dans les anges et les hommes. Mais comme 
nous sommes trop faibles pour fixer notre regard sur cette essence divine, 
Dieu placa en nous une lampe invisible, qui est notre Ame; il l'a remplie 
de l’huile de la vie immortelle; il la munit des multiples mèches qui sont les 
pensées douées de connaissance; il y répandit la lumière de l’intelligence 
divine, par laquelle nous pouvons voir et distinguer, comme cette femme 
qui avait perdu une de ses dix drachmes, les ceuvres cachées du Créateur, et 
parcourir tout le riche trésor de son royaume, jusqu'à ce que nous trou- 
vions, nous aussi, cette drachme empreinte de l’auguste image (εἰκών) de 
l'éternel Roi des rois. (C'est ce que nous ne pouvions jamais faire), sans 
cette lumière divine, comme dit saint Jean : C’est en Elle qu'était la vie, εἰ 
la vie était la lumière des hommes', ἃ savoir la force intellectuelle, * comme dit 
Notre-Seigneur : δὲ la lumière qui est en vous est une obscurité, quelle sera cotre 
obscurite ®; si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans une 
fosse?. C'est pourquoi il nous commande en disant : Marchez pendant que 


1. Jean, 1, 4. — 2. Matth., vi, 23. — 3. Luc, VI, 39. 


[27] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 341 


JA 1J, VENI βμρα.λ.. Is 1A fiano Δ δ. .λο9 Jos 
QI 

009 Jo 200 Jus0019 008 :f=+ouo Judo Joao μοι N50 οοι 
Jola rd μ5 ἘΔ, Na cpu ἐμ, “Is cho eis09) nubi 
DS As ai sol otusoo : lin Jpg ag γϑοιλλδοο Aaron 
NOA pm καλοὶ χορ» ὁ} μι JA ago gdo) Πα 
ὁ ftuo5 bay NCL 

ade χη μα 161] «5 pado οἱ da a a duo 
last fari 39) Sd paz prod corato Ans atlo xò ωοολοὶ 
PorhofAao hdd dass dell 0 rt Jo lora sl 
Jhsilo 1400 ΒΔ ΠΝ δι Ilio dd Ali [τοὶ ipa) «οὶ Jas 
JAsALo Ji "1 ao :μὲ οἱ JSL' οὐδ da 200 JA asd 
lito LAI sel 0049 do daddi uo n? Jas μαθρ 
μῆς da Aruaf asd dd fpadvo hamsd 7)» Jai) *lfijoaso 
3 JA 0 30 ud 9 A Ἀν ΘΗ 00 addi” faina 30 


1. T Îso-— 2. T locoso 00 li20099 cm. — 3. T hic locus albus. — 4. T hail u29- — 5. T oreselbao 
sic. — 6. T Miao. — 7. T ο]99 C. — 8. T desunt. 


vous avez la lumière de la raison, dans la sagesse divine, de peur que les tene- 
bres de l'erreur et de l'ignorance ne vous surprennent '. 

Cette intelligence raisonnable et éclairée, qui est l'image de son Créa- 
teur, a eu le privilège d’habiter en deux endroits : une partie habite sur cette 
terre, où elle est revétue de la robe corporelle, et où elle se conduit dans 
le bercail de chair; et l’autre partie a eu le privilège de marcher là-haut dans 
la plaine fluide de l’air (ἀήρ) : ce sont tous les étres (τάγμα) spirituels. 

Mais comme notre parole a pour objet l’intelligence qui est en nous, 
voyons comment elle est en nous et quel est son siège. Les philosophes 
grecs se trompèrent tellement qu’ils lui attribuèrent méme le nom de di- 
vinité. Son principe et sa raison d'’étre, c'est l’Ame qui est liée en nous et 
qui a trois facultés intellectuelles, ἃ savoir : l’esprit (mens), le sens (interne) 
et la pensée. De ces trois facultés en naissent * trois autres qui sont : le désir, 
la colère et la volonté. L’intelligence est au-dessus de toutes ces facultés, 
comme un cocher (ἡνίοχος) sagace et un pilote (κυδερνήτης) habile, dont le re- 


1, Jean, xII, 35. 


*C 030°. 


* T 309°. 


*C31°. 


* T 309°. 


* T 310°. 


ΚΟ 81". 


ἘΤ 8910". 


842 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [28 


cio κοί Πὅ 5. ᾿ΠοΝ δι Jipad cd JI ad pops da 
Asso ddporo μοῦ; lai sided ?/liot lil Jaso val 
eco Auuaso Aulo JI] iziono Mr adulo sco, Jos Jr 0od 


ai gi ip ἘΝ ne a a ὉΘΘΘ 
do Sato oleosa pd fed ll, ΒΟ paso 
:A Jai Jsdy cip Da gdo day c/o Jp LS Jicspoo 
ced N Ag Ια As} 1sh50 Jing io i Ομ vaso 
&Jhysil Jhapo lunoiso 
μ. ii ; Paro AJu1;1 μοδλα. 5, dal MI pag Woo 
oto | LESS, Juds07ns pati 00 : Nlojaxcado LETTA 1 rai so 


1. T volodbedbudo. — 2, T Ilojasse. — 3. T deest. — 4. T 5389 — ὃ. T veseitasol» ealasbasas. — 
6. T hic locus albus. — 7. T gato. 


gard plonge dans le lointain et écarte sa barque chargée de ces trésors, des 
écueils de l’erreur et des tempétes de l’ignorance; par les premières facultés 
intellectuelles, elle épure les forces cognitives de l’Ame, pour qu'elles ne 
prennent pas une chose pour une autre, mais pour qu'elles saisissent la 


vérité et la certitude des objets; par l'autre partie pratique, elle purifie les 


forces animales de l’àme, elle les prédispose de telle sorte qu’elles ne sc com- 
portent pas inutilement mais que leurs mouvements soient conformes ἃ 
l'équité et ἃ la convenance. 

Mais, comme les facultés sur lesquelles elle domine, sont diverses et dif- 
férentes entre elles, pour ne pas faire naufrage ἃ cause de leur diversité et 
pour ne pas périr à cause de leurs contrastes, l’intelligence procura, comme 
le nageur sur les flots de la mer, en guise d’outre et de barque, le navire 
που du raisonnement, afin que par lui elle pùt marcher sans crainte sur la 
surface du monde, et σα θη fait de perles et de pierres précieuses, elle en 
tiràt la sagesse de la crainte de Dieu, * qui s'acquiert par une connaissancè 
droite. 

Et, comme tout ce que renferme la science se partage en deux parts, 
à savoir la théorie et la pratique, il faut savoir que la perfection de la 


tend 


[29] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 343 
sth | 2 Jlojazy Ludo 009 Oda IAA Mlas5izso 
| «JAY Hoja chadidoaa 
gelido: io Judd “lana Jlatoano Al) Davao δ λλλο 
‘Maso dito uao Jo leo iso “hay 
"νοῦ D 09 Ji las Ash Jr Na flirt 
gi] Ἐλθ) ὀμᾶλλο χϑο Jo Dog ili Jada dò Jada 
ἐκϑομωδοὶν del 00) JIA fida uso] Jade dd 
Sad tnt [τοι Nov it Jo] dad i fia 
Jia ψοιοδο οὶ» Jo pag SAI JA SI Jia riot 9 6499 Jas 
sol odio May tion λα. TA 405 ip) Jo οὗ. 
ὩΝ 5 Letra od :Jlodz Al lit Jah pò poroso, [oo 
ALor kazoAso Ji Mou pad ne) et dopo Jiphy για. cds 230 


Lor Juoz> Bag θοι Mas i nia "αἱ, Sl "Japofs0o 
+hbaziad 2 sascill; ollasadso fonte Ji divo Adi da raso ἢ 


1. T |hauighse. — ὁ, T 19019 loan. — 3, T US$. — 4. T [Lato 0,9 19 Go ILoshuoy. — 5. T de- 
sunt. — 6. T licia [heatafo. — 7. T japetso ol. 


théorie consiste ἃ saisir et ἃ comprendre exactement tous les étres, et que la 
perfection de la pratique, c'est l’excellence des biens (les bonnes actions). 

Et comme la théorie et la pratique ont chacune son opposé, comme 
l'ombre a pour opposé le corps, et l’accident la substance, c’est-à-dire comme 
complément de la théorie et de la substance, la nécessité du raisonnement 
s'imposa comme moyen, pour nous aider ἃ distinguer cette opposition de 
la complète perfection de chacune des facultés de l’Ame. En effet, si le com- 
plément parfait de la théorie est la connalssance exacte de toutes choses 
existantes, il est clair qu'elle a l’ignorance pour opposé. Aussi avons-nous 
besoin du raisonnement pour distinguer la vérité du mensonge; car ce qui 
se révéle comme étant vrai, nous le saisissons par une conviction saine qui 
est basée sur la connaissance des choses; et ce qui est reconnu faux par le 
témoignage d’arguments véridiques, nous l’abandonnons comme contraire ἃ 
la vérité. Il est donc évident que sans la raison, il ne peut étre distingué 
et connu convenablement par ceux * qui jugent humainement les objets. Car 
celui qui ne parle pas par l’Esprit de Dieu, sa doctrine, pour étre crue par 
les auditeurs, a besoin de preuves basées sur la raison. 


* 3%; 


*T 310°. 


*T 310°. 


* Τ 411". 


* T 311°. 


«Oto Jr ΙΝ δ.» alata Lo LS, κα ον γεὶ ΙΝ5}» 
«Ὁ 09 “}!οϑαλιρον [τοι "JAvas Jloddoo dd rist Jo da 
ΝΑ.» Ji Jis dog Ag GA infor 45 ada JA o JAag 
Jia asso sul di “ua Joy ottasz.or uéis ΝΑ vassso 
Quo Ναὶ voto 4 Jlausso] Ja 3 ΙΝ δου jso odio .JAag Javpeo 
SAUJAA > JA 001 59 JA JauAs0, sol odo Jay Jipno 
pid codad fapso 5); cJladudrr "Joao κοι οὶ *“daso Joss 

Sasa ]3 .fasol 06 fusa fiuisisf Nato osso JA Jsp Jis01 
2045 ita Jo Ja bdo Jon alato alain "ua A fool 
νων Lidia, Naso | Lyouo Jota ussjs ὁμ5ῃ Aus ei οἷν Jo Νὰ 
Jijlo ομα.ϑα ὃ, γοοὶ AJS rollozo; μῆλα ol faro :Jloh.) οι 
Sd ci zio fis dioiso .Jlarana Jiord fiaad Gol) ciloihuy 
Apia JA hatolo : Jhaspazzaso N Jsafcojo diajso :fiarlo Inipo 


T hic locus albus, — 2, Ὁ }Lsasss: — 3, T deest. — 4. T ho \Lasso/: — 5, T 50. — 6, T deest. 
T 90559. — 8, T bas) |uSL. — 9, T deest, — 10, T Sa. — 11. Ὁ ILaso5o baszaejs, 


Ι, 
Fe 


Il en est de méme de cette seconde partie, qui est la pratique, Car sì sa 
perfection consiste dans le choix des bonnes actions, comme nous l’avons 
montré, il est clair que le contraire du bien, c'est le mal. Or, dans cette 
partie aussi, nous avons besoin du raisonnement, pour distinguer le bien 
du mal, de peur qu'en poursuivant le bien, nous ne choisissions, sans le 
savoir, le mal et n'abandonnions le bien. Personne, en eflet, n'exalte, de 
propos délibéré, le mal et ne blame le bien. Or ce qui est montré par cet art 
comme bien, est véritablement un bien; et ce qui est montré comme mal, il 
faut nécessairement qu'il soit réellement mal. 

Par cet admirable instrument (ὄργανον) du raisonnement, l'intelligence 
dessine toutes les augustes images de la science certaine; elle érige (fait) 
une glorieuse statue (ἀνδριάς) d'après le type original. Or pour que la théorie 
et le raisonnement de l’intelligence ne demeurent pas inactifs et sans utilité 
— car elle n'avait pas d'alphabet pour construire des noms et épeler, * pour 
s'instruire sur cette essence (divine) et manifester la puissance de cette ma- 
jesté — il a fallu pour l’exercice de ses facultés et comme signe de sa liberté, 
que son Créateur fit cette corporéité, qu'il l'ornàt de forces et de ceouleurs, 
la divisàt en genres el en espèces, la distinguAt par des figures (σχῆμα) et 


size ry GOOgle 


TR Er σι πτσσσααη a 
344 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [30] 
σοι Jia dada 004] :Jlojadr JI] JAuso uòis οἱ vol fuso: 


10 


10 


13 


[31] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 345 


JO Day γοἰο hill fusan Ans 1 foi Jsas μοι» divas Nalo 
dg «ϑόμδοο : Jp 0039 Ji pros μᾶλο- 009 co asio hs perdo 
Jo dA ΡΨ idol gel sfasda ho JASa od Joon οὐδ 
Je JA yes οἷν daro Id xd00 irmdad 
piso :}!} ζω μι. ομς» χα Nono » fortsol 00730 do μοιλοο 
Lat Jr30 od» *“Losdéaso Jisans 
lady fui go Nad JA Jiopatizo Jr Asi JA 6! vò γ3 
Apo Dajaziagi του 300) quel 00060) ori) [λαοὶ 
host μοὶ 00 had 30 Jo οὶ adi ud Yao 36 [ομαϑ 
nente i RR ca i i ona at Ji gt 
sò :° day "μοὶ μαι vo οἱ: sand aibao yes : οἷ, oo là 
[sodo βοοὶ sor i/f1 JAumci JAsas sido dar μέλαν od Al 
erro Jo κορμοῦ spadol) χοὶ lisi μοο Juilaso fottuans Lasoasd. 


POMASI pd VALI ast vota 


1. T deest — 2. T vnada9 fisap. — 3, T jeaNaso. — 4, T hic locus albus — 5. T deest — 6. T 
hedf d019 ᾿μηοδ.-- 7. T e. 


des opérations, lui accordat des propriétés individuelles, et la placAt dans ce 
vaste intervalle qui est entre le ciel et la terre. Il a disposé et écrit, pour 
ainsi dire, sur un tableau, tous les corps visibles, afin que l’intelligence y 
lise, (et) puisse connaître par eux l’auteur de cet enseignement — comme dit 
Paul : Ils demandent Dieu et le cherchent, et c'est dans ses @uvres qu’ils le trou- 
vent, — afin qu'il possède des biens excellents, jouisse de ses beautés admi- 
rables et mette sur sa téte une couronne de joie, ornée des beautés et des 
louanges de ce Maître excellent. 

Les nobles créatures, qui sont invisibles, habitent les espaces supérieurs 
et les vastes régions du firmament : Cet homme Gabriel, dit Daniel, que j’avais 
vu en vision auparavant, vola promptement et descendit du ciel‘. Notre-Seigneur 
dit aux Juifs : Désormais * vous verrez les cieux ouverts, et les anges de Dieu 
monter et descendre vers le Fils de l'homme ?. L’échelle de Jacob aussi démontre 
l’existence des anges, qui ont le pouvoir de cultiver cette plaine immense 
de l'air, depuis le haut jusqu’au bas, en y opérant des changements utiles et 
fortifiants : Ils sont puissants en force, est-il dit, et accomplissent ses ordres, et 
sont ses ministres qui exécutent sa volonté*. 


1. Daniel, ix, 21. — 2. Jean, 1, 51. — 3. Ps. cli, 20. 


*C33. 


*T 311°. 


*T 311°. 


parere in Lea è 
x ‘ - x = | | 


*C 33, 


IT 31, 


*C 8... 


*T 312. 


346 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [32] 
:LDA ipo) > Jia] ci5 yamulo JALA LL JAuso Jar Jak e Ja 

li3ol Yad Jul i'allooidy Jas dida ya iallazro cad; yess dio 
μας asse }}...., cf isoo a asds fsasdor υοιᾶλϑο Au DI 


γον hat lindojfo Παῦλον afdas lo hi Jaza do 
dui direà Aut 10430 td udita o Nod JA 80 loin ida 
SÒ As uso] 3 heat frasi Aus fusi food cò, das 
Jill fio «οὶ 30 ciaas jzaaso fio 30 .Jlasdsoy Lyokss y-l sasido 
Sai ySAdoo :JasAso Îo' Jujias "fill où vojo sfransi Aus Lio 
cori] pas Liisso sof Jo ifiou ago Lala Say pel ‘hasta 30 
"τ 3) o? Nu00 fina fano 5,305) como ilo Lusi 
ἣν Lasdo Jlo}pcaso : [βομοον uotastzaszo fasass [οι opiadir Jia 
o otpaAvvo ivo vasi Joou Ἀν iJisaziro “uotiuls Jhaspasszasy har 
«ον, fida “od οἱ 3) 3 Nido οἷν 50, 1A uZ9 JAasanl 


I. T mlooid sa. — 2 Τ boll sie. — ἃ. T (sic) Jat5as di 1as%00 lia Das pel lan. — 4. T 
hic locus albus — 5, Sto: x al DI IS iso οὐ ἰϑομον" 


Mais, afin que cette autre partie inférieure ne s’attriste pas et n’envie pas 
la gloire de la partie supérieure, sa compagne, Dieu l’honora du nom de 
son image et de sa ressemblance, et lui accorda le nom de sa divinité : J'ai 
dit, est-il écrit : vous étes dieuw et vous étes tous enfants du Très-Haut*, 11 lui 
donna (ἃ l'homme) la force de monter au ciel et aux voùtes élevées; et là 
comme dans le palais (παλάτιον) du royaume et dans les vestibules (τοίχλινος! 
célestes, il parcourt tous les chemins et les rues (πλατεῖα) vastes, qui sont au- 
dessus des cieux supérieurs. Parfois, pour se réeréer, il descend dans le 
spacieux intervalle du firmament et du ciel, comme s'il était tout seul dans 
un palais royal. Il s'élance de là, lorsqu'il le veut, vers cet endroit terrestre, 
qui est au-dessous du firmament. Il vole dans cette région de feu, * sans se 
bràler; 11 marche au-dessus des étoiles, comme sur les pierres dans un 
flleuve, sans faire naulrage. Il s'épanche, avec un amour véritable, dans le 
sein de ses frères spirituels et tous les chosurs des anges. Et comme de 
temps en temps il fixe le regard de sa pensée sur le cours du soleil, et sur 
les phases de la lune et la théorie des astres, il le fait par le movyen de ses 
frères (les anges), de peur quil ne leur porte envie, et qu'il ne s’affaiblisse 


1. Ps. LXXXII, ὕ. 


| by G O ogl C 


10 


10 


133] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 347 


> ΩΝ IAN, pad ὔὐδόοδὺ χυμοὶ γ»ὶ ΚΟΥ IL 9GRDI 
1 ila ad Jr do dad off lip) odio ada 
ol lr} Ohyo) dit 0 iz) Jos cosà οι :οιμοθ 
ὁ} 35. do Joy 

:Al) Da ἈΛΛ Socand Joi cd io :zdoldadi famo 
trio eo cJd fog ID230 JAY o NASO 
I «ο Jp soy ῥα οἷς ndo 100 10 soa «ὦ ΡΝ ἘΝ 
ΘΎΩΝ 

ὀύαδο day Lusono lista, co Jisanbs pad Jays0 00 « No 
« cuor τοΐλαϑῦ; βοᾶν, asohalo :Jladudi lia do cloro; liasd 
diaslo οοι Ju 11 Odi τοι δ} edo do Lusso Ji 9 061 κκλο uotawli 
Nasy fra Na ia i Ji fasi ivo el μοι Mod? 


. T vola 0iasbo. — 2. mind — 3. T deest. — 4. T 99 μἐφ. — 5. T ouoand. — 6. T umao. 
25 I -- 8.T olo. 


dans l’occupation corporelle; son Seigneur lui donne de temps ἃ autre un 
pouvoir sur ces astres, pour qu'ils marchent selon son ordre, comme nous le 
voyons par Josué, fils de Nun, qui arréta l’un sur Gabaon, et l’autre dans la 
vallée ἀ᾽ Ayalon ‘. Isaîe ἃ son tour lui intima l’ordre et il rétrograda de dix 
degrés en arrière”?, et ainsi il apprit ἃ ses semblables que les astres sont des 
créatures et non des créateurs. 

Bref, pour tout dire, Dieu donna ἃ l'homme, pour son instruction, un pou- 
voir sur tout ce qui existe, en haut aussi bien qu’en bas, sur la mer et sur 
le continent, sur les poissons et sur les reptiles, sur les quadrupèdes et sur 
tout animal, sur les ciseaux et sur tout volatile rapide. Il s’en sert, ἃ volonté, 
* soit pour sa nourriture, soit pour son usage, soit pour son plaisir, aussi 
bien que pour son vétement. 

Mais l’intelligence ayant agi contre la première instruction qu'elle avait 
recue, avant aveuglé l’ceil de son discernement sans comprendre la raison, 
et ayant écouté les paroles du séducteur, son ancien frère, qui pécha le pre- 
mier et déchut de sa dignité, celui qui est menteur et le père du mensonge, 
lui qui a toujours soin des fils de la désobéissance, en conséquence cette 
sentence (ἀπόφασις) fut portée contre lui : Vous δίος poussière et vous retournerez 


1. Josué, x, 12. — 2. II Rois, xx, 11. 
PATR. OR. — T. IV. 24 


* T 312. 


*C34. 


* T 312°. 


* (358. 


" T 313°, 


*T 413". 


348 | BARHADBSABBA ‘ARBAYA. 34 


303 Ila) Jas Nasllo : pasal Jiasdo Nu) Jjady ivanaasi uosda 


S [οοἱ fuaso Jago ladians }] sodo Jlo Ji ‘liediauo Jojo vi 
Jo fJulso Ιοομο AS 9} τομδο Jscomo 9 Jsad09 uN fluoNa, 
I MS) E 500 JA} did Jota δ... x! Sdi 


Na nad Jlcnd o TT μι soaNand Joi has) | «Θφοιον, : 


: Mans loop luo ziso ἢ Jiorasr Ko}5 «hs 2 sJAsfoì oca 
Jia [σοι Jicras yad [οομ το vol iradas βῶ9 uotisda, ì Jioaa> 
sy rato] sa 5 AN an isso” «ϑοι.5 foci Aula so 
> «οοὐν «οἱ 00 ifuood Al Jihass fis Hody cd AAA Ade 
pol: yel inooto;ad Joh as:9 fauzas βο9 Aants os Jrotdao 
Jos; μα.» ciojliso cod asa fas mastio Nuov 5 1 suse] la 


È ref rn 


1. TSoslo. — 2.T pas ass. 


en poussière οἱ vous mangerez l’herbe des champs‘. Cependant il ne le priva pas 
d’instruction et d’enseignement. Mais, par de nombreuses vicissitudes, il se 
faisait connaître à lui, de peùr qu’une fois délaissé, il ne périt complètement 
et ne devînt un vase de perdition. 

Mais c’est aux puissances spirituelles plus anciennes dans l’ordre de la 
création et plus nobles par nature, qu'il fit part de sa science, afin qu'elles 
ne tombassent pas dans l'erreur ct qu'elles ne pensassent pas d’elles-mémes 
de grandes choses. Il écrivit donc aux anges avec le doigt de sa puissance 
créatrice un rouleau de lumière intangible, et ἃ voix haute Il le lut devant eux 
en disant : Que la lumière soit, et la lumière fut?®. Et comme ils étaient douts 
* d'une mentalité intelligente, ils comprirent aussitòt que tout ce qui se fait 
est fait par un autre, et que celui ἃ qui un ordre est intimé, il le regoit 
de Celui qui possède le commandement. Et de là ils surent d'une manière 
certaine que celui qui donna l'étre ἃ cette nature excellente, c'est lui qui 
les créa, eux aussi. C'est pourquoi, tous, d'une voix unanime et haute, ren- 
dirent gràces à leur Créateur, comme il est écrit dans Job: Lorsque je creai 
les astres du matin, tous mes anges chantèrent d'une vore haute et me glon- 
fièrent?. 


1. Gen., 111, 18, 19. — 2. 10... 1,3. — 3. Job, XXXVIII, 7. 


= 


[35] CAUSE DE LA FONDATION DFS ECOLES. 349 


Jhfao JISI] LAZS ad riuso) ii det tip Al a halo 

vesto hagisr Joria cuoriso ninasizoo i) poro χέλοδνο od lo 
a 0) all) ho do : aa JusocAvso fiatvo cdi οἱ lisci δυο 
ΟΣ : 00] * uoks00 βοῦν cuool Joi sans casi ere Aa 
Ns ad) act 1000 pr glo :° 009 Juo} > ωοοῖδ. οἱ 0,0% 
«Οἱ «a fJiooî, JAas lidia, Saras AJlio0 204) 156) djs 
doo sfuNols JAusasaso iso, Jasctas JI “μῶλον, JhoAA dia 
«ΟἹ da var ili hoaaso fi hecohs wr 343 ' sha Jos 
sol «οοἱ 0 if fiato οὐἱ pad fo caz Arras οἱ 
yel3 tp JA5 od Jada] pei 00 .latjor Lo Jil 
Jos! yaa meio saggio Lisi gertadass κοὐ seats zoxso AL) 
or μδο,. Ausy μοῦ JA hors «Οἱ 5 Naifo doi fuma gisoo 
S15y τῆ] μος Apaso JADJaso fiat 230 eso Lufdo od dz lo .[5] 
Ἢ Ja Ju el volo AJ ah Jo “ Aliasol ay 9A 


1. T deest. — 2. T 0089 Izdoros: — 3. T pensa. — 4. T ᾿δωλξοομοδοο {d4%5. — 5. T hic locus albus. 


Et de méme que nous avons une habitude, qui consiste en ceci: après 
avoir lu devant l’enfant les lettres simples et les lui avoir fait répéter, nous 
les joignons l’une ἃ l’autre et nous en construisons des noms, afin qu'il les 
épelle et ΒῪ exerce, ainsì fit ce Maître éternel. Après avoir répété aux 
anges l’alphabet, il en forma un grand nom, celui de l’achèvement du fir- 
mament, et il le lut devant eux, pour qu’ils comprissent qu'il est le Créateur 
de tout, et que tout accomplit sa volonté, comme il l’ordonne. Or les anges 
étant d’un esprit pénétrant et s’inculquant bien vite l'enseignement, Dieu 
leur apprit en six jours tout l'ensemble de la’ science certaine, tantéòt par le 
rassemblement des eaux et la production des arbres, tantét par la formation 
des reptiles * et la création des animaux, tantòt par la division des astres et 
la création des oiseaux, jusqu'à ce qu'il leur eut mis entre les mains le nom- 
bre dix. Enfin en formant l'homme, il leur donna la dernière lecon. Alors 
il leur remit les créatures visibles, comme autant de lettres pour les écrire, 
d’après leurs évolutions continuelles, et pour y épeler le nom du Créateur et 
de l’Organisateur de toute chose. Il les laissa dans les régions où ils peu- 
vent jouir beaucoup plus que dans cette maison spacieuse de l’école de la 
terre. Il leur fournit, pour jouir sans cesse et pour ne pas demeurer oisifs, 


*C 35°. 


* T 313°, 


* T 313°, 


350 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [36° 


πα yulo ὁ}}. JA Jas Aasjso for diaz asa 00% 
N10] Lato «οὐ. sono Lidi odo fasans aes Ali 
190035 lady Ηλι Osa 0A sa oi gl DI «μαι, 
asl Ja Yad 009, τἰ usadas, odo 1.5 γυἱ ilary JAasashs 
dio Lisa δ οὶ dio ΟΝ 5 iztazor funzia : 
*T 31. laoN Luo Joss [μα bs, Mo τὸ VOOSO κω <Joli - No 
Jio LAS foto JO dat Jana otto οὖν Al fori 
ot | xl sliarj οἷ», Jos οἱ x χω, :)As50ì cass di 
Ias μὲ Apollo ihuopor μοι sad uipoll yod fuso Dfidor τοϑο 
rad IL 00 att dn Lg Joi μὲ ἰγβδβιαϑο la 
636% οἰκο. JAcso Jlazzas panza [59 00 cha 5 :JAasas μὶ fuso 
0/0 OY ομϑο a ic Jlordo crasso vana Ji ο 


1. T (39 μϑαβν. — 2. T ILassso. — 3. T deest. — 4. T loda. 


un moyen bien supérieur ἃ celui que pourrait leur donner la sphère céleste, 
qui roule les corps lumineux'. Il les munit d’ailes agiles afin de voler dans 
les sept plaines fluides de l’air et de pouvoir plus promptement, comme par 
une échelle, monter au ciel et descendre sur la terre. Il leur donna le libre 
arbitre, pour faire tout selon leur désir, et pour montrer ἃ leur Seigneur leur 
bonne volonté, en nous servant : Tous, dit saint Paul, sont des esprits destine: 
d servir, οἱ qui sont envoyés pour exercer leur ministere en faveur de ceur qui 
doivent avoir l’heritage de la vie?. 

ΚΤ 314. Mais, comme l’un d'eux était négligent * et ne voulut pas lire dans ces 
tablettes les noms qui y étaient écrits pour lui, il oublia le sens qui était ‘ 
caché dans ce livre, pensa de grandes choses de lui-méme, et porta envie à la 
gloire de son petit frère, comme les frères de Joseph qui le jalousèrent : 
« Pourquoi, se disait-il, est-il appelé l'image du Créateur? Pourquoi suis-je 
assujetti au joug de son esclavage, et suis-je soumis, moi spirituel au corpo- 
rel, puissant au faible, léger au pesant, et dois-je m’intéresser ἃ des choses fri- ' 
voles? » A l’heure méme, le grand Sage le punit par de rudes chaAtiments. 
Et dès qu'il refusa de recevoir l’instruction, il lui enleva son pouvoir et le 
renversa de sa dignité; il précipita avec grande force du ciel sur la terre. 


1, La construction grammaticale de cette phrase et de la précédente est fort obscure; il sembk , 
qu'il y a une lacune de plusieurs mots. J'ai donné le sens qui m’a paru le plus probable. — 2. Rom., 1,14 


[37] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 351 


μοὶ isa Aus Lod Isili Lusas so Loi Jlum5 ciro conii ve 


+JlatcnnazAisco "9 lusso guaio asolo .hipad JA 
SI iO 00 ya Slan μᾶς da xe? audi 
sl Qu Jia Na :*LAsal Ποῦ 00 230 αὐλοὶ Jo : 0010, Ads} 
e RINO dr IO AJiasolo «οὗν... “luci fo «οἱ pado! 
yo 1 WA νῷ ge i day Nba 30/9 xl ira do 
Se ΙΔ. 00 sono fsi rad as) irddo co zaadando 1035 
Jsozs «ϑομϑοο . ‘olo; Pro xuiosa © AJisol3 :fiò oonisoo hispaso 
e) 330 copuso Jia vojroy JA JA edo quad 
sas pò fsasià day Jlcido 0041300 009 Anal μον ὅμϑδο ζῷμο 
«Θο 107) 2... fsaa oosisoo flat day fifa sol ooo 
Ἰνξ αὶ rd dog κοὐ nto [5538 «ϑομϑδοο +Ohip2AD AI pa 


1. T Pass 15. 2. T hic locus albus. — 3. T 59. — 4. T mlasi. — 5. ΤΊ μιν lina. — 6. T 
deest. 


dans cette maison de ténèbres, maison terrestre; et il ne cesse d’avoir soin 
des enfants de désobéissance. 

Quant ἃ Gabriel et ἃ Michel avec leurs compagnons, de ce qu'ils s’appli- 
quèrent à leur lecon et ne se lassèrent pas de la méditation béatifique, il 
les rendit ses familiers et les commensaux de son palais. Ils se tiennent 
toujours en sa présence et se réjouissent dans les manifestations (de sa 
gloire) ', ainsi que dit Daniel : Mille milliers sont debout * devant lui, et dix 
mille miyriades le servent*. Il les distribua en neuf choeurs (τάγμα) et leur 
donna neuf fonctions. Et, quoiqu’ils aient tous une seule nature, cependant 
il en.fit des Séraphins, qui signifient sanctificateurs *, des Vigilants, qui 
veillent sans cesse devant sa Majesté; d’autres, il les fit des Chérubins ‘, qui 
portent et exaltent le trone de Dieu, attaché par des courroies de feu, et 
dont il jaillit de temps en temps, sur tous, une lumière éblouissante ; d’autres, 
il les rendit les princes des peuples; d'autres, les dominateurs des royaumes; 
ἃ d'autres il a donné le titre de Puissances, por pouvoir exécuter ses ordres; 
d'autres, il les nomma des Anges, ce qui signifie « les envoyés » ; d'autres, 
il les honora du nom de Trénes, nom qui montre la grandeur de leur gloire : 

1. Quelques écrivains nestoriens ont enseigné que les anges ne jouiront de la vue de Dieu qu’après 


le jugement dernier. L'auteur de ce traité enseigne le contraire. — 2. Dan., vir, 10. — 3. L'autcur fait 
dériver le mot vo de «si;. — 4. kso;9 signifle cullivaleur, travailleur. 


* T 314. 


* C 37" 


* T 314°. 


352 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [381 


0%] [1.5 I rando «Οἱ pas folio yaas "! Jun] «Jose Aaso 


n0%D 101) nai) Yes fuzell 0a 230 ret>dadò ladors yo: DA 
30] YOpd0 lia] Jr ocio Aù fAazmaso do day Jlatsi sas 
#1 105 Jan] Jo Joi dir 11) μοι Louada τῳ» 


"1315" sl ceti) μὲ Lus5o dior gel) [μωο τον [τοὶ dad 2 JI 

E èuaigllo Jpoly * Join “asi JLILI Salso 
ochadoo ad] ILS, Leaf Jato yogll cinadz usa cha i 
Jroro χηἱ J:00 ALS 0%, fi} Aaa οι» jo Jpadòo Jai 
Jr a ad 11399 Jc I lado Ad ‘fossi Adoro luci 
μη No è ruonaa 0,9 οὐ ἽΝ. Laos 307) asl [μοῦ Doo .>hasas - 
Sal peo Ar Jorsia vaso; Aag δυο J 1151) dd ul 
Ao Alsoo 49 suo loasis Vastà olo 13 Aud od Haas 
As βία οἱϑ dio [μον fo) pad LS] Sa Jiasy Jiasosso cd 


1. T νῶν. — 2. T ἰδώοιθο. — 3. Td «55. — 4. T deest. — 5. T hic locus albus. — 6. T «d90 
ol cd. 


et ceux-ci, comme il paraît, sont plus élevés que tous; enfin ἃ d’autres il 
applique le nom d’archanges (ἀρχός) qui exprime leur autorité sur tout. En 
un mot, il n'y a personne parmi eux ἃ qui il n’ait donné un degré quelconque 
de gloire, selon le mérite de sa science. Voilà comment Dieu dirigea cette 
école spirituelle. 


* T 315°. * Venons maintenant ἃ la nétre, et voyons comment il la gouverna, et de 
quelle manière il se conduisit vis-à-vis d’elle, et avec quelles lettres il 
construisit des noms, pour qu'elle les lùt et s'y exercat. 

Aussitét donc qu'il créa Adam et Eve, il fit passer devant eux, en ordre 
de lettres, tous les animaux et les bétes. Il l’inspira invisiblement afin quil : 
lui làt ἃ haute voix. Adam lut dans ces premières tablettes des noms pour tous 
les animaux, pour toutes les bétes du désert et les oiseaux du ciel; et le 
nom qu'Adam donna ἃ tout animal vivant, fut son nom. Après qu'Adam 
eut bien répété ces lettres non écrites, en en formant des noms exacts, Dieu 
transporta son école dans le jardin d'Eden; et là, il lui enseigna les com- ‘ 
mandements et les lois. Tout d’abord, il lui rédigea un petit psaume sur 
l'arbre beau d'aspect, pour y lire et y apprendre la différence entre le” 
bien et le mal. Et comme Dieu connaissait sa faiblesse, il le menaca en ces 


Li 


[5 


10 


15 


[39] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 353 


μοὶ μον filo 230 Nasflo ihuad [γον JLSL) do Spar Judy fsoanss 
γ-οὶ “ωοΝ. αἱ JI] το ..5 boy bios opass xe | a lasol gridando 
:h.ipoa9 bor κὰκ οἵομο fiat οομ ἐν of ὙῚ ᾿ yeelo sotpasadAA Joi 
13 0a {|6}}} ul Jasso soho, fonia 04) LA fioAso Liojso 
YA fuso oso Naslsy fis lid) οἷν so ind ἃ 
τοι. ΝΟ νυ ράσο soft feto od e κοῦ Yo 
AÒ 163 cadi fonia filo :κωϑλ ἡ} xl Db Jos ol, (0 ‘hipo 
Sesso ὅμ.,»; lopez οἱ JI] sola» ufo Jlasoyo bad; za gaudo 
Ju] fuad hs ἊΣ] Jroda iflazo, oil > ja Jo :1jado/) las! 
τοι Jia χὰ Jr inooLazoo Jordi ozio Jhusoo “ui Jlsaady 
Lions a zohujaso Liu) οἷοι; odo od] I JI 0A so; 
00 cavi) coda Joro .*/Asnso Jhag adi JR pel oAuoò neasi; i 
iN cpl Spad] 0041 otra 30 ina cio el scopi Lil 


1. T Lasel |Lose. — a. T, > usobal. — 3. Ὁ }als μβωΐο lmedbb. — 4, T bio. — 5, T deest. — 6. Τ' 
woà- — 7. T deest. — 8. T hic locus albus. 


termes : Le jour où tu effaceras une des lettres de ces tablettes, et où tu mangeras 
du fruit de cet arbre, ton instructeur, tu mourras'. Cependant non seulement il 
ne le laissa pas dans cette menace, mais il lui promit, comme un maitre ἃ son 
élève, et comme un père ἡ ἃ ses enfants, que, s’il lisait et s'il méditait ce 
commandement, et si, au temps voulu, il répétait les noms qu'il avait lus 
devant lui, et qu'il montràt toutes les lettres sans qu'elles fussent effacées, 
il lui donnerait l’arbre de vie, pour en manger et pour vivre éternellement. 
Mais: son grand frère, voyant sa gloire et les tablettes qui lui étaient 
écrites, pensant que, s'il les lisait, comme il en avait regu l’ordre, et qu'il 
répétàt les noms qui y étalent marqués, non seulement il conserverait le 
nom de l'image et de la ressemblance (de Dieu), mais encore il recevrait la 
perfection de la nature, comme lui le séducteur, et que l’aiguillon de la 
mort ne le pénétrerait plus, il s'en alla et égerivit d'autres tablettes con- 
traires aux premières. Il accusa Dieu devant eux, leur disant : Vous mourrez, 
vous a-b-on dit; cela n'est pas vrai. Si vous mangez de cet arbre en transgressant 
l'ordre de votre Seigneur, vous serez comme des dieux, connaissant le bien et 


le mal*. GrAce ἃ ces paroles, cet arbre plut ἃ leurs yeux, comme la citrouille 


1, Ci, Genèse, 1, 17, — 2. Cf. Genèse, ur, 4-5, 


* () 38%. 


*T93i5, 


CM) 


τ τὴν σαῖς, 
(al | 


354 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [40] 

x? 15 -Lipoas; cilélll a) audo filo Luadb diasifo ihai anmso 

i 1605410 [|8}} do 5 fusa Lia, Jruo ian hisdso où 11] 

ὙΤ 518’, 0 af slo A xl κω] ru Asa pò : Nido | daro 

bon Salo κϑῦνϑυΣ ΟΝ ὄμδου [5}} «ωἱ jra0 «fiasco Aus οἷοι 
col) css, fill aasous : 

Jul al slo κοἱμοο aa Lady ua ASL; Jana] vol Hdi 

paso 1) ja] οὐδ, ho dorll; Nivoo LJistaso Lis; alla 

μδλω οἱ" el iv Li “οὐδ. Las) Jia da τωοια οἷν Joao 

"σον. μοὶ Slo Aaajo 30) 3 cdm :JAazdo Jo lip γοὶ εὖ! Dado 
hoy: "μὰ hi ida voi Lod οἱ Jiot Nos .zoko | Ji}aso 100 w 

avi }} : 585 arsl τον τοῖν paolo uords/ νρ x do oaslo .° Jrasso 

Of Joao opa .Ὁ...95}}. fbass re : pill ΝΟΣ do id yà DIL 

+ ΟΞ A la jd edéo Η PREC) lodi 


= 


1. Tedgibo — 2. T — do cà. — 3, Tiso. — ἡ, Tobia. — 5, T 00 lisad ᾿μξλαν δὸς, ἰὼ 


ἃ Jonas'. A l’instant méme tous les deux brisèrent ensemble le joug, rom- 
pirent les liens, jetèrent les tablettes par terre et effacèrent les lettres du 
commandement, Alors le Maître sage étant venu, et ayant vu les tablettes 

* T 316. jetées par terre, lettres effacées et (Adam et Eve) dépouillés * et nus, aussitòt 
il les punit comme des enfants; il les fit sortir de cette école et les envoya ὃ 
ἃ la terre, d’où ils étaient formés, pour y travailler et manger jusqu'à ce quils 
retournassent ἃ la terre, ἃ οὐ ils avaient été tirés. 

Il institua ensuite une troisième école, celle d'Abel et de Caîn; il exigea 
d’eux, pour prix de son enseignement, des sacrifices et des offrandes. 
Mais, comme Caîn se rendit semblable au séducteur, son compagnon, et to 
envia l’honneur de son frère, auquel il porta un coup mortel, de méme que 
Satan avait tué Adam, ainsì que le dit Notre-Seigneur : Dès le commencement 
il est homicide et ne demeure pas dans la vérité *, 11 le livra, lui aussi, aux pu- 
nitions terribles de la crainte et de la frayeur; il le chassa de devant sa face 
et lui dit: Quand tu cultiveras la terre, elle ne te donnera plus de fruits, et i 
parce que tu as tué ton frère, je te [δ αὶ payer sept pour un*, Voyez comme 
il honora l'élève appliqué, et ce quil fit envers l’élève oisif. 


1. Cf. Jonas, Iv, 6, — 2. Jean, vii, hh. 3, GI. Gen., 17. 


igitized by (: O 0g Ϊ C 
i “παν 


[41] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 355 


Jo lat sas} μ Aa lina Jato Aud Jara] sol rd 
uéir Joao ομὸν Joor vado Ya κϑ τ αῖο Jo, fioj as μια 
Az IALIA OL κὸο daddy duisvo ΝΠ IGEN Jlaspozso * T 316°. 
με yamso 230 οιϑϑαδι fiotda :fott Ar fida, ao ἢ κα... 
Ai Jana, DD Gtalpuso Ladd JAadu Joe: cnmasso .Jioags 
od aubulo rada Ausg lado JAAÒ Jas] ca gdo ciaslo Ὁ ὅν. 
04) idolo uotada Ἰομοο ΐο .JloiA sor rejsas da Aus JA; JArao 
Pò dear cd uiohalo οὐ 401955 Joot Yanzolo vas) pag Had 
μὴ sisilr Josie good JI ario  λθο Isili dd 4} J cla) 
9 λα 4 fado sasa) :foAuo Lio 113 puo 
oo oi) 230 οιαϑΐο ἢ γουϑὶ μϑαλ, 011345 Ulf Jan) vol pas 
st κοΐ sa olo.) Jordi cid sora vlad 
ht) πιο ot Nudo μέλ ο, fail cool dif 2300 


1. T hic locus albus. — 2. T @5,9- — 3. T ha0$ »misly 


Il fit ensuite pour Noé une école pleine de belles significations, portant 
la marque de la miséricorde. Cette école dura cent ans : car tous les jours 
il lui expliquait le sens de la glorieuse économie (providence)'.* Et de ce *T 816". 
qu'il travailla au-dessus de sa force, et recut l’enseignement de la crainte 
de Dieu avec application et intelligence, Dieu le sauva de la punition du 
déluge; il le conserva pour étre un rejeton dans le monde, et pour renou- 
veler l'effigie (de Dieu) effacée. Il le fit sortir de cette école maudite par le 
navire qui portait le monde. Il l’amena dans cette région spacieuse, pleine de 
toutes les beautés de la vertu; il rendit de lui ce témoignage que Noé était 
> juste et plein d’intégrité en son temps. Par récompense pour sa justice, il lui 
promit qu'il ne maudirait plus la terre, ἃ cause de l'homme; mais que tant 
que la terre durerait, les semailles et les moissons, l’été et l’hiver, le jour 
et la nuit ne cesseraient point °. 
Il institua ensuite une autre école, au temps du bienheureux Abraham; 
s ille fit sortir de sa patrie et de sa famille, et le fit arriver à la plaine de 
Haran. Là, il lui enseigna ce qui était nécessaire. Ensuite il le fit parvenir 
ἃ la terre de la Palestine. Et comme il l’éprouva longtemps et le trouva digne 
1. C’est-à-dire : La manière dont Dieu juge à propos de conduire son peuple par le ministère 


des patriarches et des prophétes; elle renferme encore tout ce qui appartient au règne de la gràce. — 
2. Cf. Genèse, virr, 21-22. i 


Ὁ h0°, 


4 Τ 317’. 


* C408, 


"1317. 


356 BARHADBSABBA 'ARBAYA, [42) 
sia Nar; οὐ». Naso Pod Monza LOI ohuztalo 


Ju" ibid od Azeasor cd uichal ciloiiuso iu [39 callad fihauo 
pool οἷν. Ly :mol 00ÌI xl ils, asd ylo :fsaus cha Nas 
opa fado, οἱδιυδοὶ κομδον oi vo cho vado vorisati rado; 
JA ns float οὐ ο oo Jilax ch soi. Jsotao . Jlaas:10 Lis 
«has μϑαλ, otisjs Jliazaz Jlasamia9y Jisi Janas) © Hd 

trata af “al als iggipdo O Spor sid al asl deo 
Ao τοι} 300 usar do vola Yao 10 JAusi faasad cipado 
ho D_EN sfuso Lioas OHÒ Luo ul james xoolad SAI 
xe Jlasaiso adaaszati 00 foor vasi Niiso fisso» JAujasoo 
Sii 0,0% Manto, Ji fhaaso asl) "νοΐ. ifassoivo Licas οἷοι 
NSdicay [lo ADALIO AA Auf NSs09 rado QI xl Ifrciso JiZo oo 
od Ls Jordo Joo Nasaso faaso fra Nfisoo casas Jr Joi où 
SÌ ACCES Jaco NOAA JlomaN Ape Soros «Jas 


I. T IopsadAL uatauy catalo osa. — 2, T sol. — 3, T osbel. — 4, T hic locus albus. — 
ὃ, Τ osad.. 


de son école, il accepta d’entrer dans son domicile et de diner chez lui. Et ἃ 
cause de ses vertus, il lui promit qu'il multiplierait sa postérité comme le sable 
du rivage de la mer, et comme les étoiles dans le ciel : * Je connais Abraham, 
dit le Seigneur, el je sais qu'il commandera a ses enfants et ἃ sa maison après 
lui, de garder la voie du Seigneur, pour faire ce qui est juste et droit'. Aussiì lui 
donna-t-il d'immenses richesses et 1] le couronna d’une grande vieillesse. 

Il créa une grande école de philosophie parfaite au temps de Moise, 
Ayant fait sortir les Israélites de l’Egypte, il les conduisit au mont Sinaî, 
où, ayant institué Moise son administrateur, il versa sur lui de sa gloire et 
de sa splendeur. Son amour le fit méme descendre chez eux avec des troupes 
d’anges, pour les visiter et leur citer, de nouveau, des ordres et des lois. 
Et comme il leur était bien diflicile de recevoir des lecons de cette bouche 
éternelle, Moise, directeur de l’école, sur leur demande, recut l'ordre de 
leur faire parvenir la voix vivifiante de Dieu : Parlez avec nous vous-méme, 
lui dirent-ils, et nous écouterons, mais que Dieu ne parle pas avec nous, de peur 
que nous ne mourions ®, C'est pourquoi Moîse parlait avec Dieu et Dieu lm 
faisait entendre sa voix. Mais Dieu, sachant que la grossièreté de leur pensée 


1, Genèse, xvir, 19, — 2, Exod., xx, 19, 
Digitized by ᾿Ξ 008 G 


de = 


10 


[43] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. ᾿ 357 
sola tardi dd do :μοιῶοαθ dd più oil γ"ὶ ao 
I: ye] 1100; faod da od φορῶ Jima Jiptoasd «οἱ ho ὦ 
#00 «οἱ sso rudi 
ὁμιϑοὺ Do esa Jia edo Lasa οὐδοῦ 010 fado uit er 19 
DS viso ./Aujasaz iso, μοι Jo aid; :nGs οἷν dol repsò : Panels 
ul sie JAY 9 Jo Liattuy Jo Jo) fiati Jo Ji} :haaso 
ον 360 ita otel «οἱ olo Jaadso 1; Ars 
:05 κοτὲ dI γοὶ 07 tha fisso 00 sslasoy Jjuo : Jas) 
Otto Nitro Ann Asi de sasso vasco Mazzo lia 2 Duo 
JArso loss “Nyo lasso Go pago Ava) fior da Lodo ess 
Na olo ὁμομϑο «insans osasazà ‘orco Oatdia di DVI 
:9solo Pansoko soi Lo oo Air pad dd οἱ calo [150 ssi 
lio fucizo δὶ ooo οἷαι. asssl) «τοι lodi Πμ Juzo 230 asso 


1. T wi9LÌ. — 2, T 08Sao. — 3, T deest. — 4. T osseo. — 5, T L=SÙ1 — 6. T deesl. 


et la dureté de leur esprit les pousseraient eux aussi, comme leurs frères', à 
transgresser ses lois et à fouler aux pieds sa doctrine, * écrivit les dix com- 
mandements, qu'il leur donna sur les tablettes de pierre, afin qu’ils ne fus- 
sent jama18 effacés. 

Et lorsque Moise et son lieutenant (dux) descendirent de la montagne, 
ayant entendu du bruit dans l’école, Josue dit ἃ Moise : (Qu'est-ce que ce bruit 
de bataille au camp? Et Moise lui repondit : Ce n'est pas un bruit de vainqueurs, 
πὶ un bruit de vaincus, mais j'entends le bruit du peché?. Aussi Moise se mit 
en colère et rompit les deux tablettes. A son arrivée ἃ l’école, ayant vu 
un nouveau professeur inanimé, assis sur le siège, et le peuple s'amusant 
chacun ἃ son στό devant lui, ayant accepté le faux pour le vraì et enlevé ἃ 
Moise sa fonction d’administrateur et à Josué tout le respect qui lui était 
dù, Moise, dis-}e, se mit alors en colère, fit subir au nouveau professeur le 
terrible supplice du fouet, le renversa de son tréne, le réduisit en poussière 
avec une lime, répandit sa poudre dans les eaux, en fit boire aux disciples 
confondus et fit retentir sa voix dans l’école en disant : Que celui qui est pour 
le Seigneur vienne vers moi. Aussitét tous les frères notables, enfants de Lévi, 
s'assemblèrent vers lui*. Il semble que ceux-ci n’étaient pas penchés vers 


1. IF fait probablement allusion aux hommes qui vivaient avant le déluge. — 2. Cf. Exod., xxxt1, 17. 
— 3. Ib., 26, etc. 


* T 317°. 


* Cul. 


* T 317°. 


ΣΝ ce ibi SIT SII da dp ga ἴ δια. "ον τον 


*T318°. 


* Cu. 


* T 318°. 


* T 318°. 


358 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [44] 


«ϑιϑ «οὐ καθὸ drag A «ϑομαδὸ [σοι Ji, J Jus0, soli «οδ 
Sa Hol «οὐρα... Jo :μλ5ὰ5 sibi sil 0 “esodo DI +3 
300 ol : Janas, οι" -ρα.9 Tatti dI i 00] 
Jr perdo |18}} 015 oo pd, Doo «Ju530N «Οϑ:ροὶ has 
ὁ] λω» asp 3liso, Janas οδι do JLpb Lodi : 
0a 1004 lo ipso ΔΝ «νέοι -laasoy chasil’Adalo 
> el Jr io rrcoladani iam Jo tutto iz A ib 
eda γυἱ Lui 0 pad) cas :haaso, colarab cas ou οἷν «Ὁ; 
e fto lano uit μα» da esi ò ον 1A i 
βου 04-90 jd Na Ja sollano Aaolfi JLllo :haasor οὐ" ὐ" ῦῖ ἡ gelo 
otto favo cado 10 fianco Sazio «Jie Jusanso Jped 
Qi 0 slo Ans do lp ast JlaiaNso 230 Nha) ca 


00 ΟΣ ᾿κ ον DI pifi 000 al Sa irantio ἡμαλ 
logo LS μξρο Ja so, μοι. 30 Juopa μολλο lado ca si 


1. T psls9. — 2. T 0îaxo- — 3. T hic locus albus. — 4. T Se. 


* 


l’erreur. Moîse leur ordonna de prendre chacun * son épée, de passer et 
de repasser de porte en porte par le camp et de n'avoir pas pitié méme de 
leurs frères et de leurs enfants. 118 accomplirent son ordre. Alors il leur 
dit : « Vous avez sanctifié vos mains au Seigneur. » Et ainsi ils firent périr 
tous ceux sur lesquels on voyait paraître, après avoir bu de la susdite eau, " 
quelque indice de leur amour pour le veau. 

Alors Moise, s'étant calmé, se retourna vers le Seigneur et le pria de se 
réconcilier avec ses disciples et de ne pas se souvenir de leur faute, sous 
prétexte qu’ils étaient encore dans l’enfance. Le Seigneur exauca la prière 
de Moise et lui ordonna de faire des tablettes comme les premières, d’écrire " 
sur elles les dix paroles et de descendre de la montagne pour les leur faire 
lire. Par respect pour Moise, et pour montrer que sa prière avait été exaucée, 
le Seigneur rendit son visage tout resplendissant de lumière et de gloire, 
et ne voulant pas instruire lui-méme ce peuple enragé, il lui confia l’école 
et l’établit professeur ἃ sa place. Moise descendit de la montagne, et δι. 
lire les dix paroles aux Israélites, qui voulurent bien les répéter et observer 
tout ce qui y était ordonné. Alors ce premier docteur parmi les mortels, leur 
écrivit lui aussi de nouveaux commandements, qui étaient plus nombreux 
et plus difficiles (ἃ observer) que les premiers, ainsi que lui-méme l’a dit : * Je 


ω 


10 


[45] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 359 


ida ls Lj.oas od As spo οι, , γοὶ a QI x Lago 
#05 fa 00 DA» Lapo: NOD Qu J Juiso 

Νωΐν N30 dt losas a doi Jisj Jam) Lod dioso 
Jo Ao .Joo 11} faasor alad ifiso 230 JAds0 das οἷν. [οοι 
a ootirztjo oops 005d Jato fasopd odo ho, x Ah 
Janos Jiuio ἢν λοι" sosta, asc 90% rpulsor 1 “dl 
045 Joe siosso fail 230 ᾿ς ΝΣ ΚΣ μέ} 00 Joot edo 
vel io Jo af "θόρον sito 9 fipull ων poss bipullo 
μ»-5.. Saro 30 μοὶ colli δια iyuzdo Naso κοὐοιἱ da dI 
lai vi Jia "νον NYs00 ’alaNoroms Jsol reo im adod, 
uoicallsso "90 JT incorso fasAu ἢ". Jordi τῶϑ ; 1 pSAd lupo iano): 
è Jia vota ao vorresti μα. 

Ια -ἰρϑϑο di κὺρ gd) il βάλ διροδν αὐ sound; lisjoo 
slo farai odo :hiadso dd Joos ον vaso, 1espadasà JAujso 


1. Too lo dro. — 2, T dall 0ome, Lbazplj1o. — 2, T bits ws Lezull. — fi, T 100 i0200 asilo 
sod: — ἢ, T ολίο albass. — Tod cm. 


leur ai imposé des ordonnances sévères et des lois, afin qu'ils ne vivent pas par 
elles, et l'homme qui les accomplit vivra par elles'. 

Il dirigea cette école pendant quarante ans dans le désert de Horeb. Qui- 
conque avait ἃ consulter le Seigneur s'adressait ἃ Moise; celui-ci s'asseyait 
ponetuellement du matin au soir, résolvant toutes les questions et toutes les 
diflicultés (ζἡτημχ). Quant ἃ ceux qui s'opposaient ἃ sa doctrine, en punition 
de leurs crimes, il les faisait ou bien frapper du coup (σχύτος) terrible de 
glaive, ou bien engloutir sous terre, ou bien dévorer par le feu, ou bien enfin 
il lancait contre eux l’excommunication (χαθαίρετις), ce qui arriva ἃ Aaron et ἃ 
Marie, laquelle, ayant été enfermée sept jours hors du camp, fut obligée d’a- 
vouer sa faute. En récompense de tant d’exactitude dans la direction de cette 
école, Dien ordonna, à sa mort, qu'il ne fùt pas enseveli par les Israélites, 
mais par Dieu lui-méme et par ses anges dans la montagne. 

A sa mort, il avait confié l'école ἃ Josué son lieutenant (dux), selon 
ce que le Seigneur lui avait inspiré, afin qu'il [ἀν ᾿ son successeur dans la 
direction de l’école et y enseignat avec exactitude. Josué introduisit les 


i. Je n'ai pas trouvé celle cilalion; ef. Lévil., XVI. 


z = = = n = la _yr = =xr-=—= m = - = = «= «i 
Li 


* T 318%, 
“ἕν, 


ἘΤ' 3195. 


* T 319, 


6 43°. 


* T 3190. 


* T 319. 


360 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [467 


κὺρ jo : slisaso, Jaili ul Dal sar οἱ» 00. Lab ada 
sorso load vusso εἰ 610719 Îloljo qookd gdo τβ τοὶ [ρα δὰ». 00 
uidoo dro Ano lado Jo Aud cdr liojoy ΡΝ 5 coda vio 
μου Sofason agli; [od :001 paid 00 od uoratizz fprans yo 
Glasono Lisi, »υἱ .ωἱ io lado puo 
γ"ὶ :futsdo τοϑἱ ἣν. "οἷοι edita fanta Janas] vol pas 
«asta crizaro * esassadi [77 faNiso ooida ya 000 all? :jasols 
iosa JT Sha Pri! χρρὸ iflaadsao Zoo 19 ju Ὁ δου 
Joao 230 sh dio 7aihafo ol Joi “slo "οι Na fio sans 
fatica uwsl [οοἱ ἢ ylasl:  ἘΡΕΨΆΝ SS Aso Jo :}30/3 vl 3g T-S0 
J>A5 uoiada poranzoo σον, [sod * * plasl Jooy yihs Del :° pardon 
Nd Hotgs00 Jc Sa Sv ito do χα. fo0n :26lo 


10 


Nd Ὅλο .JAsko va βου) fsopdo nia 1531 do. pasa 


1. Tilad db1 del ῥαλοο iS 00% loov os — 2. T deest. — 3. T μὴ. ἴοο DA od. 4. T 
loo Mas. — 5. T ΘΟ. — 6. T Θί. — 7. T qiidal. — 8, T pr0,9. — 9. T deest. — 10. T Îlattyazzo Wo 
was (sic) das. 


Israglites dans la terre promise, subjugua les peuples égarés et fit comme 
il le fallait le partage de la terre promise. Après sa mort, îl n'y avait point 
de roi en Israèl; ainsi que le dit l'Ecriture, mais chacun faisait ce qui lui 
semblait bon', jusqu'à l’époque où le prophète Samuel et le roi David furent 
élus et instruisirent le peuple de Dieu. 

Salomon, lui aussi, fonda une école; il instruisit et ses sujets et les 
étrangers: Tous les rois de la terre, est-il dit, venaient pour entendre la Sagesse 
de Salomon ἢ. Salomon, en effet, ayant été proclamé roi, ne demanda que 
la sagesse, qui le mettrait à méme de juger et de diriger équitablement son 
peuple; aussi Dieu lui accorda-t-il une sagesse extraordinaire : Voici, lui 
dit-il, je t'ai donné un caeur sage et intelligent, de sorte qu'il n'y en a potnt eu 
de pareil avant loi, et îl n°y en aura point après toi, qui te soit semblabie *. Et 
l’Ecriture lui rend ce témoignage et dit : Il était plus sage qu@aucun homme; 
il traita des vertus et des influences de tous les corps, * depuis le cèdre qui est sur 
le Liban, jusqu’à l'hysope qui sort de la muraille; et il traita de méme des ani- 
maux de la terre, des oiseaux, des reptiles et des poissons*. 11 donne quelque- 
fois ἃ ses disciples le nom de fils : Ecoute, mon fils, dit-il, et recois mes paroles, 


1. Jug., XXI, 25. — 2. I Rois, tv, 34. — 3. /0., it, 12. — 4. Zb., Iv, 31, 33, 


.Λ7] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 361 
SÒ "μὸν fl Aulo At deo il No A Dado clp 
μα κου ada, Naso jp siae :°0d pablo 3 Judd 
«959 δὼ Ausl >; SA μ5)ο his) popadadi τρδὶ volo. pin 
AS AI Sl po ivi >Y1 hood cd paélo fo Na adso 

= Jug Jo, JAodiazo 2 raf ievandaà 000 :foîi 


Na AA α.5᾽2}} 000 red ppi 000 δὶ lio δ Λλοο 
"5 τεδοὶ 105 00 Polato civas οὗ da slo : οἷν 
Jtd ‘ya 130] .Juicaso Jpnzd fond dot edi Jr 297350 
x? Quo sfuasciss fuascaro :fauoi Joo do 3 iso lisi olo 
ehtepo fadso hs Sad lio XD αὐλοο titti ed fuor Lin 
Sfortho faduos cado ansas Jdilo indi Jusaso “κα. DÒ Yad 23 
+) poso ἢ 
«Odd rd aa οἷον, viso Noro caz Jas; :fasso 
00 Ν..Δ.λοο μι pd mo Jp μοι» adito dd ΠΟ ΨΥ 


1. T hic locus albus. --- 2. T sselo. -- 3, T μϑλω,.. — ἡ, TON- — 5. T ww fami. — 6. T nd. — 
— 7. Τ n28%o. 


et les années de ta vie te seront multipliées'. A toute chose, dit-il encore, sa 
saison, et ἃ toute affaire sous les cieux, son temps. Il donne encore quelquefois 
ἃ ses élèves des lecons touchant Dieu : Quand tu entreras dans la maison de 
Dieu, dit-il, prends garde a ton pied, et approche-toi pour écouter plutét que pour 
offrir le sacrifice des insenses?. 

Et comme alors il y avait beaucoup de savants qui pensaient qu'ils avaient 
compris Dicu et méme sa puissance, sa sagesse et ses opérations, Salomon 
seul a dit qu'il est impossible à l’intelligence des créatures et des étres char- 
nels de comprendre Dieu : J'ai dit, éerit-il, j'acquerrai la sagesse; mats elle s'est 
éloignée de moi plus que l’éloignement lui-méme. Qui trouvera la profondeur des 
profondeurs*, c'est-à-dire qui pourra comprendre l’essence divine? Qui est 
l'homme qui pourrait entrer en jugement après le roi, et ensuite avec celui qui l’a 
creé”? Le ciel est haut, la terre est profonde, il n'y a pas de moyen de sonder le 
c@ur du roi divin®. 

Bref, à sa vieillesse, il réunit tout le peuple près de lui * et lui parla de la 
faiblesse de ce monde, en démontrant qu'il est passager et fugace avec ses 


1. Prov., 1v, 10. — 2. Ecclés., 111, 3. — 3. ZD., Iv, 17. — 4. Zb., vii, 23. — 5. /b., τι, 12. — 6. Prov., 
XXV, 3. 


* C 43”. 


*T 320°. 


* T 3205, 


* Ce, 


* Cb. 


362 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [8 


dI : sò] :Jilasos μοι Jpmol? 9 30 «10 Sa οοι Jlscio :οἱδος 

Jero Naso fido iieià Nor Ν δον τὲ conupolso ἦν, ἢ Lise pere 
Gun lo δὴ <l :Jo homss No da 

Lisa: Ια do riad gol ih) la οἱ Joao] sol cas 


Joh o fa poi do Naro Jlassaraso yi: μοι fond adi 


As χοὶ itato SI Sl do μοι liggso 53 Ja 
col gi 4 1oja ομ5 ni 3.1] μοι: ftt is “cjsolo or 
pt le pag I el apo ama sgziodà dh La è 
αν; 12 004Ò olo «dd Sy ll Al “lo ΝΛ. d dd 


CIT «Jada zo] Opodo VISESESTO duo «5565. Ly] μὶ lo Opa + 


δα» [βοὴ N dI ASCOLTATA QLL Joi ans, fia No fra 
+ 00435 oo Liada, σον. NCGRETTÀ 
ft e, aladino 0 Aci Jooy Jogo Jr _? Jo 


1. T : las19 lin ÎD 0195 200 dass ilassataso gel : La nad lisay, [sì μροιϑο Haas] sol a 
«aaa «οὗ» Del 15 do. — 2. Td cisl» — 3. T hic locus albus. — 4. T ps0,0 ÎSiomn- — 5. T 
do. — ὃ. T ada lioa» lov ws Ils. 


plaisirs et que tout est vanité '. Et quand il conseille ce qui est meilleur, il 
dit : Crains Dieu et garde ses commandements; car Dieu fera venir en jugement 
tout ce qu'on aura fait avec tout ce qui est caché, soit bien, soit mal?. 

Les autres prophètes, eux aussi, fondèrent des écoles, ainsi que nous 
l'apprend l’histoire du bienheureux prophète Élisée. Celui-ci, d’après la 
tradition de son maître Élie, suivit la voie de ses prédécesseurs, et en- 
seigna longtemps ce qui était nécessaire dans l'école qu'il avait fondée. 
L'Ecriture le dit clairement : Les fils des prophètes dirent ἃ Élisée : Voici main- 
tenant que le lieu où nous sommes assis devant vous est trop étroit pour nous. 


Allons-nous-en maintenant jusqu'au Jourdain et nous prendrons de la chacun > 


une pièce de bois, et nous batirons la un lieu pour y demeurer, et vous aussi vous 
viendrez avec nous. Et il répondit : Allez le faire, et moi aussi je viendrai aver 
vous *. L'Ecriture sainte montre par ces paroles que c'est une école que 
fondèrent dans le désert les fils dès prophètes; et c’est pour se recueillir et 


échapper au bruit du monde, et pouvoir ainsi recevoir plus facilement les 


lecons de leur maftre, qu'ils sortirent au désert. 
Pour ne pas étre trop prolixe par notre parole, nous passerons sous silence 


1. Ecclés., 1, 11. — 2. Prov., xII, 15. — 3. II Rois, vr, 1. 


I 


“ τ =. "_« - |, E al —_— sw - τ = - ue --- τς cu A Va = ti 
᾿ sa n ᾿ - 
Ù ᾿ © ᾿ 
| 


[49] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLFS, 363 


Sh Jil ἰδοῦν, 2). Lis: eda Lav xl lo 3. Jo;a Opa hop 
Loot fra "7 Ds tit 'Jusdio dois naso, Q3} JA 
ASA ai ndo cad Jlo :flatsano μα. Na oolasatsoy Ji 
uaar Nui00 Afp fiza do day Jpotda fot Ada dial 


PRUA NORASLS guai 5 ἈΪ docs ἢ india d 200 20043 
È 000} ndo aj 3 aadaso iu) uòo roof ada τω] 
sisi «νοὶ» solo n afvs voaslfs fusa \boro μας (sie) 'oa 

«usadono [σοι del "ed rv! si οἶος μος κ PA σϑιαϑορο 
radio ll sota Jo Tuna xx :Joot vasaso e : {Asoà, DI Pao 
:0Ò fa Luciana) Jljatsy dtuariz custodi fAsar [ον ind μοὶ 


+1aS O κοι pe n Îlo 
JASso peli Jan spo Na pelo solo Ji a ai Οὐ το 
vai) fusto ya 00 Ju fasao, μοῦ ao As ομδο κα 


I ego letta. .. 2, 1 goaoiade. — i, μας ia — 4, TT lpsabl. Ὁ T ssadpofizil. — 
ἢ,  deest. — 7. Tio SESS lor. — ὃ, Td ro 


toutes les autres assemblées que formèrent les autres prophètes, pour arriver 
aux assemblées que réunirent les philosophes paiens, * Ceux-ci s’efforcèrent 
d'imiter les assemblées judaiques; mais, comme le fondement de leur instruc- 
tion n'était pas placé sur la vérité de la foi, et qu'ils ne prirent pas comme point 
de départ le principe de la sagesse, qui est la crainte du Seigneur, ils s'écar- 
tèrent complètement de la vérité. Car, ayant tout comparé selon l’ordre de 
la nature, ils n'ont pu rien comprendre'; et se disant sages, ils sont devenus 
insenses parce qu'ils ont adoré et servi les creatures plus que le Créateur ἢ 

Le premier qui forma des assemblées ἃ Athènes, ce fut Platon; on rap- 
porte de lui qu'il avait plus de mille élèves. Aristote lui-mème était dans son 
école. Un jour qu'il donnait des legons ἃ ses disciples, ayant remarqué 
qu'Aristote était absent, il dit : « L'ami de la sagesse est absent; où est le 
chercheur de la belle? J'en ai mille, et un seul me fait défaut; un, pour moi, 
est plus que mille. » 

Platon, quoiqu'il ait parlé justement de Dieu, qu'il ait dit de son Fils unique 
que, comme Verbe, il est engendré de Lui, c'est-à-dire de sa substance, et 
que lEsprit-Saint est la vertu personnelle qui procède de Lui*, tontefois, 


ì, (tette phrase me parait bien obscure; je lui ai donné le sens qui ma semblé Je plus probable, — 
2. Rom., }, 22, 25, — 3, Voir S. Augustin, De Cirit, Dei, 1, XI, c. xxW et 1. VIII, c, ΥΥ el seq.; Théo- 


«doret, Thérapent., I, 2; Robrbacher, II, liv, XX. 


PATR. OR. — T, IV, Zi 


* T 320% 


* 45% 


*.T 321°, 


*C4S. 


"T 321», 


364 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. 180] 
οἱ J2Aad cjornsdadi 107) 1/7 101 citò o ΙΝ Αἱ 45 Μὲ τομϑο 
XV tonda, : solo srt As od χα τ} 
rd Jo xl Jsfohl ᾿ Spa 330 Qu dd isoAso fia Jil 
+ NaoAeaso 7 pablo τοι θα wir) JI] (0 usolo 

:fisad faspzo xopso shasazo Jizd fig do Yadaso ass da slo 
has 3530 1A o spada 30 ili po 
«39 .},5305) μὰ} coda Jpado folio Jas LISAs0 repuoto 
γοὶ idol Joy τῶϑ Liu Naso fida ill fatso :fussAso0 IS po 
+Jutso 000% epdol 

0152 Soto rta] facto od as Asd da 
YA «οὐδοῦ JAupars 001 Yanslo osi JAasono Jlasataszado lista 
prora JAusid Jladagico Maspozsor 130) Jrot οὶ :Ipor "κωφοὶ Jipaaze 
ela cglaspozdad dar fado dol xd00 oa) Jia 

peadilo fas por rado :Jlaspdoy 555 οἱ liadiao fusass Jos 
+ lio: Jago fato 


1, T 9 jsolo. 


ayant été interrogé par ses concitoyens, s'il fallait ou non respecter les idoles, 
Platon, dis-je, leur répondit aflirmativement : « Il faut, dit-il, sacrifier un 
coq blane ἃ Esculape '. » Ayant connu * Dieu, il ne le glorifia pas comme Dieu 
ct ne lui rendit pas gràces; mais il s'égara dans de vains raisonnements, et 
son cceur, dépourvu d’intelligence, fut rempli de ténèbres ἢ et ne comprit pas. 

(Il enseigna la métempsycose) : l’àme, dit-il, habite tantòt dans les rep- 
tiles, dans les animaux, tantòt dans les oiseaux, ensuite dans l'homme, puis, 
après avoir pris la forme des anges et s'étre enròlée dans leur hiérarchie, 
elle se purifie et retourne à sa céleste demeure. Il enseigna encore, comme 
les manichéens, la communauté des femmes. 

Après sa mort, il eut pour successeur Aristote; celui-ci contredit l’en- 
seignement et la tradition de son maître, pour faire valoir le sien. Entre 
autres absurdités qu'il divagua, il enseigna que l'économie et la providence 
de Dieu ne disposent des eréatures que jusqu'à la lune. Quant aux autres 
créatures, il en confie le gouvernement aux Principautés, 

Il y eut encore des assemblées ἃ Babylone des Chaldéens, où Von enseigne 


depuis longtemps sept (planètes) et douze constellations (signes du zodiaque). 


Ι, Ici, l'auteur semble confondre Platon avec Socrate, — 2, Rom,, 1, 21. 


Digitized by € O 08 | C 


10 


1 


li 


[51] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 365 


οἱ -δοΐο .Juiptma So μὰ αὐμαϑοο voir) i μλαλο vol cad 
A Jaco μᾶλας » inside) +9 zolla c1ans doo 00 LA] μοι soda 
JA Al SD J colatafio, ᾿ Jloihaso Ns Sa 0001 
«οἱ Las Jar τοὶ di nas casa Ἀν 1379 ed n vordasdoo 
è Morto Jaco Jo 5 Jlr0 vias Jo :fANvo Jo 

Sa luias da slo luaioad epdAd rado Just vo) oa 
μὲ :Nlad go Jo Aly sol Ji Jo osa Lens Μη) μαοᾶ λιοὶ 
© JA 9 Jos Had +40 έέδοιο 5 Sii 

: SoS puo da aldo λα pà af 49 scia uo Οἱ lisa 
Nav Ara È : Jipoydo allo Noi fraadd 4001 

cera 15) ha; laagdo Naor) «Sf Haas]: [λον vol rd 


Il yeut aussi des écoles dans les Indes et en Egypte, dont il nous serait 
difficile d'exposer les erreurs. 

Epicure et Démocrite formèrent des assemblées -à Alexandrie; ils en- 
seignèrent que ce monde est éternel et existe par lui-méme : « Il y avait 
d'’abord, dirent-ils, des corps * fins, qui, ἃ cause de leur cxtréme finesse, se 
dérobent aux sens; et ils les désignent sous le nom d'atomes immateriels. 
Toutefois, ajoutent-ils, ces atomes n’ont nì ame, ni raison, nì commencement, 
ni génération, ni fin, tant ils sont nombreux. » 

Il y eut encore une assemblée de ceux qui sont désignés sous le nom 
de Physiciens, qui prétendaient, entre autres choses, que les éléments 
inorganiques étaient les principes de l’univers; ils nialent par conséquent 
l'existence de Dieu et de la Providence, disant que celui qui est fort pille 
et que celui qui est faible est pillé. 

Pythagore, quoiqu'’il ait enseigné l’unité de Dieu, la création et la Pro- 
vidence, méla toutefois bien des erreurs à ces vérités. 

Zoroastre', mage perse, fonda, lui aussi, une école en Perse, au temps 


ΠΣ ὃ νι Δ | τ. Ὁ. ἃ ea sla δι 

1. Ce nom s'écrit de plusieurs manières en persan: — ὩΣ ῳ “eb, sn ji —2i,; : 
Lu 233, ; :ῳᾧ 3,3: Lo 9 gi È =3)j {Lui 20). : ὦ ὦ ad ji. Il pourrait dériver de 
=), qui signifie union en persan, et du lac de Zéreh, où, d'après la iégende Mazdéenne, fut re- 
cueilli le germe de Zoroastre (Inscrip. Mand. des coupes de Khouabir, par H. Pognon, p. 162, note 1"). 


# # 
II pourrait encore signifier l'or de ‘prairie ni, » ou bien la splendeur de prairie 5.2.2 I) ) sE 


“T 321°. 


*C46. 


*E 320° 


* ( 46", 


* T 322°. 


* T 3228. 


366 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. wr 
100 Jr} μόνο τοβδαοιὶ adaso τοιλαν, Jhizto luadio viso :f% 
Jar fail JA Ἰρωϑ ul οἷς -“ » :q00ilojadò classi 
‘9,00%£ 220 A00Ip2d μὰ Jlo ἴδον» :005JO :μϑοῦ)ο :} 00a}B0 1 .; os] 
polo «soia Lipusllo τ γμαϑούοοι ‘fo pado intel il p30l 35% 
μα...» κ-- ϑοῤοιΐο eVindim 00 Loi yxÒ uo 200451 opdall o) 2 
wihso .Δ5 fanso "μὲ lag 6. for [πῶ cda pad O Jar «JSN 
fido sel e 006 I Om tn] ilo pò μροὶ 
Jyelo «4915 Al °r)r0500 Naso :)laza waasad 101) Jr volo Lia 
wo . ΙΔ. 59 Jaoyd do NORTE N filans Arono : A SS Jojo 
orseli amsaà Jad Jah 30) 1300 af pn gt 1 pula 


1. >9Ò joaal. — 2. T deest. — 3. T μτωΐ. — 4. T ‘ensio, — 5. T ὩΣ mo. — 6. T deest. — 
7. T low biel. — 8. T lets9 Ἰδιθαβφ. — 9. T si20509 ILosws- — 10. T lasd. — 11. T deest. — 
12. T S$olL vpeno. 


du roi Baschtasp ', il attira ἃ lui beaucoup d'’élèves, qui, étant aveugles d'es- 
prit, s'accordèrent facilement avec lui dans ses erreurs. Il enseigna tout 
d'abord l'existence de quatre dieux : Aschoukar *, Praschoukar *, Zaroukar ‘ 
et Zarwan?; mais il ne dit pas quelles étaient leurs opérations. Ensuite 
il admit deux autres dieux : Hormezd®* et Ahriman”, disant que tous les 
deux ont été engendrés de Zarwan : Hormezd est complètement bon; Abhri- 
man est * complètement mauvais. Ce sont les deux qui ont fait ce monde: 
le dieu bon créa les bonnes créatures, et le dieu mauvais créa les créa- 
tures mauvaises. Zoroastre admit ensuite vingt-quatre autres dieux, qui 
font en tout trente selon les jours des: mois. Il dit qu'il ne faut point ‘ 
égorger les animaux; car Hormezd est en eux, mais qu'il fallait mevrtrir 
par des coups de baton le cou de l’animal destiné ἃ étre égorgé, jusqu'à ce 
qu'il fùt sans vie, et ensuite l’immoler, afin qu'il ne sentît pas la douleur. 
Il dit encore, entre autres choses, que l'homme peut épouser sa mère, sa 


1. Théodore Bar Koni dans son livre inlitulé : Livre des Scholies, au lieu de Smgas écrit ode. 


I mei 


— 2. Ce noin signifie la pleine lune en pcersan e. — 3. A la méme signification; seulement 
é | ignifie au-dessus. — 4. C'est-à-dire 1 lendeur d È Ss = i 
on yaajout » qui signifie a su st-A-dire la splendeur du soleil USL. 5. Veut 


dire le temps 3; ou vieillard. — 6. Nom composé de 99} qui veut dire soleil ou la lumière du 
soleil οἱ de >} qui signifie le travail; on trouve en persan de semblables compositions de mots 


comme —_lòl au lieu de sl o et lol au lieu de sl sa , — 7. Signitie la réunion des 


vices PA : 


53] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLFS. 367 
pai JI io naso JI Jato Just) 15210 (010 alzzo 
ΝΘ 30 sorti gel 07 

xl sas ὄχι, ul νοι» af 530 Mondi ito Opa fois nda 
gol: pda ‘fio as do dial ἢ] sJuiuol30 aoopde, hiilaady 
03 Jp] good defi 000 fida 5 Îlasasato! °Jipollo ]EICO SÒ 
«39 lip 13/3 1907 0,0) gel IAA Îlopso μὸν lai anmnso Ja 
Ji}a Na ci quo :Jlossa so Na gd Ju}50 :}50/ fasoilo Jai! 
00 cda : RESTETE, «ωἱ asi 0008 χα 3:0. 199 uòl5 - pilo 
ecdollli © popsaz Voloro :°55/ Jim] JAoops0 


:Jasooizo Lusopo Loi Liadaso fps Jayso ost JH1 Jas} LS hd 

uil dia i uorasly JA sopo Jaco] O Slo Jody fa Addo 
Mpa Jisiso uiiraso kill ads ulad 01: 200% jao,fo |a00 dal 
Aso Jipdaszzo ida Lmo0>0 fut A0 οἷ. 330 sd] μίο 


1. T Ἰδωτωὶ ᾿διοῖξιδο [Dia va la: deo ciliso ομοὶ rasa, lim haodoos sol ;isolo- — 2. T desunt. 
— 3. T (ϑοδλωο) asas. — /;, lens sic. — 5. T waafdo bollo pelo. — 6. T hic locus albus: -- 7.171 
κοΐ dda AUS, — 8, T desunti. — 9, T οἰοιϑο. — 10. Τ OIL 1119 geo- — 11. T deest. 


fille et sa sceur; et qu'il ne faut pas que les morts soient ensevelis, mais 
qu'ils soient jetés au dehors pour étre la nourriture des oiseaux de proie. 

Voilà quelles furent les assemblées fondées par les fils de l’erreur. 
Quoiqu'ils les aient fondées pour leur bien et pour le bien des autres, toute- 
fois les résultats démontrent qu’elles n’ont fait qu'enseigner l’erreur, perdre 
les àmes et obscurcir les esprits. Foutes ensemble elles rompirent le joug et 
les liens de l'Eternel notre Seigneur : La vérité, dit David, a pris fin sur la 
terre‘. Seigneur, dit Jérémie, que vos yeux soient attentifs ἃ conserver la foi ἢ, 
c'est-à-dire la vérité de votre essence. Toutes ces assemblées, se disant sages, 
sont devenues folles*. Et ailleurs il dit : Ils ont eu honte de ce qui * était l’objet 
de leur confiance. 


Il a done fallu que vînt sur la terre la Sagesse lumineuse, le Maitre des 
maîtres, le Rayon éternel, le Verbe vivant de Dieu. Il renouvela la première 
école de son Père, altérée par les fils_ de l’erreur. Il les invita ἃ venir ἃ Lui : 
Venez ἃ moi, s'écria-t-Il, vous tous qui peinez et qui étes charges, et je vous sou- 
lagerai*. Et tout d’abord Il institua Jean-Baptiste, maître de lecture et ins- 


1. Psaume ΧΙΙ, 2. — 2. Jérémie, v, 3. — 3. Rom., 1, 22. — 4. Matth., χι, 29. 


ΩΣ 


* Cu. 


Τ᾽ 3429», 


"Ὁ ἠδ, 
T 329, 


ΝΎ 323°. 


368 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. (54] 


«πα food fui Jil) 13300) pel shade φοορξὶθ : Man, 
Sad pi DD doo «J-oAcaso fusa Jlasdso κοι d00 aut) 
5. 19 IS :}α.5.οο] ha da ua Lau {Πα Jaar sso 
δ da Jropas luniuSo fazsà unaso 0x5» 1230 49 230 
1020 fo Jo λαοὶ, Jlhazshs JAuyazarzsaz 3015/ [νοι Na θαυ 
04 curo Ji κϑοο .'olas) Lis upadis χορ Μὲ injso uorada 
MAÒ JI :foio «ον addi Ιμμα fiato oso :fAsaiu fosso 
xadzaro olo pal quit Lio oo repo το. odo da 
avolAsoo Lr! 3010 .oLasa19 ajo ud) fel ri ujao ola 5ο 
#ipasad ΝΟ προς, {Ὁ col 044 τοὶ 0,0 γοὶ ων dd χα, 
Jhago Laio cla aauilo : fano] Jo has" νοῦ e? DO 
xa) asolo «so μοοξρὴὰκ9 Nap fuso Lol ooo Pag «ομοῦ 
dal asl οἷν dolo tao Τα δι» ail rà γοὶ ἣν loi "ας 


1. Tero. — 2, T las] iv — 3. Τ 0ods latu9. — ἡ, T desunt, — 5. T spad sic. — 6. T hic 
locus albus. — 7, Τ' deest. — 8. T xgoresaada es. 


pecteur ', et l’apòtre Pierre Majordome ? de l’école : Car, dit-1l, tous les 
prophètes et la loi ont prophétisé jusqu'a Jean, et dès lors le royaume des ciewx 
est annoncé, et il presse tous d’y entrer*, Jean donne tous ses soins ἃ l'école; 
il réprimande, enseigne et blame les méchants et les paresseux au désert, 
sur le bord du Jourdain. Aussi est-il chargé d'administrer le baptéme de 
pénitence pour la rémission des péchés; et Notre-Seigneur lui rend ce té- 
moignage qu@entre ceux qui sont nés de la femme, il n’en a été suscité aucun 
de plus grand que lui '. Dès que Jean eut manifesté et montré ἃ tous cette 
source de la sagesse et ce véritable Maître, en disant : Voici celui qui porte 
le péché du monde *, alors tout le peuple se mit ἃ se presser autour de lui et ἃ 


écouter son enseignement. La gloire de Notre-Seigneur augmentant de jour — 


en jour, l’assemblée de Jean * commenca done ἃ diminuer ainsi que sa gloire, 
comme Jean lui-méme le dit : 1] faut qu'Il grandisse et que je diminue ". 
Dès que Notre-Seigneur se mit ἃ la téte de cette école, et qu'une nom- 
breuse foule vint à lui, Il en choisit des frères distingués, à savoir, Pierre, 
Jean et leurs compagnons”. Il les fit monter sur une haute montagne, ainsi 
1, oo» veut dire scrutateur. Ce terme est plusieurs -fois répété dans les statuts de l'école de Ni 
sibe, Voir l'appendice ci-dessous. — 2, Le majordome (|>) était tout ἃ la fois ce que les Frangais ap- 
pellent aujourd'hui l'économe, le préfet de discipline et le bibliothécaire de l'école, —#, Matti, Χιὶ 12. 
- ἢ fhied,, 11, 5. Jean, 1, 29. — 6. Jean, ttt, 30, — 7. Quand le mot Das précède un nom propre, il 
sìgnifle : 


« adeple, seclateur, compagnon ».' 


Digitized by Google 


12 


| “ποὺ 


" = T = === Ὁ fi - = __ # cc a = FEES Fu 
i a È 
® : 


10 


ω: 


[58] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 369 
1 msabvo «odia feno fu) Nido voladdo uotasf Na nadAroy 


Jie Jil odo 00edono joe hoasas: οἵδ ρον, ross 
ὁ ot Ἀὲ τμοασα Jia ALY Ἀν 130) 00% gl AA 

5 ifousols “oloA Ad 19» βοδμϑϑο μᾶς.» ad Ων; Jupolo 
ν.-.....59}}. μ5οο sforna liano οἱ Jia Ul :Jhasopà Ἰδὼν, 
Pio fio Jusasiano re μα fio DI Jsanco) Aauoso 
od 2 fisx ραν, cha ehozso has opa asoy Ùosraso μᾶς 
trad ‘iaia; fsi Juodso 

Jhaso, god 33 - μ... “35 SÌ Pag Joi +.Jsot fs}sò/ Sass 
Jloifas Bio ico |IS10à) LO use ἢ μβ") Sa As0,9 :Jasp>s 
ndo fas οἱ 50 epr dd0 repsoto . agio 00 ndvolo rasasi 
Ja Jlasor Aa uo) cha 3 10 JIoilo Nas hs fs00! .Jloiko Na 
"Δα. δον» hupoll fasaniu cd rest bito ad 9 feat Jtd 


1. T hic locus albus. — 2. T Ν "οἷν. — ἢ T ᾿αδδὰι, ..ὁ T δώ] ον δι. — 5. T tilde. — 
6. T déest. — 7. T boa. — 8. T μοο. — ἡ. T desunti. — 10. T desunt. 


que le fit son Père sur le mont Sinai, et là, Il les initia ἃ la connaissance de 
son Père et ἃ sa connaissance, Il les forma au mode et au but de son ensei- 
gnement; Il leur expliqua toutes les difficultés de la loi, at Il éclaircit devant 
eux toutes les allégories et les ombres de l’Ancien Testament, ainsi qu'Il le 
dit Lui-méme : Je suis venu non pour abolir la loi, mais pour l'accomplir'. 

De méme que les peintres ne commencent pas par enduire l'image avec 
des couleurs éclatantes, convenables à la réalité du type, mais le dessinent 
avec du charbon, ou bien y tracent de simples traits, et ce n'est qu'après 
que le modéle est perfectionné et prend la forme complète d'une image 
(εἰκών) réelle, qu'ils l'’ornent de teintes splendides aux couleurs éblouissantes, 
semblables ἃ celles du type, ainsi agit le grand maitre de l’univers. 

Et que 415-86} Voici que les artistes, eux aussi, quand ils veulent fondre 
une statue, commencent d'abord par en peindre sur le sol tous les.traits; 
et après avoir représenté ainsi la statue en cire (κηρός) et comparé tous les 
traits entre eux, ils fondent de l’or ou du cuivre sur la cire, et aussitòt que 
la cire est consumée, ils ont une ἡ complète et durable image en cuivre. Or, 
les hommes sages non seulement ne comptent pas comme dommage la perte 


de la première image, mais ils y voient l’habileté de l’artiste, qui par la 


1. Matth., v, 17. 


" (ὦ ἡδν, 


* T 323", 


* T 329, 


* Cons. 


* T32%, 


*C49. 


“ T 324°. 


370 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. 50 


Maso 9% Jil dI rr hoput so Lisosl: css 4! 3A bo 
Juihaso Jo Jitaso: Misa Jasop yanoi 
Noja land Aujsoro μαι! Lena! Lions Loi Lusdso οὐἱ οἱ Jisa 
hallo paolo μμ Lada Jlador * ua Lo “faro | fisso Lead 
Jhroo Jlasoy “Lù da cisdad ‘sami μοὶ ο fans cad ἐμ 
roi °l=300 ila Jin [16.505 Cu Da di paolo Juo 
nird_o ao μον... Jia JLup>lo UTERO Jilazo 
δ :Jhamg® Jato cla i assolo ἣν [7] = Ans 13) ‘dolls γε 
μοι 20999 ον. fia za «οοιαϑο dl «οοὖν Joo adi00 cLdoas 
PO sohuy viso lead dor paro] 330 opt Yad βραδν los 
pa Jr vo JAaasîzo 85.0.5 sol 2430 μιν Π|μ85 classtw 
Lil aio 5.9 Au0o adlat zona shot 30) 09 el :|οα 
[τοι dI γοὶ ipa dh Quan C-d.9 μοι» κα οἹ μοὶ Jo” Jaco 
3A Ji :opso/ ala Sl xl ‘oNsand ” face fastso lora «Οὔλδοδο 


1. T (δωδωο)ὴ Issa. — 2. T hic locus albus. — 3. T Low Iso. — 4. T σμαϑιο iaSllo- —5.T 
ῳοιοδιὶν pelo. — 6. T [399 Sao [Das,0 ÎlasbLy. — 7. ΤΊδωρῖδος. — 8. (δοδιωο) δῶ vada ,59 
Ha. — 9. T isel. — 10. T isepbad. — 11. T [455 farsa. 


perte de la susdite matière, put former une image réelle qui restera toujours. 

Ce fut de cette manière que le grand Maître agit tout d’abord selon 
l’enfance des élèves. Comme la figure de la réelle connaissance de Dieu était 
sur le point de se fondre et de se consumer, ll envoya son Fils bien-aimé, 
qui, basant son instruction sur la première figure, nous parla et nous . 
révéla l'image réelle de la Sainte Trinité, la vie future, l’abrogation de 
l'ancienne loi et la consommation de ses faibles préceptes', et grava dans 
notre esprit la réalité de la vérité : « Quand Il monta sur la montagne, 
est-il dit, et qu'une grande foule se réunit auprès de lui, ouvrant la bouche, 
Il les instruisait en disant : Heurewx les pauvres en esprit, car le royaume des : 
cieux est ἃ eur, etc. ?. Ailleurs il est écrit qu'étant monté dans une barque, 
Il enseigna bien des choses ἃ la foule par des paraboles *. D'autres fois ll 
enseignait dans le temple et dans les synagogues, comme Il le dit lui-méme 
aux Juifs : J'étais tous les jours au milieu de vous, enseignant dans le temple, * οἱ 
vous ne m'avez point saisi*. Le nombre de ses disciples fut si considérable. : 
que les grands prétres et les Pharisiens en furent frappés de jalousie, 


1. lat» signilie choses anciennes et 199% choz:3 faibles. — 2. Mattb., v, 1; Luce, vi, t7.— 
3. Matth., xi, 2. — 4. Marc, xIv, 49. 


ὃν 


10 


[57] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 371 
osa sfuso od ius lo soho od dj oa τον 
tha Jhasos uòi Loo ἢ! οὐ μον Jlasow Li ass xelo +3 dA 04 DO μυ] 
ϑὶ μϑοι :κϑαχ class; |] :}}ο-ο Aha i; u5> ifi_fjas do 
iMopadozo fusa μὲ] pò 0135) Jlasoy10 fuasas fps cd :funaso 
#3 201 00 χοὶ 
sero Passo] Luo Jasadso pad ui ADI: Lione ct κρὸ 
loc JAszor Ar dro [Π]αϑα ροῦν... 9. Liri rat vaso 
:)Anntaso . Jo ol) μὰς oLaso :l001 Jago; fg Aiapd paso 
Ειϑοῖοι γοὶ Jusaszoso, flo «οἱ naso Na fiat uolasz) κοοΐδ.5 
Masi Sor dad cio faro opaaslo L13105 hajaso 
so uosdansoll ot34 τοιλὼν hiopo νῶι oh 0% A «399 
Jlijzos0 ‘JA sio; af 0 Lai os nolo 40509 JAS 5 
lidia, fordzarod NOOatz CON dardo daddy defi «JA uo 


i Lao palo. — 2, Ci add, isel om» ge- — 3, T hie loens albus. — ἡ, T arabo ajsal. 


comme eux-mémes l’attestèrent en disant: Vous voyez que tout le monde va 
après lumi, si nous le laissons ainsi, tout le peuple croira en Lui'. Done de méme 
que l'image en cire regoit son accomplissement et non son anéantissement 
dans l'image en cuivre, car, quoique la cire se fonde, toutefois sa figure 
reste durable, ainsi le Christ n'a pas aboli la loi et ses figures, mais Il les a 
achevées et complétées, ainsi que Lui-méme l’a dit, 

A l'Aage de trente ans, il commenca ἃ donner des legons, renouvela la 
première école, donna une définition précise de la philosophie, fit ressusciter 
la sagesse qui était morte, fit revivre la crainte de Dieu qui avait disparu, 
montra la vérité qui était perdue; bref, Il fagonna tous les genres de sciences 
ἃ la manière des membres d’une statue, distincts les uns des autres, et les 
grava dans les oreilles des fidèles; il réprimanda l'impiété, fit disparaitre 
l'erreur et confondit l'imposture. Leur ayant éerit ensuite son testament au 
cénacle*, au moment de sa passion, il conduisit ses disciples*, et s'en alla avec 
eux au delà du torrent de Cédron, * et là il leur donna toute la nuit des legons 
sur les grands, admirables et réels mystères. Et comme leurs sens étaient en- 
core trop faibles pour pouvoir embrasser une doctrine si parfaite, Il leurdit : 


1. Jean, x1, 48; ΧΗ, 19, — 2, |bsa vent dire chambre haute. — 3, Littéralement : son école 


* (50° 


5. 1 3240, 


* T FM. 


* C 50% 


>. T 325, 


UT 253, 


372 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. 


soia JI Ἀ] asd prole di A] ego τκϑοῖδν pol sla 
θῦμα Do asd 00 :fiztr μοῦ Jr κοῦ po la dd 


γον} sole esili hay risol gel JASAS paso, οὶ So 
hast ohacdso “(οἱ βι5μ» ciao «οὐἱ Nol rada oopsad 
ina sog ES: dl asl paso μου} Luzo Li] ooo Lay Ὁ 
VAS xl opdadlo : βαρῶν, 20002 onadl )S cos 00 paolo 
2 hoday opadasi so ἐμ] [οι + al astio [5] 
lix popo μ᾽ οικαθο 2009, fai opad Jlaazo]: JAasi adsasdo 
«Opal, γοὶ Qua οἱ oàd :hosag ode ὦ x dI Lodo Livo 
‘045 foot pd dI DAI 110 xl ilo, Nas ojppalo sasso " 
io βαλῶ ἢ opa Ausono 3 000 ready }18}}5 ostato jasoo ὶ 
οἹ] «90 ἈΝ so .hasaor "μοῦ arasy bord ha 39 "do 0 gal JrhasSa 


1. T desunti. — 2, T μϑιϑο. — ἃ T 020,09) loda sir il asso laraos lucio liso lsl mas 
lioday orsotosd pon |basat .οοὐδϑ μὲ ansa, bl loro. — ἡ. T Lis |auiho pag lapi — 
5. T desunt. 


J'aurais encore plusieurs choses a vous dire, mais elles sont encore au-dessus de 
votre portée. Quand l’Esprit de vérité sera venu, Il vous enseignera toute la vérité'. 
Après qu'Il fut ressuscitéè le troisibme jour, comme Il l’avait dit, Il resta 
avec eux dans le monde quarante jours, leur enseignant bien des choses. Au 
moment de son Ascension au ciel, Il choisit douze frères renommés; Il leur è. 
recommanda ce qui était nécessaire et essentiel. Alles, leur dit-Il, et instruises 
toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, 
et leur apprenant a observer tout ce que je vous ai commande. Et voici, je suis 
loujours avec vous jusqu'a la fin du monde *, 

Pour chef, Il leur donna Simon le majordome de l’école et lui commanda 10 
de paître les hommes, les femmes et les enfants*. Après qu'il fut monté au 
ciel, les Apòtres firent ce que leur avait commandé leur Maître, préchant 
partout, ainsi que le dit Mare. Notre-Seigneur opérait avec eux et confirmait 
leur parole par les miracles qu'ils faisaient. Ils fondèrent tout d'abord * leur 
école dans le cénacle, où Notre-Seigneur leur avait remis le saint sacre- ὃῦ 
ment, et la maintinrent là jusqu'à ce que le Saint-Esprit fut descendu, Ils 
vinrent ensuite à Antioche, où ils enseignèrent et baptisèrent bien des per- 

I. Jean, xVI, 13. — 2. Matth., xxvIti, 19. — 3, Jean, xxI, 15. — La version dite Pschitla porte : Pais 


mes agneaux, mes moutons el mes brebis; les commentateurs chaldéens les expliquent par hommes, 
enfants el femmes. 


Digitized by Google 


[59] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 373 


pepmttà hood sol pel εἰ μειοῦν, oprado opsad | uolo esantuli 
elunf00;5 sid usanflo aspoll χὰ 
hf Lido finto [καθ do o τ το hi) 5 
Jie] οἱ Jadopad parsy fuor icona βοᾶν. ar yu) Ὁ, uocdasi 
dif o 1 0A Ahoro : βαδοοὶ pad Ill «9 Jlazo JAsopso 
nd rd «Sg a lily μ5) vosiNiaazo fuolo 230 :3 Loshs 
JIA Gip2 δα yd0l0 hu Jpuo :yadaiol vado Jicarsi] 565 
μὶ Jo oroiso asso :}30) 0015 yul cipada foor afoso Jazz hamaso 
LIA ud Yad - ll ro μ᾽ No NasAso assos “Jul emohso 
μα fd «οἱ CGI bop Joo nda fhodazaso 1A silo 
opel has poeasil nel ada lo ivano) vooisiao «το Lb es «ἕο 
Ὁ.3..λ09 xl Δ Soto Jia end iocisad foor Niaraso “afosa Qi 
Joy alaatoso da ord [οοι td uti ansa load 


AOOHMSO sQuil rai ‘opa ab 0307 quaezdo QOOLLIO uil Ss 


I.T 90. — 2. Terno go — 3. T μ9Ὸ|5. — 4. T lbail ADI MAO vera dI so. — 5. Τ 
deesl i 


sonnes, de sorte que ce fut à Antioche, ainsi que le dit Luc, que les dis- 
ciples commencèrent ἃ étre appelés chrétiens '. 

Bientòt après, Notre-Seigneur choisit le grand Paul, pour enseigner tous 
les Gentils. Cet ardent disciple et cet assidu maître, qui surpasse et les pre- 
miers et les derniers, réunit des frères en plusieurs endroits et fonda des 
écoles, ἃ savoir : ἃ Damas, en Arabie, en Achaie et ἃ Corinthe, où il en- 
seigna pendant deux ans et demi”. Ensuite, après quatorze (ans) de travail, 
1] se rendit ἃ Jérusalem, dans l’intention de voir les Ap6tres; mais il re- 
tourna bientòt pour continuer son ceuvre. Il eut à subir beaucoup de peines 
et de souffrances. Quelqu’un est-il affligé, dit-il, que je n’en sois aussi affligé ? 
Quelqu’un est-il scandalisé, que je n’en sois aussi comme brule*? Il ne cessa 
de se méler ἃ tous les hérétiques (αἵρεσις) et.aux opinions (opposées) jusqu'à 
ce qu'il les eut faconnés au mode de sa doctrine. Etant venu de Corinthe 
à Ephèse, et ayant rencontré là douze disciples, * il leur parla avec hardiesse 
pendant trois mois, ainsi que l'a reconnu Luc, dans les Actes des Apòtres, 
pour les convaincre des vérités relatives au royaume de Dieu. Mais, comme 


1. Actes, xI, 26. — 2. Au lieu de gato ala lit, il faut lire : oygr93/haa; voir Actes, xvi, 11. — 
3. IT Corinth., x1, 29. 


*C 51°. 


* T 325°. 


+ T 325°. 


372 BARHADBSABBA "ARBAYA 
Loano JI Μὲ asd γροῤδαν, cd Ναὶ è 
shija 9 xaasd 00 efisar Luo L 


gal) oi ERI Luo; isola veli 
sha chaos ἢ x! Laos «| azo +e 


saio PS: > SJ ul p@3o οὖ 
JAR κα orzaadlo :fsasia 00 dn osi 
è" fra osadasdà 
lia paso bis aipaso cod) fai ctpas ἢ 
‘(50% Op] il IA (Θ᾽ pd iena ΤῸΝ 
MID foot ipo dd θα ον + 
+ 1064 Jan) Magn «Ὅσοι ταν 


1. T desunt. — 2, T babo: —_ x T 99509 o “ 
bada pid boa boat gebs bl sosia | 
5. T desunt. 


J'aurais encore plusieurs choses d vous εἰ 
votre portée, Quand l’Esprit de drill τ sera 
Après qu'il fut ressuscité le di 
avec οὐχ dans le monde quarante | | 
moment de son Ascension au ci he 
recommanda ce qui était né “ & 
toutes les nations, les baptisant au 
et leur apprenant a observer t Seta 
loufours avec vaus det a fer ἵ 
Pour chef, Il leur d na Sa 
de paître les ΛΟΙΜΌΝ 
ciel, les ROSE 
partout, ainsi qu 
+ trss, leur parole ret ὡς 
école dans | 
ment, et la n ul 


in Cu CNsau 
"δ΄... 


Lo 


P_i 
—— 
ΓΝ 


ATION DES ÉCOLES, 375 


sol} Jola TITAN x? μοι 

δι 3A edo : βαβοὶ fool: Aa 
A ᾿κϑὸ de ΘΝ Καθ; da 
Dar hi Lod 
sue psdizuaa PROT 

Ea “doo εν, lisa, 
Sas fas] :Jlovps0, μοι fundo ul 
δι» κα LS fiasco, lita, 
δὶ 155) Jojo δὲν f3jo nando 
Misa Jia 300 JSK5) cod) Asolo 
doo Haas] [2917 xe? fpordo . LOS 15A5 
iJlatd00/ }1o15 oa 300; 30 14) 00 οἷν. 
se SA] Jo  μαρας ΙΝ] caio 


Li hapaso. 


è secours de Dieu, nous sommes arrivés ici, nous 
htrer * où l'on ἃ commencé, après la mort des glo- 
écoles, et ἃ quelle époque et qui commenga ἃ 
Le sujet de notre dissertation nous fera parvenir tout 
» cette école dans laquelle nous faisons nos études. 
a été très célèbre, ainsi que nous l’avons dit; sa 
tité y attiraient beaucoup de personnes, pour recevoir 
Mme. Et, comme le goùt de l'étude' est inné dans le 
trouva un zélé de l'érudition, qui, instruit dans 
is, fonda dans la susdite ville une école de l'Écriture 
pensat pas que les sciences ne se trouvent que chez 
ἫΝ ces saints Livres, il ajouta aussi, comme parure, 
qui a été cause quil défigura quelquefois la vérité 
atribure, par des imaginations très bizarres. Le directeur 
Philon le juif, qui, dès qu ‘il eut embrassé cet art, com- 
Pi] berto par des allégories, au détriment de l’histoire. 
prirent pas que non seulement ils devaient éviter l’ensei- 


buio, le cod. 82 js; ce qui me paratt plus juste, Le mol bio serait dérivé de 


Ὶ RR ἢ T i | LI 


* (52. 


* "1 3860. 


Digitized by Google 


Erra _poro_o 
| "_— 
| - 


378 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. (62) 
I asasio Lit |5A3d L007d /Aapsor Jizar Jlasadso Μὲ aSdI panda 
 *T 326% "Jago ΙΝ, | I hat a Νϑοο Jo und O ai haszios μωτολ 
δι ||α.5.ω.ο]Ἱ ς΄. Νὰ» dios p>0 τον ὀΐδδι οοοι nell 
& Jp [οι νλαλο Joost, 
:Lipioadlo 45 frasi vasi! ohal cr TORTE "A so, n! DI 5 
psi oh κοῦ 49 Jai SAS hr [οἴου Joo Jiohasoy μοι 
assssà οὶ : μὲ) JLoy}zo od lo σου Noso iflasasaso fio 
e Jade NlasdAso Jp Aa SASA 1901 doo cupola) 155 
"Cha. cor Jhujp > τοὶ "Jiozso classi de 
:]Adapdo iosa JAval voosoiaz uorada Aus "fida frarso io 
Loc.) asi uo Jlais}> usoroao "ua ol Lraso Asolo 
μ.3) ndo uit φολροῦοι ud davsad Νά iaia ASI fargli 
uJsaso fui di | ma od Jais Jooio . pred Lordo Luis, 
luaio 0 fo shot podi asa, ‘Das Josh baro 
lis JASL σοι; odiava li 


1. T hic locns albus. — 2. Τ ΠΕ Αρο Βα. ἡ T o Does. — ἢ, Deest. — 5, Deest. — 
6. T Inn geo. — 7,1 Nazzo] um. — 8, T vodaoadbs. 


gnement des bagatelles, mais encore orner les Livres divins d'une vraie doc- 
trine; ils almerent done la gloire humaine plus que la gloire divine. Or ceux 
* 7326 qui*fréquentaient Alexandrie, dans le but de s'instruire, étaient très nombreux. 
Bientòt l'école des prilosophes disparut, et la nouvelle école devint prospère. 

Après la mort de Philon, le pervers Arius se rendit célèbre ἃ Alexandrie; 5 
il promettait une ample discussion relative aux livres divins; il avait méme 
acquis l’érudition profane. Ayant été appelé ἃ expliquer les Éeritures, il in- 
venta, dans l’ivresse de l’orgueil, une nouvelle et fausse doctrine, disant que 
le Fils est créé. 

On convoqua contre lui ἃ Nicée, sous Eustathe, évéque d'Antioche ᾿ς un ww 
concile cecuménique, qui dura trois ans * et anathématisa la doctrine d'Arius. 
Le concile s'occupa aussi de toutes les hérésies qui avaient paru dans VÉ- 
glise depuis le temps des Apòtres jusqu'alors. La discussion contre toutes 
les hérésies dura quarante jours, la réplique des Pères ἃ leurs objections 
quinze jours, et la rédaction des canons et de leurs causes trois jours ®. 

1. S. Fustathe, évéque de Bérée vers 323, fut transféré à l'église d'Anlioche avant l'an 325 où il as- 


sista au Concile de Nicée; il fut exilé en Thrace et de là en Illyrie vers l'an 331, et mourut vers 337. — 
2. Il faut lire sans doute ga [SSL au lieu de qaza ASL, — i, Je crois qu'au lieu de Lass il faut lire os. 


(È 
Digitized by (GO 08 Ϊ C 


10 


ba 1) 


ιν 


[63] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 377 


othiezas Jaaso] pad vato) lisa on) vida dl ΟἹ do 
\10010/ 120 uòiò famo μοι el: Nos ind pid SALO 3 VV SI ἢ 
Meda td sl JAa98,5 hjlo Lipteado uciniasto Ja 
ocjimz&fo : Σοὶ js liana pad x) ϑαϑϑ, at «Ὁ finto 
fio lotti Sar lo she] half! aiuola) ; 
[RR VEC N IC 90507 μοίαδο Jidu ch pd Loco —? μοι 
ofadantai > Su |] 19 °:Jaoas0315 13 lista, ohas 00551 lady 
2 N dI VI dial no ht) Jr xD Ho :haSvso vado 
#’roopad 000 aridi [δάσο ago Iso 
Ως ID 2 fica fuisato san] favo Jo n? τὸ 
cod anisllo .μ5}5} Jimat ψϑοῤογο» 001 Jparò δι» Janas] tas 10 
μα οἷο inslaro vandums Lisaj fab τοῖο do no Ἵχο 


1. T 0159 da fg 99 — 2. T hic locus albus. — 3. T x00r%asar. — 4. T quel sa. — 5. T μ5ι5 


Minas 


Après la clòture du concile, le bienheureux Eustathe ouvrit une école 
dans sa ville * d'Antioche et Jacques ἃ Nisibe ' — car ce saint aussi assista 
au concile — et Alexandre? ἃ Alexandrie. Nous n'avons pas l’intention de 
parler de toutes ces écoles. Mar Ephrem* fut établi commentateur par Jacques, 
et Athanase par Alexandre. Quant ἃ Eustathe, ayant été exilé, il confia la 
direction de l’assemblée ἃ saint Flavien ἡ, qui pour une pareille affaire s'as- 
socia Diodore?. Ils dirigèrent l’assemblée d’Antioche dans la voie de l’or- 
thodoxie δ, ne faisant aucun cas des menaces du roi Valens et de l’insolence 


des Ariens, fils de l’erreur, mais accomplissant leurs ceuvres tantét ἃ l’intérieur' 


de la ville et tantét au dehors. 

Quand Flavien fut consacré évéque, le bienheureux Diodoré se retira dans 
un couvent, où il ouvrit une école, qu'il dirigea longtemps; il eut beaucoup 
de disciples, parmi lesquels les bienheureux Basile, Jean (Clrysostome), 


1. S. Jacques, évèéque de Nisibe vers 297, assiste au concile de Nicée en 325; il oblient de Dieu le 
chàliment d’Arius en 336, et la levée du siège de Nisibe en 338; sa mort eut lieu cette mème année. 
— 2. S. Alexandre, évéque d’Alexandrie vers 313, assista au Concile de Nicée; il mourut en 326 et dé- 
signa S. Athanase pour son successeur. — 3. Voir ci-dessous, p. 381, n. 1. — 4. Celui-ci, après la mort 
d’Eustathe d'Antioche, se décide en faveur de son successeur Mélétius, ἃ la mort duquel il est élu évéque 
ἃ sa place en 381. — 5. Diodore, natif d'Antioche, se rend célèbre par ses vertus et sa science. Aussi 
est-il appelé « Ie grand et très sacré Diodore, le fort athlète de la piété, la colonne οἱ le défenseur 
de la vérité », etc. (voir Fabricius, Biblioth. Greca, δὰ. Harles, I, 1X, p. 277, et Leo Allatius, Miatriba 
de Theodoris, Num. Lxvi); il est élu évéque de Tarse en 378 el est mort en 394, — 6, Voir Théodorel, 
lib. II, cap. ΧΙΧ; lib. IV, cap. xx11; lib. V, cap. ΧΧΥ͂Ι. 


τ Ὁ 53°. 


- ἅ 
Ma 
te 


* T 337°. 


gt 2458“, 


378 BARHADBSABBA 'ARBAYA. 164) 
n oola zati a doo J5N5; Lasas c.so ast.o Lola coccio lsi wociorflo 
losco aso Jasacat 9, ladro inuotalito IDECENE ‘ug Jos Jay 
è hipalr Jojo so pd [555° 
rud0 τορος ἡ» Jlasanma]: Jadd doll Lapo μοι Sl «οἱ "SO 
1009507)1 Lusag “od dd opel inci! pod of ta uotojadadi 230 ; 
aio . |> lizgi coloranti 00 Jlasstsoy ES das μεθ δι5 
Jato. s5fc0 cod pasas pa Jago fino gi cloni lg I 
SOLAIO raro sfaiosaso fas] Lasopa 14.69 4554 JlatsaX isso 
Hlo Aulluts 509 Nas —015)0 υδοι ao fo gdr bad. 
sLoà5ho Job Jissolo Lusspo his fase ooo La :ALma dico 
n--%D.2-5 aisllo 1...» nd JAY bass Lor 19, x? 3 
24 D3ÒI :)J}j0350 fas! ladors er :Laropo JlanséNasso [ἰαΐϑδ 35 i 


Ι. Teo το 2, Ο ΑΘ... 3, 1 lago. ὦ T |Daja — 5. T lia, 


Evagrius et Théodore le grand (de Mopsueste), qui puisèrent chez lui la 
science des Ecritures'. Diodore, en effet, était accompli plus que tout autre | 
dans la science de la philosophie * et dans l’exégèse. 

Ce saint ayant été consacré évéque de Tarse, ses disciples sé 
sèrent, et il ne resta dans le monastère que le bienheureux Théodore 
seul y enseigna longiemps, non seulement oralement, mais encore 
posant des ouvrages, sur la demande des Pères. Par la for 
il fit des commentaires sur tous les Livres et des controvers 
les hérésies. Jusqu'à l’époque οὐ la grace δὲ} paraitre et h 
toutes les branches de l’instruetion, de l'e Le 
Keritures divines, comme les différentes sui 5.1 
des rois, étaient dispersées et éparpi 
vrages des premiers écrivains et des P 

Dès que cet homme eut disting 
dans les éerits et les tradition 
habile médecin, il réumit en w 
qui élaient dispersés, de 80 


» 
dis l'a a 


I. Voir Théodoret, lib, W, cap, 


u' 


[87] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 381 
de + iuoticho Aha A%ai sl »90/ olaso iis doo .05Da 
da ASotroy Jlil0 μος οἱ nta Ινω ipo Ja ehi dol 
JI fs fato > Das 3000 «-αὐο Mi Naso isp xl 

PD LD AD pi 
: fun I horf fesa15 μοι sha) μα.» Nuaso n? fr 


Yar0 nd οὐὰ μοὶ do Duse lisaf do paso JiASa Ι»-ο 
SD tt log μι τ οΝς χορ ΜΔ Ν ἱν κκϑο 'uotonl) Vado 


«Saas, foi μδαυ dol ràdo suoi [1.5] enne 3. sad dolo .+050/) 


00081 [3...Δ.5 Joh pd DI μωϑ μοι nd SJpiad 3A o ‘e? μοὶ 

dI χα-ὁ ἡ ΠΕΣ JAazmoAs βαϑωον fasti uotansi ph "οὐ 
9 do 000 xl) <—io SI 3 Ὁ Κ “Joor Jri uoiado nti γα, 
fis 300 °adeptò jeanm9a] fcon ἴοι 1500, 30 inaldj dd DIAL 9 


1. voti ded 0,09 co 10459) Vedo A. — 2. om. A. — 3. gel isalo A. — 4. V9l0 A. — 5. low 
(sic) A. — 6. Ἰδϑεδοοδϑ Nosasls les 019 usili bs A. — 7, len Sil A. — 8. 27) SaaS] los ce A. 


taureaux et les moutons. » Rabbulas, dès lors, lui en garda une rancune dans 
le coeur; et après sa mort, il fit bràler ἃ Édesse tous ses écrits. Il n'échappa 
au feu que les commentaires sur Jean l'évangéliste et sur l'Ecclésiaste, qui, 
dit-on, n'étaient pas encore traduits du grec en syriaque. Mais ce que nous 
venons de dire de Théodore suflit. 


Montrons maintenant comment, pour quelle raison et par qui cette di- 
vine assemblée a été transférée en Perse. Le bienheureux Mar Ephrem, dont 
nous avons parlé plus haut, lorsque la ville de Nisibe fut livrée aux Perses, 
se retira ἃ Edesse, où il passa le reste de sa vie '; il y ouvrit' une école et il 
eut de nombreux disciples *. 

Après sa mort, l’école, loin de tomber en décadence, fit de considérables 
progrès, gràce ἃ l’activité de ses disciples, qui augmentèrent (le corps de) 
l’assemblée. * La renommée de l’école se répandit partout, de nombreux jeunes 
gens, par amour pour la sagesse, s'y rendirent de toutes parts. Lorsque Mar 
Narsaî, Barsauma et Ma‘né — qui furent ensuite consacrés évéques, le second 

1. S. Ephrem, suivant l'auteur, aurail enseigné ἃ Nisibe pendant trente-huit ans; car celle ville fut 
cédée aux Perses en 363; il mourut ἃ Edesse en 373 (sur S. Ephrem, voir Assémani, 8. O., I, 26 et 


suiv.). — 2. Les plus célebres disciples de ce saint sont : Paulona, Zinob, Balai, Harsamia, Aba, Siméon 
et Mara (voir le lestament de l'illustre écrivain), 


“(ἃ 56. 


* C 56°. 


382 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. ‘68 


ΠΝ δα, dim 0001 fasli dfsdo sfascio fot ομαὶ patrio, foca! 
ehspuly d5}a yad sod οδἱ cda μ 
Jia iggrD pae hag Var] δι; ?Iiasasco fa; -? [οοι οιολ.ἱ 
Asi [οοἱ dado coda βυοιο form [οοι (5.5 cho, .[Ξ6.λ.0 cas, 
Jia cado flat sasso, piso cadi nr 001 γεὶ :Masy : 
Μὶ τ Ἱμομ το Joot fra) af 4-90 «}1..5) Jlcianzol: lo Jlatagoisoro 
int las Jioro δ x Spad Pod μοὶ cd [οι μος Alra 
+ G57. Jil fpasiao LiaSS 000 addi J liasaso, voi ἃς,,5,5. sha 
+30 gl: da :[οοἱ aaa νοὶ ἕο, Πολλῶν. iso o, JAsas 
uot0/1 κδαλ5 δ δος, 430 ps [οοι 001 Lor “ὖοι ivo μου κ] I 
Lal (59, fuor dio ardijo :adj/ vatioll Oipadedlo cor Nido Aulsoo 
inheido] Juasaso, fasce ai : βαλοο 9 Jlasaraso nb0) ud μος 9] 
Qui ao 30 ia Diso Jill (βοαρ uso Ἀωξωὶ dd II 


1. i9Sa. (;. A. — 2. lajo lunaSto A. -- 3, pe 00) Lisal A. — 4. Ilcisvo leo pà log satmi τῷ 39 A. 
— 5, bon dad — 6. om. A. — 7. om. A. — 8. bor A. — 9. lap omai ilo A. 


pour Nisibe et le dernier pour Réwardaschir' — entendirent la renommée de 
cette école, comme ils étaient des hommes studieux, ils y allèrent aussitòt 
avec les autres. 

Le directeur et l’interprète de l’école était alors Cyoré ?*; il avait un es- 
prit très illuminé; il était tout ἃ Dieu; il était si dévoré par l'amour de l'en. ; 
seignement, qu'il prit lui-méme ἃ tache et d’interpréter, et d’enseigner la 
lecture, et de faire épeler et de faire des homélies dans l’église. Malgré ses 
jeùnes et ses mortifications, il accomplissait avec soin toutes ces charges. 

* (57. La seule chose qu'il regrettAt, c'était * que les commentaires de l’Interprète 
n’étaient pas encore traduits en syriaque. Pour commenter, il se servait . 
des traditions écrites par saint Ephrem, et émanées, d’après ce que l'on dit, 
de la bouche de l’Apòtre Addai, qui, lui le premier, a été le fondateur de 
cette assemblée d’Edesse; parce que lui et son élève? s'étaient rendus è 
Edesse et y avaient jeté cette précieuse semence. Et méme ce que nous 
appelons Tradition de l’école ne veut pas dire les commentaires de l'Inter- | 
prète*, mais ceux qui se sont conservés en passant, dès le commencement, 


1. Ce nom est fantéòt écrit Wardaschir, lantòt Réwardaschir el tantot Beth-Ardaschir. — 2. Ne seralt- 
ce pas ce Cvyrillona dont les euvres ent été publiées par Μ. Bickell dans Z. D. M. G., XXVII, 566’ 
— 3, C'est-à-dire S. Mari, qui fonda l’église de Séleucie. — ἃ. Voir ci-dessus, 380, n. ἃ, 


στ᾿ ᾿ lita» 4 2 cele Lainate 


UL) 


[69] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 383 


© uit loto oo id do lesa RU 

fasci οἱ Nas ipeoì "κα ρος, 009707) hasas was τοὶ SO 
ne? DI "Πα ων fut ADI ya od lay ὡ,1}} "9 5009 
sha 061 uo oro lancio οϑιϑ μ5 Jie Lacio nudo 000 
S| asisllo le? ομο 1 poilaibadasoo Lust δον fasas ομϑδο araso 
+liassso; οι 5 

ssd αἱ DI nero lano] cuasaso faz do od ads do 
ODA dvd aasas Jissso fusa: cis χαω Aha dii 
ΕΣ ἐν ino 330, τῷ. vjpdòo οἷν. pill» do? «olas! Jo Aus soli 
nto ay A «i μ] Jpo J xòi vel Joao]; pad cda 
ul Il hoy folad χα fusi Jlazngizo figo? flare :)00 para 
OZ} κ᾿ do QQ Ad [χ..5λ5ο pad τ μα g 4309 Lujaso oNepad 
«Ἐν lay Lisa Luo 04 fusa oto μοι 39 9 4A 
è" yoadda Lasaso fas μϑοὶ 19 iaia 


I. om. A, — 2. om, A. — 3, xg0mbaisataso A, — ἡ, OM. Δ. — 35. A add. lino. — Gagl A 
7. lioaSseo Luijo (sic) A. — 8, 1902s9 [Laisatasoo Loaa9 A, 


de la bouche ἃ l’oreille, et que le bienheureux Narsai inséra dans ses ho- 
mélies et dans le reste de ses ouvrages. 

Les commentaires de Théodore ayant été traduits en syriaque et ayant 
passé ἃ l'assemblée d’Edesse, Cyoré jouit du repos avec tous ses disciples. 
Les saints, que nous avons mentionnés plus haut, restèrent longtemps aux 
pieds de ce * bienheureux; ils furent versés dans l’interprétation des livres 
divins et dans leur tradition, et ils étudièrent les écrits de l’Interprète. 

Après la mort de Cyoré, interprète de l’école, toute l’assemblée demanda 
Narsaî pour chef et directeur; car il n’avait point d'égal dans l’école. Narsai, 
n'ayant pu résister, leur dit : « Moi, je ne peux pas me charger de tout le 
travail de l’école, comme notre maître', qui était expérimenté et riche en 
santé du corps et en grace de l'esprit. Mais sì vous établissez un maître de 
leeture et un autre d’épellation, je pourrai peut-étre me charger de l’inter- 
prétation. » L'assemblée exauga sa demande. Narsaî dirigea l’école pendant 
ving! ans, en faisant tous les jours des commentaires accompagnés de chant *, 

l. « signifie « notre maître n. — 2, |Ss=ss signifie ici a cheur ». L'auteur fait allusion aux Can- 


liques de Narsaî qui accompagnent certaines de ses homélies poétiques et qui étaient chantés aller- 
nativement par deux ceheurs (voir RK. Duval, La Littérature syriaque, p. 16-17, la poésie syriaque), 


“ (! 57. 


ΜΕ τ ων δι eee δ. 
i ᾿ 
i 


1 
LI 


Ε΄ * Cso, 


Ὁ ΟΣ ὁΒν, 


* (58°. 


384 BARHADBSABBA ‘ARBAYA, (701 


Sl puxso> oaama) Joour marzllo razspid Lt «οὐ f5097 #3 
#°]las051 Jpas Nas dolo vojaa 
«οἱ Nadso ag nerd :Loot δ᾽ κ᾽ Leona βμδλοιο, ala; «“ 1 
csgid cd LI iui cine χοῦ e ταν cor put el lo 
3 e? 00, ἘΞ an vopady foot μοι pay ὁμαλὴ hai, μεθ siro 
Jordi Sad r2.9 Joi ᾿μωωβϑο De Sì | en Ποὺ ASSAI 
TJAood, Dado auillo : Jpg μονα" 0051 ὦμο " ad n? I 
μ...λα...5 rado solloà Au 19 Ly ui J300; ἘΞ. ὁμοῦ αϑὶ 55 
crd EN 20423 A ipa 000 .JAiepraz ho Saas! 
pas Ἀν 1509, }3 A j30.l repei iti cid) voriiazo Lo ἢν ον] 
Ji οἱ "00 dritta οὐϊν otivazo voto! MI passo 


1. A add. geo. — 2. A om, vis — 3. Lon Lom A. — fi. ρῶν gel A, — 5, Adas A, — δ poobaa 
0431 Ἰγήξων A. — 7.A om, |bscaza ade. — 8, μλαβδδοίν A, — dg IA. — 10, lo A. 


Barsauma vint ἃ Nisibe et fut élu * évéque'. Ma'né partit pour la Perse 
et y regut le joug du sacerdoce *. 

Les affaires de l’école étaient en bon ordre; mais Satan, selon sa coutume, 
y mit la discorde et le désordre*. Mar Narsai quitta done l'école, et, étant 
venu ἃ Nisibe, il s'installa dans le couvent des Perses. Il avait formé le projet 
de se rendre en Perse, Et Barsauma, ayant appris cela, lui envoya son 
archidiacre et le fit introduire dans la ville avec grand honneur. Après s'étre 
salués et avoir passé ensemble quelques jours, Barsauma pria Narsaî de 
vouloir bien rester chez lui et de fonder une école dans la ville et lui promit 
son secours. Narsaî ayant hésité ἃ accéder ἃ sa demande : « Ne pensez pas, 
mon frère, lui dit-il, que votre départ d'Edesse et la dispersion de l'assem- 
blée * soient accidentels; au contraire ils sont providentiels. Vous n'aurez pas 


1. Il estdonc inexact que Narsaî el ses compagnons aient été tous ensemble expulsés d'Edesse en 
457, comme le racontait Simson de Bsth-Arscham, car les écoliers persans qui achevaient leurs 
études, devaient quitter Edesse et revenir dans leur pays, comme le firent Barsauma et Μὰ πὸ: nous 
sivons méme que Barsauma a été consacré évéque en 746 des (reces (435) (voir Ebedjésus de Nisibe, 
"ὑμῖν des jugements ecclésiastigues, et la chronique d'Élie de Nisibe). — 2. Barhébrweus et Asséma ni 
(B. 0., III, 1, 376,381) ont confondu ce Ma'né avec le patriarehe du mèéme nom, qui, en 420, suecéda ἃ Ja- 
balaha I, et qui était Ini aussi, avant d'ètre élu patriarche, évéque de Réwardaschir. La chronique de 
Séerlt nomme quatfe évéques de Réwardaschir : Mana, Ma*na, Mari et Ma'na (Las, Ὁ bi, Und, GL); 
el dil du dernier seulement qu'il était compagnon de Narsai, de Barsauma et d'Acace, dans l'école 
d'Edesse, et quiil traduisit en syriaque les ouvrages de Diodore de Turse et de Théodore de Mopsueste, 
La méme chronique dit encore qu'il a assisté au synode d'Acace (486); voir aussi le Synodicon Urien- 
tate, p. 300, — 3, Il fait allusion ἃ l'expulsion d'bidesse des partisans de l'évéque lbas, après sa mort 
qui eut lieu le 28 octobre h67. 


(i 
Digitized by af O 0g Ϊ C 


d ì si 


10 


10 


171] CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 385 
3A 230 Yad Loc uòîd Jo diadorli colo Jordy vai Jlaspardo 
AI fa hoy dol = 9] Auf Navaso | io οιδ θολὸ 
Jr Disvo 5... λλο Jlzuo idcaso [1δλῖο : μοῦ» βιϑοιαδοο :[οοι 
μοι ./A oa JAN yel tI} ocra od vashal :000 dd 
Qudalo NI οδιοῦ :fladtas Llxso Anaszo : βαρ» fuso] aos “—? 
330 oil Ao μ5, Nedaso SadNo oparlo opdaalo hazso 5 
sala lo μλολθ od οὐαὶ © uorsAli vd [usoy fuso: bada οὐαϑ 
Qbr ἢ gog das yuso Joù loi Pila» fior Auf SKio cd Al 
:JAsi ὅωοι Asso Jo pel pladansodi luaasoy μοῦ Aus JA 
ud i δι nt χαὶο dI doo (Καλῶ lack Anso 
sid api Jhizto solpato Auf Aula δυίμδμο :hancto Joi Al, 
Sat hope io Paspdodi Jlacagio Aa fac Nido Adi o 
gio ed As paso μὴ] Jisso Lizso vel xd Auf Joù :flozo As 

1. A om. «ον casaso ὁδῷ ge — 2, A om. 19+90;9 ite pel — 3. om. A. — 4. loml li μόλοι, 


g99 DA A. — 5. AM add. ing; — 6. Tago copio Del duls Dolaggeo : 1950 μρολθ dels qasa:a9 geo 
Geebdaod Laos} Deja δον» diro -iord ll A. — 7. «βο moetdsad lobi quia M. 


méme tort sì vous comparez cet incident à celui qui eut lieu à Jérusalem, 
après l’Ascension de Notre-Seigneur. Il y avait, là aussi, l’assemblée des 
Apòtres, les dons du Saint-Esprit, des miracles et toutes sortes de vertus. 
Comme les habitants de cette ville ne le méritaient pas, leur demeure 
a été déserte, ainsi que l’a dit notre Rédempteur'. Mais les Apòtres, s'en 
allant par les chemins qui conduisent aux villes des Gentils et dans les 


*C 59. 


enclos des paiens, assemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, mauvais ou 


bons ?; ils préchèrent, baptisèrent et instruisirent; et ainsi, en peu de 
temps, l'Evangile de Notre-Seigneur se répandit dans tout le monde. Or, 
d’après moi, la dispersion de cette assemblée est tout ἃ fait semblable ἃ 
celle des Apòtres. Si vous m'écoutez, et que vous vous installiez ici, vous 
ferez partout beaucoup de bien. Vous ne pourrez trouver dans toute la Perse 
une ville qui vous soit plus convenable que celle-ci; c'est une ville * impor- 
tante; et, comme elle se trouve située entre les deux empires, on y vient de 
toutes parts; quand on apprendra qu'il y a ici une école et surtout que c'est 
vous qui en étes le directeur, on se pressera en foule autour de vous. Vous 
serez surtout un intrépide soldat, et vous nous servirez de bouclier, dans ce 


1. Matth., xx1t, 38. — 2, /bidem, xXx, 9, 10. 


“Cao. 


* C 59. 


+ C 59°. 


386 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. dop A 
il dt i Sad | Ja po xd Jas A «ἩὮ sodo 
«ϑομοδ} ἵππω dida lo τς fd Ja 00 Als i do 
| soNosaai soci 

301 zl 0A Οἱ puo FL mt di pulire dÒ 
Nansli io SSIS SI dI pad pad ia jo pad 
μωα-οο famo; Lil sodo “ad ago 09 μοι Loy Nuda 
Jror x yi: So dad uotj0/3 |maa15 cà cha | JI : nd 
ht Ant fatto οἱ Guggt Jia Jar deo [οὐ val faassl 
Ano ot Aatrh] fado Anso Lio cre ps0 ‘Aaa οιοΐο 
sia dro raddil farai μοι e) 39 o Adro μος 
&hijl saro χὰ puo JIscASAA so Jisolso © I rad 


1. gS9%0 AM. — 2, δ. Lisal A. — 3. 9358 A. 


temps où l’hérésie a commencé ἃ viser manifestement la Mésopotamie. Peut- 
étre vous et moi pourrons-nous supprimer le mal de ce milieu : Deux, est-il 
écrit, valent mieux qu'un; car ils ont meilleure récompense de leur travail; et si 


. un est plus fort, deux lui résisteroni'. » 


Barsauma put, par ces paroles et autres semblables, calmer l’esprit de 
Narsaî, qui voulut bien fonder une école ἃ Nisibe. Il ordonna aussitét de 
préparer tout ce dont a besoin une école. En peu de temps, il y attira de 
nombreux frères, de sorte que non seulement les frères persans et syriens 
venaient ἃ lui, mais encore la plupart des frères qui étaient dans l’école 
d’Edesse. * Tout le monde glorifiait Dieu. Les écoles se multiplièrent dans 
l'empire des Perses; Edesse s’obscurcit; Nisibe s’illumina:; l’empire des Ro- 
mains s'emplit d'erreur, celui des Perses de la connaissance de la crainte 
de Dieu. Narsaî dirigea cette école pendant quarante-cinq ans; il composa 
aussi plus de trois cents homélies avec d'autres ouvrages?. 


1. Eccle., 1v, 9. — 2. Si l'expulsion de Narsai a lieu en 457, ainsi que le dit Siméon de Beth-Ar- 
scham, la création de Narsai comme interprète de l'école d'Edesse aurait eu lieu en 437; Cyoré aussi 
serail mort cette méme année, après avoir dirigé l'école pendant soixante-quatre ans, c'est-à-dire depuis 
la mort de S. Ephrem; Narsai lui-méme serait mort en 502, Élisée son successeur en 509, Abraham 
de Beth Rabban en 569; Jésuyab serait nommé évèque d’'Arzoun en 571; Abraham de Nisibe lui aurait 
succédé cette mème année ct serait mort en 572, et celle mèéme année Hnana d'Adiabène αὐγαὶ, suc- 
cédé ἃ ce dernier. i 

Les poésies de Narsai, suivant Ebedjésus, formaient douze volumes. Une centaine de ces poésies 
nous sont parvenues, et viennent d'ètre publiées, pour la plupart, ἃ l’imprimerie des PP. Dominicains 
ἃ Mossoul. Ebedjésus altribue encore ἃ Narsai des commentaires sur la plupart des livres de l'Ancien 
Testament, une liturgie, des explications sur le Saint sacrifice de la Messe el sur le baptéme, des 
homélies, des hymnes, etc., et un livre intitulé : Sur la corruplion des meurs. La chronique de Séeri 


ἐν 


[3] 


(di) 


[73] CAUSE DE LA FONDATION DES ÉCOLES. 387 
ooo . Aus] Jai pa illazo fazol Ias x! Jsoo, +3 
κϑομξϑου; δύσι paz ad olio Lo auto 0391) Joy ossi el 
| + cotlasatzoy μὲ. LS ipa Ὁ fano 
Joi fio 1] > dad cio Îlasanazo, Jpadd er cda 
cai CI pd do did fim ΒΚ ΣΥΝ Joy ui LES EA ἘΠῚ oops Jaizz00 


thai Niaosadi Jlaxoi lo :Jlasazio, [36}fjr Lezao : Jazz βου.» 


lavi as fue laeh Jihad, JeSAs ” 09 Πολλῶν, λλοο ἘῸ 00’. 


μμϑο ‘miz μϑὸ A) γϑοριϑὶ viso Adi Ar. esi JA cndar 


1. as A. — 2. biel lotaaSoaa A. — 3. [5859 6. — ἃ. Ilanmatawo AM. — 5. om. M. — 6. vwdaly 
A. — 7. A om. masi, i90- 


Barsauma composa lui aussi beaucoup d'homélies avec d'autres instruc- 
tions. Tous les deux vécurent selon la volonté divine et furent transportés 
auprès de leur Maitre'. Ce n'est pas l’'histoire de leurs vertus que nous nous 
sommes proposé de raconter, mais le mode de leur enscignement. 

Après la mort de Narsaî, Mar Elisée Bar Qosbayé accomplit pendant 
sept ans la charge de l’interprétation; il était grand homme et instruit dans 
tous les livres ecclésiastiques et profanes. Il composa lui aussi bien des ou- 
vrages : des traités de réfutation des doctrines des Mages, des controverses 
contre les hérétiques, des commentaires sur tous * les livres de l’ancien Tes- 
tament, selon la langue syrienne ἢ. 

Après qu’Elisée se fut endormi avec ses pères en paix et dans une extréme 
vieillesse, Mar Abraham lui succéda. Celui-ci était parent de Mar Narsai; 
il fut méme ἃ son service et habita avec lui la méme cellule *. Il s’appelait, 


dit que ce dernier livre était sur la corruption les meurs et des moines hérétiques (monophysites). 

1. Barsauma fut nommé évéque de Nisibe en 435, ainsi que Je disent Élie et Ebedjésus de Nisibe 
(voir ci-dessus, Ὁ. 384, n. 1); sa mort est postérieure ἃ 491, année en laquelle il recommenca ἃ se que- 
reller avec le patriarche Acace, et Osée son successeur occupait le siège en 195. Ebedjésus lui attribue 
des exhortations, des oraisons funèbres, des hymnes, des lettres οἱ une liturgie (Ass., B. 0., III, 1, 
66-70, 393; J. B. Chabot, Synodicon Orientale, 308, 312, 51%, 539, etc.). — 2. C'est-à-dire selon la version 
syriaque. Assémani (8. O., III, 1, 167) confond avec Élisée patriarche (523-538) cet Élisée qu’Ebedjésus 
surnomme interprète. La chronique de Séert dit de lui qu'il succéda à Barsauma, évéque de Nisibe; 
mais Barhadbsabba, qui est beaucoup plus digne de foi, ayant écrit ce traité ἃ la fin du vir siècle, 
dit ici clairement qu'il n'a pas été évéque. L'auteur de la susdite chronique aurait confondu cet Elisée 
avec Osée, successeur de Barsauma sur le sièége de Nisibe. Elisé: bar Sabiné que mentionne encore 
Ebedjésus (Ass., B. O., III, 1, 223) ne serail-il pas le mème que cel Elisée bar Qosbayé? Elisée mourut 
en 509 (voir ci-dessus, p. 386, note 2). — 3. do j9, littéralement : fils de sa celiule (syncelle). 


* C 00". 


wr _— ᾿-ὀ-----οὀς-ς- e “ = s # wu we e cca” n e ἢ 
@, 


*C 60, 


* (; δ», 


388 BARHADBSABBA ‘ARBAYA. [74] 


1 YRer9 ZO οἷν 000 κοῦ pdòl) lr Pot ss jdor aiuto 
+ οιμϑὶ vol0o oasi 059.La μι τοὶ | Lod ὡοιαϑὶ ομδο 03 

300 fuso cora foot zostzol: erdo/ di Ai ol ivano 
Ji «-“α- Δ. τοι yanò [μον Jly γοὶ ian uoiofo :oolad JLb 
Aa ‘Ari fra do Dido nda ot zan Joi 
#Jo “Ar «“ο.35 μοι fascia) cotlopodod cuas/ Jiotda τοσοῦ 

poolsad 09) 2/0 sa t25 οἱ» ‘ras fsi Jbsax Pag de sl 
0A 9 et pd κοὐ fano 0 οἱ» Al Jinra “μιαρὰ coda τ} μα 
sh Y09 μαο fari Nasa faro ho Jlaniitasso lisca 
DA iS 0 ad 19 o :Jisolso JAMI οἱ Pag dI edit 
:Jlador pu? Na] ἔβα ὌΝ aio 1-2 Joot voiohl ol 
#hipal faz yas las, paulo 


I, bor Lad AM, — 2, δι A. — st. Aom, siae sas |iodu Îly guado. — 4, A add, hASasso. — 
ὃ, Dias Sasa A, — fi, ἄξω A, — 7, ea" A, — 8, paro A, 


dit-on, Narsaî; mais, dès qu'il fut amené par son père chez ce bienheureux, 
celui-ci changea son nom et l’appela Abraham, afin qu'il ne fàt pas appelé du 
nom de son maître. 

On dit mème que Jean de Beth Rabban ' s'appelait aussi Abraham. Quand 
il vint chez eux, ils le nommérent Jean, afin qu'il ne fàt pas appelé du nom 
de son condisciple. Abraham et Jean ayant bu ἃ la source de la sagesse, 
purent diriger l'assemblée avec toute la crainte de Dieu. 

Jean travailla beaucoup dans l’Ecole: et, s'il faut dire la vérité, c'est de 
ce saint que proviennent tous les bons ordres * qui s'y trouvent. Il composa 
lui aussi des commentaires et des traditions sur les Écritures, des traités 
de controverse contre les Juifs et contre Futachsé ἢ, Il éerivit encore trois dis- 
cours : l'un, quand Chosroès s'empara de Nigran, parce qu'il se trouvait alors 
là, ἃ la Porte, pour les affaires de l'Ecole; les deux autres sont sur les Roga- 


tions et sur la peste; il a encore d'autres ouvrages *. 


Ι. td@est-A-dire de la maison de notre mnitre, Ce surnom a été donné à Abraham et ἡ Jean, parce 
qu'ils élaient lous les deux parents de Mar Narsai, — 2, kasafol doit élre probablement la+g4of Euty- 
chès. — 3, Ses ouvrages, sulvant Ebedjésus, sont : des commentaires sur l'Exode, le Lévitique, les 
Nombres, Job, Jérémie, Ezéchiel et les Proverbes; des traités de controverse contre les Mages, les 
Juifs et les hérétiques; des discours sur la peste de Nisibe, sur les Rognations et sur la mort du roi 
Uhosroes; des oraisons funèbres; des hymnes, et un volume de questions sur l'Ancien et le Nouveau 
Testament (Apued Asséemani, B. ὦ)... III, 1, 72-78). 


Digitized by G oogle 


ν᾽ 


10 


em st 


Go 


10 


(75) CAUSE DE LA FONDATION DES ECOLES. 389 
«»ου δὶ ujdo da Ji 00 cid cd ws :.5᾽ Llasaz ch ass; 19 2edò 
LA ina a 315) 06: fusa 065: 1 isasaslio μον. 
lp oro iluty i“lamsaiaso ©) «οὐ pad .}} ὅλ fico Jr isélo 
Pedro Nano] No Nasa Jia er dali Life aladino 
JAaa da Jla9;* lanto ll: faro] cile) ila dro lio μιαῖϑ 
ftt δέν «ὃ ων 179 © μου nQ/0t9 5 Sy 
Ιοοι Jlaso] wi yootol ylo Llioy clasetsas lumi, fail Gi doo 
10 fina Jan Naso «yo 1g $ μὰϑ sole Mago * pasidy 5] οἱ 
% Lacoj9ro αλοοοῦς Jlasso notaio 
gel hai lio 3 po] oh) [5.15 [5] Jap μοι οἷν x «ὃ 
ed [οἱ SODA pd DAL AI :6.1.5}5 lapo vaso 


1. Ius] ILazi 330 M. — 2. A om. lsasaslyo DSy. — 3, lebao AM. — 4. ILossobaso A, — i. M 
om. 9: — 6, bia A. — 7. om. A. — 8. om. A, SS M. — 9, Pratscd M. — 10, lisdao hay i. 


Jean fut emporté par la grande peste '. Alors la charge d’Abraham doubla 
de poids: il dirigea l’assemblée pendant soixante ans, s'appliquant avec as- 
siduité au jeùne, ἃ la prière, soutenant de longues veilles, travaillant Jour 
et nuit, interprétant (l’Ecriture), disant des chants? et donnant la solution 
des questions. ll composa aussi des commentaires sur les prophètes, sur 
l’Ecclésiastique, sur Josué et sur les Juges?. * Il n’est pas besoin que je parle 
des grands travaux qu'il fit dans l’école, des magnifiques édifices qu'il y éleva 
et des profits appréciables qu'il retira pour elle : car ses travaux sont plus 
manifestes et plus notoires que les rayons du soleil; toute la Perse a été 
illuminée par son instruction; il a été lui aussi, comme le patriarche Abraham, 
le père de nombreuses populations; il a engendré d’innombrables enfants 
spirituels, et il a hérité une bonne renommée, dans le royaume des Perses 
aussi bien que dans celui des Romains. 

Quand ce père saint et béni fut recueilli, lui aussi, dans le grenier de la 
vie céleste ", comme des gerbes amoncelées dans leur temps, Mar Jésu'yahb 


1. Il s'agit ici du terrible fléau qui désola ces pays sous les patriarches Joseph et Ézéchiel (552-580). 
— 2. Voir ci-dessus, p. 383, note 1. — 3. Ebedjésus (apud Assémani, 8. O., III, 1, 71) lui attribue encore 
des commentaires sur les Rois, et sur le Cantique des cantiques, et un traité sur la fondation des écoles 
divise en chapitres; la Chronique de Séert, outre ces ouvrages, lui attribue aussi des poésies οἱ des 
leltres: elle dit qu'il dirigea l’école pendant soixante ans et que de son temps l’école compta plus de 
mille disciples. — 4. Abraham mourut en 569 (voir ci-dessus, p. 386, note 3). 


* (6°. 


* Chl”. 


* 61°, 


390 BARHADBSABBA 'ARBAYA. [16] 


Loca] ἰοοι Njlo piso Naal eroio «na 98} Agp 
ΓΕ. load zl 25 £500 «Ji 

Jojo fata 30%] do Jlasanasor lamiasà |! cds 
ro] JKSasaa Jo ΝΞ νὼ liadsso Jpans Lug izuotas laipsoo 
Jia fis fio45 5 pato :)hatwoi Jas. loro dor sso .JA50 puo 
+Jatu05 uotosto! Là 00 οἱ “od va hr 

:lox Apo ud25 [io fue fit vide yz i ao 
sol οἱ lo Jlatanaso, Jpad “aly Joza 09 lajor5o Jlaanasaz 
ho paaaso, osso frapa Jioro arde JI Aaszòz edo Jo hag lodi 
MA LO} od = μι μοι Jhpazas edito puòl/3 uòts paso 
Lopmo fuszaso JAxso Ja; Jo p3o> Jago JLioto τιμοῦν chsjso da 
Ji Jaspopd0 ui aihaaa / JI) :) 0 ὩΣ] dd pad o] 


1. om, A. — 2, δαὶ M, — 3, waly Laad5y A. — 4, 5 bon A, 


Arzounaia' lui succéda dans la direction de l'école; il y travailla avec une 
force admirable; mais, au bout de deux ans, s'étant fatigué, il s'en alla et 
fut évéque d'Arzoun; il fut élu ensuite patriarche. 

La chaire d interprétation fut transmise ἃ Mar Abraham de Nisibe*, homme 
grand, instruit dans toutes les sciences, zélé, courageux, maitre en cerainte 
de Dieu, laborieux et soigneux. Après avoir fait négoce * pendant un an de 
ce talent spirituel, il s'endormit lui aussi avec ses pères spirituels. 

Il fut remplacé par Hnana d'Adiabène *, homme orné d'humilité, et de 
tous les dons d'instruction qu'exige l’euvre de l’interprétation; et si quel- 
qu'un dit que c'est pour cela qu'il fut élu dès le commencement, il n'aura 
point tort; d'ailleurs la suite des événements le «manifeste bien claigement. 
Ila passé, en ellet, par de nombreuses épreuves; ayant vidé tout son carquois 
sur le parti du démon, celui-ci fit éelater contre lui de terribles agitations, 
de violents troubles et d'indicibles disputes, querelles et schismes. Mais la 


I. Jésu'vahb était originnire du Beth 'Arbavé: il fit ses études ἃ l'école de Nisibe, dont il devint le 
maitre en 569; il fut évéque d'Arzoun en 571 (ef. supra, p. 386, n. 2); il fut élu patriarche en 582 el 
monrul èn 596. Ebedjésus cite de lui ἢ un traité contre Eunomius, un autre contre un évèque mono- 
physite, vingi-deux questions sur les sacrements (qui sont conservés dans le Synodicon Orientale). 
une apologie, ete. (‘Amr el Mari; Barhébreus, Chr. Eecl., ΠῚ Ass., B. 0., 11, 415; III, 1, 107; Synodicon 
Orientale, 390-455; la Chronique de Séert, ele,). — 2. Abraham, originaire de Nisibe, succéda A Jésu'yahb 
en 571, el mourut en 572 (voir ci-dessus, p. 386, n 2). Ebedjésus l'appelle lay 9 (fils des forgerons), 
et lui attribue des homélies, des nraisons funèbres, des sermons et une lettre contre un certain Schis- 
ban (Assémani, 8. 0,, INI, 1, 81), — 3, Hnana succé la en 572 dà Abraham; il mourut sous le patriarche 


Sabrjésus (506-604), 


(A 
Digitized by ᾿Ξ O 0g Ϊ G 


lu 


9 


[77] CAUSE DE LA FONDATION DES ΕΘΟΙΕ5. 391 


Sa dg i forno 55 JI] .μ..5,) Ji *uoshy do ra 045 pas: 
rd ft lidi da A οὗν dd :Jlatsaso divas 
08 Jazz pel :‘lateso Jo Jada Jp Afiazo] :1Atuoi * apfiolo 
ja [μὸ asa di icoLiasaazo SA, Lujas io Jas :3 
Ji ομϑα. «οὐ do θάλλον Lisa) gel :liudas μοι Lod da 
PAN Aaa J icons fsi hu Anso ctfhhsvo Jadaslo May ὀιλο9 
τὸ Jsp La; Ιλ» οἱ β] :μδαο O soda gaudio JAN [τοι 
ΙΝ. ..Δ..., loris lodo 009 μᾶς Νο Nd 100/01) adi 
© x? AD neraà Llianaso kisagi alasl zadansi gros 3 ol 

Jogo asso fisolso 


1. iP AC. — 2. A om. vota go pe — 3, wdi9 A, —1, ao A — 5, bo Sab A._—- 6. A 
add. de — 7. 130 pas M. 


Providence divine ne permit pas que l'un des traits enflammés du malin le 
percat. Ayant mis le pied sur le rocher de la foi et abaissé l’épaule pour 5᾽8- 
donner mieux au travail spirituel, il ne cessa jamais de combattre, selon la 
volonté divine, dans la spirituelle arène (στάδιον) ; * il s'appliquait jour et nuit 
ἃ la lecture et ἃ l’interprétation des Kcritures, comme le bienheureux Paul, 
il invitait et poussait tout le monde ἃ ce travail. Vu son ardent amour pour 
l'interprétation, vu la fermeté de sa parole et l’immense richesse de son 
ame, non seulement il ne se contenta pas de nous remettre l’interprétation 
par la parole, mais il voulut nous conserver encore par écrit, comme le bien- 
bheureux Interprète ‘, son avis et son opinion sur tous les versets et les cha- 
pitres de l’Ancien et du Nouveau Testament ?. Il composa encore beaucoup 
d'homélies et d’hymnes*. | 


1. Il est probable que l’auteur dissimule ici la vérité pour louer son maitre auprès de ses core- 
ligionnaires. Car les Nestoriens ont toujours accusé Hnana d’avoir abandonné dans ses commentaires 
les sentences de Théodore de Mopsueste (voir Ebedjésus, apud Assémani, B. Ο., III, 1, 88-84; la Chro- 
nique de Séert; la Chronique qui va depuis la mort du roi Hormezd jusqu'à la fin du royaume des Sas- 
sanides et publiée par Guidi : Un nuovo testo syriaco sulla storia degli ultimi Sassanidi). Toutefois la 
Chronique de Séert dit que Barhadbsabba était du nombre des élèves qui quittèrent Nisibe avec 
Grégoire, métropolitain de cette ville, qui était ennemi acbarné de Hnana. — 2. Au lieu de IL ws, il 
faut lire ILya59. — 3. Les ouvrages de Hnana, selon Ebedjésus (apud Assémani, III, 1, 81-84), outre ceux 
qui ont été mis à l'index, sont : des commentaires sur la Genéèse, Job, les Psaumes, les Proverbes, l’Ec- 
clésiaste, le Cantique des cantiques, les douze petits prophètes, l'Evangile selon S. Marc et les épitres 
de S. Paul; une exposition du symbole de la foi, une autre de la liturgie sacramentaire et des traités 
sur le dimanche des Rameaux, le vendredi